EUR-Lex Access to European Union law

Back to EUR-Lex homepage

This document is an excerpt from the EUR-Lex website

Document 52014XC1010(05)

Publication d’une demande en application de l’article 50, paragraphe 2, point a), du règlement (UE) n °1151/2012 du Parlement européen et du Conseil relatif aux systèmes de qualité applicables aux produits agricoles et aux denrées alimentaires

OJ C 358, 10.10.2014, p. 8–12 (BG, ES, CS, DA, DE, ET, EL, EN, FR, HR, IT, LV, LT, HU, MT, NL, PL, PT, RO, SK, SL, FI, SV)

10.10.2014   

FR

Journal officiel de l'Union européenne

C 358/8


Publication d’une demande en application de l’article 50, paragraphe 2, point a), du règlement (UE) no 1151/2012 du Parlement européen et du Conseil relatif aux systèmes de qualité applicables aux produits agricoles et aux denrées alimentaires

2014/C 358/08

La présente publication confère un droit d’opposition conformément à l’article 51 du règlement (UE) no 1151/2012 du Parlement européen et du Conseil (1).

DOCUMENT UNIQUE

RÈGLEMENT (CE) No 510/2006 DU CONSEIL

relatif à la protection des indications géographiques et des appellations d’origine des produits agricoles et des denrées alimentaires  (2)

«OLI DE L’EMPORDÀ»/«ACEITE DE L’EMPORDÀ»

No CE: ES-PDO-0005-01161 — 23.9.2013

IGP ( ) AOP ( X )

1.   Dénomination

«Oli de l’Empordà»/«Aceite de L’Empordà»

2.   État membre ou pays tiers

Espagne

3.   Description du produit agricole ou de la denrée alimentaire

3.1.   Type de produit

Classe 1.5 Huiles et matières grasses (beurre, margarine, huiles, etc.)

3.2.   Description du produit portant la dénomination visée au point 1

L’huile d’olive vierge extra, obtenue à partir des variétés d’olives Argudell, Curivell, Llei de Cadaqués et Arbequina, est élaborée à l’aide de procédés mécaniques ou d’autres traitements physiques qui n’entraînent pas d’altération de l’huile et conservent le goût, l’arôme et les caractéristiques du fruit dont elle est issue.

L’huile de cette AOP est élaborée avec des olives provenant d’oliveraies enregistrées, des variétés autochtones Argudell, Curivell et Llei de Cadaqués et de la variété traditionnelle Arbequina. La variété Argudell, qui est présente dans l’huile à concurrence d’au moins 51 % de la composition variétale, et la variété Arbequina sont considérées comme les variétés principales; ensemble, elles entrent à plus de 95 % dans la composition de cette huile.

Lorsque des olives de différentes variétés sont mélangées lors de l’élaboration de l’huile, la composition variétale de celle-ci est déterminée sur la base du rendement en huile des différentes variétés d’olives qui composent ce mélange.

La composition chimique des huiles est la suivante:

Acides gras

Acide oléique (%)

67,0 (avec des valeurs minimale et maximale comprises entre 60 et 75)

Acide linoléique (%)

13,0 (avec des valeurs minimale et maximale comprises entre 8 et 18)

Acide palmitique (%)

14,0 (avec des valeurs minimale et maximale comprises entre 11 et 18)

Stabilité (valeur Rancimat à 120 °C)

Valeur moyenne 9 h, mais jamais inférieure à 6 h

Polyphénols totaux (ppm)

Supérieurs à 300

Les huiles présentent les caractéristiques organoleptiques suivantes:

Couleur: du jaune paille au vert plus ou moins intense.

Attributs

Valeur exprimée sous forme d’adjectif

Moyenne et limites

Défauts

Aucun

0

Arôme fruité vert

Intensité moyenne ou moyenne intense, de type «verte»

5,0 (avec des valeurs minimale et maximale comprises entre 4 et 7), dans laquelle plus de la moitié des dégustateurs perçoivent la note «verte» dans le «type de fruité»

Amertume

Intensité moyenne

4,0 (avec des valeurs minimale et maximale comprises entre 3 et 6)

Piquant

Intensité moyenne

4,0 (avec des valeurs minimale et maximale comprises entre 3 et 6)

Équilibre

Équilibré

Différence entre le fruité et [l’amertume ou le piquant] < 2,0

En application des dispositions du règlement (CE) no 640/2008, le profil sensoriel des huiles de l’AOP «Oli de l’Empordà» ou «Aceite de L’Empordà» est le suivant: huiles équilibrées au fruité vert d’intensité moyenne. Elles laissent en bouche un goût amer et piquant de type moyen en raison de leur taux élevé de polyphénols; les adjectifs «moyenne», «équilibrée» et «verte» ont un équivalent numérique, établi par la réglementation citée.

