Accept Refuse

EUR-Lex Access to European Union law

Back to EUR-Lex homepage

This document is an excerpt from the EUR-Lex website

Document JOC_2014_086_E_0001_01

Az Európai Parlament tagjai által feltett, írásbeli választ igénylő kérdések és az európai uniós intézmények által rájuk adott válaszok

OJ C 86E , 25.3.2014, p. 1–622 (BG, ES, CS, DA, DE, ET, EL, EN, FR, HR, IT, LV, LT, HU, MT, NL, PL, PT, RO, SK, SL, FI, SV)

25.3.2014   

HU

Az Európai Unió Hivatalos Lapja

CE 86/1


http://www.europarl.europa.eu/QP-WEB
ÍRÁSBELI VÁLASZT IGÉNYLŐ KÉRDÉSEK VÁLASSZAL

Az Európai Parlament tagjai által feltett, írásbeli választ igénylő kérdések és az európai uniós intézmények által rájuk adott válaszok

(2014/C 86 E/01)

Tartalom

E-000122/12 by Marc Tarabella to the Commission

Subject: Risks for consumers posed by the ‘CE’ marking

Version française

English version

E-000687/12 by Catherine Grèze to the Commission

Subject: Abolition of planting rights contrary to the rural development objectives

Version française

English version

E-000763/12 by Franck Proust to the Commission

Subject: Land-use planning and the introduction of high-speed rail links: an exemplary pilot project

Version française

English version

E-000916/12 by Younous Omarjee to the Commission

Subject: OCT participation in the Global Climate Change Alliance

Version française

English version

E-001015/12 by Catherine Grèze to the Commission

Subject: Rights of Basque and Catalan speakers in France

Version française

English version

E-001017/12 by Catherine Grèze to the Commission

Subject: Rights of Occitan speakers

Version française

English version

E-001151/12 by Isabelle Durant to the Commission

Subject: Situation of nuclear inspectors

Version française

English version

E-001160/12 by Raül Romeva i Rueda to the Commission

Subject: New Lyon-Turin rail link

Versión española

English version

E-001186/12 by Catherine Grèze to the Commission

Subject: Fundamental rights of Travellers

Version française

English version

E-001218/12 by Jean-Luc Bennahmias to the Commission

Subject: Link between Solvency II and the Europe 2020 Project Bond Initiative to fund infrastructure

Version française

English version

E-001253/12 by Herbert Dorfmann to the Commission

Subject: Products withdrawn from the market

Deutsche Fassung

English version

E-001267/12 by Stéphane Le Foll to the Commission

Subject: Single CMO and fruit and vegetables: tomatoes and prunes

Version française

English version

E-001463/12 by Marina Yannakoudakis to the Commission

Subject: Turkish occupied northern part of Cyprus and agricultural trade

English version

E-001528/12 by Christine De Veyrac to the Commission

Subject: The EU's Food Distribution programme for the Most Deprived Persons (MDP)

Version française

English version

E-001620/12 by Catherine Grèze to the Commission

Subject: Use of the European Regional Development Fund (ERDF) instead of state aid for the construction of reception areas

Version française

English version

E-001755/12 by Pino Arlacchi, Guido Milana, Silvia Costa, Mitro Repo, Catherine Bearder, Vasilica Viorica Dăncilă, Ivo Vajgl, Rolandas Paksas, Nikolaos Salavrakos and Claudiu Ciprian Tănăsescu to the Commission

Subject: Reform of the EU common fisheries policy

Ελληνική έκδοση

Versione italiana

Tekstas lietuvių kalba

Versiunea în limba română

Slovenska različica

Suomenkielinen versio

English version

E-001817/12 by Anne Delvaux to the Commission

Subject: Compulsory supplementary health insurance in Belgium through mutuelles

Version française

English version

P-001942/12 by Gilles Pargneaux to the Commission

Subject: EGF intervention in support of farmers

Version française

English version

E-002058/12 by Sonia Alfano to the Commission

Subject: VP/HR — Institution responsible for complaints against armed forces on Common Security and Defence Policy (CSDP) missions

Version française

Versione italiana

English version

E-002094/12 by João Ferreira to the Commission

Subject: EU support for the establishment of a regular link between the islands of Santa Maria and São Miguel

Versão portuguesa

English version

P-002163/12 by Dominique Vlasto to the Commission

Subject: Mobilisation of the EAFRD for rural land-use planning

Version française

English version

E-002177/12 by Marc Tarabella to the Commission

Subject: Lactalis defies the European Union

Version française

English version

E-002195/12 by Dominique Vlasto to the Commission

Subject: Promotion of agrifood products

Version française

English version

P-002223/12 by Gaston Franco to the Commission

Subject: Realistic and proportionate application of the Environmental Noise Directive

Version française

English version

E-002264/12 by Catherine Grèze to the Commission

Subject: Delays in payment of ESF funds to organisations in the Midi-Pyrénées region

Version française

English version

E-002309/12 by Brice Hortefeux to the Commission

Subject: Security and food situation in the Sahel

Version française

English version

E-002324/12 by Zbigniew Ziobro to the Commission

Subject: VP/HR — Sale of Milan missiles to Syrian opposition

Wersja polska

English version

P-002351/12 by Vicente Miguel Garcés Ramón to the Commission

Subject: Autonomy of the Anna Lindh Foundation (ALF)

Versión española

Version française

English version

P-002352/12 by Françoise Castex to the Commission

Subject: IKEA — private companies specialising in security

Version française

English version

E-002406/12 by Jean-Marie Cavada to the Commission

Subject: Report on the application of Directive 2010/13/EU

Version française

English version

E-002456/12 by Patrick Le Hyaric to the Commission

Subject: Establishment of an industrial dairy production unit in Abbeville (Somme department, France)

Version française

English version

P-002524/12 by Bernadette Vergnaud to the Commission

Subject: Question marks over the contract to modernise the railway between Gdańsk, Warsaw and Katowice

Version française

English version

E-002656/12 by Dominique Vlasto and Michel Dantin to the Commission

Subject: Rail transport for cyclists

Version française

English version

E-002658/12 by Ana Miranda to the Commission

Subject: Promotion of the Way of St James (Galicia)

Versión española

English version

E-002845/12 by Franck Proust to the Commission

Subject: Conversion of regional airports

Version française

English version

P-002872/12 by Brice Hortefeux to the Commission

Subject: Request for the recovery of EUR 642 million in aid paid to Sernam

Version française

English version

P-002995/12 by Alfredo Pallone to the Commission

Subject: Mineral waters and the directive on services in the internal market

Version française

Versione italiana

English version

E-003126/12 by Franck Proust to the Commission

Subject: Communication problems on regional websites on the Structural Funds

Version française

English version

E-003233/12 by Sandrine Bélier and Hélène Flautre to the Commission

Subject: Bancs des Flandres site added to the marine Natura 2000 network as a site of Community interest

Version française

English version

E-003294/12 by Auke Zijlstra to the Commission

Subject: 400 jihadists in Europe

Nederlandse versie

English version

E-003320/12 by Marie-Thérèse Sanchez-Schmid to the Commission

Subject: Drought in the Languedoc-Roussillon region

Version française

English version

E-003485/12 by Gilles Pargneaux to the Commission

Subject: Status of competitiveness clusters

Version française

English version

E-003575/12 by Anne Delvaux to the Commission

Subject: Expansion of vulnerable areas under the review of the Sustainable Nitrogen Management Programme (PGDA) in Wallonia (Belgium)

Version française

English version

E-003748/12 by Angelika Werthmann to the Commission

Subject: Data protection

Deutsche Fassung

English version

E-003941/12 by Tokia Saïfi to the Commission

Subject: Consequences of rulings C-446/09 and C-495/09 (Nokia/Philips) on customs action in the fight against counterfeiting

Version française

English version

E-003942/12 by Franck Proust to the Commission

Subject: Acknowledgement of European funding

Version française

English version

E-004042/12 by Catherine Grèze to the Commission

Subject: Protecting the rights of Basque, Catalan and Occitan speakers in France

Version française

English version

E-004140/12 by Anne Delvaux to the Commission

Subject: Assessment of EU judicial aid to Rwanda

Version française

English version

E-004846/12 by Véronique De Keyser to the Commission

Subject: Application of Article 17 of the Lisbon Treaty

Version française

English version

E-004863/12 by Philippe de Villiers to the Commission

Subject: Mr Barroso's reaction to the French elections

Version française

English version

E-004877/12 by Philippe de Villiers to the Commission

Subject: Same-sex civil unions

Version française

English version

E-004911/12 by Véronique Mathieu to the Commission

Subject: Neutrality of European Commissioners

Version française

English version

E-005143/12 by Sandrine Bélier and Catherine Grèze to the Commission

Subject: Failure of France to fulfil its obligations under the Habitats Directive 92/43/EC in respect of the protection of bear populations

Version française

English version

E-005223/12 by Gilles Pargneaux to the Commission

Subject: Participative democracy in the European Union

Version française

English version

P-005396/12 by Eva Joly to the Commission

Subject: Development Cooperation Instrument

Version française

English version

E-005480/12 by Christine De Veyrac to the Commission

Subject: The increase in household energy prices

Version française

English version

E-005686/12 by Constance Le Grip to the Commission

Subject: Publication of Commission recommendation in national languages

Version française

English version

E-005870/12 by Ana Miranda to the Commission

Subject: Property tax exemption for the Catholic Church: Spain's failure to comply with Community law

Versión española

English version

E-005871/12 by Ana Miranda to the Commission

Subject: Fraud involving preference shares

Versión española

English version

E-005872/12 by Ana Miranda to the Commission

Subject: Fraud involving preference shares

Versión española

English version

E-006057/12 by Ana Miranda to the Commission

Subject: Planned gold mine in Corcoesto (Galicia)

Versión española

English version

E-006064/12 by Christine De Veyrac to the Commission

Subject: Intelligibility and clarity of European law

Version française

English version

E-006350/12 by Gilles Pargneaux to the Commission

Subject: New directive on labour organisation in ports

Version française

English version

E-006353/12 by Marc Tarabella to the Commission

Subject: Study on the pharmaceutical industry lobby

Version française

English version

E-006844/12 by Michel Dantin and Carlo Fidanza to the Commission

Subject: List of the most complex TEN‐T interconnection points

Version française

Versione italiana

English version

E-006847/12 by Christine De Veyrac to the Commission

Subject: Organic production control system

Version française

English version

E-006874/12 by José Bové to the Commission

Subject: Planned capping of payments under the common agricultural policy

Version française

English version

E-007003/12 by Ana Miranda to the Commission

Subject: Portuguese television in Galicia

Versión española

English version

E-007099/12 by Ana Miranda to the Commission

Subject: Negotiations on renewal of the fisheries agreement with Mauritania

Versión española

English version

E-007288/12 by Gaston Franco and Philippe Boulland to the Commission

Subject: EU-Madagascar cooperation on biodiversity and the environment

Version française

English version

E-007352/12 by Rodi Kratsa-Tsagaropoulou to the Commission

Subject: Natural disaster prevention and management programmes within the Euro-Mediterranean Basin

Ελληνική έκδοση

Version française

English version

E-007366/12 by Ana Miranda to the Commission

Subject: Conserving the Natura network in Galicia

Versión española

English version

E-007515/12 by Anna Záborská to the Commission

Subject: Development — Comitology — Reproductive and sexual health

Version française

Slovenské znenie

English version

E-007580/12 by Marc Tarabella to the Commission

Subject: Commission approach to multi-stakeholder partnerships

Version française

English version

P-007584/12 by Anna Záborská to the Commission

Subject: Development cooperation: attendance of a Commissioner at the international Summit on Family Planning

Version française

Slovenské znenie

English version

E-007608/12 by Marc Tarabella to the Commission

Subject: Register of lobbyists and transparency

Version française

English version

P-008079/12 by Philippe Boulland to the Commission

Subject: Unallocated resources from the 10th EDF and Madagascar

Version française

English version

E-008097/12 by Catherine Grèze to the Commission

Subject: Competitiveness of planting rights

Version française

English version

P-008125/12 by Rachida Dati to the Commission

Subject: Abolition of viticulture planting rights

Version française

English version

E-008279/12 by Jim Higgins to the Commission

Subject: Competition in Irish rail market

English version

E-008498/12 by Philippe Boulland to the Commission

Subject: Status of the French National Railway Corporation (SNCF) and the Autonomous Operator of Parisian Transports (RATP)

Version française

English version

E-008504/12 by Philippe Boulland to the Commission

Subject: Wines labelled ‘Château’

Version française

English version

E-008542/12 by Françoise Grossetête to the Commission

Subject: VAT rate applicable in France to sales of 2 % eosin and 70 % alcohol that have not been approved for marketing authorisation

Version française

English version

E-008570/12 by Claude Turmes to the Commission

Subject: The right to strike in the internal market

Deutsche Fassung

Version française

English version

E-008602/12 by Philippe Boulland to the Commission

Subject: EU development aid

Version française

English version

E-008695/12 by Ana Miranda, Ramon Tremosa i Balcells and Raül Romeva i Rueda to the Commission

Subject: Staff and intern recruitment in the European institutions

Versión española

English version

E-008870/12 by Jean Louis Cottigny to the Commission

Subject: Funding of the Seine-Northern Europe Canal

Version française

English version

E-008909/12 by Andrieu Eric to the Commission

Subject: Wine sector: use of the terms ‘château’ and ‘vineyard’ at the request of professional organisations in the USA

Version française

English version

E-008927/12 by Philippe Boulland to the Commission

Subject: Waste management in the EU

Version française

English version

E-009016/12 by Nora Berra and Michel Dantin to the Commission

Subject: Action plan for the effective regulation and supervision of online betting

Version française

English version

E-009072/12 by Dominique Vlasto and Marie-Thérèse Sanchez-Schmid to the Commission

Subject: ‘Château’ and ‘Clos’ designations

Version française

English version

E-009576/12 by Franck Proust to the Commission

Subject: European Heritage Label

Version française

English version

E-009630/12 by Patrick Le Hyaric to the Commission

Subject: Directive (2011/0438 (COD)) introducing the award of public contracts for compulsory social security services

Version française

English version

E-009790/12 by Patrick Le Hyaric to the Commission

Subject: Fund for European Aid to the Most Deprived

Version française

English version

E-009837/12 by Véronique Mathieu to the Commission

Subject: Conservation status of the ortolan bunting

Version française

English version

E-009935/12 by Mara Bizzotto to the Commission

Subject: Girl rape victim expelled from school in Indonesia, accused of having ‘tarnished’ its image

Version française

Versione italiana

English version

E-010420/12 by Constance Le Grip and Alain Lamassoure to the Commission

Subject: Change to VAT rate on personal services in France

Version française

English version

P-010462/12 by Jacky Hénin to the Commission

Subject: Future of the European food aid programme for the most deprived persons (PEAD)

Version française

English version

P-010477/12 by Anna Záborská to the Commission

Subject: Regulation (EU) No 493/2012: Calculation of recycling efficiencies and CO2 emissions

Version française

Slovenské znenie

English version

E-010595/12 by Marc Tarabella to the Commission

Subject: SNCF-RFF merger

Version française

English version

E-010599/12 by Marc Tarabella to the Commission

Subject: Food distribution programme for the most deprived persons of the community: what good will EUR 2.5 billion do?

Version française

English version

E-010652/12 by Véronique Mathieu to the Commission

Subject: European aid for the most deprived persons in the Union

Version française

English version

E-010822/12 by Philippe Boulland to the Commission

Subject: Spending concerning public perception of the Commission

Version française

English version

E-011093/12 by Agnès Le Brun to the Commission

Subject: Use of the terms ‘Château’ and ‘Clos’ on wines from the USA

Version française

English version

E-011296/12 by Catherine Grèze to the Commission

Subject: Land development in the Hérault region

Version française

English version

E-011297/12 by Rachida Dati to the Commission

Subject: ACP-EU Energy Facility: we must honour our commitment to our partners in the Caribbean, Africa and the Pacific

Version française

English version

E-011459/12 by Anne Delvaux to the Commission

Subject: European Union Support for the Rwandan Judicial System

Version française

English version

E-011542/12 by Liam Aylward to the Commission

Subject: Funding for World War One commemoration

English version

E-011622/12 by Phil Bennion to the Commission

Subject: VP/HR — Yemeni juvenile executions

Version française

English version

E-011696/12 by Franck Proust to the Commission

Subject: Future of horse-riding under threat

Version française

English version

E-009738/13 by Marc Tarabella to the Commission

Subject: VP/HR — Violence in the Central African Republic (CAR)

Version française

English version

E-010094/13 by Marc Tarabella to the Commission

Subject: Employment: Quality Framework for Traineeships

Version française

English version

E-010250/13 by William to the Commission

Subject: Drones — data transfer outside the EU

English version

E-010582/13 by Katarína Neveďalová to the Council

Subject: Fostering a culture of democratic participation within the EU

Slovenské znenie

English version

E-010679/13 by Michał Tomasz Kamiński to the Commission

Subject: VP/HR — Georgia-EU security cooperation

Wersja polska

English version

E-011459/13 by Judith Sargentini to the Commission

Subject: Risk of exclusion from asylum under the Refugee Qualification Directive

Nederlandse versie

English version

E-011546/13 by Vilija Blinkevičiūtė and Catherine Trautmann to the Commission

Subject: Discrimination on the basis of citizenship in service provision

Version française

Tekstas lietuvių kalba

English version

E-011994/13 by Antigoni Papadopoulou to the Commission

Subject: Migration

Ελληνική έκδοση

English version

E-011596/13 by Marc Tarabella and Jean Louis Cottigny to the Commission

Subject: Tragedy in Lampedusa

Version française

English version

E-011615/13 by Marc Tarabella and Jean Louis Cottigny to the Commission

Subject: The national dialogue has failed in the Democratic Republic of the Congo

Version française

English version

E-011658/13 by Andreas Mölzer to the Commission

Subject: Balkan route — influx of refugees

Deutsche Fassung

English version

E-011665/13 by Phil Bennion to the Commission

Subject: EU-Ukraine Association Agreement

English version

E-011705/13 by Charles Tannock to the Commission

Subject: Different procedures by Member States in response to Interpol red notices

English version

E-011741/13 by Claudette Abela Baldacchino to the Commission

Subject: Prostitution as a result of the economic crisis

Verżjoni Maltija

English version

E-011766/13 by Brian Simpson to the Commission

Subject: Corruption in the Spanish property development and banking sectors

English version

E-011785/13 by Fiorello Provera and Charles Tannock to the Commission

Subject: VP/HR — Iranian gestures towards reconciliation

Versione italiana

English version

E-011807/13 by Axel Voss to the Commission

Subject: Handling of the restitution of nationalised land and property in Romania

Deutsche Fassung

English version

E-011812/13 by Hans-Peter Martin to the Commission

Subject: Ban on Commission officials changing jobs in the event of conflicts of interest

Deutsche Fassung

English version

E-011815/13 by Hans-Peter Martin to the Commission

Subject: Promotion of social contact between the staff of the European Union Agency for Fundamental Rights in 2014

Deutsche Fassung

English version

E-011832/13 by Nikolaos Chountis to the Commission

Subject: Commission investigation into abduction of Turkish political refugee Bulut Yayla

Ελληνική έκδοση

English version

E-011833/13 by Nikolaos Chountis to the Commission

Subject: Combating large tax evasion

Ελληνική έκδοση

English version

E-011836/13 by Marc Tarabella to the Commission

Subject: Destination Canada

Version française

English version

E-011851/13 by Monica Luisa Macovei to the Commission

Subject: Anti-fraud coordination service in the Member States

Versiunea în limba română

English version

E-011857/13 by Alajos Mészáros and Zoltán Bagó to the Commission

Subject: Restriction of the free movement of capital

Magyar változat

English version

E-011910/13 by Hans-Peter Martin to the Commission

Subject: Buildings and property of the European GNSS Agency

Deutsche Fassung

English version

E-011911/13 by Hans-Peter Martin to the Commission

Subject: Data processing costs at the European GNSS Agency

Deutsche Fassung

English version

E-011912/13 by Hans-Peter Martin to the Commission

Subject: Cost item ‘SAB’ in the European GNSS Agency's statement of revenue and expenditure

Deutsche Fassung

English version

E-011936/13 by Hans-Peter Martin to the Commission

Subject: Expenditure of the European GNSS Agency on studies

Deutsche Fassung

English version

E-011930/13 by Mario Borghezio to the Commission

Subject: Dangerous introduction of ‘over-the-counter’ bailouts

Versione italiana

English version

E-011965/13 by Hans-Peter Martin to the Commission

Subject: Commission meetings with Huawei

Deutsche Fassung

English version

E-012023/13 by Angelika Werthmann to the Commission

Subject: Civil navigation satellite system

Deutsche Fassung

English version

E-012088/13 by Marc Tarabella and Jean Louis Cottigny to the Commission

Subject: Minimum unemployment benefits

Version française

English version

E-012044/13 by Vilija Blinkevičiūtė to the Commission

Subject: Introduction of a minimum unemployment benefit in the European Union

Tekstas lietuvių kalba

English version

E-012091/13 by Hans-Peter Martin to the Council

Subject: Amount of paper used by the Council's translation service

Deutsche Fassung

English version

E-012152/13 by Leonidas Donskis to the Commission

Subject: Review of rules regarding the location of calls to the European emergency number 112

Tekstas lietuvių kalba

English version

E-012235/13 by Andreas Mölzer to the Commission

Subject: NSA scandal — eavesdropping on top EU representatives

Deutsche Fassung

English version

E-012237/13 by Andreas Mölzer to the Commission

Subject: OLAF investigations

Deutsche Fassung

English version

E-012252/13 by Milan Zver, Romana Jordan, Zofija Mazej Kukovič, Alojz Peterle, László Tőkés, Tunne Kelam, Vytautas Landsbergis, Marco Scurria, József Szájer and Sandra Kalniete to the Commission

Subject: Abuse of the European Agricultural Fund for Rural Development for renovation of a dictator's monument

Eestikeelne versioon

Versione italiana

Latviešu valodas versija

Tekstas lietuvių kalba

Magyar változat

Slovenska različica

English version

E-012253/13 by Cristiana Muscardini to the Commission

Subject: Industrial espionage by the United States

Versione italiana

English version

E-012255/13 by Marietje Schaake to the Commission

Subject: Possible UN action following revelations about the NSA and preserving the open global Internet

Nederlandse versie

English version

E-012263/13 by Andreas Mölzer to the Commission

Subject: Stress tests for Europe's largest financial institutions

Deutsche Fassung

English version

E-012297/13 by Sophia in 't Veld to the Council

Subject: Transparency of negotiations on Council of Europe Convention 108 on the protection of personal data

Nederlandse versie

English version

E-012310/13 by Mojca Kleva Kekuš to the Commission

Subject: Treatment of foreign-owned plots of land on the Croatian coast

Slovenska različica

English version

E-012311/13 by Konstantinos Poupakis to the Commission

Subject: Material deprivation indicator

Ελληνική έκδοση

English version

E-012322/13 by Antigoni Papadopoulou to the Commission

Subject: Southern Europe and gender equality

Ελληνική έκδοση

English version

E-012325/13 by Antigoni Papadopoulou to the Commission

Subject: Greek and Cypriot children going without breakfast

Ελληνική έκδοση

English version

E-012404/13 by Antigoni Papadopoulou to the Commission

Subject: Recent public spending cuts in the EU and their impact on women, children and the elderly

Ελληνική έκδοση

English version

E-012420/13 by Antigoni Papadopoulou to the Commission

Subject: The economic crisis has exacerbated social problems

Ελληνική έκδοση

English version

E-012422/13 by Antigoni Papadopoulou to the Commission

Subject: National minimum wage

Ελληνική έκδοση

English version

E-012425/13 by Edit Bauer to the Commission

Subject: Language regulations concerning programme broadcasting in Slovakia

Magyar változat

English version

E-012432/13 by Isabelle Durant and Sylvie Guillaume to the Commission

Subject: Evaluation of EU-funded projects on female genital mutilation

Version française

English version

E-012440/13 by Diane Dodds to the Commission

Subject: Seizure of drugs in the Republic of Ireland

English version

E-012442/13 by Lucas Hartong to the Commission

Subject: Subsidy for ‘BBC Media Action’

Nederlandse versie

English version

E-012444/13 by Antigoni Papadopoulou to the Commission

Subject: Greeks poorer than in 2008

Ελληνική έκδοση

English version

E-012446/13 by Antigoni Papadopoulou to the Commission

Subject: Recapitalisation of Hellenic Bank

Ελληνική έκδοση

English version

E-012450/13 by Bart Staes to the Commission

Subject: EU tobacco agreements and payments to Member States

Nederlandse versie

English version

E-012451/13 by Monika Hohlmeier to the Commission

Subject: Abuse of freedom of movement

Deutsche Fassung

English version

E-012458/13 by Antigoni Papadopoulou to the Commission

Subject: Problems resulting from the economic crisis

Ελληνική έκδοση

English version

E-012460/13 by Christine De Veyrac to the Commission

Subject: Potential abuse of teenage dating websites

Version française

English version

E-012466/13 by Antigoni Papadopoulou to the Commission

Subject: Statements by Martin Schulz on the troika

Ελληνική έκδοση

English version

E-012469/13 by Antigoni Papadopoulou to the Commission

Subject: Adoptions of children in Greece

Ελληνική έκδοση

English version

E-012471/13 by Roberta Angelilli to the Commission

Subject: Implementation of the Hague Convention of 1980 and protection of human rights in Ukraine

Versione italiana

English version

E-012478/13 by Jorgo Chatzimarkakis, Angelika Werthmann and Roberta Angelilli to the Commission

Subject: Regulation (EC) No 2201/2003

Deutsche Fassung

Versione italiana

English version

E-012485/13 by Georgios Papanikolaou to the Commission

Subject: Small and medium-sized enterprises in the cultural sector

Ελληνική έκδοση

English version

E-012492/13 by Nicole Sinclaire to the Commission

Subject: ECHR member states' responsibilities

English version

E-012498/13 by Philippe de Villiers to the Council

Subject: EU aid to the Democratic Republic of Congo

Version française

English version

E-012508/13 by Mara Bizzotto to the Commission

Subject: Update on the Progress programme and Roma and Sinti communities

Versione italiana

English version

E-012524/13 by Véronique Mathieu Houillon to the Commission

Subject: Conflicts of interest

Version française

English version

E-012527/13 by Rareş-Lucian Niculescu to the Commission

Subject: European Union threatened by the Voice of Russia

Versiunea în limba română

English version

E-012541/13 by András Gyürk to the Commission

Subject: Impact of the cross-sectoral correction factor on the steel industry

Magyar változat

English version

E-012548/13 by Mario Borghezio to the Commission

Subject: Clarification on the Eulex mission in Kosovo

Versione italiana

English version

E-012553/13 by Nicole Sinclaire to the Commission

Subject: Rights of citizens under EC law

English version

E-012556/13 by Nicole Sinclaire to the Commission

Subject: UK-EU free trade agreement

English version

E-012575/13 by Nikolaos Salavrakos to the Commission

Subject: Closure of LARKO and defence industries in Greece

Ελληνική έκδοση

English version

E-012576/13 by Nikolaos Salavrakos to the Commission

Subject: Pensions for unmarried daughters and unmarried males

Ελληνική έκδοση

English version

E-012597/13 by Ingeborg Gräßle to the Commission

Subject: Follow-up to Question E-009713/2013: additional information concerning OLAF's annual report 2013 PART 1

Deutsche Fassung

English version

E-012598/13 by Ingeborg Gräßle to the Commission

Subject: Follow-up to Question E-009713/2013: additional information concerning OLAF's annual report 2013 PART 2

Deutsche Fassung

English version

E-012599/13 by Georgios Koumoutsakos to the Commission

Subject: Illegal adoption and child disappearances in the European Union

Ελληνική έκδοση

English version

E-012611/13 by Laurence J.A.J. Stassen to the Commission

Subject: Establishment of a European intelligence service

Nederlandse versie

English version

E-012630/13 by Nikos Chrysogelos to the Commission

Subject: Structural adjustment programmes of indebted countries and EU environmental rollback

Ελληνική έκδοση

English version

E-012644/13 by Andreas Mölzer to the Commission

Subject: Facebook — ‘dragnet’ searching using Graph Search

Deutsche Fassung

English version

E-012648/13 by Andreas Mölzer to the Commission

Subject: Environmental contaminants — cases of cancer

Deutsche Fassung

English version

E-012669/13 by Fiorello Provera and Charles Tannock to the Commission

Subject: VP/HR — Protection for health workers

Versione italiana

English version

E-012673/13 by João Ferreira and Inês Cristina Zuber to the Commission

Subject: Commission autumn economic forecast — wage developments in Portugal

Versão portuguesa

English version

E-012681/13 by Mara Bizzotto to the Commission

Subject: New European intelligence units

Versione italiana

English version

E-012682/13 by Mara Bizzotto to the Commission

Subject: European funds for Italy

Versione italiana

English version

E-012684/13 by Mara Bizzotto to the Commission

Subject: Demonstrating against the EU becomes a criminal offence in Greece

Versione italiana

English version

E-012693/13 by Marisa Matias and Alda Sousa to the Commission

Subject: Open-cast gold mining in a special protection area in the Natura 2000 network

Versão portuguesa

English version

E-012708/13 by Antigoni Papadopoulou to the Commission

Subject: Rescuing the banking system of Cyprus

Ελληνική έκδοση

English version

E-012725/13 by Antigoni Papadopoulou to the Commission

Subject: A state deposit guarantee of all deposits in Cyprus

Ελληνική έκδοση

English version

E-012727/13 by Antigoni Papadopoulou to the Commission

Subject: Worsening economic situation in Cyprus

Ελληνική έκδοση

English version

E-012729/13 by Antigoni Papadopoulou to the Commission

Subject: Structure of Cyprus interest rates

Ελληνική έκδοση

English version

E-012731/13 by Antigoni Papadopoulou to the Commission

Subject: Separating non-performing loans from the Bank of Cyprus

Ελληνική έκδοση

English version

E-012732/13 by Antigoni Papadopoulou to the Commission

Subject: Transformation of the cooperative bank sector of Cyprus into a single joint stock entity

Ελληνική έκδοση

English version

E-012736/13 by Oreste Rossi to the Commission

Subject: Dangers and problems caused by dazzling reflections off glass buildings

Versione italiana

English version

E-012745/13 by Norbert Neuser, Fiona Hall and Filip Kaczmarek to the Commission

Subject: Sustainable energy for all

Deutsche Fassung

Wersja polska

English version

E-012750/13 by Mara Bizzotto to the Commission

Subject: Risk of anisakiasis infection

Versione italiana

English version

E-012753/13 by Vito Bonsignore, Giuseppe Gargani, Marco Scurria, Paolo Bartolozzi, Barbara Matera, Lara Comi, Giovanni La Via, Crescenzio Rivellini, Roberta Angelilli, Aldo Patriciello and Erminia Mazzoni to the Commission

Subject: Depression in the Member States

Versione italiana

English version

E-012768/13 by Angelika Werthmann and Antigoni Papadopoulou to the Commission

Subject: Falsely registered labour forces in Greece, especially among women

Deutsche Fassung

Ελληνική έκδοση

English version

E-012769/13 by Angelika Werthmann and Antigoni Papadopoulou to the Commission

Subject: Increase in violence against women in Greece

Deutsche Fassung

Ελληνική έκδοση

English version

E-012772/13 by Angelika Werthmann and Antigoni Papadopoulou to the Commission

Subject: Success of the Troika in Greece

Deutsche Fassung

Ελληνική έκδοση

English version

E-012775/13 by Mario Borghezio to the Commission

Subject: Ban on mixed-sex student housing in Turkey

Versione italiana

English version

E-012984/13 by Laurence J.A.J. Stassen to the Commission

Subject: Erdoğan wants to ban mixed student residences

Nederlandse versie

English version

E-012782/13 by Nikolaos Chountis to the Commission

Subject: Mental health situation in Greece

Ελληνική έκδοση

English version

E-012786/13 by George Lyon to the Commission

Subject: Reduction coefficient possibility

English version

E-012790/13 by Peter van Dalen to the Commission

Subject: Standards for the mitten crab

Nederlandse versie

English version

E-012803/13 by James Nicholson to the Commission

Subject: Commission communication on state aid for cinema

English version

E-012816/13 by Gaston Franco and Richard Seeber to the Commission

Subject: Marine Natura 2000 sites

Deutsche Fassung

Version française

English version

E-012826/13 by Josef Weidenholzer to the Commission

Subject: Collection of biometric data for marketing purposes in Tesco petrol stations

Deutsche Fassung

English version

E-012833/13 by Catherine Bearder to the Commission

Subject: Car hire in the EU

English version

E-012841/13 by Mario Borghezio to the Commission

Subject: ‘Romaidentity’ initiative

Versione italiana

English version

E-012842/13 by Mario Borghezio to the Commission

Subject: Polio outbreak in Syria

Versione italiana

English version

E-012843/13 by Mara Bizzotto to the Commission

Subject: Compliance of relocation incentives granted by certain Member States with EC law

Versione italiana

English version

E-012844/13 by Mara Bizzotto to the Commission

Subject: Italian firms crushed by bureaucracy costs and burdens: warning by Confartigianato

Versione italiana

English version

E-012845/13 by Mara Bizzotto to the Commission

Subject: Overcrowding in Italian prisons: possible solutions at EU level

Versione italiana

English version

E-012862/13 by Georgios Papanikolaou to the Commission

Subject: Improved business environment in Greece in 2014

Ελληνική έκδοση

English version

E-012866/13 by Claudette Abela Baldacchino to the Commission

Subject: Animal welfare

Verżjoni Maltija

English version

E-012872/13 by Mara Bizzotto to the Commission

Subject: Mass executions in North Korea

Versione italiana

English version

E-012876/13 by Filip Kaczmarek to the Commission

Subject: Limited access to Fair Trade products

Wersja polska

English version

E-012882/13 by Antigoni Papadopoulou to the Commission

Subject: The institution of the minimum wage and its usefulness

Ελληνική έκδοση

English version

E-012883/13 by Antigoni Papadopoulou to the Commission

Subject: Reduction of the minimum wage in Cyprus

Ελληνική έκδοση

English version

E-012886/13 by Nikolaos Chountis to the Commission

Subject: Falling tax revenues

Ελληνική έκδοση

English version

E-012893/13 by Monica Luisa Macovei to the Commission

Subject: Human rights issues in Sri Lanka

Versiunea în limba română

English version

E-012898/13 by Theodoros Skylakakis to the Commission

Subject: Undeclared employment in the shadow education market

Ελληνική έκδοση

English version

E-012904/13 by Jacek Włosowicz to the Commission

Subject: Fake certificates of conformity for gantries in the viaTOLL network

Wersja polska

English version

E-012905/13 by Jacek Włosowicz to the Commission

Subject: Repeated punishment of drivers for the same offence

Wersja polska

English version

E-012912/13 by Auke Zijlstra to the Commission

Subject: Referendum for major decisions

Nederlandse versie

English version

E-012916/13 by Philippe Boulland to the Commission

Subject: Bandwidth

Version française

English version

E-012922/13 by Elisabetta Gardini to the Commission

Subject: Electrolux

Versione italiana

English version

E-012934/13 by Takis Hadjigeorgiou to the Commission

Subject: Millions of euros in bonuses

Ελληνική έκδοση

English version

E-012948/13 by Csanád Szegedi to the Commission

Subject: Support for the introduction of electric vehicles

Magyar változat

English version

E-012953/13 by Jim Higgins to the Commission

Subject: Update to Written Question E-010841/2013

English version

E-012965/13 by Britta Reimers to the Commission

Subject: Growing population of wild geese

Deutsche Fassung

English version

E-012966/13 by Angelika Werthmann to the Commission

Subject: Youth unemployment in Croatia

Deutsche Fassung

English version

E-012968/13 by Angelika Werthmann to the Commission

Subject: Continuous rise in cases of dementia

Deutsche Fassung

English version

E-012974/13 by Antigoni Papadopoulou to the Commission

Subject: EU funding of non-member countries

Ελληνική έκδοση

English version

E-012976/13 by Antigoni Papadopoulou to the Commission

Subject: Need for Turkish disengagement from the illegal occupation of Cyprus

Ελληνική έκδοση

English version

E-012977/13 by Antigoni Papadopoulou to the Commission

Subject: Social protection floors

Ελληνική έκδοση

English version

E-012978/13 by Pavel Poc, Bart Staes, Andrea Zanoni, Bas Eickhout, Karin Kadenbach, Marisa Matias and Alojz Peterle to the Commission

Subject: Risk assessment of plant protection products on bees

České znění

Deutsche Fassung

Versione italiana

Nederlandse versie

Versão portuguesa

Slovenska različica

English version

E-012992/13 by Christine De Veyrac to the Commission

Subject: No-spying agreement with the United States

Version française

English version

E-012997/13 by Mara Bizzotto to the Commission

Subject: Commission review of Italy's macroeconomic imbalances

Versione italiana

English version

E-012998/13 by Mara Bizzotto to the Commission

Subject: New agreement on beef imports from the United States: consumer safeguards

Versione italiana

English version

E-012999/13 by Mara Bizzotto to the Commission

Subject: Simplification of the European Globalisation Adjustment Fund

Versione italiana

English version

E-013000/13 by Mara Bizzotto to the Commission

Subject: Checks on the agri-food chain for ‘made in Italy’ products

Versione italiana

English version

E-013001/13 by Mara Bizzotto to the Commission

Subject: The Boko Haram Islamic fundamentalist group in Nigeria: further attacks and possible solutions

Versione italiana

English version

E-013003/13 by Kriton Arsenis to the Commission

Subject: Serious threat to public health and economies of EU Member States from the destruction of Syrian chemical weapons in Albania

Ελληνική έκδοση

English version

E-013005/13 by Antigoni Papadopoulou to the Commission

Subject: The ECB on collision course

Ελληνική έκδοση

English version

E-013009/13 by Antigoni Papadopoulou to the Commission

Subject: The euro was a ‘mistake’

Ελληνική έκδοση

English version

E-013010/13 by Antigoni Papadopoulou to the Commission

Subject: Growth in Cyprus-for Olli Rehn

Ελληνική έκδοση

English version

E-013011/13 by Antigoni Papadopoulou to the Commission

Subject: Concerns over the slow growth rate

Ελληνική έκδοση

English version

E-013012/13 by Antigoni Papadopoulou to the Commission

Subject: Widening of inequalities

Ελληνική έκδοση

English version

E-013013/13 by Antigoni Papadopoulou to the Commission

Subject: Repatriation of capital from tax evasion

Ελληνική έκδοση

English version

E-013015/13 by Tiziano Motti to the Commission

Subject: 2014 European elections and EU media funding

Versione italiana

English version

E-013021/13 by Georgios Papanikolaou to the Commission

Subject: Maintenance of the 5% national contribution to major co-financed projects

Ελληνική έκδοση

English version

E-013033/13 by Roberta Angelilli to the Commission

Subject: Illegal betting: a joint and coordinated approach on the part of the European Union to protect citizens, especially minors

Versione italiana

English version

E-013040/13 by Sandrine Bélier to the Commission

Subject: Small hydropower plant on Dejani Lupsa river in Natura 2000 site ROSCI0122 Muntii Fagaras in Romania

Version française

English version

E-013042/13 by Phil Bennion to the Commission

Subject: VP/HR — Bangladesh use of the death penalty

English version

E-013047/13 by Kathleen Van Brempt to the Commission

Subject: Risk of social dumping with the signing of the Transatlantic Trade and Investment Partnership

Nederlandse versie

English version

E-013049/13 by Adam Bielan to the Commission

Subject: Amendment of regulations on delegating employees

Wersja polska

English version

E-013052/13 by Adam Bielan to the Commission

Subject: VP/HR — Results of the summit of leaders of Customs Union states

Wersja polska

English version

E-013053/13 by João Ferreira and Inês Cristina Zuber to the Commission

Subject: Report on the International Monetary Fund's (IMF) eighth and ninth reviews of the Troika's Programme in Portugal

Versão portuguesa

English version

E-013055/13 by Monika Panayotova to the Commission

Subject: Investment in research and development in the EU and individual Member States. Involvement of business

българска версия

English version

E-013056/13 by Nikos Chrysogelos to the Commission

Subject: Basic (minimum guaranteed) income in Greece

Ελληνική έκδοση

English version

E-013057/13 by Charles Tannock to the Commission

Subject: Compatibility of hidden car hire charges with EC law

English version

E-013059/13 by Charles Tannock to the Commission

Subject: Carbon efficiency of electric vehicles

English version

E-013063/13 by Oreste Rossi to the Commission

Subject: Finance from credit institutions for nuclear weapon manufacturers

Versione italiana

English version

E-013065/13 by Oreste Rossi to the Commission

Subject: Potential conflict of interest: action and studies needed in sensitive sectors such as health and consumer protection

Versione italiana

English version

E-013068/13 by Eija-Riitta Korhola to the Commission

Subject: International emission reduction solutions for the aviation industry

Suomenkielinen versio

English version

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-000122/12

à la Commission

Marc Tarabella (S&D)

(18 janvier 2012)

Objet: Risques pour les consommateurs du marquage «CE»

Les accidents récents liés à l'injection d'implants ou de produits antirides à des fins esthétiques ont une nouvelle fois démontré les risques de mauvaise information et, le cas échéant, de tromperie des consommateurs imputables au marquage «CE» figurant sur les notices d'utilisation des produits de consommation, qui donnent aux consommateurs une fausse certification de sécurité.

La Commission peut-elle préciser:

si elle entend maintenir encore longtemps le marquage «CE» sous sa forme actuelle, au risque d'induire en erreur les consommateurs, avec les dangers évidents que cela comporte pour leur santé ou pour leur sécurité;

si elle entend mettre un terme à ce système d'auto-certification par les fabricants, sans aucune contre-expertise, ni des autorités, ni des consommateurs qui devraient en supporter les frais?

Réponse donnée par M. Tajani au nom de la Commission

(13 mars 2012)

En 2007, le Parlement Européen a demandé à la Commission d'examiner la possibilité de créer un marquage européen de protection des consommateurs. L'analyse de la Commission sur la faisabilité d'une telle marque a clairement montré qu'une nouvelle marque de ce type créerait probablement plus de problèmes qu'elle n'en résoudrait.

En vertu de l'article 40 du Règlement 765/2008 du 9 juillet 2008 la Commission doit faire rapport au PE en septembre 2013 sur la mise en œuvre de ce Règlement, et donc sur l'efficacité de la mise en œuvre de la surveillance du marché vis-à-vis de la crédibilité du marquage CE. Il sera alors opportun de réexaminer la question.

Par ailleurs, la Commission attire l'attention de l'Honorable Parlementaire sur le fait que les cas auxquels il se réfère ne sont pas le fait d'une mauvaise information, mais bien d'intentions délibérées de fraude contre lesquelles aucun système de marquage ne peut être efficace.

Par le passé, beaucoup de produits identifiés comme dangereux et donc rappelés du marché, portaient souvent non seulement le marquage CE mais également d'autres marquages non prévus dans la législation communautaire, parfois accordés par des organismes de certification indépendants.

Depuis l'adoption du nouvel encadrement réglementaire (New Legislative Framework-NLF) en 2008, et en vue de l'adoption des révisions de la législation sectorielle, la crédibilité du marquage CE sera beaucoup plus facile à maintenir, parce que le NLF et les législations adaptées fournissent les outils, pour assurer que les consommateurs et les utilisateurs soient efficacement protégés.

(English version)

Question for written answer E-000122/12

to the Commission

Marc Tarabella (S&D)

(18 January 2012)

Subject: Risks for consumers posed by the ‘CE’ marking

Recent accidents linked to the insertion of implants or anti-wrinkle products for aesthetic purposes have once again demonstrated the risks of poor information and, in some cases, of misleading consumers on the basis of the ‘CE’ mark appearing on consumer product user guides, which gives consumers a false certification of safety.

Could the Commission state:

whether it intends to keep the ‘CE’ marking in its current form for much longer, at the risk of misleading consumers, with the obvious dangers that this poses for their health or safety?

whether it intends to end this system of self-certification by manufacturers, with no second opinion from either the authorities or the consumers who have to bear the costs?

(Version française)

Réponse donnée par M. Tajani au nom de la Commission

(13 mars 2012)

En 2007, le Parlement Européen a demandé à la Commission d'examiner la possibilité de créer un marquage européen de protection des consommateurs. L'analyse de la Commission sur la faisabilité d'une telle marque a clairement montré qu'une nouvelle marque de ce type créerait probablement plus de problèmes qu'elle n'en résoudrait.

En vertu de l'article 40 du Règlement 765/2008 du 9 juillet 2008 la Commission doit faire rapport au PE en septembre 2013 sur la mise en œuvre de ce Règlement, et donc sur l'efficacité de la mise en œuvre de la surveillance du marché vis-à-vis de la crédibilité du marquage CE. Il sera alors opportun de réexaminer la question.

Par ailleurs, la Commission attire l'attention de l'Honorable Parlementaire sur le fait que les cas auxquels il se réfère ne sont pas le fait d'une mauvaise information, mais bien d'intentions délibérées de fraude contre lesquelles aucun système de marquage ne peut être efficace.

Par le passé, beaucoup de produits identifiés comme dangereux et donc rappelés du marché, portaient souvent non seulement le marquage CE mais également d'autres marquages non prévus dans la législation communautaire, parfois accordés par des organismes de certification indépendants.

Depuis l'adoption du nouvel encadrement réglementaire (New Legislative Framework-NLF) en 2008, et en vue de l'adoption des révisions de la législation sectorielle, la crédibilité du marquage CE sera beaucoup plus facile à maintenir, parce que le NLF et les législations adaptées fournissent les outils, pour assurer que les consommateurs et les utilisateurs soient efficacement protégés.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-000687/12

à la Commission

Catherine Grèze (Verts/ALE)

(30 janvier 2012)

Objet: Suppression des droits de plantation contraire aux objectifs de développement rural

Les droits de plantation dans la viticulture sont voués à disparaître à l'horizon 2016, sous prétexte qu'ils augmenteraient les coûts de production. Pourtant, le vin ne doit en aucun cas être considéré comme une simple marchandise puisqu'il contribue activement au développement rural de nombreuses régions européennes, d'un point de vue économique, social, culturel et aussi environnemental. En effet, la viticulture est créatrice de nombreux emplois locaux non délocalisables et, en façonnant les paysages, elle est à l'origine d'une identité locale propre et donc d'un tourisme rural. D'un point de vue environnemental, la plantation sur les coteaux permet de lutter contre l'érosion sur des terrains qui ne pourraient servir à aucune autre culture.

C'est pourquoi les zones de plantation doivent continuer à être délimitées. La réforme envisagée semble donc être en totale contradiction avec le règlement (CE) no 1698/2005 du Conseil, se donnant pour objectif un développement rural de l'UE axé sur trois thèmes: l'amélioration de la compétitivité des secteurs agricole et forestier; l'amélioration de l'environnement et du paysage rural; l'amélioration de la qualité de vie en milieu rural et l'encouragement de la diversification de l'économie rurale.

Cependant, pour que les droits de plantation soient réellement la garantie d'un choix rationnel d'implantation de la vigne, il est nécessaire de les réformer. En effet, ils ne favorisent aujourd'hui pas assez l'émergence de nouveaux projets répondant aux critères évoqués. De même, il ne semble pas justifié de cantonner les plantations aux zones habituelles alors qu'elles pourraient contribuer au développement rural d'autres régions. D'autant plus qu'avec le réchauffement climatique, la vigne, comme de nombreuses autres cultures, sera amenée à migrer vers le nord. Enfin, d'un point de vue écologique, la prolongation de la période de validité des droits semble nécessaire à une réelle rotation des terres.

— La Commission ne considère-t-elle pas la suppression des droits de plantation dans le secteur viticole comme contraire aux objectifs européens de développement rural?

— La Commission compte-t-elle profiter de cette réforme pour modifier les critères d'attribution des droits de plantation afin qu'ils contribuent davantage au développement rural?

Réponse donnée par M.Cioloș au nom de la Commission

(6 mars 2012)

La Commission rappelle que l'expiration prochaine du régime transitoire des droits de plantation n'est pas une mesure isolée. Elle s'inscrit dans la réforme de l'Organisation commune de marché (OCM) du vin, adoptée par le Conseil en 2008. Cette réforme vise à rétablir l'équilibre du marché du vin et à accroître la compétitivité en fournissant aux producteurs des outils pour l'amélioration de cette compétitivité et en renforçant la politique de qualité du vin, tant dans l'intérêt des producteurs que des consommateurs.

Cette réforme de l'OCM est cohérente avec les objectifs de développement rural, mentionnés par l'Honorable Parlementaire. Cette réforme prévoit aussi des transferts de fonds au profit de mesures de développement rural. Les mesures concernées peuvent notamment porter sur l'installation des jeunes agriculteurs, l'amélioration de la commercialisation, la formation professionnelle, et les aides destinées à couvrir les coûts supplémentaires et les pertes de revenus liés à l'entretien des paysages à valeur culturelle, comme les coteaux évoqués par l'Honorable Parlementaire.

La Commission doit présenter, avant le 31 décembre 2012, au Parlement européen et au Conseil, un rapport qui prendra en compte l'expérience acquise dans le cadre de la mise en œuvre de cette réforme. Par ailleurs, suite à une interpellation de plusieurs États membres, sur l'expiration en 2015 du régime des droits de plantation, le membre de la Commission pour l'Agriculture vient d'annoncer la création d'un groupe à haut niveau pour y débattre des thèmes relatifs à cette problématique. Ce groupe va être mis en place au printemps 2012 et devrait rendre un rapport final.

(English version)

Question for written answer E-000687/12

to the Commission

Catherine Grèze (Verts/ALE)

(30 January 2012)

Subject: Abolition of planting rights contrary to the rural development objectives

Planting rights in wine-growing are destined to disappear by 2016 on the pretext that they will increase production costs. However, wine should in no way be considered a simple commodity as it actively contributes to the rural development of numerous European regions from an economic, social, cultural and environmental standpoint. In fact wine-growing creates many local jobs that cannot be relocated and, by shaping the landscape, it is the source of a local identity and thus rural tourism. From an environmental perspective, planting on hillsides helps fight against the erosion of land which could not be used to grow anything else.

This is why planting areas should continue to be demarcated. The planned reform thus seems to be in total contradiction with Council Regulation (EC) No 1698/2005, the objective of which is rural development in the EU based on three themes: improving competitiveness within the forestry and agricultural sectors; improving the environment and the rural landscape; improving the quality of life in rural areas and promoting diversification in the rural economy.

However, for planting rights to really be a guarantee of a rational choice for vineyard location, it is necessary to reform them because currently they do not sufficiently contribute to the emergence of new projects that meet the criteria mentioned. Similarly, it does not seem justified to confine planting to the usual areas when it could contribute to rural development in other regions, all the more so because, with climate change, vines like many other crops will be forced to migrate north. Finally, from an ecological standpoint, prolonging the validity period for rights seems necessary for proper crop rotation.

— Does not the Commission consider the suppression of planting rights in the wine sector to be contrary to the European rural development objectives?

— Does the Commission expect to use this reform to modify the criteria for attributing planting rights so that they contribute more to rural development?

(Version française)

Réponse donnée par M.Cioloș au nom de la Commission

(6 mars 2012)

La Commission rappelle que l'expiration prochaine du régime transitoire des droits de plantation n'est pas une mesure isolée. Elle s'inscrit dans la réforme de l'Organisation commune de marché (OCM) du vin, adoptée par le Conseil en 2008. Cette réforme vise à rétablir l'équilibre du marché du vin et à accroître la compétitivité en fournissant aux producteurs des outils pour l'amélioration de cette compétitivité et en renforçant la politique de qualité du vin, tant dans l'intérêt des producteurs que des consommateurs.

Cette réforme de l'OCM est cohérente avec les objectifs de développement rural, mentionnés par l'Honorable Parlementaire. Cette réforme prévoit aussi des transferts de fonds au profit de mesures de développement rural. Les mesures concernées peuvent notamment porter sur l'installation des jeunes agriculteurs, l'amélioration de la commercialisation, la formation professionnelle, et les aides destinées à couvrir les coûts supplémentaires et les pertes de revenus liés à l'entretien des paysages à valeur culturelle, comme les coteaux évoqués par l'Honorable Parlementaire.

La Commission doit présenter, avant le 31 décembre 2012, au Parlement européen et au Conseil, un rapport qui prendra en compte l'expérience acquise dans le cadre de la mise en œuvre de cette réforme. Par ailleurs, suite à une interpellation de plusieurs États membres, sur l'expiration en 2015 du régime des droits de plantation, le membre de la Commission pour l'Agriculture vient d'annoncer la création d'un groupe à haut niveau pour y débattre des thèmes relatifs à cette problématique. Ce groupe va être mis en place au printemps 2012 et devrait rendre un rapport final.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-000763/12

à la Commission

Franck Proust (PPE)

(31 janvier 2012)

Objet: Projet de territoire autour de l'arrivée de la ligne à grande vitesse: exemplarité d'un projet pilote

Cette question fait suite à la réponse à ma question E-008218/2011 du 7 septembre 2011 «Projet de gare TGV de Nîmes-Manduel».

L'aménagement du territoire autour de l'implantation de la gare TGV de Manduel-Redessan est un des projets structurants de «Nîmes Métropole» pour les 20 ans à venir. Il recentrera le cœur de l'agglomération et aura comme ambition de répondre aux nouveaux défis du territoire. Il se construira autour d'un projet central et devra allier activités commerciales, développement économique, recherche, tourisme et qualité de vie.

La réflexion que mène la collectivité vise à proposer un projet innovant et intelligemment conçu (implication de tous les acteurs locaux, démarche comparative). Face à la concurrence, il est clair que l'offre devra se démarquer et apporter une réelle valeur ajoutée au territoire et à l'Europe pour devenir un véritable projet-pilote.

1. Selon l'expérience de la Commission, ce projet peut-il être intégré comme «projet-pilote» dans les négociations habituelles des contrats de partenariat des fonds structurels entre les États et l'Union européenne?

2. Sans se prononcer sur le fond, la Commission peut-elle dire si les critères du projet semblent se conformer à l'article 9 de la proposition de règlement FEDER de la Commission pour la prochaine perspective financière 2014-2020?

3. La Commission peut-elle énoncer des projets similaires et innovants (aménagement d'un territoire autour d'une gare TGV) auxquels elle aurait participé?

Réponse donnée par M. Hahn au nom de la Commission

(8 mars 2012)

Le contrat de partenariat sera valide pour la période allant du 1er janvier 2014 au 31 décembre 2020. Il couvrira tous les fonds du Cadre Stratégique Commun (CSC). Il expose l'approche intégrée du développement territorial soutenu par les fonds CSC, y compris une liste des villes dans lesquelles il convient de mettre en œuvre des actions intégrées en faveur du développement urbain durable. Le contrat de partenariat n'est pas l'endroit approprié pour mentionner les opérations individuelles.

L'article 9 du projet de règlement FEDER soutient des actions innovantes et expérimentales pour trouver ou tester de nouvelles solutions pour les problèmes liés au développement urbain durable. Les actions innovatrices peuvent prendre en charge toutes les activités nécessaires pour atteindre les objectifs thématiques énoncés dans le règlement-cadre pour les fonds CSC. La Commission va adopter un acte délégué qui énonce les conditions et les critères.

Dans ce moment, la Commission ne peut pas énoncer des projets similaires parce que ce genre de support financier spécifiquement dédié aux actions urbaines innovantes n'existe pas dans la politique de cohésion actuelle.

(English version)

Question for written answer E-000763/12

to the Commission

Franck Proust (PPE)

(31 January 2012)

Subject: Land-use planning and the introduction of high-speed rail links: an exemplary pilot project

This question follows on from the answer to Question E‐008218/2011 of 7 September 2011, entitled ‘Plans to build TGV station in Nimes-Manduel’.

The land-use planning project for the area around the TGV station to be built at Manduel-Redessan is one of the Nimes area’s priorities for the next 20 years. It will shift the heart of the urban area, seeking to meet new challenges as regards land use. Centred around a key project, it will combine business activities, economic development, research, tourism and quality of life.

The local authority is aiming to bring forward an innovative and intelligently designed project (involving all local stakeholders, using a comparative approach). In the face of competition, it is clear that it must stand out and bring real added value to the area and to Europe in order to be declared a pilot project.

1.

In the Commission’s experience, can this project be included as a

‘pilot project’ in the context of the regular structural fund partnership contract negotiations between the Member States and the European Union?

2.

Without ruling on its merits, can the Commission comment on whether the project’s criteria appear to comply with Article 9 of the Commission’s proposed regulation on the ERDF for the forthcoming financial perspective for 2014-2020?

3.

Can the Commission name any similar innovative projects (land-use planning in the area around a high-speed train station) in which it has been involved?

(Version française)

Réponse donnée par M. Hahn au nom de la Commission

(8 mars 2012)

Le contrat de partenariat sera valide pour la période allant du 1er janvier 2014 au 31 décembre 2020. Il couvrira tous les fonds du Cadre Stratégique Commun (CSC). Il expose l'approche intégrée du développement territorial soutenu par les fonds CSC, y compris une liste des villes dans lesquelles il convient de mettre en œuvre des actions intégrées en faveur du développement urbain durable. Le contrat de partenariat n'est pas l'endroit approprié pour mentionner les opérations individuelles.

L'article 9 du projet de règlement FEDER soutient des actions innovantes et expérimentales pour trouver ou tester de nouvelles solutions pour les problèmes liés au développement urbain durable. Les actions innovatrices peuvent prendre en charge toutes les activités nécessaires pour atteindre les objectifs thématiques énoncés dans le règlement-cadre pour les fonds CSC. La Commission va adopter un acte délégué qui énonce les conditions et les critères.

Dans ce moment, la Commission ne peut pas énoncer des projets similaires parce que ce genre de support financier spécifiquement dédié aux actions urbaines innovantes n'existe pas dans la politique de cohésion actuelle.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-000916/12

à la Commission

Younous Omarjee (GUE/NGL)

(2 février 2012)

Objet: Participation des PTOM à l'Alliance mondiale contre le changement climatique

Lancée en 2007 par la Commission européenne, l'Alliance mondiale contre le changement climatique a pour objectif d'approfondir le dialogue et la coopération en matière de changement climatique entre l'Union Européenne et les pays pauvres en développement les plus exposés au changement climatique, en particulier les pays les moins avancés (PMA) et les petits États insulaires en développement (PEID).

Les pays et territoires d'Outre-mer (PTOM) sont de petits pays et territoires insulaires en développement, pourtant leur participation à l'Alliance Mondiale contre le Changement Climatique n'a pas été actée.

Cela est une grande lacune, tant pour les petits États Insulaires en développement que pour les pays et territoires d'Outre-mer. Les réseaux qui se créent et les réunions régionales organisées grâce à l'Alliance mondiale contre le changement climatique devraient pouvoir inclure les PTOM, afin que les réflexions soient mieux mutualisées et que les échanges d'expériences puissent être partagés de façon large.

La Commission peut-elle procéder à l'intégration des PTOM au sein de l'Alliance mondiale contre le changement climatique?

Réponse donnée par M. Piebalgs au nom de la Commission

(13 mars 2012)

Les pays les moins avancés (PMA) et les petits États insulaires en Développement (PEID) sont les bénéficiaires de l'Alliance mondiale contre le changement climatique (AMCC) qui repose sur deux piliers: 1) une plateforme de dialogue et de coopération et 2) un soutien technique et financier.

Les Pays et territoires d'outremer (PTOM) bénéficient de l'AMCC. En effet, la Commission les associe aux conférences régionales et aux séminaires techniques organisés dans le cadre du premier pilier, tels que la conférence et le séminaire organisés au Vanuatu en février-mars 2011, la conférence de mars 2011 au Belize, le séminaire technique spécialement organisé à l'intention de l'ensemble des PTOM à Bruxelles en janvier 2012. Enfin, les PTOM de la Caraïbe seront invités à participer au séminaire technique prévu en Jamaïque en avril 2012.

Concernant le deuxième pilier, s'il est exact que certains (1) PTOM sont des PEID, l'AMCC cible en priorité les pays les plus pauvres parmi les PMA et les PEID dans lesquels les impacts du changement climatique sont une menace immédiate à la réalisation des objectifs du millénaire. Afin de pouvoir étendre ces actions à d'autres bénéficiaires, la Commission sollicite le concours renforcé des États membres.

(English version)

Question for written answer E-000916/12

to the Commission

Younous Omarjee (GUE/NGL)

(2 February 2012)

Subject: OCT participation in the Global Climate Change Alliance

The aim of the Global Climate Change Alliance, launched by the Commission in 2007, is to deepen dialogue and cooperation on climate change between the European Union and the poor developing countries that are the most vulnerable to climate change, in particular the least developed countries (LDCs) and small island developing states (SIDS).

Overseas countries and territories (OCTs) are small developing countries and island regions, but no formal arrangements have been made for them to participate in the Global Climate Change Alliance.

This is a serious problem for SIDS and OCTs. The networks created and regional meetings organised by the Global Climate Change Alliance should include OCTs so that ideas can be better shared and experiences can be exchanged on a wide scale.

Can the Commission bring the OCTs into the Global Climate Change Alliance?

(Version française)

Réponse donnée par M. Piebalgs au nom de la Commission

(13 mars 2012)

Les pays les moins avancés (PMA) et les petits États insulaires en Développement (PEID) sont les bénéficiaires de l'Alliance mondiale contre le changement climatique (AMCC) qui repose sur deux piliers: 1) une plateforme de dialogue et de coopération et 2) un soutien technique et financier.

Les Pays et territoires d'outremer (PTOM) bénéficient de l'AMCC. En effet, la Commission les associe aux conférences régionales et aux séminaires techniques organisés dans le cadre du premier pilier, tels que la conférence et le séminaire organisés au Vanuatu en février-mars 2011, la conférence de mars 2011 au Belize, le séminaire technique spécialement organisé à l'intention de l'ensemble des PTOM à Bruxelles en janvier 2012. Enfin, les PTOM de la Caraïbe seront invités à participer au séminaire technique prévu en Jamaïque en avril 2012.

Concernant le deuxième pilier, s'il est exact que certains (2) PTOM sont des PEID, l'AMCC cible en priorité les pays les plus pauvres parmi les PMA et les PEID dans lesquels les impacts du changement climatique sont une menace immédiate à la réalisation des objectifs du millénaire. Afin de pouvoir étendre ces actions à d'autres bénéficiaires, la Commission sollicite le concours renforcé des États membres.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-001015/12

à la Commission

Catherine Grèze (Verts/ALE)

(7 février 2012)

Objet: Les droits des bascophones et catalanophones de France

Selon un arrangement administratif de 2006 (JO 2006/C 73/06 du 25 mars 2006) se fondant sur les conclusions du Conseil du 13 juin 2005 relatives à l'emploi officiel de langues additionnelles au sein des institutions européennes, les citoyens espagnols peuvent utiliser, dans leur communication écrite avec la Commission, les langues officielles de l'État espagnol autres que le castillan, et notamment le basque et le catalan.

Ces deux langues sont aussi traditionnellement parlées en France. J'aurais donc voulu savoir si cet arrangement s'applique également aux citoyens français de langue catalane ou basque.

Question avec demande de réponse écrite E-001017/12

à la Commission

Catherine Grèze (Verts/ALE)

(7 février 2012)

Objet: Les droits des occitanophones

Selon un arrangement administratif de 2006 (JO 2006/C 73/06 du 13 juin 2005) relatif à l'emploi officiel de langues additionnelles au sein des institutions européennes, les citoyens espagnols peuvent utiliser, dans leur communication écrite avec la Commission, les langues officielles de l'État espagnol autres que le castillan. Cette mesure s'applique explicitement en plusieurs endroits au catalan, au basque et au galicien.

Or l'occitan (parlé dans le Val d'Aran, en Catalogne) est également, depuis le statut du 9 août 2006 (étendu par la loi catalane du 22 septembre 2010), une langue officielle de la Catalogne, et donc de l'Espagne, conformément à l'article 3, alinéa 2, de la constitution de l'Espagne. J'aurais donc voulu avoir confirmation que l'arrangement de 2006 évoqué ci-dessus s'applique également à l'occitan.

Réponse commune donnée par M. Barroso au nom de la Commission

(27 février 2012)

L'Arrangement administratif entre la Commission et le Royaume d'Espagne de 2006 ouvre la possibilité de s'adresser par écrit à la Commission dans l'une des langues définies comme langues officielles sur le territoire espagnol «aux citoyens espagnols ou toute personne physique ou morale résidant ou ayant son siège en Espagne» (disposition initiale).

L'arrangement s'applique ainsi à toutes les langues qui sont des langues officelles du Royaume d'Espagne. Par contre, il ne couvre pas les citoyens d'autres États membres, y compris les ressortissants français.

(English version)

Question for written answer E-001015/12

to the Commission

Catherine Grèze (Verts/ALE)

(7 February 2012)

Subject: Rights of Basque and Catalan speakers in France

In accordance with an administrative arrangement of 2006 (OJ C 73, 25.3.2006, p. 14) based on the Council conclusions of 13 June 2005 relating to the official use of additional languages within European institutions, Spanish citizens can, in their written communications with the Commission, use the official languages of the Spanish State other than Castilian (Spanish), in particular Basque and Catalan.

These two languages are also traditionally spoken in France. Can the Commission therefore state whether this arrangement will also apply to French citizens who speak Catalan or Basque?

Question for written answer E-001017/12

to the Commission

Catherine Grèze (Verts/ALE)

(7 February 2012)

Subject: Rights of Occitan speakers

In accordance with an administrative arrangement of 2006 (OJ C 73, 13.6.2006, p. 14) relating to the official use of additional languages within European institutions, Spanish citizens can, in their written communications with the Commission, use the official languages of the Spanish State other than Castilian (Spanish). This measure specifically applies in various parts of Spain to Catalan, Basque and Galician.

However, under the terms of the statute of 9 August 2006, whose scope was extended by the Catalan law of 22 September 2010, Occitan, which is spoken in the Val d’Aran, in Catalonia, is also an official language of Catalonia, and therefore of Spain, in accordance with Article 3(2) of the Spanish Constitution. Can the Commission therefore confirm that the aforementioned arrangement of 2006 will also apply to Occitan?

(Version française)

Réponse commune donnée par M. Barroso au nom de la Commission

(27 février 2012)

L'Arrangement administratif entre la Commission et le Royaume d'Espagne de 2006 ouvre la possibilité de s'adresser par écrit à la Commission dans l'une des langues définies comme langues officielles sur le territoire espagnol «aux citoyens espagnols ou toute personne physique ou morale résidant ou ayant son siège en Espagne» (disposition initiale).

L'arrangement s'applique ainsi à toutes les langues qui sont des langues officelles du Royaume d'Espagne. Par contre, il ne couvre pas les citoyens d'autres États membres, y compris les ressortissants français.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-001151/12

à la Commission

Isabelle Durant (Verts/ALE)

(8 février 2012)

Objet: Situation des inspecteurs nucléaires

Les inspecteurs nucléaires sont considérés comme des travailleurs de catégorie A (directement affectés à des travaux sous rayonnements ionisants). Il existe une liste des maladies professionnelles annexée à la recommandation de la Commission du 19 septembre 2003. Cette liste est disponible sur le site Internet EUR-Lex. Il y est stipulé que la Commission établira des critères de reconnaissance de maladies professionnelles. Les maladies provoquées par des radiations ionisantes figurent sous le no 508. En l'absence de critères établis par la Commission, la présomption d'imputabilité commande de respecter le système de liste.

L'article 73 du Statut dispose que le fonctionnaire est couvert contre les risques de maladie professionnelle, considérée par la réglementation commune «Assurance accident et maladie professionnelle» dans son article 3: «Sont considérées comme maladies professionnelles les maladies qui figurent à la “liste européenne des maladies professionnelles” […] dans la mesure où l'assuré a été exposé, dans son activité professionnelle auprès des Communautés européennes, aux risques de contracter ces maladies».

Pourtant, le Tribunal de la fonction publique en a jugé autrement dans son arrêt relatif à l'affaire F-30/10.

La Commission voudrait-elle expliquer pourquoi elle ne respecte pas ses engagements?

Réponse donnée par M. Šefčovič au nom de la Commission

(22 mars 2012)

Dans l'affaire F-30/10 (3), le Tribunal de la Fonction publique a donné raison à la Commission d'avoir conclu à l'absence d'origine professionnelle de la maladie dont le requérant est affecté. Le Tribunal de la fonction publique fait partie de l'institution de la Cour de justice; il est ainsi une instance juridictionnelle de l'Union européenne jouissant d'une indépendance totale.

Le Tribunal a jugé que la commission médicale dont l'avis fonde la décision de la Commission avait appliqué correctement les règles applicables en la matière. (4) Cette recommandation a été suivie par une publication non contraignante de la part de la Commission où sont précisés des critères destinés à affiner le diagnostic pour une série de risques professionnels. Les conséquences des risques dus à une exposition — professionnelle ou non — sont reprises sous la rubrique 508 (5).

D'après le Tribunal, qui a conforté la position de la Commission, la seule circonstance que la personne ait été «exposé[e] à des radiations ionisantes» n'est pas par elle-même seule de nature à entraîner la reconnaissance de l'origine professionnelle de sa maladie. La commission médicale a justement recherché non seulement si le requérant avait été exposé aux radiations ionisantes ou avait inhalé ou ingéré des substances radioactives dans l'exercice de ses fonctions, mais surtout si ces radiations, ingestions ou inhalations avaient, le cas échéant, atteint un niveau tel qu'il avait été exposé au risque de contracter une maladie en rapport avec ces radiations (ce qui n'était pas le cas en l'espèce vu le faible niveau d'exposition).

(English version)

Question for written answer E-001151/12

to the Commission

Isabelle Durant (Verts/ALE)

(8 February 2012)

Subject: Situation of nuclear inspectors

Nuclear inspectors are considered category A staff (directly assigned to work under ionising radiation). There is a schedule of occupational diseases annexed to the Commission’s Recommendation of 19 September 2003. This schedule is available on the EUR‐Lex website. It stipulates that the Commission shall establish occupational disease recognition criteria. The diseases caused by ionising radiations are listed under No 508. In the absence of criteria established by the Commission, the presumption of imputability requires compliance with the schedule system.

Article 73 of the Staff Regulations provides that an official is insured against the risk of occupational diseases in accordance with the Common Rules on ‘Accident and occupational disease insurance’, Article 3 of which states: ‘The diseases contained in the “European schedule of occupational diseases” […] shall be considered occupational diseases to the extent to which the insured parties have been exposed to the risk of contracting them in the performance of their duties with the European Communities’.

However, the Civil Servant Tribunal ruled otherwise in its judgment in Case F‐30/10.

Can the Commission explain why it does not honour its commitments?

(Version française)

Réponse donnée par M. Šefčovič au nom de la Commission

(22 mars 2012)

Dans l'affaire F-30/10 (6), le Tribunal de la Fonction publique a donné raison à la Commission d'avoir conclu à l'absence d'origine professionnelle de la maladie dont le requérant est affecté. Le Tribunal de la fonction publique fait partie de l'institution de la Cour de justice; il est ainsi une instance juridictionnelle de l'Union européenne jouissant d'une indépendance totale.

Le Tribunal a jugé que la commission médicale dont l'avis fonde la décision de la Commission avait appliqué correctement les règles applicables en la matière. (7) Cette recommandation a été suivie par une publication non contraignante de la part de la Commission où sont précisés des critères destinés à affiner le diagnostic pour une série de risques professionnels. Les conséquences des risques dus à une exposition — professionnelle ou non — sont reprises sous la rubrique 508 (8).

D'après le Tribunal, qui a conforté la position de la Commission, la seule circonstance que la personne ait été «exposé[e] à des radiations ionisantes» n'est pas par elle-même seule de nature à entraîner la reconnaissance de l'origine professionnelle de sa maladie. La commission médicale a justement recherché non seulement si le requérant avait été exposé aux radiations ionisantes ou avait inhalé ou ingéré des substances radioactives dans l'exercice de ses fonctions, mais surtout si ces radiations, ingestions ou inhalations avaient, le cas échéant, atteint un niveau tel qu'il avait été exposé au risque de contracter une maladie en rapport avec ces radiations (ce qui n'était pas le cas en l'espèce vu le faible niveau d'exposition).

(Versión española)

Pregunta con solicitud de respuesta escrita E-001160/12

a la Comisión

Raül Romeva i Rueda (Verts/ALE)

(8 de febrero de 2012)

Asunto: Nuevo enlace ferroviario Lyon-Turín

En la Decisión de 2008 por la que se aprueba la cofinanciación del nuevo enlace ferroviario Lyon-Turín (9), se hace referencia al túnel de La Maddalena, que abarca un trayecto de 8 800 m aproximadamente, que permitirá reconocer las tierras afectadas por el nuevo tramo del túnel de base en Italia. El extremo del túnel se encuentra en el municipio de Chiomonte y alcanza el sitio de intervención previsto en el proyecto de dicho túnel, próximo a la frontera francesa. «En la petición de financiación presentada en 2007 por parte de los Gobiernos italiano y francés (10), sin embargo, se hacía referencia al túnel como el «túnel exploratorio de Colombera»: este túnel sustituye al que inicialmente estaba previsto en Venaus. Tiene una longitud de unos 8 800 m y un diámetro excavado de 6 m, con un trazado que sigue el eje del túnel de base».

Cabe destacar que en la petición de financiación (11) se mencionaba un trazado en el que el túnel desembocaría «al aire libre, en territorio italiano, en el extremo oeste de las gargantas de la Dora, en el municipio de Chiomonte», y que, por tanto, el trazado recto del «túnel exploratorio de Colombera» estaba totalmente dedicado a realizar operaciones geognósticas por su posición perfectamente alineada con el túnel de base. Sin embargo, durante la fase de aprobación del actual anteproyecto, el Gobierno italiano (12) afirma que «ha determinado una solución a nivel de proyecto por la que se prevé que el túnel de base desemboque en el municipio de Susa», es decir en un lugar completamente distinto (a unos 10 km de distancia y en un tramo de 200 m) de la desembocadura propuesta para la financiación, que sería en el municipio de Chiomonte. Por tanto, el trazado curvo del «túnel de La Maddalena» está dedicado a la exploración geognóstica solo en una tercera parte de su tramo, ya que debe sacrificar dos tercios de su extensión para poder llegar al eje actual del túnel de base que desemboca en Susa.

