Accept Refuse

EUR-Lex Access to European Union law

Back to EUR-Lex homepage

This document is an excerpt from the EUR-Lex website

Document C2005/043/01

Projet d'avis du Comité des régions sur «Évaluation à mi-parcours de la stratégie de Lisbonne»

OJ C 43, 18.2.2005, p. 1–2 (ES, CS, DA, DE, ET, EL, EN, FR, IT, LV, LT, HU, MT, NL, PL, PT, SK, SL, FI, SV)

18.2.2005   

FR

Journal officiel de l'Union européenne

C 43/1


Projet d'avis du Comité des régions sur «Évaluation à mi-parcours de la stratégie de Lisbonne»

Communication de la Commission renforçant la mise en oeuvre de la stratégie européenne pour l'emploi

Proposition de décision du Conseil concernant des lignes directrices pour les politiques de l'emploi des États membres

Recommandation pour une recommandation du Conseil concernant la mise en oeuvre des politiques de l'emploi des États membres

(2005/C 43/01)

LE COMITÉ DES RÉGIONS,

VU le document intitulé «Évaluation à mi-parcours de la stratégie de Lisbonne: Communication de la Commission renforçant la mise en oeuvre de la stratégie européenne pour l'emploi - Proposition de décision du Conseil concernant des lignes directrices pour les politiques de l'emploi des États membres - Recommandation pour une recommandation du Conseil concernant la mise en oeuvre des politiques de l'emploi des États membres» COM(2004) 239 final – 2004/0082 (CNS);

VU la décision de la Commission européenne du 7 avril 2004 et du Conseil du 16 avril 2004 de le consulter à ce sujet, conformément à l'article 265, paragraphe 1, et à l'article 128 du traité instituant la Communauté européenne;

VU la décision de son Président du 5 avril 2004 de charger sa commission de la politique économique et sociale de préparer un avis en la matière;

VU son projet d'avis (CdR 152/2004 rév. 1) adopté le 6 juillet 2004 par la commission de la politique économique et sociale (rapporteuse: Mme Pauliina HAIJANEN, Conseillère régionale du Sud-Ouest, conseillère municipale de Laitila (FIN/PPE));

a adopté, lors de sa 56ème session plénière des 29 et 30 septembre 2004 (séance du 29 septembre 2004), l'avis suivant.

1.   Points de vue du Comité des régions

Grandes priorités de la stratégie de Lisbonne

LE COMITÉ DES RÉGIONS

1.1

estime que la mise en œuvre de la stratégie de Lisbonne devrait avoir pour objectif principal l'amélioration de l'emploi et de la compétitivité. Il faudrait éviter d'engager de nouveaux processus ou de définir de nouveaux objectifs, mais se concentrer sur l'application efficace des décisions existantes.

1.2

juge important de fixer comme points de départ de la stratégie de Lisbonne un environnement macroéconomique sain fondé sur la durabilité de l'économie publique et une politique économique orientée vers la croissance durable.

1.3

juge important d'examiner les politiques économique, de l'emploi, sociale et environnementale ainsi que les politiques en matière de formation et de recherche dans le cadre de la stratégie de Lisbonne comme des éléments qui se complètent mutuellement de manière intégrée et renforcent la compétitivité, la croissance économique et la cohésion sociale. Il conviendrait d'approfondir le lien essentiel entre la protection sociale, les orientations de la politique économique et le processus de l'emploi.

1.4

considère que les réformes structurelles, l'aide aux activités de recherche et d'innovation, la promotion de l'esprit d'entreprise et le développement de la formation constituent des éléments clés pour améliorer la compétitivité de l'UE, encourager les investissements et créer de nouveaux emplois.

1.5

estime que le vieillissement de la population pose des défis considérables en ce qui concerne la durabilité de l'économie publique et le développement des services, qui exigent des mesures efficaces visant à développer la vie active et à encourager les travailleurs à rester actifs.