Le profil sensoriel de ces huiles sur la base d’autres descripteurs secondaires de type aromatique (COI/T.20) est le suivant: «Huiles aux arômes qui rappellent habituellement l’herbe fraîchement coupée et la noix; des arômes de fruits exotiques, de fruits verts ou d’artichaut peuvent également apparaître, ainsi qu’une saveur finale en bouche qui rappelle l’amande».

Il s’agit d’huiles vierges extra, présentant une grande stabilité (valeur moyenne de Rancimat à 120 °C égale à 9 heures, ne pouvant jamais être inférieure à 6 heures) en raison de la teneur élevée en antioxydants, avec des taux de polyphénols supérieurs à 300 ppm.

Les caractéristiques susmentionnées des huiles bénéficiant de l’AOP «Oli d’Empordà» sont directement liées à la prédominance de la variété principale, à savoir l’Argudell. En effet, cette variété permet d’obtenir des huiles au fruité vert, avec des notes d’herbe et d’artichaut, qui laissent un goût amer et piquant en bouche. Ces attributs demeurent dans les mélanges contenant de l’Arbequina, qui présente des arômes plus neutres et une amertume et un piquant beaucoup moins prononcés, de sorte que le profil sensoriel est toujours celui apporté par la variété Argudell, qui est d’autant plus marqué que la concentration de cette variété est importante dans le mélange naturel qui en résulte.

3.3.   Matières premières (uniquement pour les produits transformés)

La matière première utilisée pour l’élaboration de l’huile d’olive «Aceite de l’Empordà» est constituée des olives des variétés Argudell, Arbequina, Curivell et Llei de Cadaqués cultivées dans l’aire géographique décrite au point 4.

3.4.   Aliments pour animaux (uniquement pour les produits d’origine animale)

3.5.   Étapes spécifiques de la production qui doivent avoir lieu dans l’aire géographique délimitée

La production des olives et l’élaboration du produit s’effectuent exclusivement dans l’aire géographique décrite au point 4.

3.6.   Règles spécifiques applicables au tranchage, au râpage, au conditionnement, etc.

Le conditionnement de l’huile d’olive peut avoir lieu tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’aire géographique délimitée pour autant qu’un système de traçabilité fiable soit en place et que l’huile d’olive soit correctement étiquetée.

Pour la vente au détail, l’huile est conditionnée dans des récipients d’une capacité maximale de 5 litres, en verre, en métal avec un revêtement à usage alimentaire, en PET, en céramique vitrifiée et dans tout autre récipient autorisé par la législation en vigueur.

3.7.   Règles spécifiques d’étiquetage

Outre les données généralement imposées par la législation en vigueur, les emballages doivent obligatoirement porter le nom de la dénomination «Oli de l’Empordà» (en catalan) ou «Aceite de L’Empordà» (en espagnol), accompagné de la mention «Appellation d’origine protégée».

4.   Description succincte de la délimitation de l’aire géographique

L’aire protégée comprend les territoires des soixante-huit communes de la région de l’Alt Empordà et des trente-six communes de la région du Baix Empordà, cinq communes contiguës du Gironès (Viladasens, Sant Jordi Desvalls, Flaçà, Madremanya et Llagostera) et trois communes du Pla de l’Estany (Crespià, Esponellà et Vilademuls). Ces communes font toutes partie de la province de Gérone et se situent dans l’extrême nord de la communauté autonome de Catalogne.

5.   Lien avec l’aire géographique

5.1.   Spécificité de l’aire géographique

La pédologie et le climat de l’aire géographique délimitée sont déterminés par trois facteurs essentiels:

—   sols: la majeure partie est constituée de sols pauvres, légers, acides ou neutres,

—   température: température modérée sous l’effet régulateur de la mer,

—   vent: vent de composante nord caractéristique de la zone: la tramontane.