Por tanto, se insta a la Comisión a que aclare, desde el punto de vista de los procedimientos de autorización (aprobación de los proyectos, evaluaciones ambientales, evaluación del impacto ambiental —EIA— y la evaluación del impacto medioambiental —VINCA—), si el «túnel de La Maddalena» (al que se hace referencia en la decisión de financiación) puede corresponderse por completo con el proyecto denominado «túnel exploratorio de Colombera» que se encuentra en otro lugar; también se pregunta cuáles son los procedimientos formales y los dictámenes técnicos (por parte del Gobierno italiano y/o de la Unión Europea) que respaldan y confirman tal correspondencia.

Asimismo, se plantea la cuestión de si el coste que supone la construcción del «túnel de La Maddalena» se admitirá en su totalidad o solo una parte, ya que éste desempeña una función de exploración geognóstica solo en un tercio de su longitud a raíz de las importantes modificaciones realizadas tanto en el trazado de este túnel como en el del túnel de base, con respecto a lo que se había previsto en el momento en que se realizó la petición de financiación.

Respuesta del Sr. Kallas en nombre de la Comisión

(22 de marzo de 2012)

Como puede ocurrir con grandes proyectos de infraestructura, la alineación del proyecto de nuevo enlace ferroviario Lyon-Turín se modificó en el lado italiano, donde se cambió para tener en cuenta las inquietudes de la población afectada. La decisión de financiación C (2008) 7733 de la Comisión, mencionada por Su Señoría, refleja estos cambios y sirve como base jurídica para la cofinanciación del proyecto por la UE.

El objetivo del túnel exploratorio de La Maddalena es permitir a los ingenieros conseguir un conocimiento profundo de la estructura geológica del terreno. Este túnel, al igual que los tres túneles de exploración de la parte francesa, termina en el futuro túnel de base. Con el fin de ahorrar gastos, el túnel exploratorio se convertirá más adelante en una parte de la estructura definitiva del túnel de base, al efecto de proporcionar más ventilación y servir como acceso de seguridad y mantenimiento. El hecho de que la alineación del túnel exploratorio se haya modificado no cambia su finalidad y su admisibilidad a efectos de la cofinanciación de la UE.

(English version)

Question for written answer E-001160/12

to the Commission

Raül Romeva i Rueda (Verts/ALE)

(8 February 2012)

Subject: New Lyon-Turin rail link

In the 2008 decision to grant financial assistance for the new Lyon-Turin rail link (13), reference is made to the Maddalena tunnel, ‘approximately 8 800 m in length, which will enable the inspection of the land affected by the new base tunnel route in Italy. The tunnel outlet is located in the municipality of Chiomonte and reaches the planned intervention site for the base tunnel close to the French border’.

In the financing application put forward in 2007 by the Italian and French governments (14), the tunnel is, however, referred to in the following terms: ‘Colombera exploratory tunnel: this tunnel replaces that originally planned at Venaus. It is approximately 8 800 m in length and has an excavated area, 6 m in diameter, that follows the axis of the Base Tunnel’ .

It is recalled that the aforementioned financing request (15) provided for a route by which the tunnel ‘opened on to Italian territory, at the western end of the Dora river, in the municipality of Chiomonte’, and that consequently the straight route of the ‘Colombera tunnel’ was entirely dedicated to the function of geognostic exploration by virtue of its perfect positioning along the axis of the Base Tunnel. Conversely, when approving the current preliminary plan, the Italian government (16) specified that it had ‘selected a planning solution that provided for a base tunnel outlet in the municipality of Susa’, i.e. a completely different site (approximately 10 km away and with an altitude difference of 200 m) from the tunnel outlet proposed in relation to the financing and located in Chiomonte. Consequently, just one-third of the curvilinear route of the ‘Maddalena tunnel’ is dedicated to geognostic exploration, since two‐ thirds of its length has to be sacrificed to enable the current Base Tunnel axis to reach the outlet at Susa.

Can the Commission specify how, with regard to the authorisation procedures (planning approval and environmental assessments such as the EIA — Environmental Impact Assessment and the environmental incidence assessment), the ‘Maddalena tunnel’ (referred to in the financing decision) can correspond in total to what is described as the ‘Colombera exploratory tunnel’, which is located in another area? Can it also specify the formal acts and/or technical opinions (supplied by the Italian Government and/or the EU) that support or confirm such a correspondence?

Can the Commission further state whether it believes that the cost of building the ‘Maddalena tunnel’ should be considered acceptable in whole or only in part, since it serves the function of a geognostic exploration tunnel for just one-third of its length, by reason of the significant changes made to its route and to that of the Base Tunnel since the financing request was made?

Answer given by Mr Kallas on behalf of the Commission

(22 March 2012)

As may happen with large infrastructure projects the alignment of the project of the New Railway Link Lyon-Turin was modified on the Italian side where the alignment was changed to accommodate the concerns of the affected population. The Commission financing Decision C(2008)7733 quoted by the Honourable Member reflects these changes and serves as the legal base for the EU's co-financing of the project.

The purpose of the La Maddalena exploratory tunnel is to allow the engineers to acquire a thorough knowledge of the geological structure of the terrain. The La Maddalena tunnel, just like the three exploratory tunnels on the French side, ends at the future base tunnel. In order to save costs, the exploratory tunnel will later be part of the definitive structure of the base tunnel, allowing additional ventilation and serving as security and maintenance access. The fact that the alignment of the exploratory tunnel has changed does not change its purpose and its eligibility for EU co-funding.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-001186/12

à la Commission

Catherine Grèze (Verts/ALE)

(9 février 2012)

Objet: Droits fondamentaux des «gens du voyage»

Sur les dix réclamations pour atteinte aux droits des Roms et des gens du voyage enregistrées par le Comité européen des droits sociaux, trois sont à l'encontre la France, qui vient d'être condamnée pour des atteintes au droit au logement. La législation et les pratiques actuelles de la France bafouent quotidiennement les droits fondamentaux des personnes issues de la communauté dite des gens du voyage. En matière civile et politique, la liberté d'aller et venir, usitée dans un mode de vie non sédentaire, reste soumise au visa policier trimestriel des carnets de circulation, sous peine d'enfermement (simple amende pour les commerçants). Le rattachement communal, au régime arbitraire et «quotté», contrevient à la liberté d'installation et à l'accès au droit de vote (3 ans d'antériorité pour les gens du voyage contre 6 mois pour les autres Français). Les atteintes aux droits sociaux suivent la logique d'exclusion: refus de scolarisation des enfants des gens du voyage, absence d'accès aux soins et à la protection sociale, multiples discriminations sur le marché du travail corrélées aux problématiques signalétiques des cartes nationales d'identité, difficultés d'accès aux services bancaires et d'assurance.

Les gens du voyage se heurtent également aux aménagements insuffisants des aires d'accueil, à l'exclusion du droit au logement opposable, au refus de reconnaissance de l'habitat-caravane en qualité de logement — bloquant ainsi les prestations sociales nationales, mais non l'assujettissement fiscal («taxe d'habitation des résidences mobiles terrestres») —, à la suppression nouvelle de l'autorisation judiciaire préalable à certaines opérations d'expulsion.

1. La mise en œuvre du principe de non-discrimination — alors qu'il est contraignant (directive 2000/43/CE) — n'est ainsi pas respectée. Les principes fondamentaux communs en matière d'intégration des Roms, adoptés dans les conclusions du Conseil du 8 juin 2009, ne le sont pas non plus. Quelle position la Commission entend-elle adopter face au mépris patent de l'État français pour ses engagements communautaires?

2. Le mécanisme de la non-discrimination s'avérant inefficace ne serait-ce qu'à protéger les gens du voyage, et tandis que la décennie pour l'Intégration est déjà lancée, quelles mesures la Commission entend-elle prendre pour rationaliser les objectifs d'intégration énoncés?

Réponse donnée par Mme Reding au nom de la Commission

(21 mars 2012)

La Directive 2000/43/EC (17) interdit toute discrimination fondée sur la race ou l'origine ethnique dans de nombreux domaines tels que l'emploi, la protection sociale, l'éducation ainsi que l'accès à des biens et services et leur fourniture, ce qui couvre la question du logement. Tous les États membres, dont la France, ont transposé cette directive en droit national. Assurer la transposition intégrale et effective de la directive et en garantir l'application et le respect représente cependant un défi constant. La Commission suit de près les mesures prises par les États membres au regard de la mise en œuvre de la directive. En outre, elle veillera à assurer la synergie nécessaire entre le cadre législatif et le cadre européen pour des stratégies nationales d'intégration des Roms.

En 2011, un grand pas en avant a été effectué au niveau européen pour mettre fin à l'exclusion des Roms et des gens du voyage, avec l'adoption du cadre européen pour des stratégies nationales d'intégration des Roms. Suite à la proposition de la Commission (18) les gouvernements des 27 États membres de l'Union européenne se sont engagés à présenter des stratégies pour l'intégration des Roms et des gens du voyage d'ici 2020. La Commission est actuellement en train d'évaluer ces documents politiques et rendra un rapport au Parlement européen et au Conseil au printemps. La Commission compte insister sur la mise en œuvre effective de mesures politiques appropriées par les États membres. C'est pourquoi la Commission souligne la nécessitéd'un mécanisme de suivi de ces stratégies par les autorités nationales. Enfin, la Commission présentera chaque année au Parlement européen et au Conseil un rapport sur les progrès réalisés.

(English version)

Question for written answer E-001186/12

to the Commission

Catherine Grèze (Verts/ALE)

(9 February 2012)

Subject: Fundamental rights of Travellers

Of the 10 complaints lodged with the European Committee of Social Rights concerning the infringement of the rights of Roma and Travellers, three were against France, which has just been found to have violated the right to housing. France’s laws and current practices infringe on a daily basis the fundamental rights of individuals belonging to the community commonly known as Travellers. In terms of civil and political rights, Travellers’ freedom of movement, which is fundamental to their lifestyle, is curtailed by quarterly police checks of their travel permits (carnets de circulation); breaches of the rules are punished by imprisonment (whereas traders face only a fine). The system of municipal registration on an arbitrary ‘quota’ basis contravenes freedom of establishment and restricts access to the right to vote (Travellers must remain in the same municipality for three years before being allowed to vote, whereas other French citizens must only wait six months). This exclusion from civic life is matched by violations of their social rights, such as refusals to enrol their children in schools, lack of access to healthcare and social protection, multiple discriminations in the job market linked to identification issues with national identity cards and difficulties in accessing banking and insurance services.

Travellers also have to cope with inadequate facilities on the sites provided for them, exclusion from the compulsory right to housing, the refusal to recognise caravans as a dwelling — which denies them access to national social benefits, even though they are subject to taxation (‘council tax on mobile homes’) — and the recent abolition of the need to obtain a prior court order for certain eviction measures.

1.

This is a case of failure to implement the principle of non-discrimination — although binding under Directive 2000/43/EC — and the Common Basic Principles on Roma Inclusion adopted in the conclusions of the Council of 8 June 2009. What is the Commission’s position on France’s open contempt for its commitments under EC law?

2.

Since the non-discrimination mechanism has proved ineffective in protecting Travellers, and given that the programme for the Decade of Roma Inclusion has already been launched, what measures does the Commission intend to take in order to make the stated integration objectives more realistic?

(Version française)

Réponse donnée par Mme Reding au nom de la Commission

(21 mars 2012)

La Directive 2000/43/EC (19) interdit toute discrimination fondée sur la race ou l'origine ethnique dans de nombreux domaines tels que l'emploi, la protection sociale, l'éducation ainsi que l'accès à des biens et services et leur fourniture, ce qui couvre la question du logement. Tous les États membres, dont la France, ont transposé cette directive en droit national. Assurer la transposition intégrale et effective de la directive et en garantir l'application et le respect représente cependant un défi constant. La Commission suit de près les mesures prises par les États membres au regard de la mise en œuvre de la directive. En outre, elle veillera à assurer la synergie nécessaire entre le cadre législatif et le cadre européen pour des stratégies nationales d'intégration des Roms.

En 2011, un grand pas en avant a été effectué au niveau européen pour mettre fin à l'exclusion des Roms et des gens du voyage, avec l'adoption du cadre européen pour des stratégies nationales d'intégration des Roms. Suite à la proposition de la Commission (20) les gouvernements des 27 États membres de l'Union européenne se sont engagés à présenter des stratégies pour l'intégration des Roms et des gens du voyage d'ici 2020. La Commission est actuellement en train d'évaluer ces documents politiques et rendra un rapport au Parlement européen et au Conseil au printemps. La Commission compte insister sur la mise en œuvre effective de mesures politiques appropriées par les États membres. C'est pourquoi la Commission souligne la nécessitéd'un mécanisme de suivi de ces stratégies par les autorités nationales. Enfin, la Commission présentera chaque année au Parlement européen et au Conseil un rapport sur les progrès réalisés.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-001218/12

à la Commission

Jean-Luc Bennahmias (ALDE)

(9 février 2012)

Objet: Articulation entre Solvabilité II et l'initiative Emprunts obligataires Europe 2020 pour le financement de projets

Les besoins de financement pour les projets européens sont en augmentation constante afin d'atteindre les objectifs de croissance, de compétitivité, de cohésion économique et sociale, et de transition vers une économie européenne écologique.

Les compagnies d'assurance européennes tout comme les fonds de pension font partie des investisseurs importants sur les marchés financiers européens et jouent un rôle dans le financement des banques en tant qu'acheteurs d'obligations et contributeurs aux investissements de long terme, notamment par le biais de partenariats public-privé, qui permettent de soutenir des projets portés par les collectivités publiques.

La directive Solvabilité II, qui devrait entrer en vigueur sous sa nouvelle forme en janvier 2013, nous interroge sur la pérennité des investissements de long terme, notamment dans le domaine des infrastructures. En parallèle, l'initiative Emprunts obligataires Europe 2020 pour le financement de projets vise à faciliter le financement obligataire de grands projets européens.

1. Comment la Commission envisage-t-elle l'articulation de ces nouvelles réglementations, et plus particulièrement, comment s'organise la coopération entre la DG ECFIN, qui pilote l'initiative Emprunts obligataires Europe 2020 pour le financement de projets, et la DG MARKT, en charge de la directive Solvabilité II?

2. Plus généralement, la Commission estime-t-elle que ces nouvelles réglementations vont avoir un effet incitatif ou dissuasif sur les investissements de long terme?

Réponse donnée par M. Barnier au nom de la Commission

(21 mars 2012)

Le cadre conceptuel de Solvabilité II est fixé depuis 2009. Il inclut une valorisation économique par référence aux valeurs de marché ainsi que le calcul d'exigences prudentielles alignées sur les risques sous-jacents. Cependant il reste à préciser des détails opérationnels importants, tels que les calibrages exacts.

L'initative Emprunts obligataires Europe 2020 vise à inciter le secteur privé à participer au financement de projets d'infrastructure. Solvabilité II n'empêchera pas les assureurs de participer à ce financement. Les assureurs doivent définir leur politique d'investissement dans le cadre d'une gestion prudente de leur activité, par exemple n'investir dans des actifs de long terme qu'à concurrence des passifs de long terme qu'ils doivent couvrir.

Solvabilité II reconnaît ces bonnes pratiques de gestion actif-passif et incite à couvrir des garanties de long terme par des obligations de long terme plutôt que par des actifs de court terme. Le rôle d'investisseurs de long terme est aussi reconnu par le biais d'un calibrage réduit sur les actions cantonnées pour les activités retraite ou celles qui sont des participations stratégiques.

Plus généralement, Solvabilité II vise à rendre les assureurs et réassureurs européens plus résilients et plus stables; ce qui leur permettrait de mieux jouer leur rôle d'investisseurs institutionnels, au bénéfice de toutes les classes d'actifs.

(English version)

Question for written answer E-001218/12

to the Commission

Jean-Luc Bennahmias (ALDE)

(9 February 2012)

Subject: Link between Solvency II and the Europe 2020 Project Bond Initiative to fund infrastructure

The financing needs for European initiatives are constantly increasing in order to achieve growth, competitiveness, economic and social cohesion objectives and transition to an ecological European economy.

European insurance companies as well as pension funds are among important investors in European financial markets and play a role in financing banks by purchasing bonds and contributing to long-term investments, particularly through public-private partnerships, which support projects carried out by local authorities.

The Solvency II Directive, which should enter into force in its new form in January 2013, questions the sustainability of long-term investments, particularly in the area of infrastructure. At the same time, the Europe 2020 Project Bond Initiative to fund infrastructure aims to facilitate the bond financing of large European infrastructure projects.

1.

How does the Commission view the link between these new regulations; more specifically, how will it organise cooperation between DG ECFIN, the leader of the Europe 2020 Project Bond Initiative, and DG MARKT, which is responsible for the Solvency II Directive?

2.

More broadly, does the Commission expect these new regulations to act as an incentive or a deterrent to long-term investments?

(Version française)

Réponse donnée par M. Barnier au nom de la Commission

(21 mars 2012)

Le cadre conceptuel de Solvabilité II est fixé depuis 2009. Il inclut une valorisation économique par référence aux valeurs de marché ainsi que le calcul d'exigences prudentielles alignées sur les risques sous-jacents. Cependant il reste à préciser des détails opérationnels importants, tels que les calibrages exacts.

L'initative Emprunts obligataires Europe 2020 vise à inciter le secteur privé à participer au financement de projets d'infrastructure. Solvabilité II n'empêchera pas les assureurs de participer à ce financement. Les assureurs doivent définir leur politique d'investissement dans le cadre d'une gestion prudente de leur activité, par exemple n'investir dans des actifs de long terme qu'à concurrence des passifs de long terme qu'ils doivent couvrir.

Solvabilité II reconnaît ces bonnes pratiques de gestion actif-passif et incite à couvrir des garanties de long terme par des obligations de long terme plutôt que par des actifs de court terme. Le rôle d'investisseurs de long terme est aussi reconnu par le biais d'un calibrage réduit sur les actions cantonnées pour les activités retraite ou celles qui sont des participations stratégiques.

Plus généralement, Solvabilité II vise à rendre les assureurs et réassureurs européens plus résilients et plus stables; ce qui leur permettrait de mieux jouer leur rôle d'investisseurs institutionnels, au bénéfice de toutes les classes d'actifs.

(Deutsche Fassung)

Anfrage zur schriftlichen Beantwortung E-001253/12

an die Kommission

Herbert Dorfmann (PPE)

(14. Februar 2012)

Betrifft: Aus dem Markt genommene Erzeugnisse

Zur Vermeidung und Bewältigung von Krisen auf dem Obst— und Gemüsemarkt gestattet Artikel 80 Absatz 3 der Durchführungsverordnung (EU) Nr. 543/2011 der Kommission den Verkauf von aus dem Markt genommenen Erzeugnissen an die Verarbeitungsindustrie unter der Voraussetzung, dass die Mitgliedstaaten eingehende Bestimmungen erlassen, die gewährleisten, dass dabei Wettbewerbsverzerrungen für die betreffenden Unternehmen in der Union ausgeschlossen sind.

Italienische Händler berichteten kürzlich von einer mutmaßlichen Wettbewerbsverzerrung aufgrund von Verarbeitungserzeugnissen aus Pfirsichen und Nektarinen spanischer Herkunft, die in die Handelskette eingebracht wurden. Der sehr niedrige Preis dieser Erzeugnisse (0,20 EUR für unkonzentriertes Püree) wäre nur gerechtfertigt, wenn aus dem Markt genommene Erzeugnisse im Spiel wären.

Es ist darauf hinzuweisen, dass es das spanische Recht den autonomen Gemeinschaften ermöglicht, Bedingungen zur Vermeidung von Wettbewerbsverzerrungen festzulegen, sollte es zur industriellen Verarbeitung von aus dem Markt genommenen Erzeugnissen kommen.

1. Ist die Kommission in der Lage, die Aktivitäten der autonomen Gemeinschaften zu überwachen, um sicherzustellen, dass es nicht zu Wettbewerbsverzerrungen kommt?

2. Welche Vorsichtsmaßnahmen werden getroffen, um Betrug zu verhindern?

3. Ist es möglich, Sondermaßnahmen zu erlassen, wenn Erzeugnisse den Markt verzerren, indem sie unter Einstandspreis angeboten werden?

Antwort von Herrn Cioloş im Namen der Kommission

(14. März 2012)

Beauftragt die Kommission die Mitgliedstaaten mit der Durchführung bestimmter Maßnahmen, so sind in erster Linie diese Mitgliedstaaten dafür zuständig, auf nationaler oder regionaler Ebene ein Verwaltungs— und Kontrollsystem aufzubauen, das den Anforderungen der betreffenden Verordnungen entspricht. Im Rahmen des Rechnungsabschlussverfahrens prüft die Kommission die ordnungsgemäße Anwendung dieses Systems und nimmt erforderlichenfalls Finanzkorrekturen vor.

Was die Marktlage bei Pfirsichen der Ernte 2011 anbelangt, so waren die Preise in Spanien in bestimmten Zeiträumen tatsächlich außergewöhnlich niedrig. Vor diesem Hintergrund spiegelt der von dem Herrn Abgeordneten angeführte Preis diese Situation wider und besteht kein Anlass zu der Annahme, dass die Marktrücknahmeverfahren missbraucht wurden.

(English version)

Question for written answer E-001253/12

to the Commission

Herbert Dorfmann (PPE)

(14 February 2012)

Subject: Products withdrawn from the market

To prevent and manage crises in the fruit and vegetable market, Article 80(3) of Commission Implementing Regulation (EU) No 543/2011 allows products that have been withdrawn from the market to be sold to the processing industry, provided that Member States take the appropriate measures to avoid distortion of competition to the detriment of the industries concerned within the EU.

Italian traders recently reported alleged distortion of competition, due to processed products made from peaches and nectarines of Spanish origin being introduced into the commercial chain. The particularly low cost of such products (EUR 0.20 for ‘single strength’ puree) would only seem justified by the use of products withdrawn from the market.

It should be emphasised that Spanish law allows the autonomous communities to define conditions to ensure there is no distortion of competition should industrial processing of products withdrawn from the market take place.

1. Is the Commission able to supervise the actions of the autonomous communities, thereby ensuring there is no market distortion?

2. What precautions are being taken to prevent fraud?

3. Will it be possible to adopt special measures when products distort the market by being placed on it at below cost price?

Answer given by Mr Cioloş on behalf of the Commission

(14 March 2012)

Where the Commission entrusts the Member States with the implementation of certain measures, the Member State has primary responsibility for setting up a management and control system, either on a national or regional level, which complies with the requirements of the relevant Regulations. In the framework of the clearance of accounts procedure, the Commission verifies the effective functioning of this system and makes financial corrections where necessary.

As far as the market situation for peaches of the 2011 harvest is concerned, prices in Spain were indeed exceptionally low during certain periods of time. Against this background, the price quoted by the Honourable Member of the European Parliament reflects this situation and there are no elements to conclude that the withdrawal mechanism has been misused.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-001267/12

à la Commission

Stéphane Le Foll (S&D)

(10 février 2012)

Objet: OCM unique et les fruits et légumes: tomates et pruneaux

J'ai récemment rencontré des représentants des organisations de producteurs de tomates et de pruneaux, préoccupés par la disparition prochaine d'une partie du soutien de leur secteur.

La réforme de 2007 de ce secteur a étendu le principe du découplage aux fruits et légumes, intégrant ainsi peu à peu la production de tomates et de pruneaux dans le régime de paiement unique. Le calendrier a prévu un découplage total fin 2011 pour les tomates, et fin 2012 pour le pruneau. En clair, cela signifie qu'à ces dates les surfaces qui étaient en production pendant la période de référence historique choisie (période entre 2001-2006 pour la tomate et jusqu'en 2007 pour le pruneau) bénéficieront d'un paiement établi sur la référence historique.

Dans la pratique, la fin du découplage partiel implique deux types de situations très inégales: les producteurs dotés de références historiques continueront à percevoir des aides mais complètement découplées; les producteurs plus récents qui ont mis des surfaces en culture après 2006 (donc sans références historiques) et qui profitaient jusqu'ici de l'aide couplée, n'en bénéficient plus depuis le 1er janvier 2012 pour la tomate et n'en bénéficieront plus au 1er janvier 2013 pour le pruneau. Dans l'exemple de la tomate, cela représente en France plus de la moitié des tomates transformées. Le découplage total a donc pour effet de priver certains producteurs de tout soutien tout en générant des distorsions de concurrence, mais aussi de menacer l'avenir de filières ainsi que l'emploi dans un contexte de coûts de production élevés et de concurrence croissante.

Dans ses propositions de réforme de la PAC pour l'après 2013, la Commission évoque la possibilité, pour les États membres, d'attribuer à partir de 2014 des aides couplées pour un certain nombre de productions, dont les fruits et légumes. Dans la seconde situation décrite plus haut, aucune aide n'est prévue entre le 1er janvier 2011 et le 1er janvier 2014.

Pour faire face à cette injustice, qui ne doit pas être propre à la France, avec ses conséquences négatives en termes économiques et sociaux, la Commission ne peut-elle pas envisager le maintien des dispositions actuelles de la PAC, en ce qui concerne le régime des aides recouplées pour les filières concernées, sans préjuger naturellement de ce qu'il adviendra de la prochaine réforme de la PAC?

Réponse donnée par Mr Cioloş au nom de la Commission

(14 mars 2012)

La Commission rappelle tout d'abord que la question des agriculteurs ayant commencé une activité agricole après la période de référence prévue pour l'établissement des droits au paiement se pose inévitablement dans le contexte de la mise en œuvre du régime de paiement unique selon le modèle historique. S'il l'estime nécessaire, l'État membre peut décider d'attribuer à ces agriculteurs des droits au paiement de la réserve nationale en vertu de l'article 41, paragraphe 2, du règlement (CE) no 73/2009.

Concernant les paiements transitoires pour les fruits et légumes, la possibilité d'octroyer ces aides couplées constituait un élément de l'accord sur la réforme de l'organisation commune de marché dans le secteur des fruits et légumes. Les paiements transitoires pour les tomates visés à l'article 54, paragraphe 1, du règlement (CE) no 73/2009 pouvaient être octroyés jusqu'au 31 décembre 2011, alors que ces mêmes paiements pour certains fruits visés à l'article 54, paragraphe 2 sous b) du même règlement pouvaient l'être jusqu'au 31 décembre 2012.

Pour les productions concernées, cette période transitoire constitue une phase d'ajustement avant le découplage total, donnant aux agriculteurs une souplesse réelle pour adapter leur production à la demande du marché et leur position dans les négociations au sein de la filière de transformation.

Une révision des principes applicables aux paiements directs pour les fruits et légumes n'est pas opportune compte tenu des discussions en cours sur les propositions législatives de réforme de la PAC qui prévoient notamment la possibilité pour les États membres de mettre en place des aides ciblées, limitées à des secteurs ou régions dont la viabilité économique serait remise en cause en l'absence d'une composante d'aides couplées.

(English version)

Question for written answer E-001267/12

to the Commission

Stéphane Le Foll (S&D)

(10 February 2012)

Subject: Single CMO and fruit and vegetables: tomatoes and prunes

I recently met representatives from tomato and prune producer organisations, who are concerned about the imminent disappearance of part of the support for their sector.

The 2007 reform of this sector extended the principle of decoupling to cover fruit and vegetables, gradually including tomato and prune production in the single payment scheme. Total decoupling is expected at the end of 2011 in the case of tomatoes and at the end of 2012 in the case of prunes. This means that on those dates, areas which were already under production during the historical reference period chosen (between 2001 and 2006 for tomatoes and up to 2007 for prunes) will benefit from a payment based on historical references.

In practice, the end of partial decoupling involves two types of very unequal scenarios: producers with historical references will continue to receive payments, which will, however, be completely decoupled; more recent producers who planted crops after 2006 (without historical references) and until then benefited from coupled aid are no longer receiving such aid as of 1 January 2012 in the case of tomatoes and will cease to receive it on 1 January 2013 in the case of prunes. As far as tomatoes are concerned, this is equivalent to more than half the tomatoes processed in France. Total decoupling therefore completely deprives certain producers of support while distorting competition as well as threatening the future of industries and employment in a context of high production costs and growing competition.

In its proposals for the reform of the PAC after 2013, the Commission mentions the possibility for Member States to grant coupled aid from 2014 for certain products, including fruit and vegetables. In the second scenario described above, no aid is planned from 1 January 2011 to 1 January 2014.

To deal with this unfairness, which is surely not confined to France, with its damaging economic and social consequences, will the Commission consider keeping the current provisions of the CAP on recoupled aid for the industries concerned, without prejudice, of course, to what will happen in the next CAP reform?

(Version française)

Réponse donnée par Mr Cioloş au nom de la Commission

(14 mars 2012)

La Commission rappelle tout d'abord que la question des agriculteurs ayant commencé une activité agricole après la période de référence prévue pour l'établissement des droits au paiement se pose inévitablement dans le contexte de la mise en œuvre du régime de paiement unique selon le modèle historique. S'il l'estime nécessaire, l'État membre peut décider d'attribuer à ces agriculteurs des droits au paiement de la réserve nationale en vertu de l'article 41, paragraphe 2, du règlement (CE) no 73/2009.

Concernant les paiements transitoires pour les fruits et légumes, la possibilité d'octroyer ces aides couplées constituait un élément de l'accord sur la réforme de l'organisation commune de marché dans le secteur des fruits et légumes. Les paiements transitoires pour les tomates visés à l'article 54, paragraphe 1, du règlement (CE) no 73/2009 pouvaient être octroyés jusqu'au 31 décembre 2011, alors que ces mêmes paiements pour certains fruits visés à l'article 54, paragraphe 2 sous b) du même règlement pouvaient l'être jusqu'au 31 décembre 2012.

Pour les productions concernées, cette période transitoire constitue une phase d'ajustement avant le découplage total, donnant aux agriculteurs une souplesse réelle pour adapter leur production à la demande du marché et leur position dans les négociations au sein de la filière de transformation.

Une révision des principes applicables aux paiements directs pour les fruits et légumes n'est pas opportune compte tenu des discussions en cours sur les propositions législatives de réforme de la PAC qui prévoient notamment la possibilité pour les États membres de mettre en place des aides ciblées, limitées à des secteurs ou régions dont la viabilité économique serait remise en cause en l'absence d'une composante d'aides couplées.

(English version)

Question for written answer E-001463/12

to the Commission

Marina Yannakoudakis (ECR)

(8 February 2012)

Subject: Turkish occupied northern part of Cyprus and agricultural trade

Could the EEAS comment on allegations, reported in the local Turkish Cypriot daily newspaper Yenidüzen, that the Turkish occupied northern part of Cyprus has, in the past, forbidden Turkish Cypriot farmers the right to sell their barley produce to the Cypriot Grain Commission of the Republic of Cyprus?

Could the EEAS contact the relevant representative for agriculture of the Turkish occupied northern part of Cyprus to ask that free and fair trade be allowed to be carried out unhindered between the Turkish occupied territory of Northern Cyprus and the Republic of Cyprus?

Answer given by Mr Füle on behalf of the Commission

(21 March 2012)

The Commission has no information on the issue the Honourable Member refers to.

Following the accession of the Republic of Cyprus to the EU as a de facto divided island, the Council approved, on 29 April 2004, Council Regulation (EC) No 866/2004 (Green Line Regulation) (21), which enables the Turkish Cypriot Community to trade and move across the Green Line within the rules laid down in the regulation.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-001528/12

à la Commission

Christine De Veyrac (PPE)

(16 février 2012)

Objet: Programme européen d'aide aux plus démunis (PEAD)

Afin de maintenir le Programme européen d'aide aux plus démunis au-delà de 2013, la Commission a proposé, le 17 octobre dernier, de modifier la base juridique du programme et de le faire entrer dans le cadre de la politique de cohésion économique et sociale en préfléchant des crédits sur le budget du Fond social européen (FSE).

En dépit de cette déclaration, et alors que le Conseil s'est finalement entendu sur un accord de compromis pour le financement du PEAD pour une période transitoire de deux ans (2012 et 2013), la Commission n'aurait toujours pas saisi le Conseil d'une proposition législative devant mettre en place ce nouvel instrument.

— La Commission considère-t-elle toujours l'idée de transférer au FSE le régime d'aide alimentaire aux plus démunis pour l'exercice 2014-2020? Ou, au contraire, la mise en œuvre de l'accord du 14 novembre dernier se traduirait-elle par le retour de l'aide alimentaire dans le champ de compétence des États à partir de 2014?

Réponse donnée par M. Andor au nom de la Commission

(17 avril 2012)

La Commission se félicite de l'accord intervenu sur la prolongation du programme européen d'aide aux plus démunis dans sa forme actuelle jusqu'en 2013. Cela évitera une soudaine réduction des volumes de l'aide avec les conséquences qu'elle aurait, particulièrement en période hivernale.

En ce qui concerne les années suivantes, la proposition de la Commission pour le nouveau cadre financier pluriannuel 2014-2020 du 29 juin 2011 inclut la possibilité de maintenir le financement d'une assistance aux plus démunis, sous le chapitre 1 (Croissance intelligente et inclusive) qui correspond le mieux à l'objectif de réduction de la pauvreté de la stratégie «Europe 2020». Ce dispositif serait alors mis en cohérence avec le Fond Social Européen.

Les récentes discussions avec les Etats-membres ont montré qu'un certain nombre d'entre eux ne souhaite pas poursuivre le programme après 2013. La Commission en a pris note sans que cela ne remette en rien en cause son droit d'initiative. Elle a néanmoins besoin de temps pour élaborer un nouveau dispositif qui soit à la fois réaliste et efficace.

(English version)

Question for written answer E-001528/12

to the Commission

Christine De Veyrac (PPE)

(16 February 2012)

Subject: The EU's Food Distribution programme for the Most Deprived Persons (MDP)

In order to maintain the EU’s ‘Food Distribution programme for the Most Deprived Persons of the Community’ beyond 2013, on 17 October 2011, the Commission proposed amending the legal basis of the programme and incorporating it into economic and social cohesion policy by earmarking appropriations from the European Social Fund (ESF) budget.

In spite of this declaration, and while the Council has finally reached a compromise agreement on the funding of the MDP programme over a two-year transition period (2012 and 2013), it would appear that the Commission has still not submitted to the Council a legislative proposal to create this new instrument.

— Is the Commission still considering the idea of transferring the MDP programme to the ESF for the period between 2014 and 2020? Or will the implementation of the agreement of 14 November result in food aid once again becoming the responsibility of the Member States as from 2014?

(Version française)

Réponse donnée par M. Andor au nom de la Commission

(17 avril 2012)

La Commission se félicite de l'accord intervenu sur la prolongation du programme européen d'aide aux plus démunis dans sa forme actuelle jusqu'en 2013. Cela évitera une soudaine réduction des volumes de l'aide avec les conséquences qu'elle aurait, particulièrement en période hivernale.

En ce qui concerne les années suivantes, la proposition de la Commission pour le nouveau cadre financier pluriannuel 2014-2020 du 29 juin 2011 inclut la possibilité de maintenir le financement d'une assistance aux plus démunis, sous le chapitre 1 (Croissance intelligente et inclusive) qui correspond le mieux à l'objectif de réduction de la pauvreté de la stratégie «Europe 2020». Ce dispositif serait alors mis en cohérence avec le Fond Social Européen.

Les récentes discussions avec les Etats-membres ont montré qu'un certain nombre d'entre eux ne souhaite pas poursuivre le programme après 2013. La Commission en a pris note sans que cela ne remette en rien en cause son droit d'initiative. Elle a néanmoins besoin de temps pour élaborer un nouveau dispositif qui soit à la fois réaliste et efficace.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-001620/12

à la Commission

Catherine Grèze (Verts/ALE)

(9 février 2012)

Objet: Utilisation des fonds FEDER en remplacement des aides d'État à la construction d'aires d'accueil

Les États membres de l'Union européenne ont été invités à remettre à la Commission européenne leurs stratégies nationales en faveur de l'intégration des Roms et des gens du voyage. Le volet«logement» de la stratégie française annonce la poursuite de la politique qu'elle estime«ambitieuse» menée jusqu'ici. Elle rappelle notamment l'existence des lois dites«Besson» visant à imposer à chaque commune de plus de 5 000 habitants la construction d'une aire d'accueil des gens du voyage.

Or, le budget 2012 de l'État ne prévoit pas de financement pour aider les communes retardataires, qui auraient dû construire leurs aires depuis le début des années 2000. Il y a bien 5 millions d'euros qui sont débloqués, mais uniquement pour les communes venant tout juste de franchir le cap des 5 000 habitants, ainsi que pour les «terrains familiaux» (ce qui, au final, représente de très faibles sommes, à la fois pour les aires d'accueil et pour les terrains familiaux). Cela ne retire évidemment pas aux retardataires l'obligation de se mettre en conformité avec la loi.

Il est profondément choquant que la solution alternative qui leur est proposée pour pallier la suppression des aides nationales soit le recours aux fonds FEDER (grâce à la modification du règlement (UE) n° 437/2010 du 19 mai 2010 permettant d'accéder à ces fonds). L'échéance de fin des subventions était bien actée dans la Loi Besson, dans un objectif d'incitation des communes à se doter au plus vite des structures d'accueil nécessaires. Mais une solution alternative aurait pu être trouvée afin de poursuivre l'accompagnement des communes, comme la baisse de la subvention actuelle de 70 % à 50 %. Au contraire, les communes sont désormais livrées à elles-mêmes pour chercher les fonds nécessaires. La fin de ces subventions d'État marque un net recul dans le volontarisme politique et la responsabilité de la France vis-à-vis de sa population de voyageurs.

Pourtant, l'esprit de cette réforme des fonds FEDER, tout comme de la Stratégie européenne pour les Roms, est bien de permettre un fléchage, à partir de 2014, des fonds européens vers des actions plus efficaces, et, plus largement, de multiplier les projets en faveur de l'intégration des Roms et des gens du voyage.

La Commission est-elle au courant de cette intention de la France?

Considère-t-elle que les nouveaux fonds FEDER disponibles pour les Roms et les gens du voyage ont pour but de remplacer des aides d'État?

Qu'entend-t-elle faire pour éviter cette situation?

Réponse donnée par M. Hahn au nom de la Commission

(27 mars 2012)

Le nouvel article 7.2 du Règlement (EC) no 1080/2006 relatif au fonds européen de développement régional (FEDER) (22), introduit par le Règlement modificatif (EU) no 437/2010 du Parlement Européen et du Conseil du 19 mai 2010 (23), a rendu éligibles au FEDER les dépenses de logement en faveur des communautés marginalisées, à la condition que ces dépenses soient présentées dans le cadre d'une démarche intégrée. L'enveloppe financière attribuée aux dépenses de logement s'élève à 3 % de la contribution du FEDER aux programmes concernés ou à 2 % de la contribution totale du FEDER.

Certains programmes FEDER de la période 2007-2013 ont été révisés en France ou sont en voie de l'être afin d'intégrer les dispositifs permettant de cofinancer au moyen du FEDER les dépenses de logement en faveur des populations marginalisées.

La nouvelle règlementation a donc été d'application immédiate et n'a pas pour objet de permettre, à partir de 2014, un fléchage des fonds FEDER visant multiplication des projets en faveur de l'intégration des Roms. D'ailleurs, la proposition de Règlement du Parlement Européen et du Conseil relatif aux dispositions particulières applicables au FEDER du 6 octobre 2011 mentionne comme investissement prioritaire l'aide à la revitalisation physique et économique des communautés urbaines et rurales défavorisées sans faire de référence explicite aux Roms (article 5 (9-b)).

(English version)

Question for written answer E-001620/12

to the Commission

Catherine Grèze (Verts/ALE)

(9 February 2012)

Subject: Use of the European Regional Development Fund (ERDF) instead of state aid for the construction of reception areas

The Member States of the European Union have been invited to submit to the European Commission their national Roma and traveller integration strategies. The ‘housing’ section of the French strategy states that it will continue to pursue the policy that it has pursued to date, one that it considers to be ‘ambitious’. It points to the existence of what are known as the ‘Besson’ laws, which seek to require all local councils of towns of more than 5 000 inhabitants to build reception areas for travellers.

However, the 2012 State budget does not provide any funding for dilatory town councils, which should have built their areas from the beginning of the 2000s. EUR 5 million has indeed been made available, but only for towns which have just reached 5 000 inhabitants, and for ‘family sites’ (representing very small sums for both the reception areas and the family sites). This does not of course remove the obligation from the dilatory councils to comply with the law.

It is deeply disturbing that the alternative solution that they have been offered in order to alleviate the abolition of national assistance is the use of ERDF funds (thanks to the amendment to regulation (EU) No 437/2010 of 19 May 2010 allowing access to these funds). The deadline for these subsidies to come to an end was clearly recorded in the Besson Law, with the aim of encouraging councils to equip themselves, as soon as possible, with the reception structures they needed. However, it should have been possible to find an alternative solution to allow continued support to these councils, such as the reduction of the current subsidy from 70 % to 50 %. On the contrary, now councils are left to their own devices to find the funding they need. The end of these State subsidies marks a major retreat from the proactive approach taken by France and from its responsibility towards its population of travellers.

Yet the spirit behind this reform of the ERDF funds, as of the European Roma Strategy, is indeed to allow, from 2014, European funds to be earmarked for more effective action, and, more generally, to increase the number of projects promoting Roma and traveller integration.

Is the Commission aware that this is France’s intention?

Does it believe that the new ERDF funds for the Roma and travellers are intended to replace state aid?

What does it intend to do to avoid this situation?

(Version française)

Réponse donnée par M. Hahn au nom de la Commission

(27 mars 2012)

Le nouvel article 7.2 du Règlement (EC) no 1080/2006 relatif au fonds européen de développement régional (FEDER) (24), introduit par le Règlement modificatif (EU) no 437/2010 du Parlement Européen et du Conseil du 19 mai 2010 (25), a rendu éligibles au FEDER les dépenses de logement en faveur des communautés marginalisées, à la condition que ces dépenses soient présentées dans le cadre d'une démarche intégrée. L'enveloppe financière attribuée aux dépenses de logement s'élève à 3 % de la contribution du FEDER aux programmes concernés ou à 2 % de la contribution totale du FEDER.

Certains programmes FEDER de la période 2007-2013 ont été révisés en France ou sont en voie de l'être afin d'intégrer les dispositifs permettant de cofinancer au moyen du FEDER les dépenses de logement en faveur des populations marginalisées.

La nouvelle règlementation a donc été d'application immédiate et n'a pas pour objet de permettre, à partir de 2014, un fléchage des fonds FEDER visant multiplication des projets en faveur de l'intégration des Roms. D'ailleurs, la proposition de Règlement du Parlement Européen et du Conseil relatif aux dispositions particulières applicables au FEDER du 6 octobre 2011 mentionne comme investissement prioritaire l'aide à la revitalisation physique et économique des communautés urbaines et rurales défavorisées sans faire de référence explicite aux Roms (article 5 (9-b)).

(Ελληνική έκδοση)

Ερώτηση με αίτημα γραπτής απάντησης E-001755/12

προς την Επιτροπή

Pino Arlacchi (S&D), Guido Milana (S&D), Silvia Costa (S&D), Mitro Repo (S&D), Catherine Bearder (ALDE), Vasilica Viorica Dăncilă (S&D), Ivo Vajgl (ALDE), Rolandas Paksas (EFD), Nikolaos Salavrakos (EFD) και Claudiu Ciprian Tănăsescu (S&D)

(13 Φεβρουαρίου 2012)

Θέμα: Η μεταρρύθμιση της κοινής αλιευτικής πολιτικής της ΕΕ

Σύμφωνα με την τελευταία έκθεση του Οργανισμού Τροφίμων και Γεωργίας των Ηνωμένων Εθνών, επί του παρόντος ο αριθμός των αλιευτικών σκαφών παγκοσμίως είναι 2,5 φορές μεγαλύτερος από τον απαιτούμενο. Μεγάλο μέρος αυτής της πλεονάζουσας αλιευτικής ικανότητας οφείλεται στη χορήγηση κρατικών επιδοτήσεων, ιδιαίτερα στην Ευρώπη και στην Ασία. Πέραν της πλεονάζουσας αλιευτικής ικανότητας, πολλές αλιευτικές μέθοδοι είναι μη βιώσιμες και από άλλες απόψεις. Οι συγκεκριμένες μέθοδοι έχουν σημαντικές δυσμενείς επιπτώσεις στη βασική λειτουργία των θαλάσσιων οικοσυστημάτων.

Το αποτέλεσμα δεκαετιών ανεξέλεγκτης αλίευσης παγκοσμίως ως επακόλουθο της απληστίας, της διαφθοράς, της κακοδιαχείρισης καθώς και της αδιαφορίας των πολιτών είναι η σταδιακή εξάντληση των αλιευτικών αποθεμάτων σε όλους τους ωκεανούς. Περίπου το 80 % των παγκοσμίων αλιευτικών αποθεμάτων υπόκεινται σε υπερεκμετάλλευση, σε κατάσταση εξάντλησης ή απομείωσης. Σε παγκόσμια κλίμακα, περίπου το 90 % των αποθεμάτων των μεγάλων θαλάσσιων θηρευτών έχουν ήδη εξαντληθεί. Στο πλαίσιο της μεταρρύθμισης της κοινής αλιευτικής πολιτικής της ΕΕ που έχει δρομολογήσει η Επιτροπή:

Σκοπεύει η Επιτροπή να προβεί στη λήψη νέων μέτρων για τη σταδιακή αποκατάσταση των αλιευτικών αποθεμάτων;

Έχει λάβει δεόντως υπόψη τη διάσταση της βιοποικιλότητας στη Μεσόγειο και την πολυειδική φύση της αλιευτικής πολιτικής της;

Σε ποιες ενέργειες προτίθεται να προβεί η Επιτροπή για να διασφαλίσει ότι, κατά τη σύναψη νέων αλιευτικών συμφωνιών με τρίτες χώρες, καθορίζονται οι κατάλληλες παράμετροι για τη διασφάλιση μιας πιο βιώσιμης χρήσης των πόρων;

Απάντηση της κ. Δαμανάκη εξ ονόματος της Επιτροπής

(28 Μαρτίου 2012)

Η Επιτροπή έχει προτείνει την πλήρη μεταρρύθμιση του βασικού κανονισμού (26) της Κοινής Αλιευτικής Πολιτικής (ΚΑΠ), καθώς και ένα νέο κανονισμό για το Ευρωπαϊκό Ταμείο Θάλασσας και Αλιείας. Ο στόχος έγκειται στη βελτίωση των επιδόσεων διατήρησης της ΚΑΠ, με τον καθορισμό ενός σαφούς στόχου διατήρησης, ευθυγραμμισμένου με τις διεθνείς υποχρεώσεις, τη δημιουργία ενός μηχανισμού για τη μείωση της πλεονάζουσας παραγωγικής ικανότητας, τον τερματισμό της απόρριψης εμπορικών ψαριών, και με την επικέντρωση των δημόσιων ενισχύσεων στη στήριξη των τοπικών κοινοτήτων και, τέλος, με τη στροφή του αλιευτικού κλάδου προς βιώσιμες και επιλεκτικές αλιευτικές πρακτικές. Εκεί θα πρέπει να στηρίζεται η οικονομική βιωσιμότητα του αλιευτικού κλάδου της ΕΕ στο μέλλον.

Για τη Μεσόγειο Θάλασσα, η Επιτροπή θα εξασφαλίσει την ορθή εφαρμογή του κανονισμού (ΕΚ) αριθ.1967/2006, ο οποίος περιλαμβάνει ισχυρές περιβαλλοντικές διατάξεις για τη διαχείριση της αλιείας: ενισχυμένη προστασία των ευαίσθητων ενδιαιτημάτων, εντατικότερη χρήση των προστατευόμενων περιοχών και καλύτερη προστασία των παράκτιων περιοχών, με την απαγόρευση κινητών αλιευτικών εργαλείων. Με την εισαγωγή ελάχιστων μεγεθών αλιευμάτων για ορισμένα είδη, θεσπίζει ένα κοινό πρότυπο περισσότερο επιλεκτικών αλιευτικών εργαλείων και πρακτικών. Όπως επιδιώκουν η Γενική Επιτροπή Αλιείας για τη Μεσόγειο (GFCM) και η Διεθνής Επιτροπή για τη Διατήρηση των Θυννοειδών του Ατλαντικού (ICCAT) (27), καθώς και η Σύμβαση της Βαρκελώνης, ιδίως δε για τις οικείες περιοχές ειδικής προστασίας, καθώς και το πρωτόκολλο για τη βιολογική ποικιλότητα, απαιτούνται συνεχείς προσπάθειες για τη βελτίωση της βιώσιμης εκμετάλλευσης και τη διατήρηση της βιοποικιλότητας.

Η επιστημονική ανάλυση που υποστηρίζει τις συμφωνίες αλιευτικής σύμπραξης θα ενισχυθεί και η λειτουργία τους θα βελτιωθεί μέσω της καλύτερης στήριξης της ανάπτυξης του τομέα της αλιείας στις χώρες εταίρους. Θα εξασφαλιστεί περισσότερη διαφάνεια όσον αφορά την αλιευτική προσπάθεια στα ύδατα τρίτων χωρών, ούτως ώστε να είναι σίγουρο ότι ο στόλος της ΕΕ στοχεύει μόνο το πλεόνασμα των πόρων. Τα στοιχεία αυτά αποτελούν μέρος των προτάσεων της Επιτροπής για την εξωτερική διάσταση της μεταρρύθμισης της ΚΑΠ.

(Versione italiana)

Interrogazione con richiesta di risposta scritta E-001755/12

alla Commissione

Pino Arlacchi (S&D), Guido Milana (S&D), Silvia Costa (S&D), Mitro Repo (S&D), Catherine Bearder (ALDE), Vasilica Viorica Dăncilă (S&D), Ivo Vajgl (ALDE), Rolandas Paksas (EFD), Nikolaos Salavrakos (EFD) e Claudiu Ciprian Tănăsescu (S&D)

(13 febbraio 2012)

Oggetto: Riforma della politica comune della pesca dell'UE

In base all'ultima relazione dell'Organizzazione delle Nazioni Unite per l'alimentazione e l'agricoltura (FAO), la flotta peschereccia mondiale è attualmente di dimensioni 2,5 volte maggiori rispetto alle reali necessità. Tale eccesso di capacità è in ampia misura dovuto ai sussidi governativi, in particolare in Europa e in Asia. Oltre all'eccesso di capacità, molti metodi utilizzati per la pesca non sono sostenibili da altri punti di vista. Tali metodi esercitano un forte impatto negativo sul funzionamento di base degli ecosistemi marini.

Decenni di pesca globale incontrollata e caratterizzata dall'avidità, dalla corruzione, dalla cattiva gestione nonché dall'indifferenza dell'opinione pubblica sfociano nella progressiva distruzione del patrimonio ittico in tutti gli oceani. Circa l'80 % delle riserve ittiche mondiali è sovrasfruttato, impoverito o in uno stato di tracollo. A livello mondiale, circa il 90 % della popolazione di grandi pesci predatori è già scomparso. Vista la riforma della politica comune della pesca dell'UE proposta dalla Commissione:

Sta la Commissione pianificando nuove misure per il recupero graduale del patrimonio ittico?

Tiene conto la Commissione della biodiversità nel Mar Mediterraneo e della multispecificità delle sue riserve ittiche?

Quali misure intende adottare la Commissione per assicurare che, nello stipulare i nuovi accordi di pesca con paesi terzi, siano stabiliti parametri adeguati per garantire un uso più sostenibile delle risorse?

Risposta data da Maria Damanaki a nome della Commissione

(28 marzo 2012)

La Commissione ha proposto un'ampia riforma del regolamento di base della politica comune della pesca (PCP) (28) e un nuovo regolamento relativo a un Fondo europeo per gli affari marittimi e la pesca. Scopo di tali strumenti è migliorare i risultati conseguiti dalla PCP in materia di conservazione grazie alla definizione di un chiaro obiettivo di conservazione conforme agli obblighi internazionali, alla creazione di un meccanismo di mercato destinato a ridurre l’eccesso di capacità e a porre fine alla pratica dei rigetti in mare di specie ittiche commerciali, nonché al ricorso ad aiuti pubblici per sostenere le comunità locali ed instaurare una pesca sostenibile basata su tecniche di cattura selettive. Tutto questo dovrebbe rivitalizzare in futuro il settore alieutico dell'UE.

Per quanto riguarda il Mediterraneo, la Commissione si adopererà per garantire la corretta applicazione del regolamento (CE) n. 1967/2006 del Consiglio che introduce rigorose disposizioni ambientali nella gestione della pesca: maggiore protezione degli habitat sensibili, rafforzamento delle zone protette e migliore tutela dei litorali grazie al divieto di utilizzare attrezzi mobili nelle acque costiere. La fissazione di taglie minime di cattura per alcune specie consente di stabilire uno standard comune a garanzia di una maggiore selettività degli attrezzi e delle pratiche di pesca. Strategie coerenti volte a migliorare lo sfruttamento sostenibile e la conservazione della biodiversità sono perseguite nell'ambito della GFCM e dell'ICCAT (29), della convenzione di Barcellona e, in particolare, del protocollo relativo alle zone specialmente protette e alla biodiversità.

Si rafforzerà l'analisi scientifica alla base degli accordi partenariato nel settore della pesca e si migliorerà la gestione degli accordi stessi affinché possano meglio promuovere lo sviluppo del settore alieutico nei paesi partner. Sarà offerta maggiore trasparenza per quanto riguarda lo sforzo di pesca esercitato nelle acque dei paesi terzi, al fine di garantire che l'attività svolta dalla flotta dell’UE sia limitata alle risorse eccedentarie. Tutti questi elementi rientrano nelle proposte della Commissione concernenti la dimensione esterna della riforma della PCP.

(Tekstas lietuvių kalba)

Klausimas, į kurį atsakoma raštu, Nr. E-001755/12

Komisijai

Pino Arlacchi (S&D), Guido Milana (S&D), Silvia Costa (S&D), Mitro Repo (S&D), Catherine Bearder (ALDE), Vasilica Viorica Dăncilă (S&D), Ivo Vajgl (ALDE), Rolandas Paksas (EFD), Nikolaos Salavrakos (EFD) ir Claudiu Ciprian Tănăsescu (S&D)

(2012 m. vasario 13 d.)

Tema: ES bendros žuvininkystės politikos reforma

Remiantis naujausia Jungtinių Tautų Maisto ir žemės ūkio organizacijos ataskaita, pasaulio žvejybos laivynas šiuo metu yra 2,5 karto didesnis, nei reikia. Didelę dalį šių perteklinių pajėgumų paskatino vyriausybių subsidijos, ypač Europoje ir Azijoje. Be to, daugelis žvejybos metodų nėra tvarūs ir kitais atžvilgiais. Šie metodai daro labai svarbų neigiamą poveikį jūrų ekosistemų veikimui.

Dėl dešimtmečius pasaulyje nekontroliuojamos žvejybos, kuria užsiimti skatina gobšumas, korupcija, netinkamas valdymas ir visuomenės abejingumas, žuvų ištekliai visuose vandenynuose laipsniškai nyksta. Beveik 80 proc. pasaulio žuvų išteklių yra pereikvojami arba laipsniškai nyksta. Pasaulio mastu jau išnyko apie 90 proc. didelių plėšrūnių žuvų. Atsižvelgiant į Komisijos vykdomą ES bendros žuvininkystės politikos reformą kyla šie klausimai:

Ar Komisija ketina siūlyti naujų priemonių, kuriomis būtų siekiama laipsniškai atkurti žuvų išteklius?

Ar ji deramai atsižvelgia į Viduržemio jūros biologinę įvairovę ir daugiarūšį Viduržemio jūros žuvininkystės pobūdį?

Kokių veiksmų Komisija imsis siekdama užtikrinti, kad rengiant naujus žvejybos susitarimus su trečiosiomis šalimis būtų nustatyti atitinkami kriterijai, kad būtų galima užtikrinti tvaresnį išteklių naudojimą?

Komisijos narės M. Damanaki atsakymas Komisijos vardu

(2012 m. kovo 28 d.)

Komisija pasiūlė iš esmės pertvarkyti Bendrosios žuvininkystės politikos (BŽP) pagrindinį reglamentą (30) ir priimti naują Europos jūrų reikalų ir žuvininkystės fondo reglamentą. Taip siekiama sustiprinti BŽP išteklių išsaugojimo aspektą ir tuo tikslu nustatyti aiškų su tarptautiniais įsipareigojimais suderintą išsaugojimo tikslą, sukurti perteklinio pajėgumo mažinimo rinkos mechanizmą, galutinai sustabdyti komercinių žuvų išmetimą, teikti valstybės pagalbą vietos bendruomenių pastangoms remti ir žvejybos sektoriui pertvarkyti, kad žvejyba būtų tausi ir selektyvi. Ateityje tai turėtų padėti padidinti ES žvejybos pramonės ekonominį gyvybingumą.

Žvejybos Viduržemio jūroje atžvilgiu Komisija užtikrins, kad būtų tinkamai įgyvendintas Tarybos reglamentas (EB) Nr. 1967/2006, kuriuo nustatomos griežtos aplinkos apsaugos nuostatos, susijusios su žuvininkystės valdymu, t. y. didesnė pažeidžiamų buveinių apsauga, saugomų teritorijų plėtimas ir geresnė pakrančių teritorijų apsauga draudžiant naudoti aktyviosios žvejybos įrankius. Šiuo reglamentu, kuriame nurodytas tam tikroms jūrų gyvūnų rūšims privalomas taikyti minimalus tinklo akių dydis, nustatomas bendras selektyvesnių žvejybos įrankių ir technologijų naudojimo standartas. Nuoseklų požiūrį į geresnį tausojantį biologinės įvairovės naudojimą ir išsaugojimą siekiama užtikrinti vykdant BVJŽK ir TATAK (31), Barselonos konvencijos, o ypač protokolo dėl specialiai saugomų teritorijų ir biologinės įvairovės reikalavimus.

Daugiau pastangų bus skiriama mokslinei analizei, kuria paremti žuvininkystės partnerystės susitarimai. Šie susitarimai bus geriau taikomi, nes bus siekiama jais labiau remti žuvininkystės sektoriaus plėtrą šalyse partnerėse. Numatoma padidinti skaidrumą, susijusį su žvejybos pastangomis trečiųjų šalių vandenyse, kad ES laivais būtų žvejojami tik pertekliniai ištekliai. Šie punktai yra Komisijos pasiūlymų dėl išorinio BŽP reformos aspekto dalis.

(Versiunea în limba română)

Întrebarea cu solicitare de răspuns scris E-001755/12

adresată Comisiei

Pino Arlacchi (S&D), Guido Milana (S&D), Silvia Costa (S&D), Mitro Repo (S&D), Catherine Bearder (ALDE), Vasilica Viorica Dăncilă (S&D), Ivo Vajgl (ALDE), Rolandas Paksas (EFD), Nikolaos Salavrakos (EFD) şi Claudiu Ciprian Tănăsescu (S&D)

(13 februarie 2012)

Subiect: Reforma politicii comune în domeniul pescuitului a UE

În conformitate cu cel mai recent raport al organismului ONU, Organizația pentru Alimentație și Agricultură, flota de pescuit la nivel mondial este actualmente de 2,5 ori mai mare față de câteste necesar. O mare parte din această capacitate excedentară a fost determinată de subvențiile guvernamentale, în special în Europa și Asia. Pe lângă această capacitate excedentară, multe metode de pescuit sunt nesustenabile din alte puncte de vedere. Aceste metode au un impact negativ major asupra funcționării de bază a ecosistemelor marine.

Rezultatul deceniilor de pescuit global necontrolat impulsionat de lăcomie, corupție, gestionare defectuoasă și indiferență publică îl reprezintă epuizarea progresivă a stocurilor de pește în toate oceanele. Aproape 80 % din zonele de pescuit mondiale sunt supraexploatate, cu resurse epuizate sau într-o stare de colaps. La nivel mondial, aproape 90 % din stocul de pește prădător de talie mare a dispărut deja. Având în vedere reforma Comisiei a politicii comune în domeniul pescuitului a UE:

planifică Comisia noi măsuri în vederea recuperării treptate a stocurilor de pește?

Comisia ia în considerare în mod corespunzător biodiversitatea Mării Mediterane și natura activităților sale de pescuit care implică mai multe specii?

ce măsuri va adopta Comisia pentru a se asigura că în elaborarea acordurilor în domeniul pescuitului cu țările terțe sunt stabiliți parametrii corespunzători în vederea asigurării unei utilizări mai sustenabile a resurselor?

Răspuns dat de dna Damanaki în numele Comisiei

(28 martie 2012)

Comisia a propus o reformă completă a regulamentului de bază privind politica comună în domeniul pescuitului (PCP) (32) și un nou regulament pentru Fondul european pentru pescuit și afaceri maritime. Scopul reformei este de a îmbunătăți performanța PCP în materie de conservare prin stabilirea unui obiectiv clar de conservare aliniat la obligațiile internaționale, prin crearea unui mecanism de piață menit a reduce supracapacitatea, prin eliminarea practicilor flotei comerciale de aruncare înapoi în mare a capturilor și prin folosirea ajutorului public pentru a sprijini comunitățile locale și pentru a transforma sectorul pescuitului într-un sector caracterizat de practici durabile și selective. Aceasta ar trebui să susțină în viitor viabilitatea economică a industriei pescuitului din UE.

În ceea ce privește Marea Mediterană, Comisia va asigura implementarea corespunzătoare a Regulamentului (CE) nr. 1967/2006 al Consiliului, care conține dispoziții solide de protecție a mediului în contextul gestionării pescuitului: sporirea protecției habitatelor sensibile, o mai bună utilizare a ariilor protejate, precum și o protecție mai eficientă a zonelor costiere, prin interzicerea uneltelor de pescuit mobile. Prin introducerea unor dimensiuni minime ale capturilor în cazul anumitor specii, regulamentul stabilește un standard comun pentru unelte și practici de pescuit mai selective. CGPM, ICCAT (33), Convenția de la Barcelona și, în special, protocolul la aceasta privind zonele special protejate și diversitatea biologică formulează abordări unitare pentru îmbunătățirea exploatării durabile și a nivelului de conservare a biodiversității.

Analiza științifică care stă la baza acordurilor de parteneriat în domeniul pescuitului va fi consolidată, iar acestea vor funcționa mai bine datorită faptului că se va acorda un sprijin mai mare dezvoltării sectorului pescuitului în țările partenere. Se va asigura o mai mare transparență privind eforturile de pescuit desfășurate în apele țărilor terțe, astfel încât să se garanteze că flota UE vizează numai resurse excedentare. Aceste elemente fac parte din propunerile Comisiei pentru dimensiunea externă a reformei PCP.

(Slovenska različica)

Vprašanje za pisni odgovor E-001755/12

za Komisijo

Pino Arlacchi (S&D), Guido Milana (S&D), Silvia Costa (S&D), Mitro Repo (S&D), Catherine Bearder (ALDE), Vasilica Viorica Dăncilă (S&D), Ivo Vajgl (ALDE), Rolandas Paksas (EFD), Nikolaos Salavrakos (EFD) in Claudiu Ciprian Tănăsescu (S&D)

(13. februar 2012)

Zadeva: Reforma skupne ribiške politike EU

Glede na zadnje poročilo Organizacije Združenih narodov za prehrano in kmetijstvo je svetovna ribiška flota trenutno 2,5‐krat večja, kot bi bilo potrebno. Velik del presežnih zmogljivosti je posledica vladnih subvencij, zlasti v Evropi in Aziji. Poleg presežnih zmogljivosti pa so številne ribolovne metode netrajnostne z drugih vidikov. Te metode imajo pomemben negativen učinek na osnovno delovanje morskih ekosistemov.

Rezultat desetletij nenadzorovanega svetovnega ribolova, ki so ga gnali pohlep, korupcija, slabo upravljanje in nezanimanje javnosti, je postopno zmanjševanje staležev rib v vseh oceanih. Skoraj 80 % svetovnih ribjih populacij je prekomerno izkoriščanih, izčrpanih ali v stanju zmanjševanja. Po celem svetu je približno 90 % staležev velikih plenilskih rib že izginilo. Glede na reformo skupne ribiške politike EU s strani Komisije:

Ali Komisija načrtuje nove ukrepe za postopno obnovo staležev rib?

Ali ustrezno upošteva biotsko raznovrstnost v Sredozemlju in večvrstni ribolov v njem?

Kakšne ukrepe bo sprejela Komisija, da bi zagotovila, da bodo pri pripravi novih sporazumov o ribištvu s tretjimi državami določeni ustrezni parametri za zagotovitev bolj trajnostne rabe virov?

Odgovor gospe Damanaki v imenu Komisije

(28. marec 2012)

Komisija je predlagala popolno reformo osnovne uredbe o skupni ribiški politiki (SRP) (34) in novo uredbo o Evropskem skladu za pomorstvo in ribištvo. Cilj je izboljšati uspešnost SRP glede ohranjanja z določitvijo jasnega ohranitvenega cilja, ki bo usklajen z mednarodnimi obveznostmi, pri čemer bo vzpostavljen tržni mehanizem za zmanjšanje presežnih zmogljivosti, odpravljeno bo zavrženje komercialnih vrst rib, z državno pomočjo bo omogočena podpora lokalnim skupnostim, ribolovni sektor pa bo preoblikovan v sektor s trajnostnimi in selektivnimi praksami ribištva. S tem naj bi podprli sposobnost ekonomskega preživetja ribiške industrije EU v prihodnosti.

Za Sredozemsko morje bo Komisija zagotovila ustrezno izvajanje Uredbe Sveta (ES) št. 1967/2006, ki vsebuje trdne okoljske določbe o upravljanju ribištva: okrepljena zaščita občutljivih habitatov, večja uporaba zaščitenih območij in boljša zaščita obalnih območij s prepovedjo mobilne ribolovne opreme. Uredba z uvedbo minimalnih velikosti ulova za nekatere vrste določa skupen standard za bolj selektivno ribolovno opremo in prakse. Za doslednost pri izboljševanju trajnostnega izkoriščanja in ohranjanja biotske raznovrstnosti si prizadevata tudi Generalni svet za ribištvo v Sredozemlju (GFCM) in Mednarodna komisija za ohranitev atlantskega tuna (ICCAT), obenem pa je to tudi cilj Barcelonske konvencije in zlasti njenega Protokola o posebej zavarovanih območjih in biotski raznovrstnosti.

Okrepljena bo znanstvena analiza, na kateri temeljijo sporazumi o partnerskem ribolovu, njihovo delovanje pa bo izboljšano z zagotovitvijo boljše podpore razvoju ribiškega sektorja v partnerskih državah. Za zagotovitev, da bo flota EU usmerjena zgolj na presežne vire, bo zagotovljena večja preglednost glede ribolovnega napora v vodah tretjih držav. Ti elementi so del predlogov Komisije za zunanjo razsežnost reforme skupne ribiške politike.

(Suomenkielinen versio)

Kirjallisesti vastattava kysymys E-001755/12

komissiolle

Pino Arlacchi (S&D), Guido Milana (S&D), Silvia Costa (S&D), Mitro Repo (S&D), Catherine Bearder (ALDE), Vasilica Viorica Dăncilă (S&D), Ivo Vajgl (ALDE), Rolandas Paksas (EFD), Nikolaos Salavrakos (EFD) ja Claudiu Ciprian Tănăsescu (S&D)

(13. helmikuuta 2012)

Aihe: EU:n yhteisen kalastuspolitiikan uudistaminen

YK:n elintarvike‐ ja maatalousjärjestön viimeisimmän raportin mukaan maailman kalastuslaivastot ovat 2,5 kertaa suuremmat kuin tarvittaisiin. Suuri osa ylikapasiteetista johtuu valtiontuista, joita myönnetään erityisesti Euroopassa ja Aasiassa. Ylikapasiteetin lisäksi useat kalastusmenetelmät ovat kestämättömiä muista näkökulmista. Kyseisillä menetelmillä on suuria kielteisiä vaikutuksia meren ekosysteemien perustoimintaan.

Ahneuden, korruption, väärinkäytön ja yleisen välinpitämättömyyden kannustamana vuosikymmeniä jatkuneen valvomattoman maailmanlaajuisen kalastuksen tulos on kalakantojen etenevä romahtaminen kaikissa valtamerissä. Lähes 80 prosenttia maailman kalavaroista on liikakalastettuja, ehtyneitä tai romahtamisen partaalla. Maailmanlaajuisesti noin 90 prosenttia suurista petokalakannoista on jo hävinnyt. Koska komissio uudistaa EU:n yhteistä kalastuspolitiikkaa, esitämme komissiolle seuraavat kysymykset:

Suunnitteleeko komissio uusia toimenpiteitä, joiden avulla kalakannat saataisiin vähitellen elpymään?

Ottaako komissio huomioon Välimeren biologisen monimuotoisuuden ja sen kalavesien moninaisen luonteen?

Mihin toimiin komissio aikoo ryhtyä sen varmistamiseksi, että laadittaessa uusia kalastussopimuksia kolmansien maiden kanssa asetetaan asianmukaisia parametrejä, jotta varmistetaan kalavarojen kestävämpi käyttö?

Maria Damanakin komission puolesta antama vastaus

(28. maaliskuuta 2012)

Komissio on ehdottanut yhteistä kalastuspolitiikkaa koskevan perusasetuksen (35) täydellistä uudistamista ja Euroopan meri‐ ja kalatalousrahastoa koskevan uuden asetuksen antamista. Tarkoituksena on lisätä säilyttämistoimenpiteiden tehokkuutta yhteisessä kalastuspolitiikassa vahvistamalla selkeät säilyttämistavoitteet, jotka vastaavat kansainvälisiä sitoumuksia, ottamalla käyttöön markkinamekanismi liikakapasiteetin vähentämiseksi, lopettamalla kaupallisten kalalajien poisheittäminen sekä suuntaamalla julkista tukea paikallisyhteisöille ja pyyntisektorin siirtymiseen kohti kestäviä ja valikoivampia kalastuskäytäntöjä. Tämän uskotaan lujittavan vastaisuudessa EU:n kalastuselinkeinon taloudellista elinkelpoisuutta.

Välimerellä komissio pyrkii varmistamaan neuvoston asetuksen (EY) N:o 1967/2006 asianmukaisen soveltamisen. Asetukseen sisältyy merkittäviä ympäristöä koskevia säännöksiä, jotka liittyvät kalastuksenhoitoon: herkkien luontotyyppien suojelun tehostaminen, suojelualueiden lisääminen ja rannikkoalueiden suojelutason parantaminen kieltämällä liikkuvien pyydysten käyttö. Ottamalla käyttöön vähimmäissaaliskoot tietyille lajeille komissio vahvistaa valikoivampia pyydyksiä ja kalastuskäytänteitä koskevat yhteiset vaatimukset. Kestävän hyödyntämisen ja biologisen monimuotoisuuden säilyttämisen tehostamiseksi noudatetaan GFCM:n ja ICCATin (36) suosituksiin sekä Barcelonan yleissopimukseen ja erityisesti sen suojelualueita ja biologista monimuotoisuutta koskevaan pöytäkirjaan perustuvia johdonmukaisia lähestymistapoja.

Kalastuskumppanuussopimuksiin liittyvää tieteellistä tutkimusta lisätään ja sopimusten toimivuutta parannetaan varmistamalla, että ne vaikuttavat tehokkaammin kalastusalan kehitykseen kumppanimaissa. Kolmansien maiden vesillä harjoitetun pyyntiponnistuksen avoimuutta lisätään sen varmistamiseksi, että EU:n laivasto pyytää ainoastaan ylijäämäisiä kalavaroja. Kaikki nämä näkökohdat sisältyvät yhteisen kalastuspolitiikan ulkoista ulottuvuutta koskeviin komission ehdotuksiin.

(English version)

Question for written answer E-001755/12

to the Commission

Pino Arlacchi (S&D), Guido Milana (S&D), Silvia Costa (S&D), Mitro Repo (S&D), Catherine Bearder (ALDE), Vasilica Viorica Dăncilă (S&D), Ivo Vajgl (ALDE), Rolandas Paksas (EFD), Nikolaos Salavrakos (EFD) and Claudiu Ciprian Tănăsescu (S&D)

(13 February 2012)

Subject: Reform of the EU common fisheries policy

According to the latest report of the UN body the Food and Agriculture Organisation, the global fishing fleet is currently 2.5 times larger than needed. Much of this overcapacity has been driven by government subsidies, particularly in Europe and Asia. On top of the overcapacity, many fishing methods are unsustainable from other points of view. These methods have a major negative impact on the basic functioning of marine ecosystems.

The result of decades of unchecked global fishing impelled by greed, corruption, mismanagement and public indifference is the progressive collapse of fish stocks in all oceans. Almost 80 % of the world’s fisheries are overexploited, depleted, or in a state of collapse. Worldwide, about 90 % of the stock of large predator fish has already disappeared. Given the Commission’s reform of the EU’s common fisheries policy:

Is the Commission planning new measures for a gradual recovery of fish stocks?

Is it taking due account of biodiversity in the Mediterranean and the multi-species nature of its fishery?

What steps will the Commission take to ensure that when drawing up new fisheries agreements with third countries, suitable parameters are set to ensure a more sustainable use of resources?

Answer given by Ms Damanaki on behalf of the Commission

(28 March 2012)

The Commission has proposed a full reform of the common fisheries policy (CFP) Basic Regulation (37) and a new Regulation for a European Maritime and Fisheries Fund. The aim is to improve the conservation performance of the CFP by fixing a clear conservation target aligned on international obligations, creating a market mechanism to reduce overcapacity, ending the discarding of commercial fish, and using public aid to support local communities and to transform the catching sector towards sustainable and selective fishing practices. This should underpin economic viability of the EU fishing industry in the future.

For the Mediterranean Sea, the Commission will ensure proper implementation of Council Regulation (EC) No1967/2006 which has strong environmental provisions about fisheries management: enhanced protection of sensitive habitats, more use of protected areas, and better protection of coastal areas by prohibiting mobile fishing gears. By introducing minimum catch sizes for some species it establishes a common standard for more selective fishing gears and practices. Consistent approaches for improving sustainable exploitation and conservation of biodiversity are pursued according to GFCM and ICCAT (38), as well as in the Barcelona Convention and, in particular, its Specially Protected Areas and Biological Diversity Protocol.