1.6

est d'avis que les autorités locales et régionales ont un rôle primordial à jouer et des tâches concrètes importantes à assumer dans la mise en œuvre de la stratégie de Lisbonne et dans son renforcement, mais que leur potentiel n'est pas suffisamment exploité.

2.   Recommandations du Comité des régions

Évaluation à mi-parcours de la stratégie de Lisbonne

LE COMITÉ DES RÉGIONS

2.1

juge essentiel que dans le cadre du processus de mise en œuvre de la stratégie de Lisbonne davantage d'attention soit accordée à l'interaction essentielle entre les différents niveaux de mise en œuvre et au développement de mécanismes administratifs afin de permettre la création de partenariats et la participation efficace des autorités locales et régionales à la mise en œuvre de la stratégie de Lisbonne.

2.2

approuve les objectifs fixés par le Conseil européen de printemps pour l'examen à mi-parcours de la stratégie de Lisbonne et propose que soit incluse dans cet examen une évaluation critique de la gouvernance et de la valeur ajoutée d'une décentralisation administrative en ce qui concerne la mise en œuvre de la stratégie.

2.3

estime que la méthode ouverte de coordination devrait être appliquée selon une approche décentralisée qui offre aux acteurs locaux et régionaux de réelles possibilités de développer des stratégies locales et régionales. Ces stratégies doivent faire partie de la stratégie nationale. Les plans d'action nationaux devraient décrire concrètement de quelle manière les niveaux local et régional ont participé à l'élaboration des plans et à leur mise en œuvre.

2.4

souligne qu'il faudrait simplifier la méthode ouverte de coordination de façon à ce qu'elle se concentre non plus sur des objectifs détaillés et les indicateurs y relatifs, mais sur les orientations stratégiques destinées à améliorer la situation et sur la manière dont celles-ci seront concrètement et effectivement mises en œuvre.

2.5

juge important que les nouveaux cadres financiers de l'Union et l'action des fonds structurels soient plus étroitement liés à la mise en œuvre de la stratégie de Lisbonne.

Renforcement de la stratégie pour l'emploi

LE COMITÉ DES RÉGIONS

2.6

partage le point de vue de la Commission selon lequel les lignes directrices actuelles ne doivent pas être modifiées mais mises en œuvre dans un souci d'efficacité.

2.7

juge qu'il peut être opportun, dans certains cas, de fournir aux États membres des recommandations communes en complément des recommandations spécifiques pays par pays, conformément aux recommandations de la task-force présidée par M. Wim KOK. En ce cas, le rapport entre les recommandations communes et les objectifs généraux pour 2003 doit être clarifié.

2.8

considère que l'exigence contenue dans les lignes directrices de 2003 selon laquelle il convient d'encourager la participation des acteurs locaux et régionaux au développement des lignes directrices et à leur mise en œuvre n'a pas été suffisamment prise en compte.

2.9

juge indispensable que la stratégie pour l'emploi mette davantage l'accent sur la gouvernance et que celle-ci fasse l'objet d'une évaluation critique dans le rapport conjoint sur l'emploi 2005.

2.10

partage les recommandations de la Commission concernant le vieillissement de la population active, mais estime que la politique de l'emploi devrait accorder un intérêt accru à la promotion de l'offre de main-d'œuvre en attachant une attention particulière aux femmes, aux personnes âgées, aux jeunes, aux personnes handicapées et aux immigrés et en garantissant la capacité d'action et la santé de la population.

2.11

estime que les réformes structurelles du marché du travail ainsi que le développement des systèmes d'imposition et de prestations doivent garantir l'attrait du travail et le maintien dans la vie active.

2.12

juge important de soutenir les nouveaux États membres dans le développement de leur marché du travail, notamment en renforçant la capacité d'action des autorités locales et régionales et en encourageant la coopération et l'échange d'expériences entre les niveaux locaux et régionaux des anciens et nouveaux États membres.

Bruxelles, le 29 septembre 2004.

Le Président

du Comité des régions

Peter STRAUB


Top