Accept Refuse

EUR-Lex Access to European Union law

Back to EUR-Lex homepage

This document is an excerpt from the EUR-Lex website

Document 62009TN0204

Affaire T-204/09: Recours introduit le 25 mai 2009 — Olymp Bezner/OHMI — Bellido (OLYMP)

OJ C 167, 18.7.2009, p. 21–21 (BG, ES, CS, DA, DE, ET, EL, EN, FR, IT, LV, LT, HU, MT, NL, PL, PT, RO, SK, SL, FI, SV)

18.7.2009   

FR

Journal officiel de l'Union européenne

C 167/21


Recours introduit le 25 mai 2009 — Olymp Bezner/OHMI — Bellido (OLYMP)

(Affaire T-204/09)

2009/C 167/41

Langue de dépôt du recours: l'anglais

Parties

Partie requérante: Olymp Bezner GmbH & Co. KG (Bietigheim-Bissingen, Allemagne) (représentants: J. Dönch et M. Eck, avocats)

Partie défenderesse: Office de l’harmonisation dans le marché intérieur (marques, dessins et modèles)

Autre partie devant la chambre de recours: Miguel Bellido, S.A. (Manzanares, Ciudad Real, Espagne)

Conclusions de la partie requérante

annuler la décision de la deuxième chambre de recours de l’Office de l’harmonisation dans le marché intérieur (marques, dessins et modèles) du 5 mars 2009 dans l’affaire R 598/2008-2; et

condamner l'OHMI aux dépens.

Moyens et principaux arguments

Marque communautaire enregistrée ayant fait l’objet d’une demande en nullité: la marque figurative «OLYMP» pour des produits de la classe 25

Titulaire de la marque communautaire: la partie requérante

Partie demandant la nullité de la marque communautaire: l’autre partie à la procédure devant la chambre de recours

Droit de marque de la partie demanderesse en nullité: l’enregistrement espagnol de la marque figurative «OLIMPO» pour des produits de la classe 25

Décision de la division d’annulation: annulation de la marque communautaire en cause

Décision de la chambre de recours: rejet du recours

Moyens invoqués: violation de l’article 8, paragraphe 1, sous b), du règlement du Conseil no 40/94 (devenu l’article 8, paragraphe 1, sous b) du règlement no 207/2009) dans la mesure où la chambre de recours a commis une erreur en constatant qu’il y avait un risque de confusion du fait que les marques concernées ne sont pas similaires visuellement, phonétiquement ou même conceptuellement.


Top