The scientific analysis supporting Fisheries Partnership Agreements will be strengthened and their functioning will be improved by making sure that they better support the development of the fisheries sector in partner countries. More transparency concerning fishing effort deployed in third countries' waters will be provided so as to ensure that the EU fleet only targets the surplus resources. These elements are part of the Commission proposals for the external dimension of the CFP reform.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-001817/12

à la Commission

Anne Delvaux (PPE)

(15 février 2012)

Objet: Souscription obligatoire, en Belgique, d'une assurance complémentaire santé auprès des mutuelles

Depuis le 1er janvier 2012, une loi belge impose aux citoyens de souscrire auprès de leur mutuelle une assurance santé complémentaire. Il apparaît que la loi belge a été changée à la suite d'une plainte d'Assuralia, groupement professionnel des assureurs privés belges, pour concurrence déloyale.

Selon Assuralia, «les modalités des organismes de mutuelle en Belgique n'étaient pas conformes aux règles européennes». La Commission a donc contraint la Belgique à modifier la loi incriminée. La modification de cette loi a un impact direct sur le budget des ménages belges, évalué à une quinzaine d'euros par personne et par mois. En cette période économique difficile, ce coût supplémentaire semble malvenu.

La Commission peut-elle préciser les arguments qu'elle a utilisés pour contraindre la Belgique à modifier sa loi?

Réponse donnée par M. Barnier au nom de la Commission

(25 avril 2012)

Suite à la plainte d'Assuralia la Commission a traduit la Belgique devant la Cour de Justice (affaire C-41/10) laquelle dans son arrêt du 28 octobre 2010 a déclaré et arrêté qu'en transposant de manière incorrecte et incomplète la première directive 73/239/CEE sur l'assurance non vie, et la directive 92/49/CE (troisième directive assurance non vie) la Belgique a manqué aux obligations qui lui incombent en vertu notamment des articles 6, 8, 15, 16 et 17 de la directive 73/239, telle que modifiée par la directive 2002/13/CE, ainsi que des articles 20 à 22 de la directive 92/49.

En bref, la Belgique a été censurée par la Cour de Justice pour permettre aux mutualités d'offrir de l'assurance maladie complémentaire (en dehors du régime légal de sécurité sociale) sans se conformer aux règles relatives à l'exercice de l'activité d'assurance prescrites par les directives en question telles que, entre autres, les règles en matière de réserves techniques et de marge de solvabilité suffisantes ainsi que sur le fonds de garantie minimum.

C'est à la suite de cet arrêt de la Cour de Justice que la Belgique a changé sa législation en la matière afin de, entre autres, se conformer à ce même arrêt. Elle a donc imposé à partir du 1.1.2012 de souscrire l'assurance maladie complémentaire en question afin d'exécuter l'arrêt précité de la Cour de Justice.

Le fait que les mutualités soient maintenant obligés d'établir un prix global pour l'assurance maladie qui reflète correctement le risque couvert explique la hausse mentionnée. Ceci comporte néanmoins, pour les preneurs d'assurance, la garantie que les mutualités ont le capital requis pour couvrir les risques assurés.

(English version)

Question for written answer E-001817/12

to the Commission

Anne Delvaux (PPE)

(15 February 2012)

Subject: Compulsory supplementary health insurance in Belgium through mutuelles

Since 1 January 2012, Belgian legislation requires citizens to take out supplementary health insurance from their mutuelle (mutual insurance association). It appears that Belgian legislation has been changed following a complaint made by Assuralia, a professional association of private Belgian insurance companies, regarding unfair competition.

According to Assuralia, the procedures of the mutuelles in Belgium did not conform to European regulations. The Commission has therefore forced Belgium to amend the legislation in question. The amendment of this legislation has a direct impact on Belgian household budgets, estimated at around EUR 15 per person, per month. During these difficult economic times, this additional cost seems out of place.

Can the Commission state the arguments used to compel Belgium to amend this legislation?

(Version française)

Réponse donnée par M. Barnier au nom de la Commission

(25 avril 2012)

Suite à la plainte d'Assuralia la Commission a traduit la Belgique devant la Cour de Justice (affaire C-41/10) laquelle dans son arrêt du 28 octobre 2010 a déclaré et arrêté qu'en transposant de manière incorrecte et incomplète la première directive 73/239/CEE sur l'assurance non vie, et la directive 92/49/CE (troisième directive assurance non vie) la Belgique a manqué aux obligations qui lui incombent en vertu notamment des articles 6, 8, 15, 16 et 17 de la directive 73/239, telle que modifiée par la directive 2002/13/CE, ainsi que des articles 20 à 22 de la directive 92/49.

En bref, la Belgique a été censurée par la Cour de Justice pour permettre aux mutualités d'offrir de l'assurance maladie complémentaire (en dehors du régime légal de sécurité sociale) sans se conformer aux règles relatives à l'exercice de l'activité d'assurance prescrites par les directives en question telles que, entre autres, les règles en matière de réserves techniques et de marge de solvabilité suffisantes ainsi que sur le fonds de garantie minimum.

C'est à la suite de cet arrêt de la Cour de Justice que la Belgique a changé sa législation en la matière afin de, entre autres, se conformer à ce même arrêt. Elle a donc imposé à partir du 1.1.2012 de souscrire l'assurance maladie complémentaire en question afin d'exécuter l'arrêt précité de la Cour de Justice.

Le fait que les mutualités soient maintenant obligés d'établir un prix global pour l'assurance maladie qui reflète correctement le risque couvert explique la hausse mentionnée. Ceci comporte néanmoins, pour les preneurs d'assurance, la garantie que les mutualités ont le capital requis pour couvrir les risques assurés.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite P-001942/12

à la Commission

Gilles Pargneaux (S&D)

(20 février 2012)

Objet: Intervention du FEM en faveur des agriculteurs

La Commission a adopté le 6 octobre 2011 une série de propositions sur la mise en œuvre de la politique communautaire de cohésion au titre de la période 2014-2020, à laquelle elle suggère d'affecter 336 milliards d'euros.

Dans ce contexte, la Commission a également déposé une proposition de règlement concernant le Fonds européen d'ajustement à la mondialisation (FEM), auquel pourraient être éligibles les agriculteurs confrontés à l'impact des nouveaux accords commerciaux conclus par l'Union européenne. Les propositions budgétaires de la Commission pour 2014-2020 prévoient qu'un maximum de 2,8 milliards d'euros pourra être disponible pour le secteur agricole dans le cadre du FEM.

La Commission peut-elle confirmer que ces aides pourront être attribuées à des agriculteurs européens confrontés aux conséquences d'un accord commercial, comme celui que l'Union européenne conclura avec le Maroc en matière de produits agricoles et de produits issus de la pêche?

Réponse donnée par M. Cioloş au nom de la Commission

(23 mars 2012)

Dans sa proposition relative au Fonds européen d'ajustement à la mondialisation (FEM) pour la période 2014-2020, la Commission propose d'étendre le champ du FEM aux agriculteurs affectés par les effets d'accords bilatéraux conclus par l'Union ou d'accords multilatéraux conclus dans le cadre de l'Organisation mondiale du commerce. Ceci couvrirait les agriculteurs modifiant leurs activités agricoles précédentes ou les adaptant pendant une période débutant à la date de paraphe de tels accords et expirant trois ans après leur mise en œuvre complète, pour autant que ces accords entraînent une hausse substantielle des importations dans l'Union d'un produit ou de plusieurs produits agricoles, associée à une forte diminution des prix de ces produits au niveau de l'Union ou, le cas échéant, au niveau national ou régional.

L'approche proposée pour le secteur agricole s'applique pour les produits agricoles, et non pour les produits de la pêche.

L'accord entre l'Union Européenne et le Royaume du Maroc, sur lequel le Parlement Européen vient de marquer son approbation, est susceptible d'entrer en vigueur avant l'issue de la procédure législative ordinaire sur la proposition précitée. Lorsque cette procédure aura abouti, il conviendra de vérifier si les conditions prévues s'appliquent à cet accord.

À ce jour, la Commission ne peut pas affirmer que les conditions d'activation de ce mécanisme seront réunies. Ainsi l'augmentation quantitative la plus significative des préférences octroyées par l'UE dans l'accord (+ 52.000 tonnes de tomates) ne semble pas être de nature à entraîner une hausse substantielle des importations sur le marché de l'UE déclenchant une forte diminution des prix de ce produit.

(English version)

Question for written answer P-001942/12

to the Commission

Gilles Pargneaux (S&D)

(20 February 2012)

Subject: EGF intervention in support of farmers

On 6 October 2011, the Commission adopted a series of proposals on implementing EU cohesion policy for the 2014-2020 period, for which it proposes to allocate EUR 336 billion.

In this context, the Commission has also tabled a proposal for a regulation concerning the European Globalisation Adjustment Fund (EGF) for which farmers facing the impact of new trade agreements concluded by the European Union might be eligible. The Commission’s budget proposals for 2014-2020 provide for a maximum of EUR 2.8 billion to be made available for the agricultural sector within the framework of the EGF.

Can the Commission confirm that this aid could be allocated to European farmers facing the consequences of a trade agreement, such as the agreement the EU will conclude with Morocco on agricultural and fisheries products?

(Version française)

Réponse donnée par M. Cioloş au nom de la Commission

(23 mars 2012)

Dans sa proposition relative au Fonds européen d'ajustement à la mondialisation (FEM) pour la période 2014-2020, la Commission propose d'étendre le champ du FEM aux agriculteurs affectés par les effets d'accords bilatéraux conclus par l'Union ou d'accords multilatéraux conclus dans le cadre de l'Organisation mondiale du commerce. Ceci couvrirait les agriculteurs modifiant leurs activités agricoles précédentes ou les adaptant pendant une période débutant à la date de paraphe de tels accords et expirant trois ans après leur mise en œuvre complète, pour autant que ces accords entraînent une hausse substantielle des importations dans l'Union d'un produit ou de plusieurs produits agricoles, associée à une forte diminution des prix de ces produits au niveau de l'Union ou, le cas échéant, au niveau national ou régional.

L'approche proposée pour le secteur agricole s'applique pour les produits agricoles, et non pour les produits de la pêche.

L'accord entre l'Union Européenne et le Royaume du Maroc, sur lequel le Parlement Européen vient de marquer son approbation, est susceptible d'entrer en vigueur avant l'issue de la procédure législative ordinaire sur la proposition précitée. Lorsque cette procédure aura abouti, il conviendra de vérifier si les conditions prévues s'appliquent à cet accord.

À ce jour, la Commission ne peut pas affirmer que les conditions d'activation de ce mécanisme seront réunies. Ainsi l'augmentation quantitative la plus significative des préférences octroyées par l'UE dans l'accord (+ 52.000 tonnes de tomates) ne semble pas être de nature à entraîner une hausse substantielle des importations sur le marché de l'UE déclenchant une forte diminution des prix de ce produit.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-002058/12

à la Commission (Vice-présidente/Haute Représentante)

Sonia Alfano (ALDE)

(22 février 2012)

Objet: VP/HR — Institution responsable des plaintes contre les forces armées dans les missions PSDC

La Vice-présidente/Haute Représentante peut-elle préciser quelle est l'institution responsable en cas de plainte à l'encontre de membres de forces armées d'un autre État ou des institutions européennes dans le cadre des missions de la «Politique de sécurité et de défense commune» (PSDC)?

(English version)

Answer given by High Representative/Vice-President Ashton on behalf of the Commission

(26 April 2012)

The conduct of a CSDP mission is ensured at the strategic level by the EU civilian operations Commander or by a (military) Operational Commander. In theatre, the Head of Mission or the (Force) Commander are responsible for the day-to-day management of the mission or operation. The Political and Security Committee exercises political control and strategic direction over the CSDP missions/operations under the responsibility of the Council and the High Representative; the Committee receives frequent reports covering all aspects the missions/operations.

Operation plans for both operations and missions contain the standards of behaviour expected of personnel and detail the disciplinary and judicial responsibilities and measures regarding potential misconduct.

In military operations the personnel of national contingents remain subject to the exclusive disciplinary and judicial authority of the sending state. Disciplinary matters are the responsibility of the (national) contingent commander, the Force Commander being duly informed. Sending states are responsible for the exercise of jurisdiction in penal cases.

Council decisions establishing civilian CSDP missions specify that the State or the EU institution having seconded a staff member shall be responsible for answering any claims linked to the secondment, from or concerning the staff member. In the event of a complaint made against a national of a state or against personnel of the EU institutions, including the European External Action Service, seconded to a civilian CSDP mission, this complaint will be dealt with primarily by the heads of mission and subsequently by the State or the EU institution having seconded a staff member.

While generally providing for immunity of jurisdiction of the host State, status of forces/mission agreements with the host state contain appropriate provisions regarding consultations and the settlement of disputes that ensure the proper satisfaction of claims against personnel of the mission/operation.

(Versione italiana)

Interrogazione con richiesta di risposta scritta E-002058/12

alla Commissione (Vicepresidente/Alto rappresentante)

Sonia Alfano (ALDE)

(22 febbraio 2012)

Oggetto: VP/HR — Istituzione competente per le denunce contro le forze armate impegnate nelle missioni PSDC

Può la vicepresidente/alto rappresentante specificare l'istituzione competente in caso di denuncia contro i membri delle forze armate di un altro stato o delle istituzioni europee nel quadro delle missioni della «politica di sicurezza e difesa comune» (PSDC)?

Risposta data dall'Alto Rappresentante/Vicepresidente Catherine Ashton a nome della Commissione

(26 aprile 2012)

Lo svolgimento di una missione di «politica di sicurezza e difesa comune» (PSDC) è affidato a livello strategico al Comandante civile dell'operazione UE o a un Comandante operativo (militare). Sul posto, il capo missione o il Comandante (delle Forze) sono responsabili della gestione quotidiana della missione o dell'operazione. Il Comitato politico e di sicurezza esercita il controllo politico e la direzione strategica sulle missioni/operazioni della PSDC sotto la responsabilità del Consiglio e dell'Alto rappresentante; il Comitato riceve frequenti relazioni su tutti gli aspetti delle missioni/operazioni.

I piani operativi sia delle operazioni che delle missioni contengono le norme di comportamento cui deve attenersi il personale e specificano le responsabilità disciplinari e giudiziarie e le misure relative ad eventuali inadempienze.

Nelle operazioni militari il personale dei contingenti nazionali resta soggetto all'esclusiva autorità disciplinare e giudiziaria dello Stato d'invio. Le questioni disciplinari sono di responsabilità del Comandante del contingente (nazionale); il Comandante delle Forze viene debitamente informato. Gli Stati d'invio sono responsabili dell'esercizio della giurisdizione nei casi penali.

Le decisioni del Consiglio relative alle missioni civili della PSDC specificano che lo Stato o l'istituzione UE che ha distaccato un membro del personale risponde per eventuali denunce — del membro del personale o a questi relative — legate a tale distacco. Una denuncia presentata contro un cittadino di uno Stato o contro personale delle istituzioni UE, compreso il Servizio europeo per l'azione esterna, distaccato in una missione civile della PSDC, sarà trattata in primo luogo dai capi missione e successivamente dallo Stato o dalla istituzione UE che ha distaccato il personale interessato.

Gli accordi sullo status delle Forze/della missione con lo Stato ospitante prevedono generalmente l'immunità dalla giurisdizione dello Stato ospitante, ma contengono comunque adeguate disposizioni riguardanti le consultazioni e la risoluzione delle controversie che garantiscono un'adeguata soddisfazione delle richieste nei confronti del personale della missione/operazione.

(English version)

Question for written answer E-002058/12

to the Commission (Vice-President/High Representative)

Sonia Alfano (ALDE)

(22 February 2012)

Subject: VP/HR — Institution responsible for complaints against armed forces on Common Security and Defence Policy (CSDP) missions

Can the Vice-President/High Representative specify which institution is responsible in the event of a complaint made against members of armed forces of a Member State or EU institutions on CSDP missions?

Answer given by High Representative/Vice-President Ashton on behalf of the Commission

(26 April 2012)

The conduct of a CSDP mission is ensured at the strategic level by the EU civilian operations Commander or by a (military) Operational Commander. In theatre, the Head of Mission or the (Force) Commander are responsible for the day-to-day management of the mission or operation. The Political and Security Committee exercises political control and strategic direction over the CSDP missions/operations under the responsibility of the Council and the High Representative; the Committee receives frequent reports covering all aspects the missions/operations.

Operation plans for both operations and missions contain the standards of behaviour expected of personnel and detail the disciplinary and judicial responsibilities and measures regarding potential misconduct.

In military operations the personnel of national contingents remain subject to the exclusive disciplinary and judicial authority of the sending state. Disciplinary matters are the responsibility of the (national) contingent commander, the Force Commander being duly informed. Sending states are responsible for the exercise of jurisdiction in penal cases.

Council decisions establishing civilian CSDP missions specify that the State or the EU institution having seconded a staff member shall be responsible for answering any claims linked to the secondment, from or concerning the staff member. In the event of a complaint made against a national of a state or against personnel of the EU institutions, including the European External Action Service, seconded to a civilian CSDP mission, this complaint will be dealt with primarily by the heads of mission and subsequently by the State or the EU institution having seconded a staff member.

While generally providing for immunity of jurisdiction of the host State, status of forces/mission agreements with the host state contain appropriate provisions regarding consultations and the settlement of disputes that ensure the proper satisfaction of claims against personnel of the mission/operation.

(Versão portuguesa)

Pergunta com pedido de resposta escrita E-002094/12

à Comissão

João Ferreira (GUE/NGL)

(22 de Fevereiro de 2012)

Assunto: Apoios comunitários ao estabelecimento de uma ligação regular entre as ilhas de Santa Maria e São Miguel

A dinamização do turismo sustentável na Ilha de Santa Maria, arquipélago dos Açores, pode constituir um estímulo importante para o desenvolvimento económico da região. A valorização do património natural da região constitui, sem dúvida, uma forma de aumentar a capacidade de atração turística, que deve, no entanto, ter em conta a elevada sensibilidade ambiental dos ecossistemas insulares e, por essa razão, privilegiar tipos de turismo com menor impacto ambiental.

A dinamização desta atividade económica, como de outras, carece todavia de acessibilidades e, nomeadamente, de ligações eficientes e regulares por transporte marítimo, ao longo de todo o ano, com a ilha de São Miguel.

Face ao exposto, solicito à Comissão que me informe sobre o seguinte:

Que apoios comunitários poderão ser dirigidos para a aquisição de um navio com capacidade de transporte de passageiros, veículos e carga, para que se possa estabelecer uma ligação regular, durante todo o ano, entre as ilhas de Santa Maria e São Miguel?

Poderão ser reorientados para esta finalidade os fundos comunitários atribuídos ao projeto que envolve a construção de um campo de golfe na ilha?

Resposta dada por Johannes Hahn em nome da Comissão

(26 de Abril de 2012)

1. O financiamento comunitário dos navios de transporte de passageiros entre Santa Maria e S. Miguel não está previsto no quadro do programa Proconvergência.

2. O programa Proconvergência não prevê, nem no texto nem nos objetivos, investimentos para a construção de terrenos de golfe.

Todavia, por força do princípio de gestão partilhada, os fundos estruturais e de coesão são geridos pelas autoridades nacionais de maneira descentralizada, em especial pelas regiões autónomas dos Açores e da Madeira, pelo que a Comissão sugere ao Senhor Deputado que contacte diretamente as autoridades seguintes:

Açores

Programa Operacional dos Açores para a Convergência

Proconvergência

Caminho do Meio, 58 — São Carlos

9701-853 Angra do Heroísmo

Tel.: 295 206 380

Fax: 295 206 381/332 774

Sítio Web: www.proconvergencia.azores.gov.pt

(English version)

Question for written answer E-002094/12

to the Commission

João Ferreira (GUE/NGL)

(22 February 2012)

Subject: EU support for the establishment of a regular link between the islands of Santa Maria and São Miguel

Fostering sustainable tourism on the island of Santa Maria in the Azores could greatly boost regional economic development. Measures to promote its natural heritage will undoubtedly enhance the region’s ability to attract tourists, but it is important to bear in mind the particular environmental vulnerability of island ecosystems and therefore to focus on types of tourism with lower environmental impact.

From the point of view of fostering this and other economic activities, what is still lacking is ease of access — in particular efficient, regular year-round sea transport links with the island of São Miguel.

1.

What kinds of EU support might be available for the purchase of a vessel capable of carrying passengers, vehicles and cargo so as to enable a regular year-round link to be established between the islands of Santa Maria and São Miguel?

2.

Could the EU funds allocated to the Santa Maria golf course project be reassigned for the above purpose?

(Version française)

1.

Le financement communautaire des navires transportant des passagers entre Santa Maria et S. Miguel n'est pas prévu dans le cadre du programme Proconvergencia.

2.

Le programme Proconvergencia ne prévoit, ni dans le texte ni dans les objectifs, des investissements pour la construction de terrains de golf.

Toutefois, les fonds structurels et de cohésion étant gérés, en vertu du principe de gestion partagée, de manière décentralisée via les autorités nationales, en particulier par les régions autonomes des Açores et de Madère, la Commission suggère à l'Honorable Parlementaire de bien vouloir s'adresser directement aux autorités suivantes:

Açores

Programa Operacional dos Açores para a Convergência

Proconvergencia

Caminho do Meio, 58 — São Carlos

9701-853 Angra do Heroísmo

Tel.: 295 206 380

Fax: 295 206 381/332 774

Website: www.proconvergencia.azores.gov.pt

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite P-002163/12

à la Commission

Dominique Vlasto (PPE)

(24 février 2012)

Objet: Mobilisation du Feader au profit de l'aménagement du territoire en milieu rural

Les territoires ruraux constituent à plusieurs égards une richesse inestimable pour l'Union européenne. Outre le fait qu'ils concentrent l'essentiel des unités de production et des activités agricoles, ils sont intimement liés à l'identité européenne et au terroir. Or, force est de constater les lacunes de plus en plus importantes dans le domaine de l'aménagement du territoire des campagnes européennes. Si l'Union européenne a depuis longtemps mis en place une politique ciblée pour soutenir les agriculteurs et l'agriculture en général, peu d'instruments sont spécifiquement consacrés à l'aménagement du territoire en milieu rural.

Le Fonds européen agricole pour le développement rural (Feader) est l'un des bras armés de la Politique agricole commune et participe à la promotion du développement rural durable, en complément des autres fonds de cohésion.

La philosophie du Feader semble donc a priori intégrer la dimension de l'aménagement du territoire en milieu rural. Or, dans la réalité, l'on observe qu'il bénéficie exclusivement aux agriculteurs, sans se déployer pour l'ensemble des problématiques du monde rural.

Les espaces ruraux sont pourtant des territoires qui exigent des politiques et des cofinancements particuliers en matière d'aménagement. Ils sont caractérisés par des spécificités propres et des contraintes particulières qui varient d'un territoire à l'autre, sont souvent en pleine mutation et souffrent de plus en plus d'un déséquilibre au profit des zones urbanisées.

1. Dans quelle mesure la Commission prévoit-elle de veiller, dans la prochaine programmation financière 2014-2020, à ce que les actions relatives à l'aménagement du territoire en milieu rural soient éligibles au titre du Feader?

2. Comment la Commission entend-elle renforcer la complémentarité entre le Feader et les autres fonds de cohésion au profit d'un véritable soutien à l'aménagement du territoire en milieu rural, en tenant compte de ses mutations et de ses spécificités?

Réponse donnée par M. Cioloş au nom de la Commission

(26 mars 2012)

1.

Déjà dans la période actuelle, des activités pertinentes sont mises en œuvre dans le cadre des axes 3 et 4 du Feader dans l'objectif d'améliorer la qualité de vie en milieu rural.

L'une des six priorités pour le développement rural proposées pour la période post-2013 (39) concerne la promotion de l'inclusion sociale, la réduction de la pauvreté et le développement économique en milieu rural.

L'accent sera mis sur les activités qui contribuent à la diversification des revenus, la création de nouvelles petites entreprises ainsi qu'à la création d'emplois. En plus, le Feader pourrait soutenir les services de base et la rénovation des villages et l'infrastructure à petite échelle dans les zones rurales.

Egalement, la méthode Leader continuera à jouer un rôle majeur dans la mise à disposition de solutions locales aux communautés rurales. De plus, une nouvelle aide à la coopération est proposée qui favorisera, entre autres, des approches communes ayant un impact sur le territoire.

2.

Un Cadre Stratégique Commun (CSC) à cinq instruments financiers de l'Union

2.

Un Cadre Stratégique Commun (CSC) à cinq instruments financiers de l'Union

 (40) sera défini afin d'améliorer la coordination et l'intégration de ces fonds au service des objectifs de l'Union. Ce CSC sera mise en œuvre dans des Contrats de Partenariat nationaux qui définiront plus précisément les mécanismes d'intervention de ces fonds au niveau national, régional et local. Cela permettra d'accroître les complémentarités et synergies potentielles entre les fonds, y compris en relation avec l'aménagement du territoire en zones rurales.

L'harmonisation poussée des règles d'application de ces fonds, notamment par leur encadrement dans un règlement commun, facilitera davantage la préparation et la mise en œuvre de projets intégrés en zones rurales.

(English version)

Question for written answer P-002163/12

to the Commission

Dominique Vlasto (PPE)

(24 February 2012)

Subject: Mobilisation of the EAFRD for rural land-use planning

In many respects, rural areas are an invaluable source of wealth for the European Union. Besides being the focal point for most production units and agricultural activities, they are inextricably linked to European identity and to the land. However, it is clear that there are increasingly significant shortcomings in the area of land-use planning in the European countryside. Although the EU has long maintained a targeted policy of supporting farmers and agriculture in general, few tools are specifically dedicated to land use in rural areas.

The European Agricultural Fund for Rural Development (EAFRD) is the driving force behind the common agricultural policy, and it is involved in promoting sustainable rural development, complementing the other Cohesion Funds.

The EAFRD philosophy therefore seems to give priority to integrating the rural land-use element. Yet in reality, it is clear that only the farmers benefit and that all the issues faced by the rural community are overlooked.

Rural areas require specific policies and co-financing when it comes to land-use. They are characterised by specific features and constraints that vary from one area to another, often undergoing rapid changes and increasingly suffering from imbalances in favour of urban areas.

1.

In the financial programme period 2014-2020, how does the Commission intend to ensure that actions relating to land use in rural areas are eligible under the EAFRD?

2.

How does the Commission intend to enhance the harmony between the EAFRD and the other Cohesion Funds to provide real support for regional planning in rural areas, taking into account its changes and its specific requirements?

(Version française)

Réponse donnée par M. Cioloş au nom de la Commission

(26 mars 2012)

1.

Déjà dans la période actuelle, des activités pertinentes sont mises en œuvre dans le cadre des axes 3 et 4 du Feader dans l'objectif d'améliorer la qualité de vie en milieu rural.

L'une des six priorités pour le développement rural proposées pour la période post-2013 (41) concerne la promotion de l'inclusion sociale, la réduction de la pauvreté et le développement économique en milieu rural.

L'accent sera mis sur les activités qui contribuent à la diversification des revenus, la création de nouvelles petites entreprises ainsi qu'à la création d'emplois. En plus, le Feader pourrait soutenir les services de base et la rénovation des villages et l'infrastructure à petite échelle dans les zones rurales.

Egalement, la méthode Leader continuera à jouer un rôle majeur dans la mise à disposition de solutions locales aux communautés rurales. De plus, une nouvelle aide à la coopération est proposée qui favorisera, entre autres, des approches communes ayant un impact sur le territoire.

2.

Un Cadre Stratégique Commun (CSC) à cinq instruments financiers de l'Union

2.

Un Cadre Stratégique Commun (CSC) à cinq instruments financiers de l'Union

 (42) sera défini afin d'améliorer la coordination et l'intégration de ces fonds au service des objectifs de l'Union. Ce CSC sera mise en œuvre dans des Contrats de Partenariat nationaux qui définiront plus précisément les mécanismes d'intervention de ces fonds au niveau national, régional et local. Cela permettra d'accroître les complémentarités et synergies potentielles entre les fonds, y compris en relation avec l'aménagement du territoire en zones rurales.

L'harmonisation poussée des règles d'application de ces fonds, notamment par leur encadrement dans un règlement commun, facilitera davantage la préparation et la mise en œuvre de projets intégrés en zones rurales.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-002177/12

à la Commission

Marc Tarabella (S&D)

(27 février 2012)

Objet: Lactalis défie l'Union européenne

Selon Olivier Borel, président de la FDSEA de l'Orne, le groupe industriel français Lactalis ne veut pas négocier avec des producteurs regroupés. Ainsi, les producteurs viennent de recevoir une nouvelle proposition de contrat, non négociée, à signer pour le 31 mars 2012, soit avant l'entrée en vigueur de la réglementation sur les organisations de producteurs. Il s'agit là d'un nouveau diktat: à prendre sous peine de sanctions.

Lactalis montre une nouvelle fois son vrai visage en menaçant les producteurs. On sait que «diviser pour mieux régner» a toujours été la stratégie pratiquée par l'entreprise, en infligeant aux agriculteurs des traitements différents et en refusant qu'ils soient représentés par des délégués élus dans les organisations de producteurs. En procédant de la sorte, Lactalis trahit à tout le moins l'esprit de la loi. Il s'oppose donc à la législation européenne récemment votée, laquelle a tenu à renforcer la position des producteurs en leur permettant de mieux s'organiser et de négocier collectivement avec une laiterie les clauses des contrats, et notamment le prix, pour tout ou partie de la production de leurs membres. Une fois de plus, le dialogue n'est pas la méthode privilégiée par l'entreprise, qui a toujours préféré le bras de fer.

Dans ces conditions, il est grand temps d'agir en faisant intervenir l'autorité publique comme organe de régulation du marché laitier.

La Commission a-t-elle été informée du refus de Lactalis de se conformer à la nouvelle règlementation sur les relations contractuelles dans le domaine du lait et des produits laitiers? Quels outils la Commission compte-t-elle mettre en place pour contraindre l'industrie à s'y soumettre?

Réponse donnée par M. Cioloş au nom de la Commission

(22 mars 2012)

Grâce notamment aux travaux du Groupe d'Experts à Haut Niveau sur le Lait (43), l'existence de déséquilibres entre les différents acteurs de la chaîne d'approvisionnement laitier a été mise en lumière, de même que le fait que le moindre niveau de concentration des producteurs de lait face à une industrie de transformation davantage concentrée pouvait mener à des pratiques commerciales déloyales.

C'est notamment dans le but de rééquilibrer les relations au sein de la filière laitière et de renforcer le pouvoir de négociation des producteurs de lait que la Commission a adopté le 9 décembre 2010 la proposition de règlement connue sous le vocable «Paquet Lait» (44), qui sera publiée après sa signature par le Conseil et le Parlement.

Le futur règlement permettra aux États membres, trois jours après sa publication, de procéder à la reconnaissance des organisations de producteurs, des associations d'organisations de producteurs et des interprofessions. Toutefois, en ce qui concerne la possibilité pour ces organisations de producteurs de négocier avec un transformateur des contrats couvrant tout ou partie de la production de lait cru de leurs membres dans les limites fixées par le règlement, elle ne s'appliquera que six mois après la date d'entrée en vigueur du futur règlement.

C'est à compter de cette date que les organisations de producteurs reconnues pourront se fonder sur le futur règlement pour négocier collectivement, y compris le prix, avec un transformateur.

(English version)

Question for written answer E-002177/12

to the Commission

Marc Tarabella (S&D)

(27 February 2012)

Subject: Lactalis defies the European Union

According to Olivier Borel, Chairman of the Orne Department Union of Farmers, the French industrial group Lactalis does not want to negotiate with producer organisations. For example, producers have recently received a new, non-negotiated contract proposal to be signed by 31 March 2012, i.e. before the entry into force of the rules on producer organisations. This is a new diktat: accept or be penalised.

By threatening producers, Lactalis has once again shown its true face. The firm is known to have consistently pursued a strategy of ‘divide and rule’, imposing differing arrangements on farmers and refusing to allow them to be represented by elected delegates in producer organisations. By taking this approach, Lactalis is at the very least betraying the spirit of the law. Accordingly, it is opposed to recently adopted European legislation which seeks to strengthen the position of producers by allowing them to organise themselves more effectively and to bargain collectively with a dairy on contractual provisions, particularly prices, for all or part of their production. Once again, dialogue is not the method of choice of the firm, which has always preferred trials of strength.

Under the circumstances, it is high time to act by involving the authority regulating the dairy market.

Has the Commission been informed of Lactalis’ refusal to comply with the new rules on contractual relations in the milk and milk products sector? What action does the Commission intend to take to force the industry to comply?

(Version française)

Réponse donnée par M. Cioloş au nom de la Commission

(22 mars 2012)

Grâce notamment aux travaux du Groupe d'Experts à Haut Niveau sur le Lait (45), l'existence de déséquilibres entre les différents acteurs de la chaîne d'approvisionnement laitier a été mise en lumière, de même que le fait que le moindre niveau de concentration des producteurs de lait face à une industrie de transformation davantage concentrée pouvait mener à des pratiques commerciales déloyales.

C'est notamment dans le but de rééquilibrer les relations au sein de la filière laitière et de renforcer le pouvoir de négociation des producteurs de lait que la Commission a adopté le 9 décembre 2010 la proposition de règlement connue sous le vocable «Paquet Lait» (46), qui sera publiée après sa signature par le Conseil et le Parlement.

Le futur règlement permettra aux États membres, trois jours après sa publication, de procéder à la reconnaissance des organisations de producteurs, des associations d'organisations de producteurs et des interprofessions. Toutefois, en ce qui concerne la possibilité pour ces organisations de producteurs de négocier avec un transformateur des contrats couvrant tout ou partie de la production de lait cru de leurs membres dans les limites fixées par le règlement, elle ne s'appliquera que six mois après la date d'entrée en vigueur du futur règlement.

C'est à compter de cette date que les organisations de producteurs reconnues pourront se fonder sur le futur règlement pour négocier collectivement, y compris le prix, avec un transformateur.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-002195/12

à la Commission

Dominique Vlasto (PPE)

(27 février 2012)

Objet: Promotion des produits agroalimentaires

Les actions de l'Union en faveur de la promotion des produits agricoles visent à faire connaître le patrimoine agroalimentaire européen, sa diversité, ses traditions en Europe et dans le monde.

Il existe, dans le cadre de la PAC, des financements pour de telles actions de promotion et d'information, mais force est de regretter leur portée limitée et leur abandon dans le projet de PAC après 2013.

Pourtant, c'est bien la première place d'exportateur de produits agroalimentaires de l'Europe et la survie d'un modèle agricole et d'un terroir inestimables et d'une grande diversité qui sont en jeu.

Les enjeux sont nombreux, qu'il s'agisse du renforcement de la confiance des consommateurs, du développement des économies locales, de la consolidation de l'activité agricole tout au long de la chaîne logistique, de l'emploi, ou encore de la compétitivité du monde rural.

Le patrimoine agroalimentaire européen a le plus haut niveau de qualité, d'hygiène et de sécurité au monde, il doit à ce titre être promu et protégé au sein et en dehors de l'UE.

La Commission a publié un Livre vert sur ce sujet, qui doit être décliné dans la pratique dans les meilleurs délais, particulièrement dans un contexte de fragilité du monde rural et d'exigences élevées en termes de qualité et de traçabilité de la part des consommateurs.

1. La Commission n'est-elle pas d'avis qu'en la matière, promotion et protection sont intimement liées?

2. Dans quelle mesure la Commission envisage-t-elle de décliner une approche ambitieuse et stratégique différenciée selon le type de produit et le public cible, en renforçant la complémentarité et la synergie entre les différents instruments existants?

3. La Commission est-elle favorable à la pérennisation des financements en faveur de la promotion des produits agroalimentaires dans le cadre de la PAC après 2013?

4. La Commission soutient-elle l'idée de prévoir des clauses spécifiques de promotion des produits agroalimentaires dans les accords commerciaux conclus avec les pays tiers?

Réponse donnée par M. Cioloş au nom de la Commission

(10 avril 2012)

1. La protection des Indications Géographiques et des Appellations d'Origine des produits agricoles et des denrées alimentaires constitue une des priorités de la PAC. Un des objectifs de la politique de promotion est de faire connaître ces systèmes de qualité auprès des consommateurs ainsi que des producteurs.

2. Il existe actuellement plusieurs instruments pour réaliser des actions d'information et de promotion au sein de la PAC. Cette situation a notamment été évaluée dans le cadre de l'étude d'évaluation externe du régime de promotion actuel, conduite en 2011. La question de la cohérence sera examinée dans le cadre des travaux d'analyse d'impact qui accompagneront la proposition législative de réforme de la politique de promotion prévue pour la fin 2012 dans le but d'optimiser les synergies entre les différents instruments.

3. La reforme de la Politique Agricole Commune à l'horizon 2020 s'oriente vers une meilleure organisation de la production, de la durabilité et de la qualité des produits agricoles. Il est nécessaire de l'accompagner d'une politique de promotion qui permette de déployer tout le potentiel du secteur alimentaire afin de favoriser la croissance et l'emploi au sein de l'économie européenne.

4. La dernière action de promotion en faveur des produits agricoles à l'initiative de la Commission en Corée du Sud à l'automne 2011 démontre que la Commission porte une très grande attention aux développements des accords commerciaux. Pour le futur, il est envisagé de définir une stratégie européenne pour la promotion des produits agricoles dans laquelle, les accords commerciaux conclus avec les pays tiers seront pris en compte.

(English version)

Question for written answer E-002195/12

to the Commission

Dominique Vlasto (PPE)

(27 February 2012)

Subject: Promotion of agrifood products

EU measures to promote agricultural products aim at raising awareness of Europe’s agrifood heritage, its diversity and its traditions in Europe and worldwide.

Funding is available under the common agricultural policy (CAP) for these promotion and information measures, but regrettably its scope is limited and it is absent from proposals for the CAP post-2013.

What is at stake, however, is Europe’s leading role as an exporter of agrifood products and the survival of an agricultural model, incomparable local produce and great diversity.

There are many issues involved, from boosting consumer confidence, developing local economies and consolidating agricultural activities along the entire length of the logistics chain, to employment and the competitiveness of rural areas.

Europe’s agrifood heritage complies with the highest quality, hygiene and safety standards in the world, and as such it must be promoted and protected within and outside of the EU.

The Commission has published a Green Paper on the subject, which must be put into practice as soon as possible, particularly given the fragile nature of rural areas and consumers’ raised expectations as regards quality and traceability.

1.

Does the Commission not agree that promotion and protection are closely interlinked in this area?

2.

To what extent is the Commission planning on taking an ambitious approach and pursuing a differentiated strategy depending on the type of product and target audience, by strengthening complementarity and synergy between the different existing instruments?

3.

Is the Commission in favour of ensuring permanent funding for the promotion of agrifood products under the post-2013 CAP?

4.

Does the Commission support the idea of making provision for specific clauses concerning the promotion of agrifood products in trade agreements with third countries?

(Version française)

Réponse donnée par M. Cioloş au nom de la Commission

(10 avril 2012)

1. La protection des Indications Géographiques et des Appellations d'Origine des produits agricoles et des denrées alimentaires constitue une des priorités de la PAC. Un des objectifs de la politique de promotion est de faire connaître ces systèmes de qualité auprès des consommateurs ainsi que des producteurs.

2. Il existe actuellement plusieurs instruments pour réaliser des actions d'information et de promotion au sein de la PAC. Cette situation a notamment été évaluée dans le cadre de l'étude d'évaluation externe du régime de promotion actuel, conduite en 2011. La question de la cohérence sera examinée dans le cadre des travaux d'analyse d'impact qui accompagneront la proposition législative de réforme de la politique de promotion prévue pour la fin 2012 dans le but d'optimiser les synergies entre les différents instruments.

3. La reforme de la Politique Agricole Commune à l'horizon 2020 s'oriente vers une meilleure organisation de la production, de la durabilité et de la qualité des produits agricoles. Il est nécessaire de l'accompagner d'une politique de promotion qui permette de déployer tout le potentiel du secteur alimentaire afin de favoriser la croissance et l'emploi au sein de l'économie européenne.

4. La dernière action de promotion en faveur des produits agricoles à l'initiative de la Commission en Corée du Sud à l'automne 2011 démontre que la Commission porte une très grande attention aux développements des accords commerciaux. Pour le futur, il est envisagé de définir une stratégie européenne pour la promotion des produits agricoles dans laquelle, les accords commerciaux conclus avec les pays tiers seront pris en compte.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite P-002223/12

à la Commission

Gaston Franco (PPE)

(28 février 2012)

Objet: Application réaliste et proportionnée de la directive sur le bruit dans l'environnement

La directive 2002/49/CE relative à l'évaluation et à la gestion du bruit dans l'environnement a pour objectif de permettre une évaluation harmonisée au niveau européen de l'exposition au bruit dans l'environnement, au moyen d'indicateurs et de cartes de bruit stratégiques. Cette directive vise à prévenir et réduire les bruits excessifs au moyen de plans d'actions, à protéger les zones calmes et à mettre l'accent sur l'information et la participation du public tout au long du processus décisionnel. Elle s'applique notamment aux agglomérations de plus de 100 000 habitants.

Dans les faits, cette directive s'applique aux petites communes intégrées au sein d'agglomérations, qui possèdent toutefois un caractère rural et ne sont pas affectées par des nuisances sonores générées par des infrastructures lourdes de déplacement ou des établissements classés soumis à autorisation et ciblés par ladite directive.

Alors qu'il n'est recensé aucune source génératrice de bruit susceptible d'avoir un impact sur l'environnement local au titre de la directive, ces communes se voient contraintes de financer à leur charge des études de bruit coûteuses, sans disposer de la maîtrise d'ouvrage nécessaire. À cela s'ajoute l'obligation de réexaminer ou de réviser leur cartographie du bruit et les plans de prévention du bruit au minimum tous les cinq ans.

La Commission est-elle consciente de ce problème? A-t-elle réalisé une étude d'impact au niveau européen sur ce point particulier?

Ne faudrait-il pas envisager des dispositifs d'accompagnement pour les petites communes soumises aux exigences de la directive dans les conditions précitées?

Afin de garantir une application réaliste et proportionnée de la Directive 2002/49/CE, ne serait-il pas souhaitable de réviser ce texte en créant des dérogations pour les petites communes rurales?

Réponse donnée par M Potočnik au nom de la Commission

(3 avril 2012)

La directive 2002/49/CE relative à l'évaluation et à la gestion du bruit dans l'environnement permet une approche commune sur le problème du bruit tout en laissant une large marge de manœuvre quant à la transposition des dispositions de l'Union en droit interne. Les États membres sont libre dans la délimitation des zones urbaines à considérer comme des «agglomérations» pour lesquelles des cartes stratégiques de bruit ainsi que des plans d'action contre le bruit doivent être mis en place. Il est également de la compétence des États membres de désigner aux niveaux appropriés, les autorités compétentes et les organismes responsables de la mise en œuvre de la directive, notamment en ce qui concerne l'établissement des cartes de bruits et des plans d'action pour les agglomérations.

Conformément à l'article 11 de la directive relative au bruit dans l'environnement, la Commission a élaboré un rapport sur la mise en œuvre de la directive. Ce rapport fait État de difficultés dans plusieurs États membres liées à la coordination des organismes impliqués, aussi bien dès la phase de collecte des données que dans les phases ultérieures de planification de la mise en œuvre. Aucune difficulté n'a cependant été relevée quant au point spécifique de la mise en œuvre de la directive dans les petites communes. La Commission a tenu en septembre 2011, sur la base du rapport mentionné ci-dessus, une réunion avec les États membres et les autres parties intéressées afin d'étudier les possibilités d'amélioration de l'efficacité de la législation relative au bruit. La Commission va sous peu lancer une consultation internet sur les principaux points à traiter dans le réexamen de la directive. L'Honorable Parlementaire est invité à réitérer ses observations dans ce cadre.

(English version)

Question for written answer P-002223/12

to the Commission

Gaston Franco (PPE)

(28 February 2012)

Subject: Realistic and proportionate application of the Environmental Noise Directive

The objective of Directive 2002/49/EC relating to the assessment and management of environmental noise is to enable a harmonised assessment, at European level, of exposure to environmental noise, using indicators and strategic noise maps. The directive aims to prevent and reduce excessive noise by means of action plans, to protect quiet areas and to focus on public information and participation throughout the decision-making process. It applies particularly to agglomerations with more than 100 000 inhabitants.

In practice, this directive applies to small districts which are located within agglomerations, but which are rural in character and are not affected by noise pollution generated by heavy transport infrastructure or classified establishments subject to authorisation and targeted by this directive.

While the directive does not identify any sources of noise likely to have an impact on the local environment, these districts are having to fund costly noise studies by themselves, without having the necessary project management skills. On top of this, they are obliged to reassess or revise their noise maps and noise prevention plans at least every five years.

Is the Commission aware of this problem? Has it carried out an impact assessment at European level in respect of this particular issue?

Should we not consider putting support measures in place for small districts subject to the requirements of the directive under the abovementioned conditions?

In order to guarantee a realistic and proportionate application of Directive 2002/49/EC, would it not be desirable to revise this text by adding derogations for small rural districts?

(Version française)

Réponse donnée par M Potočnik au nom de la Commission

(3 avril 2012)

La directive 2002/49/CE relative à l'évaluation et à la gestion du bruit dans l'environnement permet une approche commune sur le problème du bruit tout en laissant une large marge de manœuvre quant à la transposition des dispositions de l'Union en droit interne. Les États membres sont libre dans la délimitation des zones urbaines à considérer comme des «agglomérations» pour lesquelles des cartes stratégiques de bruit ainsi que des plans d'action contre le bruit doivent être mis en place. Il est également de la compétence des États membres de désigner aux niveaux appropriés, les autorités compétentes et les organismes responsables de la mise en œuvre de la directive, notamment en ce qui concerne l'établissement des cartes de bruits et des plans d'action pour les agglomérations.

Conformément à l'article 11 de la directive relative au bruit dans l'environnement, la Commission a élaboré un rapport sur la mise en œuvre de la directive. Ce rapport fait État de difficultés dans plusieurs États membres liées à la coordination des organismes impliqués, aussi bien dès la phase de collecte des données que dans les phases ultérieures de planification de la mise en œuvre. Aucune difficulté n'a cependant été relevée quant au point spécifique de la mise en œuvre de la directive dans les petites communes. La Commission a tenu en septembre 2011, sur la base du rapport mentionné ci-dessus, une réunion avec les États membres et les autres parties intéressées afin d'étudier les possibilités d'amélioration de l'efficacité de la législation relative au bruit. La Commission va sous peu lancer une consultation internet sur les principaux points à traiter dans le réexamen de la directive. L'Honorable Parlementaire est invité à réitérer ses observations dans ce cadre.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-002264/12

à la Commission

Catherine Grèze (Verts/ALE)

(28 février 2012)

Objet: Retards de paiement du FSE aux associations de la région Midi-Pyrénées

Les objectifs du FSE sont nobles: ce fonds vise à soutenir l'emploi dans les États membres mais aussi à promouvoir la cohésion économique et sociale. Il aide ainsi les groupes les plus exposés au chômage et à l'exclusion, c'est-à-dire des populations fragiles et dépendantes de ces aides.

Malheureusement, aujourd'hui, les retards de paiement incessant de ces fonds européens mettent à mal le fonctionnement de certaines structures.

En Midi-Pyrénées, à notre connaissance, pas moins de 24 associations sont concernées par ces retards, pour une somme de 1 086 000 euros. Certaines associations ont dû avancer l'équivalent de trois années de trésorerie.

Évidemment, les premiers à pâtir de cette situation sont les personnes en difficulté que ces structures accompagnent.

Malgré plusieurs démarches entreprises auprès des services de la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi (Direccte), la situation semble perdurer.

En vertu de l'article 5 du règlement (CE) no 1081/2006 relatif au FSE, «le FSE encourage la bonne gouvernance». Le versement à temps des fonds destinés aux structures porteuses de projets fait partie de cette bonne gouvernance car sans le versement de ceux-ci, le FSE n'est plus.

1. La Commission est-elle au courant de cette situation et connaît-elle les raisons de tels retards?

2. Pourrait-elle indiquer quand les paiements pourront être versés?

Réponse donnée par M Andor au nom de la Commission

(17 avril 2012)

La Commission européenne est sensible à la question des problèmes de trésorerie que pose la gestion du FSE pour les porteurs de projet. C'est pourquoi le règlement 1083/2006 prévoit dans son article 87, que sous réserve des disponibilités budgétaires, et s'il n'y a pas de suspension des paiements au titre de l'article 92, la Commission effectue le paiement intermédiaire dans un délai n'excédant pas deux mois à compter de l'enregistrement auprès de la Commission d'une demande de paiement remplissant les conditions mentionnées à l'article 86. Ainsi, les la Commission est tenue de procéder aux paiements des demandes intermédiaires du programme opérationnel national français dans les deux mois suivant réception de la demande de remboursement.

La Commission n'avait pas connaissance de la situation spécifique des associations de Midi-Pyrénées. Les éléments transmis par l'autorité de gestion nationale suggèrent que, si des retards de paiements ont pu être constatés, ils sont essentiellement liés à une réorganisation des services destinée à améliorer leur fonctionnement. Une grande partie des fonds attendus pour les années 2008, 2009 et 2010 ont été remboursés ou sont en cours de remboursement. En revanche, les dépenses encourues pour l'année 2011 ne pourront être remboursées qu'après transmission du bilan final, validation au niveau national et déclaration à la Commission.

(English version)

Question for written answer E-002264/12

to the Commission

Catherine Grèze (Verts/ALE)

(28 February 2012)

Subject: Delays in payment of ESF funds to organisations in the Midi-Pyrénées region

The aims of the ESF are noble: this fund aims to support employment in the Member States and to promote economic and social cohesion. It thus helps groups who are most at risk of unemployment and exclusion, i.e. vulnerable populations who are dependent on this aid.

Unfortunately, today, constant delays in the payment of these European funds undermine the operation of certain bodies.

In the Midi-Pyrénées, to our knowledge, no less than 24 organisations have been affected by these delays, with a total amount of EUR 1 086 000 involved. Some organisations have had to advance the equivalent of three years’ cash flow.

Obviously, the first to suffer from this situation are the people in difficulty that these bodies support.

Although the Regional Directorate of Business, Employment, Competition, Consumption, and Professional Training (DIRECCTE) has been approached on several occasions, the situation appears to be continuing.

According to Article 5 of Regulation (EC) No 1081/2006 on the ESF, ‘the ESF shall promote good governance’. The punctual payment of funds to project structures is part of this good governance as, without the payment of these funds, the ESF will cease to exist.

1.

Is the Commission aware of this situation and does it know the reasons for these delays?

2.

Can it indicate when the payments will be made?

(Version française)

Réponse donnée par M Andor au nom de la Commission

(17 avril 2012)

La Commission européenne est sensible à la question des problèmes de trésorerie que pose la gestion du FSE pour les porteurs de projet. C'est pourquoi le règlement 1083/2006 prévoit dans son article 87, que sous réserve des disponibilités budgétaires, et s'il n'y a pas de suspension des paiements au titre de l'article 92, la Commission effectue le paiement intermédiaire dans un délai n'excédant pas deux mois à compter de l'enregistrement auprès de la Commission d'une demande de paiement remplissant les conditions mentionnées à l'article 86. Ainsi, les la Commission est tenue de procéder aux paiements des demandes intermédiaires du programme opérationnel national français dans les deux mois suivant réception de la demande de remboursement.

La Commission n'avait pas connaissance de la situation spécifique des associations de Midi-Pyrénées. Les éléments transmis par l'autorité de gestion nationale suggèrent que, si des retards de paiements ont pu être constatés, ils sont essentiellement liés à une réorganisation des services destinée à améliorer leur fonctionnement. Une grande partie des fonds attendus pour les années 2008, 2009 et 2010 ont été remboursés ou sont en cours de remboursement. En revanche, les dépenses encourues pour l'année 2011 ne pourront être remboursées qu'après transmission du bilan final, validation au niveau national et déclaration à la Commission.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-002309/12

à la Commission

Brice Hortefeux (PPE)

(29 février 2012)

Objet: Situation sécuritaire et alimentaire dans la bande sahélienne

En complément de ma question écrite du 15 décembre 2011 sur la Stratégie Sahel (E-011930/2011), je souhaiterais souligner que nous avons assisté à une grave détérioration de la situation dans les pays de la bande sahélienne au mois de février, tant en matière de sécurité que d'approvisionnement alimentaire.

— Dans ce contexte particulièrement préoccupant, la Commission et le SEAE entendent-ils mobiliser davantage de moyens en dehors de la Stratégie Sahel dont on attend toujours une formulation concrète?

— En réponse à cette crise, la commissaire Georgieva a pris des décisions humanitaires qui devraient soulager les pays de la zone à brève échéance. La Commission envisage-t-elle pour sa part de mobiliser rapidement les réserves du FED en faveur des pays les plus affectés par la crise alimentaire afin de compléter le dispositif, et à quelle échéance, compte tenu de l'urgence à agir?

Réponse donnée par la Vice-présidente/Haute Représentante Ashton au nom de la Commission

(23 mai 2012)

La situation sécuritaire au Sahel a connu de nouvelles tensions, notamment en raison de l'éclatement en mi-janvier 2012 de la crise dans le Nord Mali. L'UE a appelé à un cessez le feu et à un dialogue inclusif entre les parties, pour parvenir à un règlement pacifique du conflit. L'UE se tient prête à appuyer ce dialogue avec les moyens appropriés.

Dans le cadre de sa Stratégie de sécurité et de développement au Sahel, l'UE a alloué un montant additionel de 50 millions d'euros pour appuyer le gouvernement du Mali dans ses efforts pour renforcer la présence de l'État dans ses régions septentrionales. Cependant, en raison des nouvelles violences, les projets et programmes de coopération UE dans ces zones sont partiellement suspendus.

Sur le plan humanitaire, en sus des importants efforts déjà en cours par la Commission, l'UE s'achemine vers une augmentation de 15 million d'euros pour la réponse à la crise alimentaire au Mali, au titre de la réserve FED. Ce financement fera l'objet d'un processus de décision accélérée et la contractualisation devra avoir lieu à courte échance.

Dans le cadre de la crise au Nord Mali, qui a entraîné jusqu'à présent le déplacement d'au moins 170 000 personnes, la Commission envisage une décision d'appui humanitaire de 9 millions d'euros. Ces fonds couvriront des actions en faveur des déplacées au Mali et des réfugiés dans les pays voisins, notamment le Niger, le Burkina Faso et la Mauritanie.

(English version)

Question for written answer E-002309/12

to the Commission

Brice Hortefeux (PPE)

(29 February 2012)

Subject: Security and food situation in the Sahel

Further to my written question of 15 December 2011 on the Sahel Strategy (E‐011930/2011), I would like stress that we have witnessed a serious deterioration of the situation in the countries of the Sahel in February, both in terms of security and food supply.

— In these particularly worrying circumstances, do the Commission and the External Action Service intend to mobilise more resources, aside from the Sahel strategy, from which concrete proposals are still awaited?

— Commissioner Georgieva has taken steps to address this humanitarian crisis which should provide relief for the countries in this area in the short term. Does the Commission intend to mobilise European Development Fund reserves quickly for the countries most affected by the food crisis to supplement the aid and, if so, within what timeframe, considering the urgent need for action?

(Version française)

Réponse donnée par la Vice-présidente/Haute Représentante Ashton au nom de la Commission

(23 mai 2012)

La situation sécuritaire au Sahel a connu de nouvelles tensions, notamment en raison de l'éclatement en mi-janvier 2012 de la crise dans le Nord Mali. L'UE a appelé à un cessez le feu et à un dialogue inclusif entre les parties, pour parvenir à un règlement pacifique du conflit. L'UE se tient prête à appuyer ce dialogue avec les moyens appropriés.

Dans le cadre de sa Stratégie de sécurité et de développement au Sahel, l'UE a alloué un montant additionel de 50 millions d'euros pour appuyer le gouvernement du Mali dans ses efforts pour renforcer la présence de l'État dans ses régions septentrionales. Cependant, en raison des nouvelles violences, les projets et programmes de coopération UE dans ces zones sont partiellement suspendus.

Sur le plan humanitaire, en sus des importants efforts déjà en cours par la Commission, l'UE s'achemine vers une augmentation de 15 million d'euros pour la réponse à la crise alimentaire au Mali, au titre de la réserve FED. Ce financement fera l'objet d'un processus de décision accélérée et la contractualisation devra avoir lieu à courte échance.

Dans le cadre de la crise au Nord Mali, qui a entraîné jusqu'à présent le déplacement d'au moins 170 000 personnes, la Commission envisage une décision d'appui humanitaire de 9 millions d'euros. Ces fonds couvriront des actions en faveur des déplacées au Mali et des réfugiés dans les pays voisins, notamment le Niger, le Burkina Faso et la Mauritanie.

(Wersja polska)

Pytanie wymagające odpowiedzi pisemnej E-002324/12

do Komisji (Wiceprzewodniczącej / Wysokiej Przedstawiciel)

Zbigniew Ziobro (EFD)

(29 lutego 2012 r.)

Przedmiot: Wiceprzewodnicząca/Wysoka Przedstawiciel – Sprzedaż syryjskiej opozycji rakiet typu Milan

Jak informują niezależne ośrodki analityczne monitorujące konflikt w Syrii, w czasie walk o Homs Wolna Armia Syryjska użyła rakiet przeciwpancernych typu Milan. Rakiety te produkowane są jedynie przez dwie europejskie firmy: North Aviation (Francja) oraz MBB (Niemcy). Firmy te są również pośrednikami w ich sprzedaży.

1. Czy sprzedaż lub przekazanie broni Wolnej Armii Syryjskiej nie łamie sankcji nałożonych przez Unię Europejską na dostawy broni do Syrii?

2. Co Komisja zrobi, aby sprawdzić informacje przekazane w interpelacji?

3. Jakie kary grożą firmom lub państwom nielegalnie dostarczającym broń do Syrii?

Odpowiedź udzielona przez Wysoką Przedstawiciel i Wiceprzewodniczącą Komisji Catherine Ashton w imieniu Komisji

(16 maja 2012 r.)

UE nałożyła embargo na broń i sprzęt wojskowy w odniesieniu do Syrii w dniu 9 maja 2011 r. W związku z tym wywóz (broni i sprzętu wojskowego) do Syrii, niezależnie od tego, czy stroną jest rząd czy jakikolwiek inny podmiot, nie jest dozwolony, z wyjątkiem przypadków, w których zastosowanie znajduje jeden z rzadkich wyjątków od tego uregulowania.

Ogólnemu zakazowi sprzedaży, dostaw, przekazywania lub wywozu broni do Syrii, przewidzianemu obecnie w decyzji Rady 2011/782/WPZiB z dnia 1 grudnia 2011 r., nie nadano mocy obowiązującej w drodze rozporządzenia opartego na Traktacie o funkcjonowaniu Unii Europejskiej. Zamiast tego państwa członkowskie UE wybrały opcję wdrożenia embarga na podstawie przepisów krajowych.

W związku z tym decyzje dotyczące kar, które należy nałożyć na przedsiębiorstwa nielegalnie dostarczające broń do Syrii, podejmowane są na podstawie prawa krajowego przez państwo członkowskie, którego dotyczy powyższa kwestia. Komisja nie jest w stanie podać informacji dotyczących tych sankcji, ponieważ zgodnie z obowiązującymi zasadami państwa członkowskie nie są zobowiązane do przekazywania Komisji informacji na temat uregulowań krajowych dotyczących sankcji za naruszenie krajowych przepisów w sprawie wywozu broni i sprzętu wojskowego.

(English version)

Question for written answer E-002324/12

to the Commission (Vice-President/High Representative)

Zbigniew Ziobro (EFD)

(29 February 2012)

Subject: VP/HR — Sale of Milan missiles to Syrian opposition

Independent analysis centres monitoring the conflict in Syria have reported that the Free Syrian Army has used Milan anti-tank missiles during the fighting in Homs. These missiles are only produced by two European companies: North Aviation (France) and MBB (Germany). These companies also act as their selling agents.

1. Does the sale or transfer of arms to the Free Syrian Army not break the sanctions imposed by the European Union in respect of arms supplies to Syria?

2. What is the Commission going to do to check the information provided in this question?

3. What penalties are imposed on companies or countries illegally supplying arms to Syria?

Answer given by High Representative/Vice-President Ashton on behalf of the Commission

(16 May 2012)

The EU adopted an embargo on arms and military equipment against Syria on 9 May 2011. Accordingly, exports to Syria, be it the government or any other party, are no longer authorised, except where one of the rare exceptions to the rules may apply.

The general ban on the sale, supply, transfer or export of arms to Syria, currently provided for by in Council Decision 2011/782/CFSP of 1 December 2011, has not been given effect by a regulation based on the Treaty on the Functioning of the European Union. Rather, the EU Member States opted for applying this embargo in their own national domain.

Consequently, the penalties that should be imposed on companies illegally supplying arms to Syria are decided, on the basis of national law, by the Member State that is concerned with the matter. The Commission is not in a position to provide information on these penalties as, under the current rules, Member States are not required to inform the Commission of the national rules on penalties for infringement of their legislation on exports of arms and military equipment.

(Versión española)

Pregunta con solicitud de respuesta escrita P-002351/12

a la Comisión

Vicente Miguel Garcés Ramón (S&D)

(29 de febrero de 2012)

Asunto: Autonomía de la Fundación Anna Lindh

El 22 de noviembre de 2011, durante una reunión del Consejo consultivo de la FAL abierta a los antiguos miembros del «Grupo de Sabios sobre cuestiones interculturales», creado por el ex Presidente de la Comisión Europea, el señor Prodi, el Comisario Füle y el Presidente de la FAL, M. Azoulay, han anunciado públicamente el lanzamiento de un programa sobre la sociedad civil para el diálogo y la democracia, que habría beneficiado en particular a los países euromediterráneos en transición democrática.

El 9 de febrero de 2012, durante la reunión del Consejo de Administración de la FAL celebrada con el fin de aprobar el programa para el periodo 2012-14, las delegaciones de Egipto y Argelia ejercieron su derecho de veto sobre el programa trienal de la FAL, expresando de ese modo su desacuerdo en lo que concernía al lanzamiento de un programa para emprender nuevas acciones destinadas a fortalecer la sociedad civil en los países en transición democrática.

Este programa de acción sobre el diálogo y la democracia ha sido financiado con una dotación de 3 millones de euros, que se suman a los 12 millones de euros del presupuesto de 2012-14 ya comprometidos por la UE y los gobiernos donantes. Este veto puede provocar una parálisis temporal de las actividades de la Fundación.

El mecanismo de gobernanza de la Fundación ha demostrado así su insuficiencia, porque permite a un solo país bloquear la acción de la FAL en favor de la sociedad civil, a pesar incluso de que este país no contribuya financieramente al presupuesto de la FAL (en la actualidad, de los nueve países árabes, únicamente el Líbano ha comprometido fondos, por un importe inferior a 10 000 euros, mientras que el resto no ha comprometido nada). Esta posición institucional, que coloca en un aprieto a la Fundación y a sus redes de organismos de la sociedad civil, desgraciadamente está en consonancia con las últimas maniobras de persecución, por parte de las autoridades egipcias, de la sociedad civil independiente.

¿Qué se está haciendo para preservar la autonomía de la Fundación?

¿Qué se está haciendo para que los países euromediterráneos, en particular los países árabes, asuman su responsabilidad y sean coherentes comprometiendo fondos en beneficio de la FAL?

¿Cómo se puede garantizar que los fondos que la UE asigna a la Fundación Anna Lindh se destinan realmente a la sociedad civil de los países en transición democrática?

Respuesta del Sr. Füle en nombre de la Comisión

(7 de mayo de 2012)

La autonomía de la Fundación Anna Lindh (FAL) está consagrada en sus principios fundadores y de funcionamiento. La FAL es una fundación independiente de los Gobiernos, de otras asociaciones y del sector privado, que funciona como una red de redes de organizaciones no gubernamentales y organizaciones de la sociedad civil de 43 países de la Unión por el Mediterráneo.

El 12 de marzo de 2012, el Consejo de Administración de la FAL aprobó, tras la aclaración de ciertos puntos planteados por algunos de los delegados, su programa de trabajo para el periodo 2012-2014 y el plan de trabajo de 2012 mediante un procedimiento de aprobación tácita. En esta ocasión, el Presidente del Consejo de Administración subrayó la importancia del Programa y pidió a los miembros que se comprometieran a asegurar las contribuciones y a permitir a las redes realizar sus actividades previstas.

El Programa se basa en la denominada «Estrategia 4 D» (diversidad, diálogo, democracia y desarrollo) que el Consejo de Administración aprobó en 2011 y servirá de guía de la misión intercultural de la FAL en el contexto actual.

La responsabilidad y el uso eficaz del dinero de los contribuyentes de la UE están en el eje de la acción de la UE en materia de apoyo y ejecución. A tal efecto y de acuerdo con las normas y los reglamentos de la UE en materia financiera, los gastos y la financiación de la FAL son sometidos a auditorías anuales financieras y de seguimiento por parte de auditores externos, homologados a nivel internacional.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite P-002351/12

à la Commission

Vicente Miguel Garcés Ramón (S&D)

(29 février 2012)

Objet: Autonomie de la Fondation Anna Lindh

Le 22 novembre 2011, au cours d'une réunion du Conseil consultatif de la FAL ouverte aux anciens membres du «Groupe des Sages sur les questions interculturelles» créé par l'ancien Président de la Commission européenne, M. Prodi, le Commissaire Füle et le Président de la FAL, M. Azoulay, ont annoncé publiquement le lancement d'un programme sur la société civile pour le dialogue et la démocratie, qui aurait bénéficié en particulier aux pays euro-méditerranéens en transition démocratique.

Le 9 février 2012, au cours de la réunion du Conseil des gouverneurs de la FAL tenue pour approuver le programme 2012-14, les délégations de l'Égypte et de l'Algérie ont fait valoir un droit de veto sur le programme triennal de la FAL, exprimant ainsi leur désaccord concernant le lancement d'un programme pour de nouvelles actions destinées à renforcer la société civile dans les pays en transition démocratique.

Ce programme d'action sur le dialogue et la démocratie a été financé par un montant de 3 millions d'euros, qui s'ajoute au 12 millions d'euros du budget 2012-14 déjà engagés par l'UE et les gouvernements donateurs. Ce veto peut engendrer une paralysie temporaire des activités de la Fondation.

Le mécanisme de gouvernance de la Fondation a ainsi montré son inadéquation, car il permet à un seul pays de bloquer l'action de la FAL en faveur de la société civile, même si ce pays ne contribue pas financièrement au budget de la FAL (actuellement, des neuf pays arabes, seul le Liban a engagé des fonds, pour un montant inférieur à 10 000 euros, alors que les autres n'ont rien engagé). Cette prise de position institutionnelle, qui met dans l'embarras la Fondation et ses réseaux d'organismes de la société civile, est malheureusement en ligne avec les dernières actions de persécution, par les autorités égyptiennes, de la société civile indépendante.

Que fait-on pour préserver l'autonomie de la Fondation?

Que fait-on pour que les pays euro-méditerranéens, en particulier les pays arabes, assument leur responsabilité et soient cohérents en engageant des fonds dans la FAL?

Comment assurer que les fonds alloués par l'UE à la Fondation Anna Lindh soient vraiment destinés à la société civile des pays en transition démocratique?

(English version)

Answer given by Mr Füle on behalf of the Commission

(7 May 2012)

The autonomy of the Anna Lindh Foundation (ALF) is enshrined in its founding and working principles. It is a foundation independent from governments, associations or the private sector, that functions as a network of networks of non-governmental organisations and civil society organisations throughout the 43 countries of the Union for the Mediterranean.

On 12 March 2012, the Board of Governors (BoG) of ALF approved the ALF Work Programme 2012-2014 and the Work Plan 2012 via silent procedure, following clarification of certain points raised by some of the delegates. On this occasion, the Chair of the BoG highlighted the significance of the Programme and called upon the members to commit their pledges for securing contributions and allowing the networks to implement their planned activities.

The Programme is based on the ‘4 D Strategy’ (Diversity, Dialogue, Democracy and Development) which was endorsed by the BoG in 2011, and will guide the ALF intercultural mission in the current context.

Accountability and efficient use of EU tax payers' money is at the heart of the EU's support and action implementation. To this effect, as per EU financial rules and regulations, annual monitoring and financial audits are performed by external, internationally certified auditors on ALF's expenditures and funding.

(English version)

Question for written answer P-002351/12

to the Commission

Vicente Miguel Garcés Ramón (S&D)

(29 February 2012)

Subject: Autonomy of the Anna Lindh Foundation (ALF)

On 22 November 2011, during a meeting of the ALF’s advisory council open to former members of the high-level advisory group on intercultural dialogue set up by former Commission President Romano Prodi, Commissioner Fühle and ALF Chair André Azoulay announced the launch of a civil society programme for dialogue and democracy that, it was claimed, would be of particular benefit to the Euro-Mediterranean countries in transition to democracy.

On 9 February 2012, during an ALF Board of Governors meeting held to approve the 2012-2014 programme, the delegations from Egypt and Algeria exercised their right of veto on the ALF’s triennial programme, expressing their disapproval of the launch of a programme for new actions designed to strengthen civil society in countries in democratic transition.

This programme of action on dialogue and democracy received funding of EUR 3 million, in addition to the EUR 12 million for the 2012-2014 budget already committed by the EU and the donor governments. This veto may temporarily paralyse the ALF’s activities.

The way in which the ALF is governed has therefore proved to be unsatisfactory, as it allows a single country to block the ALF in its efforts to foster civil society, even if that country does not contribute financially to the ALF’s budget. Currently, of the nine Arab countries, only Lebanon has committed funds — under EUR 10 000 — while the others have committed nothing. This institutional position, which places the ALF and its networks of civil society organisations in a difficult position, unfortunately chimes with the way in which independent civil society has been persecuted by the Egyptian authorities recently.

What is being done to maintain the ALF’s autonomy?

What is being done to ensure that the Euro-Mediterranean countries, in particular the Arab countries, uphold their responsibility and are consistent in committing funds to the ALF?

How can we ensure that the funds allocated by the EU to the ALF will actually find their way to civil society in the countries in democratic transition?

Answer given by Mr Füle on behalf of the Commission

(7 May 2012)

The autonomy of the Anna Lindh Foundation (ALF) is enshrined in its founding and working principles. It is a foundation independent from governments, associations or the private sector, that functions as a network of networks of non-governmental organisations and civil society organisations throughout the 43 countries of the Union for the Mediterranean.

On 12 March 2012, the Board of Governors (BoG) of ALF approved the ALF Work Programme 2012-2014 and the Work Plan 2012 via silent procedure, following clarification of certain points raised by some of the delegates. On this occasion, the Chair of the BoG highlighted the significance of the Programme and called upon the members to commit their pledges for securing contributions and allowing the networks to implement their planned activities.

The Programme is based on the ‘4 D Strategy’ (Diversity, Dialogue, Democracy and Development) which was endorsed by the BoG in 2011, and will guide the ALF intercultural mission in the current context.

Accountability and efficient use of EU tax payers' money is at the heart of the EU's support and action implementation. To this effect, as per EU financial rules and regulations, annual monitoring and financial audits are performed by external, internationally certified auditors on ALF's expenditures and funding.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite P-002352/12

à la Commission

Françoise Castex (S&D)

(9 février 2012)

Objet: IKEA — sociétés privées spécialisées dans la sécurité

L'hebdomadaire français «le Canard enchaîné » révèle dans son édition du mercredi 29 février que la filiale française du groupe suédois n'aurait pas hésité à monnayer des fichiers de la police nationale française via l'entreprise privée Sûreté International, spécialisée dans la sécurité.

Ces méthodes violent délibérément le principe du consentement prévu dans la directive 95/46/CE sur les données personnelles, actuellement en cours de révision.

Après le scandale des écoutes téléphoniques du tabloïd «News of the World», force est de constater que ce type de dérapage n'est pas isolé en Europe.

Face à de telles dérives, que compte faire la Commission pour assurer un contrôle plus strict des sociétés privées de sécurité dans le marché intérieur, et ce, afin de garantir une meilleure protection des citoyens de l'Union européenne et de leurs données personnelles?

Réponse donnée par Mme Reding au nom de la Commission

(3 avril 2012)

La Commission est consciente des risques liés à l'usage illicite de données des fichiers de police et de renseignement par des sociétés de sécurité ou des employeurs.

Dans le cadre de la réforme de la protection des données, la Commission a proposé le 25 janvier 2012 un règlement et une directive relatifs à la protection des données (47).

La réforme va renforcer le niveau de protection des données et les règles liées au traitement des données personnelles y compris celles issues de fichiers de police. Les propositions introduisent par exemple des sanctions dissuasives: une entreprise pourra être sanctionnée, jusqu'à 2 % de son chiffre d'affaire en cas de traitement de données sans base juridique (48). Ces sanctions sont beaucoup plus importantes que celles encourues jusqu'à présent.

Sans préjudice des pouvoirs de la Commission en tant que gardienne des traités, la supervision et la mise en œuvre de la législation sur la protection des données est du ressort des autorités compétentes, en particulier les autorités de protection des données, c'est-à-dire la CNIL en France. La Commission n'a pas de compétences pour vérifier la conformité des traitements de données, faire des enquêtes sur les possibles violations aux règles applicables par les entreprises traitant des données personnelles, ou pour imposer des sanctions.

Concernant IKEA, plusieurs plaintes ont été déposées en France, et une enquête de la police judiciaire est en cours. La CNIL a également auditionné des responsables d'IKEA.

(English version)

Question for written answer P-002352/12

to the Commission

Françoise Castex (S&D)

(9 February 2012)

Subject: IKEA — private companies specialising in security

The weekly French newspaper Le Canard enchaîné revealed in its edition of Wednesday 29 February edition that the French subsidiary of the Swedish corporation had apparently had no hesitation in paying for access to French national police records through the private specialist security company Sûreté International.

These actions deliberately violate the principle of consent provided for in Directive 95/46/EC on personal data, currently under revision.

After the News of the World phone-hacking scandal, it has to be noted that this is a type of excess that is not an isolated case in Europe.

In light of these breaches, what does the Commission intend to do to ensure stricter control over private security companies in the domestic market in order to guarantee better protection for EU citizens and their personal details?

(Version française)

Réponse donnée par Mme Reding au nom de la Commission

(3 avril 2012)

La Commission est consciente des risques liés à l'usage illicite de données des fichiers de police et de renseignement par des sociétés de sécurité ou des employeurs.