La zone de culture de l’olivier dans la région de l’Empordà se concentre dans les zones à «sols pauvres», c’est-à-dire sur les hauteurs marginales et dans la pénéplaine au pied des contreforts des Pyrénées (Sierra de l’Albera et Sierra de Rodes) au nord et des contreforts du Montgrí et de la Sierra de Les Gabarres au sud. Les sols sont généralement légers, acides ou neutres, provenant de schistes, de roches granitiques ou de gneiss, caractéristiques des contreforts pyrénéens.

Le climat de la région de l’Empordà, dans l’aire de production de l’olivier, est qualifié par Papadakis de «méditerranéen maritime» et par Thornthwaite de «sec subhumide au littoral et de subhumide à l’intérieur des terres».

Les températures, au même titre que l’amplitude thermique journalière, sont modérées sous l’«effet régulateur de la mer». La période des gelées s’étend de la mi-novembre à la fin du mois de mars.

Les précipitations moyennes oscillent entre 550 mm dans la zone littorale septentrionale et 850 mm dans les zones de l’intérieur proches des contreforts pyrénéens. Ces précipitations se répartissent de façon irrégulière et se concentrent durant les mois de septembre et d’octobre.

Le bilan hydrique fait apparaître une période de sécheresse de juin à août inclus, typique des zones méditerranéennes.

Le régime des vents est dominé par un vent de composante nord: la tramontane.

C’est un vent sec qui peut parfois être très violent; il constitue l’un des principaux facteurs qui caractérisent le climat de l’Empordà.

Par ailleurs, la présence de ces vents pendant les mois froids d’hiver diminue le risque de fortes gelées qui sont néfastes pour les oliveraies et permet aux oliviers de survivre dans ces régions.

En été soufflent des brises du sud-est qui modèrent les températures diurnes et maintiennent une humidité relative élevée pendant cette période.

Facteurs historiques et humains

L’huile d’olive vierge extra «Aceite de l’Empordà» est directement liée à l’histoire, la tradition et la culture de la zone couverte par l’AOP.

La culture de l’olivier et la production d’huile d’olive remontent à plus de 2 500 ans, selon les sources historiques et les fouilles archéologiques réalisées.

L’huile d’olive a toujours coexisté avec d’autres produits typiquement méditerranéens comme le vin, deux produits revêtant une grande importance pour le développement économique des habitants de la zone. Les cultures sont pratiquées sur des petites exploitations, les propriétés sont très morcelées et un pourcentage élevé de l’huile est élaboré par l’intermédiaire de coopératives.

Il s’agit d’une culture à caractère éminemment social, qui repose sur une main-d’œuvre familiale pour la réalisation des différents travaux de culture et, en particulier, pour la récolte.

Les conditions climatiques particulières de la zone et la main-d’œuvre qui s’est perpétuée au fil de nombreuses générations ont donné lieu à la sélection de trois variétés autochtones qui sont cultivées exclusivement dans l’aire géographique de cette AOP, la variété prédominante étant l’Argudell et les variétés minoritaires étant la Curivell et la Llei de Cadaqués.

De plus, la variété Arbequina est cultivée en tant que variété traditionnelle depuis plus de 100 ans.

5.2.   Spécificité du produit

Cette huile doit sa spécificité à la présence de la variété autochtone Argudell, qui représente plus de 51 % de sa composition. Cette variété est particulièrement adaptée aux conditions climatiques et pédologiques particulières de la région de l’Empordà, ce qui explique qu’elle soit la plus répandue dans cette zone, face à la pression exercée par d’autres variétés, aussi bien catalanes que françaises. En effet, il s’agit d’une variété très rustique, adaptée à la pauvreté des sols et qui supporte les vents dominants forts (la tramontane), en raison de sa grande vigueur, de la faible densité foliaire de sa couronne et de sa grande capacité à retenir les fruits sur les branches.

Par ailleurs, d’un point de vue génétique (marqueurs moléculaires de l’ADN), il s’agit d’une variété très différente des autres variétés catalanes, qui présente un coefficient de ressemblance avec ces autres variétés inférieur à 0,30 (par rapport à une valeur de 1 pour les génotypes identiques).