Dans le cadre de la réforme de la protection des données, la Commission a proposé le 25 janvier 2012 un règlement et une directive relatifs à la protection des données (49).

La réforme va renforcer le niveau de protection des données et les règles liées au traitement des données personnelles y compris celles issues de fichiers de police. Les propositions introduisent par exemple des sanctions dissuasives: une entreprise pourra être sanctionnée, jusqu'à 2 % de son chiffre d'affaire en cas de traitement de données sans base juridique (50). Ces sanctions sont beaucoup plus importantes que celles encourues jusqu'à présent.

Sans préjudice des pouvoirs de la Commission en tant que gardienne des traités, la supervision et la mise en œuvre de la législation sur la protection des données est du ressort des autorités compétentes, en particulier les autorités de protection des données, c'est-à-dire la CNIL en France. La Commission n'a pas de compétences pour vérifier la conformité des traitements de données, faire des enquêtes sur les possibles violations aux règles applicables par les entreprises traitant des données personnelles, ou pour imposer des sanctions.

Concernant IKEA, plusieurs plaintes ont été déposées en France, et une enquête de la police judiciaire est en cours. La CNIL a également auditionné des responsables d'IKEA.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-002406/12

à la Commission

Jean-Marie Cavada (PPE)

(1er mars 2012)

Objet: Rapport relatif à l'application de la directive 2010/13/UE

La directive 2010/13/UE, dans son chapitre XII, article 33, dispose qu'«au plus tard le 19 décembre 2011, la Commission soumet au Parlement européen, au Conseil et au Comité économique et social européen un rapport relatif à l'application de la présente directive et, le cas échéant, formule de nouvelles propositions en vue de l'adaptation de celle-ci à l'évolution dans le domaine des services de médias audiovisuels, notamment à la lumière de l'évolution technologique récente, de la compétitivité du secteur et des niveaux d'éducation aux médias dans l'ensemble des États membres». À ce jour, le Parlement n'a toujours pas reçu ledit rapport.

À la lumière de ces faits, la Commission peut-elle répondre aux questions suivantes:

Quelles sont les raisons qui ont contraint la Commission à un tel retard?

Dans quel délai entend-elle transmettre le rapport au Parlement?

Quels en sont les axes de développement?

Réponse donnée par Mme Kroes au nom de la Commission

(3 avril 2012)

Le retard dans l'adoption du rapport a été causé par la nécessité d'investiguer plus en détail certaines évolutions technologiques récentes importantes notamment concernant la télévision connectée et d'envisager les initiatives politiques éventuelles dans ce domaine.

L'adoption du rapport est prévue pour la fin du mois d'avril. Celui-ci sera transmis dans les meilleurs délais au Parlement européen.

Le rapport, d'une part, décrit l'application de la Directive 2010/13/EU dans les États membres au cours de la période de référence 2009-2010 en détaillant les questions relatives à chaque disposition de la Directive soulevées au cours de la période de référence. D'autre part, le rapport adopte également une approche prospective en décrivant les derniers développements technologiques dans le domaine de la télévision connectée, en en esquissant les défis et opportunités et en envisageant les futures initatives politiques dans ce domaine.

(English version)

Question for written answer E-002406/12

to the Commission

Jean-Marie Cavada (PPE)

(1 March 2012)

Subject: Report on the application of Directive 2010/13/EU

Chapter XII, Article 33 of Directive 2010/13/EU lays down that ‘Not later than 19 December 2011, … the Commission shall submit to the European Parliament, to the Council and to the European Economic and Social Committee a report on the application of this directive and, if necessary, make further proposals to adapt it to developments in the field of audiovisual media services, in particular in the light of recent technological developments, the competitiveness of the sector and levels of media literacy in all Member States’. So far, Parliament has still not received this report.

1.

What reasons have compelled the Commission to incur such a delay?

2.

Within what time-frame does it intend to submit the report to Parliament?

3.

What are its development priorities?

(Version française)

Réponse donnée par Mme Kroes au nom de la Commission

(3 avril 2012)

Le retard dans l'adoption du rapport a été causé par la nécessité d'investiguer plus en détail certaines évolutions technologiques récentes importantes notamment concernant la télévision connectée et d'envisager les initiatives politiques éventuelles dans ce domaine.

L'adoption du rapport est prévue pour la fin du mois d'avril. Celui-ci sera transmis dans les meilleurs délais au Parlement européen.

Le rapport, d'une part, décrit l'application de la Directive 2010/13/EU dans les États membres au cours de la période de référence 2009-2010 en détaillant les questions relatives à chaque disposition de la Directive soulevées au cours de la période de référence. D'autre part, le rapport adopte également une approche prospective en décrivant les derniers développements technologiques dans le domaine de la télévision connectée, en en esquissant les défis et opportunités et en envisageant les futures initatives politiques dans ce domaine.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-002456/12

à la Commission

Patrick Le Hyaric (GUE/NGL)

(2 mars 2012)

Objet: Installation d'une unité de production laitière industrielle à Abbeville (département de la Somme, France)

Depuis le début des discussions préparatoires à la réforme de la politique agricole commune, la Commission ne cesse d'affirmer sa volonté de maintenir les petits et moyens agriculteurs, la vie des territoires et l'environnement.

Or, en France, dans la région d'Abbeville, département de la Somme, est ouverte une enquête d'utilité publique en vue de l'installation d'une unité de production laitière de mille vaches.

1.

La Commission a-t-elle été informée de ce projet d'installation industrielle?

2.

La Commission a-t-elle reçu des requêtes de la part d'autorités publiques ou entreprises privées pour ce projet?

3.

La Commission estime-t-elle que ce modèle industriel est compatible avec le projet de réforme de la PAC?

4.

La Commission le considère-t-elle compatible avec les objectifs d'emploi et de défense de l'environnement?

5.

Quelles mesures la Commission peut-elle envisager afin d'empêcher l'installation d'une telle agriculture industrielle?

Réponse donnée par M. Cioloş au nom de la Commission

(2 avril 2012)

1. La Commission n'a pas été informée du projet d'installation industrielle mentionnée en objet.

2. La Commission n'a pas reçu des requêtes de la part d'autorités publiques ou entreprises privées pour ce projet.

3. + 4. En accord avec le principe de subsidiarité qui s'applique notamment pour la politique de développement rural, le choix d'un tel investissement relève des compétences et arbitrages nationaux et n'est pas défini par la législation européenne. Toutefois, les projets émis par les fonds européens doivent répondre aux conditions fixées par la réglementation européenne d'emploi et de défense de l'environnement en vigueur.

5. La Commission ne dispose pas des mesures ou mécanismes légaux ou autres permettant d'empêcher l'aménagement d'une telle installation pour autant qu'elle respecte toutes les conditions d'éligibilités prévues par la législation européenne.

(English version)

Question for written answer E-002456/12

to the Commission

Patrick Le Hyaric (GUE/NGL)

(2 March 2012)

Subject: Establishment of an industrial dairy production unit in Abbeville (Somme department, France)

Since preparatory discussions began on the reform of the common agricultural policy (CAP), the Commission has repeatedly stated its wish to safeguard small— and medium-scale farmers, rural life and the environment.

However, in Abbeville (Somme, France) a public inquiry has been opened concerning the establishment of a dairy production unit for 1 000 cows.

1.

Has the Commission been informed of this industrial facility project?

2.

Has the Commission received requests from public authorities or private companies regarding this project?

3.

Does the Commission believe that this industrial facility is compatible with the plans to reform the CAP?

4.

Does the Commission believe the project is compatible with objectives regarding employment and environmental protection?

5.

What measures can the Commission consider in order to prevent the establishment of this industrial farming facility?

(Version française)

Réponse donnée par M. Cioloş au nom de la Commission

(2 avril 2012)

1. La Commission n'a pas été informée du projet d'installation industrielle mentionnée en objet.

2. La Commission n'a pas reçu des requêtes de la part d'autorités publiques ou entreprises privées pour ce projet.

3. + 4. En accord avec le principe de subsidiarité qui s'applique notamment pour la politique de développement rural, le choix d'un tel investissement relève des compétences et arbitrages nationaux et n'est pas défini par la législation européenne. Toutefois, les projets émis par les fonds européens doivent répondre aux conditions fixées par la réglementation européenne d'emploi et de défense de l'environnement en vigueur.

5. La Commission ne dispose pas des mesures ou mécanismes légaux ou autres permettant d'empêcher l'aménagement d'une telle installation pour autant qu'elle respecte toutes les conditions d'éligibilités prévues par la législation européenne.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite P-002524/12

à la Commission

Bernadette Vergnaud (S&D)

(6 mars 2012)

Objet: Remise en cause du contrat de modernisation de la ligne ferroviaire Gdansk-Varsovie-Katowice

Un contrat de 665 millions d'euros passé en juin dernier par les autorités polonaises avec le groupe Alstom pour moderniser le transport interrégional ferroviaire sur l'E65 Gdansk-Varsovie-Cracovie-Katowice avec des trains Pendolino, projet utilisant des financements européens dans le cadre d'un contrat de service public, est actuellement remis en cause par la DG Concurrence.

En l'espèce, la DG Concurrence:

a-t-elle tenu compte du travail préparatoire effectué pendant plusieurs années par les autorités nationales avec le soutien d'experts de la Commission travaillant au sein de JASPERS?

a-t-elle conscience de l'impact politique et économique de sa décision sur la volonté des autorités nationales de moderniser leurs infrastructures ferroviaires d'une part, et sur l'activité industrielle générée par ce projet dans plusieurs pays d'Europe, que l'on peut estimer à près de 2 000 emplois, d'autre part?

Par ailleurs, la DG Concurrence a-t-elle pris en considération les effets néfastes d'une telle remise en cause, si elle s'avérait infondée, sur l'avancement d'un projet européen de coopération industrielle d'un intérêt central en termes de développement des infrastructures, ce qui irait à l'encontre de la volonté de la Commission de relancer le marché unique?

Réponse donnée par M. Almunia au nom de la Commission

(7 mai 2012)

Les services de la Commission examinent actuellement en coopération avec les autorités polonaises, les aides qui pourraient être octroyées en faveur de l'entreprise ferroviaire PKP, pour l'achat de matériel ferroviaire. Cet examen est de nature tout à fait préliminaire, vu que la Commission n'a pas reçu de notification officielle. L'objet de cet analyse préliminaire est de vérifier la conformité des mesures planifiées avec les règles de l'Union européenne en matière de concurrence pour permettre aux autorités polonaises une éventuelle notification en bonne et due forme.

(English version)

Question for written answer P-002524/12

to the Commission

Bernadette Vergnaud (S&D)

(6 March 2012)

Subject: Question marks over the contract to modernise the railway between Gdańsk, Warsaw and Katowice

In June 2011, a EUR 665 million contract was concluded by the Polish authorities and the Alstom Group to modernise inter-regional rail transport on line E65 — between Gdańsk, Warsaw, Kraków and Katowice — with Pendolino trains. This project involves the use of European funding under a public service contract. The contract is currently being called into question by DG Competition.

In relation to this:

Has DG Competition taken into account the preparatory work carried out over several years by the national authorities with the support of Commission experts working within Jaspers?

Is DG Competition aware of the political and financial impact of its decision on the national authorities’ willingness to modernise their railway infrastructure and on the industrial activity generated by this project in several European countries, which can be estimated at almost 2 000 jobs?

Furthermore, has DG Competition taken into account the harmful effects which, if unfounded, this review will have on the progress of a European industrial cooperation project that is of key importance in terms of infrastructure development? This runs counter to the Commission’s wish to kick-start the single market.

(Version française)

Réponse donnée par M. Almunia au nom de la Commission

(7 mai 2012)

Les services de la Commission examinent actuellement en coopération avec les autorités polonaises, les aides qui pourraient être octroyées en faveur de l'entreprise ferroviaire PKP, pour l'achat de matériel ferroviaire. Cet examen est de nature tout à fait préliminaire, vu que la Commission n'a pas reçu de notification officielle. L'objet de cet analyse préliminaire est de vérifier la conformité des mesures planifiées avec les règles de l'Union européenne en matière de concurrence pour permettre aux autorités polonaises une éventuelle notification en bonne et due forme.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-002656/12

à la Commission

Dominique Vlasto (PPE) et Michel Dantin (PPE)

(8 mars 2012)

Objet: Transport ferroviaire pour les cyclovoyageurs

Le règlement européen (CE) no 1371/2007 prévoit l'amélioration de l'efficacité et de l'attrait du train par rapport aux autres modes de transport, dans une logique de report modal de la route vers le rail. Par conséquent, il doit permettre d'améliorer l'accessibilité aux trains de tous les voyageurs, y compris ceux qui se déplacent à vélo.

En effet, l'accès au transport ferroviaire des voyageurs à vélos non démontés est loin d'être garanti, comme l'article 5 du règlement susmentionné le laisse pourtant entendre. En effet, les trains qui relient les grandes villes européennes entre elles ne permettent pas aux voyageurs d'emporter leurs bicyclettes, faute d'emplacements à vélos, certains voyageurs étant parfois même interdits d'embarquer à bord des trains avec leurs deux roues. Cette situation est antinomique de l'ambition affichée par le Livre blanc sur l'avenir des transports du 28 mars 2011, qui accorde une importance toute particulière à l'intermodalité, notamment dans le cadre de trajets transfrontaliers. Il semble ainsi anormal que les équipements rénovés ou nouvellement mis en service sur les lignes à grande vitesse ne garantissent pas d'emplacements spécifiques pour les vélos pour les voyageurs. Ces emplacements, qui se sont généralisés dans les trains régionaux notamment, devraient également être disponibles dans les trains à grande vitesse.

À la lumière de ces éléments:

La Commission voit-elle dans cette situation une discrimination à l'égard des voyageurs ferroviaires qui sont empêchés d'embarquer avec leur bicyclette?

La Commission envisage-t-elle d'encourager, voire d'imposer, aux opérateurs ferroviaires et aux constructeurs de matériel roulant, lors de la rénovation de matériels anciens ou la construction de matériels nouveaux, la prise en compte d'emplacements pour vélo dans tous les types de train, et en particulier ceux qui facilitent la mobilité des cyclovoyageurs sur de longues distances?

Réponse donnée par M. Kallas au nom de la Commission

(3 avril 2012)

1. L'article 5 du règlement (CE) no 1371/2007 sur les droits et obligations des voyageurs ferroviaires impose aux entreprises ferroviaires d'autoriser les voyageurs à emporter leur bicyclette dans les trains à certaines conditions.

L'objectif est d'améliorer la qualité de service offerte aux passagers et de favoriser la mobilité durable.

Toutefois, il faut reconnaître que la formulation du texte actuel limite grandement son caractère effectif. De nombreuses associations représentatives ont d'ailleurs alerté la Commission en soulignant une stagnation, voire une détérioration des conditions de transport en question.

2. Dans ces conditions, la Commission a demandé une analyse spécifique de l'application de l'article 5 dans le cadre de l'évaluation globale du règlement, qui est actuellement en cours.

Sur la base du rapport d'application attendu d'ici la fin de l'année, des conclusions seront tirées y compris sur l'article 5 du règlement (CE) no 1370/2007. Il est trop tôt pour prendre position sur les mesures auxquelles fait référence l'Honorable Parlementaire.

(English version)

Question for written answer E-002656/12

to the Commission

Dominique Vlasto (PPE) and Michel Dantin (PPE)

(8 March 2012)

Subject: Rail transport for cyclists

Regulation (EC) No 1371/2007 aims to improve the effectiveness and appeal of train travel in relation to other modes of transport, in an attempt to shift behaviour from road travel towards rail travel. Consequently, train accessibility for all passengers, including cyclists, must be improved.

In reality, access to rail transport for passengers with bicycles that have not been dismantled is far from guaranteed, as Article 5 of the abovementioned Regulation would imply. Trains between large European cities do not allow passengers to bring their bicycles on to the train, lack space for bicycles and some passengers are sometimes even prevented from boarding the train with their two wheels. This situation contradicts the goals outlined in White Paper of 28 March 2011 on the future of transport, which stresses the importance of intermodality, particularly with regard to cross-border journeys. As such it seems strange that renovated and new stock in service on high-speed lines does not provide space reserved specifically for passengers’ bicycles. This space, notably widely available on regional trains, should also be available on high-speed trains.

In view of these facts:

Does the Commission recognise the discrimination in this situation towards rail passengers who are prevented from boarding with their bicycles?

Does the Commission intend to encourage, even force, rail operators and rolling stock manufacturers, during the renovation of old and the construction of new stock, to make space for bicycles in all train types, particularly those that facilitate the mobility of cyclists over long distances?

(Version française)

Réponse donnée par M. Kallas au nom de la Commission

(3 avril 2012)

1. L'article 5 du règlement (CE) no 1371/2007 sur les droits et obligations des voyageurs ferroviaires impose aux entreprises ferroviaires d'autoriser les voyageurs à emporter leur bicyclette dans les trains à certaines conditions.

L'objectif est d'améliorer la qualité de service offerte aux passagers et de favoriser la mobilité durable.

Toutefois, il faut reconnaître que la formulation du texte actuel limite grandement son caractère effectif. De nombreuses associations représentatives ont d'ailleurs alerté la Commission en soulignant une stagnation, voire une détérioration des conditions de transport en question.

2. Dans ces conditions, la Commission a demandé une analyse spécifique de l'application de l'article 5 dans le cadre de l'évaluation globale du règlement, qui est actuellement en cours.

Sur la base du rapport d'application attendu d'ici la fin de l'année, des conclusions seront tirées y compris sur l'article 5 du règlement (CE) no 1370/2007. Il est trop tôt pour prendre position sur les mesures auxquelles fait référence l'Honorable Parlementaire.

(Versión española)

Pregunta con solicitud de respuesta escrita E-002658/12

a la Comisión

Ana Miranda (Verts/ALE)

(8 de marzo de 2012)

Asunto: Promoción del Camino de Santiago (Galicia)

El Camino de Santiago es uno de los elementos más distintivos de la cultura y la tradición europeas. Desde siempre se ha caracterizado por propiciar fructuosos intercambios culturales, lingüísticos e incluso comerciales entre todos los pueblos de Europa. En reconocimiento de este espíritu europeísta, el Camino de Santiago ha sido premiado con numerosas e importantes distinciones: en 1987 fue declarado «Primer Itinerario Cultural Europeo» por el Consejo de Europa y en 1993 fue declarado Patrimonio de la Humanidad por la Unesco.

Más allá de ser un símbolo histórico de la identidad europea, el Camino de Santiago constituye además un importante factor de dinamización económica para Galicia, y en particular para Santiago de Compostela, un ayuntamiento en el que el sector del turismo representa un 25 % de la riqueza total y tiene una importancia fundamental en términos de creación de empleo. Este último aspecto resulta de vital importancia en un momento de grave crisis social y económica con efectos nefastos para el empleo.

Dada la importancia del Camino de Santiago para Galicia y Europa, ¿está previsto que la Comisión apoye o coparticipe junto con el municipio de Santiago y/o con el Gobierno de Galicia u otras administraciones públicas, en la promoción del Camino de Santiago a nivel europeo? ¿Tendrá la Comisión disponibilidad para apoyar la sostenibilidad y la dinamización del Camino con un plan específico de actuación y de (co)financiación?

Teniendo en cuenta su valor artístico y cultural, así como el hecho de que se trata de un importante dinamizador económico para Santiago, para el conjunto de Galicia y para las diferentes regiones y localidades por donde pasa el Camino, ¿la Comisión considerará incluir este trazado histórico en futuros programas en materia de cultura y de patrimonio a nivel europeo?

Respuesta de la Sra. Vassiliou en nombre de la Comisión

(23 de mayo de 2012)

La Comisión Europea reconoce la importancia del Camino de Santiago para el patrimonio cultural de Europa y efectivamente ha recibido el apoyo de programas europeos.

El programa Cultura de la Unión Europea (2007-2013) ofrece subvenciones a proyectos de cooperación cultural. Pueden financiarse iniciativas culturales destinadas a poner de relieve la importancia del Camino de Santiago para el patrimonio de Europa y su función en el desarrollo de una identidad europea compartida, siempre que estén en consonancia con los objetivos, las condiciones y los criterios que rigen el programa. Ejemplos de proyectos de este tipo que han recibido apoyo del programa Cultura figuran en el apéndice (51).

Además, la Comisión concedió una subvención de 1,8 millones de euros para el acontecimiento «Xacobeo 2010», organizado por el Gobierno de la Comunidad Autónoma de Galicia (52).

El programa Europa Creativa, propuesto por la Comisión para sustituir el programa Cultura a partir de 2014, se está negociando actualmente con arreglo al procedimiento legislativo ordinario. Este nuevo programa podría financiar proyectos relacionados con el Camino de Santiago, con el objetivo de proteger y promover la diversidad cultural y lingüística, mejorar la competitividad de los sectores cultural y creativo y contribuir al crecimiento económico, el empleo, la innovación y la cohesión social.

Los productos del turismo cultural transnacional también están respaldados por la Comisión mediante la publicación anual de convocatorias de propuestas en virtud del Programa europeo de fomento de la innovación o en el marco de acciones preparatorias (53).

Por último, la Comisión está cooperando estrechamente con el Consejo de Europa para promocionar las rutas culturales europeas, como el Camino de Santiago — como un producto turístico europeo, innovador y sostenible.

(English version)

Question for written answer E-002658/12

to the Commission

Ana Miranda (Verts/ALE)

(8 March 2012)

Subject: Promotion of the Way of St James (Galicia)

The Way of St James is one of the most distinctive symbols of European culture and tradition. From the outset, it has had a unique ability to foster fruitful cultural, linguistic and even trading exchanges between all the peoples of Europe. In recognition of this Europhile spirit, many prestigious distinctions have been conferred on the Way of St James: in 1987, it was declared the first ‘European Cultural Route’ by the Council of Europe and in 1993 it was declared a World Heritage Site by Unesco.

As well as being a historical symbol of European identity, the Way of St James is also an important driver of the Galician economy, especially in the municipality of Santiago de Compostela, 25 % of whose total wealth is provided by tourism, which plays a key role in terms of job creation. This last point is particularly important at a time of severe social and economic crisis, which is harming the job market.

In view of the importance of the Way of St James to Galicia and to Europe, will the Commission subsidise its Europe-wide promotion or co-finance it along with Santiago de Compostela Municipal Council, the Galician Government and/or any other public authority? Is it willing to support the sustainability and promotion of the Way of St James with a specific action plan and (co-)financing?

In light of the artistic and cultural value of the Way of St James, and of the fact that it provides an important economic boost for Santiago, Galicia as a whole, and the regions and areas through which it passes, will the Commission consider including this historic route in future European cultural and heritage programmes?

Answer given by Ms Vassiliou on behalf of the Commission

(23 May 2012)

The European Commission recognises the importance of the Way of Saint-James for Europe's cultural heritage and it has indeed received support from European programmes.

The EU Culture Programme (2007-2013) provides grants to cultural cooperation projects. Cultural initiatives aiming to highlight the importance of the Way of St-James for Europe's heritage and its role in the development of a shared European identity can be funded as long as they are in line with the objectives, conditions and the criteria governing the Programme. Examples of this type of project which have received support from the Culture Programme are provided in the attachment (54).

In addition, the Commission awarded a grant of EUR 1.8 million for the event ‘Xacobeo 2010’ organised by the Government of the Autonomous Community of Galicia (55). The Creative Europe programme proposed by the Commission to replace the Culture Programme from 2014 is currently being negotiated in the ordinary legislative procedure. It could provide future funding opportunities for projects related to the Way of Saint James given that it would aim to safeguard and promote cultural and linguistic diversity, to strengthen the competitiveness of the cultural and creative sectors and their contribution to economic growth, employment, innovation and social cohesion.

‘Transnational cultural tourism products’ are also supported by the Commission via the annual publication of calls for proposals under the European Innovation Programme or under Preparatory Actions (56).

Finally, the Commission is closely cooperating with the Council of Europe to promote the European Cultural Routes — as the Way of Saint‐James — as an innovative and sustainable European tourism product.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-002845/12

à la Commission

Franck Proust (PPE)

(14 mars 2012)

Objet: La reconversion des aéroports régionaux

Pour des raisons historiques, la France, à l'instar de certains de ses voisins (Espagne, Italie) compte de nombreux aéroports régionaux. Ils trouvaient leur raison d'être dans le souci d'assurer une desserte correcte du territoire français, pour les passagers autant que pour les marchandises.

L'augmentation des coûts liés au prix du carburant et l'ouverture à la concurrence ont forcé les compagnies aériennes à redéployer leurs activités sur les grands aéroports. D'autres phénomènes, hors de contrôle des collectivités, sont venus noircir le tableau (départ de contingents militaires, fermeture d'entreprises).

Le bilan diffère d'un aéroport à l'autre, mais les conséquences sont similaires. Si l'aéroport n'a pas fermé, il survit à peine. Seuls les aéroports des compagnies à bas coûts sortent du lot. Mais leur dépendance à ce nouveau mode de transports est complète.

Pourtant, une structure aéroportuaire qui fonctionne contribue grandement au rayonnement économique du territoire où elle est installée.

1. Existe-t-il une réelle volonté au niveau européen (Commission et Conseil) d'accompagner ces infrastructures?

2 Quels fonds peuvent être mobilisés en faveur de ces aéroports?

3. Quelles sont les limites que fixe la Commission à l'intervention publique?

4. Enfin, la Commission peut-elle citer des exemples de reconversions réussies dans ce domaine?

Réponse donnée par M. Kallas au nom de la Commission

(23 avril 2012)

1.

Les aéroports régionaux ont une fonction stratégique dans le système du transport aérien.

Ils assurent l'accessibilité des régions périphériques et contribuent à diminuer la pression sur les grands hubs grâce à leur fonction «point-à-point» exploitée par les compagnies aériennes à bas coût et les compagnies aériennes régionales. Il est toutefois important de rationaliser le réseau des aéroports régionaux en évitant la prolifération de petits aéroports dans une même zone, qui pourrait nuire à l'ensemble de ces aéroports, livrés à une forte concurrence entre eux sur un nombre assez réduit de passagers.

2.

Les aéroports régionaux peuvent bénéficier de plusieurs types de fonds tels que les subventions dans le cadre des Réseaux Transeuropéens, du budget de Fond de cohésion pour les pays y ayant droit, du FEDER ainsi que des prêts et garanties octroyés par la Banque européenne d' investissements (BEI).

3.

Les conditions dans lesquelles les États membres peuvent octroyer des aides aux aéroports régionaux sont définies dans des

3.

Les conditions dans lesquelles les États membres peuvent octroyer des aides aux aéroports régionaux sont définies dans des

«Lignes directrices» (57). D'une façon générale, la Commission estime que certaines aides d'État aux aéroports régionaux peuvent être justifiées quand celles-ci sont nécessaires pour contribuer au développement économique ou au désenclavement de certaines régions. Toutefois, les effets de ces aides sur la concurrence doivent également être pris en considération et il convient d'éviter la multiplication d'aéroports régionaux non rentables situés dans la même zone de chalandise.

4.

Il existe de nombreuses reconversions réussites en Europe, notamment militaires vers civiles. La création du marché européen de l'aviation a conduit au développement de stratégies aéroportuaires multiples, en fonction de plusieurs paramètres.

(English version)

Question for written answer E-002845/12

to the Commission

Franck Proust (PPE)

(14 March 2012)

Subject: Conversion of regional airports

For historical reasons, France, like some of its neighbours (Spain, Italy), has many regional airports. Their purpose was to guarantee an effective passenger and freight service throughout France.

Cost increases linked to higher fuel prices and the opening-up of the sector to competition have forced airlines to move their activities to large airports. Other factors outside the control of local authorities have exacerbated the situation (departure of military units, closure of businesses).

The situation differs from airport to airport, but the consequences are similar. If an airport has not already closed, it is barely surviving. The only exceptions are airports hosting low-cost carriers, but they are completely dependent on this new form of service.

However, an operational airport contributes significantly to the economic influence of the area in which it is located.

1.

Is there a real desire at European level (Commission and Council) to support local airports?

2.

What funds can be made available for such airports?

3.

What limits has the Commission set on the level of public support?

4.

Finally, can the Commission provide examples of successful conversion in this sector?

(Version française)

Réponse donnée par M. Kallas au nom de la Commission

(23 avril 2012)

1.

Les aéroports régionaux ont une fonction stratégique dans le système du transport aérien.

Ils assurent l'accessibilité des régions périphériques et contribuent à diminuer la pression sur les grands hubs grâce à leur fonction «point-à-point» exploitée par les compagnies aériennes à bas coût et les compagnies aériennes régionales. Il est toutefois important de rationaliser le réseau des aéroports régionaux en évitant la prolifération de petits aéroports dans une même zone, qui pourrait nuire à l'ensemble de ces aéroports, livrés à une forte concurrence entre eux sur un nombre assez réduit de passagers.

2.

Les aéroports régionaux peuvent bénéficier de plusieurs types de fonds tels que les subventions dans le cadre des Réseaux Transeuropéens, du budget de Fond de cohésion pour les pays y ayant droit, du FEDER ainsi que des prêts et garanties octroyés par la Banque européenne d' investissements (BEI).

3.

Les conditions dans lesquelles les États membres peuvent octroyer des aides aux aéroports régionaux sont définies dans des

3.

Les conditions dans lesquelles les États membres peuvent octroyer des aides aux aéroports régionaux sont définies dans des

«Lignes directrices» (58). D'une façon générale, la Commission estime que certaines aides d'État aux aéroports régionaux peuvent être justifiées quand celles-ci sont nécessaires pour contribuer au développement économique ou au désenclavement de certaines régions. Toutefois, les effets de ces aides sur la concurrence doivent également être pris en considération et il convient d'éviter la multiplication d'aéroports régionaux non rentables situés dans la même zone de chalandise.

4.

Il existe de nombreuses reconversions réussites en Europe, notamment militaires vers civiles. La création du marché européen de l'aviation a conduit au développement de stratégies aéroportuaires multiples, en fonction de plusieurs paramètres.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite P-002872/12

à la Commission

Brice Hortefeux (PPE)

(15 mars 2012)

Objet: Demande de recouvrement de 642 millions d'euros d'aides versées à Sernam

Dans un communiqué publié le vendredi 9 mars, la Commission a conclu que les conditions encadrant l'autorisation d'une aide à la restructuration de 503 millions d'euros en faveur de Sernam, société de transport et de logistique, ancienne filiale à 100 % de la SNCF, n'avaient pas été respectées et que l'aide était donc incompatible avec les règles de l'UE relatives aux aides d'État.

Cette décision s'ajoute à celle d'octobre 2004 par laquelle la Commission avait jugé une aide de 41 millions d'euros incompatible avec les règles communautaires. Cette aide n'a pas été recouvrée depuis.

La Commission a estimé que toutes ces subventions avaient conféré un avantage économique indu à Sernam par rapport à ses concurrents et a donc demandé la récupération de 642 millions d'euros d'aides illégales.

Cette décision pourrait malheureusement remettre en cause l'offre de la société Geodis, filiale de la SNCF, qui a proposé de reprendre la société placée en redressement judiciaire et de conserver 850 emplois.

La nécessité de respecter les règles de concurrence est légitime mais cette décision hypothèque toute chance de reprise de la société. Elle porte un coup fatal à l'entreprise et enterre définitivement les espoirs de ses employés dont l'avenir, en ces temps de crise, est incertain.

La Commission semble ne pas avoir tenu compte des réalités objectives et écorne un peu plus l'image de l'Union européenne.

— La Commission a-t-elle mesuré les conséquences sociales et économiques d'une telle décision et a-t-elle mené pour cela une évaluation préalable?

— La Commission a-t-elle prévu un plan d'aide ou une stratégie pour les 1 600 employés qui sont maintenant certains de perdre leur emploi?

Réponse donnée par M. Almunia au nom de la Commission

(30 avril 2012)

Suite à une notification des autorités françaises de l'offre de Geodis, la Commission a adopté le 4 avril dernier, une décision précisant que la société Geodis n'aura pas à rembourser les aides déclarées incompatibles par la décision du 9 mars à laquelle l'Honorable Parlementaire fait référence dans sa lettre.

La Commission est parvenue à cette conclusion après avoir vérifié que la reprise de certains actifs ne comportait pas de continuité économique et n'avait pas pour objet de contourner l'obligation de récupération de l'aide incombant au groupe Sernam.

L'action de la Commission n'a donc nullement remis en cause l'offre de la société Geodis.

(English version)

Question for written answer P-002872/12

to the Commission

Brice Hortefeux (PPE)

(15 March 2012)

Subject: Request for the recovery of EUR 642 million in aid paid to Sernam

In a press release issued on Friday 9 March 2012, the Commission concluded that the conditions governing the authorisation of restructuring aid of EUR 503 million for Sernam, a transport and logistics company, formerly a wholly-owned subsidiary of SNCF, had not been met and that the aid was therefore incompatible with EU rules on state aid.

This decision follows a previous decision in October 2004 whereby the Commission deemed EUR 41 million in aid to be incompatible with EU rules. This aid has not yet been recovered.

The Commission believes that all these subsidies have given Sernam an unfair economic advantage over its competitors and has consequently ordered the recovery of EUR 642 million in unlawful aid.

Unfortunately, this decision could call into question the bid by Geodis, an SNCF subsidiary, which has offered to take over the company placed into administration and save 850 jobs.

It is right that competition rules must be complied with, but this decision is jeopardising any chance of the company’s recovery. It is striking a fatal blow to the business and is definitively destroying the hopes of its employees whose future, in this time of crisis, is uncertain.

The Commission does not appear to have borne in mind the objective facts and is further damaging the European Union’s image.

— Has the Commission weighed up the social and economic consequences of this decision and has it carried out a prior evaluation to this end?

— Has the Commission made provision for an aid programme or a strategy to help the 1 600 employees who will now definitely lose their jobs?

(Version française)

Réponse donnée par M. Almunia au nom de la Commission

(30 avril 2012)

Suite à une notification des autorités françaises de l'offre de Geodis, la Commission a adopté le 4 avril dernier, une décision précisant que la société Geodis n'aura pas à rembourser les aides déclarées incompatibles par la décision du 9 mars à laquelle l'Honorable Parlementaire fait référence dans sa lettre.

La Commission est parvenue à cette conclusion après avoir vérifié que la reprise de certains actifs ne comportait pas de continuité économique et n'avait pas pour objet de contourner l'obligation de récupération de l'aide incombant au groupe Sernam.

L'action de la Commission n'a donc nullement remis en cause l'offre de la société Geodis.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite P-002995/12

à la Commission

Alfredo Pallone (PPE)

(20 mars 2012)

Objet: Eaux minérales et directive relative aux services dans le marché intérieur

L'Italie compte parmi les premiers pays producteurs d'eau minérale naturelle de l'Union européenne, avec douze milliards de litres mis en bouteille, dont un milliard est, pour l'essentiel, exporté vers les États-Unis, le Canada, le Japon et la Chine. Une partie est également exportée en Europe.

On compte 150 entreprises de mise en bouteille, plus de 300 marques sur le marché, avec un chiffre d'affaires à la consommation d'environ 3,5 milliards d'euros, 40 000 emplois directs et indirects.

Les phases principales de l'activité, qui sont exercées en vertu d'un contrat de concession avec les régions, sont multiples. Elles prévoient la «culture» de la source, à savoir la protection contre la contamination du réservoir et des zones avoisinantes, l'extraction, la mise en bouteille — avec une technologie de pointe — et la vente.

Eu égard à ce qui précède, la Commission pourrait-elle préciser si les activités décrites entrent dans le champ d'application de la directive 2006/123/CE du Parlement européen et du Conseil du 12 décembre 2006 relative aux services dans le marché intérieur?

Réponse donnée par M. Barnier au nom de la Commission

(2 mai 2012)

La directive 2006/123/CE s'applique aux services fournis par les prestataires ayant leur établissement dans un État membre, comme indiqué à l'article 2, paragraphe 1er de la directive. Constitue un service toute activité économique non salariée, rendue contre rémunération, telle que visée à l'article 57 TFUE. Les dispositions de la directive «services» sont donc applicables aux exigences relatives à l'accès ou l'exercice d'une activité de services et non aux exigences applicables aux biens en tant que tels. Or, les activités décrites par l'Honorable Parlementaire, i.e. l'exploitation d'une source d'eau minérale, ne constituent pas des prestations de service au sens de la directive mais une activité de production primaire n'impliquant pas de prestations de services. Dès lors, les dispositions de la directive «services» ne sont pas applicables à de telles activités. En revanche, comme précisé au considérant 33 de la directive, celle-ci est applicable aux activités de distribution.

(Versione italiana)

Interrogazione con richiesta di risposta scritta P-002995/12

alla Commissione

Alfredo Pallone (PPE)

(20 marzo 2012)

Oggetto: Acque minerali e direttiva relativa ai servizi nel mercato interno

L'Italia è uno dei primi paesi produttori di acqua minerale naturale dell'Unione europea, con dodici miliardi di litri d'acqua imbottigliati, di cui un miliardo esportato prevalentemente negli Stati Uniti, in Canada, in Giappone e in Cina. Una parte è esportata anche in Europa.

Si contano 150 aziende di imbottigliamento, più di 300 marchi sul mercato, con un volume d'affari al consumo stimato in 3,5 miliardi di euro e 40 000 posti di lavoro diretti e indiretti.

Le fasi principali dell'attività, esercitate in virtù di un contratto di concessione con le regioni, sono molteplici. Esse prevedono la «coltura» della fonte, ossia la protezione contro la contaminazione delle riserve e delle zone circostanti, l'estrazione, l'imbottigliamento — effettuato con una tecnologia d'avanguardia — e la vendita.

Può la Commissione precisare se le attività descritte rientrano nel campo di applicazione della direttiva 2006/123/CE del Parlamento europeo e del Consiglio del 12 dicembre 2006 relativa ai servizi nel mercato interno?

Risposta data da Michel Barnier a nome della Commissione

(2 maggio 2012)

La direttiva 2006/123/CE si applica ai servizi forniti dai prestatori stabiliti in uno Stato membro, come previsto all'articolo 2, paragrafo 1, della direttiva. Qualsiasi attività economica autonoma, effettuata dietro pagamento di un compenso, come quella di cui all'articolo 57 del TFUE, costituisce un servizio. Pertanto, le disposizioni della direttiva «servizi» sono applicabili alle prescrizioni relative all'accesso o all'esercizio di un'attività di servizi e non alle prescrizioni applicabili ai beni in quanto tali. Ebbene, le attività descritte dall'onorevole parlamentare, cioè lo sfruttamento di una sorgente di acqua minerale, non costituiscono prestazioni di servizi ai sensi della direttiva, bensì un'attività di produzione primaria che non comporta prestazioni di servizi. Di conseguenza, le disposizioni della direttiva «servizi» non sono applicabili a tali attività. Peraltro, come precisato al considerando 33 della direttiva, quest'ultima è applicabile alle attività di distribuzione.

(English version)

Question for written answer P-002995/12

to the Commission

Alfredo Pallone (PPE)

(20 March 2012)

Subject: Mineral waters and the directive on services in the internal market

Italy is one of the leading producers of natural mineral water in the European Union, with 12 billion litres bottled every year, of which one billion litres is exported, mainly to the United States, Canada, Japan and China. Some is also exported to Europe.

There are 150 bottling companies, over 300 brands on the market, a turnover from consumption of around EUR 3.5 billion, generating 40 000 jobs directly and indirectly.

A concession contract concluded with the regions involves several main stages of operations. These include the ‘cultivation’ of the source, or in other words preventing contamination of the reservoir and surrounding areas, extraction, bottling — using advanced technology — and sales.

In view of the above, can the Commission state whether the activities described fall within the scope of Directive 2006/123/EC of the European Parliament and of the Council of 12 December 2006 on services in the internal market?

(Version française)

Réponse donnée par M. Barnier au nom de la Commission

(2 mai 2012)

La directive 2006/123/CE s'applique aux services fournis par les prestataires ayant leur établissement dans un État membre, comme indiqué à l'article 2, paragraphe 1er de la directive. Constitue un service toute activité économique non salariée, rendue contre rémunération, telle que visée à l'article 57 TFUE. Les dispositions de la directive «services» sont donc applicables aux exigences relatives à l'accès ou l'exercice d'une activité de services et non aux exigences applicables aux biens en tant que tels. Or, les activités décrites par l'Honorable Parlementaire, i.e. l'exploitation d'une source d'eau minérale, ne constituent pas des prestations de service au sens de la directive mais une activité de production primaire n'impliquant pas de prestations de services. Dès lors, les dispositions de la directive «services» ne sont pas applicables à de telles activités. En revanche, comme précisé au considérant 33 de la directive, celle-ci est applicable aux activités de distribution.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-003126/12

à la Commission

Franck Proust (PPE)

(22 mars 2012)

Objet: Soucis de communication sur les sites Internet des fonds en région

Je tiens à alerter la Commission européenne sur un problème lié à la lisibilité des Fonds structurels, et plus précisément sur les sites Internet régionaux qui leur sont dédiés.

En France, le niveau d'information et l'accessibilité diffèrent selon le site que vous consultez. Parfois même il est inexistant.

À l'évidence, cette situation crée une inégalité flagrante d'accès à l'information entre citoyens. Elle aggrave le déficit de notoriété dont souffre l'Europe dans nos territoires.

Pourtant, une part significative des montants alloués est réservée à la communication sur l'action de l'Europe en région. Nous sommes nombreux à avoir déjà vu le logo «L'Europe investit en France».

— La direction générale de la politique régionale a-t-elle fait le même constat?

— La Commission peut-elle me préciser à quel niveau décide-t-on de la stratégie de communication?

— De quels moyens dispose-t-elle pour inciter les responsables à plus de cohérence et d'exhaustivité?

— Le cas échéant, a-t-elle déjà mené des actions en ce sens?

Réponse donnée par M. Hahn au nom de la Commission

(15 mai 2012)

1. Les actions d'information et de publicité portant sur les programmes opérationnels cofinancés par le FEDER relèvent de la responsabilité des autorités nationales et/ou régionales auxquelles les États membres confient la gestion des programmes en question. Pour ce qui est des sites internet auxquels l'Honorable Parlementaire fait référence, il n'existe pas de modèle unique pour la réalisation de ces sites, lesquels doivent en tout cas respecter les exigences du règlement (CE) 1828/2006 et ses modifications. En France, il existe toutefois un message unique «L'Europe s'engage en France» que les autorités de gestion sont tenues d'utiliser et de faire utiliser dans toute action/tout outil d'information portant sur les programmes et les projets cofinancés par le FEDER.

La France est un membre actif du réseau Inform, qui réunit les responsables de la communication relative à la politique régionale de l'UE dans le cadre des programmes du FEDER et du Fonds de cohésion. Elle a participé à l'échange des bonnes pratiques de communication à maintes occasions, y compris par son portail web www.Europe-en-France.gouv.fr qui établit des liens avec les listes de bénéficiaires en France: cartobenef.asp-public.fr/cartobenef.

2. La stratégie de communication de chaque programme opérationnel est élaborée par chaque autorité de gestion et fait l'objet d'un dialogue avec la Commission avant d'être formellement arrêtée par l'autorité de gestion.

3. La Commission peut formuler des observations dans le cadre des comités de suivi, de son examen des rapports annuels ainsi que lors de la réunion annuelle avec les autorités du pays en question.

4. La Commission a déjà formulé plusieurs observations sur la mise en œuvre des actions d'information en France, notamment sur la nécessité d'assurer plus de transparence en matière d'accès aux fonds des programmes.

(English version)

Question for written answer E-003126/12

to the Commission

Franck Proust (PPE)

(22 March 2012)

Subject: Communication problems on regional websites on the Structural Funds

I would like to draw the Commission’s attention to a problem relating to the availability of information regarding the Structural Funds, specifically on the regional websites devoted to them.

In France, the level of information and accessibility varies according to the site visited. Sometimes, it is even non-existent.

It is clear that this situation creates blatant inequalities between citizens in obtaining access to information. It exacerbates the fact that not enough is known about Europe in our regions.

However, a significant portion of amounts allocated is set aside for the communication of European actions at a regional level. Many of us have already seen the logo ‘L'Europe investit en France’ [‘Europe is investing in France’].

— Has the Directorate-General for Regional Policy noticed this too?

— Can the Commission specify at what level decisions about communication strategy are taken?

— What instruments does it have to encourage those responsible to provide more consistent and detailed information?

— Where applicable, has it already taken action to this end?

(Version française)

Réponse donnée par M. Hahn au nom de la Commission

(15 mai 2012)

1. Les actions d'information et de publicité portant sur les programmes opérationnels cofinancés par le FEDER relèvent de la responsabilité des autorités nationales et/ou régionales auxquelles les États membres confient la gestion des programmes en question. Pour ce qui est des sites internet auxquels l'Honorable Parlementaire fait référence, il n'existe pas de modèle unique pour la réalisation de ces sites, lesquels doivent en tout cas respecter les exigences du règlement (CE) 1828/2006 et ses modifications. En France, il existe toutefois un message unique «L'Europe s'engage en France» que les autorités de gestion sont tenues d'utiliser et de faire utiliser dans toute action/tout outil d'information portant sur les programmes et les projets cofinancés par le FEDER.

La France est un membre actif du réseau Inform, qui réunit les responsables de la communication relative à la politique régionale de l'UE dans le cadre des programmes du FEDER et du Fonds de cohésion. Elle a participé à l'échange des bonnes pratiques de communication à maintes occasions, y compris par son portail web www.Europe-en-France.gouv.fr qui établit des liens avec les listes de bénéficiaires en France: cartobenef.asp-public.fr/cartobenef.

2. La stratégie de communication de chaque programme opérationnel est élaborée par chaque autorité de gestion et fait l'objet d'un dialogue avec la Commission avant d'être formellement arrêtée par l'autorité de gestion.

3. La Commission peut formuler des observations dans le cadre des comités de suivi, de son examen des rapports annuels ainsi que lors de la réunion annuelle avec les autorités du pays en question.

4. La Commission a déjà formulé plusieurs observations sur la mise en œuvre des actions d'information en France, notamment sur la nécessité d'assurer plus de transparence en matière d'accès aux fonds des programmes.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-003233/12

à la Commission

Sandrine Bélier (Verts/ALE) et Hélène Flautre (Verts/ALE)

(26 mars 2012)

Objet: Classement du site «Bancs des Flandres» en site d'intérêt communautaire dans le cadre de Natura 2000 en mer

En application des engagements communautaires de la France au titre des directives «Oiseaux» et «Habitat, faune, flore», et des plans d'action «mer» et «patrimoine naturel» de la stratégie nationale pour la biodiversité, le réseau Natura 2000 a été complété en mer par la désignation de sites marins.

Dans ce cadre, le site «Bancs des Flandres» a été classé zone de protection spéciale (FR3112006) par arrêté ministériel du 7 janvier 2010 au titre de la directive «Oiseaux». En parallèle, une proposition de classement en site d'importance communautaire au titre de la directive «Habitat, faune, flore» a été soumise à la Commission européenne en janvier 2010 (FR3102002).

Par ailleurs, un chantier de construction d'un port méthanier vient d'entrer dans sa phase active à proximité du site «Bancs des Flandres». En effet, Dunkerque Port, le gérant du port, doit livrer à EDF, l'exploitant du site, une plateforme et un quai d'accostage avant mars 2013, en prélude à l'émergence des infrastructures de stockage de GNL et aux 191 km de pipeline de raccordement au réseau de distribution. Ce site inclut des zones d'immersion des sédiments de dragages.

Outre les dragages nécessaires à la construction de ces installations portuaires (7,5 Mm3), Dunkerque Port annonce, jusqu'en 2021, une augmentation des dragages d'entretien qui passeraient de 4,2 à 6,5 Mm3 par an, et donc des clapages en mer (5,8 Mm3/an). La situation est particulièrement préoccupante car ces infrastructures auront des impacts sur le site concerné par le classement en site d'intérêt communautaire.

1. La Commission a-t-elle déjà examiné la demande de classement du site «Bancs des Flandres» en site d'intérêt communautaire? Si oui, est-il possible de connaître l'avancement de cette procédure de classement et la date à laquelle la Commission devrait prendre sa décision définitive et en informer les autorités françaises?

2. La Commission a-t-elle connaissance du projet de construction d'un port méthanier à proximité du site «Bancs des Flandres»? En particulier, a-t-elle été informée des mesures compensatoires que l'État a l'obligation de mettre en place pour assurer la cohérence globale de Natura 2000?

Réponse donnée par M. Potočnik au nom de la Commission

(4 mai 2012)

Le site Natura 2000 «Banc des Flandres» (FR3102002) a été ajouté à la liste des Sites d'Importance Communautaire (SIC) de la région biogéographique atlantique à la suite de la décision de la Commission du 18 novembre 2011 (59).

La Commission a connaissance du projet de terminal méthanier à Dunkerque. Si le clapage en mer des sédiments lié au projet est susceptible d'avoir un impact significatif sur les habitats et espèces qui ont justifié la désignation du SIC et/ou sur les espèces d'oiseaux qui ont justifié la désignation de la Zone de Protection Spéciale (FR3112006), celui-ci doit faire l'objet d'une évaluation appropriée de ses incidences sur les sites Natura 2000 concernés, conformément à l'article 6.3 de la directive 92/43/CEE («directive Habitats» (60)).

Si, en l'absence de solution alternative, le projet est réalisé pour des raisons impératives d'intérêt public majeur malgré une évaluation négative de son impact sur les sites Natura 2000, les autorités françaises sont tenues de mettre en place des mesures compensatoires. À ce jour, la Commission n'a pas été informée de telles mesures.

(English version)

Question for written answer E-003233/12

to the Commission

Sandrine Bélier (Verts/ALE) and Hélène Flautre (Verts/ALE)

(26 March 2012)

Subject: Bancs des Flandres site added to the marine Natura 2000 network as a site of Community interest

In accordance with France’s community commitments under the Birds Directive and the Habitats Directive, and the sea and natural heritage action plans of the national biodiversity strategy, further marine sites have been added to the marine Natura 2000 network.

In this context, in the Ministerial Decree of 7 January 2010, the Bancs des Flandres site was identified as a special protection area (FR3112006) under the Birds Directive. At the same time, a proposal for the site to be identified as a site of Community importance under the Habitats Directive was submitted to the European Commission in January 2010 (FR3102002).

However, construction has just begun on an LNG terminal near the Bancs des Flandres site. The port of Dunkirk, in charge of the terminal, must supply EDF, the operator of the site, a platform and a ferry dock before March 2013, in preparation for the arrival of LNG storage facilities and 191 km of pipeline for connecting to the grid. This site includes dumping grounds for dredged sediment.

Besides the dredging required by the construction of these port facilities (7.5 million m3), the port of Dunkirk has announced that there will be an annual increase in maintenance dredging from 4.2 million m3 to 6.5 million m3 until 2021, and consequently in dumping at sea (5.8 million m3/year). The situation is of significant concern because these facilities will have an impact on the proposed site of Community interest.

1.

Has the Commission already considered the proposal for the Bancs des Flandres site to be identified as a site of Community interest? If so, is it possible to know at what stage this proposal is at and the date when the Commission is planning on making a final decision and informing the French authorities of the outcome?

2.

Is the Commission aware that an LNG terminal is being built near the Bancs des Flandres site? In particular, has the Commission been informed of the compensatory measures the Member State is obliged to implement to ensure overall consistency of the Natura 2000 programme?

(Version française)

Réponse donnée par M. Potočnik au nom de la Commission

(4 mai 2012)

Le site Natura 2000 «Banc des Flandres» (FR3102002) a été ajouté à la liste des Sites d'Importance Communautaire (SIC) de la région biogéographique atlantique à la suite de la décision de la Commission du 18 novembre 2011 (61).

La Commission a connaissance du projet de terminal méthanier à Dunkerque. Si le clapage en mer des sédiments lié au projet est susceptible d'avoir un impact significatif sur les habitats et espèces qui ont justifié la désignation du SIC et/ou sur les espèces d'oiseaux qui ont justifié la désignation de la Zone de Protection Spéciale (FR3112006), celui-ci doit faire l'objet d'une évaluation appropriée de ses incidences sur les sites Natura 2000 concernés, conformément à l'article 6.3 de la directive 92/43/CEE («directive Habitats» (62)).

Si, en l'absence de solution alternative, le projet est réalisé pour des raisons impératives d'intérêt public majeur malgré une évaluation négative de son impact sur les sites Natura 2000, les autorités françaises sont tenues de mettre en place des mesures compensatoires. À ce jour, la Commission n'a pas été informée de telles mesures.

(Nederlandse versie)

Vraag met verzoek om schriftelijk antwoord E-003294/12

aan de Commissie

Auke Zijlstra (NI)

(27 maart 2012)

Betreft: 400 jihadisten in Europa

Antiterreurcoördinator Gilles de Kerchove zegt dat ongeveer 400 door Al-Qa'ida getrainde jihadisten in de EU rondlopen. De meesten schijnen in Duitsland, Frankrijk, Groot-Brittannië en België te wonen.

Onlangs heeft men in Toulouse (63) kunnen zien waartoe deze gevaarlijke jihadisten toe in staat zijn.

1.

Is de Commissie bekend met het verontrustende bericht

1.

Is de Commissie bekend met het verontrustende bericht

„EU: Vierhonderd Al-Qa'ida-extremisten in Europa” (64)?

2.

Kan de Commissie bevestigen of ontkennen dat er 400 jihadisten in de EU rondlopen? Hoe verklaart de Commissie dat? Wat vindt de Commissie daarvan?

3.

Is de Commissie met de PVV van mening dat dergelijke jihadisten een gevaar voor de lidstaten en de EU als geheel vormen?

4.

Is de Commissie met de PVV van mening dat het feit dat dergelijke jihadisten überhaupt de EU konden binnenkomen hoewel zij overduidelijk connecties met Al-Qa'ida hebben, impliceert dat de buitengrenzen van de EU en het daaraan gekoppelde EU-beleid niet deugt? Zo ja, wat gaat de Commissie daaraan doen?

5.

Wat is de Commissie voornemens om tegen dergelijke jihadisten te ondernemen?

Antwoord van mevrouw Malmström namens de Commissie

(30 mei 2012)

Zoals uitgelegd in het antwoord op de schriftelijke vragen E-009410/2011 en E-011087/2011 volgt de Commissie de activiteiten van extremistische groepen niet. Operationele werkzaamheden, zoals het verzamelen van inlichtingen, politiewerk en het vervolgen van verdachten, worden verricht door de bevoegde autoriteiten van de lidstaten.

In verband met het aantal jihadisten in Europa kan de Commissie geen commentaar geven op verslagen van de lidstaten of toespraken van de antiterreurcoördinator.

Het kaderbesluit van de Raad van 2008 inzake  terrorismebestrijding (65) is het belangrijkste rechtsinstrument voor de bestrijding van  terroristische inhoud op het internet (66).

Op grond van de richtlijnen inzake asiel en immigratie kunnen de lidstaten verblijfstitels intrekken en onderdanen van derde landen omwille van de veiligheid uitzetten. Door deze bepalingen toe te passen, kan de veiligheid worden verhoogd, al moet er in alle gevallen een individuele beoordeling plaatsvinden. Daarnaast kan het voor meer veiligheid soms beter zijn om die personen te vervolgen of om hen in een lidstaat onder toezicht te houden in plaats van hen naar een derde land uit te zetten.

In verband met de binnenkomst in de EU zijn de lidstaten op grond van de Schengengrenscode (Verordening (EG) nr. 562/2006) uitdrukkelijk ertoe gehouden geen personen binnen te laten die als een bedreiging voor de openbare orde of de binnenlandse veiligheid worden beschouwd, en evenmin met het oog op weigering van toegang in het SIS gesignaleerde personen.

(English version)

Question for written answer E-003294/12

to the Commission

Auke Zijlstra (NI)

(27 March 2012)

Subject: 400 jihadists in Europe

Anti-terror Coordinator, Gilles de Kerchove, says that approximately 400 jihadists trained by al-Qaeda are at large in the EU. The majority appear to live in Germany, France, Great Britain and Belgium.

Recently, people in Toulouse (67) saw what these dangerous jihadists are capable of doing.

1.

Is the Commission familiar with the disturbing report,

1.

Is the Commission familiar with the disturbing report,

‘EU: Four hundred al-Qaeda extremists in Europe’ (68)?

2.

Can the Commission confirm or deny that there are 400 jihadists at large in the EU? How does the Commission explain that fact? What is the Commission’s opinion regarding this issue?

3.

Does the Commission agree with the PVV that such jihadists pose a danger to Member States and to the EU as a whole?

4.

Does the Commission agree with the PVV that the fact that such jihadists could enter the EU at all, even though they have obvious connections with al-Qaeda, implies that the EU’s external borders and the associated EU policy are unfit for the purpose? If so, what is the Commission going to do about this?

5.

What does the Commission intend to do about such jihadists?

Answer given by Ms Malmström on behalf of the Commission

(30 May 2012)

As explained in response to Written Questions E‐009410/2011 and E‐011087/2011, the Commission does not monitor activities of extremist groups. Operational work, such as gathering intelligence, policing and prosecuting suspected individuals, is carried out by the competent authorities of the Member States.

Concerning the number of jihadists in Europe, the Commission is not in a position to comment on reports of Member States or speeches of the Counter Terrorism Coordinator.

The 2008 Council Framework Decision on combating terrorism (69) is the central legal tool to address the question of terrorist content on the Internet (70) .

Directives in the field of asylum and immigration allow Member states to withdraw residence permits and return third-country nationals for security reasons. An application of these clauses may be an appropriate way of enhancing security, bearing in mind that an individualised assessment must be carried out in all cases and that it may sometimes also be in the interest of enhanced security to bring criminal charges against such persons or to keep them under surveillance in a Member State rather than returning them to a third country.

As regards entry to the EU, the Schengen Borders Code (Regulation (EC) No 562/2006) expressly obliges Member States not to allow entry to persons considered a threat to public policy or internal security, as well as persons for whom alerts for the purpose of refusing entry have been issued in the SIS.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-003320/12

à la Commission

Marie-Thérèse Sanchez-Schmid (PPE)

(28 mars 2012)

Objet: Sécheresse en Languedoc-Roussillon

Depuis le début de l'année 2012, les conditions anticycloniques ont prédominé en Espagne, au Portugal, dans le sud de la France et sur l'arc méditerranéen en général, entraînant un important déficit pluviométrique.

Au Portugal, d'après l'Institut météorologique portugais, cette situation est la plus dramatique depuis 1931, avec un niveau de pluviométrie atteignant seulement 18 % des précipitations hivernales habituelles. De même, en Espagne, ce niveau n'atteint que 29 % des précipitations coutumières.

En France, le bilan hydrologique des six derniers mois est aussi largement déficitaire. Les précipitations qui permettent aux nappes phréatiques de se recharger n'ont pas été suffisantes au cours de l'hiver, d'autant que certaines régions restent marquées par les carences cumulées engendrées par la sécheresse du printemps 2011.

Ainsi, la région Languedoc-Roussillon est particulièrement touchée, ayant connu une sécheresse estivale record durant l'été 2011, des précipitations torrentielles en novembre 2011, suivies de quatre mois sans précipitation et un long épisode de gel.

Selon les prévisions météorologiques, cette situation de sécheresse a de grandes chances de perdurer, menaçant les secteurs agricoles et forestiers. La raréfaction de la nourriture pour le bétail, la mauvaise irrigation des sols, les dépenses supplémentaires pour l'approvisionnement en eau, l'augmentation des prix et le risque de feu de forêts auront des impacts économiques, sociaux et environnementaux nécessitant une réponse à court, moyen et long termes de la part de l'Union européenne.

À court terme, la Commission envisage-t-elle de mettre en œuvre des dispositifs d'aide communautaire d'urgence tels qu'un paiement anticipé des aides directes ou une autorisation de mise en œuvre de mesures permettant de compenser l'augmentation des coûts dus à la sécheresse pour les agriculteurs?

À moyen et long terme, quels mécanismes de gestion efficace des ressources hydriques, des crises agricoles et d'adaptation des systèmes d'exploitation la Commission envisage-t-elle pour ces régions particulièrement menacées par les dérèglements climatiques?

Réponse donnée par M.Cioloş au nom de la Commission

(4 mai 2012)

Les 5 premiers paragraphes de la question décrivent les conditions de sécheresse qui sévissent dans le sud de l'Europe et en particulier dans la région Languedoc Roussillon.

À court terme, la Commission examinera toutes les demandes que les États membres jugeront nécessaires de proposer pour faire face à des situations d'urgence y compris le paiement anticipé des aides directes. À ce stade, les Autorités françaises n'ont pas saisi la Commission d'une demande allant dans ce sens.

Pour ce qui est du moyen et du plus long terme, la Commission est très engagée sur les questions d'adaptation au changement climatique. L'agriculture et la forêt sont parmi les secteurs les plus vulnérables aux impacts du changement climatique et font l'objet d'une attention particulière.

Suite à la présentation du Livre blanc sur l'adaptation au changement climatique en avril 2009, la Commission prépare actuellement une stratégie de l'UE en la matière pour 2013.

 

Il est nécessaire de rappeler que le changement climatique constitue également une ligne forte de la stratégie Europe 2020.

Le changement climatique est ainsi l'un des enjeux qui guide la réforme de la Politique Agricole Commune qui entrera en application en 2014.

Les propositions que la Commission a présentée en octobre dernier propose en effet de renforcer les dispositifs permettant une meilleure adaptation de l'agriculture et de la forêt, notamment en matière de gestion des ressources en eau ainsi que de protection (mesures de verdissement des paiements directs, soutiens du second pilier, conditionnalité, système de conseil agricole, systèmes agroforestiers et ceintures forestières de protection).

(English version)

Question for written answer E-003320/12

to the Commission

Marie-Thérèse Sanchez-Schmid (PPE)

(28 March 2012)

Subject: Drought in the Languedoc-Roussillon region

Since the start of 2012, anticyclonic conditions have prevailed in Spain, Portugal, the south of France and along the Mediterranean coast in general, leading to a significant shortage of rainfall.

According to the Portuguese Meteorological Institute, conditions in Portugal are the worst recorded since 1931, with rainfall reaching just 18 % of normal winter levels. The situation in Spain is only slightly better, with rainfall amounting to only 29 % of normal levels.

There has also been a significant shortfall in total precipitation in France over the past six months. There has been insufficient rainfall over the winter to replenish groundwater tables, a problem which is compounded by the fact that certain regions are still suffering from cumulative water shortages caused by the spring 2011 drought.

The Languedoc-Roussillon region is particularly badly affected, having experienced a record summer drought in 2011, torrential rain in November 2011, four months without rain and then a long freeze.

According to weather forecasts, the drought is very likely to continue, posing a threat to the agricultural and forestry sectors. The growing shortage of food for livestock, poor irrigation, additional expenditure on the provision of water, price increases and risk of forest fires will all have economic, social and environmental consequences which call for short-, medium— and long-term responses from the European Union.

In the short term, is the Commission planning to implement emergency EU aid schemes, for example involving the early payment of direct aid, or to authorise measures to compensate farmers for the increase in production costs caused by the drought?

In the medium and long term, what proposals concerning ways of effectively managing water resources and agricultural crises and adapting farming practices can the Commission make to help these regions particularly threatened by extreme weather events?

(Version française)

Réponse donnée par M.Cioloş au nom de la Commission

(4 mai 2012)

Les 5 premiers paragraphes de la question décrivent les conditions de sécheresse qui sévissent dans le sud de l'Europe et en particulier dans la région Languedoc Roussillon.

À court terme, la Commission examinera toutes les demandes que les États membres jugeront nécessaires de proposer pour faire face à des situations d'urgence y compris le paiement anticipé des aides directes. À ce stade, les Autorités françaises n'ont pas saisi la Commission d'une demande allant dans ce sens.

Pour ce qui est du moyen et du plus long terme, la Commission est très engagée sur les questions d'adaptation au changement climatique. L'agriculture et la forêt sont parmi les secteurs les plus vulnérables aux impacts du changement climatique et font l'objet d'une attention particulière.

Suite à la présentation du Livre blanc sur l'adaptation au changement climatique en avril 2009, la Commission prépare actuellement une stratégie de l'UE en la matière pour 2013.

 

Il est nécessaire de rappeler que le changement climatique constitue également une ligne forte de la stratégie Europe 2020.

Le changement climatique est ainsi l'un des enjeux qui guide la réforme de la Politique Agricole Commune qui entrera en application en 2014.

Les propositions que la Commission a présentée en octobre dernier propose en effet de renforcer les dispositifs permettant une meilleure adaptation de l'agriculture et de la forêt, notamment en matière de gestion des ressources en eau ainsi que de protection (mesures de verdissement des paiements directs, soutiens du second pilier, conditionnalité, système de conseil agricole, systèmes agroforestiers et ceintures forestières de protection).

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-003485/12

à la Commission

Gilles Pargneaux (S&D)

(30 mars 2012)

Objet: Statut des pôles de compétitivité

La Commission a effectué un contrôle des activités de financement des pôles de compétitivité (clusters) en Champagne-Ardenne, fin 2011. Elle a remis en cause, après ce contrôle, la légalité du financement des programmes d'initiative économique à plus de 50 % des fonds publics, là où ces outils étaient régulièrement financés à hauteur d'environ 80 %.

Depuis cette décision, de nombreuses régions françaises sont réticentes à solliciter des financements publics communautaires pour le soutien aux activités non économiques de certains clusters, de crainte de voir ces financements considérés comme des aides d'État.

Alors que les clusters peuvent être reconnus comme des services d'intérêt général de développement économique et qu'ils œuvrent aussi bien au service des territoires qu'au service des entreprises et des institutions académiques, cette incertitude juridique nuit à leur développement et surtout à l'utilisation des fonds européens.

La Commission peut-elle par conséquent répondre aux questions suivantes?

— Quel est le statut des pôles de compétitivité créés et financés par les collectivités publiques à destination des entreprises? Quelle est la législation applicable en l'espèce selon la Commission?

— Ces clusters peuvent-ils continuer à être financés à plus de 50 % par des fonds publics et les financements communautaires de soutien à l'innovation peuvent-ils être sollicités?

— La Commission entend-elle mettre fin à l'incertitude juridique qui entoure ces clusters en définissant un statut pour les activités non économiques de ces pôles de compétitivité?

Réponse donnée par M. Hahn au nom de la Commission

(31 mai 2012)

1. Les pôles de compétitivité qui recoivent une contribution du fonds européen de développement régional (FEDER) sont des bénéficiaires, au sens de l'article 2 du règlement (CE) no 083/2006, soumis aux règles applicables en matière de mise en œuvre des fonds structurels, y compris en l'occurrence aux règles relatives aux aides d'État.

2. Les projets réalisés par les pôles de compétitivité sont sélectionnés par les autorités de gestion nationales des programmes FEDER ou sous leur responsabilité selon les critères fixés par le comité de suivi du programme concerné. Ces autorités déterminent ainsi le taux de cofinancement des projets dans le respect des dispositions communautaires et nationales applicables, notamment celles relatives aux aides d'État.

3. L'incertitude juridique est due au fait que les autorités françaises avaient initialement considéré que les projets mis en œuvre par les pôles de compétitivité s'inscrivaient dans le cadre du régime d'aide d'État NN120/90 alors que ce régime limitait l'intensité de l'aide à 50 % des coûts éligibles. Suite aux observations transmises dans le cadre d'un audit de la Commission, elles ont invoqué les dispositions du règlement (CE) no 1998/2006 concernant l'application des article 87 et 88 du Traité aux aides de minimis permettant une intensité d'aides publiques supérieure à 50 % des coûts éligibles pour autant que le plafond de l'aide de minimis prévue par ce règlement ne soit pas dépassé. La régularisation des projets en défaut est en cours. Les autorités françaises se sont engagées à vérifier le respect du plafond d'aide pour chacune des entreprises concernées et à procéder aux corrections financières le cas échéant. Les autorités françaises ont également pris les mesures appropriées pour l'avenir.

(English version)

Question for written answer E-003485/12

to the Commission

Gilles Pargneaux (S&D)

(30 March 2012)

Subject: Status of competitiveness clusters

In late 2011, the Commission carried out an inspection into the funding of the competitiveness clusters (‘pôles de compétitivité’) in Champagne-Ardenne. After this inspection, the Commission questioned the legality of these economic initiative programmes receiving over 50 % of their funding from public funds. The funding they regularly received was of the order of 80 %.

Since this decision, numerous French regions have been reluctant to ask for public funding from the EU to support non-economic activities in certain clusters for fear of these funds being considered state aid.

Clusters can be viewed as services of general interest to economic development and are beneficial to territories as well as to businesses and academic institutions, but this legal uncertainty is detrimental to their development and in particular to the take-up of European funds.

Can the Commission therefore answer the following questions:

What is the status of these competitiveness clusters which are created and funded by public authorities for businesses? What legislation does the Commission consider is applicable in this case?

Can these clusters continue to receive over 50 % of their funding from public funds and is it permissible to apply for EU funding to support innovation?

Does the Commission intend to put an end to the legal uncertainty surrounding clusters by defining the status of the non-economic activities within these competitive clusters?

(Version française)

Réponse donnée par M. Hahn au nom de la Commission

(31 mai 2012)

1. Les pôles de compétitivité qui recoivent une contribution du fonds européen de développement régional (FEDER) sont des bénéficiaires, au sens de l'article 2 du règlement (CE) no 083/2006, soumis aux règles applicables en matière de mise en œuvre des fonds structurels, y compris en l'occurrence aux règles relatives aux aides d'État.

2. Les projets réalisés par les pôles de compétitivité sont sélectionnés par les autorités de gestion nationales des programmes FEDER ou sous leur responsabilité selon les critères fixés par le comité de suivi du programme concerné. Ces autorités déterminent ainsi le taux de cofinancement des projets dans le respect des dispositions communautaires et nationales applicables, notamment celles relatives aux aides d'État.

3. L'incertitude juridique est due au fait que les autorités françaises avaient initialement considéré que les projets mis en œuvre par les pôles de compétitivité s'inscrivaient dans le cadre du régime d'aide d'État NN120/90 alors que ce régime limitait l'intensité de l'aide à 50 % des coûts éligibles. Suite aux observations transmises dans le cadre d'un audit de la Commission, elles ont invoqué les dispositions du règlement (CE) no 1998/2006 concernant l'application des article 87 et 88 du Traité aux aides de minimis permettant une intensité d'aides publiques supérieure à 50 % des coûts éligibles pour autant que le plafond de l'aide de minimis prévue par ce règlement ne soit pas dépassé. La régularisation des projets en défaut est en cours. Les autorités françaises se sont engagées à vérifier le respect du plafond d'aide pour chacune des entreprises concernées et à procéder aux corrections financières le cas échéant. Les autorités françaises ont également pris les mesures appropriées pour l'avenir.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-003575/12

à la Commission

Anne Delvaux (PPE)

(3 avril 2012)

Objet: Extension des zones vulnérables dans le cadre de la révision du Programme de gestion durable de l'azote en agriculture (PGDA) en Wallonie (Belgique)

La directive 91/676/CEE vise à protéger les eaux contre la pollution par le nitrate d'origine agricole grâce à plusieurs mesures dont la mise en œuvre incombe aux États membres. Ces mesures concernent la surveillance des eaux superficielles et souterraines, la désignation de ces zones vulnérables et l'adoption de programmes d'actions.

En Wallonie (Belgique), la directive a été transposée via le code de l'eau dans ce qui est appelé le Programme de gestion durable de l'azote en agriculture (PGDA). Sa deuxième version (le PGDA II) a été approuvée par la Commission et est en vigueur depuis février 2007. Conformément à la directive, le PGDA doit être évalué et révisé tous les quatre ans. Pour la Wallonie, cela signifie une révision en 2011. Mais force est de constater que cette révision, qui peut porter sur les limites des zones vulnérables et le contenu des programmes d'action (mesures et contrôles), se heurte à un important retard dans les propositions de révision des zones vulnérables car la concertation sur cette révision n'a débuté qu'en novembre 2011.

— Dans le cadre des négociations entre la Wallonie et la Commission pour le nouveau PGDA III, où l'examen de l'extension des zones vulnérables pour la Wallonie en est-il, au niveau européen?. Un accord a-t-il déjà été trouvé pour que la Wallonie passe totalement en zone vulnérable?

— Le cas échéant, y-a-t-il eu des propositions d'agrandissements?

Réponse donnée par M. Potočnik au nom de la Commission

(15 mai 2012)

Le Programme de gestion durable de l'azote en agriculture de 2007 constituait le programme d'action nitrates adopté par le Gouvernement Wallon au titre de la Directive Nitrates.

Ledit programme de 2007 a été abrogé par l'arrêté du Gouvernement wallon modifiant le Livre II du Code de l'Environnement contenant le Code de l'Eau en ce qui concerne la gestion durable de l'azote en agriculture du 31 mars 2011, qui est lui-même en cours de révision. La Commission n'est pas compétente pour l'approbation des programmes d'action nitrates; elle peut lancer une procédure d'infraction si elle considère que ces dernières ne sont pas en conformité avec la Directive.

Concernant la révision des zones vulnérables, des rencontres techniques ont eu lieu entre les services de la Région wallonne et de la Commission, où cette dernière a exprimé ses doutes sur la désignation existante, vu la qualité des eaux dans certaines zones non désignées comme vulnérables. La Commission a été récemment informée d'un projet d'extension des zones vulnérables, qui fera objet d'une enquête publique.

(English version)

Question for written answer E-003575/12

to the Commission

Anne Delvaux (PPE)

(3 April 2012)

Subject: Expansion of vulnerable areas under the review of the Sustainable Nitrogen Management Programme (PGDA) in Wallonia (Belgium)

The aim of Directive 91/676/EEC is to protect water from pollution by agricultural nitrates by means of a number of steps to be taken by the Member States. These steps include monitoring surface water and groundwater, identifying the vulnerable areas and adopting action programmes.

In Wallonia (Belgium), the directive has been transposed via the Water Code under the Sustainable Nitrogen Management Programme (PGDA). The second version of the programme (PGDA II) was adopted by the Commission and has been in force since February 2007. The PGDA should be assessed and reviewed every four years, in line with the directive. In the case of Wallonia, this meant a review was due in 2011. But it is clear that this review, which can concern fixing the limits of vulnerable areas and the content of action programmes (measures and controls), faces a significant delay as regards the proposed review of vulnerable areas, since the consultation necessary for this review did not start until November 2011.

— Within the framework of the negotiations between Wallonia and the Commission for the new PGDA III, what stage has the review of the expansion of vulnerable areas in Wallonia reached, at European level? Has it already been agreed that the whole of Wallonia is to be considered a vulnerable area?

— If so, has any expansion been proposed?

(Version française)

Réponse donnée par M. Potočnik au nom de la Commission

(15 mai 2012)

Le Programme de gestion durable de l'azote en agriculture de 2007 constituait le programme d'action nitrates adopté par le Gouvernement Wallon au titre de la Directive Nitrates.

Ledit programme de 2007 a été abrogé par l'arrêté du Gouvernement wallon modifiant le Livre II du Code de l'Environnement contenant le Code de l'Eau en ce qui concerne la gestion durable de l'azote en agriculture du 31 mars 2011, qui est lui-même en cours de révision. La Commission n'est pas compétente pour l'approbation des programmes d'action nitrates; elle peut lancer une procédure d'infraction si elle considère que ces dernières ne sont pas en conformité avec la Directive.

Concernant la révision des zones vulnérables, des rencontres techniques ont eu lieu entre les services de la Région wallonne et de la Commission, où cette dernière a exprimé ses doutes sur la désignation existante, vu la qualité des eaux dans certaines zones non désignées comme vulnérables. La Commission a été récemment informée d'un projet d'extension des zones vulnérables, qui fera objet d'une enquête publique.

(Deutsche Fassung)

Anfrage zur schriftlichen Beantwortung E-003748/12

an die Kommission

Angelika Werthmann (NI)

(12. April 2012)

Betrifft: Datenschutz

Datenschutz ist ein großes Problem für Unternehmen und Verbraucher in Österreich wie auch in anderen EU-Mitgliedstaaten.

Einerseits beschweren sich die Unternehmer, dass sie nicht genug Verbraucherdaten zur Verfügung hätten. Anderseits klagen die Verbraucher über die Unsicherheit der europäischen Märkte in diesem Bereich.

In der letzten Versammlung über Datenschutz an der Direktion General Justiz, Grundrechte und Bürgerschaft der Kommission konnte man beobachten, dass die Richtlinie 95/46/EG des Europäischen Parlaments und des Rates vom 24. Oktober 1995 zum Schutz natürlicher Personen bei der Verarbeitung personenbezogener Daten und zum freien Datenverkehr nicht mehr den Ansprüchen des Binnenmarktes gerecht wird.

1. Wann gedenkt die Kommission, eine neue Datenschutz-Grundverordnung zu schaffen, damit die Richtlinie 95/46/EG ersetzt wird?

2. Mehr als 80 % der österreichischen Bürgerinnen und Bürger denken, dass ihre Daten missbraucht werden. Inwieweit wird diese neue Verordnung die österreichischen und EU-Bürger beruhigen können, damit sie neues Vertrauen im Bereich Datenschutz gewinnen?

3. Bedenkt die Kommission, dass Datenschutz als Bürgerrecht und nicht nur als „business issue“ betrachtet werden darf?

Antwort von Frau Reding im Namen der Kommission

(31. Mai 2012)

Am 25. Januar 2012 hat die Kommission ihre Vorschläge für die EU-Datenschutzreform angenommen und dem Europäischen Parlament und dem Rat übermittelt. Die dabei vorgeschlagene Verordnung zum Schutz natürlicher Personen bei der Verarbeitung personenbezogener Daten und zum freien Datenverkehr  (71) soll die Datenschutz-Richtlinie 95/46/EG  (72) ersetzen.

Die dazugehörige Mitteilung  (73) zu den Legislativvorschlägen zeigt auf, dass es ausdrücklich zu den Zielen der Kommission gehört, vermehrt Vertrauen herzustellen, insbesondere bei Onlinediensten, indem den Einzelnen wirkungsvolle Mittel an die Hand gegeben werden, die sicherstellen, dass sie vollständig darüber im Bilde sind, was mit ihren personenbezogenen Daten geschieht, und die sie in die Lage versetzen, ihre Rechte wirksamer wahrzunehmen. Dazu soll u. a. gehören, dass sichergestellt wird, dass eine Einwilligung ausdrücklich erteilt werden muss, und dass Internetbenutzer ein wirksames Recht auf Vergessenwerden in der Online-Umgebung erhalten.

Gemäß Artikel 8 Absatz 1 der Charta der Grundrechte der Europäischen Union sowie Artikel 16 Absatz 1 des Vertrags über die Arbeitsweise der Europäischen Union hat jede Person das Recht auf Schutz der sie betreffenden personenbezogenen Daten. Demzufolge beabsichtigt die vorgeschlagene Verordnung, ein hohes Maß an Datenschutz für den Einzelnen überall in der Union zu gewährleisten und gleichzeitig die Hemmnisse für den Verkehr personenbezogener Daten zu beseitigen: Der Schutz der Rechte und Freiheiten von Personen bei der Verarbeitung dieser Daten in allen Mitgliedstaaten muss gleichwertig sein und die Vorschriften zum Schutz personenbezogener Daten müssen unionsweit kohärent und einheitlich angewandt werden.

(English version)

Question for written answer E-003748/12

to the Commission

Angelika Werthmann (NI)

(12 April 2012)

Subject: Data protection

Data protection is a major problem for businesses and consumers in Austria and in other EU Member States.

On the one hand, businesses complain that they do not have enough consumer data at their disposal. On the other hand, consumers are raising concerns about the lack of security in this area on European markets.

During the most recent meetings on data protection held at the Commission’s Directorate-General for Justice, Fundamental Rights, and Citizenship, it became clear that directive 95/46/EC of the European Parliament and of the Council of 24 October 1995 on the protection of individuals with regard to the processing of personal data and on the free movement of such data no longer meets the requirements of the internal market.

1.

When does the Commission intend to create a new basic data-protection regulation on to replace Directive 95/46/EC?

2.

More than 80 % of Austrian citizens believe that their data are being misused. To what extent will this new regulation calm the fears of Austrian and other EU citizens and restore their confidence in the area of data protection?

3.

Does the Commission believe that data protection should be regarded as a civil right and not just as a business issue?

(Deutsche Fassung)

Antwort von Frau Reding im Namen der Kommission

(31. Mai 2012)

Am 25. Januar 2012 hat die Kommission ihre Vorschläge für die EU-Datenschutzreform angenommen und dem Europäischen Parlament und dem Rat übermittelt. Die dabei vorgeschlagene Verordnung zum Schutz natürlicher Personen bei der Verarbeitung personenbezogener Daten und zum freien Datenverkehr  (74) soll die Datenschutz-Richtlinie 95/46/EG  (75) ersetzen.

Die dazugehörige Mitteilung  (76) zu den Legislativvorschlägen zeigt auf, dass es ausdrücklich zu den Zielen der Kommission gehört, vermehrt Vertrauen herzustellen, insbesondere bei Onlinediensten, indem den Einzelnen wirkungsvolle Mittel an die Hand gegeben werden, die sicherstellen, dass sie vollständig darüber im Bilde sind, was mit ihren personenbezogenen Daten geschieht, und die sie in die Lage versetzen, ihre Rechte wirksamer wahrzunehmen. Dazu soll u. a. gehören, dass sichergestellt wird, dass eine Einwilligung ausdrücklich erteilt werden muss, und dass Internetbenutzer ein wirksames Recht auf Vergessenwerden in der Online-Umgebung erhalten.

Gemäß Artikel 8 Absatz 1 der Charta der Grundrechte der Europäischen Union sowie Artikel 16 Absatz 1 des Vertrags über die Arbeitsweise der Europäischen Union hat jede Person das Recht auf Schutz der sie betreffenden personenbezogenen Daten. Demzufolge beabsichtigt die vorgeschlagene Verordnung, ein hohes Maß an Datenschutz für den Einzelnen überall in der Union zu gewährleisten und gleichzeitig die Hemmnisse für den Verkehr personenbezogener Daten zu beseitigen: Der Schutz der Rechte und Freiheiten von Personen bei der Verarbeitung dieser Daten in allen Mitgliedstaaten muss gleichwertig sein und die Vorschriften zum Schutz personenbezogener Daten müssen unionsweit kohärent und einheitlich angewandt werden.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-003941/12

à la Commission

Tokia Saïfi (PPE)

(16 avril 2012)

Objet: Conséquence des jurisprudences C-446/09 et C-495/09 («Nokia/Philips») sur l'action de la douane dans la lutte contre la contrefaçon

Le 1er décembre 2011, la Cour de justice de l'Union européenne a répondu à deux demandes de décision préjudicielle portant sur l'interprétation du règlement (CE) no 3295/94 du Conseil (77) et du règlement (CE) no 1383/2003 du Conseil (78). Elle considère dans son dispositif qu'une marchandise provenant d'un État tiers et constituant une imitation ou une copie d'un produit protégé dans l'UE par un droit de marque, d'auteur, voisin, un modèle ou un dessin ne saurait être qualifiée de «marchandise de contrefaçon» ou «pirate» en raison du fait qu'elle est introduite sur le territoire douanier européen sous un régime suspensif. En revanche, elle pourra être qualifiée comme telle s'il est prouvé qu'elle est destinée à être commercialisée sur le territoire de l'UE.

— La Commission est-elle d'avis que, en pratique, cette jurisprudence permet à des marchandises contrefaites au sens du droit européen de transiter librement par le territoire européen et de continuer de porter atteinte aux droits d'entreprises et de citoyens européens sans risque de sanction, uniquement car elles ne sont pas commercialisées sur le marché intérieur? La Commission considère-t-elle qu'une telle solution est conforme à l'une des priorités de l'UE, à savoir la protection des droits de propriété intellectuelle?

— Dans la mesure où les autorités douanières n'ont pas toujours connaissance de la destination finale des marchandises en transit ou en transbordement, que les critères proposés aux fins de détermination par la Cour dans cet arrêt ne sont pas exhaustifs et que la solution doit découler de l'examen des circonstances propres à chaque affaire, la Commission considère-t-elle que cette jurisprudence peut, d'une part, entraîner une incohérence des pratiques douanières et, d'autre part, créer une insécurité juridique?

— Comment la Commission envisage-t-elle de combler l'incohérence et le vide juridiques découlant de cette jurisprudence? À quelle échéance?

Réponse donnée par M. Šemeta au nom de la Commission

(11 juin 2012)

La Commission est consciente de ce que l'arrêt rendu par la Cour de justice de l'UE dans les affaires jointes C-446/09 et C-495/09 a suscité diverses interrogations parmi les parties intéressées quant aux conséquences pratiques à en tirer en matière de contrôle du respect des droits de propriété intellectuelle par les autorités douanières.

Celle-ci n'a pas encore terminé son analyse de l'arrêt en question et des conséquences qu'il conviendrait d'en tirer.

Toutefois, dans sa Communication du 24 mai 2011 (79) la Commission a d'ores et déjà annoncé que, dans le cadre de la révision du système européen des marques, elle accordera une attention particulière à la possibilité de revoir la portée des droits que confère la marque, entre autres pour ce qui concerne les marchandises présentes sur le territoire douanier de l'UE.

Dans ce contexte, la Commission informe l'Honorable Parlementaire qu'elle envisage de faire des propositions visant notamment à moderniser le système européen des marques au mois de septembre de cette année.

Le nouveau règlement douanier concernant le contrôle, par les autorités douanières, du respect des droits de propriété intellectuelle, dont l'adoption doit intervenir cette année, vise notamment à permettre une mise en œuvre efficace des droits de propriété intellectuelle en Europe, quelle que soit l'évolution dans le temps des règles de droit matériel applicable.

L'appréciation par les autorités douanières de l'existence d'indices permettant de soupçonner une atteinte au droit de propriété intellectuelle au regard des marchandises, placées ou non, sous régime suspensif dans l'Union, afin d'accorder leur retenue, implique nécessairement l'examen des circonstances propres à chaque affaire. Cet examen doit être considéré comme une opération normale pour l'application de la réglementation par les autorités publiques.

(English version)

Question for written answer E-003941/12

to the Commission

Tokia Saïfi (PPE)

(16 April 2012)

Subject: Consequences of rulings C-446/09 and C-495/09 (Nokia/Philips) on customs action in the fight against counterfeiting

On 1 December 2011 the Court of Justice of the European Union responded to two referrals for a preliminary ruling on the interpretation of Council Regulation (EC) No 3295/94 (80) and Council Regulation (EC) No 1383/2003 (81). It considers in the operative part of its judgment that goods coming from a non-Member State which are imitations or copies of goods protected in the EU by a trade mark right, copyright, related right or a design cannot be classified as ‘counterfeit goods’ or ‘pirated goods’ on the basis of the fact that they are brought into the customs territory of the European Union under a suspensive procedure. These goods may, however, be classified as such where it is proven that they are intended to be put on sale in the European Union.

— Does the Commission believe that, in practice, this ruling will enable counterfeit goods to move freely within the European Union under EC law and continue to undermine the rights of European companies and citizens with no risk of sanctions, simply because they are not being sold on the internal market? Does the Commission believe that such a solution is in accordance with one of the EU’s priorities, namely the protection of intellectual property rights?

— Considering that customs authorities do not always know the final destination of goods in transit or in transfer, that the criteria proposed by the Court in this ruling in order to determine this are not exhaustive and that the solution must come from examining the individual circumstances of each case, does the Commission believe that this ruling could, on the one hand, lead to inconsistent customs practices and, on the other, create legal insecurity?

— How does the Commission plan to deal with the inconsistency and gaps in the law as a result of this ruling? When will it do so?

(Version française)

Réponse donnée par M. Šemeta au nom de la Commission

(11 juin 2012)

La Commission est consciente de ce que l'arrêt rendu par la Cour de justice de l'UE dans les affaires jointes C-446/09 et C-495/09 a suscité diverses interrogations parmi les parties intéressées quant aux conséquences pratiques à en tirer en matière de contrôle du respect des droits de propriété intellectuelle par les autorités douanières.

Celle-ci n'a pas encore terminé son analyse de l'arrêt en question et des conséquences qu'il conviendrait d'en tirer.

Toutefois, dans sa Communication du 24 mai 2011 (82) la Commission a d'ores et déjà annoncé que, dans le cadre de la révision du système européen des marques, elle accordera une attention particulière à la possibilité de revoir la portée des droits que confère la marque, entre autres pour ce qui concerne les marchandises présentes sur le territoire douanier de l'UE.

Dans ce contexte, la Commission informe l'Honorable Parlementaire qu'elle envisage de faire des propositions visant notamment à moderniser le système européen des marques au mois de septembre de cette année.

Le nouveau règlement douanier concernant le contrôle, par les autorités douanières, du respect des droits de propriété intellectuelle, dont l'adoption doit intervenir cette année, vise notamment à permettre une mise en œuvre efficace des droits de propriété intellectuelle en Europe, quelle que soit l'évolution dans le temps des règles de droit matériel applicable.

L'appréciation par les autorités douanières de l'existence d'indices permettant de soupçonner une atteinte au droit de propriété intellectuelle au regard des marchandises, placées ou non, sous régime suspensif dans l'Union, afin d'accorder leur retenue, implique nécessairement l'examen des circonstances propres à chaque affaire. Cet examen doit être considéré comme une opération normale pour l'application de la réglementation par les autorités publiques.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-003942/12

à la Commission

Franck Proust (PPE)

(16 avril 2012)

Objet: Publicité des financements européens

Lors de mes déplacements dans ma région, je constate trop souvent que l'Europe n'est pas mise en avant dans les projets qu'elle cofinance. Parfois même, il n'en est pas fait mention, ou bien alors dans un coin, en très petits caractères. Mon mandat m'apprend pourtant tous les jours le nombre incroyable de projets qui n'auraient pu voir le jour sans l'appui de l'Europe. Rien que dans mon département, le Gard, nous avons atteint le 5 00[0-9]e projet depuis 2007.

C'est un manque criant de publicité, notamment envers nos concitoyens, qui ne voient pas l'utilité de l'Europe dans leur quotidien. Je rappelle que souvent le montant alloué par l'Europe est supérieur à celui accordé par une collectivité territoriale.

1. La Commission a-t-elle fait le même constat?

2. Peut-elle expliquer concrètement quelles sont les obligations en matière de publicité?

3. Le cas échéant, à qui peut-on s'adresser pour signaler un dysfonctionnement?

Réponse donnée par M. Hahn au nom de la Commission

(7 juin 2012)

La Commission est consciente du fait qu'un certain nombre de projets cofinancés par le FEDER en France mais aussi ailleurs n'affichent pas la participation financière de l'Union européenne et ne peuvent donc pas contribuer à accroître la notoriété de l'action de l'Union européenne en région. Aux termes de l'article 8 du règlement (CE) 1828/2006, l'obligation d'apposer un panneau et une plaque ne concerne que les projets pour lesquels la participation publique totale à l'opération dépasse 500 000 euros; l'opération porte sur l'achat d'un objet physique ou sur le financement de travaux d'infrastructure ou de construction (pour une plaque); l'opération porte sur le financement de travaux d'infrastructure ou de construction (pour un panneau).

De nombreux projets de petites infrastructures ou de fournitures de services aux entreprises sont réalisés en France métropolitaine afin de relancer la compétitivité des territoires. Ces projets ne possèdent toutefois pas les caractéristiques indiquées par le règlement (CE) 1828/2006 et ne sont donc pas soumis aux obligations décrites ci-dessus. Toutefois, en France plusieurs autorités de gestion demandent aux bénéficiaires de mettre en exergue la présence financière de l'Union européenne, même si celle-ci n'est pas strictement obligatoire du point de vue juridique. Les autorités de gestion veillent à diffuser les dispositions du règlement (CE) 1828/2006 et vérifient leur mise en œuvre. Chaque citoyen peut signaler aux autorités de gestion toute anomalie dans l'application des règles. Par ailleurs, la Commission n'a pas manqué d'alerter les autorités françaises lorsque la publicité en question était absente ou bien mal positionnée, et donc peu visible.

(English version)

Question for written answer E-003942/12

to the Commission

Franck Proust (PPE)

(16 April 2012)

Subject: Acknowledgement of European funding

While travelling around my region, I have all too often noticed that Europe is not recognised for the projects that it co‐finances. There have been times where it has not been mentioned at all and others where it has been mentioned in small print. However, I have been reminded every day, since the start of my term of office, of the incredible number of projects that could not have been carried out if it had not been for EU support. In my département, Le Gard, we have carried out 5 000 projects alone since 2007.

Our fellow citizens, in particular, do not get to witness the benefits of the EU in their day-to-day lives because of this lack of recognition. I would like to point out that European funding often exceeds funding from local authorities.

1.

Has the Commission made the same observation?

2.

Can it indicate the precise nature of the obligations regarding the acknowledgement of funding?

3.

If necessary, who should be contacted in the event of a complaint?

(Version française)

Réponse donnée par M. Hahn au nom de la Commission

(7 juin 2012)

La Commission est consciente du fait qu'un certain nombre de projets cofinancés par le FEDER en France mais aussi ailleurs n'affichent pas la participation financière de l'Union européenne et ne peuvent donc pas contribuer à accroître la notoriété de l'action de l'Union européenne en région. Aux termes de l'article 8 du règlement (CE) 1828/2006, l'obligation d'apposer un panneau et une plaque ne concerne que les projets pour lesquels la participation publique totale à l'opération dépasse 500 000 euros; l'opération porte sur l'achat d'un objet physique ou sur le financement de travaux d'infrastructure ou de construction (pour une plaque); l'opération porte sur le financement de travaux d'infrastructure ou de construction (pour un panneau).

De nombreux projets de petites infrastructures ou de fournitures de services aux entreprises sont réalisés en France métropolitaine afin de relancer la compétitivité des territoires. Ces projets ne possèdent toutefois pas les caractéristiques indiquées par le règlement (CE) 1828/2006 et ne sont donc pas soumis aux obligations décrites ci-dessus. Toutefois, en France plusieurs autorités de gestion demandent aux bénéficiaires de mettre en exergue la présence financière de l'Union européenne, même si celle-ci n'est pas strictement obligatoire du point de vue juridique. Les autorités de gestion veillent à diffuser les dispositions du règlement (CE) 1828/2006 et vérifient leur mise en œuvre. Chaque citoyen peut signaler aux autorités de gestion toute anomalie dans l'application des règles. Par ailleurs, la Commission n'a pas manqué d'alerter les autorités françaises lorsque la publicité en question était absente ou bien mal positionnée, et donc peu visible.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-004042/12

à la Commission

Catherine Grèze (Verts/ALE)

(18 avril 2012)

Objet: Protection des droits des bascophones, catalanophones et occitanophones de France

Selon un arrangement administratif de 2006 (JO C 73 du 25.3.2006) se fondant sur les conclusions du Conseil du 13 juin 2005 relatives à l'emploi officiel de langues additionnelles au sein des institutions européennes, les citoyens espagnols peuvent utiliser, dans leur communication écrite avec la Commission, les langues officielles de l'État espagnol autres que le castillan, et notamment le basque, le catalan et l'occitan. Ces trois langues sont également traditionnellement parlées en France.

Vous ayant interrogé pour savoir si cet arrangement s'appliquait également aux citoyens français de langue catalane, basque ou occitane, vous m'avez répondu le 27 février dernier que ce n'était pas le cas, que cet arrangement s'appliquait uniquement «aux citoyens espagnols ou toute personne physique ou morale résidant ou ayant son siège en Espagne».

Je dois bien avouer que, si cette réponse ne m'a pas surprise, elle m'a choquée. Comment pouvez-vous justifier cette discrimination vis-à-vis des citoyens français appartenant à une minorité linguistique? En effet, selon la Charte européenne des droits fondamentaux, «toute discrimination fondée sur la nationalité est interdite» (article 21, paragraphe 2), de même qu'est interdite «toute discrimination fondée […] sur […] la langue [ou] l'appartenance à une minorité nationale» (article 21, paragraphe 1). Ce qui est confirmé par l'article 2 du traité sur l'Union européenne, qui dispose: «L'Union est fondée sur les valeurs de respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d'égalité, de l'État de droit, ainsi que de respect des Droits de l'homme, y compris des droits des personnes appartenant à des minorités».

J'aurais donc voulu savoir ce que la Commission compte faire pour mettre fin à cette discrimination dont sont victimes les citoyens français appartenant à une minorité linguistique?

Si un citoyen français écrivait à la Commission en anglais ou en allemand, refuseriez-vous de lui répondre au motif que ces langues ne sont pas officielles en France? J'imagine que non.

Je vous serais donc reconnaissante de me faire état des démarches et des initiatives que, en tant que gardienne des traités européens, vous comptez mettre en œuvre pour que les locuteurs de langues régionales en France bénéficient des mêmes droits que les locuteurs de langues régionales en Espagne.

Réponse donnée par M. Barroso au nom de la Commission

(25 juin 2012)

La Commission ne voit aucune discrimination des ressortissants français reposant sur la nationalité dans l'application de l'arrangement administratif conclu avec le Royaume d'Espagne (83) auquel l'Honorable Membre fait référence. Cet arrangement administratif a été conclu sur demande de l'Espagne. Il ne peut donc s'appliquer qu'au seul territoire de l'Espagne.

Outre aux citoyens espagnols, cet arrangement s'applique à «toute personne physique ou morale résidant ou ayant son siège en Espagne». Il s'ensuit que, par exemple, un ressortissant français qui réside en Espagne, peut également s'adresser à la Commission dans une des langues reconnues par la constitution espagnole, comme le basque et le catalan, et recevra une réponse selon les procédures prévues dans l'arrangement administratif.

Conformément aux conclusions du Conseil du 13 juin 2005 (84), tout autre État membre a la possibilité de demander aux Institutions de conclure un accord similaire s'appliquant à son territoire, pour autant que les conditions établies par le Conseil soient remplies.

Il convient de noter que l'Union européenne n'a pas de compétence générale en matière de protection des minorités, notamment en ce qui concerne la définition des minorités nationales et linguistiques. Seuls les États membres disposent d'une telle compétence générale, notamment pour définir les minorités et les droits pouvant leur être attribués.

(English version)

Question for written answer E-004042/12

to the Commission

Catherine Grèze (Verts/ALE)

(18 April 2012)

Subject: Protecting the rights of Basque, Catalan and Occitan speakers in France

In accordance with an administrative agreement of 2006 (OJ C 73, 25.3.2006) based on the Council conclusions of 13 June 2005 relating to the official use of additional languages within European institutions, Spanish citizens can, in their written communications with the Commission, use the official languages of the Spanish State other than Castilian (Spanish), in particular Basque, Catalan and Occitan. These three languages are also traditionally spoken in France.

Having asked whether this agreement also applies to French citizens who speak Catalan, Basque or Occitan, I received a response on 27 February 2012 stating that this was not the case and that this agreement applied only to ‘Spanish citizens, or any other natural or legal person residing or established in Spain’.

I must admit that although this response did not surprise me, it did shock me. How can you justify discriminating against French citizens belonging to a linguistic minority in this way? According to the European Charter of Fundamental Rights, ‘any discrimination on grounds of nationality shall be prohibited’ (Article 21(2)), as shall ‘discrimination based […] on […] language [or] membership of a national minority’ (Article 21(1)). This is confirmed by Article 2 of the Treaty on European Union, which establishes that: ‘The Union is founded on the values of respect for human dignity, freedom, democracy, equality, the rule of law and respect for human rights, including the rights of persons belonging to minorities’.

I would therefore like to know what the Commission intends to do to end this discrimination against French citizens belonging to a linguistic minority?

If a French citizen were to write to the Commission in English or German, would you refuse to answer on the grounds that these are not official languages in France? I should think not.

I would therefore be grateful if you could state what steps and initiatives you, as guardian of the EU Treaties, plan to take so that speakers of regional languages in France enjoy the same rights as speakers of regional languages in Spain.

(Version française)

Réponse donnée par M. Barroso au nom de la Commission

(25 juin 2012)

La Commission ne voit aucune discrimination des ressortissants français reposant sur la nationalité dans l'application de l'arrangement administratif conclu avec le Royaume d'Espagne (85) auquel l'Honorable Membre fait référence. Cet arrangement administratif a été conclu sur demande de l'Espagne. Il ne peut donc s'appliquer qu'au seul territoire de l'Espagne.

Outre aux citoyens espagnols, cet arrangement s'applique à «toute personne physique ou morale résidant ou ayant son siège en Espagne». Il s'ensuit que, par exemple, un ressortissant français qui réside en Espagne, peut également s'adresser à la Commission dans une des langues reconnues par la constitution espagnole, comme le basque et le catalan, et recevra une réponse selon les procédures prévues dans l'arrangement administratif.

Conformément aux conclusions du Conseil du 13 juin 2005 (86), tout autre État membre a la possibilité de demander aux Institutions de conclure un accord similaire s'appliquant à son territoire, pour autant que les conditions établies par le Conseil soient remplies.

Il convient de noter que l'Union européenne n'a pas de compétence générale en matière de protection des minorités, notamment en ce qui concerne la définition des minorités nationales et linguistiques. Seuls les États membres disposent d'une telle compétence générale, notamment pour définir les minorités et les droits pouvant leur être attribués.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-004140/12

à la Commission

Anne Delvaux (PPE)

(20 avril 2012)

Objet: Bilan de l'aide européenne au Rwanda dans le secteur judiciaire

Dans sa réponse écrite en date du 29 avril 2011 à la question E-001690/2011 relative à l'aide européenne au Rwanda dans le secteur judiciaire, la haute représentante de l'Union européenne indique que l'Union européenne a apporté un «appui direct aux juridictions Gaçaça» (depuis leur origine en 2001), «notamment pour la formation des juges», et a soutenu les «activités de monitoring du Gaçaça», et mentionne l'aide fournie encore aujourd'hui par l'Union dans le cadre de «l'évaluation mandatée par le Secrétariat National des Juridictions Gaçaça», dont elle souligne le «caractère objectif et impartial des jugements rendus(…)».

1. La Commission n'a-t-elle pas contribué à un exercice de la justice où les droits de l'accusé ne répondent pas aux normes internationales en la matière?

2. La Commission a-t-elle pris en considération, à cet égard, les multiples mises en garde d'organisations internationales de défense des Droits de l'homme telles que Human Rights Watch, Avocats Sans Frontières et Amnesty International, ou de nombreuses ONG issues de la société civile? La Commission suit-elle le travail des juridictions Gaçaça pour s'assurer qu'elles agissent en toute indépendance du pouvoir en place?

3. Sans parler des dossiers de détention des dirigeants de l'opposition démocratique rwandaise, la Commission pouvait-elle ignorer dans son bilan le cas éloquent de l'arrestation arbitraire, le 6 septembre 2005 à Kigali, d'un citoyen belge engagé dans le mouvement de non-violence et la promotion des Droits de l'homme et des libertés fondamentales, Guy Theunis, et son classement en catégorie 1 par la juridiction Gaçaça du district de Rugenge le 11 septembre 2005 comme «planificateur» ou «incitateur» du génocide, sur la base d'un dossier d'instruction qui s'est révélé vide par la suite?

Réponse donnée par la Vice-présidente/Haute Représentante Mme Ashton au nom de la Commission

(5 juin 2012)

L'UE a soutenu dès l'origine, en 2001, à l'instar de nombreux autres bailleurs, des juridictions Gaçaça pour résoudre le problème des retards judiciaires liés au génocide, tout en restant consciente des risques qu'elle comportait. La seule alternative, celle d'une amnistie, revêtait un caractère inacceptable par rapport à l'objectif de la communauté internationale de lutter contre l'impunité. Ce contexte doit être pris en considération. En 1998, 130 000 prisonniers s'entassaient dans des conditions inhumaines qui ont coûté la vie à des milliers de personnes lors même que depuis 1996 le système judiciaire rwandais, n'avait pu traiter que moins de 1 300 affaires.

Au terme de ces activités des Gaçaça, l'UE reconnaît que ce processus présente un bilan qui n'est pas parfait. Elle tient à souligner la nécessité absolue qu'il y avait à rendre justice dans des délais raisonnables afin de renforcer le processus de réconciliation. L'UE est intervenue pour financer une part significative des efforts de contrôle de ces activités novatrices.

Si le respect des normes internationales garantissant les droits de la défense n'a pas toujours reçu une entière application lors des procès Gaçaça, l'UE reste convaincue que son action a permis d'en atténuer grandement certaines faiblesses. L'arrestation controversée du Père Guy Theunis, que certains observateurs ont cru à l'époque pouvoir qualifier de politique, n'a pas en soi de lien direct avec l'existence ou le fonctionnement des Gaçaça. Cette affaire a par ailleurs pu trouver un dénouement heureux par la libération du prévenu après 75 jours de détention.

L'UE entretient un dialogue régulier avec le Gouvernement rwandais à propos du renforcement nécessaire de l'indépendance du pouvoir judiciaire.

(English version)

Question for written answer E-004140/12

to the Commission

Anne Delvaux (PPE)

(20 April 2012)

Subject: Assessment of EU judicial aid to Rwanda

In her written answer of 29 April 2011 to Question E‐001690/2011 on EU judicial aid to Rwanda, the High Representative of the Union states that the EU has given direct support to the Gaçaça courts (since they were created in 2001) particularly for the training of judges, and has supported the monitoring of Gaçaça, and she refers to the aid which is still provided by the EU today as part of the evaluation commissioned by the National Secretariat of Gaçaça Courts, highlighting the objective and impartial nature of the judgments handed down.

1.

Has the Commission not contributed to an administration of justice in which the rights of the accused do not comply with international standards?

2.

In this regard, has the Commission taken into account the multiple warnings from international human rights defence organisations such as Human Rights Watch, Avocats Sans Frontières

and Amnesty International or from several civil-society NGOs? Is the Commission monitoring the work of the Gaçaça courts to ensure that they are acting completely independently of the ruling regime?

3.

Without mentioning the detention of leaders of the Rwandan democratic opposition, could the Commission have been unaware, in its assessment, of the eloquent example of the arbitrary arrest on 6 September 2005 in Kigali of the Belgian citizen Guy Theunis, who was involved in a non-violent movement and in promoting human rights and fundamental freedoms, and of the category 1 charge brought against him by the Gaçaça court in the Rugenge district on 11 September 2005 as a

‘planner’ or ‘instigator’ of genocide on the basis of an investigation file which was later found to be empty?

(Version française)

Réponse donnée par la Vice-présidente/Haute Représentante Mme Ashton au nom de la Commission

(5 juin 2012)

L'UE a soutenu dès l'origine, en 2001, à l'instar de nombreux autres bailleurs, des juridictions Gaçaça pour résoudre le problème des retards judiciaires liés au génocide, tout en restant consciente des risques qu'elle comportait. La seule alternative, celle d'une amnistie, revêtait un caractère inacceptable par rapport à l'objectif de la communauté internationale de lutter contre l'impunité. Ce contexte doit être pris en considération. En 1998, 130 000 prisonniers s'entassaient dans des conditions inhumaines qui ont coûté la vie à des milliers de personnes lors même que depuis 1996 le système judiciaire rwandais, n'avait pu traiter que moins de 1 300 affaires.

Au terme de ces activités des Gaçaça, l'UE reconnaît que ce processus présente un bilan qui n'est pas parfait. Elle tient à souligner la nécessité absolue qu'il y avait à rendre justice dans des délais raisonnables afin de renforcer le processus de réconciliation. L'UE est intervenue pour financer une part significative des efforts de contrôle de ces activités novatrices.

Si le respect des normes internationales garantissant les droits de la défense n'a pas toujours reçu une entière application lors des procès Gaçaça, l'UE reste convaincue que son action a permis d'en atténuer grandement certaines faiblesses. L'arrestation controversée du Père Guy Theunis, que certains observateurs ont cru à l'époque pouvoir qualifier de politique, n'a pas en soi de lien direct avec l'existence ou le fonctionnement des Gaçaça. Cette affaire a par ailleurs pu trouver un dénouement heureux par la libération du prévenu après 75 jours de détention.

L'UE entretient un dialogue régulier avec le Gouvernement rwandais à propos du renforcement nécessaire de l'indépendance du pouvoir judiciaire.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-004846/12

à la Commission

Véronique De Keyser (S&D)

(10 mai 2012)

Objet: Application de l'article 17 du Traité de Lisbonne

Sur le site de la Commission «Dialogue avec les églises et organisations non confessionnelles, article 17 du Traité de Lisbonne», on pouvait, il y a peu de temps encore, prendre connaissance de l'interprétation que la Commission faisait du paragraphe 3 dudit article. La notion de «ouvert» y était ainsi définie comme suit: «toute personne qui souhaite prendre part au dialogue peut le faire. La Commission n'a pas le pouvoir de définir, que ce soit au niveau national ou européen, la relation entre l'État et les églises, les communautés religieuses et philosophiques et les organisations non confessionnelles. La Commission européenne accepte donc comme partenaires du dialogue toutes les organisations reconnues par les États membres comme églises, communautés religieuses ou communautés de conviction».

Depuis le début de cette année 2012, on peut y lire une version différente: «Peuvent participer à ce dialogue les églises, les communautés religieuses et les organisations philosophiques et non confessionnelles qui sont reconnues en tant que telles à l'échelle nationale et qui adhèrent aux valeurs européennes».

La Commission voudrait-elle indiquer à la demande de qui, et pourquoi, cette modification a été apportée et surtout préciser le sens de l'expression «qui adhèrent aux valeurs européennes»? Qui, avant d'inviter une association religieuse ou non confessionnelle à un dialogue en application de l'article 17 du traité de Lisbonne, sera chargé de vérifier et de certifier que telle ou telle association respecte bien les valeurs européennes?

Réponse donnée par M. Barroso au nom de la Commission

(12 juin 2012)

En accord avec l'article 17 (1) et (2) du TFUE, la Commission européenne adhère au principe de subsidiarité et respecte le statut dont bénéficient, en vertu du droit national, les églises, les associations ou communautés religieuses ainsi que les organisations philosophiques et non confessionnelles.

La Commission considère le dialogue «ouvert, transparent et régulier», instauré par l'article 17 TFUE, comme un instrument utile de la démocratie participative. Naturellement, les interlocuteurs principaux dans le dialogue sont des représentants d'organisations. Toutefois, cela n'exclut pas la tenue de réunions et d'échanges de vues avec des citoyens en leur propre capacité. En effet, plusieurs réunions de ce genre ont eu lieu entre les services de Commission et des citoyens au cours des années précédentes.

La Commission se félicite du fait que de nombreux interlocuteurs utilisent déjà d'autres instruments politiques tels que les consultations publiques pour exprimer leur opinion, car elle estime que le dialogue instauré par l'article 17 TFEU ne devrait pas se limiter à des contacts et réunions avec ses services responsables.

La Commission européenne attend de tous les interlocuteurs et organisations qu'ils adhèrent aux valeurs européennes comme fixées dans le préambule du traité de Lisbonne, à savoir «les valeurs universelles que constituent les droits inviolables et inaliénables de la personne humaine, ainsi que la liberté, la démocratie, l'égalité et l'État de droit». Cela a été le fondement implicite du dialogue bien avant que le dialogue soit consacré dans le droit primaire. À cette fin, le statut accordé en vertu de la législation nationale est un indicateur utile de l'adhésion à nos valeurs européennes communes.

(English version)

Question for written answer E-004846/12

to the Commission

Véronique De Keyser (S&D)

(10 May 2012)

Subject: Application of Article 17 of the Lisbon Treaty

Until recently, it was possible to read on the Commission’s website its interpretation of paragraph 3 of Article 17 under the title ‘Dialogue with churches, religious associations and communities and philosophical and non-confessional organisations’. This version defined the concept of ‘open’ as follows: ‘any person who wishes to participate in the Dialogue may do so. It is not actually within the European Commission's power to define — either on a national or European level — the relationship between the State and churches, religious communities and philosophical and non-confessional organisations. The European Commission therefore accepts as partners in the Dialogue all organisations that are recognised by the Member States as churches, religious communities or communities of conviction’.

Since the start of 2012, the site contains a different version: ‘Dialogue partners can be churches, religious communities and philosophical and non-confessional organisations that are recognised as such at national level and adhere to European values’.

Would the Commission please indicate at whose request and why this change was implemented and, in particular, could it please explain the meaning of the phrase ‘adhere to European values’? Before a religious or non-confessional association is invited to participate in a dialogue under Article 17 of the Lisbon Treaty, who shall be responsible for verifying and certifying that it respects European values?

(Version française)

Réponse donnée par M. Barroso au nom de la Commission

(12 juin 2012)

En accord avec l'article 17 (1) et (2) du TFUE, la Commission européenne adhère au principe de subsidiarité et respecte le statut dont bénéficient, en vertu du droit national, les églises, les associations ou communautés religieuses ainsi que les organisations philosophiques et non confessionnelles.

La Commission considère le dialogue «ouvert, transparent et régulier», instauré par l'article 17 TFUE, comme un instrument utile de la démocratie participative. Naturellement, les interlocuteurs principaux dans le dialogue sont des représentants d'organisations. Toutefois, cela n'exclut pas la tenue de réunions et d'échanges de vues avec des citoyens en leur propre capacité. En effet, plusieurs réunions de ce genre ont eu lieu entre les services de Commission et des citoyens au cours des années précédentes.

La Commission se félicite du fait que de nombreux interlocuteurs utilisent déjà d'autres instruments politiques tels que les consultations publiques pour exprimer leur opinion, car elle estime que le dialogue instauré par l'article 17 TFEU ne devrait pas se limiter à des contacts et réunions avec ses services responsables.

La Commission européenne attend de tous les interlocuteurs et organisations qu'ils adhèrent aux valeurs européennes comme fixées dans le préambule du traité de Lisbonne, à savoir «les valeurs universelles que constituent les droits inviolables et inaliénables de la personne humaine, ainsi que la liberté, la démocratie, l'égalité et l'État de droit». Cela a été le fondement implicite du dialogue bien avant que le dialogue soit consacré dans le droit primaire. À cette fin, le statut accordé en vertu de la législation nationale est un indicateur utile de l'adhésion à nos valeurs européennes communes.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-004863/12

à la Commission

Philippe de Villiers (EFD)

(11 mai 2012)

Objet: Réaction de M. Barroso aux élections françaises

Suite à l'élection de M. François Hollande à la Présidence de la République française, M. Barroso a appelé le nouveau président élu. Lors de cet entretien, le président de la Commission européenne a félicité M. Hollande pour «ne pas avoir cédé aux discours populistes et anti-européens».

S'il est vrai que ces félicitations ont été adressées «à titre personnel», il n'en demeure pas moins que ces propos ont été diffusés par le porte-parole de M. Barroso et publiées dans la presse française.

Dès lors, la Commission peut-elle expliquer ce qui autorise un fonctionnaire européen nommé, fût-il président de la «gardienne» des traités, à faire un commentaire de nature politique sur une élection nationale?

Considère-t-il que l'adversaire de M. Hollande fut populiste et anti-européen, notamment après ses propositions de révision des accords de Schengen? N'est-ce pas là une offense envers les millions d'électeurs français qui expriment des réticences légitimes vis-à-vis des institutions et des politiques de l'Union Européenne?

Question avec demande de réponse écrite E-004877/12

à la Commission

Philippe de Villiers (EFD)

(14 mai 2012)

Objet: Union de personnes de même sexe

Suite à la déclaration du Président américain Barack Obama en faveur du «mariage» des personnes de même sexe, la commissaire européenne chargée des affaires intérieures, Cecilia Malmström, a soutenu, le 10 mai dernier, «qu'un couple qui s'aime devrait pouvoir se marier partout en Europe, qu'il s'agisse d'un couple hétérosexuel ou homosexuel».

La Hongrie a, par exemple, défini dans sa Constitution le mariage comme étant l'union d'un homme et d'une femme. En effet, les questions relatives au droit civil, et particulièrement au mariage, ne relèvent pas de la compétence de l'Union européenne.

Dans ces conditions, sur quels éléments la Commission s'appuie-t-elle pour prendre une position politique sur un sujet qui n'entre pas dans son champ d'action aux termes des traités?

Question avec demande de réponse écrite E-004911/12

à la Commission

Véronique Mathieu (PPE)

(14 mai 2012)

Objet: Neutralité des commissaires européens

Alors que la Commission européenne est astreinte à la neutralité politique, Viviane Reding a publié le 6 mai 2012, à la suite des résultats des élections présidentielles françaises, le tweet suivant: «Une France de la justice — enfin» (87)!

Ce manquement au devoir de neutralité politique d'un commissaire est inacceptable, d'autant plus que la France se trouve toujours en période électorale.

Quelles mesures la Commission compte-t-elle prendre?

Et que compte faire la Commission pour s'assurer qu'à l'avenir, le principe de neutralité politique des commissaires européens soit respecté?

Réponse commune donnée par M. Barroso au nom de la Commission

(6 juillet 2012)

Sur la base du mandat prévu par le Traité, il n'est pas exclu que le président ou tout autre membre de la Commission expriment des opinions politiques telles que celles évoquées par l'Honorable Parlementaire.

De plus, l'interprétation donnée par l'Honorable Parlementaire aux propos du Président Barroso est de sa responsabilité exclusive et ne reflète ni le libellé ni le sens de ce que le Président a dit.

(English version)

Question for written answer E-004863/12

to the Commission

Philippe de Villiers (EFD)

(11 May 2012)

Subject: Mr Barroso's reaction to the French elections

Following the election of Mr François Hollande as President of the French Republic, Mr Barroso telephoned the newly elected President. During this conversation, the President of the European Commission congratulated Mr Hollande on not giving in to populist or anti-European speeches.

Although this message of congratulations was a ‘personal’ message, Mr Barroso’s comments were nevertheless passed on by his spokesman and published in the French press.

In view of this, can the Commission explain what authorises an elected European civil servant, even if he is the ‘guardian’ of treaties, to make a comment of a political nature about a national election?

Does he believe that Mr Hollande’s rival was both a populist and an anti-European, particularly after his propositions for the revision of the Schengen agreements? Is this not an insult to the millions of French voters who have expressed legitimate concerns regarding the institutions and policies of the European Union?

Question for written answer E-004877/12

to the Commission

Philippe de Villiers (EFD)

(14 May 2012)

Subject: Same-sex civil unions

Following US President Barack Obama’s statement in favour of ‘marriage’ between persons of the same sex, the Commissioner responsible for Home Affairs, Cecilia Malmström, said on 10 May ‘that a couple who love each other should be able to marry anywhere in Europe, whether they are heterosexual or homosexual’.

Hungary, for example, has defined marriage in its Constitution as being the union of a man and a woman. Issues relating to civil law, including marriage, do not fall under the competence of the European Union.

On what basis, therefore, can the Commission adopt a political position on a subject which does not fall under its powers in accordance with the Treaties?

Question for written answer E-004911/12

to the Commission

Véronique Mathieu (PPE)

(14 May 2012)

Subject: Neutrality of European Commissioners

When the European Commission is required to show political neutrality, on 6 May 2012, following the results of the French presidential elections, Viviane Reding tweeted the following: ‘A France of justice — at last!’ (88)

Such a dereliction of the duty of political neutrality on the part of a Commissioner is unacceptable, particularly given that France is still in an election period.

What measures does the Commission intend to take?

What does the Commission intend to do to ensure that, in the future, the principle of political neutrality of European Commissioners is respected?

(Version française)

Réponse commune donnée par M. Barroso au nom de la Commission

(6 juillet 2012)

Sur la base du mandat prévu par le Traité, il n'est pas exclu que le président ou tout autre membre de la Commission expriment des opinions politiques telles que celles évoquées par l'Honorable Parlementaire.

De plus, l'interprétation donnée par l'Honorable Parlementaire aux propos du Président Barroso est de sa responsabilité exclusive et ne reflète ni le libellé ni le sens de ce que le Président a dit.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-005143/12

à la Commission

Sandrine Bélier (Verts/ALE) et Catherine Grèze (Verts/ALE)

(21 mai 2012)

Objet: Insuffisance de la France au regard des obligations lui incombant en vertu de la directive «Habitats» 92/43/CEE en ce qui concerne la protection des populations d'ours

Au printemps 2011, le gouvernement français avait annoncé le lâcher d'une ourse en Béarn, noyau historique de l'ours dans les Pyrénées où il ne reste aujourd'hui que deux mâles, avant de finalement se rétracter en juin.

La Commission a reconnu, dans le cadre de la pétition no 1542/2010 déposée devant le Parlement européen par plusieurs associations et d'une réponse à une question écrite, le caractère préoccupant du statut de conservation de l'ours dans les Pyrénées. Elle a demandé, dans ce contexte, des informations aux autorités françaises pour s'assurer que les conditions de la restauration d'un état de conservation favorable sont bien mises en place et qu'un régime de protection stricte, tel que prévu au titre de l'article 12 de la directive «Habitats» (92/43/CEE), est effectif.

La Commission évoquait la nécessité d'attendre la finalisation de la Stratégie pyrénéenne de valorisation de la biodiversité, à laquelle des mesures spécifiques à la restauration des populations d'ours devaient être intégrées, afin d'évaluer si les mesures prises par la France étaient compatibles avec ses obligations découlant de la directive «Habitats». Or, il s'avère que cette stratégie ne contient finalement aucune mesure spécifique pour la restauration à terme d'un état de conservation favorable des populations d'ours.

— La Commission a-t-elle reçu des réponses aux questions qu'elle a adressées aux autorités françaises concernant le volet «Ours» de la Stratégie pyrénéenne de valorisation de la biodiversité et les mesures relatives à l'organisation de la chasse et de l'exploitation forestière?

— Si oui, quelle est son analyse des informations ainsi transmises? Selon son analyse, envisage-t-elle d'engager une procédure à l'encontre de la France pour manquement à ses obligations découlant de la directive «Habitats» en ce qui concerne la protection de l'ours brun dans les Pyrénées?

Réponse donnée par M Potočnik au nom de la Commission

(5 juillet 2012)

Les dernières informations et documents communiqués par la France, dont le guide de gestion forestière en compatibilité avec les besoins vitaux des ours sont encore à l'étude par la Commission. La Commission a été informée que le volet «Ours» de la Stratégie pyrénéenne de Valorisation de la Biodiversité sera complété d'ici la fin du premier semestre 2012.

La Commission engagera une action contentieuse en cas de besoin.

(English version)

Question for written answer E-005143/12

to the Commission

Sandrine Bélier (Verts/ALE) and Catherine Grèze (Verts/ALE)

(21 May 2012)

Subject: Failure of France to fulfil its obligations under the Habitats Directive 92/43/EC in respect of the protection of bear populations

In spring 2011, the French Government announced it was to release a female bear in Béarn, a historic bear centre in the Pyrenees where today only two males remain. However, it then reversed its decision in June.

The Commission has recognised, within the framework of Petition 1542/2010 lodged with the European Parliament by several associations and of a reply to a written question, that the conservation status of bears in the Pyrenees is a matter of concern. Therefore, it has requested information from the French authorities to confirm that the restoration conditions for a favourable conservation status have indeed been introduced and that a system of strict protection, as laid down by Article 12 of the Habitats Directive, is in place.

The Commission mentioned the need to wait until the Pyrenean biodiversity promotion strategy had been finalised, in which specific measures for the restoration of bear populations were to be included, before assessing whether the measures taken by France were compatible with its obligations under the Habitats Directive. However, this strategy ultimately contains no specific measures for restoring bear populations to a favourable conservation status in the long term.

— Has the Commission received answers to the questions that it has sent the French authorities on the ‘bear’ section of the Pyrenean biodiversity promotion strategy and on measures relating to hunting and forest management?

— If it has, what is its view of the information received? Does it intend to initiate proceedings against France for failing to meet its obligations under the Habitat Directive relating to brown bear protection in the Pyrenees?

(Version française)

Réponse donnée par M Potočnik au nom de la Commission

(5 juillet 2012)

Les dernières informations et documents communiqués par la France, dont le guide de gestion forestière en compatibilité avec les besoins vitaux des ours sont encore à l'étude par la Commission. La Commission a été informée que le volet «Ours» de la Stratégie pyrénéenne de Valorisation de la Biodiversité sera complété d'ici la fin du premier semestre 2012.

La Commission engagera une action contentieuse en cas de besoin.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-005223/12

à la Commission

Gilles Pargneaux (S&D)

(23 mai 2012)

Objet: Démocratie participative dans l'Union européenne

L'article 11 du traité sur l'Union européenne, signé à Lisbonne, fait de la démocratie participative un outil de renforcement de la légitimité démocratique de l'UE ainsi qu'un principe fondamental de gouvernance. Le dialogue entre la société civile et les institutions européennes est dès lors devenu un outil clé dans le processus de formation des politiques de l'Union.

Si ce principe est désormais inscrit dans les traités, force est de constater qu'il est encore loin de se traduire dans les faits. L'essentiel du dialogue entre la société civile et les institutions européennes repose en effet sur des pratiques non institutionnalisées et très variables dans leur importance et leur efficacité selon les institutions.

À la suite de la déclaration du Parlement européen du 10 mars 2011 relative à l'instauration de statuts européens pour les mutuelles, les associations et les fondations (P7_TA(2011)0101), statuts réellement nécessaires pour l'émergence d'une vraie société civile européenne, la Commission a présenté une proposition de règlement du Conseil relatif au statut de la fondation européenne. Il faut saluer cette avancée mais d'autres dispositions restent à prendre.

1. La Commission peut-elle indiquer si elle est en train de préparer une proposition de texte législatif relative au statut des associations européennes?

2. Comment la Commission compte-t-elle donner de la consistance à l'article 11 du traité sur l'Union européenne, qui consacre la démocratie participative? Quelles mesures sont en cours de préparation en lien avec cet article?

3. La Commission souhaite-t-elle rédiger un code de conduite ou une charte régissant les relations entre les associations et les institutions européennes sur le modèle de la charte d'engagements réciproques en France ou du Compact au Royaume-Uni?

Réponse donnée par M. Barroso au nom de la Commission

(6 juillet 2012)

1. Une proposition législative sur le statut de l'association européenne adoptée par la Commission a dû être retirée sur le constat d'impossibilité pour le législateur de parvenir à un accord sur un texte. La Commission ne possède pas d'éléments nouveaux susceptible d'indiquer que cette situation ait changé de manière significative entretemps.

2. L'article 11 prévoit les principes à mettre en œuvre par les institutions en ce qui concerne la démocratie participative. Pour sa part la Commission a très largement anticipé dans sa pratique (politique de consultation, normes minimales de consultation, registre de transparence, dialogues structurés, mission spécifique du Bureau des conseillers de politique européenne (BEPA) pour le dialogue avec la société civile et avec les Églises et les communautés de foi et de conviction, etc.). L'initiative citoyenne, qui est le seul instrument législatif prévu par l'article 11 TFUE, est opérationelle depuis avril 2012.

3. La Commission s'efforce d'améliorer constamment la qualité de chacun de ces instruments, soit en tirant les leçons de l'expérience, soit dans le cadre de la révision de ces mécanismes après consultation des parties intéressées (exemple du livre vert sur l'initiative européenne de transparence, consultation préalable à la révision des lignes directrices relatives aux évaluations d'impact, consultation en cours sur le registre de transparence) . La Commission privilégie cette approche spécifique et opérationnelle, instrument par instrument plutôt que la recherche de formules à caractère général telles qu'une charte.

(English version)

Question for written answer E-005223/12

to the Commission

Gilles Pargneaux (S&D)

(23 May 2012)

Subject: Participative democracy in the European Union

Article 11 of the Treaty on European Union, signed in Lisbon, makes participative democracy a tool to reinforce the EU’s democratic legitimacy, as well as a fundamental principle of governance. Dialogue between civil society and the European institutions has therefore become a key tool in the EU policy-making process.

While the principle is now enshrined in the Treaties, it must be admitted that it is still far from being reflected in practice. Dialogue between civil society and the European institutions is chiefly conducted on an ad-hoc basis, and its frequency and effectiveness varies greatly from institution to institution.

Following the European Parliament’s declaration of 10 March 2011 on establishing European statutes for mutual societies, associations and foundations (P7_TA(2011)0101), statutes which are genuinely necessary in order for a real European civil society to emerge, the Commission put forward a proposal for a Council regulation on the Statute for a European Foundation. This development should be welcomed, but there is still much that remains to be done.

1.

Can the Commission say whether it drawing up a proposal for a legislative text on the Statute for European Associations?

2.

How does the Commission intend to flesh out Article 11 of the Treaty on European Union, which makes provisions for participative democracy? What measures are being prepared in connection with this Article?

3.

Does the Commission wish to draft a code of conduct or a charter governing relations between European associations and European institutions, modelled on the Charter of Reciprocal Commitments in France, or the Compact in the United Kingdom?

(Version française)

Réponse donnée par M. Barroso au nom de la Commission

(6 juillet 2012)

1. Une proposition législative sur le statut de l'association européenne adoptée par la Commission a dû être retirée sur le constat d'impossibilité pour le législateur de parvenir à un accord sur un texte. La Commission ne possède pas d'éléments nouveaux susceptible d'indiquer que cette situation ait changé de manière significative entretemps.

2. L'article 11 prévoit les principes à mettre en œuvre par les institutions en ce qui concerne la démocratie participative. Pour sa part la Commission a très largement anticipé dans sa pratique (politique de consultation, normes minimales de consultation, registre de transparence, dialogues structurés, mission spécifique du Bureau des conseillers de politique européenne (BEPA) pour le dialogue avec la société civile et avec les Églises et les communautés de foi et de conviction, etc.). L'initiative citoyenne, qui est le seul instrument législatif prévu par l'article 11 TFUE, est opérationelle depuis avril 2012.

3. La Commission s'efforce d'améliorer constamment la qualité de chacun de ces instruments, soit en tirant les leçons de l'expérience, soit dans le cadre de la révision de ces mécanismes après consultation des parties intéressées (exemple du livre vert sur l'initiative européenne de transparence, consultation préalable à la révision des lignes directrices relatives aux évaluations d'impact, consultation en cours sur le registre de transparence) . La Commission privilégie cette approche spécifique et opérationnelle, instrument par instrument plutôt que la recherche de formules à caractère général telles qu'une charte.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite P-005396/12

à la Commission

Eva Joly (Verts/ALE)

(30 mai 2012)

Objet: DCI

Au considérant 3 de la proposition de règlement du Parlement européen instituant un instrument de financement pour la coopération au développement (COM(2011)0840) censé entrer en vigueur en 2014, la Commission déclare que:

«Le consensus européen pour le développement et les communications de la Commission intitulées “Accroître l'impact de la politique de développement de l'UE: un programme pour le changement” et “La future approche de l'appui budgétaire de l'UE en faveur des pays tiers”, de même que toute communication à venir énonçant les grands principes et orientations de la politique de développement de l'Union, et leurs conclusions ultérieures, définissent le cadre général d'action, les orientations et les grands axes destinés à guider la mise en œuvre du présent règlement» (soulignement ajouté).

La Commission est-elle en mesure d'expliquer:

quel est le rapport, du point de vue juridique, entre le règlement qui doit être adopté selon la procédure législative ordinaire et les communications citées dans la proposition de règlement et qui, selon l'avis de la Commission, «définissent le cadre général d'action»?

si les communications de la Commission sont juridiquement contraignantes et donc à prendre comme une source de droit positif?

quelle est la place exacte des communications de la Commission dans la hiérarchie des actes juridiques de l'Union?

La Commission peut-elle également nous éclairer sur la nature juridique de ses futures communications dans le domaine, et sur la façon dont elles pourraient «énoncer» les grands principes et orientations de la politique de développement de l'Union?

Réponse donnée par M. Barroso au nom de la Commission

(22 juin 2012)

1) Les Communications de la Commission et les Conclusions que le Conseil peut en tirer, ou encore les Résolutions que le Parlement peut adopter sont des documents de nature politique et n'ont pas d'effet juridique obligatoire.

Cependant, ces communications, conclusions ou résolutions fournissent un éclairage interprétatif du sens de la politique de l'Union concernée lorsqu'il s'agit de mettre en œuvre les instruments juridiques et financiers adoptés par le législateur à l'effet d'exécuter ladite politique.

Sans préjudice de la motivation et des dispositions de chaque instrument particulier, ces documents peuvent donc contribuer à éclairer«le cadre général de l'action», tandis que les dispositions spécifiques de chaque instrument vont définir les limites de ce cadre pour cet instrument.

2) Compte tenu de la réponse à la première question, la réponse à la deuxième question est négative.

3) Les Communications de la Commission n'étant pas des actes juridiquement contraignants, n'ont pas de place dans la hiérarchie mentionnée.

(English version)

Question for written answer P-005396/12

to the Commission

Eva Joly (Verts/ALE)

(30 May 2012)

Subject: Development Cooperation Instrument

In Recital 3 of the proposal for a regulation of the European Parliament and of the Council establishing a financing instrument for development cooperation (COM(2011) 840), due to enter into force in 2014, the Commission states that:

‘‘The European Consensus’, of 20 December 2005, the communication of 13 October 2011 ‘Increasing the impact of EU development Policy — An Agenda for Change’ as well as any future communication establishing basic orientations and principles for the Union’s development policy, and any subsequent conclusions or modifications thereto, will provide the general framework, orientations and focus for the implementation of this regulation.’ (emphasis added.)

Can the Commission explain:

The relationship, from a legal perspective, between the regulation that must be adopted under the ordinary legislative procedure and the communications referred to in the proposal for a regulation, which, according to the Commission, ‘provide the general framework’?

2.Whether the Commission’s communications are legally binding and, thus, to be taken as a source of substantive law?

3.The exact place of Commission’s communications in the hierarchy of the Union’s legal acts?

Can the Commission also clarify the legal nature of its future communications in this area and the way in which they could ‘establish’ basic orientations and principles for the Union’s development policy?

(Version française)

Réponse donnée par M. Barroso au nom de la Commission

(22 juin 2012)

1) Les Communications de la Commission et les Conclusions que le Conseil peut en tirer, ou encore les Résolutions que le Parlement peut adopter sont des documents de nature politique et n'ont pas d'effet juridique obligatoire.

Cependant, ces communications, conclusions ou résolutions fournissent un éclairage interprétatif du sens de la politique de l'Union concernée lorsqu'il s'agit de mettre en œuvre les instruments juridiques et financiers adoptés par le législateur à l'effet d'exécuter ladite politique.

Sans préjudice de la motivation et des dispositions de chaque instrument particulier, ces documents peuvent donc contribuer à éclairer«le cadre général de l'action», tandis que les dispositions spécifiques de chaque instrument vont définir les limites de ce cadre pour cet instrument.

2) Compte tenu de la réponse à la première question, la réponse à la deuxième question est négative.

3) Les Communications de la Commission n'étant pas des actes juridiquement contraignants, n'ont pas de place dans la hiérarchie mentionnée.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-005480/12

à la Commission

Christine De Veyrac (PPE)

(31 mai 2012)

Objet: Augmentation des prix de l'énergie pour les ménages

Alors que la question énergétique constitue un enjeu crucial pour le fonctionnement de nos économies et l'avenir de nos sociétés, les dernières informations publiées par Eurostat, le 25 mai 2012, démontrent que les prix de l'énergie ont une nouvelle fois augmenté pour les ménages. Les prix de l'électricité domestique et du gaz ont ainsi respectivement crû de 6.3 % et 12.6 % entre les seconds semestres de 2010 et 2011.

Bien que des disparités existent au sein de l'Union, cette hausse générale constatée dans la quasi-totalité des États membres fait peser des craintes légitimes quant aux pouvoirs d'achat des consommateurs. La Commission reconnaissait d'ailleurs dans sa communication intitulée «Feuille de route pour l'énergie à l'horizon 2050», que les dépenses en énergie risquaient de gagner en importance dans le budget des ménages d'ici à 2030, où elles pourraient représenter jusqu'à 16 % des dépenses totales.

Si l'augmentation des coûts de l'énergie doit permettre une meilleure allocation et utilisation des ressources disponibles, afin d'engager l'Union européenne sur la voie d'un développement durable, elle pourrait aussi pénaliser injustement les citoyens européens, notamment les plus pauvres qui ne peuvent économiser sur ces dépenses contraintes.

En ce sens, la Commission prévoyait dans la communication précitée le recours à «des mesures règlementaires, des normes ou des mécanismes innovants devant permettre de limiter l'augmentation des coûts.» À noter que le recours à une telle approche pour les entreprises a été récemment retenu par la Commission, afin de réduire l'incidence des coûts des émissions indirectes de CO2 pour les activités industrielles les plus vulnérables.

Comment la Commission compte-t-elle concilier la conduite de sa politique volontariste en matière environnementale et énergétique avec la protection du pouvoir d'achat des consommateurs?

Réponse donnée par M. Oettinger au nom de la Commission

(12 juillet 2012)

La Feuille de route pour l'énergie 2050 analyse les voies possibles vers un système énergétique à à faible intensité de carbone qui garantisse également sécurité d'approvisionnement et accès à l'énergie pour les ménages et les entreprises.

Tous les scénarios de décarbonisation indiquent une hausse des prix de l'électricité jusqu'en 2030 mais suivie d'une légère baisse ensuite. Mais cette hausse est déjà visible en grande partie dans le scénario qui projette une poursuite des politiques actuelles car elle est avant tout liée au remplacement des capacités de production viellissantes et à la hausse des prix mondiaux des combustibles fossiles. La Feuille de route montre également que globalement les coûts de transformation du système énergétique dans les scénarios de décarbonisation sont les mêmes qu'en continuant seulement les politiques actuelles.

Face à cette hausse des prix, un bon fonctionnement du marché intérieur et des mesures d'efficacité énergétique peuvent aider à contenir les coûts pour les consommateurs. Par ailleurs les États membres peuvent déjà protéger les consommateurs vulnérables en applicant les dispositions prévues à cet effet dans la législation européenne, telle que les directives sur l'électricité et le gaz. La directive établissant un système d'échange de quotas d'émission permet également aux État membres qui le souhaitent d'avoir recours aux recettes tirées de la mise aux enchères des quotas pour fournir une aide financière aux ménages à revenus faibles et moyens.

(English version)

Question for written answer E-005480/12

to the Commission

Christine De Veyrac (PPE)

(31 May 2012)

Subject: The increase in household energy prices

The energy issue is a critical challenge for the functioning of our economies and the future of our societies. The latest figures published by Eurostat on 25 May 2012 reveal that household energy prices have risen once again. Domestic electricity and gas prices rose by 6.3 % and 12.6 % respectively between the second half of 2010 and the second half of 2011.

Although disparities exist within the EU, this general increase recorded in almost all Member States gives rise to legitimate fears regarding consumer purchasing power. In its ‘Energy Roadmap 2050’ communication, the Commission acknowledges that expenditure on energy is likely to become a more important factor in household expenditure by 2030, possibly rising to up to 16 % of overall expenditure.

Although the aim of increased energy costs is to allow the better allocation and use of available resources in order to put the European Union on a path to sustainable development, these costs could also unfairly penalise European citizens, particularly the poorest, since energy is an unavoidable expense.

With this in mind, the Commission provided, in the above communication, for the use of ‘regulation, standards or innovative mechanisms [which] would reduce costs’. It should be noted that the Commission recently recommended a similar approach for companies in order to reduce indirect CO2 costs for the most vulnerable industrial activities.

How does the Commission intend to reconcile its pursuit of proactive environmental and energy policies with the protection of consumer purchasing power?

(Version française)

Réponse donnée par M. Oettinger au nom de la Commission

(12 juillet 2012)

La Feuille de route pour l'énergie 2050 analyse les voies possibles vers un système énergétique à à faible intensité de carbone qui garantisse également sécurité d'approvisionnement et accès à l'énergie pour les ménages et les entreprises.

Tous les scénarios de décarbonisation indiquent une hausse des prix de l'électricité jusqu'en 2030 mais suivie d'une légère baisse ensuite. Mais cette hausse est déjà visible en grande partie dans le scénario qui projette une poursuite des politiques actuelles car elle est avant tout liée au remplacement des capacités de production viellissantes et à la hausse des prix mondiaux des combustibles fossiles. La Feuille de route montre également que globalement les coûts de transformation du système énergétique dans les scénarios de décarbonisation sont les mêmes qu'en continuant seulement les politiques actuelles.

Face à cette hausse des prix, un bon fonctionnement du marché intérieur et des mesures d'efficacité énergétique peuvent aider à contenir les coûts pour les consommateurs. Par ailleurs les États membres peuvent déjà protéger les consommateurs vulnérables en applicant les dispositions prévues à cet effet dans la législation européenne, telle que les directives sur l'électricité et le gaz. La directive établissant un système d'échange de quotas d'émission permet également aux État membres qui le souhaitent d'avoir recours aux recettes tirées de la mise aux enchères des quotas pour fournir une aide financière aux ménages à revenus faibles et moyens.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-005686/12

à la Commission

Constance Le Grip (PPE)

(6 juin 2012)

Objet: Publication des recommandations de la Commission en langue nationale

Le 30 mai 2012, la Commission européenne a publié ses recommandations par pays pour la croissance, la stabilité et l'emploi. Au moment-même de la publication des documents, ces derniers n'étaient accessibles qu'en une seule langue, l'anglais, et ce quel que soit le pays traité.

Alors que le multilinguisme et l'accès des citoyens aux documents, quels que soient leur langue et leur nationalité, sont des principes inscrits dans les traités fondateurs de l'Union européenne, il est inadmissible que les recommandations pour chaque pays n'aient pas été publiées immédiatement, outre l'anglais, dans la langue nationale du pays concerné. Il est en effet du droit de nos concitoyens d'être rapidement et correctement informés de ces recommandations qui revêtent, dans le contexte actuel, un caractère sensible et une importance capitale.

En conséquence, la Commission peut-elle prendre l'engagement solennel de remédier à ce fâcheux état de fait et de ne pas réitérer un tel unilinguisme, préjudiciable à la bonne information de nos concitoyens et en décalage avec la devise de l'Union européenne «Unie dans la diversité»?

Réponse donnée par M. Barroso au nom de la Commission

(16 juillet 2012)

La Commission européenne est attachée à une politique proactive en faveur du multilinguisme dont un des objectifs est de s'assurer que les citoyens aient accès à la législation, aux procédures et aux informations de l'Union dans leur propre langue. Elle tient à respecter les règles en vigueur en matière d'usage de langues par les institutions de l'Union.

Le 30 mai 2012, elle a publié les recommandations pays en anglais ainsi que dans la langue du pays concerné sur son site internet (www.ec.europa.eu/europe2020) dans les quelques heures qui ont suivi leur adoption par le Collège des Commissaires. Dans les jours qui ont suivi, les recommandations pays ont été publiées dans les 23 langues officielles de l'Union européenne. La Commission veille ainsi au respect du multilinguisme et à l'accès des citoyens aux documents.

(English version)

Question for written answer E-005686/12

to the Commission

Constance Le Grip (PPE)

(6 June 2012)

Subject: Publication of Commission recommendation in national languages

On 30 May 2012, the Commission published its recommendations for each Member State on stability, growth and jobs. When these documents were published they were only available in English, irrespective of the country in question.

Given that multilingualism and free access to documents for citizens, regardless of their nationality and language, are principles enshrined in the EU’s founding treaties, it is unacceptable that the recommendations were not published immediately, not only in English, in the respective national languages of the countries in question. Citizens have the right to timely and accurate information on these recommendations, particularly as they are sensitive and of the utmost importance in the current political and economic context.

Can the Commission give a solemn undertaking to remedy this deplorable situation and ensure that this single language approach is not repeated? It is both detrimental to the provision of information to our fellow citizens and incompatible with the EU motto ‘Unity in diversity’?

(Version française)

Réponse donnée par M. Barroso au nom de la Commission

(16 juillet 2012)

La Commission européenne est attachée à une politique proactive en faveur du multilinguisme dont un des objectifs est de s'assurer que les citoyens aient accès à la législation, aux procédures et aux informations de l'Union dans leur propre langue. Elle tient à respecter les règles en vigueur en matière d'usage de langues par les institutions de l'Union.

Le 30 mai 2012, elle a publié les recommandations pays en anglais ainsi que dans la langue du pays concerné sur son site internet (www.ec.europa.eu/europe2020) dans les quelques heures qui ont suivi leur adoption par le Collège des Commissaires. Dans les jours qui ont suivi, les recommandations pays ont été publiées dans les 23 langues officielles de l'Union européenne. La Commission veille ainsi au respect du multilinguisme et à l'accès des citoyens aux documents.

(Versión española)

Pregunta con solicitud de respuesta escrita E-005870/12

a la Comisión

Ana Miranda (Verts/ALE)

(12 de junio de 2012)

Asunto: Infracción de las normas comunitarias en la exención del pago del IBI (Impuesto sobre Bienes Inmuebles) a la Iglesia en el Estado Español

El impuesto sobre bienes inmuebles es una de las principales fuentes de financiación directa de las administraciones locales. En el actual contexto de crisis económica, la capacidad de los ayuntamientos para hacer frente a sus obligaciones se ha visto reducida hasta tal punto que algunos municipios tienen dificultades para pagar sus gastos corrientes y salarios. En Galicia, por ejemplo, la Iglesia posee 7 691 inmuebles (datos de 2010) con un valor catastral de 426 millones de euros. Solo en la ciudad de Santiago de Compostela posee más de 200 propiedades, la mayor parte de ellas de uso no religioso, que no pagan impuestos.

En el Estado Español, la Iglesia Católica está exenta del pago del IBI. El Tratado de Funcionamiento de la Unión Europea (TFUE) establece en su artículo 107 los supuestos en los que se permiten ayudas de los Estados miembros en el marco del mercado interior. La legislación europea no contempla como uno de los supuestos la ayuda a organizaciones religiosas o culturales para actividades distintas de su objetivo principal.

Asimismo, esta situación incumple el artículo 351 del TFUE, que establece que las disposiciones de los Tratados no afectan a los derechos y obligaciones que resulten de convenios celebrados con anterioridad al 1 de enero de 1958, de modo que, en la medida en que tales convenios incumplan la normativa europea, los Estados miembros, a instancias de la Comisión, deberían recurrir a todos los medios apropiados para eliminar las incompatibilidades que se hayan observado.

1. ¿Instará la Comisión a la renegociación de los acuerdos entre el Estado Español y la Santa Sede, como sucedió en otros Estados miembros, como Italia?

2. ¿Considera la Comisión que la exención del IBI es un caso de ayuda estatal incompatible con el artículo 107 del TFUE? En dicho caso, ¿entiende que debe aplicarse el artículo 351 del TFUE?

Respuesta del Sr. Almunia en nombre de la Comisión

(19 de julio de 2012)

La Comisión desea recordar a Su Señoría que las normas de competencia se aplican únicamente a las empresas. Una empresa se define como una entidad dedicada a una actividad económica, independientemente de su estatuto jurídico o de si busca obtener beneficios o no. Sin embargo, si la entidad en cuestión no desarrolla ninguna actividad económica, las normas sobre ayudas estatales no son aplicables.

Por otro lado, aunque conforme al párrafo primero del artículo 351 del TFUE los derechos derivados para la Santa Sede de un acuerdo celebrado con un Estado miembro antes de la fecha de su adhesión no se ven afectados por las disposiciones de los Tratados, el párrafo segundo de este artículo exige que el Estado miembro en cuestión adopte todas las medidas necesarias para eliminar las incompatibilidades entre dichos acuerdos y la legislación de la UE.

No obstante, por lo que se refiere a la exención del IBI en favor de la Iglesia Católica en España, como ya se indicó en la respuesta de la Comisión a la pregunta escrita P-005490/2012 (89), en la fase actual, la Comisión considera que esta exención fiscal no parece plantear problemas específicos, ya que no entra en el ámbito de aplicación de las normas sobre ayudas estatales.

(English version)

Question for written answer E-005870/12

to the Commission

Ana Miranda (Verts/ALE)

(12 June 2012)

Subject: Property tax exemption for the Catholic Church: Spain's failure to comply with Community law

Property tax (known as IBI in Spain) is one of the main sources of direct funding for local authorities. In the current economic crisis, municipal authorities are struggling to meet their obligations, and some authorities are finding it difficult to pay running costs and salaries. In Galicia, for example, the Church owns 7 691 properties (data from 2010) valued at EUR 426 million. There are more than 200 untaxed properties in the city of Santiago de Compostela alone, most of which are not used for religious purposes.

In Spain, the Catholic Church is exempt from the IBI property tax. Article 107 of the Treaty on the Functioning of the European Union (TFEU) lists the cases in which Member state aid is permitted in the context of the single market. Aid for religious or cultural organisations for activities other than those connected with their main purpose does not qualify as such a case under European law.

Similarly, this situation is not compatible with Article 351 TFEU, which stipulates that the provisions of the Treaty affect agreements concluded from 1 January 1958 onwards and that, where such agreements are not compatible with European law, the Member States must, at the prompting of the Commission, take all appropriate steps to eliminate the incompatibilities established.