Stabilité élevée. Ce sont des huiles présentant une grande stabilité du fait de leur teneur élevée en antioxydants ([polyphénols] > 300 ppm). La valeur moyenne de Rancimat à 120 °C est de 9 heures et ne peut jamais être inférieure à 6 heures.

De plus, la stabilité de ces huiles s’explique également par leur teneur élevée en acide oléique (67 % avec des valeurs minimale et maximale comprises entre 60 et 75 %), en acide linoléique (13 % avec des valeurs minimale et maximale comprises entre 8 et 18 %) et en acide palmitique (14 % avec des valeurs minimale et maximale comprises entre 11 et 18 %). Comme il s’agit de la zone oléicole située la plus au nord de la péninsule ibérique, la production des mêmes variétés dans d’autres régions d’Espagne livrerait des huiles présentant des teneurs en acide oléique inférieures, des teneurs en acide linoléique supérieures et une moins grande stabilité, car ces paramètres dépendent en grande partie de la latitude de l’aire de production.

Flaveur caractéristique (conformément à la nomenclature COI-T20 propre aux huiles bénéficiant d’une AOP) aux arômes qui rappellent habituellement l’herbe fraîchement coupée et la noix; des arômes de fruits exotiques, de fruits verts ou d’artichaut peuvent également apparaître, ainsi qu’une saveur finale en bouche qui rappelle l’amande. Les particularités géographiques de la zone favorisent une concentration aromatique élevée, qui se traduit par une intensité du fruité de l’olive de type moyen pouvant atteindre une intensité élevée (comprise entre 4 et 7) dans certains cas. En bouche, la teneur élevée en polyphénols, par rapport à d’autres régions catalanes, se traduit par une amertume et un piquant de type moyen (intensité comprise entre 3 et 6), établissant un bon équilibre avec l’intensité du fruité (différence entre le fruité et l’amertume ou le piquant inférieure à 2). Conformément à la définition prévue par les dispositions du règlement (CE) no 640/2008.

5.3.   Lien causal entre l’aire géographique et la qualité ou les caractéristiques du produit (pour les AOP), ou une qualité spécifique, la réputation ou une autre caractéristique du produit (pour les IGP)

Comme décrit précédemment, c’est la combinaison de facteurs historiques, d’une tradition de culture et des caractéristiques du milieu naturel qui a permis la culture de l’olivier dans ces régions et donné naissance à une structure variétale très particulière.

Effectivement, la sélection variétale effectuée par l’homme a toujours eu pour objectif de trouver des cultivars adaptés aux vents forts de la zone ainsi qu’aux sols particulièrement pauvres de celle-ci. Selon cette logique, l’Argudell est la variété qui s’est imposée du fait des meilleurs résultats qu’elle offrait dans ces conditions. Ensuite, l’Arbequina a également démontré qu’elle était bien adaptée à l’environnement et a permis de régulariser les récoltes, sans altérer le profil des huiles, en raison de son caractère peu dominant et de son utilisation dans de faibles proportions.

Par ailleurs, l’effet régulateur de la Méditerranée a permis la culture de l’olivier à cette latitude, où le froid intense en hiver aurait endommagé les arbres et où les brises marines apportent suffisamment d’humidité pour la germination et la fructification. De plus, la température globale en été favorise la lipogénèse et la synthèse des acides gras mono-insaturés. Les vents forts d’automne (la tramontane), de type sec, permettent d’éviter les problèmes sanitaires et favorisent la bonne maturation, ce qui contribue à la qualité optimale des fruits récoltés. Enfin, les sols légers et acides ou neutres, provenant de schistes ou de granites, qui prédominent dans la zone — ce qui n’est pas le cas dans d’autres zones oléicoles présentant des sols argileux et calcaires —, favorisent l’accumulation de polyphénols dans les fruits.

Tous ces facteurs permettent d’obtenir une huile présentant une composition et un profil sensoriel particuliers.

Référence à la publication du cahier des charges

[article 5, paragraphe 7, du règlement (CE) no 510/2006 (3)]

http://www.gencat.cat/alimentacio/pliego-aceite-emporda


(1)  JO L 343 du 14.12.2012, p. 1.

(2)  JO L 93 du 31.3.2006, p. 12. Remplacé par le règlement (UE) no 1151/2012.

(3)  Voir note 2.


Top