1. Will the Commission call for the agreements between Spain and the Holy See (dating from 1979) to be renegotiated, as has taken place in other Member States, such as Italy?

2. Does the Commission believe that property tax exemption constitutes a case of state aid that is incompatible with Article 107 TFEU? If so, does it take the view that Article 351 TFEU applies?

Answer given by Mr Almunia on behalf of the Commission

(19 July 2012)

The Commission reminds the Honourable Member that competition rules apply only to undertakings. An undertaking is defined as an entity engaged in an economic activity, regardless of its legal status or whether it seeks to make profit or not. However, if the entity concerned does not carry out any economic activity, State aid rules do not apply.

Further, even if under Article 351, first subparagraph, TFEU any rights arising for the Holy See from an agreement concluded with a Member State before the date of that Member State's accession are not affected by the provisions of the Treaties, the second subparagraph of this Article requires the Member State concerned to take all appropriate steps to eliminate the incompatibilities between such agreement and EC law.

Nonetheless, as regards the IBI exemption in favour of the Catholic Church in Spain, as already indicated in the Commission's reply to Written Question P‐005490/2012 (90), at this stage the Commission considers that this tax exemption does not seem to raise specific concerns, as it would not fall under the scope of state aid rules.

(Versión española)

Pregunta con solicitud de respuesta escrita E-005871/12

a la Comisión

Ana Miranda (Verts/ALE)

(12 de junio de 2012)

Asunto: Fraude de las acciones preferentes

Las participaciones preferentes forman parte de los productos financieros distribuidos por los bancos en España. La Comisión Nacional del Mercado de Valores (CNMV) en España ha reconocido en diferentes documentos oficiales la complejidad de estas participaciones y sus limitaciones en concepto de liquidez y rentabilidad. Además, se trata de participaciones perpetuas que se compran y venden en el mercado secundario, de modo que se recomienda a sus titulares contar con ciertos conocimientos financieros antes de comprarlas.

El Novagalicia Banco es una de las entidades financieras que ha emitido participaciones preferentes. En la crisis económica actual, numerosas entidades financieras se están sometiendo a reestructuraciones, incluido el Novagalicia Banco. Ante esta situación, muchos clientes de Novagalicia Banco intentaron retirar el dinero de sus depósitos, pero sus bancos les informaron de que era imposible y de que habían suscrito participaciones preferentes. Entre las personas afectadas por esta estafa se encuentran niños con cuentas de ahorro infantiles, personas analfabetas y ciegas, así como un gran número de jubilados que no poseen los conocimientos necesarios para suscribir este tipo de producto financiero. El resultado es que los ahorradores no pueden recuperar su dinero, e incluso se han producido casos en que se han falsificado firmas o no se ha informado a los clientes de los costes cuando transfirieron sus ahorros a un producto financiero cuya liquidez es dudosa. También existen pruebas de que Novagalicia Banco ordenó a su personal colocar participaciones preferentes a los clientes, lo que produjo publicidad engañosa del tipo de producto que estaban ofreciendo.

1. ¿Puede aclarar la Comisión si la comercialización de participaciones preferentes vulneró la legislación del Estado miembro, de conformidad con las disposiciones de la Directiva 2004/39/CE relativa a los mercados de instrumentos financieros?

2. ¿Qué medidas tomará la Comisión para garantizar que los afectados puedan recuperar sus depósitos después de la mala práctica profesional de las entidades financieras?

3. ¿Qué opina la Comisión de que Novagalicia Banco y otras entidades financieras estén recibiendo grandes sumas de dinero en concepto de ayuda pública y que, sin embargo, no garanticen que sus clientes puedan recuperar sus ahorros?

Respuesta del Sr. Barnier en nombre de la Comisión

(6 de agosto de 2012)

La Directiva 2004/39/CE regula la prestación de servicios de inversión por parte de las empresas de inversión y las entidades de crédito, tales como las participaciones preferentes (91). El artículo 19 establece las normas de conducta para la prestación de servicios de inversión a clientes. Por ejemplo, las empresas de inversión están obligadas a facilitar a los clientes información sobre la empresa y los servicios que ofrece, los instrumentos financieros y las estrategias de inversión, incluidas las orientaciones y advertencias apropiadas acerca de los riesgos asociados a las inversiones en esos instrumentos, de modo que les permita, en lo posible, comprender la naturaleza y los riesgos del servicio de inversión y del tipo específico de instrumento financiero (92).

En lo que se refiere a las preguntas 1 y 2, la cuestión de si la venta de participaciones preferentes por entidades de crédito específicas podría incumplir este marco se incluye dentro de la competencia principal de las autoridades y los tribunales nacionales competentes: a ellos corresponde investigar si las empresas de inversión cumplen el requisito de ejercer sus funciones de forma adecuada y con honestidad y profesionalidad en relación con sus clientes y, llegado el caso, decidir las vías de recurso abiertas a los inversores afectados. No obstante, la Comisión está en contacto con las autoridades españolas para recabar mayor información sobre la venta de participaciones preferentes por parte de los bancos a sus clientes en España.

En cuanto a la tercera pregunta, la Comisión ha pedido a los bancos que están siendo reestructurados que reduzcan el coste para el Estado al mínimo necesario y que garanticen un adecuado reparto de las cargas de forma tal que se asegure que los costes de la reestructuración no recaigan exclusivamente sobre el contribuyente, sino también sobre los accionistas de la entidad que necesite la ayuda del Estado.

(English version)

Question for written answer E-005871/12

to the Commission

Ana Miranda (Verts/ALE)

(12 June 2012)

Subject: Fraud involving preference shares

Preference shares are among the financial products distributed by banks in Spain. The Spanish National Securities Market Commission (CNMV) has recognised the complexity of these shares and their limitations in terms of liquidity and profitability in a number of official documents. Moreover, these are perpetual shares that are traded on the secondary market, and it is therefore recommended that their holders should have some financial knowledge before purchasing them.

The NovaGalicia Bank is among the financial institutions that have issued preference shares. In the current economic crisis, many financial institutions are undergoing restructuring, including the NovaGalicia Bank. Faced with this situation, a number of the NovaGalicia Bank's customers attempted to withdraw money from their deposits but were informed by their bank agencies that this was impossible and that they had subscribed to preference shares. The people affected by this scam include children with youth savings accounts, illiterate people and blind people, as well as a large number of retired people who do not have the necessary knowledge to subscribe to this type of financial product. The result is that savers cannot withdraw their money, and there have even been cases where signatures have been forged or customers have not been informed of the costs involved when they transferred their savings to a financial product whose liquidity is open to doubt. There is also evidence that the NovaGalicia Bank instructed its staff to place preference shares with customers, producing misleading advertisements on the type of product they were offering.

1. Can the Commission clarify whether the marketing of preference shares was in breach of the Member State's legislation, in accordance with the provisions of Directive 2004/39/EC on markets in financial instruments?

2. What steps will the Commission take to guarantee that those affected can recover all of their deposits following malpractice on the part of financial institutions?

3. How does the Commission view the fact that the NovaGalicia Bank and other financial institutions are receiving large sums in public aid but do not guarantee that their customers are able to withdraw their savings?

Answer given by Mr Barnier on behalf of the Commission

(6 August 2012)

Directive 2004/39/EC regulates the provision of investment services by investment firms and credit institutions in relation to financial instruments, such as preference shares (93). Article 19 contains the conduct of business obligations to be complied with when providing investment services to clients. For instance, investment firms have to provide clients with information about the firm and its services, the financial instruments and investment strategies, including appropriate guidance and warnings on the risks associated with investments in those instruments, so that clients are reasonably able to understand the nature and risks of the service and of the financial instrument (94).

Concerning questions 1 and 2, the issue whether the sale by specific credit institutions of preference shares might not comply with this framework falls under the primary competence of national competent authorities and courts: it is their competence to investigate if investment firms comply with the requirement to exercise their functions soundly, honestly and professionally in relation to their clients and possibly decide the remedies available to affected investors. The Commission is nevertheless in contact with the Spanish authorities to obtain more information on the sale of preference shares from banks to their clients in Spain.

As for question 3, the Commission has required from banks under restructuring to reduce the cost to the State to the minimum necessary and ensure appropriate burden sharing, thereby ensuring that the restructuring costs are not only borne by the tax payer but also the shareholders of the institution in need of state aid.

(Versión española)

Pregunta con solicitud de respuesta escrita E-005872/12

a la Comisión

Ana Miranda (Verts/ALE)

(12 de junio de 2012)

Asunto: Fraude de las participaciones preferentes

Las participaciones preferentes forman parte de los productos financieros distribuidos por los bancos en España. La Comisión Nacional del Mercado de Valores (CNMV) en España ha reconocido en diferentes documentos oficiales la complejidad de estas participaciones y sus limitaciones en concepto de liquidez y rentabilidad. Además, se trata de participaciones perpetuas que se compran y venden en el mercado secundario, de modo que se recomienda a sus titulares contar con ciertos conocimientos financieros antes de comprarlas.

El Novagalicia Banco es una de las entidades financieras que ha emitido participaciones preferentes. En la crisis económica actual, numerosas entidades financieras se están sometiendo a reestructuraciones, incluido el Novagalicia Banco. Ante esta situación, muchos clientes de Novagalicia Banco intentaron retirar el dinero de sus depósitos, pero sus bancos les informaron de que era imposible y de que habían suscrito participaciones preferentes. Entre las personas afectadas por esta estafa se encuentran niños con cuentas de ahorro infantiles, personas analfabetas y ciegas, así como un gran número de jubilados que no poseen los conocimientos necesarios para suscribir este tipo de producto financiero. El resultado es que los ahorradores no pueden recuperar su dinero, e incluso se han producido casos en que se han falsificado firmas o no se ha informado a los clientes de los costes cuando transfirieron sus ahorros a un producto financiero cuya liquidez es dudosa. También existen pruebas de que Novagalicia Banco ordenó a su personal colocar participaciones preferentes a los clientes, lo que produjo publicidad engañosa del tipo de producto que estaban ofreciendo.

1. ¿Cómo puede ser posible que España haya podido rescatar a Bankia, con una aportación de aproximadamente 20 000 millones de euros, y no sea capaz de encontrar una solución al problema de las participaciones preferentes?

2. ¿Cree la Comisión que los controles del Banco Central Europeo, del Banco de España y de la Comisión Nacional del Mercado de Valores han fracasado en relación con la compra de productos financieros cuya liquidez es dudosa?

3. Una de las soluciones que se están considerando es recurrir a un procedimiento de arbitraje. ¿Qué implicaría este procedimiento?

4. ¿Cree la Comisión que estos métodos de comercialización han infringido las leyes de protección de los consumidores vigentes en la UE?

Respuesta del Sr. Barnier en nombre de la Comisión

(6 de agosto de 2012)

La Directiva 2004/39/CE regula la prestación de servicios de inversión por parte de las empresas de inversión y las entidades de crédito, incluidas las participaciones preferentes. El artículo 19 contiene las normas de conducta para la prestación de servicios de inversión a clientes. Las empresas de inversión están obligadas a facilitar a los clientes información sobre los instrumentos financieros que ofrecen, incluidas las orientaciones y advertencias apropiadas acerca de los riesgos asociados a las inversiones en esos instrumentos, de modo que les permita, en lo posible, comprender la naturaleza y los riesgos del servicio de inversión y del tipo específico de instrumento financiero (95).

La Comisión es responsable de supervisar la correcta transposición y aplicación de la legislación de la UE por parte de los Estados miembros. No obstante, las autoridades y los tribunales nacionales tienen como competencia principal garantizar que las empresas de inversión y los bancos cumplan los requisitos que obligan a éstos a ejercer sus funciones de forma adecuada y con honestidad y profesionalidad en relación con sus clientes y decidir las vías de recurso abiertas a los inversores afectados.

La Comisión está en contacto con las autoridades españolas para obtener mayor información sobre la venta de participaciones preferentes, así como sobre las iniciativas de supervisión tomadas para verificar el cumplimiento de los requisitos de la MiFID en las situaciones anteriormente mencionadas.

En lo que se refiere a los mecanismos extrajudiciales de resolución de conflictos, corresponde a los Estados miembros crear y organizar los procedimientos adecuados. La MiFID (96) alienta a los Estados miembros a establecer procedimientos eficaces y efectivos de resolución extrajudicial de litigios en materia de consumo. Estas normas se han visto reforzadas en la propuesta de revisión de la MiFID de octubre de 2011 (97). La propuesta de Directiva relativa a la resolución alternativa de litigios (RAL) (98) refuerza asimismo los derechos de los consumidores a someter sus reclamaciones a entidades de RAL.

(English version)

Question for written answer E-005872/12

to the Commission

Ana Miranda (Verts/ALE)

(12 June 2012)

Subject: Fraud involving preference shares

Preference shares are among the financial products distributed by banks in Spain. The Spanish National Securities Market Commission (CNMV) has recognised the complexity of these shares and their limitations in terms of liquidity and profitability in a number of official documents. Moreover, these are perpetual shares that are traded on the secondary market, and it is therefore recommended that their holders should have some financial knowledge before purchasing them.

The NovaGalicia Bank is among the financial institutions that have issued preference shares. In the current economic crisis, many financial institutions are undergoing restructuring, including the NovaGalicia Bank. Faced with this situation, a number of the NovaGalicia Bank's customers attempted to withdraw money from their deposits but were informed by their bank agencies that this was impossible and that they had subscribed to preference shares. The people affected by this scam include children with youth savings accounts, illiterate people and blind people, as well as a large number of retired people who do not have the necessary knowledge to subscribe to this type of financial product. The result is that savers cannot withdraw their money, and there have even been cases where signatures have been forged or customers have not been informed of the costs involved when they transferred their savings to a financial product whose liquidity is open to doubt. There is also evidence that the NovaGalicia Bank instructed its staff to place preference shares with customers, producing misleading advertisements on the type of product they were offering.

1. How can it be possible that Spain has been able to rescue Bankia, with a contribution of around EUR 20 billion, but has been incapable of finding a solution to the problem of preference shares?

2. Does the Commission believe that controls by the European Central Bank, the Bank of Spain and the Spanish National Securities Market Commission have failed in relation to the purchasing of financial products whose liquidity is open to doubt?

3. One of the solutions being considered is the introduction of an arbitration procedure. What would this procedure involve?

4. Does the Commission believe that these marketing methods were in breach of the consumer protection rules in force in the EU?

Answer given by Mr Barnier on behalf of the Commission

(6 August 2012)

Directive 2004/39/EC regulates the provision of investment services by investment firms and credit institutions in relation to financial instruments, including preference shares. Article 19 contains the conduct of business obligations to be complied with when providing investment services to clients. Investment firms have to provide information about the financial instruments they provide, including appropriate guidance and warnings on the risks associated with investments in those instruments, so that clients are reasonably able to understand the nature and risks of the service and of the financial instrument (99).

The Commission is responsible for the monitoring of Member States' correct transposition and application of EC law. However, it is the primary competence of national authorities and courts to ensure that investment firms and banks comply with the requirement obliging them to exercise their functions soundly, honestly and professionally in relation to their clients and decide the remedies available to affected investors.

The Commission is in contact with the Spanish authorities to obtain more information on the sale of preference shares as well as on any supervisory initiative taken to verify compliance with the MiFID requirements in the situations mentioned above.

As far as out-of-court settlement mechanisms are concerned, it is the prerogative of Member States to set up and organise appropriate procedures. MiFID (100) encourages Member States to set up efficient and effective procedures for out-of-court settlement of consumer disputes. These rules have been reinforced in the MiFID review proposal from October 2011 (101). The proposed directive on alternative dispute resolution (ADR) (102) also strengthens consumers' rights to submit disputes to ADR entities.

(Versión española)

Pregunta con solicitud de respuesta escrita E-006057/12

a la Comisión

Ana Miranda (Verts/ALE)

(19 de junio de 2012)

Asunto: Proyecto de mina de oro en Corcoesto (Galicia, España)

La Xunta de Galicia aprobó una ley reguladora de la política industrial de Galicia con el fin de incrementar la inversión en el sector industrial gallego. Entre otros objetivos, se crea la figura de los proyectos industriales estratégicos, esto es, propuestas para la inversión en instalaciones industriales que, previsiblemente, tendrán como resultado una expansión significativa del entramado industrial gallego. Para la consecución de este objetivo, se requieren una serie de condiciones. Por una parte, deben crearse al menos 250 puestos de trabajo y, por otra, debe haber una sociedad empresarial (incluidas las sociedades en comandita) que asuma dicha inversión.

Basándose en esta legislación, una empresa canadiense propuso crear una mina de oro a cielo abierto en la localidad de Corcoesto, en la provincia de A Coruña. El impacto medioambiental de la obra es indudable, ya que la extracción de unos 30 000 kilos de oro supondrá unos 6 000 000 de toneladas de residuos. Se ha organizado un colectivo vecinal contra la instalación de la mina, cuya vida productiva estima en diez años. La propia empresa promotora reconoce una perspectiva de explotación de 20 años.

Asimismo, los métodos de explotación podrían afectar seriamente a la naturaleza, en particular, a las aguas de dicho entorno natural, ya que se trata de una actividad minera con cianuro. En la Resolución del Parlamento Europeo, de 5 de mayo de 2010, sobre la prohibición general del uso de las tecnologías mineras a base de cianuro en la Unión Europea, se pedía el cese de este tipo de actividades para antes de finales de 2011. La plataforma ciudadana contra la creación de la mina denuncia, además, que no se han respetado los procedimientos correctos de información pública, ni tampoco se ofrece ninguna garantía económica o compromiso como contrapartida por el impacto derivado de la actividad de la mina.

1. ¿Dispone la Comisión de información sobre esta situación?

2. ¿Considera la Comisión que este proyecto cumple la normativa comunitaria, cuando se trata de tecnologías mineras a base de cianuro?

3. ¿Qué medidas piensa adoptar la Comisión para garantizar que la instalación de esta mina de oro respete el procedimiento de información pública y la exigencia de transparencia que impone la normativa de la UE?

Respuesta del Sr. Potočnik en nombre de la Comisión

(31 de julio de 2012)

1.

La Comisión no ha sido informada oficialmente de este proyecto.

2.

La utilización de cianuro en la extracción de oro no es contraria a la legislación europea. Existe un amplio conjunto de normas para garantizar una minería segura en la Unión Europea, tales como la Directiva sobre la evaluación del impacto ambiental

2.

La utilización de cianuro en la extracción de oro no es contraria a la legislación europea. Existe un amplio conjunto de normas para garantizar una minería segura en la Unión Europea, tales como la Directiva sobre la evaluación del impacto ambiental

 (103), la Directiva de evaluación medioambiental estratégica (104) y la Directiva sobre residuos de la minería (105). La Directiva sobre residuos de la minería incluye exigencias para garantizar la seguridad de las instalaciones de residuos de la minería, y, en particular, unos límites máximos estrictos para las concentraciones de cianuro. España ha catalogado el cianuro como contaminante específico conforme a la Directiva Marco sobre el Agua (106) y ha establecido una norma de calidad medioambiental en relación con el mismo para las aguas superficiales. El incumplimiento de esta norma se debe notificar en los planes hidrológicos de cuenca.

3.

La Directiva sobre residuos de la minería y la Directiva Marco sobre el Agua incluyen claras exigencias en materia de participación pública y transparencia. Como garante del Tratado, la Comisión garantizará el pleno cumplimiento de las exigencias de la legislación europea vigente.

(English version)

Question for written answer E-006057/12

to the Commission

Ana Miranda (Verts/ALE)

(19 June 2012)

Subject: Planned gold mine in Corcoesto (Galicia)

The Galician government has adopted a law regulating industrial policy in Galicia with the aim of boosting investment in Galicia's industrial fabric. Its objectives include the development of strategic industrial projects involving proposed investments in industrial plants that are expected to result in a significant expansion of Galicia's industrial fabric. A series of conditions are laid down. Projects must lead to the creation of at least 250 jobs, and proposals must be backed by an undertaking (including partnerships) which will make the required investment.

Under this legislation, a Canadian company has proposed to open an open-cast gold mine in the district of Corcoesto (A Corunha). The environmental impact of this project is beyond doubt, since the extraction of 30 000 kg of gold will produce 6 million tonnes of waste. A residents' association set up to oppose the project estimates that the mine will be operational for 10 years. The company itself envisages a 20-year lifespan.

Moreover, the mining methods used may have a serious impact on the natural environment, in particular water, since they involve a cyanide-based extraction process. The European Parliament resolution of 5 May 2010 on a general ban on the use of cyanide mining technologies in the European Union called for these methods to be banned by the end of 2011. The citizens' action group against the mine has also complained that the correct procedures for informing the public were not complied with and that no economic guarantee or commitment has been given to offset the inevitable impact that the mine will have.

1. Is the Commission aware of this situation?

2. Given that it involves a cyanide-based extraction process, does the Commission believe that this project complies with Community regulations?

3. What steps will the Commission take to ensure that this goldmine project complies with the procedures guaranteeing public information and transparency that are required under Community regulations?

Answer given by Mr Potočnik on behalf of the Commission

(31 July 2012)

1.

The Commission has not been officially informed of this project.

2.

The use of cyanide for gold extraction does not contravene European legislation. There is a comprehensive set of rules in place to ensure safe mining in the European Union, including Directives on Environmental Impact Assessment

2.

The use of cyanide for gold extraction does not contravene European legislation. There is a comprehensive set of rules in place to ensure safe mining in the European Union, including Directives on Environmental Impact Assessment

 (107), on Strategic Environmental Assessment (108) and on Mining Waste (109). The Mining Waste Directive includes requirements to ensure the safety of mining waste facilities, including strict limit values for cyanide concentrations. Spain has also identified cyanide as a specific pollutant under the Water Framework Directive (110) and set an environmental quality standard for it in surface waters. Non-compliance with this standard would have to be reported in its river basin management plans.

3.

The Mining Waste and the Water Framework Directives include clear requirements in terms of public participation and transparency. As Guardian of the Treaty, the Commission will ensure that all the requirements of the existing European legislation are fully respected.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-006064/12

à la Commission

Christine De Veyrac (PPE)

(19 juin 2012)

Objet: Intelligibilité et clarté du droit européen

Alors que l'inflation normative à l'œuvre au niveau de l'Union et des États membres, et l'intégration croissante des réglementations européennes dans les corpus juridiques nationaux, ont renforcé la complexité du droit, le besoin de sécurité juridique s'est accru ces dernières années pour les citoyens européens.

Ces citoyens devraient en effet être en mesure de connaître facilement les droits et les devoirs qui y sont attachés dans les différentes situations de la vie courante.

Si les efforts d'information et de communication nécessaires ont déjà été entrepris en ce sens par les institutions européennes, le principe de sécurité juridique implique également le droit pour nos citoyens à des normes de qualité, qui exigent à la fois une plus grande clarté et une meilleure intelligibilité des règles de droit.

Compte tenu de l'importance majeure du droit européen dans la vie quotidienne de nos concitoyens, les institutions de l'Union européenne ne sauraient donc se dispenser d'effectuer des efforts en vue de l'élaboration de normes claires et intelligibles, qui soient, dans la mesure du possible, les plus simples et concises possibles.

1. La Commission dispose-t-elle d'indicateurs fiables permettant d'évaluer la qualité de la réglementation communautaire et son intelligibilité pour les citoyens?

2. Quelles initiatives compte-t-elle prendre pour simplifier la législation existante?

3. Dans quelle mesure les exigences de clarté et de concision sont-elles prises en compte à chaque étape de l'élaboration du droit européen? Des améliorations au niveau de chaque institution ne pourraient-elles pas être envisagées en vue d'éviter le développement de textes réglementaires où les éléments à faible valeur juridique (tels que les considérants) ont tendance à prendre le pas sur le corps même des règlements et des directives?

Réponse donnée par M. Barroso au nom de la Commission

(25 juillet 2012)

L'intelligibilité du droit de l'Union est une condition essentielle de son application. Les citoyens et les entreprises de l'Union ont droit à un environnement réglementaire clair et à une sécurité juridique maximale.

La Commission n'a pas ménagé ses efforts de simplification depuis sa première communication sur le sujet en 1998. Depuis, plus de 600 textes ont été simplifiés ou abrogés par un effort considérable de codification et de refonte.

Les nouvelles initiatives réglementaires importantes sont précédées d'une analyse d'impact et d'une consultation des parties intéressées. Les principales réglementations sont à présent soumises à une évaluation «ex-post», au cours de laquelle l'utilité, l'efficacité, l'efficience, la cohérence et la valeur ajoutée de la réglementation sont mesurées.

Il appartient aux institutions de l'Union de prendre en compte les exigences de clarté et de concision à chaque stade de l'élaboration des actes. La Commission veille à ce que les droits et les obligations créés par les actes qu'elle adopte et par ses propositions d'actes législatifs soient exposés de manière aussi simple que possible, afin d'en faciliter la compréhension, l'application et la mise en œuvre. Cependant, la variété des sujets abordés par la réglementation européenne et la diversité des approches ne se prêtent pas à l'application d'un indicateur pour mesurer la clarté des textes.

Les textes de la réglementation de l'Union sont mis à la disposition des citoyens gratuitement sur le site EUR-Lex.

(English version)

Question for written answer E-006064/12

to the Commission

Christine De Veyrac (PPE)

(19 June 2012)

Subject: Intelligibility and clarity of European law

As the complexity of the law has increased, as a result of legislative inflation at EU and Member State level and the transposition of more and more EU provisions into national law, so, in recent years, has the need for legal certainty for EU citizens.

Ordinary people should be able easily to understand the laws, and the obligations they impose, which affect every aspect of their daily lives.

Although the EU institutions have already taken steps to raise awareness of new laws and provide the information needed to ensure that they are properly understood, the principle of legal certainty also incorporates the right to be governed by properly drafted laws, which in turn implies that those laws should be clearer and more intelligible.

Given the significant impact which EC law has on the daily lives of ordinary people, the institutions must continue to make every effort to draw up clear and intelligible legal provisions which are as simple and concise as possible.

1.

Can the Commission draw on reliable indicators which can be used to assess the quality of EC laws and the degree to which they are intelligible to ordinary members of the public?

2.

What measures does it plan to take to simplify existing laws?

3.

To what extent is the need for clarity and conciseness taken into account at each stage of the EC lawmaking process? Could each institution consider making improvements in the way legislative texts are drafted in order to counter the trend whereby the parts of texts which have little or no legal force (such as the recitals) are coming to overshadow the operative provisions of regulations or directives?

(Version française)

Réponse donnée par M. Barroso au nom de la Commission

(25 juillet 2012)

L'intelligibilité du droit de l'Union est une condition essentielle de son application. Les citoyens et les entreprises de l'Union ont droit à un environnement réglementaire clair et à une sécurité juridique maximale.

La Commission n'a pas ménagé ses efforts de simplification depuis sa première communication sur le sujet en 1998. Depuis, plus de 600 textes ont été simplifiés ou abrogés par un effort considérable de codification et de refonte.

Les nouvelles initiatives réglementaires importantes sont précédées d'une analyse d'impact et d'une consultation des parties intéressées. Les principales réglementations sont à présent soumises à une évaluation «ex-post», au cours de laquelle l'utilité, l'efficacité, l'efficience, la cohérence et la valeur ajoutée de la réglementation sont mesurées.

Il appartient aux institutions de l'Union de prendre en compte les exigences de clarté et de concision à chaque stade de l'élaboration des actes. La Commission veille à ce que les droits et les obligations créés par les actes qu'elle adopte et par ses propositions d'actes législatifs soient exposés de manière aussi simple que possible, afin d'en faciliter la compréhension, l'application et la mise en œuvre. Cependant, la variété des sujets abordés par la réglementation européenne et la diversité des approches ne se prêtent pas à l'application d'un indicateur pour mesurer la clarté des textes.

Les textes de la réglementation de l'Union sont mis à la disposition des citoyens gratuitement sur le site EUR-Lex.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-006350/12

à la Commission

Gilles Pargneaux (S&D)

(26 juin 2012)

Objet: Nouvelle directive sur l'organisation du travail dans les ports

À l'occasion d'une conférence sur les ports maritimes le 11 mai 2012 à Sopot en Pologne, vous avez indiqué vouloir vous pencher sur les relations entre les autorités portuaires et les fournisseurs de services dans les ports. Vous avez également souligné que vos services travaillaient à l'élaboration de propositions législatives pour le printemps 2013.

Face aux inquiétudes exprimées par les dockers européens, pouvez-vous me préciser quel sera le contenu de ces propositions législatives?

Ces dernières tenteront-elles une fois encore de libéraliser l'activité portuaire en Europe?

Réponse donnée par M.Kallas au nom de la Commission

(31 juillet 2012)

Au cours de la conférence sur les ports maritimes à Sopot, le Vice-président de la Commission responsable pour le transport a fait référence, dans son discours, à la révision en cours de la politique portuaire européenne ainsi qu'aux priorités de la Commission à cet égard. Le discours et le communiqué officiel («Importance des ports pour la reprise économique et l'emploi») sont disponibles sur le site web de la Commission.

La nécessité ou non d'envisager des propositions législatives et, le cas échéant, le contenu de celles-ci, seront décidés en 2013, à la lumière des résultats d'une analyse d'impact approfondie. Dans le cadre de cette analyse, la Commission a engagé une consultation ciblée, invitant toutes les parties prenantes, y compris les dockers, à contribuer. Une conférence sur l'avenir des ports européens aura lieu à Bruxelles les 25 et 26 septembre 2012.

Pour ce qui concerne le travail dans les ports, la Commission considère qu'un dialogue entre les parties prenantes y compris les partenaires sociaux, peut grandement contribuer à une meilleure compréhension et à une bonne gestion du changement, de la modernisation, des conditions de travail et de la création d'emplois plus nombreux et de meilleure qualité. La Commission encourage, en particulier, l'émergence d'un dialogue social européen et l'établissement, pour le secteur portuaire, d'un comité de dialogue social sectoriel au sens de la Décision de la Commission 98/500/CE. Elle a pris note de la demande de création d'un tel comité qui lui a été présentée conjointement par les organisations européennes d'employeurs et de travailleurs du secteur. Elle a demandé à ces organisations les informations nécessaires à l'analyse de cette demande au regard des critéres établis par cette Décision. Le lancement d'un comité de dialogue social européen pour le secteur des ports ne pourra intervenir qu'à l'issue de cette procédure.

(English version)

Question for written answer E-006350/12

to the Commission

Gilles Pargneaux (S&D)

(26 June 2012)

Subject: New directive on labour organisation in ports

At a sea ports conference in Sopot, Poland, on 11 May 2012, the Commission stated its intention of considering relations between port authorities and service providers in ports. The Commission also said that it was drafting legislative proposals, which should be ready in spring 2013.

Given the concerns expressed by European dockers, can the Commission please explain what these legislative proposals will be about?

Will they attempt once again to liberalise port operations in Europe?

(Version française)

Réponse donnée par M.Kallas au nom de la Commission

(31 juillet 2012)

Au cours de la conférence sur les ports maritimes à Sopot, le Vice-président de la Commission responsable pour le transport a fait référence, dans son discours, à la révision en cours de la politique portuaire européenne ainsi qu'aux priorités de la Commission à cet égard. Le discours et le communiqué officiel («Importance des ports pour la reprise économique et l'emploi») sont disponibles sur le site web de la Commission.

La nécessité ou non d'envisager des propositions législatives et, le cas échéant, le contenu de celles-ci, seront décidés en 2013, à la lumière des résultats d'une analyse d'impact approfondie. Dans le cadre de cette analyse, la Commission a engagé une consultation ciblée, invitant toutes les parties prenantes, y compris les dockers, à contribuer. Une conférence sur l'avenir des ports européens aura lieu à Bruxelles les 25 et 26 septembre 2012.

Pour ce qui concerne le travail dans les ports, la Commission considère qu'un dialogue entre les parties prenantes y compris les partenaires sociaux, peut grandement contribuer à une meilleure compréhension et à une bonne gestion du changement, de la modernisation, des conditions de travail et de la création d'emplois plus nombreux et de meilleure qualité. La Commission encourage, en particulier, l'émergence d'un dialogue social européen et l'établissement, pour le secteur portuaire, d'un comité de dialogue social sectoriel au sens de la Décision de la Commission 98/500/CE. Elle a pris note de la demande de création d'un tel comité qui lui a été présentée conjointement par les organisations européennes d'employeurs et de travailleurs du secteur. Elle a demandé à ces organisations les informations nécessaires à l'analyse de cette demande au regard des critéres établis par cette Décision. Le lancement d'un comité de dialogue social européen pour le secteur des ports ne pourra intervenir qu'à l'issue de cette procédure.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-006353/12

à la Commission

Marc Tarabella (S&D)

(26 juin 2012)

Objet: Étude sur le lobby de l'industrie pharmaceutique

L'étude récente conduite par «Corporate Europe Observatory» (CEO) et «Health Action International Europe» (HAI) révèle que le budget du lobby de l'industrie pharmaceutique pour influer sur la prise de décision dans l'UE atteint 40 millions d'euros par an.

Ces 2 ONG estiment toutefois que ces chiffres sont largement sous-estimés dans la mesure où de nombreuses entreprises ont choisi de ne pas déclarer les sommes dépensées pour leur activité de lobbying.

La Commission peut-elle indiquer si elle dispose de données plus précises relatives aux activités de lobbying, notamment de l'industrie pharmaceutique?

Dans le cas contraire, estime-t-elle normal que ces activités prennent une ampleur considérable et sans aucune transparence?

Réponse donnée par M. Barroso au nom de la Commission

(9 août 2012)

La Commission rappelle que le Registre de transparence est opéré conjointement par le Parlement et la Commission sur la base de leur accord interinstitutionnel (111).

La Commission ne collecte pas elle-même de données relatives aux activités de lobbying stricto sensu, notamment de l'industrie pharmaceutique, en dehors des informations publiées par les entités inscrites au Registre de transparence commun.

Sous réserve de ne pas donner lieu à des pratiques illégales ou non éthiques, la communication des groupes d'intérêts, quels qu'en soient les objectifs, vers les institutions européennes est légitime et nécessaire et ce, notamment en conformité avec les dispositions de l'article 11 du TFUE. La législation européenne en vigueur ne plafonne pas les dépenses engagées par les groupes d'intérêt pour ce type d'activité. Ensemble avec le Parlement, la Commission s'efforce de parvenir à plus de transparence en la matière. Le registre de transparence, qui fournit d'ores et déjà des informations de nature financières sur près de 5 200 entités inscrites, a précisément été conçu dans cette perspective.

(English version)

Question for written answer E-006353/12

to the Commission

Marc Tarabella (S&D)

(26 June 2012)

Subject: Study on the pharmaceutical industry lobby

The recent study conducted by Corporate Europe Observatory (CEO) and Health Action International Europe (HAI) reveals that the pharmaceutical industry lobby spends EUR 40 million annually to influence policy making in the EU.

These two NGOs nevertheless consider that this figure is a substantial underestimate, given that many companies have chosen not to declare the amounts they spend on lobbying.

Can the Commission state whether it has more accurate data on lobbying, in particular in the pharmaceutical industry?

If not, does it consider it right for lobbying to assume such substantial proportions while at the same time completely lacking in transparency?

(Version française)

Réponse donnée par M. Barroso au nom de la Commission

(9 août 2012)

La Commission rappelle que le Registre de transparence est opéré conjointement par le Parlement et la Commission sur la base de leur accord interinstitutionnel (112).

La Commission ne collecte pas elle-même de données relatives aux activités de lobbying stricto sensu, notamment de l'industrie pharmaceutique, en dehors des informations publiées par les entités inscrites au Registre de transparence commun.

Sous réserve de ne pas donner lieu à des pratiques illégales ou non éthiques, la communication des groupes d'intérêts, quels qu'en soient les objectifs, vers les institutions européennes est légitime et nécessaire et ce, notamment en conformité avec les dispositions de l'article 11 du TFUE. La législation européenne en vigueur ne plafonne pas les dépenses engagées par les groupes d'intérêt pour ce type d'activité. Ensemble avec le Parlement, la Commission s'efforce de parvenir à plus de transparence en la matière. Le registre de transparence, qui fournit d'ores et déjà des informations de nature financières sur près de 5 200 entités inscrites, a précisément été conçu dans cette perspective.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-006844/12

à la Commission

Michel Dantin (PPE) et Carlo Fidanza (PPE)

(10 juillet 2012)

Objet: Liste des points d'interconnexion les plus complexes du RTE-T

Dans ses propositions relatives aux nouvelles orientations du réseau transeuropéen de transport, la Commission européenne a fait une distinction entre le réseau global du RTE-T et son réseau central, qui inclut les projets du RTE-T possédant la plus haute valeur ajoutée européenne.

Le mécanisme d'interconnexion pour l'Europe établit les critères de sélection de ces projets, qui doivent permettre de supprimer les goulets d'étranglement et les liens manquants, assurer l'établissement d'un transport durable et efficace, et optimiser l'intégration et l'interconnexion des modes de transports, en renforçant notamment l'interopérabilité des services de transports.

Dans ce cadre, la Commission a établi des cartes du réseau central et du réseau global, englobant l'ensemble des «projets d'intérêt commun» qui permettront d'achever d'ici 2030 le réseau central du RTE-T, et d'ici 2050 son réseau global.

Certains projets nécessitent des travaux particulièrement longs et coûteux, en particulier dans les zones d'interconnexion transfrontalière. À ce titre, la Commission peut-elle établir une liste exhaustive des projets les plus complexes d'interconnexion transfrontalière du RTE-T, en termes de lourdeur des travaux (durée et complexité des travaux à entreprendre), et ainsi en termes de financement (budget nécessaire pour l'achèvement des travaux)?

Réponse donnée par M. Kallas au nom de la Commission

(24 août 2012)

La Commission a développé une méthodologie spécifique pour la planification, basée sur une approche mixte tenant compte à la fois des conditions géographiques et de flux de transport. La connexion des plus importantes villes, des plus importants ports et points transfrontaliers vers les pays voisins a abouti à un réseau de nœuds stratégiques, accueillant les flux de trafic d'importance européenne et comprenant les projets d'infrastructure avec la plus grande valeur ajoutée européenne. L'identification des projets spécifiques découle donc des critères établis dans l'élaboration du réseau.

Le nouveau Mécanisme pour l'interconnexion en Europe (Connecting Europe Facility — CEF) pour la période financière 2014 — 2020 est l'instrument financier européen de soutien à la réalisaton de ce réseau. Il identifie une liste de projets, essentiellement transfrontaliers, dont certains ne nécessitent que des investissements relativement modestes alors que d'autres, tels que le projet Lyon‐Turin, le Fehmarnsund fixed link, le Canal Seine-Nord et le tunnel de base du Brenner, impliquent des travaux et des financements plus lourds.

Ces projets contribueront de manière décisive à une meilleure cohésion térritoriale et un marché unique renforcé, ainsi qu'à l'interopérabilité et l'efficacité du système des transports et sa gestion durable.

Les Honorables Parlementaires trouveront ci-jointe la Partie I de l'Annexe à la proposition CEF contenant la liste des projets.

(Versione italiana)

Interrogazione con richiesta di risposta scritta E-006844/12

alla Commissione

Michel Dantin (PPE) e Carlo Fidanza (PPE)

(10 luglio 2012)

Oggetto: Elenco dei punti di interconnessione più complessi del RTE-T

Nelle sue proposte relative ai nuovi orientamenti della rete transeuropea di trasporto, la Commissione fa una distinzione tra la rete globale del RTE6T e la sua rete centrale che include i progetti di RTE-T con il più alto valore aggiunto europeo.

Il meccanismo di interconnessione per l'Europa stabilisce i criteri di selezione di tali progetti che devono permettere di eliminare i passaggi difficili e approntare i collegamenti mancanti, assicurare l'esistenza di un trasporto sostenibile ed efficace e ottimizzare l'integrazione e l'interconnessione dei modi di trasporto rafforzando in particolare l'interoperabilità dei servizi di trasporto.

In tale ambito, la Commissione ha redatto cartine della rete centrale e della rete globale in cui figurano tutti i «progetti d'interesse comune» che consentiranno di ultimare entro il 2030 la rete centrale del RTE-T e entro il 2050 la rete globale.

Poiché taluni progetti richiedono lavori particolarmente lunghi e costosi soprattutto nelle zone di interconnessione transfrontaliera, può la Commissione stilare un elenco esaustivo circa i progetti più complessi di interconnessione transfrontaliera del RTE-T, l'entità dei lavori da intraprendere (durate e complessità), nonché i termini di finanziamento (bilancio necessario per la loro ultimazione)?

Risposta di Siim Kallas a nome della Commissione

(24 agosto 2012)

La Commissione ha sviluppato una metodologia specifica per la pianificazione, basata su un approccio integrato che tiene conto sia delle condizioni geografiche, sia dei flussi di trasporto. Il collegamento delle città, dei porti e dei punti transfrontalieri più importanti con i paesi limitrofi ha dato vita a una rete di nodi strategici che accolgono i principali flussi di traffico europei e sono interessati dai progetti infrastrutturali con il maggiore valore aggiunto in Europa. La scelta dei progetti specifici è pertanto dettata dai criteri stabiliti in sede di pianificazione della rete.

Il nuovo meccanismo per collegare l’Europa (Connecting Europe Facility — CEF) per il periodo finanziario 2014-2020 è lo strumento finanziario europeo finalizzato a sostenere la realizzazione di tale rete. Nel quadro di tale meccanismo sono stati selezionati dei progetti, principalmente transfrontalieri, che in certi casi richiedono investimenti relativamente contenuti, mentre altri progetti, come la linea Torino-Lione, il tunnel di Fehmarnsund, il canale Senna-Nord e la galleria di base del Brennero, necessitano di interventi e finanziamenti più importanti.

Tali progetti contribuiranno in maniera decisiva a una maggiore coesione territoriale, a un mercato unico più consolidato, oltre a migliorare l’interoperabilità e l’efficacia del sistema dei trasporti e la relativa gestione sostenibile.

Gli onorevoli parlamentari troveranno in allegato la parte I dell’allegato alla proposta CEF in cui figura l’elenco dei progetti.

(English version)

Question for written answer E-006844/12

to the Commission

Michel Dantin (PPE) and Carlo Fidanza (PPE)

(10 July 2012)

Subject: List of the most complex TEN‐T interconnection points

In its proposals concerning the new Trans-European Transport Network (TEN‐T) guidelines, the Commission drew a distinction between the comprehensive TEN‐T network and its core network, which includes the TEN‐T projects with the highest European added value.

The interconnection mechanism for Europe establishes the criteria for selecting these projects, which are supposed to help eliminate bottlenecks and missing links, establish a sustainable and efficient transport system and optimise the integration and interconnection of transport modes by strengthening, inter alia, the interoperability of transport services.

In this regard, the Commission has produced maps of the core network and the comprehensive network, encompassing all ‘projects of common interest’ with a view to completing the TEN‐T core network by 2030 and its comprehensive network by 2050.

Some projects require work that is particularly lengthy and costly, especially in cross-border interconnection areas. Accordingly, can the Commission draw up an exhaustive list of the most complex TEN‐T cross-border interconnection projects, in terms of the cumbersome nature (duration and complexity) of the work to be carried out and the funding required (i.e. the budget needed for completion of the work)?

(Version française)

Réponse donnée par M. Kallas au nom de la Commission

(24 août 2012)

La Commission a développé une méthodologie spécifique pour la planification, basée sur une approche mixte tenant compte à la fois des conditions géographiques et de flux de transport. La connexion des plus importantes villes, des plus importants ports et points transfrontaliers vers les pays voisins a abouti à un réseau de nœuds stratégiques, accueillant les flux de trafic d'importance européenne et comprenant les projets d'infrastructure avec la plus grande valeur ajoutée européenne. L'identification des projets spécifiques découle donc des critères établis dans l'élaboration du réseau.

Le nouveau Mécanisme pour l'interconnexion en Europe (Connecting Europe Facility — CEF) pour la période financière 2014 — 2020 est l'instrument financier européen de soutien à la réalisaton de ce réseau. Il identifie une liste de projets, essentiellement transfrontaliers, dont certains ne nécessitent que des investissements relativement modestes alors que d'autres, tels que le projet Lyon‐Turin, le Fehmarnsund fixed link, le Canal Seine-Nord et le tunnel de base du Brenner, impliquent des travaux et des financements plus lourds.

Ces projets contribueront de manière décisive à une meilleure cohésion térritoriale et un marché unique renforcé, ainsi qu'à l'interopérabilité et l'efficacité du système des transports et sa gestion durable.

Les Honorables Parlementaires trouveront ci-jointe la Partie I de l'Annexe à la proposition CEF contenant la liste des projets.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-006847/12

à la Commission

Christine De Veyrac (PPE)

(10 juillet 2012)

Objet: Système de contrôle de la production biologique

Le marché européen des aliments biologiques représente environ 20 milliards d'euros par an. L'agriculture biologique est une méthode de production agricole qui s'inscrit dans le respect du développement durable et permet aux consommateurs de bénéficier d'aliments de haute qualité par l'utilisation de procédés qui ne nuisent pas à l'environnement, à la santé humaine ou au bien-être et à la santé des animaux. Il existe, au niveau européen, un système de contrôle mis en place pour constater et certifier l'application correcte des règles de production en conformité avec les principes de l'agriculture biologique.

Selon la réglementation européenne, les autorités nationales doivent mettre en place ce système de contrôle dans chaque État membre. Quant à la Commission, elle est chargée de réaliser des audits pour s'assurer de la réalité et de l'efficacité de ces contrôles.

Dans un audit de mars 2012, la Cour des comptes européenne souligne une mise en œuvre inégale et insuffisante de la réglementation européenne en matière de contrôle de la production biologique.

La Cour y mentionne différentes lacunes existant dans ce domaine, comme un manque de supervision des autorités nationales sur les organismes de contrôle, des informations insuffisantes, l'absence d'harmonisation en matière de sanctions, l'insuffisance de la surveillance de la Commission, etc.

Le rapport souligne qu'il est nécessaire d'y remédier afin de ne pas ébranler la confiance des consommateurs dans les produits dits biologiques.

— Quelles mesures correctives concrètes la Commission compte-t-elle mettre en œuvre afin de prendre en compte les recommandations de la Cour des comptes et ainsi maintenir la confiance des consommateurs pour assurer l'avenir de cette filière?

Réponse donnée par M. Çioloş au nom de la Commission

(29 août 2012)

L'audit de la Cour des comptes européenne (rapport spécial no 9/2012) analyse les performances du système de contrôle et supervision de l'agriculture biologique et la façon dont la Commission européenne, les autorités compétentes des États membres, ainsi que les organismes d'accréditation et les organismes de contrôle dans les États membres ont exercé leurs responsabilités respectives.

Ce travail permet la préparation d'améliorations de la supervision et des contrôles, pour faire face aux défis de la croissance continue du secteur de l'agriculture biologique. Les réponses de la Commission, qui sont annexées au rapport, montrent qu'elle accepte dans une large mesure les recommandations et qu'elle entend y donner suite.

La Commission a déjà initié une série de mesures en ce sens, notamment le lancement d'un cycle d'audits des États membres et des pays tiers, conduits par les auditeurs de l'Office Alimentaire et Vétérinaire, ainsi que le développement de la base de données OFIS («Organic Farming Informatic System») pour renforcer le suivi des irrégularités et la coordination entre les autorités compétentes. Également, l'entrée en vigueur au premier juillet 2012 d'un nouveau régime d'importation dans l'Union européenne, à travers les organismes de contrôle reconnus équivalent, va améliorer l'harmonisation de la supervision des importations.

La Commission européenne propose de façon régulière l'amélioration de la règlementation d'application dans le secteur de l'agriculture biologique et prévoit de faire des propositions pendant l'année 2013 en ce qui concerne la règlementation de base, ainsi que les règlements d'application, en fonction des résultats d'une évaluation et d'une étude d'impact qui sont actuellement en cours.

(English version)

Question for written answer E-006847/12

to the Commission

Christine De Veyrac (PPE)

(10 July 2012)

Subject: Organic production control system

The value of the European organic foodstuffs market is around EUR 20 billion per year. Organic farming is a type of agricultural production which is consonant with sustainable development and which enables consumers to purchase high‐quality foods produced in a manner that is not detrimental to the environment, human health or animal health and welfare. An EU‐wide control system has been introduced to establish organic production rules and ensure their correct application, in line with the principles of organic farming.

Under EU rules, the national authorities must establish this control system in each Member State, while the Commission is responsible for conducting audits to ensure that checks are actually made and are effective.

In an audit carried out in March 2012, the European Court of Auditors found that there was uneven and insufficient implementation of the EU rules on organic production control.

In its report, the Court refers to several shortcomings in this field, such as the national authorities’ lack of supervision of control bodies, insufficient information, the absence of any harmonisation of sanctions and insufficient monitoring by the Commission, etc.

The report stresses that these shortcomings need to be remedied in order to ensure that consumer confidence in organic products is not undermined.

— What tangible corrective measures does the Commission intend to take, in response to the Court’s recommendations, in order to maintain consumer confidence and guarantee the future of the organic farming sector?

(Version française)

Réponse donnée par M. Çioloş au nom de la Commission

(29 août 2012)

L'audit de la Cour des comptes européenne (rapport spécial no 9/2012) analyse les performances du système de contrôle et supervision de l'agriculture biologique et la façon dont la Commission européenne, les autorités compétentes des États membres, ainsi que les organismes d'accréditation et les organismes de contrôle dans les États membres ont exercé leurs responsabilités respectives.

Ce travail permet la préparation d'améliorations de la supervision et des contrôles, pour faire face aux défis de la croissance continue du secteur de l'agriculture biologique. Les réponses de la Commission, qui sont annexées au rapport, montrent qu'elle accepte dans une large mesure les recommandations et qu'elle entend y donner suite.

La Commission a déjà initié une série de mesures en ce sens, notamment le lancement d'un cycle d'audits des États membres et des pays tiers, conduits par les auditeurs de l'Office Alimentaire et Vétérinaire, ainsi que le développement de la base de données OFIS («Organic Farming Informatic System») pour renforcer le suivi des irrégularités et la coordination entre les autorités compétentes. Également, l'entrée en vigueur au premier juillet 2012 d'un nouveau régime d'importation dans l'Union européenne, à travers les organismes de contrôle reconnus équivalent, va améliorer l'harmonisation de la supervision des importations.

La Commission européenne propose de façon régulière l'amélioration de la règlementation d'application dans le secteur de l'agriculture biologique et prévoit de faire des propositions pendant l'année 2013 en ce qui concerne la règlementation de base, ainsi que les règlements d'application, en fonction des résultats d'une évaluation et d'une étude d'impact qui sont actuellement en cours.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-006874/12

à la Commission

José Bové (Verts/ALE)

(10 juillet 2012)

Objet: Plafonnement prévu dans la politique agricole commune

La proposition de règlement de la Commission européenne portant sur les paiements directs de la politique agricole commune (COM(2011)0625 final/2) fixe le plafonnement à 300 000 euros par exploitation agricole.

Combien d'exploitations agricoles seraient impactées par ce plafonnement à 300 000 euros en Europe et dans chacun des États membres?

Réponse donnée par M. Cioloş au nom de la Commission

(16 août 2012)

Il est trop tôt pour connaître le nombre de bénéficiaires en 2014, pour anticiper les ajustements structurels ou encore prévoir les choix des régimes de paiements directs par les États membres après 2013 (régionalisation, flexibilité entre piliers, période de transition, intensité de la convergence interne, paiements volontaires, etc.). Ce sont ces facteurs qui pour l'essentiel détermineront l'impact du plafonnement.

(English version)

Question for written answer E-006874/12

to the Commission

José Bové (Verts/ALE)

(10 July 2012)

Subject: Planned capping of payments under the common agricultural policy

The Commission’s proposal for a regulation (COM(2011) 0625 final/2) on direct payments under the common agricultural policy provides for capping of payments at EUR 300 000 per agricultural holding

How many agricultural holdings in Europe as a whole and in each of the Member States will be affected by this capping at EUR 300 000?

(Version française)

Réponse donnée par M. Cioloş au nom de la Commission

(16 août 2012)

Il est trop tôt pour connaître le nombre de bénéficiaires en 2014, pour anticiper les ajustements structurels ou encore prévoir les choix des régimes de paiements directs par les États membres après 2013 (régionalisation, flexibilité entre piliers, période de transition, intensité de la convergence interne, paiements volontaires, etc.). Ce sont ces facteurs qui pour l'essentiel détermineront l'impact du plafonnement.

(Versión española)

Pregunta con solicitud de respuesta escrita E-007003/12

a la Comisión

Ana Miranda (Verts/ALE)

(12 de julio de 2012)

Asunto: Televisión portuguesa en Galicia

El proceso de reintegración lingüística dentro del espacio común del gallego y el portugués es un objetivo cultural de primer orden en el ámbito europeo. La televisión es uno de los medios más efectivos para la difusión lingüística, sobre todo en el caso de lenguas minoritarias como la lengua gallega. Esta situación se refleja en la Carta Europea de las Lenguas Regionales o Minoritarias del Consejo de Europa, en la que las partes «se comprometen a garantizar la libertad de recepción directa de las emisiones de radio y de televisión de los países vecinos en una lengua hablada de manera idéntica o parecida a una lengua regional o minoritaria, y a no oponerse a la retransmisión de emisiones de radio y de televisión de los países vecinos en dicha lengua».

La Comisión Europea, en su respuesta a la pregunta E-010836/2010, afirmó no disponer de información sobre ningún «problema concreto relativo a la recepción de las emisiones de radio y televisión de Portugal en Galicia». El anterior Presidente del Gobierno español, José Luis Rodríguez Zapatero, aludió en un debate parlamentario a la existencia de problemas técnicos relacionados con la sobrecarga del espacio radioeléctrico de la Televisión Digital Terrestre en Galicia. Además, también hizo referencia a la problemática derivada de la gestión de los derechos de las emisiones televisivas, así como de los derechos de la publicidad. El actual Presidente de Gobierno, Mariano Rajoy, se opuso en ese mismo debate a que las televisiones portuguesas se pudieran ver en Galicia.

Por su parte, la Asamblea de la República de Portugal se mostró a favor de la recepción de las televisiones portuguesas en Galicia (113).

— ¿Tomará la Comisión las medidas necesarias para adecuar la legislación en materia de derechos de emisión y de publicidad a fin de facilitar la recepción de las televisiones portuguesas en Galicia?

— ¿Instará la Comisión a las autoridades competentes a tomar las decisiones necesarias para adecuar el espacio radioeléctrico de Galicia a fin de permitir la recepción de las televisiones portuguesas en Galicia?

Respuesta de la Sra. Kroes en nombre de la Comisión

(19 de septiembre de 2012)

Por lo general, las restricciones de acceso a los programas de televisión no nacionales se derivan de los acuerdos de licencia entre los organismos de radiodifusión y los titulares de los derechos de autor correspondientes. La Comisión Europea no puede intervenir en las negociaciones entre los titulares de los derechos de autor y los organismos de radiodifusión.

No obstante, como se indica en la Agenda Digital para Europa (114), la Comisión Europea está trabajando para facilitar la disponibilidad transfronteriza de contenidos. A raíz de la publicación en 2011 del Libro Verde sobre la distribución en línea de contenidos audiovisuales (115), se abrió un debate sobre cómo promover las ofertas transfronterizas de esos contenidos. El 11 de julio de 2012, la Comisión adoptó una propuesta dirigida a simplificar la concesión de licencias de contenidos de forma multiterritorial y el sistema de gestión colectiva de derechos (116), lo que permitirá la distribución de contenidos innovadores y favorables a los consumidores en toda Europa.

La asignación de frecuencias a la radiodifusión es competencia de cada Estado miembro. Con arreglo al Derecho de la UE, un Estado miembro no tiene ninguna obligación de garantizar la recepción de programas de televisión difundidos por vía terrenal desde otro Estado miembro, pero tiene la obligación de velar por que cualquier uso del espectro en su territorio no interfiera con la recepción de programas de televisión en un país vecino. Los Estados miembros también deben garantizar el uso eficiente del espectro. Así pues, teniendo en cuenta el aumento de la demanda de espectro, inclusive en las bandas utilizadas para la radiodifusión televisiva, puede resultar imposible dejar sin usar un canal de frecuencias más allá de lo estrictamente necesario para evitar interferencias en un país vecino.

(English version)

Question for written answer E-007003/12

to the Commission

Ana Miranda (Verts/ALE)

(12 July 2012)

Subject: Portuguese television in Galicia

The linguistic reintegration process within the common area shared by the Portuguese and Galician languages is a primary cultural objective at European level. Television is one of the most effective means of linguistic diffusion, particularly in the case of minority languages such as Galician. This situation is reflected in the Council of Europe’s European Charter for regional or minority languages, in which the signing parties ‘undertake to guarantee freedom of direct reception of radio and television broadcasts from neighbouring countries in a language used in identical or similar form to a regional or minority language, and not to oppose the retransmission of radio and television broadcasts from neighbouring countries in such a language’.

In its answer to Question E‐010836/2010, the Commission stated that it had no information as to any specific problem concerning the reception of Portuguese radio and television broadcasts in Galicia. The previous Spanish Prime minister, José Luis Rodríguez Zapatero, said during a parliamentary debate that there were technical problems linked with overloading the radio-electric space used by digital terrestrial television in Galicia. He also mentioned the difficulty of establishing management rights and advertising rights for such broadcasts. In the same debate, the current Spanish Prime Minister, Mariano Rajoy, said that he was against Portuguese television programmes being broadcast to Galicia.

The Portuguese parliament has said that it supports the reception of Portuguese television programmes in Galicia (117).

— Will the Commission take the necessary steps to modify the legislation applicable to broadcasting and advertising rights, to allow the reception of Portuguese television in Galicia?

— Will the Commission call on the competent authorities to take the decisions necessary to adapt Galician radio-electric space to allow the reception of Portuguese television broadcasts in Galicia?

Answer given by Ms Kroes on behalf of the Commission

(19 September 2012)

Usually, restrictions for access to non-national TV programs result from licensing agreements between the broadcasters and the respective copyright holders. The European Commission cannot intervene into the negotiations between the copyright holders and the broadcasters.

However, as indicated in the Digital Agenda for Europe (118) the European Commission is working towards facilitating the cross-border availability of content. With the publication of the Green Paper on the online distribution of audiovisual content (119) in 2011 a debate was launched on how to promote cross-border offers of such content. On 11 July 2012, the Commission adopted a proposal to simplify the licensing of content on a multi-territorial basis and the collective rights management system (120), which will enable innovative and consumer-friendly content distribution across Europe.

The assignment of frequencies to broadcasting is the competence of each Member State. Under EC law a Member State has no obligation to ensure the reception of television programmes broadcast terrestrially in another Member State. But it has the obligation to ensure that any spectrum usage on its territory does not interfere with the reception of television broadcasts within a neighbouring country. Member States also must ensure the efficient use of spectrum. Given the increasing demand for spectrum, including in the bands used for television broadcasting, it may therefore not be possible to allow a frequency channel to remain unused beyond what is strictly necessary to avoid interference in a neighbouring country.

(Versión española)

Pregunta con solicitud de respuesta escrita E-007099/12

a la Comisión

Ana Miranda (Verts/ALE)

(16 de julio de 2012)

Asunto: Negociación de un nuevo acuerdo de pesca con Mauritania

La Unión Europea y Mauritania están negociando un nuevo acuerdo de cooperación que sustituirá al actual, cuya vigencia expira el 31 de julio de 2010. En virtud de este acuerdo, una flota gallega de 24 barcos, que genera 400 empleos directos, pesca cefalópodos en aguas mauritanas.

En la respuesta de la Sra. Damanaki a la pregunta E-004361/2012 se informa de que el nivel de las posibilidades de pesca debe establecerse sobre la base de informes científicos y debe reflejar el índice de utilización actual. Los cefalópodos están sobreexplotados y las posibilidades actuales de pesca de esta población se deben reducir a cero en el nuevo Protocolo. Teniendo en cuenta una posible mejora de la situación de esta población y para no descartar la posibilidad de futuras actividades de pesca, la Comisión incluirá una cláusula de revisión en el Protocolo.

Los datos de que dispone mi partido político, el BNG, integrado en el Grupo Verts/ALE del Parlamento Europeo, sobre la base de un informe del Instituto Español de Oceanografía, indican que la población de cefalópodos en aguas mauritanas se ha recuperado.

1. ¿En qué informes científicos, de los que solicitamos copia, se basa la Comisión para establecer la exclusión de la flota pesquera de cefalópodos de la cuota de pesca del Protocolo que se negocia actualmente con Mauritania?

2. ¿Cuál es la ayuda económica prevista por la Comisión para paliar los efectos de la decisión anunciada de dejar 24 embarcaciones amarradas?

3. ¿Qué alternativas prevé la Comisión para esta flota si se confirma que no puede faenar en Mauritania?

4. ¿Piensa negociar acuerdos con otros países africanos como alternativa para esta flota?

Respuesta de la Sra. Damanaki en nombre de la Comisión

(8 de octubre de 2012)

En el nuevo Protocolo no se establece una cuota para la pesca de cefalópodos, pero se menciona esta especie, en el sentido de que si mejora el estado de su población en el futuro, sobre la base de dictámenes científicos actualizados, la Comisión podrá aplicar una cláusula de revisión incluida en el Protocolo para solicitar oportunidades de pesca de dicha especie. En este caso, incumbirá a Mauritania, de conformidad con la Convención de las Naciones Unidas sobre el Derecho del Mar (CNUDM), decidir si existe o no un excedente de oportunidades de pesca que pueda concederse, bajo ciertas condiciones, a la UE. Durante las próximas reuniones de la Comisión Mixta se tratará una posible revisión de las oportunidades de pesca de cefalópodos tras el inicio de la aplicación provisional del Protocolo.

En cuanto a la flota de la UE afectada, los Estados miembros pueden decidir utilizar el Fondo Europeo de Pesca (121) a fin de contribuir a la financiación de medidas de ayuda en caso de paralización permanente o temporal de actividades pesqueras. A este respecto, la Comisión remite a Su Señoría a la respuesta que dio a la pregunta E-007300/2012 (122).

Por último, dado que la totalidad del presupuesto de la UE actualmente disponible está comprometido o destinado para las negociaciones en curso, la Comisión no tiene en la actualidad la intención de iniciar nuevas negociaciones, pero podrá considerar tales solicitudes de la flota afectada en el futuro, cuando tales actividades puedan justificarse sobre la base de análisis científicos adecuados y considerarse compatibles con los objetivos establecidos en la Comunicación de la Comisión sobre la dimensión exterior de la Política Pesquera Común (123).

(English version)

Question for written answer E-007099/12

to the Commission

Ana Miranda (Verts/ALE)

(16 July 2012)

Subject: Negotiations on renewal of the fisheries agreement with Mauritania

The EU and Mauritania are negotiating a new cooperation agreement to replace the current one, which expires on 31 July 2012. Under the terms of that agreement, a 24 vessel strong Galician cephalopod fleet fishes in Mauritanian waters, providing direct employment for 400 people.

In her reply to Question E‐004361/2012, Commissioner Damanaki said that ‘The level of fishing opportunities will need to be set according to the scientific advice and to reflect the current utilisation rate. Cephalopods are currently being overexploited and fishing opportunities for this stock should at this stage be reduced to zero in the new Protocol. In view of possible improvement of the state of this stock and so as not to exclude future fishing activities, the Commission is proposing to include a review clause in the Protocol’.

According to data based on a report by the Spanish Oceanographic Institute which is held by my political group, BNG, which forms part of Parliament's Verts/ALE Group, cephalopod stocks in Mauritanian waters have recovered.

1. Can the Commission specify, and provide us with a copy of, the scientific reports on which it bases the exclusion of the cephalopod fleet from a fishing quota under the protocol currently being negotiated with Mauritania?

2. What forms of economic aid does the Commission intend to make available in order to mitigate the effects of this intended decision, which will leave 24 vessels idle?

3. What fishing alternatives does the Commission foresee for this fleet if it is no longer permitted to operate in Mauritanian waters?

4. Does the Commission intend to negotiate agreements with other African countries as an alternative possibility for this fleet?

Answer given by Ms Damanaki on behalf of the Commission

(8 October 2012)

There is no quota for cephalopods in the new Protocol but the category is mentioned so that, if the state of this stock improves in the future and this is supported by updated scientific advice, the Commission will be able to use a review clause inserted in the Protocol to ask for fishing opportunities in this category. In that case, it will be the decision of Mauritania, in line with the United Nations Convention on the Law of the Sea (Unclos) whether or not there is a surplus of fishing opportunities which can be granted, under certain conditions, to the EU. A possible review of the fishing opportunities for cephalopods would be addressed during forthcoming Joint Committee meetings after the start of the provisional application of the Protocol.

For the EU fleet affected, Member States may decide to use the European Fisheries Fund (124) to contribute to the financing of aid measures for the permanent and temporary cessions of fishing activities. In that respect the Commission refers the Honourable Member to its answer to Question E‐007300/2012 (125).

Finally, because the present EU budget available is either fully committed or earmarked for ongoing negotiations, the Commission currently does not intend to open supplementary negotiations but it may consider such requests from the fleet in the future, where such activities can be justified on the basis of proper scientific analysis and considered compatible with the objectives set out in the Commission Communication on the External Dimension of the common fisheries policy (126).

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-007288/12

à la Commission

Gaston Franco (PPE) et Philippe Boulland (PPE)

(19 juillet 2012)

Objet: Coopération entre l'Union européenne et Madagascar en matière de biodiversité et d'environnement

Madagascar est réputé pour sa faune et sa flore exceptionnelles, et sa biodiversité est considérée comme une richesse universelle. Mais cette biodiversité est en péril pour plusieurs raisons, au premier rang desquelles se trouve la déforestation. En 2009, l'Unesco a ainsi classé la forêt d'Atsinanana sur la liste du patrimoine en péril. En outre, Madagascar fait face à des défis politiques et économiques immenses et à une pauvreté endémique, qui affaiblissent les mesures de protection de son environnement. L'Union européenne ne peut rester indifférente face à cette situation.

Prenons l'exemple de deux enjeux environnementaux qui réclament une action urgente. Tout d'abord la protection des abeilles face au varroa, parasite responsable de l'acheminement de nouveaux virus et maladies. En 2009, la Fédération nationale des apiculteurs malagasy (FENAM) indiquait que le varroa continuait à se propager et que dans la région Analamanga Atsianana seule, plus de 400 ruches avaient été touchées. Vu les conditions introduites dans l'accord de l'OMC sur l'application des mesures sanitaires et phytosanitaires (SPS), le commerce des produits de l'apiculture entre Madagascar et l'Union européenne en subit directement les conséquences.

La Commission a-t-elle prévu d'apporter un soutien à la protection des abeilles à Madagascar?

Envisage-t-elle d'appuyer la collaboration établie entre les scientifiques et les apiculteurs de Madagascar et de la Réunion en ce qui concerne les moyens de lutte et de prévention contre le varroa?

Autre priorité: la lutte contre le bois illégal. Contre ce fléau, l'Union européenne prévoit deux régimes dans son plan d'action Flegt («Forest law enforcement governance and trade » ou «Application des réglementations forestières, gouvernance et échanges commerciaux»): soit les pays exportateurs peuvent signer bilatéralement avec l'Union un accord de partenariat volontaire (APV) qui définit les engagements en matière de lutte contre l'exploitation illégale des forêts, soit c'est le règlement sur les importations illégales de bois qui entrera en vigueur en 2013 qui s'applique, dans le cas où aucun APV n'a été conclu. S'agissant de Madagascar, comment la Commission compte-t-elle participer à la lutte contre le marché illégal du bois de rose?

Rappelons que le bois de rose provenant de Madagascar est illégal dans plus de 80 % des cas et qu'il ravage les forêts tropicales de croissance lente du nord-est du pays.

Réponse donnée par M. Piebalgs au nom de la Commission

(7 septembre 2012)

La coopération de la Commission avec un pays partenaire s'inscrit dans une stratégie globale «pays». Dans le cadre de Madagascar, la protection des abeilles et la lutte contre le varroa n'étaient pas prévues parmi les secteurs d'intervention, ceux-ci n'ayant pas fait l'objet d'une demande des autorités. En application de la proposition de décision du Conseil du 5 décembre 2011 (127), les nouveaux financements autorisés sur le 10e FED sont orientés vers un appui aux populations vulnérables. Néanmoins, un nouveau projet régional, le «Projet de Laboratoire africain de référence pour la gestion des maladies des abeilles pollinisatrices», mis en œuvre par l'ICIPE (International Centre of insect physiology and ecology), mènera des activités relatives au contrôle des maladies et au commerce des produits apicoles y compris à Madagascar.

La Commission est membre du Cercle de Concertation des Partenaires Techniques et Financiers dans le domaine de l'environnement. Cette plateforme joue un rôle important en matière d'interpellation du pouvoir en place concernant les coupes illégales dans les aires protégées et l'exportation illégale de bois précieux. Outre les mesures d'interdiction d'entrée en Europe du bois coupé illicitement, la Commission participera à un certain nombre d'initiatives en matière de lutte contre le pillage du bois précieux.

En outre, Madagascar est éligible au titre des trois composantes du programme thématique ENRTP (128) récemment lancé, soit REDD+, Biodiversité et FLEGT, toutefois dans les limitations des mesures de restriction appliquées à Madagascar en vertu de l'article 96 de l'accord de Cotonou auquel cet État est soumis depuis juin 2010.

(English version)

Question for written answer E-007288/12

to the Commission

Gaston Franco (PPE) and Philippe Boulland (PPE)

(19 July 2012)

Subject: EU-Madagascar cooperation on biodiversity and the environment

Madagascar is famous for its exceptional animal and plant life, and its biodiversity is considered to be an asset of world importance. However, this biodiversity is in danger for a number of reasons, principally deforestation. Accordingly, in 2009, Unesco placed the Atsinanana forest on its Heritage in Danger list. Madagascar is also faced with enormous political and economic challenges and with endemic poverty, all of which weakens its environmental protection measures. The European Union cannot remain indifferent to this situation.

Two environmental issues may be cited which call for urgent action. First there is the protection of bees from varroa, a parasite which is responsible for spreading new viruses and diseases. In 2009, the Malagasy National Beekeepers’ Federation (FENAM) announced that varroa was still spreading and that more than 400 hives had been affected in the Analamanga Atsinanana region alone. In the light of the conditions set out in the WTO Agreement on the Application of Sanitary and Phytosanitary Measures (SPS Agreement), trade in beekeeping products between Madagascar and the European Union is suffering as a direct consequence.

Does the Commission have any plans to provide support for the protection of bees in Madagascar?

Does it envisage supporting the cooperation established between scientists and beekeepers from Madagascar and La Réunion on ways of combating and preventing varroa?

Another priority is the fight against illegal timber. In its Forest Law Enforcement Governance and Trade (FLEGT) action plan, the European Union provides for two schemes to combat this scourge. Either exporting countries may sign a bilateral voluntary partnership agreement (VPA) with the EU defining commitments on combating the illegal exploitation of forests, or, if no VPA has been concluded, the Illegal Timber Regulation, which enters into force in 2013, will apply. In the case of Madagascar, how does the Commission propose to participate in combating the illegal market in rosewood?

It should be remembered that 80% of rosewood from Madagascar is illegal, and that illegal logging of this timber is devastating the slow-growing tropical forests in the north-east of the country.

(Version française)

Réponse donnée par M. Piebalgs au nom de la Commission

(7 septembre 2012)

La coopération de la Commission avec un pays partenaire s'inscrit dans une stratégie globale «pays». Dans le cadre de Madagascar, la protection des abeilles et la lutte contre le varroa n'étaient pas prévues parmi les secteurs d'intervention, ceux-ci n'ayant pas fait l'objet d'une demande des autorités. En application de la proposition de décision du Conseil du 5 décembre 2011 (129), les nouveaux financements autorisés sur le 10e FED sont orientés vers un appui aux populations vulnérables. Néanmoins, un nouveau projet régional, le «Projet de Laboratoire africain de référence pour la gestion des maladies des abeilles pollinisatrices», mis en œuvre par l'ICIPE (International Centre of insect physiology and ecology), mènera des activités relatives au contrôle des maladies et au commerce des produits apicoles y compris à Madagascar.

La Commission est membre du Cercle de Concertation des Partenaires Techniques et Financiers dans le domaine de l'environnement. Cette plateforme joue un rôle important en matière d'interpellation du pouvoir en place concernant les coupes illégales dans les aires protégées et l'exportation illégale de bois précieux. Outre les mesures d'interdiction d'entrée en Europe du bois coupé illicitement, la Commission participera à un certain nombre d'initiatives en matière de lutte contre le pillage du bois précieux.

En outre, Madagascar est éligible au titre des trois composantes du programme thématique ENRTP (130) récemment lancé, soit REDD+, Biodiversité et FLEGT, toutefois dans les limitations des mesures de restriction appliquées à Madagascar en vertu de l'article 96 de l'accord de Cotonou auquel cet État est soumis depuis juin 2010.

(Ελληνική έκδοση)

Ερώτηση με αίτημα γραπτής απάντησης E-007352/12

προς την Επιτροπή

Rodi Kratsa-Tsagaropoulou (PPE)

(20 Ιουλίου 2012)

Θέμα: Προγράμματα πρόληψης και διαχείρισης των φυσικών καταστροφών στην ευρωμεσογειακή λεκάνη

Η λεκάνη της Μεσογείου είναι εκτεθειμένη σε ασταθή μετεωρολογικά φαινόμενα και συχνά βίαια, όπως μαρτυρούν οι αιφνίδιες αυξήσεις της στάθμης των υδάτων, η θερινή ξηρασία που προκαλεί λειψυδρία και οι πυρκαγιές δασών που επανέρχονται περιοδικά. Στα ανωτέρω προστίθεται ο σεισμικός κίνδυνος που πλήττει εξίσου τις χώρες του Βορρά και του Νότου της Μεσογείου. Οι απειλές αυτές στη Μεσογειακή λεκάνη μπορούν να αποδειχτούν ιδιαίτερα επιζήμιες για την οικονομική και κοινωνική ισορροπία της περιοχής, οι καταστροφές εκτιμώνται σε απώλειες τόσο υλικές όσο και ανθρώπινες.

Κατά συνέπεια, πρέπει να ενισχυθούν οι πολυάριθμες ευρωπαϊκές και διεθνείς πρωτοβουλίες, προκειμένου να συντονιστούν οι επιστημονικές και τεχνικές γνώσεις που μπορούν αφενός να προλαμβάνουν τις φυσικές καταστροφές με συγκεκριμένο τρόπο, αφετέρου να προετοιμάζουν για τις επικείμενες καταστροφές και, τέλος, να προτείνουν αποτελεσματικές απαντήσεις, προσαρμοσμένες στο επείγον της κατάστασης. Η πρόληψη και η διαχείριση σε σχέση με ενδεχόμενες φυσικές καταστροφές αποτελούν απαραίτητα στοιχεία για την πολιτική, οικονομική και κοινωνική σταθερότητα της περιοχής της Μεσογείου.

Για να δυνηθεί η περιοχή της Ευρωμεσογειακής Λεκάνης να αποκτήσει αποτελεσματικά μέσα που θα της επιτρέπουν να διαχειρίζεται τις φυσικές καταστροφές τις οποίες έχει να αντιμετωπίσει, ξεκίνησε το 1996 η ευρωμεσογειακή περιφερειακή συνεργασία, η οποία στη συνέχεια, το 2005, με την ευκαιρία της 10ης επετείου της δήλωσης της Βαρκελώνης, επιβεβαιώθηκε ως προτεραιότητα. Κατά τη συνάντηση των υπουργών της ευρωμεσογειακής συνεργασίας, το 2008, στη Μασσαλία, τονίστηκε, μεταξύ άλλων, ότι «ένα κοινό σχέδιο για την πολιτική προστασία όσον αφορά την πρόληψη, την προετοιμασία και την ανταπόκριση στις καταστροφές αποτελεί μία από τις βασικές προτεραιότητες για την περιοχή».

Η συνεργασία αυτή αφορά καλύτερη ενημέρωση των πληθυσμών και προστασία των ανθρώπων, των υποδομών, της πολιτιστικής κληρονομιάς και του φυσικού περιβάλλοντος για την πρόληψη μειζόνων καταστροφών, μέσω της ανάπτυξης των ανταλλαγών μεταξύ των χωρών της Μεσογειακής Λεκάνης και ενίσχυσης, ενδεχομένως, της περιφερειακής στήριξης.

— Ερωτάται λοιπόν η Επιτροπή ποια είναι τα συγκεκριμένα αποτελέσματα της συνεργασίας αυτής και οι βραχυπρόθεσμες και μεσοπρόθεσμες προοπτικές της.

— Επίσης, καθώς κατά τη θερινή περίοδο αυξάνονται σημαντικά οι κίνδυνοι φυσικών καταστροφών στην περιοχή, έχει εξεταστεί το ενδεχόμενο λήψης ιδιαίτερων μέτρων;

Απάντηση του κ. Füle εξ ονόματος της Επιτροπής

(11 Σεπτεμβρίου 2012)

Το Ευρωμεσογειακό πρόγραμμα πρόληψης, ετοιμότητας και αντίδρασης σε φυσικές και ανθρωπογενείς καταστροφές (το οποίο χρηματοδοτείται από την ΕΕ με 5 εκατ. ευρώ και εφαρμόζεται από τον Μάρτιο του 2009 έως τον Νοέμβριο του 2012) οδήγησε σε συγκεκριμένα αποτελέσματα χάρη στη στενή συνεργασία μεταξύ των αρχών πολιτικής προστασίας των 14 δικαιούχων μεσογειακών χωρών-εταίρων (ΜΧΕ). Το πρόγραμμα συνέβαλε στη βελτίωση των ικανοτήτων πολιτικής προστασίας στην περιοχή μέσω της παροχής τεχνικής βοήθειας και δημιούργησε ένα αποτελεσματικό δίκτυο εθνικών ανταποκριτών για την πολιτική προστασία. Στα αποτελέσματα της συνεργασίας αυτής συγκαταλέγεται επίσης η κατάρτιση ενός «Άτλαντα κινδύνων» για τη Μεσόγειο και ενός επιχειρησιακού ευρωμεσογειακού εγχειριδίου για την πολιτική προστασία και τη διαχείριση καταστροφών. Το πρόγραμμα έθεσε επίσης σε εφαρμογή δραστηριότητες ευαισθητοποίησης που απευθύνονταν στον τοπικό πληθυσμό και δημιούργησε έναν δικτυακό τόπο φιλικό προς τον χρήστη.

Στις 8 Νοεμβρίου 2012, θα πραγματοποιηθεί στις Βρυξέλλες διάσκεψη υψηλού επιπέδου σχετικά με τους μελλοντικούς προσανατολισμούς του ευρωμεσογειακού διαλόγου στον τομέα της πολιτικής προστασίας. Σε επίπεδο ΕΕ, καταρτίζεται ένα διάδοχο περιφερειακό πρόγραμμα, το οποίο θα δρομολογηθεί από κοινού με 9 χώρες-εταίρους της Νότιας Γειτονίας στις αρχές του 2013 για περίοδο 3 ετών. Το καλοκαίρι, κάθε χώρα εφαρμόζει το δικό της εθνικό πρόγραμμα αντίδρασης, ενώ μπορεί να στηρίζεται στη συνδρομή του δικτύου εθνικών ανταποκριτών και του Κέντρου Παρακολούθησης και Πληροφόρησης (ΚΠΠ) της Επιτροπής, το οποίο παρακολουθεί την κατάσταση και διευκολύνει την παροχή επιχειρησιακής βοήθειας σε σχέση με κάθε καταστροφή εντός και εκτός ΕΕ, εφόσον το ζητήσει η πληττόμενη χώρα. Για να υπάρχει καλύτερος συντονισμός, κατά τη διάρκεια της περιόδου των δασικών πυρκαγιών το ΚΠΠ φιλοξενεί εθνικούς εμπειρογνώμονες, καθώς και εμπειρογνώμονες από τις ΜΧΕ. Φέτος το καλοκαίρι, το ΚΠΠ έχει μέχρι σήμερα ανταποκριθεί σε εκκλήσεις της Ελλάδας, της Αλβανίας και του Μαυροβουνίου.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-007352/12

à la Commission

Rodi Kratsa-Tsagaropoulou (PPE)

(20 juillet 2012)

Objet: Programmes de prévention et gestion des catastrophes naturelles au sein du bassin euro-méditerranéen

Le bassin méditerranéen est propice à des phénomènes météorologiques instables et souvent violents comme en témoignent les crues éclair, l'aridité estivale source de pénuries d'eau et les incendies de forêts survenant périodiquement. À cela s'ajoute le risque sismique qui touche de manière égale tant les pays du Nord que du Sud de la Méditerranée. Ces menaces sur le bassin méditerranéen peuvent s'avérer particulièrement néfastes à l'équilibre économique et social de cette région, les catastrophes s'évaluant en pertes tant matérielles qu'humaines.

Par conséquent, il convient de renforcer les nombreuses initiatives européennes et internationales, afin de coordonner les connaissances scientifiques et techniques pouvant d'une part prévenir les catastrophes naturelles de manière précise, d'autre part se préparer à l'imminence des catastrophes et enfin proposer des réponses efficaces adaptées à l'urgence de la situation. Une prévention et une gestion adaptées aux éventuelles catastrophes naturelles constituent des éléments indispensables à la stabilité politique, économique et sociale de la région euro-méditerranéenne.

Afin de permettre à la région euro-méditerranéenne de se doter de moyens efficaces lui permettant de gérer les catastrophes naturelles auxquelles elle doit faire face, la coopération régionale euro-méditerranéenne en matière de protection civile a été lancée en 1996 puis réaffirmée comme prioritaire en novembre 2005, à l'occasion du 1[0-9]e anniversaire de la déclaration de Barcelone. Lors de la réunion de ministres euro-méditerranéens à Marseille en 2008, il a, en outre, été rappelé qu'«un projet commun en matière de protection civile en ce qui concerne la prévention, la préparation et la réponse aux catastrophes constitue l'une des principales priorités pour la région».

Cette coopération vise en effet à une meilleure information et protection des populations, des infrastructures, du patrimoine culturel et de l'environnement naturel en prévision de catastrophes majeures, en augmentant les échanges entre les pays du bassin méditerranéen et en renforçant si nécessaire le soutien régional.

— Il convient donc de demander à la Commission quels sont les résultats concrets de cette coopération et les perspectives dans le court et moyen terme?

— De plus, la période d'été pouvant accroître de manière considérable les risques de catastrophes naturelles au sein de la région, des mesures particulières ont-elles été envisagées?

(English version)

Answer given by Mr Füle on behalf of the Commission

(11 September 2012)

The Euro-Mediterranean Programme for the Prevention, Preparedness and Response to Natural and Man-made Disasters (financed by the EU — EUR 5 million — and running from March 2009 to November 2012) has led to concrete results thanks to the close cooperation among the Civil Protection Authorities of the 14 beneficiary Mediterranean Partner Countries (MPC). It has contributed to the development of improved civil protection capacities in the region through technical assistance and has created an effective network of national correspondents for civil protection. Results of this cooperation are also the elaboration of a Risk Atlas for the Mediterranean and an operational Euro-Mediterranean manual on civil protection and disaster management. The programme has also implemented awareness raising activities targeting local population and created a user-friendly website.

A high level conference on future orientations of the Euro-Mediterranean dialogue in the field of civil protection will take place on 8 November 2012 in Brussels. A follow-up regional programme is currently being prepared by the EU and is to be launched with 9 southern Neighbourhood partner countries in early 2013 for a period of 3 years. During the summer, each country operates its national response system and can rely on the support of the network of national correspondents and the Monitoring and Information Centre (MIC) of the Commission which monitors the situation and facilitates operational assistance to any disaster inside and outside the EU upon request of an affected country. To enhance coordination, MIC hosts during the forest fire season national experts, including experts from the MPC. This summer, MIC was activated so far by Greece, Albania and Montenegro.

(English version)

Question for written answer E-007352/12

to the Commission

Rodi Kratsa-Tsagaropoulou (PPE)

(20 July 2012)

Subject: Natural disaster prevention and management programmes within the Euro-Mediterranean Basin

Lightning floods, drought and water shortages in summer and the periodic outbreak of forest fires all testify to the Mediterranean Basin’s propensity for unstable and often violent weather phenomena. In addition to this, all the countries in both the north and the south of the Mediterranean are prone to earthquakes. The material and human cost of disasters like these in the Mediterranean Basin can seriously disrupt the region’s social and economic balance.

The numerous initiatives at EU and international level need to be strengthened therefore. This will enable coordination of scientific and technical knowledge that can forewarn and pinpoint imminent natural disasters on the one hand, prepare for them on the other, and then propose effective responses that match the needs of each case. A prevention and management policy that can be adapted to any natural disasters that occur is vital to the political, economic and social stability of the Euro-Mediterranean region.

Regional Euro-Mediterranean cooperation in the field of civil protection was launched in 1996 to enable the Euro-Mediterranean region to equip itself with effective means of managing the natural disasters from which it suffers. It was reaffirmed as a priority in November 2005, on the occasion of the 10th anniversary of the Barcelona Declaration. Furthermore it was reiterated during the Euro‐Mediterranean Ministers Conference in Marseille in 2008 that a ‘joint Civil Protection project on prevention, preparation and response to disasters is one of the main priorities for the region’.

The aim of this cooperation is to keep local populations better informed and to protect them, along with infrastructure, cultural heritage and the environment, against the likelihood of major disasters. This entails increasing exchanges between countries in the Mediterranean Basin and stepping up regional support where necessary.

— Can the Commission say what this cooperation has produced so far in real terms and what is the short and medium-term outlook?

— Secondly, have any special measures been planned for the summer, a period when the likelihood of natural disasters occurring in the region rises considerably?

Answer given by Mr Füle on behalf of the Commission

(11 September 2012)

The Euro-Mediterranean Programme for the Prevention, Preparedness and Response to Natural and Man-made Disasters (financed by the EU — EUR 5 million — and running from March 2009 to November 2012) has led to concrete results thanks to the close cooperation among the Civil Protection Authorities of the 14 beneficiary Mediterranean Partner Countries (MPC). It has contributed to the development of improved civil protection capacities in the region through technical assistance and has created an effective network of national correspondents for civil protection. Results of this cooperation are also the elaboration of a Risk Atlas for the Mediterranean and an operational Euro-Mediterranean manual on civil protection and disaster management. The programme has also implemented awareness raising activities targeting local population and created a user-friendly website.

A high level conference on future orientations of the Euro-Mediterranean dialogue in the field of civil protection will take place on 8 November 2012 in Brussels. A follow-up regional programme is currently being prepared by the EU and is to be launched with 9 southern Neighbourhood partner countries in early 2013 for a period of 3 years. During the summer, each country operates its national response system and can rely on the support of the network of national correspondents and the Monitoring and Information Centre (MIC) of the Commission which monitors the situation and facilitates operational assistance to any disaster inside and outside the EU upon request of an affected country. To enhance coordination, MIC hosts during the forest fire season national experts, including experts from the MPC. This summer, MIC was activated so far by Greece, Albania and Montenegro.

(Versión española)

Pregunta con solicitud de respuesta escrita E-007366/12

a la Comisión

Ana Miranda (Verts/ALE)

(23 de julio de 2012)

Asunto: Conservación de la Red Natura en Galicia

La Red Natura 2000 es una red ecológica coherente de zonas especiales de conservación establecida en virtud de los términos de la Directiva 92/43/CEE relativa a la conservación de los hábitats naturales y de la fauna y flora silvestres. Galicia es una de las regiones de la UE con menor superficie de esta red, apenas un 11 %, a pesar de su gran biodiversidad. La Comisión es consciente de esta mala situación y ha instado al Gobierno español a corregirla. Sin embargo, la Xunta de Galicia acaba de presentar el proyecto de Plan director de la Red Natura 2000, en el que se permite la instalación de proyectos industriales, como las piscifactorías, en cualquier lugar de la Red Natura mediante una interpretación abusiva y expansiva del concepto de «razones imperiosas de interés público de primer orden» a pesar de que los enclaves elegidos tienen la consideración de zona especial de conservación. La intención de la Directiva 92/43/CEE fue aplicar este criterio sólo en casos excepcionales y cuando no hay otra alternativa.

La propuesta de la Xunta de Galicia abre la puerta a que los 1 200 km. litoral de extraordinaria riqueza medioambiental queden cubiertos por macroproyectos de acuicultura intensiva industrial, con las consecuencias de contaminación marina que esta actividad conlleva, sin apenas generar empleo y riqueza en las regiones costeras, como se de muestra en los ejemplos ya existentes. Por el contrario, acumularía grandes extensiones de costa, desactivando otras actividades como la pesca, el marisqueo o la acuicultura a pequeña escala que generan efectivamente miles de puestos de trabajo y son respetuosas con el medio marino.

La Directiva 92/43/CEE también es clara cuando señala que en casos de hábitat prioritario, al igual que —Espacio Natural Dunas de Corrubedo, por citar un ejemplo—«únicamente se podrán alegar consideraciones relacionadas con la salud humana y la seguridad pública, o relativas a consecuencias positivas de primordial importancia para el medio ambiente, o bien, previa consulta a la Comisión, otras razones imperiosas de interés público de primer orden».

1. ¿Considera la Comisión que los proyectos de acuicultura industrial pueden justificarse sobre la base de «razones imperiosas de interés público de primer orden», aunque a asienten en zonas de la Red Natura y causen daños en el lugar de que se trate?

2. ¿Considera que un proyecto de Plan director de la Red Natura 2000 que generaliza la aplicación del concepto de «interés público de primer orden» es compatible con el mandato y los objetivos expresados en la Directiva 92/43/CEE?

Respuesta del Sr. Potočnik en nombre de la Comisión

(5 de septiembre de 2012)

La Comisión no tiene conocimiento ni del plan de acuicultura industrial de Galicia ni de las razones imperiosas de interés público de primer orden alegadas por la Junta de Galicia.

En lo que respecta a las razones imperiosas de interés público de primer orden, los puntos de vista de los servicios de la Comisión figuran en el documento orientativo (131) sobre el artículo 6, apartado 4, de la Directiva de hábitats (132).

La Comisión, en estrecha cooperación con los Estados miembros y otras partes interesadas, ha elaborado documentos de orientación (133) para que se entienda mejor cómo aplicar el procedimiento del artículo 6 a los planes y proyectos de diferentes sectores y, en particular, para proporcionar asesoramiento sobre cómo llevar a cabo una evaluación adecuada. La Comisión está elaborando en este momento un documento de orientación sobre el sector acuícola.

La Comisión recuerda que la responsabilidad de aplicar correctamente el Derecho de la UE incumbe principalmente a los Estados miembros. La Comisión no vacilará en adoptar las acciones legales oportunas si las disposiciones del artículo 6 de la Directiva sobre hábitats no se cumplen en lo que respecta a los proyectos de acuicultura industrial.

(English version)

Question for written answer E-007366/12

to the Commission

Ana Miranda (Verts/ALE)

(23 July 2012)

Subject: Conserving the Natura network in Galicia

The Natura 2000 network is a coherent ecological network of special areas of conservation that was set up under Directive 92/43/EEC on the conservation of natural habitats and of wild fauna and flora. Galicia is among the EU territories with the smallest area included in the network (only 11 %), despite its high level of biodiversity. The Commission is aware of this deficit and has already urged Spain to remedy it. In the meantime, the Galician government recently put forward the draft general plan for the Natura network, which will make it possible to site industrial projects — such as aquaculture farms — in any Natura network area thanks to an improper and excessively wide interpretation of the notion of ‘imperative reasons of overriding public interest’, even though the sites chosen might be deemed special areas of conservation. The intention in Directive 92/43/EEC was for this criterion to be applied only in exceptional cases where there is no alternative.

The Galician government's proposal will open the way for large-scale, intensive industrial aquaculture projects covering 1 200 km of environmentally valuable coastline, with the ensuing pollution of the sea. As existing cases have shown, such projects do not generate either jobs or wealth for coastal communities. On the contrary, these projects would occupy huge areas of coastline and prevent other activities such as small-scale fishing, shellfish harvesting or small-scale aquaculture, which do generate thousands of jobs and respect the marine environment.

Directive 92/43/EEC also clearly stipulates that, in the case of priority habitats — one example of which is the Dunas de Corrubedo natural park —'the only considerations which may be raised are those relating to human health or public safety, to beneficial consequences of primary importance for the environment or, further to an opinion from the Commission, to other imperative reasons of overriding public interest'.

1. Does the Commission believe that industrial aquaculture projects can be justified on the basis of ‘imperative reasons of overriding public interest’, even though they are to be located in Natura network areas and will damage the area in question?

2. Does it believe that a draft general plan for the Natura network that applies the notion of ‘imperative reasons of overriding public interest’ across the board is compatible with the purpose and objectives set out in Directive 92/43/EEC?

Answer given by Mr Potočnik on behalf of the Commission

(5 September 2012)

The Commission is neither aware of the Galicia's industrial aquaculture plan nor about the imperative reasons for overriding public interest argued by the Galician government.

Concerning the imperative reasons of overriding public interest, the Commission Services' views have been stated in the guidance document (134) on Article 6(4) of the Habitats Directive (135).

The Commission, in close cooperation with the Member States and other stakeholders concerned, has developed guidance documents (136), aiming to establishing a better understanding of how to apply the article 6 procedure to developments plans and projects in different sectors and to provide further advice on how to carry out an appropriate assessment in particular. The Commission is at present developing a guidance document for the aquaculture sector.

The Commission would like to underline that the responsibility for implementing EC law correctly lies primarily with Member States. The Commission will not hesitate to take the appropriate legal action provided that the provisions of Article 6 of the Habitats Directive are not being respected regarding industrial aquaculture projects.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-007515/12

à la Commission

Anna Záborská (PPE)

(30 juillet 2012)

Objet: Développement — Comitologie — Santé reproductive et sexuelle

La Commission est invitée à transmettre la liste des comités qui ont traité dans le passé ou qui traitent à présent de la santé reproductive et sexuelle dans le cadre de la politique du développement et de la coopération — EuropeAid.

La Commission est invitée à publier la liste des représentants des associations de la société civile ayant participé ou participant aux réunions des comités, ce pour chacun d'eux.

Réponse donnée par M. Piebalgs au nom de la Commission

(11 septembre 2012)

Les comités qui ont traité de la santé reproductive et sexuelle dans le cadre de la politique de développement et de la coopération sont principalement les comités «Development Cooperation Instrument — Investing in People» et «Development Cooperation Instrument — Non State Actors». Des projets et programmes qui peuvent aussi inclure une composante sur la santé reproductive et sexuelle ont pu également avoir été traités par les comités FED (137) et ICD (138) géographiques.

Des représentants des associations de la société civile ne participent pas à ces comités. Les comités sont composés de représentants des États membres et les informations sur les travaux des comités sont disséminées au Conseil et au Parlement via le Registre, conformément aux articles 3.2 et 10 du règlement du Parlement européen et du Conseil du 16 février 2011 (139).

(Slovenské znenie)

Otázka na písomné zodpovedanie E-007515/12

Komisii

Anna Záborská (PPE)

(30. júla 2012)

Vec: Rozvoj — Postup výboru — Reprodukčné a sexuálne zdravie

Vyzývame Komisiu, aby predložila zoznam výborov, ktoré sa v minulosti zaoberali alebo sa v súčasnosti zaoberajú otázkou reprodukčného a sexuálneho zdravia v rámci politiky rozvoja a spolupráce — EuropeAid.

Žiadame Komisiu, aby zverejnila zoznam zástupcov združení občianskej spoločnosti, ktoré sa zúčastňovali alebo sa zúčastňujú na schôdzach výborov, a to jednotlivo za každý výbor.

Odpoveď pána Piebalgsa v mene Komisie

(11. septembra 2012)

Výbory, ktoré sa v minulosti zaoberali otázkou reprodukčného a sexuálneho zdravia v rámci politiky rozvoja a spolupráce, sú najmä tieto výbory: „Development Cooperation Instrument – Investing in People“ (Nástroj rozvojovej spolupráce – investovanie do ľudí) a „Development Cooperation Instrument – Non State Actors“ (Nástroj rozvojovej spolupráce – neštátni aktéri). Projektmi a programami, ktoré tiež môžu obsahovať časť týkajúcu sa reprodukčného a sexuálneho zdravia, sa rovnako mohli zaoberať zemepisné výbory ERF (140) a DCI (141).

Zástupcovia združení občianskej spoločnosti sa nezúčastňujú na práci týchto výborov. Výbory sa skladajú zo zástupcov členských štátov a informácie o práci výborov sa zasielajú Rade a Parlamentu prostredníctvom registra v súlade s článkom 3 ods. 2 a článkom 10 nariadenia Európskeho parlamentu a Rady zo 16. februára 2011 (142).

(English version)

Question for written answer E-007515/12

to the Commission

Anna Záborská (PPE)

(30 July 2012)

Subject: Development — Comitology — Reproductive and sexual health

Could the Commission please send me the list of committees that have in the past dealt with, or are currently dealing with, reproductive and sexual health as part of the EuropeAid development and cooperation policy?

Who are the civil society representatives who have taken part, or are currently taking part, in the meetings of these committees? Could the Commission please publish the list for each of the committees concerned?

(Version française)

Réponse donnée par M. Piebalgs au nom de la Commission

(11 septembre 2012)

Les comités qui ont traité de la santé reproductive et sexuelle dans le cadre de la politique de développement et de la coopération sont principalement les comités «Development Cooperation Instrument — Investing in People» et «Development Cooperation Instrument — Non State Actors». Des projets et programmes qui peuvent aussi inclure une composante sur la santé reproductive et sexuelle ont pu également avoir été traités par les comités FED (143) et ICD (144) géographiques.

Des représentants des associations de la société civile ne participent pas à ces comités. Les comités sont composés de représentants des États membres et les informations sur les travaux des comités sont disséminées au Conseil et au Parlement via le Registre, conformément aux articles 3.2 et 10 du règlement du Parlement européen et du Conseil du 16 février 2011 (145).

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-007580/12

à la Commission

Marc Tarabella (S&D)

(7 août 2012)

Objet: Approche de la Commission vis-à-vis des partenariats multi-acteurs

Au cours de ces dernières années, la Commission a reconnu de manière croissante la place accrue des autorités locales et régionales dans les politiques de développement.

Pourquoi alors la consultation préparatoire sur le développement organisée par la Commission fut-elle exclusivement tournée vers les organisations de la société civile?

C'est d'autant plus étonnant que cette consultation donnera lieu à une communication, qui sortira en octobre 2012, et qui devrait/aurait dû constituer la prochaine stratégie de la Commission pour les partenariats multi-acteurs dans le domaine du développement.

La Commission pourrait elle clarifier son approche vis-à-vis des partenariats multi-acteurs et sa stratégie de travail avec les autorités locales et régionales dans le domaine de la coopération au développement?

Réponse donnée par M. Piebalgs au nom de la Commission

(27 septembre 2012)

L'UE soutient le rôle des autorités locales dans ses politiques de développement à travers les possibilités offertes par ses programmes géographiques et thématiques, notamment «Acteurs non étatiques et autorités locales dans le développement». Elle favorise aussi, dans le cadre de ces programmes ou dans son dialogue politique avec les autorités locales de l'UE et des pays en développement, le partenariat multi-acteurs et la coopération entre les autorités locales et d'autres acteurs de leur territoire comme les organisations de la société civile et d'autres parties prenantes comme le secteur privé.

Plus globalement, la Commission note également avec satisfaction l'affirmation générale du rôle des autorités locales dans les questions liées au développement, par exemple dans le récent Partenariat de Busan (1er décembre 2011) (146).

S'agissant de deux thématiques par nature différentes, la Commission a décidé de présenter séparément deux communications, la première sur le rôle de la société civile et une seconde ciblée sur les autorités locales. Cette deuxième communication sera préparée suite à une vaste consultation des organisations représentatives des autorités locales qui vient de débuter. Elle visera à définir une politique ambitieuse de l'UE concernant le soutien aux autorités locales des pays partenaires, afin de permettre leur pleine participation au dialogue sur les politiques et la réalisation des objectifs de développement durable. La communication abordera également les relations des autorités locales avec les autres parties prenantes, dans le cadre des partenariats multi-acteurs, pour la promotion d'un développement territorial.

(English version)

Question for written answer E-007580/12

to the Commission

Marc Tarabella (S&D)

(7 August 2012)

Subject: Commission approach to multi-stakeholder partnerships

In recent years the Commission has increasingly recognised the greater role played by local and regional authorities in development policies.

Why then did the preparatory consultation on development, organised by the Commission, focus exclusively on civil society organisations?

This is all the more surprising in that this consultation will result in a communication, to be issued in October 2012, which should be (or should have been) the next Commission strategy for multi-stakeholder partnerships with regard to development.

Could the Commission clarify its approach to multi-stakeholder partnerships and its work strategy in relation to local and regional authorities in the field of development cooperation?

(Version française)

Réponse donnée par M. Piebalgs au nom de la Commission

(27 septembre 2012)

L'UE soutient le rôle des autorités locales dans ses politiques de développement à travers les possibilités offertes par ses programmes géographiques et thématiques, notamment «Acteurs non étatiques et autorités locales dans le développement». Elle favorise aussi, dans le cadre de ces programmes ou dans son dialogue politique avec les autorités locales de l'UE et des pays en développement, le partenariat multi-acteurs et la coopération entre les autorités locales et d'autres acteurs de leur territoire comme les organisations de la société civile et d'autres parties prenantes comme le secteur privé.

Plus globalement, la Commission note également avec satisfaction l'affirmation générale du rôle des autorités locales dans les questions liées au développement, par exemple dans le récent Partenariat de Busan (1er décembre 2011) (147).

S'agissant de deux thématiques par nature différentes, la Commission a décidé de présenter séparément deux communications, la première sur le rôle de la société civile et une seconde ciblée sur les autorités locales. Cette deuxième communication sera préparée suite à une vaste consultation des organisations représentatives des autorités locales qui vient de débuter. Elle visera à définir une politique ambitieuse de l'UE concernant le soutien aux autorités locales des pays partenaires, afin de permettre leur pleine participation au dialogue sur les politiques et la réalisation des objectifs de développement durable. La communication abordera également les relations des autorités locales avec les autres parties prenantes, dans le cadre des partenariats multi-acteurs, pour la promotion d'un développement territorial.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite P-007584/12

à la Commission

Anna Záborská (PPE)

(8 août 2012)

Objet: Coopération au développement: participation d'un commissaire au Sommet international sur la planification familiale

Le commissaire chargé du développement, M. Andris Piebalgs, indiquait sur son site internet l'intention de participer au Sommet international de la planification familiale, le 11 juin 2012, à Londres. Ce sommet a été organisé par la Fondation Bill & Melinda Gates en collaboration avec le gouvernement du Royaume-Uni. En étaient partenaires des associations non-étatiques telles que la Fédération internationale du planning familial, EuroNGO, Deutsche Stiftung Weltbevölkerung, Marie-Stopes-International ou encore le Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP).

1.

La Commission a-t-elle participé financièrement ou matériellement à l'organisation de cette conférence, directement ou par l'intermédiaire d'associations partenaires profitant d'un financement européen (dans le cadre d'un projet ou dans le cadre des frais de fonctionnement)?

2.

Le commissaire a-t-il effectivement participé au Sommet international de la planification familiale? Pourrait-il transmettre l'ensemble des notes de préparation rédigées par les services des institutions européennes et les notes transmises par les représentants d'intérêts particuliers?

3.

Le commissaire pourrait-il indiquer le nom des personnes qu'il a rencontrées, officiellement ou officieusement, lors du sommet, le sujet abordé au cours de ces rencontres et la suite donnée à ces réunions?

4.

Quelles promesses financières ou politiques le commissaire a-t-il faites lors de ce sommet?

5.

Les résultats de cette conférence ont-ils produit des effets ou entraîné des changements sur les orientations stratégiques dans le domaine de la planification familiale en ce qui concerne la coopération au développement?

(English version)

Answer given by Mr Piebalgs on behalf of the Commission

(24 September 2012)

The Commissioner responsible for Development informed the Chair of the European Parliament's committee on Development cooperation by letter about his planned participation and announcements before the Family Planning Summit in London took place. A press release on the issue can also be found on the Commission website. Videos of the summit are available on the Internet at the organisers' website http://www.londonfamilyplanningsummit.co.uk/.

As the Development Committee was informed, the Commission did not in any way contribute to the organisation of the Summit.

The Commissioner took part in the panel discussion on donor commitments. The Commissioner pointed to the important role the EU is playing in 32 countries by supporting health systems and by providing support for basic packages of health services, including sexual and reproductive health. The Commission's approach is to support the sector primarily through the partner countries' own structures.

Within the overall context of the Summit, the Commissioner announced a new EU pledge of EUR 23 million for family planning as mentioned in the letter to the Development committee.

The Summit outcomes do not require any changes to the current EU policies and approaches in the health sector.

(Slovenské znenie)

Otázka na písomné zodpovedanie P-007584/12

Komisii

Anna Záborská (PPE)

(8. augusta 2012)

Vec: Rozvojová spolupráca: účasť komisára na Medzinárodnom samite o plánovanom rodičovstve

Komisár pre rozvoj, Andris Piebalgs, na svojej internetovej stránke uviedol, že sa 11. júna 2012 zúčastní na Medzinárodnom samite o plánovanom rodičovstve v Londýne. Tento samit zorganizovala nadácia Bill & Melinda Gates Foundation v spolupráci s vládou Spojeného kráľovstva. Mimovládne organizácie ako Medzinárodná federácia pre plánované rodičovstvo, EuroNGO, Deutsche Stiftung Weltbevölkerung, Marie-Stopes-International a Populačný fond OSN (UNFPA) boli partnermi tohto samitu.

1. Prispela Komisia finančne alebo materiálne k organizácii tejto konferencie, či už priamo alebo prostredníctvom partnerských organizácií, ktoré využívajú financovanie zo strany EÚ (v rámci projektu alebo v súvislosti s prevádzkovými nákladmi)?

2. Skutočne sa komisár zúčastnil na Medzinárodnom samite o plánovanom rodičovstve? Mohol by predložiť všetky prípravné poznámky vypracované príslušnými útvarmi európskych inštitúcií a poznámky zaslané predstaviteľmi záujmových skupín?

3. Mohol by komisár poskytnúť mená osôb, s ktorými sa na samite formálne alebo neformálne stretol, témy, o ktorých diskutoval a výsledky týchto stretnutí?

4. Aké finančné alebo politické sľuby komisár počas tohto samitu dal?

5. Mali výsledky tejto konferencie nejaký účinok alebo viedli k nejakým zmenám v strategických usmerneniach v oblasti plánovaného rodičovstva, pokiaľ ide o rozvojovú spoluprácu?

Odpoveď pána Piebalgsa v mene Komisie

(24. septembra 2012)

Komisár zodpovedný za rozvoj informoval o svojej plánovanej účasti a vyhláseniach predsedu Výboru Európskeho parlamentu pre rozvoj listom predtým, ako sa Medzinárodný samit o plánovanom rodičovstve v Londýne uskutočnil. Tlačová správa týkajúca sa tejto záležitosti sa nachádza aj na webovej stránke Komisie. Videozáznamy zo samitu sú k dispozícii na internete na webovej stránke organizátorov http://www.londonfamilyplanningsummit.co.uk/.

Tak ako sa uvádza v liste určenom výboru pre rozvoj, Komisia sa na organizovaní samitu nijako nepodieľala.

Komisár sa zúčastnil na panelovej diskusii o záväzkoch darcov. Komisár poukázal na významnú úlohu, ktorú EÚ zohráva v 32 krajinách tým, že podporuje zdravotné systémy a poskytuje podporu na základné balíčky zdravotných služieb vrátane sexuálneho a reprodukčného zdravia. Prístup Komisie spočíva v podpore sektora predovšetkým prostredníctvom samotných štruktúr v partnerských krajinách.

V rámci celkového kontextu samitu Komisár prisľúbil 23 miliónov EUR na oblasť plánovania rodiny, tak ako sa uvádza v liste určenom výboru pre rozvoj.

Výsledky samitu si nevyžadujú žiadne zmeny súčasných politík EÚ a prístupov v sektore zdravia.

(English version)

Question for written answer P-007584/12

to the Commission

Anna Záborská (PPE)

(8 August 2012)

Subject: Development cooperation: attendance of a Commissioner at the international Summit on Family Planning

The Commissioner for Development, Andris Piebalgs, stated on his website that he intended to attend the international Summit on Family Planning, held in London on 11 June 2012. This summit was organised by the Bill & Melinda Gates Foundation in collaboration with the government of the United Kingdom. Non-governmental associations such as the International Planned Parenthood Federation, EuroNGO, Deutsche Stiftung Weltbevölkerung, Marie-Stopes International and the United Nations Population Fund (UNFPA) were partners in the summit.

1. Did the Commission contribute financially or materially to the organisation of this conference, either directly or through partner associations benefiting from EU funding (as part of a project or in connection with their operating costs)?

2. Did the Commissioner really attend the International Summit on Family Planning? Could he forward all the preparatory notes drawn up by the relevant departments of the EU institutions and the notes sent by those representing special interests?

3. Could the Commissioner give the names of the people he met, formally or informally, at the summit, the topics discussed and the outcome of these meetings?

4. What financial or political promises did the Commissioner make at this summit?

5. Has the outcome of this conference had any impact on, or led to any changes to, strategic family planning guidelines with regard to development cooperation?

Answer given by Mr Piebalgs on behalf of the Commission

(24 September 2012)

The Commissioner responsible for Development informed the Chair of the European Parliament's committee on Development cooperation by letter about his planned participation and announcements before the Family Planning Summit in London took place. A press release on the issue can also be found on the Commission website. Videos of the summit are available on the Internet at the organisers' website http://www.londonfamilyplanningsummit.co.uk/.

As the Development Committee was informed, the Commission did not in any way contribute to the organisation of the Summit.

The Commissioner took part in the panel discussion on donor commitments. The Commissioner pointed to the important role the EU is playing in 32 countries by supporting health systems and by providing support for basic packages of health services, including sexual and reproductive health. The Commission's approach is to support the sector primarily through the partner countries' own structures.

Within the overall context of the Summit, the Commissioner announced a new EU pledge of EUR 23 million for family planning as mentioned in the letter to the Development committee.

The Summit outcomes do not require any changes to the current EU policies and approaches in the health sector.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-007608/12

à la Commission

Marc Tarabella (S&D)

(14 août 2012)

Objet: Registre de transparence des lobbys

Les citoyens ont — en droit — accès aux informations sur les représentants d'intérêt (lobbyistes) participant aux processus décisionnels.

Le Commissaire Maroš Šefčovič explique sur Twitter que «les pressions en termes de réputation seraient suffisantes pour inciter l'inscription volontaire des lobbyistes…». Cependant, le registre de transparence rassemble à ce jour environ 5 000 organisations, soit à peine un quart des lobbyistes estimés.

— Devant un tel constat, et dans un souci de transparence pour les citoyens mais aussi pour les lobbys qui ont pris la peine de s'inscrire, le registre de transparence ne devrait-il pas être obligatoire? Ne faudrait-il pas encourager cette démarche via une «base légale» dans les traités?

Réponse donnée par M Šefčovič au nom de la Commission

(25 septembre 2012)

La Commission examinera, ensemble avec le Parlement européen, la mise en œuvre et les résultats obtenus par ce système dans le courant de l'année 2013, comme le prévoit l'accord interinstitutionnel qu'ils ont établi ensemble à ce sujet. Parmi les éléments à examiner à ce moment là, figurera l'efficacité du dispositif par rapport aux objectifs poursuivis en matière de transparence. La Commission ne souhaite pas anticiper et préjuger les résultats de cette analyse à conduire conjointement avec le Parlement.

(English version)

Question for written answer E-007608/12

to the Commission

Marc Tarabella (S&D)

(14 August 2012)

Subject: Register of lobbyists and transparency

In law, citizens have the right of access to information on lobbyists who participate in the decision-making process.

Commissioner Maroš Šefčovič explains on Twitter that pressure in terms of their reputation should be enough to encourage lobbyists to sign up voluntarily. However, the transparency register currently contains a little under 5 000 organisations, barely a quarter of the estimated number of lobbyists.

In the light of the above, in the interest of transparency for citizens but also in the interest of those lobbyists who have made the effort to sign up, should not the transparency register be compulsory, and should this not be encouraged by providing a legal basis in the Treaties?

(Version française)

Réponse donnée par M Šefčovič au nom de la Commission

(25 septembre 2012)

La Commission examinera, ensemble avec le Parlement européen, la mise en œuvre et les résultats obtenus par ce système dans le courant de l'année 2013, comme le prévoit l'accord interinstitutionnel qu'ils ont établi ensemble à ce sujet. Parmi les éléments à examiner à ce moment là, figurera l'efficacité du dispositif par rapport aux objectifs poursuivis en matière de transparence. La Commission ne souhaite pas anticiper et préjuger les résultats de cette analyse à conduire conjointement avec le Parlement.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite P-008079/12

à la Commission

Philippe Boulland (PPE)

(13 septembre 2012)

Objet: Reliquat du 1[0-9]e FED et Madagascar

Selon la décision du Conseil (2012/491/UE) du 23 juillet 2012 relative à la position à prendre par l'Union européenne, au sein du Comité des Ambassadeurs ACP-UE, concernant la réallocation d'une partie du reliquat de l'enveloppe du 1[0-9]e Fonds européen de développement à la coopération intra-ACP, il «est nécessaire de transférer 195 millions d'euros du reliquat du 1[0-9]e FED vers l'enveloppe consacrée à la coopération intra-ACP». En outre, l'article 2 de ladite décision prévoit «qu'un montant de 100 millions d'euros sur les 195 millions d'euros faisant l'objet d'une réallocation financière sera réservé à la facilité de paix pour l'Afrique».

1. Le reliquat du Programme Indicatif National (PIN) du 1[0-9]e FED de Madagascar (qui est de 277 millions d'euros) sera-t-il transféré vers l'enveloppe consacrée à la coopération intra-ACP? Si oui, à quelle hauteur?

2. Pourquoi pénaliser Madagascar alors que des efforts visibles, comme la signature de la feuille de route en septembre 2011 ainsi que la fixation d'une date pour les élections présidentielles en juin 2013, démontrent la volonté des autorités malgaches de débloquer la situation politique?

3. Si le reliquat de l'enveloppe de Madagascar devait être amputé, la somme prélevée sur l'enveloppe sera-t-elle intégralement réallouée dans le PIN du 1[0-9]e FED destiné à Madagascar?

Réponse donnée par M. Piebalgs au nom de la Commission

(15 octobre 2012)

1. Le renforcement du programme intra-ACP est financé sur les réserves du 1[0-9]e FED. Il n'y a aucun lien entre ce renforcement et un dégagement de l'enveloppe financière du Programme Indicatif National de Madagascar.

2. La décision du Conseil du 5 décembre 2011 sur Madagascar, au titre de l'art. 96 de l'Accord de Cotonou, reste en vigueur jusqu'au 6 décembre 2012 et le processus de prolongation de cette décision est en cours d'initiation. L'UE et Madagascar continuent d'appliquer la feuille de route définie en septembre 2011 et sa mise en œuvre est évaluée de façon régulière. Ce processus se termine avec la tenue d'élections crédibles et démocratiques. Dans ce contexte, l'UE est sur le point d'engager plus de 188 millionsd'euros sur le 1[0-9]e FED en appui aux populations locales, pour la réhabilitation des dégâts cycloniques et pour les élections, auxquels s'ajoutent 33 millionsd'euros sur le budget de l'UE (appui aux élections, intervention humanitaire, soutien en faveur de la sécurité alimentaire, des acteurs non étatiques et projet pour défendre les Droits de l'homme).

D'autre part, afin d'accompagner le pays dans sa sortie de crise après la tenue des élections, le processus d'identification d'autres programmes est en cours pour un montant n'excédant pas 150 millions EUR (sur le 1[0-9]e FED).

3. Non. Il n'y a pas de fongibilité entre les dégagements d'allocations nationales du 1[0-9]e FED et les futures allocations nationales du 1[0-9]e FED.

(English version)

Question for written answer P-008079/12

to the Commission

Philippe Boulland (PPE)

(13 September 2012)

Subject: Unallocated resources from the 10th EDF and Madagascar

Council Decision (2012/491/EU) of 23 July 2012 on the position to be taken by the European Union within the ACP-EU Committee of Ambassadors concerning the reassignment of part of the unallocated resources of the 10th European Development Fund to intra-ACP cooperation states that ‘It is necessary to transfer EUR 195 million from the 10th EDF unallocated resources to the envelope for intra-ACP cooperation. Furthermore, Article 2 states that EUR 100 million out of the EUR 195 million financial reallocation shall be earmarked for the African Peace Rally’.

1.

Will any of the unallocated National Indicative Programme (NIP) resources under the 10th EDF for Madagascar (amounting to EUR 277 million) be transferred to the envelope for intra-ACP cooperation? If so, how much?

2.

Why is Madagascar being penalised notwithstanding its obvious efforts, such as the signature of the Roadmap in September 2011 and the setting of a date for presidential elections in June 2013, demonstrating the willingness of the Malagasy authorities to seek a solution to the political deadlock?

3.

If the unallocated resources for Madagascar are deducted from the envelope, will the full amount be reassign to the NIP under the 11th EDF for Madagascar?

(Version française)

Réponse donnée par M. Piebalgs au nom de la Commission

(15 octobre 2012)

1. Le renforcement du programme intra-ACP est financé sur les réserves du 1[0-9]e FED. Il n'y a aucun lien entre ce renforcement et un dégagement de l'enveloppe financière du Programme Indicatif National de Madagascar.

2. La décision du Conseil du 5 décembre 2011 sur Madagascar, au titre de l'art. 96 de l'Accord de Cotonou, reste en vigueur jusqu'au 6 décembre 2012 et le processus de prolongation de cette décision est en cours d'initiation. L'UE et Madagascar continuent d'appliquer la feuille de route définie en septembre 2011 et sa mise en œuvre est évaluée de façon régulière. Ce processus se termine avec la tenue d'élections crédibles et démocratiques. Dans ce contexte, l'UE est sur le point d'engager plus de 188 millionsd'euros sur le 1[0-9]e FED en appui aux populations locales, pour la réhabilitation des dégâts cycloniques et pour les élections, auxquels s'ajoutent 33 millionsd'euros sur le budget de l'UE (appui aux élections, intervention humanitaire, soutien en faveur de la sécurité alimentaire, des acteurs non étatiques et projet pour défendre les Droits de l'homme).

D'autre part, afin d'accompagner le pays dans sa sortie de crise après la tenue des élections, le processus d'identification d'autres programmes est en cours pour un montant n'excédant pas 150 millions EUR (sur le 1[0-9]e FED).

3. Non. Il n'y a pas de fongibilité entre les dégagements d'allocations nationales du 1[0-9]e FED et les futures allocations nationales du 1[0-9]e FED.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-008097/12

à la Commission

Catherine Grèze (Verts/ALE)

(13 septembre 2012)

Objet: Compétitivité des droits de plantation

Dans sa réponse à mon interpellation sur les droits de plantation, M. Ciolos me rappelle que leur libéralisation «s'inscrit dans la réforme de l'OCM du vin […]. [Elle] vise à rétablir l'équilibre du marché du vin et à accroître la compétitivité en fournissant aux producteurs des outils pour l'amélioration de cette compétitivité […]».

Pourtant, le 12 juin 2012, la Cour des comptes européenne a présenté son rapport d'évaluation de la réforme de l'OCM du vin de 2008, selon lequel la libéralisation programmée des droits de plantation n'aurait pas bénéficié d'un niveau de recherche suffisant. «Dans des notes internes, la Commission a brièvement analysé l'incidence de l'abolition des droits de plantation et a conclu à l'absence de risque d'accroissement des plantations consécutif à la fin du régime des droits de plantation […]. Toutefois, la Commission n'a pas effectué d'évaluation approfondie des éventuelles conséquences découlant de la prolongation du régime des droits de plantation», est-il écrit.

Or, une des rares études existant sur le sujet est celle de M. Montaigne, intitulée «Étude sur les impacts socio-économiques et territoriaux de la libéralisation des droits de plantations viticoles». Elle dément l'argument de la Commission selon lequel le système des droits de plantation empêche les exploitations de grandir et de faire des économies d'échelle et donc qu'il faut libéraliser les plantations. Au regard du recensement général agricole, la surface moyenne des exploitations viticoles a en effet doublé en 20 ans en France. Or, si les droits de plantation empêchaient les exploitations d'évoluer, comment auraient‐elles pu augmenter leur surface en vigne? Par ailleurs, y est contestée la règle selon laquelle les viticulteurs feraient systématiquement des économies d'échelle en s'agrandissant. En étudiant les données du RICA (Réseau d'information comptable agricole) entre 2005 et 2007, on peut observer que les grandes exploitations en vin de table ont effectivement un revenu supérieur aux petites. Mais cette règle ne s'applique pas aux exploitations vendant à des prix élevés pour lesquelles les revenus fléchissent quand la surface augmente. Vouloir à tout prix augmenter la taille des exploitations est donc un non-sens.

1. La Commission a-t-elle connaissance de cette étude et compte-t-elle la prendre en compte?

2. Prévoie-t-elle de revenir sur la suppression des droits de plantation au vu de ces éléments nouveaux sur la compétitivité permise par cet outil?

Réponse donnée par M Cioloş au nom de la Commission

(19 octobre 2012)

Suite aux préoccupations exprimées par certains États membres producteurs de vin, professionnels et députés européens sur la fin du régime transitoires des droits de plantation le 1er janvier 2016, conformément à la décision prise par le Conseil en 2008, le Commissaire responsable pour l'Agriculture et le Développement rural a décidé de créer en 2012 un Groupe de Haut Niveau pour organiser un forum de discussion sur ce sujet.

L'objectif de ce groupe est d'évaluer différents aspects du fonctionnement de ce régime dans les États membres, ainsi que les impacts de son abolition pour le secteur et le marché du vin, y compris sur d'éventuels effets sur l'occupation des sols. À l'issue de ses travaux, le groupe présentera un rapport sur les thèmes abordés.

Lors de la troisième réunion de ce Groupe à Haut Niveau du 21 septembre dernier, il a été exprimé qu'une prolongation indéfinie d'un système temporaire voué à expirer le 1er janvier 2016 et un retour en arrière vers une position conservatrice n'étaient pas envisageables. Des éléments de réflexion sur un futur système possible de régulation des plantations dans l'Union européenne ont été abordés lors de cette réunion.

Pour la prochaine et dernière réunion du Groupe à Haut Niveau, un rapport sera établi et transmis au Commissaire responsable pour l'Agriculture et le Développement rural sur ce sujet, reprenant les discussions passées dans le cadre de ce groupe.

(English version)

Question for written answer E-008097/12

to the Commission

Catherine Grèze (Verts/ALE)

(13 September 2012)

Subject: Competitiveness of planting rights

In his reply to my question on planting rights, Mr Cioloş said that their liberalisation is part of the reform of the common organisation of the market in wine … It is intended to restore the balance in the wine market and increase competitiveness by providing producers with the means to improve competitiveness.

However, on 12 June 2012 the European Court of Auditors presented its report on Reform of the common organisation of the market in wine: progress to date, following the 2008 reform, which concludes that the planned liberalisation of planting rights lacked sufficient research . In internal memoranda, the Commission briefly analysed the impact of the abolition of planting rights and concluded that there was no risk of an increase of plantations subsequent to the end of the planting rights regime … However, the Commission did not carry out an in-depth impact assessment of the potential consequences — risks and opportunities — arising from the extension of the planting rights regime.

One of the few studies on the subject is Mr Montaigne’s Étude sur les impacts socio‐économiques et territoriaux de la libéralisation des droits de plantations viticoles (Study on the socioeconomic and local impact of liberalisation of vine plantings). It contradicts the Commission’s argument that the planting rights system is preventing holdings from expanding and making economies of scale and thus planting should be liberalised. According to the general agricultural census, the average area of vineyards has doubled in France over 20 years. If planting rights prevented holdings from developing, how could it have been possible to increase the area under vines? Moreover, the study challenges the rule that wine growers automatically make economies of scale by increasing in size. It can be seen from 2005-2007 data from the network for the collection of agricultural holdings’ accountancy data that large table wine holdings have a higher income than smaller holdings. However, this rule does not apply to holdings that sell at high prices, where income falls off when the area increases. Thus trying to increase the size of holdings at any cost does not make sense.

1.

Is the Commission aware of this study and does it intend to take it into account?

2.

Does it envisage reconsidering the abolition of planting rights in view of this additional information on the extent to which this measure is likely to assist competitiveness?

(Version française)

Réponse donnée par M Cioloş au nom de la Commission

(19 octobre 2012)

Suite aux préoccupations exprimées par certains États membres producteurs de vin, professionnels et députés européens sur la fin du régime transitoires des droits de plantation le 1er janvier 2016, conformément à la décision prise par le Conseil en 2008, le Commissaire responsable pour l'Agriculture et le Développement rural a décidé de créer en 2012 un Groupe de Haut Niveau pour organiser un forum de discussion sur ce sujet.

L'objectif de ce groupe est d'évaluer différents aspects du fonctionnement de ce régime dans les États membres, ainsi que les impacts de son abolition pour le secteur et le marché du vin, y compris sur d'éventuels effets sur l'occupation des sols. À l'issue de ses travaux, le groupe présentera un rapport sur les thèmes abordés.

Lors de la troisième réunion de ce Groupe à Haut Niveau du 21 septembre dernier, il a été exprimé qu'une prolongation indéfinie d'un système temporaire voué à expirer le 1er janvier 2016 et un retour en arrière vers une position conservatrice n'étaient pas envisageables. Des éléments de réflexion sur un futur système possible de régulation des plantations dans l'Union européenne ont été abordés lors de cette réunion.

Pour la prochaine et dernière réunion du Groupe à Haut Niveau, un rapport sera établi et transmis au Commissaire responsable pour l'Agriculture et le Développement rural sur ce sujet, reprenant les discussions passées dans le cadre de ce groupe.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite P-008125/12

à la Commission

Rachida Dati (PPE)

(17 septembre 2012)

Objet: Suppression des droits de plantation dans le secteur vinicole

La fin annoncée des droits de plantation, qui permettent de réguler la production de vin au sein de l'Union européenne, met en danger l'ensemble de la filière vinicole européenne.

Au-delà de l'aspect culturel que revêt la production vinicole en Europe, ce secteur présente un poids considérable dans l'activité économique de l'Union: il engendre à lui seul 2,2 millions d'emplois directs, soit 22 % des emplois agricoles de l'Union, et représentait 6,7 milliards d'euros d'exportations en 2010, soit le quart des exportations agricoles de l'Union.

Mettre fin aux droits de plantation aurait pour conséquence une grave déstabilisation de ce secteur. Cela conduirait à un effondrement des prix à cause du surcroît de production, à une désorganisation du marché et, enfin, à la disparition de nombreuses exploitations familiales de terroir au profit de grands groupes industriels, comme cela a pu être le cas en Australie.

Le Parlement, quinze États membres et l'ensemble des viticulteurs ont d'ores et déjà exprimé leur opposition à ce projet de dérégulation. La mise en place par la Commission d'un groupe de travail de haut niveau sur ce sujet a représenté un pas positif.

Les travaux de ce groupe semblent aujourd'hui s'orienter vers le maintien d'un système de régulation rénové, auquel participeraient les professionnels du secteur, en particulier pour les vins AOC et IGP.

La prochaine réunion du groupe de haut niveau, prévue le 21 septembre prochain, devrait déboucher sur une architecture plus ou moins précise du cadre de régulation des droits de plantations. La Commission peut-elle préciser les options qu'elle entend privilégier pour établir ce nouveau cadre de régulation?

Réponse donnée par M Cioloş au nom de la Commission

(19 octobre 2012)

Suite aux préoccupations exprimées par certains États membres producteurs de vin, professionnels et députés européens sur la fin du régime transitoires des droits de plantation le 1er janvier 2016, conformément à la décision prise par le Conseil en 2008, un Groupe de Haut Niveau a été crée en 2012pour organiser un forum de discussion sur ce sujet.

L'objectif de ce groupe est d'évaluer différents aspects du fonctionnement de ce régime dans les États membres, ainsi que les impacts de son abolition pour le secteur et le marché du vin, y compris sur d'éventuels effets sur l'occupation des sols. À l'issue de ses travaux, le groupe présentera un rapport sur les thèmes abordés.

Lors de la troisième réunion de ce Groupe à Haut Niveau du 21 septembre dernier, il a été exprimé qu'une prolongation indéfinie d'un système temporaire voué à expirer le 1er janvier 2016 et un retour en arrière vers une position conservatrice n'étaient pas envisageables. Des éléments de réflexion sur un futur système possible de régulation des plantations dans l'Union européenne ont été abordés lors de cette réunion.

Pour la prochaine et dernière réunion du Groupe à Haut Niveau, un rapport sera établi et transmis à la Commission sur ce sujet, reprenant les discussions passées dans le cadre de ce groupe.

(English version)

Question for written answer P-008125/12

to the Commission

Rachida Dati (PPE)

(17 September 2012)

Subject: Abolition of viticulture planting rights

The proposed abolition of the planting rights that allow the EU’s wine production to be regulated poses a threat to the entire EU wine sector.

Apart from its cultural significance, European wine production is of great importance to the EU economy: it generates 2 200 000 direct jobs, accounting for 22 % of farming jobs in the EU. In 2010, wine exports amounted to EUR 6.7 billion, which is a quarter of the Union’s total agricultural exports.

The abolition of planting rights would significantly destabilise the wine sector. It would lead to an increase in wine production resulting in a fall in prices, market disruption, and ultimately the disappearance of numerous local family farms, to the benefit of large industrial groups, as happened in Australia.

The European Parliament, 15 Member States and all European winemakers have already expressed their opposition to the planned deregulation. The establishment by the Commission of a high-level working group on the matter was a positive step.

So far, the activities of the working group seem to be focused on establishing an improved system of regulation which would involve the participation of wine producers, especially as far as PDO and PGI wines are concerned.

The meeting of the high-level working group scheduled for 21 September 2012 should lead to the establishment of a more or less comprehensive regulatory framework for planting rights. Could the Commission give more details on the options it intends to prioritise in setting up the new regulatory framework?

(Version française)

Réponse donnée par M Cioloş au nom de la Commission

(19 octobre 2012)

Suite aux préoccupations exprimées par certains États membres producteurs de vin, professionnels et députés européens sur la fin du régime transitoires des droits de plantation le 1er janvier 2016, conformément à la décision prise par le Conseil en 2008, un Groupe de Haut Niveau a été crée en 2012pour organiser un forum de discussion sur ce sujet.

L'objectif de ce groupe est d'évaluer différents aspects du fonctionnement de ce régime dans les États membres, ainsi que les impacts de son abolition pour le secteur et le marché du vin, y compris sur d'éventuels effets sur l'occupation des sols. À l'issue de ses travaux, le groupe présentera un rapport sur les thèmes abordés.

Lors de la troisième réunion de ce Groupe à Haut Niveau du 21 septembre dernier, il a été exprimé qu'une prolongation indéfinie d'un système temporaire voué à expirer le 1er janvier 2016 et un retour en arrière vers une position conservatrice n'étaient pas envisageables. Des éléments de réflexion sur un futur système possible de régulation des plantations dans l'Union européenne ont été abordés lors de cette réunion.

Pour la prochaine et dernière réunion du Groupe à Haut Niveau, un rapport sera établi et transmis à la Commission sur ce sujet, reprenant les discussions passées dans le cadre de ce groupe.

(English version)

Question for written answer E-008279/12

to the Commission

Jim Higgins (PPE)

(20 September 2012)

Subject: Competition in Irish rail market

Could the Commission give an update on the status of efforts to open up the rail market in Ireland to competition?

Answer given by Mr Kallas on behalf of the Commission

(29 October 2012)

The Commission would first note for the Honourable Member that rail freight transport in the EU has been completely liberalised since 2007, for both national and international services and the market for international rail passenger services has been liberalised in the EU since 1 January 2010. The opening up of the market for national rail passenger services will be the subject of a Commission legislative proposal in the coming weeks.

Until now Ireland has benefitted from a derogation under EU rail market access legislation exempting it inter alia from provisions related to the independence of the infrastructure manager from any railway undertaking.

The Commission welcomes the announcement of the Irish authorities earlier this year not to request renewal of the derogation which will expire in March 2013.

The Commission would refer the Honourable Member to its Third report on monitoring development of the rail market (2012) (http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=COM:2012:0459:FIN:EN:PDF) for further information. Annexes to this Report in the form of a Staff Working document have been transmitted by the Commission to the European Parliament and Council.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-008498/12

à la Commission

Philippe Boulland (PPE)

(26 septembre 2012)

Objet: Statut de la SNCF (Société nationale des chemins de fer français) et de la RATP (Régie autonome des transports parisiens)

Le 20 septembre 2012, le Tribunal de l'Union européenne a rendu un arrêt concernant le statut de l'EPIC, établissement public à caractère industriel et commercial, en réponse au recours en annulation introduit en 2010 par la France, qui contestait l'interprétation par la Commission du statut de la Poste. La Commission avait, en effet, dénoncé l'avantage sélectif que conférait le statut d'EPIC — garanties illimitées ou limitées accordées par l'État à des entreprises œuvrant dans des secteurs sensibles et dont le bon fonctionnement est essentiel — car ces aides d'État seraient contraires aux règles du droit communautaire de la concurrence. La Commission argue également du fait que la situation juridique de ces sociétés nationales n'est pas compatible avec les règles de la concurrence qu'elle avait édictées en 2008 pour encadrer les aides de l'État dans la perspective d'une libéralisation du marché des transports ferroviaires.

De ce fait, le statut particulier de la SNCF et de la RATP semblerait être en péril.

1. Le régime de propriété énoncé dans l'article 345 du traité FUE peut-il être interprété dans le sens d'une propriété par actionnariat?

2. Si oui, la Commission est-elle en droit de demander, au nom du principe de libre concurrence, la privatisation ou bien, à l'inverse, la nationalisation d'entreprises alors même que l'article 345 du traité FUE pose le principe suivant lequel «les traités ne préjugent en rien le régime de la propriété dans les États membres»?

Réponse donnée par M. Almunia au nom de la Commission

(5 novembre 2012)

Le régime de propriété est librement défini par les États membres.

La Commission ne demande ni la privatisation ni la nationalisation d'entreprises, mais considère que, independemment de l'actionnariat public ou privé d'une entreprise, tout statut juridique qui exclut sa faillite peut constituer une aide d'État sous forme de garantie. Les règles de concurrence s'appliquent dans les mêmes conditions aux entreprises publiques et privées.

(English version)

Question for written answer E-008498/12

to the Commission

Philippe Boulland (PPE)

(26 September 2012)

Subject: Status of the French National Railway Corporation (SNCF) and the Autonomous Operator of Parisian Transports (RATP)

On 20 September 2012, the General Court issued a ruling on the status of EPIC — a category pertaining to public industrial and commercial establishments — in response to actions for annulment brought by France in 2010, which challenged the interpretation by the Commission of the status of France’s national postal operator, La Poste. The Commission had in fact withdrawn the selective advantage conferred by the status of EPIC — unlimited or limited guarantees granted by the State to companies in sensitive sectors and whose smooth functioning is vital — because state aid of this kind would be contrary to the rules of Community competition law. The Commission also argues that the legal situation of these national companies is not compatible with the competition rules laid down in 2008 to regulate state aid in the context of rail transport liberalisation.

As such, it would appear that the special status of the SNCF and the RATP is in danger.

1.

Can the system of property ownership set out in Article 345 of the Treaty on the Functioning of the European Union (TFEU) be interpreted in the sense of ownership via stock ownership?

2.

If so, is the Commission entitled to request, in accordance with the principle of free competition, the privatisation or, on the contrary, the nationalisation of companies even though Article 345 of the TFEU lays down the principle according to which

‘the Treaties shall in no way prejudice the rules in Member States governing the system of property ownership’?

(Version française)

Réponse donnée par M. Almunia au nom de la Commission

(5 novembre 2012)

Le régime de propriété est librement défini par les États membres.

La Commission ne demande ni la privatisation ni la nationalisation d'entreprises, mais considère que, independemment de l'actionnariat public ou privé d'une entreprise, tout statut juridique qui exclut sa faillite peut constituer une aide d'État sous forme de garantie. Les règles de concurrence s'appliquent dans les mêmes conditions aux entreprises publiques et privées.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-008504/12

à la Commission

Philippe Boulland (PPE)

(26 septembre 2012)

Objet: Dénomination des vins, mention «Château»

Depuis 2010, les États-Unis plaident en faveur d'une définition plus souple de la mention «Château» sur les bouteilles de vin.

En France, la mention «Château» désigne un vin d'appellation d'origine contrôlée issu à 100 % de raisins récoltés et vinifiés dans la propriété.

Les États-Unis, quant à eux, souhaitent une définition moins restrictive. Ainsi, une mention «Château» s'appliquerait à des vins produits par un producteur ou un groupe de producteurs à partir de raisins issus de leurs vignes, ou de vignes «qui ont été traditionnellement exploitées» par ce producteur ou groupe de producteurs.

La Commission européenne a heureusement décidé de reporter le vote et de poursuivre les discussions le 25 septembre 2012.

1. À quoi servent les mentions et les appellations de type «Château» si leur définition n'est plus restrictive?

2. À quoi cela servira t-il de faire bénéficier des vins américains ou autres d'une mention «Château» alors que rien ne garantira une production de type «Château»?

3. La Commission ne redoute-t-elle pas une inflation de vins portant la mention «Château»?

4. La Commission ne pense-t-elle pas que la rareté fait la spécificité et la renommée?

On le sait, les consommateurs étrangers sont très friands des vins français pour leur qualité, mais aussi pour leur renommée internationale. Faire bénéficier d'autres producteurs d'une telle «renommée» est-il censé réduire la renommée des grands vins de Bordeaux en soulevant auprès des consommateurs des doutes sur la valeur réelle du vin de «Château»?

5. La Commission ne souhaite-t-elle pas attendre les négociations concernant un accord plus vaste de libre-échange avec les États-Unis avant de leur faire un tel cadeau? Ne serait-ce pas une grave erreur de négociation?

Réponse donnée par M.Cioloș au nom de la Commission

(26 novembre 2012)

La reconnaissance de la mention traditionnelle «Château» au profit de vins produits sur le territoire des États-Unis d'Amérique fait suite à une demande d'organisations professionnelles américaines introduite dans le cadre d'une procédure européenne définie au Chapitre III du règlement (CE) no 607/2009 de la Commission, du 14 juillet 2009, fixant certaines modalités d'application du règlement (CE) no 479/2008 du Conseil en ce qui concerne les appellations d'origine protégées et les indications géographiques protégées, les mentions traditionnelles, l'étiquetage et la présentation de certains produits du secteur vitivinicole. Dans ce contexte, la Commission n'a pas à juger de l'opportunité politique ou économique de la demande mais de sa validité par rapport aux critères définis par le droit de l'Union.

La Commission a conscience de l'importance de la mention de «Château» dans la viticulture française. Dans le cadre de l'examen de la demande des producteurs américains d'utilisation de cette mention, il est bien entendu tenu compte de l'intérêt des producteurs et consommateurs européens et des risques de confusion. En effet, le cadre commun pour la définition, la reconnaissance, la protection et l'utilisation des mentions traditionnelles telles que «Château» a été établi afin de garantir une concurrence équitable et d'éviter que les consommateurs ne soient induits en erreur. De plus, l'utilisation de mentions traditionnelles sur les produits des pays tiers est autorisée pour autant qu'elles remplissent les mêmes conditions ou des conditions équivalentes à celles qui sont exigées des États membres afin de s'assurer que les consommateurs ne soient pas induits en erreur.

(English version)

Question for written answer E-008504/12

to the Commission

Philippe Boulland (PPE)

(26 September 2012)

Subject: Wines labelled ‘Château’

Since 2010, the United States has been calling for a more flexible definition of the word ‘Château’ on bottles of wine.

In France, the word ‘Château’ denotes an Appellation d'origine Contrôlée (AOC) wine made 100 % from grapes picked and fermented on site.

Meanwhile, the United States would like the word ‘Château’ to apply to wines produced by a producer or a group of producers from grapes grown at their vineyards or at vineyards that have been run by the producer or group of producers using traditional methods.

On 25 September 2012, the European Commission fortunately postponed the vote and will continue discussions.

1.

Why use designations such as

‘Château’ if their definitions are no longer restrictive?

2.

Why use

‘Château’ on, for example, American wine labels when there is no guarantee the wine has been produced on a single estate?

3.

Is the Commission concerned that wines bearing the word

‘Château’ will increase significantly?

4.

Does the Commission not believe that rarity is what makes a product exclusive and renowned?

Foreign consumers notably are very fond of French wines because of their international reputation for quality. If other producers benefit from this ‘reputation’, is the famous Bordeaux wines’ reputation not bound to suffer, as consumers will begin to doubt the real value of wines labelled ‘Château’?

5.

Should the Commission not negotiate a broader free-trade agreement with the United States before it grants such a wish? Would this not be a serious error of negotiation?

(Version française)

Réponse donnée par M.Cioloș au nom de la Commission

(26 novembre 2012)

La reconnaissance de la mention traditionnelle «Château» au profit de vins produits sur le territoire des États-Unis d'Amérique fait suite à une demande d'organisations professionnelles américaines introduite dans le cadre d'une procédure européenne définie au Chapitre III du règlement (CE) no 607/2009 de la Commission, du 14 juillet 2009, fixant certaines modalités d'application du règlement (CE) no 479/2008 du Conseil en ce qui concerne les appellations d'origine protégées et les indications géographiques protégées, les mentions traditionnelles, l'étiquetage et la présentation de certains produits du secteur vitivinicole. Dans ce contexte, la Commission n'a pas à juger de l'opportunité politique ou économique de la demande mais de sa validité par rapport aux critères définis par le droit de l'Union.

La Commission a conscience de l'importance de la mention de «Château» dans la viticulture française. Dans le cadre de l'examen de la demande des producteurs américains d'utilisation de cette mention, il est bien entendu tenu compte de l'intérêt des producteurs et consommateurs européens et des risques de confusion. En effet, le cadre commun pour la définition, la reconnaissance, la protection et l'utilisation des mentions traditionnelles telles que «Château» a été établi afin de garantir une concurrence équitable et d'éviter que les consommateurs ne soient induits en erreur. De plus, l'utilisation de mentions traditionnelles sur les produits des pays tiers est autorisée pour autant qu'elles remplissent les mêmes conditions ou des conditions équivalentes à celles qui sont exigées des États membres afin de s'assurer que les consommateurs ne soient pas induits en erreur.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-008542/12

à la Commission

Françoise Grossetête (PPE)

(26 septembre 2012)

Objet: Taux de TVA applicable en France aux ventes d'éosine à 2 % et de l'alcool à 70° ne bénéficiant pas d'une autorisation de mise sur le marché

L'annexe III à la directive 2006/112/CE liste les biens pouvant faire l'objet des taux de TVA réduits, parmi lesquels «les produits pharmaceutiques normalement utilisés pour les soins de santé, la prévention des maladies et le traitement à des fins médicales et vétérinaires (…)».

En France, l'éosine à 2 % et l'alcool à 70° sont soumis au taux réduit de 7 % s'ils disposent d'une autorisation de mise sur le marché (AMM) et au taux normal de 19,6 % s'ils ne disposent pas d'une AMM.

Ces dispositions ne révèlent-elle pas une transposition inexacte de la directive et une atteinte au principe de neutralité entre des produits semblables, en réservant le bénéfice du taux réduit de TVA de 7 % aux seules ventes d'éosines à 2 % et d'alcool à 70° titulaires d'une AMM, condition qui n'est pas posée par la directive?

La Cour de Justice a indiqué que deux produits sont semblables lorsqu'ils présentent des propriétés analogues et répondent aux mêmes besoins auprès du consommateur moyen. Or, aux yeux du consommateur moyen, l'éosine à 2 % et l'alcool à 70° sans AMM sont comparables aux produits avec AMM puisque ces produits ont la même composition, les mêmes propriétés et répondent aux mêmes besoins. Dès lors:

La Commission considère-t-elle que l'application du taux réduit en ce qui concerne l'éosine à 2 % et l'alcool à 70° puisse se fonder uniquement sur l'attribution d'une AMM?

La Commission considère-t-elle le dispositif français contraire au principe de neutralité de la TVA et, dans l'affirmative, quelles mesures a-t-elle l'intention de prendre à l'encontre de l'État français?

Réponse donnée par M Šemeta au nom de la Commission

(6 novembre 2012)

La directive 2006/112/CE donne la possibilité aux États membres d'appliquer le taux réduit de TVA aux différentes catégories de livraisons de biens et prestations de services visées à son annexe III.

La décision d'utiliser ou non cette faculté, et le cas échéant de limiter le taux réduit à des aspects concrets et spécifiques de la catégorie concernée, relève de leur compétence, sous réserve de ne pas méconnaître le principe de neutralité de la TVA.

La Commission précise qu'elle a récemment reçu une plainte portant sur le sujet spécifique évoqué par l'Honorable Parlementaire. Cette plainte est en cours d'examen.

(English version)

Question for written answer E-008542/12

to the Commission

Françoise Grossetête (PPE)

(26 September 2012)

Subject: VAT rate applicable in France to sales of 2 % eosin and 70 % alcohol that have not been approved for marketing authorisation

Annex III of Directive 2006/112/EC lists the goods that may be subject to reduced VAT rates, including pharmaceutical products of a kind normally used for healthcare, prevention of illnesses and as treatment for medical and veterinary purposes

In France, 2 % eosin and 70 % alcohol shall be subject to a reduced rate of 7 % if they have been approved for marketing authorisation and to the normal rate of 19.6 % if they have not.

Do these provisions not reflect an incorrect transposition of the directive and a violation of the principle of neutrality between similar products, by providing for a reduced rate of VAT exclusively for 7 % of the sales of 2 % eosin and 70 % alcohol that have been approved for marketing authorisation, given that this criterion is not laid down by the directive?

The Court of Justice has indicated that two products are similar when they have similar characteristics and serve the same purpose for the average consumer. In the eyes of the average consumer, 2 % eosin and 70 % alcohol that have not been approved for marketing authorisation can be compared with products that have been approved since these products share the same ingredients and the same properties, and serve the same purpose. Therefore:

Does the Commission believe that the introduction of the reduced rate for 2 % eosin and 70 % alcohol can be based exclusively on whether it has been approved for marketing authorisation or not?

Does the Commission believe this French scheme infringes on the principle of VAT neutrality and, if so, what steps is it planning to take against the French State?

(Version française)

Réponse donnée par M Šemeta au nom de la Commission

(6 novembre 2012)

La directive 2006/112/CE donne la possibilité aux États membres d'appliquer le taux réduit de TVA aux différentes catégories de livraisons de biens et prestations de services visées à son annexe III.

La décision d'utiliser ou non cette faculté, et le cas échéant de limiter le taux réduit à des aspects concrets et spécifiques de la catégorie concernée, relève de leur compétence, sous réserve de ne pas méconnaître le principe de neutralité de la TVA.

La Commission précise qu'elle a récemment reçu une plainte portant sur le sujet spécifique évoqué par l'Honorable Parlementaire. Cette plainte est en cours d'examen.

(Deutsche Fassung)

Anfrage zur schriftlichen Beantwortung E-008570/12

an die Kommission

Claude Turmes (Verts/ALE)

(27. September 2012)

Betrifft: Streikrecht im Binnenmarkt

Die EU-Kommission hat ihren Entwurf für eine Monti-II-Verordnung nach heftiger Kritik der Gewerkschaften und der nationalen Parlamente, darunter das luxemburgische Parlament, zurückgezogen.

Dennoch behalten die einschlägigen Urteile des Europäischen Gerichtshofes (Laval, Viking), die das Streikrecht den Binnenmarktfreiheiten unterordnen, ihre Gültigkeit. Faktisch ist das Streikrecht damit weiterhin gefährdet. Die Arbeitgebervereinigung „Business Europe“ hat die Entscheidung der EU-Kommission bereits dahin gehend interpretiert, dass somit weiterhin von Fall zu Fall geprüft werden muss, ob Streikaktionen verhältnismäßig und zulässig sind.

1.

Steht die Kommission weiterhin zur Kernaussage der Monti-II-Verordnung, wonach das Streikrecht nicht generell über den wirtschaftlichen Freiheiten steht, sondern diesen gleichgesetzt wird und demnach von Fall zu Fall abgewogen werden muss, welches Recht Vorrang hat?

2.

Welche konkreten Schritte unternimmt die Kommission, um zu gewährleisten, dass das Streikrecht nicht von den wirtschaftlichen Freiheiten eingeschränkt wird und damit Sozialdumping im Binnenmarkt der Weg bereitet wird?

3.

Gedenkt die Kommission Einfluss zu nehmen, um den konkreten Schutz des Streikrechts im Rahmen der anstehenden Reform der Entsenderichtlinie zu regeln?

(English version)

Answer given by Mr Andor on behalf of the Commission

(21 November 2012)

While announcing its intention to withdraw the proposal for a so called Monti II Regulation on the exercise of the right to take collective action within the context of the freedom of establishment and the freedom to provide services, the Commission clearly indicated that the withdrawal was not based on the assessment that the principle of subsidiarity had been breached but on the unlikeliness to gather the necessary political support to enable its adoption. The key principles of the proposal, such as the fact that there is no primacy of economic freedoms over fundamental social rights or vice versa, thus remain valid.

Moreover, withdrawal of the proposal does not mean that the Commission is abandoning workers' rights. Workers' rights are enshrined in the Charter of Fundamental Rights which has become part of the Treaty. Improved living and working conditions, proper social protection and dialogue between management and labour are among the core objectives of EU social policy (Article 151 TFEU) which the Commission will continue to promote.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-008570/12

à la Commission

Claude Turmes (Verts/ALE)

(27 septembre 2012)

Objet: Droit de grève dans le marché intérieur

La Commission a retiré sa proposition de directive Monti II après que les syndicats et plusieurs parlements nationaux, dont le parlement luxembourgeois, ont formulé de vives critiques à l'égard du texte.

Néanmoins, le droit de grève reste menacé dans les faits, car les arrêts de la Cour de justice de l'Union européenne en la matière (Laval, Viking), qui subordonnent le droit de grève aux libertés du marché intérieur, restent valables. La confédération patronale «Business Europe» a déjà interprété la décision de la Commission en ce sens qu'il faudra donc continuer à déterminer dans chaque cas concret si le recours au droit de grève est proportionnel et acceptable.

1. La Commission défend-elle toujours l'idée centrale de la directive Monti II, à savoir que le droit de grève ne prime pas les libertés économiques, mais leur est égal, et qu'il faut donc déterminer au cas par cas le droit qui prévaut?

2. Quelles mesures concrètes la Commission compte-t-elle prendre pour empêcher que le droit de grève ne soit restreint par les libertés économiques et que le dumping social ne devienne dès lors une pratique courante dans le marché intérieur?

3. La Commission envisage-t-elle, dans la perspective d'une réforme de la directive sur le détachement des travailleurs, de s'impliquer dans la réglementation de la défense du droit de grève?

Réponse donnée par M. Andor au nom de la Commission

(21 novembre 2012)

Tout en annonçant son intention de retirer la proposition de «règlement Monti II» sur l'exercice du droit de mener une action collective dans le contexte de la liberté d'établissement et de la liberté de prestation de services, la Commission a clairement indiqué que le retrait n'était pas fondé sur l'évaluation selon laquelle le principe de subsidiarité n'avait pas été respecté, mais sur la probabilité de ne pas recueillir le soutien politique nécessaire pour permettre son adoption. Les principes clés de la proposition, comme le fait que les libertés économiques ne priment pas sur les droits sociaux fondamentaux ou vice versa, restent donc valides.

En outre, le retrait de la proposition ne signifie pas que la Commission abandonne les droits des travailleurs. Ceux-ci figurent dans la Charte des droits fondamentaux, qui est devenue partie intégrante du traité. L'amélioration des conditions de vie et de travail, une protection sociale adéquate et le dialogue social sont notamment des objectifs clés de la politique sociale de l'UE (article 151 du TFUE) que la Commission continuera à promouvoir.

(English version)

Question for written answer E-008570/12

to the Commission

Claude Turmes (Verts/ALE)

(27 September 2012)

Subject: The right to strike in the internal market

Following an outcry from the unions and the national parliaments, including the Luxembourg Parliament, the Commission has withdrawn its draft for a Monti II Regulation.

The relevant judgments of the European Court of Justice (Laval, Viking), however, which subordinate the right to strike to internal market freedoms, still remain valid. The fact is that the right to strike still remains under threat. Employers’ group ‘Business Europe’ has already interpreted the decision of the Commission to mean that it is still necessary to check on a case-by-case basis whether strike action is proportionate and permissible.

1. Does the Commission still adhere the key principle of the Monti II Regulation, according to which the right to strike does not generally take precedence over economic freedoms, but is given equal importance, so that it is necessary to consider on a case-by-case basis which right has precedence?

2. What specific action is the Commission taking to ensure that the right to strike is not impaired by economic freedoms, preparing the way for social dumping in the internal market?

3. Is the Commission considering action to regulate the specific protection of the right to strike as part of the forthcoming reform of the Posting of Workers Directive?

Answer given by Mr Andor on behalf of the Commission

(21 November 2012)

While announcing its intention to withdraw the proposal for a so called Monti II Regulation on the exercise of the right to take collective action within the context of the freedom of establishment and the freedom to provide services, the Commission clearly indicated that the withdrawal was not based on the assessment that the principle of subsidiarity had been breached but on the unlikeliness to gather the necessary political support to enable its adoption. The key principles of the proposal, such as the fact that there is no primacy of economic freedoms over fundamental social rights or vice versa, thus remain valid.

Moreover, withdrawal of the proposal does not mean that the Commission is abandoning workers' rights. Workers' rights are enshrined in the Charter of Fundamental Rights which has become part of the Treaty. Improved living and working conditions, proper social protection and dialogue between management and labour are among the core objectives of EU social policy (Article 151 TFEU) which the Commission will continue to promote.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-008602/12

à la Commission

Philippe Boulland (PPE)

(27 septembre 2012)

Objet: Aide au développement de l'Union européenne

L'Union européenne attribue des fonds européens au titre du FED à des acteurs œuvrant dans le domaine du développement en général. Des appels d'offres ou des demandes de financement sont envoyés.

De nombreuses ONG de taille modeste déposent également, souvent avec difficulté, des demandes auprès de la Commission européenne afin de financer des projets, souvent très ciblés, mais qui apportent autant d'effets concrets que des projets plus conséquents.

Ces ONG ne reçoivent pourtant que très rarement, voire jamais, de financement de la part de l'Union et déplorent que des sommes importantes soient distribuées aux acteurs reconnus sur la scène internationale, ou disposant déjà de ressources.

1. La Commission favorise-t-elle pour des questions d'économie d'échelle, les projets de très grande envergure?

2. Quelles sont les moyens à disposition des petites ONG pour pouvoir prétendre au financement de leur projet par l'Union européenne?

3. Faut-il un consortium de petites ONG pour pouvoir prétendre à l'aide du FED?

4. La Commission fait-elle appel à des acteurs extérieurs pour la sélection des projets? Sur quels critères sont-ils choisis?

Réponse donnée par M. Piebalgs au nom de la Commission

(20 novembre 2012)

1.

La Commission ne favorise pas certains types de projets par rapport à d'autres mais accorde des subventions à des organisations non gouvernamentales qui possèdent une capacité administrative, technique et financière suffisante pour gérer le financement de l'UE dans le respect du Règlement financier. La Commission met ainsi en œuvre différentes modalités de financement adaptées aux besoins des bénéficiaires, en complémentarité avec les États membres, les autres bailleurs de fonds et les gouvernements. Dans le cadre de sa nouvelle Communication à l'égard de la société civile

1.

La Commission ne favorise pas certains types de projets par rapport à d'autres mais accorde des subventions à des organisations non gouvernamentales qui possèdent une capacité administrative, technique et financière suffisante pour gérer le financement de l'UE dans le respect du Règlement financier. La Commission met ainsi en œuvre différentes modalités de financement adaptées aux besoins des bénéficiaires, en complémentarité avec les États membres, les autres bailleurs de fonds et les gouvernements. Dans le cadre de sa nouvelle Communication à l'égard de la société civile

 (148), la Commission propose de donner la priorité aux organisations des pays partenaires et dispose en plus du FED, de plusieurs autres instruments pour les soutenir (Instrument européen pour la démocratie et les Droits de l'homme (149) et Programme thématique «Les acteurs non étatiques et les autorités locales dans le développement» (150) en particulier).

2.

Afin de renforcer les capacités de petites et jeunes organisations, la Commission offre des modalités de financement ciblées: des financements en cascade permettant au bénéficiaire principal de reverser une partie de la subvention à des organisations plus petites, des appels à propositions pour des montants de faible valeur, ou des appels à propositions locaux.

3.

Si l'établissement de consortia peut permettre une coopération efficace entre organisations, ce n'est pas une condition pour prétendre à un financement FED.

4.

Pour l'évaluation des propositions, la Commission peut faire appel à des experts externes, sélectionnés sur base de critères objectifs liés aux compétences requises. Toutefois, la décision finale sur la sélection des projets demeure de la responsabilité de la Commission.

(English version)

Question for written answer E-008602/12

to the Commission

Philippe Boulland (PPE)

(27 September 2012)

Subject: EU development aid

The European Union gives European funding under the EDF to organisations active in the field of development in general. This involves the organisations sending invitations to tender or funding applications.

Many small NGOs also apply to the Commission — often with difficulty — for funding for projects; these are often very focused but can lead to the same kinds of results as more extensive projects.

Such NGOs very rarely — in fact virtually never — receive financing from the EU and deplore the fact that large amounts of money are granted to organisations which already have an international footing or already have funds.

1.

Does the Commission prefer large-scale projects because of economies of scale?

2.

What means are available to small NGOs to enable them to gain access to EU financing for their projects?

3.

Do small NGOs need to form consortiums in order to qualify for EFD funds?

4.

Does the Commission rely on external organisations to select projects? By what criteria are they chosen?

(Version française)

Réponse donnée par M. Piebalgs au nom de la Commission

(20 novembre 2012)

1.

La Commission ne favorise pas certains types de projets par rapport à d'autres mais accorde des subventions à des organisations non gouvernamentales qui possèdent une capacité administrative, technique et financière suffisante pour gérer le financement de l'UE dans le respect du Règlement financier. La Commission met ainsi en œuvre différentes modalités de financement adaptées aux besoins des bénéficiaires, en complémentarité avec les États membres, les autres bailleurs de fonds et les gouvernements. Dans le cadre de sa nouvelle Communication à l'égard de la société civile

1.

La Commission ne favorise pas certains types de projets par rapport à d'autres mais accorde des subventions à des organisations non gouvernamentales qui possèdent une capacité administrative, technique et financière suffisante pour gérer le financement de l'UE dans le respect du Règlement financier. La Commission met ainsi en œuvre différentes modalités de financement adaptées aux besoins des bénéficiaires, en complémentarité avec les États membres, les autres bailleurs de fonds et les gouvernements. Dans le cadre de sa nouvelle Communication à l'égard de la société civile

 (151), la Commission propose de donner la priorité aux organisations des pays partenaires et dispose en plus du FED, de plusieurs autres instruments pour les soutenir (Instrument européen pour la démocratie et les Droits de l'homme (152) et Programme thématique «Les acteurs non étatiques et les autorités locales dans le développement» (153) en particulier).

2.

Afin de renforcer les capacités de petites et jeunes organisations, la Commission offre des modalités de financement ciblées: des financements en cascade permettant au bénéficiaire principal de reverser une partie de la subvention à des organisations plus petites, des appels à propositions pour des montants de faible valeur, ou des appels à propositions locaux.

3.

Si l'établissement de consortia peut permettre une coopération efficace entre organisations, ce n'est pas une condition pour prétendre à un financement FED.

4.

Pour l'évaluation des propositions, la Commission peut faire appel à des experts externes, sélectionnés sur base de critères objectifs liés aux compétences requises. Toutefois, la décision finale sur la sélection des projets demeure de la responsabilité de la Commission.

(Versión española)

Pregunta con solicitud de respuesta escrita E-008695/12

a la Comisión

Ana Miranda (Verts/ALE), Ramon Tremosa i Balcells (ALDE) y Raül Romeva i Rueda (Verts/ALE)

(28 de septiembre de 2012)

Asunto: Contratación de funcionarios y becarios en las instituciones europeas

Cada año, miles de ciudadanos europeos eligen trabajar en las instituciones europeas, ya sea a través de sus programas de prácticas como a través de contratos temporales o concursos EPSO, en calidad de funcionarios o de agentes contractuales. En los procedimientos de selección, a fin de garantizar un elevado nivel de excelencia en los hombres y mujeres que trabajan en las instituciones, se requiere un profundo conocimiento de las lenguas de trabajo de las instituciones, además de otras lenguas europeas. El dominio de varias lenguas conlleva, por supuesto, ventajas en dichos procedimientos de selección.

La lengua gallega, con 3 millones de hablantes, es la lengua co-oficial más utilizada en la Comunidad Autónoma de Galicia, y es una lengua que permite a sus ciudadanos comunicarse con más de 240 millones de personas de la familia lingüística lusófona, lo que representa un acervo cultural, social y económico que debe protegerse y mejorarse.

No obstante, el gallego sólo es parcialmente reconocido y tiene un uso limitado por parte de la Unión Europea, situación atribuible a la decisión de los Estados miembros. Sin embargo, las instituciones europeas deben hacer que el conocimiento de la lengua gallega sea valorado y tenido en cuenta en sus procedimientos de selección de personal. Por lo tanto, es sorprendente que no se tenga en cuenta la lengua gallega, mientras que sí se tienen en cuenta otras lenguas que no pertenecen a la UE.

En el mismo caso se encuentran el catalán y el vasco, lenguas co-oficiales en sus naciones y cuyo conocimiento, sin embargo, no se valora en los procedimientos de selección para trabajar en las instituciones europeas

1. ¿Qué criterios de evaluación aplican EPSO y la Comisión en sus respectivos procedimientos de selección para reconocer el dominio de las lenguas co-oficiales de los Estados miembros, y, en concreto, del gallego?

2. ¿Considera la Comisión que el gallego está suficientemente reconocido en los procedimientos de selección de personal de EPSO y de las instituciones europeas, teniendo en cuenta que representa a 3 millones de ciudadanos europeos?

3. ¿No cree la Comisión que no tener en cuenta los conocimientos de catalán, gallego o vasco (idiomas co-oficiales en un Estado miembro de la UE) va en contra del principio de igualdad de todos los ciudadanos europeos?

Respuesta del Sr. Šefčovič en nombre de la Comisión

(22 de noviembre de 2012)

La Oficina Europea de Selección de Personal (EPSO) respeta la diversidad lingüística, así como el principio de igualdad de trato, consagrados en el artículo 3 del TUE. Al organizar los procesos de selección de personal, la EPSO está vinculada por la legislación pertinente de la UE, concretamente por los Tratados y el artículo 1 del Reglamento (CEE) n° 1/1958 por el que se fijan las lenguas que han de utilizar las instituciones de la UE. Con arreglo al artículo 342 del TFUE «el régimen lingüístico de las instituciones de la Unión será fijado por el Consejo» —y, por tanto, los Estados miembros de la UE— «mediante reglamentos, por unanimidad».

En cuanto a los procedimientos de selección, la EPSO también está vinculada por el artículo 28, letra f), del Estatuto de los funcionarios que establece que, para ser nombrado funcionario, debe justificarse el conocimiento en profundidad de una de las lenguas de la UE y un conocimiento satisfactorio de otra de ellas, en la medida necesaria para el desempeño de las funciones que entraña el cargo.

En vista del marco jurídico y de las consideraciones recién expuestos, la EPSO únicamente puede evaluar los conocimientos que tengan los candidatos de las lenguas oficiales de la UE.

(English version)

Question for written answer E-008695/12

to the Commission

Ana Miranda (Verts/ALE), Ramon Tremosa i Balcells (ALDE) and Raül Romeva i Rueda (Verts/ALE)

(28 September 2012)

Subject: Staff and intern recruitment in the European institutions

Every year, thousands of European citizens choose to work in the European institutions through trainee programmes, temporary contracts or EPSO exams, whether as employees or on contracts. In the selection processes, in order to ensure a high level of excellence in the workers of the institutions, a thorough grasp of the working languages of the institutions is required, as well as of other European languages. The mastery of several languages is of course an advantage in these selection processes.

Galician, with 3 million speakers, is the co-official and most widely-spoken language in the Autonomous Community of Galicia; it also allows its citizens to communicate with over 240 million people belonging to the Portuguese-speaking family, which represents a cultural, social and economic asset that must be protected and potentiated.

However, Galician is only partially recognised and has limited use in the European Union, a situation attributable to the decision of the Member States. However, it is up to the European institutions to decide if the Galician language should be valued and taken into account in staff selection processes. That is why it is surprising that it is not taken into account, while other languages that do not belong to the EU are.

Catalan and Basque are in the same situation: co-official languages of their nations, the knowledge of which is not valued in the selection processes for working in the European institutions.

1.

What assessment criteria do EPSO and the Commission use in the selection processes in order to recognise the mastery of the co-official languages of the Member States, namely Galician?

2.

Does the Commission consider that Galician is adequately taken into account in the staff selection processes of EPSO and the European institutions, given that it represents 3 million European citizens?

3.

Does the Commission not believe that not taking account of knowledge of Catalan, Galician or Basque (co-official languages of one of the EU Member States) runs counter to the principle of equality between all European citizens?

Answer given by Mr Šefčovič on behalf of the Commission

(22 November 2012)

EPSO respects linguistic diversity as well as the principle of equal treatment as enshrined in Article 3 TEU. When organising staff selection procedures, EPSO is bound by the relevant EU legislation, namely the Treaties and Article 1 of Regulation EEC 1/1958 determining the languages to be used by the EU institutions. Pursuant to Article 342 TFEU ‘ [t]he rules governing the languages of the institutions of the Union shall […] be determined by the Council’ — and therefore the EU Member States — ‘acting unanimously by means of regulations’.

With particular regard to the selection procedures, EPSO is also bound by Article 28 (f) of the Staff Regulations which provides that in order to be appointed as an official, one must produce evidence of a thorough knowledge of one EU language and a satisfactory knowledge of another EU language, to the extent necessary for the performance of the duties involved.

In the light of the above legal framework and considerations, EPSO is only in a position to assess candidates' knowledge of EU official languages.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-008870/12

à la Commission

Jean Louis Cottigny (S&D)

(3 octobre 2012)

Objet: Financement du canal Seine-Nord Europe

Au printemps 2011, le gouvernement français a lancé l'ambitieux projet fluvial du canal Seine-Nord Europe, une voie d'eau à grand gabarit d'une centaine de kilomètres devant relier la Seine au Pas-de-Calais. Par ailleurs, le canal offre une possibilité de connexion vers les réseaux fluviaux néerlandais, belges et allemands.

Le budget de la construction est estimé à 4,3 milliards d'euros, la contribution de l'Union européenne représentant 6,22 % du coût total.

Dans le courant du mois de septembre, le projet a été suspendu pour des raisons financières.

Compte tenu du plan adopté par la Commission en octobre 2011, qui prévoit une enveloppe de 50 milliards d'euros pour des investissements destinés à améliorer les réseaux européens dans le domaine des transports, de l'énergie et du numérique, la Commission ne pense-t-elle pas que l'Europe doit accompagner de manière plus soutenable l'effort des collectivités locales et l'effort de l'État français, tant au niveau des subventions qui doivent être rehaussées, qu'au niveau des instruments permettant un financement supplémentaire, comme les obligations liées à des projets?

Réponse donnée par M. Kallas au nom de la Commission

(12 novembre 2012)

Le 19 octobre 2011, la Commission a adopté les propositions, d'une part, d'un règlement sur les orientations de l'Union pour le développement du Réseau Transeuropéen de Transport (RTE-T) et, d'autre part, d'un règlement établissant le mécanisme pour l'interconnexion en Europe (CEF). La proposition des orinentations du du RTE-T a pour objectif d'établir et de développer un réseau integré couvrant tous les États membres.

Selon la proposition de la Commission, le réseau central devrait être achevé d'ici fin 2030.

La Commission a proposé la mise en œuvre de corridors du réseau central afin de garantir la coordination du planning des investissements trans-frontaliers. Un des corridors proposés inclut la connexion par voie navigable Seine-Escaut dont fait partie le Canal Seine‐Nord Europe.

Ces corridors sont inclus dans l'Annexe de la proposition du mécanisme pour l'interconnexion de l'Europe. Le Canal Seine-Nord Europe y est mentionné comme un des projets pré-identifiés pour le financement dans le cadre des futurs programmes de travail multi-annuels. Cette proposition prévoit également des taux de co-financement maximum plus élevés que dans l'actuel cadre financier pour les projets à forte valeur ajoutée européenne, notamment pour les voies navigables, afin de contribuer à la réalisation du réseau transeuropéen. Ce projet est également éligible au titre des instruments financiers innovants tel que les emprunts obligataires pour le financement de projet. La proposition de mécanisme prévoit enfin la possibilité de combiner les instruments financiers innovants et les subventions pour le même projet.

(English version)

Question for written answer E-008870/12

to the Commission

Jean Louis Cottigny (S&D)

(3 October 2012)

Subject: Funding of the Seine-Northern Europe Canal

In spring 2011 the French Government launched an ambitious project to build the Seine-Northern Europe Canal, a major waterway roughly 100 km in length and intended to link the River Seine with the Pas-de-Calais region. The canal would also open up links to the river networks in the Netherlands, Belgium and Germany.

The cost of building the canal is put at EUR 4.30 billion, with the EU contribution making up 6.22 % of the total cost.

In September 2012 the project was suspended on financial grounds.

In the light of the plan it adopted in October 2011, which set aside a budget of EUR 50 billion for investments designed to improve European transport, energy and digital networks, does the Commission not take the view that Europe must provide longer-term support for the efforts being made by local authorities and by the French State to carry out this project, whether in the form of subsidies, which need to be increased, or of instruments which generate additional funding, such as project bonds?

(Version française)

Réponse donnée par M. Kallas au nom de la Commission

(12 novembre 2012)

Le 19 octobre 2011, la Commission a adopté les propositions, d'une part, d'un règlement sur les orientations de l'Union pour le développement du Réseau Transeuropéen de Transport (RTE-T) et, d'autre part, d'un règlement établissant le mécanisme pour l'interconnexion en Europe (CEF). La proposition des orinentations du du RTE-T a pour objectif d'établir et de développer un réseau integré couvrant tous les États membres.

Selon la proposition de la Commission, le réseau central devrait être achevé d'ici fin 2030.

La Commission a proposé la mise en œuvre de corridors du réseau central afin de garantir la coordination du planning des investissements trans-frontaliers. Un des corridors proposés inclut la connexion par voie navigable Seine-Escaut dont fait partie le Canal Seine‐Nord Europe.

Ces corridors sont inclus dans l'Annexe de la proposition du mécanisme pour l'interconnexion de l'Europe. Le Canal Seine-Nord Europe y est mentionné comme un des projets pré-identifiés pour le financement dans le cadre des futurs programmes de travail multi-annuels. Cette proposition prévoit également des taux de co-financement maximum plus élevés que dans l'actuel cadre financier pour les projets à forte valeur ajoutée européenne, notamment pour les voies navigables, afin de contribuer à la réalisation du réseau transeuropéen. Ce projet est également éligible au titre des instruments financiers innovants tel que les emprunts obligataires pour le financement de projet. La proposition de mécanisme prévoit enfin la possibilité de combiner les instruments financiers innovants et les subventions pour le même projet.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-008909/12

à la Commission

Eric Andrieu (S&D)

(4 octobre 2012)

Objet: Secteur vitivinicole: utilisation des mentions «château» et «clos» à la demande d'organisations professionnelles des États-Unis

En juillet dernier, la Commission a soumis, pour avis, au comité de gestion «OCM unique» un projet de décision en réponse à une demande d'organisations professionnelles américaines (Wine America et California Export Association) qui souhaitent pouvoir utiliser la mention traditionnelle «château» pour des vins importés dans l'Union européenne.

La législation communautaire (règlement (CE) no 1234/2007 et règlement (CE) no 607/2009) admet cette possibilité à condition qu'une procédure d'opposition précise sur la reconnaissance de mentions traditionnelles soit respectée.

En envisageant son projet de réponse à la demande américaine, la Commission peut-elle garantir que, conformément à la législation en vigueur, la demande est suffisamment transparente et, surtout, qu'elle répond strictement aux règles de la procédure? La législation communautaire prévoit que la demande doit contenir des éléments relatifs aux conditions règlementaires législatives ou à une règle professionnelle non équivoque régissant l'emploi du terme «château» et garantissant que ce terme correspond bien à des exploitations viticoles existant réellement et disposant d'une autonomie culturale, cela signifiant que l'exploitation dispose de vignes et d'un capital d'exploitation lui permettant de produire du vin à partir de raisins qui y sont exclusivement récoltés et qui y sont entièrement vinifiés. La définition donnée par la demande américaine répond-elle à la définition prévue par la règlementation de l'Union européenne? La Commission peut elle indiquer si cette définition s'applique, comme le prévoit la règlementation européenne, dans les mêmes termes sur le territoire des États-Unis?

Réponse donnée par M Cioloş au nom de la Commission

(26 novembre 2012)

La demande de reconnaissance de la mention traditionnelle «Château» au profit de vins produits sur le territoire des États-Unis d'Amérique introduite par deux organisations professionnelles américaines est examinée par la Commission dans le cadre strict de la procédure européenne définie par la réglementation de l'Union. Ainsi, la demande de reconnaissance a été publiée à la page 11 du Journal officiel, série C 275 du 12 octobre 2010 afin que les tiers soient informés de l'existence de cette demande et qu'ils puissent, le cas échéant, s'opposer à la reconnaissance et à la protection de la mention concernée.

Dans le cadre de l'examen de la demande, il est tenu compte de l'intérêt des producteurs et consommateurs européens et des risques de confusion, afin de garantir une concurrence équitable et d'éviter que les consommateurs ne soient induits en erreur. De plus, l'utilisation de mentions traditionnelles sur les produits des pays tiers est autorisée pour autant qu'elles remplissent des conditions équivalentes à celles qui sont exigées des États membres.

(English version)

Question for written answer E-008909/12

to the Commission

Eric Andrieu (S&D)

(4 October 2012)

Subject: Wine sector: use of the terms ‘château’ and ‘vineyard’ at the request of professional organisations in the USA

In July 2102, the Commission submitted to the ‘Single CMO’ management committee, for its opinion, a draft decision in response to a request from professional organisations in the USA (Wine America and the California Export Association) to be allowed to use the traditional term ‘château’ for wines exported to the EU.

This is permitted under EU legislation (Regulation (EC) No 1234/2007 and Regulation (EC) No 607/2009), on condition that an appeals procedure specifically concerning the acknowledgement of traditional terms is complied with.

When considering its draft response to the request, can the Commission guarantee that, in accordance with the legislation in force, the request is sufficiently transparent and, above all, that it is in strict conformity with the rules of the procedure? Under EU legislation, the request must contain references to legislative regulatory conditions or an unequivocal professional rule governing the use of the term ‘château’ and guaranteeing that the term is used for wine-producing undertakings which really exist and are culturally autonomous, meaning that they have vines and operating capital which enable them to produce wine from grapes which are harvested from those vines only and made entirely into wine in that location. Does the definition in the American request correspond to the definition laid down in EU legislation? Will the Commission state if this definition is applicable in the same terms in the USA, as set out in European legislation?

(Version française)

Réponse donnée par M Cioloş au nom de la Commission

(26 novembre 2012)

La demande de reconnaissance de la mention traditionnelle «Château» au profit de vins produits sur le territoire des États-Unis d'Amérique introduite par deux organisations professionnelles américaines est examinée par la Commission dans le cadre strict de la procédure européenne définie par la réglementation de l'Union. Ainsi, la demande de reconnaissance a été publiée à la page 11 du Journal officiel, série C 275 du 12 octobre 2010 afin que les tiers soient informés de l'existence de cette demande et qu'ils puissent, le cas échéant, s'opposer à la reconnaissance et à la protection de la mention concernée.

Dans le cadre de l'examen de la demande, il est tenu compte de l'intérêt des producteurs et consommateurs européens et des risques de confusion, afin de garantir une concurrence équitable et d'éviter que les consommateurs ne soient induits en erreur. De plus, l'utilisation de mentions traditionnelles sur les produits des pays tiers est autorisée pour autant qu'elles remplissent des conditions équivalentes à celles qui sont exigées des États membres.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-008927/12

à la Commission

Philippe Boulland (PPE)

(4 octobre 2012)

Objet: Gestion des déchets au sein de l'Union européenne

Dans une communication récente, la Commission européenne souligne qu'une mise en œuvre intégrale de la législation de l'UE sur les déchets permettrait d'économiser 72 milliards d'euros par an aux États membres et de créer plus de 400 000 emplois d'ici 2020.

Dans ce contexte de crise économique, la Commission n'estime-t-elle pas qu'il est urgent d'enjoindre aux gouvernements des États membres d'optimiser l'application de la législation existante afin d'accélérer l'épargne du traitement des déchets?

De quels moyens dispose la Commission pour faire appliquer la législation communautaire existante par les États membres, au regard des économies importantes qu'elle permettrait de réaliser grâce à une gestion optimisée et durable des déchets?

Par ailleurs, la Commission prévoit-elle de débloquer plus rapidement les fonds structurels afin de financer des projets alternatifs de gestion des déchets?

Qu'en est-il du projet de création d'une société européenne du recyclage?

Réponse donnée par M. Potočnik au nom de la Commission

(13 décembre 2012)

La Commission estime urgent d'améliorer l'application de la législation relative à la gestion des déchets. Plusieurs initiatives sont prises par la Commission afin d'améliorer l'application de la législation. La plus récente était l'organisation de séminaires dans les pays les moins performants de l'Union afin de proposer et discuter de mesures éventuelles à prendre pour une meilleure gestion des déchets (154).

Plusieurs objectifs chiffrés sont inclus pour la gestion des déchets dans les directives européennes (objectifs de valorisation et recyclage pour différents types de déchets, objectifs de diversion des déchets biodégradables des décharges, etc). La Commission vérifie les plans de gestion de déchets et leur application par les États membres afin de déterminer si les actions envisagées permettent d'atteindre ces objectifs.

Des fonds structurels sont déjà à disposition des États membres pour améliorer la gestion des déchets. Une conditionnalité ex-ante dans l'utilisation des fonds structurels et de cohésion en matière de gestion des déchets pour la période de programmation 2014-2020 de la politique de cohésion est en cours d'élaboration au sein de la Commission et devrait permettre une meilleure utilisation des fonds disponibles.

Une meilleure application des directives européennes peut contribuer à la mise en place d'une société du recyclage. Les taux globaux de recyclage atteignent déjà des niveaux de 70 % dans certains États membres mais restent très modestes dans d'autres. La Commission poursuivra ses efforts pour améliorer l'application de sa législation afin de créer progressivement une société du recyclage.

(English version)

Question for written answer E-008927/12

to the Commission

Philippe Boulland (PPE)

(4 October 2012)

Subject: Waste management in the EU

In a recent communication, the Commission pointed out that full implementation of EU waste legislation would save the Member States EUR 72 billion a year and create more than 400 000 jobs by 2020.

In the current economic crisis, does the Commission not think that the Member States’ governments should be urged to optimise the application of existing legislation in order to achieve more quickly the savings that can be made from the processing of waste?

What means does the Commission have to ensure that Member States enforce existing Community legislation, in view of the substantial savings that could be achieved through the optimum and sustainable management of waste?

Does the Commission plan to speed up the release of structural funding for financing alternative waste management projects?

What progress has been made on the project to establish a European recycling society?

(Version française)

Réponse donnée par M. Potočnik au nom de la Commission

(13 décembre 2012)

La Commission estime urgent d'améliorer l'application de la législation relative à la gestion des déchets. Plusieurs initiatives sont prises par la Commission afin d'améliorer l'application de la législation. La plus récente était l'organisation de séminaires dans les pays les moins performants de l'Union afin de proposer et discuter de mesures éventuelles à prendre pour une meilleure gestion des déchets (155).

Plusieurs objectifs chiffrés sont inclus pour la gestion des déchets dans les directives européennes (objectifs de valorisation et recyclage pour différents types de déchets, objectifs de diversion des déchets biodégradables des décharges, etc). La Commission vérifie les plans de gestion de déchets et leur application par les États membres afin de déterminer si les actions envisagées permettent d'atteindre ces objectifs.

Des fonds structurels sont déjà à disposition des États membres pour améliorer la gestion des déchets. Une conditionnalité ex-ante dans l'utilisation des fonds structurels et de cohésion en matière de gestion des déchets pour la période de programmation 2014-2020 de la politique de cohésion est en cours d'élaboration au sein de la Commission et devrait permettre une meilleure utilisation des fonds disponibles.

Une meilleure application des directives européennes peut contribuer à la mise en place d'une société du recyclage. Les taux globaux de recyclage atteignent déjà des niveaux de 70 % dans certains États membres mais restent très modestes dans d'autres. La Commission poursuivra ses efforts pour améliorer l'application de sa législation afin de créer progressivement une société du recyclage.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-009016/12

à la Commission

Nora Berra (PPE) et Michel Dantin (PPE)

(8 octobre 2012)

Objet: Plan d'action pour une régulation et une supervision efficace des jeux en ligne

Michel Barnier, commissaire en charge du marché intérieur et des services, a annoncé lors d'une conférence organisée par le Parlement européen, le 27 juin 2012 à Bruxelles, son intention de proposer à la Commission l'adoption, avant la fin de 2012, d'un plan d'action pour une régulation et une supervision efficace des jeux en ligne dans l'Union européenne afin de protéger au mieux les consommateurs et les citoyens.

Michel Barnier a souligné à cette occasion que l'une des priorités de ce futur plan d'action sera la lutte et la protection contre la fraude et qu'à ce titre, la garantie de l'intégrité du sport sera donc l'un des axes majeurs sur lesquels devront «porter (les) efforts».

Nous souhaiterions à ce titre poser les questions suivantes à la Commission:

Sans nullement opposer le «pari mutuel» aux différentes autres offres légales de jeux autorisées dans les États membres de l'Union européenne, la Commission partage-t-elle l'opinion que ce type de jeux, auquel il est essentiellement recouru pour les paris sur les courses hippiques, est un modèle qui prévient tout particulièrement les fraudes dans la mesure où les avantages pécuniaires tirés par opérateurs ne sont aucunement liés aux résultats mêmes de ces compétitions en termes de gagnants et de perdants?

Aussi, la Commission reconnaît-elle l'importance cruciale pour la pérennité de ce modèle, dans les États membres qui le souhaitent, de la préservation du mécanisme dit du «retour filière», c'est-à-dire du reversement d'une partie des recettes des mises au bénéfice du secteur hippique?

De même, la Commission admet-elle la nécessité de lever l'insécurité juridique qu'elle a créée avec l'ouverture d'une procédure d'infraction toujours pendante contre le système de «retour filière» mis en place par la France suite à la suppression de son monopole sur les paris hippiques?

La Commission convient-elle en effet que ces financements apportés par le «retour filière» conditionnent très largement, en effet, non seulement l'existence de ces courses dans les États membres, mais aussi celle des «filières équines» nationales au sens le plus large, comme le démontre amplement, hélas, leur disparition dans plusieurs pays européen au cours des dernières années?

Réponse donnée par M. Almunia au nom de la Commission

(6 décembre 2012)

1.

La Commission confirme, comme indiqué dans sa Communication du 23 octobre 2012

1.

La Commission confirme, comme indiqué dans sa Communication du 23 octobre 2012

 (156), que la sauvegarde de l'intégrité des sports et la lutte contre le trucage des compétitions sportives feront partie des priorités de son futur plan d'action. La Commission n'entend cependant pas, au nom de cet objectif, prendre position en faveur d'un certain type de paris comme le pari mutuel par rapport à d'autres types de paris comme par exemple le pari à la côte.

2.

La Commission reconnaît que le financement des courses hippiques par les paris hippiques peut contribuer à la pérennité de l'organisation des courses et de toute la filière équine (propriétaires de chevaux, jockeys, éleveurs, entraîneurs, équipementiers…), sans préjudice d'autres formes de financement possibles et l'appréciation qu'elle pourrait porter sur les modalités de ce système de financement dans le cadre de l'examen de compatibilité de l'aide d'État (C 34/2010 évoquée ci-dessous)

2.

La Commission reconnaît que le financement des courses hippiques par les paris hippiques peut contribuer à la pérennité de l'organisation des courses et de toute la filière équine (propriétaires de chevaux, jockeys, éleveurs, entraîneurs, équipementiers…), sans préjudice d'autres formes de financement possibles et l'appréciation qu'elle pourrait porter sur les modalités de ce système de financement dans le cadre de l'examen de compatibilité de l'aide d'État (C 34/2010 évoquée ci-dessous)

 (157).

3.

La décision d'ouverture de la Commission du 17 novembre 2010, suite à la notification par la France d'une aide d'État en faveur des sociétés de courses financée par une taxe parafiscale sur les paris hippiques, a été principalement motivée par ses doutes quant à la qualification par la France des activités des sociétés de courses de service d'intérêt économique général.

Depuis l'adoption de cette décision, la Commission travaille en étroite collaboration avec les autorités françaises afin d'aboutir au plus tôt à une solution de financement de l'organisation des courses hippiques par les paris hippiques qui soit conforme aux règles communautaires en matière d'aides d'État. Elle aspire à l'adoption d'une décision finale qui clôturerait la procédure en cours.

4.

Voir réponse à la question 2.

(English version)

Question for written answer E-009016/12

to the Commission

Nora Berra (PPE) and Michel Dantin (PPE)

(8 October 2012)

Subject: Action plan for the effective regulation and supervision of online betting

Michel Barnier, the Commissioner responsible for the internal market and services, announced at a press conference held by the European Parliament in Brussels on 27 June 2012, that he would propose the Commission adopt, by the end of 2012, an action plan for the effective regulation and supervision of on‐line betting in the European Union in order to better protect consumers and the public.

Mr Barnier emphasised, at the press conference, that one of the priorities of this future action plan would be the combating and prevention of fraud and that, in that respect, the integrity of sport would be one of the main elements on which efforts should centre.

We would like to put the following questions to the Commission on this subject:

Without in any way wishing to distinguish the ‘pari mutuel’ from other forms of legal betting authorised in EU Member States, does the Commission share the view that this type of betting, which is essentially used for betting on horse racing, is a model that is particularly fraud‐proof since the bookmakers’ earnings are in no way connected with the results of the races or with their winners and losers?

Does the Commission also recognise that if this model is to continue, in the Member States that so wish, then it is vitally important to preserve the ‘retour filière’ (returns to racing) mechanism — i.e. for part of the income from bets to be channelled back into the horse racing industry?

Similarly, does the Commission acknowledge the need to remove the legal uncertainty it created by opening infringement proceedings (still pending) against the ‘returns to racing’ system introduced by France following the abolition of its monopoly on betting on horse races?

Does the Commission not agree that the financing contributed by ‘returns to racing’ in fact plays a substantial part in ensuring the existence not only of horse racing in the Member States, but also of national equestrian industries more broadly as, unfortunately, has been amply demonstrated by their disappearance in many European countries in recent years?

(Version française)

Réponse donnée par M. Almunia au nom de la Commission

(6 décembre 2012)

1.

La Commission confirme, comme indiqué dans sa Communication du 23 octobre 2012

1.

La Commission confirme, comme indiqué dans sa Communication du 23 octobre 2012

 (158), que la sauvegarde de l'intégrité des sports et la lutte contre le trucage des compétitions sportives feront partie des priorités de son futur plan d'action. La Commission n'entend cependant pas, au nom de cet objectif, prendre position en faveur d'un certain type de paris comme le pari mutuel par rapport à d'autres types de paris comme par exemple le pari à la côte.

2.

La Commission reconnaît que le financement des courses hippiques par les paris hippiques peut contribuer à la pérennité de l'organisation des courses et de toute la filière équine (propriétaires de chevaux, jockeys, éleveurs, entraîneurs, équipementiers…), sans préjudice d'autres formes de financement possibles et l'appréciation qu'elle pourrait porter sur les modalités de ce système de financement dans le cadre de l'examen de compatibilité de l'aide d'État (C 34/2010 évoquée ci-dessous)

2.

La Commission reconnaît que le financement des courses hippiques par les paris hippiques peut contribuer à la pérennité de l'organisation des courses et de toute la filière équine (propriétaires de chevaux, jockeys, éleveurs, entraîneurs, équipementiers…), sans préjudice d'autres formes de financement possibles et l'appréciation qu'elle pourrait porter sur les modalités de ce système de financement dans le cadre de l'examen de compatibilité de l'aide d'État (C 34/2010 évoquée ci-dessous)

 (159).

3.

La décision d'ouverture de la Commission du 17 novembre 2010, suite à la notification par la France d'une aide d'État en faveur des sociétés de courses financée par une taxe parafiscale sur les paris hippiques, a été principalement motivée par ses doutes quant à la qualification par la France des activités des sociétés de courses de service d'intérêt économique général.

Depuis l'adoption de cette décision, la Commission travaille en étroite collaboration avec les autorités françaises afin d'aboutir au plus tôt à une solution de financement de l'organisation des courses hippiques par les paris hippiques qui soit conforme aux règles communautaires en matière d'aides d'État. Elle aspire à l'adoption d'une décision finale qui clôturerait la procédure en cours.

4.

Voir réponse à la question 2.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-009072/12

à la Commission

Dominique Vlasto (PPE) et Marie-Thérèse Sanchez-Schmid (PPE)

(9 octobre 2012)

Objet: Mentions «Château» et «Clos»

Les mentions «Château» et «Clos», traditionnellement utilisées dans les régions viticoles françaises, visent à garantir aux consommateurs la certitude d'un produit artisanal de qualité.

C'est pourquoi elles sont définies de manière très précise par les législations européenne (règlement (CE) n° 607/2009) et nationale: la mention «Château» désigne ainsi un vin d'appellation d'origine contrôlée issu à 100 % de raisins récoltés et vinifiés sur la propriété.

Aux États-Unis, en revanche, cette mention est utilisée comme une marque commerciale: on peut ainsi utiliser la mention «Château» pour des vins issus de raisins récoltés sur différentes propriétés et par différents producteurs (titre 27, point 4.25 et point 4.33, du Code of Federal Regulations (27 CFR 4.25)).

Alors que la Commission interdit depuis 2009 la vente, sur le territoire de l'Union, de bouteilles de vin portant la mention «Château», telle que définie par le droit américain, elle a décidé, à la suite d'une demande d'utilisation de mention (n° TDS-USN0014) d'inscrire à l'ordre du jour du comité de l'OCM un règlement d'exécution visant désormais à autoriser leurs ventes. Elle a finalement décidé de retirer ce point de l'ordre du jour.

1.

Pourquoi la Commission autoriserait-elle la commercialisation, sur le territoire de l'Union, de bouteilles de vin portant la mention

«Château», telle que définie par le droit américain, alors qu'elle l'a elle-même interdite de 2009 à 2012? Quels sont les éléments qui justifient ce changement de politique?

2.

La Commission n'estime-t-elle pas que cette autorisation pourrait engendrer un détournement de notoriété de la mention européenne

«Château», tromperait les consommateurs et créerait une distorsion de concurrence entres les vins français et américains?

3.

La Commission compte-t-elle de nouveau inscrire ce règlement d'exécution à l'ordre du jour du comité de gestion de l'OCM? Si oui, à quelle date?

Réponse donnée par M Cioloş au nom de la Commission

(26 novembre 2012)

La reconnaissance de la mention traditionnelle «Château» au profit de vins produits sur le territoire des États-Unis d'Amérique fait suite à une demande d'organisations professionnelles américaines introduite dans le cadre de la procédure définie par la réglementation de l'Union (Chapitre III du règlement (CE) no 607/2009). Dans ce contexte, la Commission n'a pas à juger de l'opportunité politique ou économique de la demande mais de sa validité par rapport aux critères définis par le droit de l'Union.

Dans le cadre de l'examen de la demande, il est tenu compte de l'intérêt des producteurs et consommateurs européens et des risques de confusion, afin de garantir une concurrence équitable et d'éviter que les consommateurs ne soient induits en erreur. De plus, l'utilisation de mentions traditionnelles sur les produits des pays tiers est autorisée pour autant qu'elles remplissent des conditions équivalentes à celles qui sont exigées des États membres. Ainsi, d'après les conditions d'utilisation de la mention «Château» reprises dans la demande américaine, le producteur garde toujours le contrôle des principales étapes du processus d'élaboration du vin, y inclus aussi la production des raisins destinés à la production dudit vin.

Seulement si une demande de reconnaissance est considérée comme valide par rapport aux critères définis par le droit de l'Union, la Commission devra inscrire à l'ordre du jour d'un comité de gestion de l'OCM, le projet de règlement de reconnaissance de cette mention avant l'adoption.

(English version)

Question for written answer E-009072/12

to the Commission

Dominique Vlasto (PPE) and Marie-Thérèse Sanchez-Schmid (PPE)

(9 October 2012)

Subject: ‘Château’ and ‘Clos’ designations

The designations ‘Château’ and ‘Clos’, which are traditionally used in French wine-growing regions, are intended to provide consumers with an assurance that a product is a quality product which has been made using craft methods.

That is why they are defined very precisely by European law (Regulation (EC) No 607/2009) and national law; the designation ‘Château’ denotes an Appellation d'Origine Contrôlée (AOC) wine made 100 % from grapes picked and fermented on site.

In the United States, on the other hand, this designation is used as a commercial brand: thus the designation ‘Château’ can be used for wines made from grapes picked in different vineyards and derived from different producers (Title 27, points 4.25 and 4.33 of the Code of Federal Regulations (27 CFR 4.25)).

Whereas since 2009 the Commission has prohibited the sale within EU territory of bottles of wine marked ‘Château’ as defined by US law, it has decided, in response to an application for permission to use the designation (No TDS-USN0014) to place on the agenda of the CMO Management Committee an implementing regulation to authorise their sale. Ultimately, however, it decided to withdraw the item from the agenda.

1.

Why would the Commission authorise the marketing within EU territory of bottles of wine bearing the designation

‘Château’ as defined by US law when the Commission itself prohibited this from 2009 to 2012? On what basis could this change of policy be justified?

2.

Does not the Commission consider that this authorisation could damage the reputation of the European

‘Château’ designation, mislead consumers and distort competition between French and American wines?

3.

Does the Commission intend to place this implementing regulation on the agenda of the CMO Management Committee again? If so, when?

(Version française)

Réponse donnée par M Cioloş au nom de la Commission

(26 novembre 2012)

La reconnaissance de la mention traditionnelle «Château» au profit de vins produits sur le territoire des États-Unis d'Amérique fait suite à une demande d'organisations professionnelles américaines introduite dans le cadre de la procédure définie par la réglementation de l'Union (Chapitre III du règlement (CE) no 607/2009). Dans ce contexte, la Commission n'a pas à juger de l'opportunité politique ou économique de la demande mais de sa validité par rapport aux critères définis par le droit de l'Union.

Dans le cadre de l'examen de la demande, il est tenu compte de l'intérêt des producteurs et consommateurs européens et des risques de confusion, afin de garantir une concurrence équitable et d'éviter que les consommateurs ne soient induits en erreur. De plus, l'utilisation de mentions traditionnelles sur les produits des pays tiers est autorisée pour autant qu'elles remplissent des conditions équivalentes à celles qui sont exigées des États membres. Ainsi, d'après les conditions d'utilisation de la mention «Château» reprises dans la demande américaine, le producteur garde toujours le contrôle des principales étapes du processus d'élaboration du vin, y inclus aussi la production des raisins destinés à la production dudit vin.

Seulement si une demande de reconnaissance est considérée comme valide par rapport aux critères définis par le droit de l'Union, la Commission devra inscrire à l'ordre du jour d'un comité de gestion de l'OCM, le projet de règlement de reconnaissance de cette mention avant l'adoption.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-009576/12

à la Commission

Franck Proust (PPE)

(19 octobre 2012)

Objet: Label du patrimoine européen

En novembre 2011, nous donnions notre feu vert au label du patrimoine européen. Cette excellente initiative vise à attribuer une carte de visite prestigieuse aux monuments faisant partie intégrante de l'histoire européenne. La romanité a profondément marqué tout le pourtour méditerranéen. La ville dont je suis élu, Nîmes, constitue l'un des meilleurs exemples de cet héritage. Je suis convaincu que notre ville a toutes les chances d'obtenir le label.

Lorsque j'avais interrogé la Commission il y a quelques mois, la procédure d'implantation était encore en cours.

1.

La Commission peut-elle me préciser à quel point nous en sommes rendus?

Avant de lancer le concours pour l'ensemble de l'Europe, il faut d'abord que les pays qui n'avaient pas participé au projet à l'origine puissent le faire. Or, la France est un pays fondateur du label.

2.

Aussi, quand les projets français pourront enfin entrer officiellement en compétition?

3.

Existe-t-il déjà un dossier-type ou tout autre document d'orientation?

Le label du patrimoine européen est un projet qui devra, en temps et en heure, être connu d'un large public. Il s'agit d'un héritage que nous partageons, nous, le demi milliard d'Européens.

4.

De quelle ampleur sera la politique de communication menée dans le futur par la Commission?

Réponse donnée par Mme Vassiliou au nom de la Commission

(6 décembre 2012)

1.

Comme spécifié par la base légale établissant le Label européen du Patrimoine (Décision 1194/2011/EU), l'année 2012 est une année de préparation pour cette nouvelle action. La Commission a donc publié des guides à l'attention des sites et des États membres (cf ci-dessous). Elle est également en train de faire adopter un logo: un vote sera bientôt soumis au public entre trois logos proposés sur le site de la Commission européenne (

http://ec.europa.eu/culture/index_fr.htm).

2.

Les deux premières années de mise en œuvre du Label Européen du Patrimoine sont des années de transition: l'année 2013 est réservée à la sélection de sites dans les États membres n'ayant pas précédemment participé à la procédure intergouvernementale; l'année 2014 est réservée aux États membres y ayant précédemment participé, dont la France. Tous les États membres pourront proposer des sites à la sélection en 2015 et ensuite tous les deux ans.

3.

Tous les documents soutenant la mise en œuvre du Label Européen du Patrimoine sont disponibles sur le site suivant: (

http://ec.europa.eu/culture/our-programmes-and-actions/label/european-heritage-label_en.htm). Une présentation plus élaborée de ces pages sera mise en ligne en 2013.

4.

La Commission est responsable de la mise en place d'une stratégie de communication autour du Label. Pour cela, la Commission signera avant fin 2012 un contrat avec une société spécialisée pour définir la meilleure stratégie de communication pour le Label; des pages Internet seront également réalisées. Ce premier contrat sera suivi d'un second pour la mise en œuvre concrète de cette stratégie dès 2013.

(English version)

Question for written answer E-009576/12

to the Commission

Franck Proust (PPE)

(19 October 2012)

Subject: European Heritage Label

In November 2011, Parliament gave the European Heritage Label scheme its seal of approval. The aim of this very worthwhile initiative is to raise the profile of sites which bear witness to key events in the history of Europe. The Roman Empire left its mark on the entire Mediterranean Basin, and Nîmes, the town I represent, is one of the best examples of Roman heritage. I am absolutely certain that Nîmes has every chance of being awarded the European Heritage Label.

When I asked the Commission about the European Heritage Label several months ago, I was informed that the scheme was still being set up.

1.

What stage has now been reached in that process?

France was a founding member of the European Heritage Label scheme, but now, before an EU-wide call for nominations can be made, the project has to be opened up to countries that did not participate from the outset.

2.

When will it at last be possible to submit official nominations for French sites?

3.

Have standard application forms or guidelines concerning the scheme already been drawn up?

The European Heritage Label is a scheme that should, in due course, be widely publicised. After all, it concerns a heritage that we — 500 million EU citizens — all share.

4.

How extensively will the Commission promote the scheme in future?

(Version française)

Réponse donnée par Mme Vassiliou au nom de la Commission

(6 décembre 2012)

1.

Comme spécifié par la base légale établissant le Label européen du Patrimoine (Décision 1194/2011/EU), l'année 2012 est une année de préparation pour cette nouvelle action. La Commission a donc publié des guides à l'attention des sites et des États membres (cf ci-dessous). Elle est également en train de faire adopter un logo: un vote sera bientôt soumis au public entre trois logos proposés sur le site de la Commission européenne (

http://ec.europa.eu/culture/index_fr.htm).

2.

Les deux premières années de mise en œuvre du Label Européen du Patrimoine sont des années de transition: l'année 2013 est réservée à la sélection de sites dans les États membres n'ayant pas précédemment participé à la procédure intergouvernementale; l'année 2014 est réservée aux États membres y ayant précédemment participé, dont la France. Tous les États membres pourront proposer des sites à la sélection en 2015 et ensuite tous les deux ans.

3.

Tous les documents soutenant la mise en œuvre du Label Européen du Patrimoine sont disponibles sur le site suivant: (

http://ec.europa.eu/culture/our-programmes-and-actions/label/european-heritage-label_en.htm). Une présentation plus élaborée de ces pages sera mise en ligne en 2013.

4.

La Commission est responsable de la mise en place d'une stratégie de communication autour du Label. Pour cela, la Commission signera avant fin 2012 un contrat avec une société spécialisée pour définir la meilleure stratégie de communication pour le Label; des pages Internet seront également réalisées. Ce premier contrat sera suivi d'un second pour la mise en œuvre concrète de cette stratégie dès 2013.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-009630/12

à la Commission

Patrick Le Hyaric (GUE/NGL)

(22 octobre 2012)

Objet: Directive (2011/0438 (COD)) introduisant la passation de marchés publics pour les services de sécurité sociale obligatoire

À l'annexe XVI de sa proposition de directive sur la passation des marchés publics (2011/0438 (COD)), la Commission propose d'inclure les «Services de sécurité sociale obligatoire». Cette mention, si elle est conservée, ferait dès lors passer ce type de services dans le cadre du droit communautaire sur la passation des marchés publics.

La Commission fait valoir que cette directive n'est applicable qu'à partir du moment où une collectivité décide elle-même d'externaliser sa sécurité sociale à travers un marché public. Pourtant la Commission juge elle-même ce scénario «peu probable».

Pourquoi la Commission crée-t-elle une nouvelle règle juridique pour une éventualité «peu probable»?

Les services européens de sécurité sociale obligatoire recoupant une grande diversité de modèles d'organisation et de gestion issus d'histoires, de cultures et de traditions différentes, la Commission juge-t-elle opportun d'appliquer une règle unique à ces services?

Par cette annexe créant un cadre juridique pour la passation des marchés publics concernant les services de sécurité sociale obligatoire, la Commission souhaite-t-elle faciliter à l'avenir le transfert d'une partie de la protection sociale d'une gestion publique vers celle d'opérateurs privés?

Réponse donnée par M. Barnier au nom de la Commission

(10 décembre 2012)

La référence dans l'annexe XVI de la proposition législative au code CPV 75300000-9 (160) relatif à la sécurité sociale obligatoire n'est pas une règle nouvelle et ne modifie pas l'état du droit en la matière par rapport aux directives existantes. Ce code CPV a toujours existé et est actuellement compris dans la catégorie 27 («Autres services») de l'annexe IIB de la directive marchés publics dite «classique» (161).

Que ce soit dans le cadre des directives actuelles ou de la proposition législative, la référence dans les annexes aux «services de sécurité sociale» n'est pertinente que si un État membre souhaiterait — dans le cadre de son autonomie en la matière — externaliser sa sécurité sociale à un opérateur économique à travers un marché public. Par conséquent, la référence aux «services de sécurité sociale» n'implique en aucun cas l'application d'un modèle unique de gestion de ces services à travers l'Europe.

La proposition législative de la Commission ne remet nullement en cause l'organisation nationale des services de sécurité sociale et n'oblige en aucun cas les États membres ou les collectivités à externaliser les missions sous leur compétence. Pour dissiper tout possible malentendu sur le sujet, un amendement a été déjà apporté au texte de la proposition dans le cadre de la discussion au Conseil pour rappeler à nouveau que tous les services (quelle que soit leur nature) ne sont couverts par la proposition que dans la mesure où l'autorité concernée a opté pour une prestation basée sur un marché public.

(English version)

Question for written answer E-009630/12

to the Commission

Patrick Le Hyaric (GUE/NGL)

(22 October 2012)

Subject: Directive (2011/0438 (COD)) introducing the award of public contracts for compulsory social security services

The Commission proposes including ‘compulsory social security services’ in Annex XVI of its proposal for a directive on the award of public contracts (2011/0438(COD)). If it does this, these services will move into the realm of EC law on the award of public contracts.

The Commission states that this directive will apply only when an authority decides to externalise its social security by means of awarding a public contract. The Commission considers that this scenario is, however, ‘unlikely’.

Why is the Commission creating a new legal rule for an ‘unlikely’ eventuality?

Since European compulsory social security services cut across a wide range of organisational and management models stemming from different histories, cultures and traditions, does the Commission consider it appropriate to apply a single rule to them all?

Is it the Commission’s intention that, as a result of this annex creating a legal framework for the award of public contracts for compulsory social security services, a part of social protection will in future be transferred from public management to private operators?

(Version française)

Réponse donnée par M. Barnier au nom de la Commission

(10 décembre 2012)

La référence dans l'annexe XVI de la proposition législative au code CPV 75300000-9 (162) relatif à la sécurité sociale obligatoire n'est pas une règle nouvelle et ne modifie pas l'état du droit en la matière par rapport aux directives existantes. Ce code CPV a toujours existé et est actuellement compris dans la catégorie 27 («Autres services») de l'annexe IIB de la directive marchés publics dite «classique» (163).

Que ce soit dans le cadre des directives actuelles ou de la proposition législative, la référence dans les annexes aux «services de sécurité sociale» n'est pertinente que si un État membre souhaiterait — dans le cadre de son autonomie en la matière — externaliser sa sécurité sociale à un opérateur économique à travers un marché public. Par conséquent, la référence aux «services de sécurité sociale» n'implique en aucun cas l'application d'un modèle unique de gestion de ces services à travers l'Europe.

La proposition législative de la Commission ne remet nullement en cause l'organisation nationale des services de sécurité sociale et n'oblige en aucun cas les États membres ou les collectivités à externaliser les missions sous leur compétence. Pour dissiper tout possible malentendu sur le sujet, un amendement a été déjà apporté au texte de la proposition dans le cadre de la discussion au Conseil pour rappeler à nouveau que tous les services (quelle que soit leur nature) ne sont couverts par la proposition que dans la mesure où l'autorité concernée a opté pour une prestation basée sur un marché public.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-009790/12

à la Commission

Patrick Le Hyaric (GUE/NGL)

(25 octobre 2012)

Objet: Fonds européen d'aide aux plus démunis (FEAD)

La Commission européenne a proposé la création d'un «Fonds européen d'aide aux plus démunis» destiné à soutenir les mécanismes mis en place par les États membres pour fournir une aide alimentaire et matérielle en faveur des personnes les plus démunies ainsi qu'aux sans‐abris et aux enfants souffrant de privation matérielle.

Le «Fonds européen d'aide aux plus démunis» pour la période 2014-2020, avec une dotation d'un peu plus de 350 millions par an, viserait prétendument à remplacer le «Programme européen d'aide aux plus démunis» (PEAD) mais sous une autre forme et diminué, alors que la pauvreté augmente considérablement dans l'Union européenne.

Le PEAD représente actuellement 440 millions par an et assure une part importante du financement de certaines associations caritatives comme les Restos du cœur, la Croix‐Rouge, le Secours populaire, le réseau des banques alimentaires. Doté d'une enveloppe annuelle de 500 millions d'euros, ce programme permet de servir des repas à dix-huit millions d'Européens dans vingt pays participants.

1.

Comment la Commission compte-t-elle assurer l'objectif de l'Union de réduction de 20 % de la pauvreté d'ici 2020 avec une dotation de 2,5 milliards sur sept ans à répartir entre 27 ou 28 États membres?

2.

La Commission peut-elle clarifier les rôles respectifs et les objectifs du Fonds européen d'aide aux plus démunis (FEAD) et du Fonds social européen (FSE) destiné, entre autre, à l'insertion sociale et à la lutte contre l'exclusion? Quelles sont les différences entres ces deux fonds et quels sont les financements de ces deux fonds?

3.

Comment la Commission prévoit-elle d'assurer le financement équitable des associations bénéficiaires? Quels sont les critères de sélection pour les associations bénéficiaires? Cette compétence relèvera-t-elle des États membres ou de l'Union européenne?

Réponse donnée par M. Andor au nom de la Commission

(9 janvier 2013)

Le Fonds européen d'aide aux plus démunis (FEAD) n'a pas pour ambition de réduire à lui seul le nombre de citoyens européens confrontés à la pauvreté ou l'exclusion de 20 millions d'ici à 2020. Il devrait néanmoins y contribuer en soutenant les dispositifs nationaux.

Pour ce faire, la Commission propose un instrument qui assure à la fois une grande prévisibilité des ressources et une grande flexibilité. En effet, le Fonds serait mis en œuvre à travers des programmes multi-annuels. Chaque pays serait donc en mesure d'adapter l'assistance en privilégiant une des formes d'assistance (nourriture ou biens de consommation de base pour les personnes sans abris ou les enfants en grande pauvreté) ou en les combinant, afin de répondre au mieux aux situations nationales.

Les personnes les plus démunies sont souvent, trop éloignées du marché du travail pour pouvoir bénéficier des mesures d'activation éligibles pour une contribution du Fonds social européen. Le nouveau Fonds viendrait donc compléter la panoplie des instruments de la politique de cohésion, en s'adressant à des populations qui en étaient jusqu'à présent exclues. Les montants alloués à chacun des fonds dépendent de l'accord final sur le futur cadre financier. D'après la proposition de la Comission et sur la base de la proposition d'assurer que le FSE représente au moins 25 % de la politique de cohésion, le FSE représenterait au moins 81,5 milliards d'euros et 2,5 milliards d'euros seraient alloués au FEAD.

Les programmes pluri-annuels soutenus par le Fonds européen d'aide aux plus démunis seraient mis en œuvre en gestion partagée. Il reviendra donc aux États membres de selectionner les organisations partenaires, selon des critères et des procédures justes et transparents.

(English version)

Question for written answer E-009790/12

to the Commission

Patrick Le Hyaric (GUE/NGL)

(25 October 2012)

Subject: Fund for European Aid to the Most Deprived

The Commission has proposed setting up a Fund for European Aid to the Most Deprived (FEAMD) which would support Member State schemes to provide food aid and material assistance for the most deprived, for homeless people and for materially deprived children.

The FEAMD for the period 2014-2020, with an annual budget of just over EUR 350 million, is supposedly intended to supersede the Food Distribution Programme for the Most Deprived People (MDP), albeit in a different form, and scaled down, at a time when poverty is very much on the increase in the European Union.

The MDP accounts for EUR 440 million a year, at present, and provides much of the funding for a number of charitable organisations such as ‘Les Restos du Coeur’, the Red Cross, ‘Secours populaire’ and the food bank network. With an annual allocation of EUR 500 million, the programme makes it possible to serve meals to 18 million Europeans in 20 participating countries.

1.

How does the Commission expect to realise the Union’s objective of reducing poverty by 20% by 2020 with a budget of EUR 2.5 billion, over seven years, to be apportioned among 27 or 28 Member States?

2.

Can the Commission clarify the respective roles and objectives of the FEAMD and the European Social Fund, whose remit includes social integration and combating exclusion? How do the two funds differ, and what is the funding for them?

3.

How is the Commission planning to ensure fair funding for beneficiary organisations? What are the criteria for selecting beneficiary organisations? Will this come within the remit of the Member States or of the European Union?

(Version française)

Réponse donnée par M. Andor au nom de la Commission

(9 janvier 2013)

Le Fonds européen d'aide aux plus démunis (FEAD) n'a pas pour ambition de réduire à lui seul le nombre de citoyens européens confrontés à la pauvreté ou l'exclusion de 20 millions d'ici à 2020. Il devrait néanmoins y contribuer en soutenant les dispositifs nationaux.

Pour ce faire, la Commission propose un instrument qui assure à la fois une grande prévisibilité des ressources et une grande flexibilité. En effet, le Fonds serait mis en œuvre à travers des programmes multi-annuels. Chaque pays serait donc en mesure d'adapter l'assistance en privilégiant une des formes d'assistance (nourriture ou biens de consommation de base pour les personnes sans abris ou les enfants en grande pauvreté) ou en les combinant, afin de répondre au mieux aux situations nationales.

Les personnes les plus démunies sont souvent, trop éloignées du marché du travail pour pouvoir bénéficier des mesures d'activation éligibles pour une contribution du Fonds social européen. Le nouveau Fonds viendrait donc compléter la panoplie des instruments de la politique de cohésion, en s'adressant à des populations qui en étaient jusqu'à présent exclues. Les montants alloués à chacun des fonds dépendent de l'accord final sur le futur cadre financier. D'après la proposition de la Comission et sur la base de la proposition d'assurer que le FSE représente au moins 25 % de la politique de cohésion, le FSE représenterait au moins 81,5 milliards d'euros et 2,5 milliards d'euros seraient alloués au FEAD.

Les programmes pluri-annuels soutenus par le Fonds européen d'aide aux plus démunis seraient mis en œuvre en gestion partagée. Il reviendra donc aux États membres de selectionner les organisations partenaires, selon des critères et des procédures justes et transparents.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-009837/12

à la Commission

Véronique Mathieu (PPE)

(26 octobre 2012)

Objet: État de conservation du bruant ortolan

Le bruant ortolan (Emberiza hortulana) est classé dans la catégorie «préoccupation mineure» sur la Liste rouge mondiale de l'UICN. Ce rang se fonde sur le critère de l'importance de la population au niveau de son aire de répartition, qui compte entre 5,2 et 16 millions de couples avant reproduction (EUNIS Database 2011). Sur l'ensemble de son aire de reproduction, l'estimation de la population est de 51,85 à 162,4 millions de couples, la Turquie en comptant à elle seule entre 30 et 100 millions (EUNIS Database 2011). Pour cette espèce, le succès reproducteur pris en compte par BirdLife International est de un jeune par couple, ce qui en début de migration automnale représenterait en Europe uniquement un contingent de 15,6 à 48,6 millions d'oiseaux.

Différentes synthèses ont été publiées au sujet de l'état de ses populations. Ainsi, dans une publication récente (Møller et al. 2008), la tendance de l'évolution des populations sur la période 1970-1990 est de — 3 % alors qu'elle n'est plus que de — 1 % sur la période 1990-2000. En revanche, dans un article encore plus récent (Vořìńek et al. 2010), il apparaît que sur le long terme, la population d'ortolans a connu un déclin abrupt entre 1980 et 2006 avec une pente < 1 de 0,9368 (0.0090) et elle est considérée comme stable sur le court terme, entre 1995 et 2006, avec une pente > 1 de 1,0176 (0,0129).

De plus, les données scientifiques mettent en évidence des échanges avec les populations russes, dont il convient aussi de tenir compte.

1.

La Commission reconnaît-elle la situation présentée?

2.

La Commission reconnaît-elle dans ce contexte l'impact négligeable pour la conservation de l'espèce d'un prélèvement de 30 000 oiseaux, qui représenterait entre 0,09 % et 0,29 % de la population source de l'Europe de l'Ouest avant reproduction?

Réponse donnée par M Potočnik au nom de la Commission

(10 décembre 2012)

La Commission a connaissance de l'estimation des populations nicheuses de bruant ortolan (Emberiza hortulana) en Europe produites par BirdLife en 2004 (164). Elle a aussi connaissance du fort déclin de l'espèce sur la période 1980-2010 (déclin de plus de 5 % par an) avec une période de déclin très important de 1980 à 1993 suivie d'une période de stabilité à un niveau très bas comparé à l'année de référence (1980) de 1994 à 2010 (165) (EBCC, 2012). L'état des populations sera réévalué dans le cadre du rapportage par les États membres au titre de l'Article 12 de la Directive Oiseaux (2009/147/EC (166)).

La Commission est au courant du souhait des chasseurs des Landes (France) de pouvoir piéger le Bruant ortolan. Elle estime qu'un prélèvement de 30 000 oiseaux dans le Sud-ouest de la France impacterait, entre autres, les populations de l'Europe du Nord-Ouest, y compris françaises. Or ces populations sont aujourd'hui très affaiblies et ont continué à décliner au cours des dernières années. Face à une telle situation, il importe pour la France de prendre toutes les mesures nécessaires pour enrayer le déclin. Même si la principale cause de la diminution des populations de bruant ortolan est d'ordre agricole, il ne serait pas prudent d'ajouter un facteur supplémentaire susceptible d'agir défavorablement sur cette espèce.

(English version)

Question for written answer E-009837/12

to the Commission

Véronique Mathieu (PPE)

(26 October 2012)

Subject: Conservation status of the ortolan bunting

The ortolan bunting (Emberiza hortulana) has been placed in the ‘least concern’ category on the International Union for Conservation of Nature’s red list of threatened species. This classification is based on a species’ numbers and range; there are between 5.2 and 16 million ortolan bunting breeding pairs in Europe (EUNIS Database 2011), whilst worldwide numbers are estimated at between 51.85 and 162.4 million pairs, with 30 to 100 million of them found in Turkey (EUNIS Database 2011). According to BirdLife International, the reproductive rate of this species is one offspring per breeding pair, which would imply a population in Europe only of between 15.6 and 48.6 million birds at the beginning of the autumn migration period.

Differing reports have been published on the numbers of ortolan buntings. A recent article (Møller et al., 2008) put the population trend between 1970 and 1990 at -3 %, but at only -1 % for the period from 1990 to 2000. In contrast, an even more recent study (Vořìńek et al., 2010) shows that over a longer period, 1980-2006, ortolan bunting numbers experienced a sharp decline, with a slope <1 of 0.9368 (0.0090). In the short term, 1995-2006, numbers were stable, with a slope > 1 of 1.0176 (0.0129).

Furthermore, the scientific data shows that there has been cross-breeding with the Russian species, which should also be taken into account.

1.

Is the Commission aware of this situation?

2.

Does the Commission recognise the negligible impact that the killing of 30 000 birds would have on the conservation status of the ortolan bunting, amounting as it does to between 0.09 % and 0.29 % of the population in western Europe before breeding takes place?

(Version française)

Réponse donnée par M Potočnik au nom de la Commission

(10 décembre 2012)

La Commission a connaissance de l'estimation des populations nicheuses de bruant ortolan (Emberiza hortulana) en Europe produites par BirdLife en 2004 (167). Elle a aussi connaissance du fort déclin de l'espèce sur la période 1980-2010 (déclin de plus de 5 % par an) avec une période de déclin très important de 1980 à 1993 suivie d'une période de stabilité à un niveau très bas comparé à l'année de référence (1980) de 1994 à 2010 (168) (EBCC, 2012). L'état des populations sera réévalué dans le cadre du rapportage par les États membres au titre de l'Article 12 de la Directive Oiseaux (2009/147/EC (169)).

La Commission est au courant du souhait des chasseurs des Landes (France) de pouvoir piéger le Bruant ortolan. Elle estime qu'un prélèvement de 30 000 oiseaux dans le Sud-ouest de la France impacterait, entre autres, les populations de l'Europe du Nord-Ouest, y compris françaises. Or ces populations sont aujourd'hui très affaiblies et ont continué à décliner au cours des dernières années. Face à une telle situation, il importe pour la France de prendre toutes les mesures nécessaires pour enrayer le déclin. Même si la principale cause de la diminution des populations de bruant ortolan est d'ordre agricole, il ne serait pas prudent d'ajouter un facteur supplémentaire susceptible d'agir défavorablement sur cette espèce.

(Version française)

Question avec demande de réponse écrite E-009935/12

à la Commission

Mara Bizzotto (EFD)

(30 octobre 2012)

Objet: En Indonésie une école expulse une jeune fille violée, accusée de «ternir» son image

Selon une organisation de protection de l'enfance, une école indonésienne à Djakarta a expulsé une adolescente de 14 ans, l'accusant d'avoir «terni l'image» de l'établissement après avoir été violée. Quand la jeune fille revint à l'école, un professeur a annoncé son expulsion et les détails de son horrible épreuve, en face des autres enfants.

En février 2000, un dialogue politique et économique entre l'UE et l'Indonésie a été renoué avec la publication de la communication de la Commission intitulée «Développement de relations plus étroites entre l'Indonésie et l'Union européenne». L'épreuve de cette jeune fille est une violation flagrante de ses Droits de l'homme, y compris son droit à l'éducation.

1.

Est-ce que la Commission a connaissance de l'épreuve de cette jeune fille? Si oui, quelles conclusions a-t-elle tirées de la situation?

2.

Est-ce que la tolérance, le droit à l'éducation des filles et les Droits de l'homme des filles sont inscrits dans le dialogue actuel entre l'Indonésie et l'Union européenne?

3.

Puisque l'Indonésie est un partenaire commercial de l'UE, la Commission pense-t-elle que le gouvernement de l'Indonésie fait assez pour protéger les Droits de l'homme, et notamment ceux des filles?

(English version)

Answer given by High Representative/Vice-President Ashton on behalf of the Commission

(8 January 2013)

1.

The European Union Delegation in Jakarta is aware of this specific case through press reports. The girl was abducted and raped by a mini bus driver whom she had met through Facebook. Her mother claimed that when she wanted to return to school she was expelled. However, the school subsequently issued a statement saying that it was a

‘misunderstanding’ and it seems that the girl has indeed returned to school. There was also strong criticism from NGOs and local media regarding a comment from the Minister of Education who was quoted in the press saying that rape victims ‘sometimes do it for fun… and later claim it was rape’. The victim's mother demanded an apology from the Minister but he refused saying he was quoted out of context and not commenting on this specific case.

2.

Women's rights and the rights of children are indeed covered in the EU-Indonesia Human Rights Dialogue while the right to education has been identified as a priority issue in our Human Rights Strategy for Indonesia.

3.

Indonesia has the necessary structures in place to guarantee the protection and promotion of Human Rights, including the National Commission on Violence Against Women (Komnas Perempuan) and the National Commission for Child Protection (Komnas Perlindungan Anak). Women rights and protection of children are also included in Indonesia's current national Human Rights Action Plan (RANHAM).

(Versione italiana)

Interrogazione con richiesta di risposta scritta E-009935/12

alla Commissione

Mara Bizzotto (EFD)

(30 ottobre 2012)

Oggetto: Giovane espulsa da scuola in Indonesia in seguito a uno stupro, con l'accusa di «infangare» l'immagine dell'istituto