Accept Refuse

EUR-Lex Access to European Union law

This document is an excerpt from the EUR-Lex website

Document 52016XC0216(02)

Publication d’une demande en application de l’article 50, paragraphe 2, point a), du règlement (UE) n° 1151/2012 du Parlement européen et du Conseil relatif aux systèmes de qualité applicables aux produits agricoles et aux denrées alimentaires

OJ C 60, 16.2.2016, p. 13–16 (BG, ES, CS, DA, DE, ET, EL, EN, FR, HR, IT, LV, LT, HU, MT, NL, PL, PT, RO, SK, SL, FI, SV)

16.2.2016   

FR

Journal officiel de l'Union européenne

C 60/13


Publication d’une demande en application de l’article 50, paragraphe 2, point a), du règlement (UE) no 1151/2012 du Parlement européen et du Conseil relatif aux systèmes de qualité applicables aux produits agricoles et aux denrées alimentaires

(2016/C 60/08)

La présente publication confère un droit d’opposition conformément à l’article 51 du règlement (UE) no 1151/2012 du Parlement européen et du Conseil (1).

DOCUMENT UNIQUE

«ZAGORSKI PURAN»

No UE: HR-PGI-0005-01234 – 27.05.2014

AOP ( ) IGP ( X )

1.   Dénomination

«Zagorski puran»

2.   État membre ou pays tiers

Croatie

3.   Description du produit agricole ou de la denrée alimentaire

3.1.   Type de produit

Classe 1.1. Viande (et abats) frais

3.2.   Description du produit portant la dénomination visée au point 1

La «Zagorski puran» (la dinde de la région de Zagorje) est un produit obtenu par l’abattage, à l’âge de 6 à 8 mois, de dindes de la race croate indigène «dinde de Zagorje», élevées selon des méthodes d’élevage en liberté (pâturage) en plein air.

La «Zagorski puran» est commercialisée fraîche ou congelée sous forme de carcasse parée avec cou et abats ou de demi-carcasse parée. On entend par «abats» le foie et l’estomac paré qui sont commercialisés avec la carcasse parée, tandis que le cœur, les rognons et les organes respiratoires restent à l’intérieur de celle-ci. L’abattage de la «Zagorski puran» s’effectue au cours de la période allant du 1er octobre au 30 avril.

La dinde est enregistrée, en tant qu’espèce, dans la base de données FAOSTAT (http://faostat3.fao.org/home), tandis que la dinde de Zagorje (Zagorski puran) est enregistrée, en tant que race, dans les bases de données centrales de la FAO, DAD-IS (http://dad.fao.org/) et FABIS (http://efabis.tzv.fal.de/).

Les caractéristiques du produit sont les suivantes:

la carcasse parée peut peser jusqu’à 3,5 kg pour les dindes (femelles) et jusqu’à 5,5 kg pour les dindons (mâles),

les carcasses parées mises sur le marché ne doivent présenter aucun dommage visible,

les carcasses parées mises sur le marché ne doivent présenter aucun reste de plumes,

la couleur de la peau de la carcasse parée doit être uniforme, allant du jaune pâle au jaune clair,

la couleur de la viande de la carcasse parée est rose pâle, allant jusqu’au rose foncé sur les cuisses,

la couche de graisse visible sur le cou et l’ouverture abdominale de la carcasse est de couleur jaune,

la forme naturelle du sternum ressort tout particulièrement de la carcasse et forme une proéminence à l’avant de celle-ci,

cette proéminence est plus prononcée chez le mâle que chez la femelle,

la peau est compacte et ferme au toucher. Les pattes sont maintenues fermement le long de la carcasse.

La viande de «Zagorski puran» se consomme exclusivement après traitement thermique. Elle est très juteuse, en raison de la teneur plus élevée en graisse dans les muscles, et de texture tendre. Elle dégage un arôme agréable et possède un goût caractéristique de la viande traitée thermiquement sans ajout de substances indésirables. La viande de poitrine traitée thermiquement est de couleur blanche, tandis que la viande de croupion est de couleur brune.

Dans la Zagorje croate, il existe quatre variétés de dindes qui servent à produire la «Zagorski puran»: il s’agit des dindes de Zagorje au plumage bronze, au plumage noir, au plumage gris et au plumage clair.

Les analyses ADN ont confirmé que le gène de l’ovalbumine de toutes les variétés de dindes de Zagorje était inchangé depuis des années, les impacts environnementaux négatifs ayant une incidence mineure sur leurs caractères phénotypiques. De même, les mesures et comparaisons ont montré que la structure musculo-squelettique et la qualité de la viande des quatre variétés de dindes de Zagorje ne présentaient pas de différences.

3.3.   Aliments pour animaux (uniquement pour les produits d’origine animale) et matières premières (uniquement pour les produits transformés)

L’alimentation des dindes de Zagorje se déroule en deux phases au cours de l’année d’élevage. Durant la première phase (jusqu’à huit semaines), les dindonneaux peuvent recevoir une alimentation traditionnelle et/ou un mélange de fourrages. L’alimentation traditionnelle consiste généralement en un mélange d’œufs cuits, de fromage frais, de lait, de gruaux de maïs et de plantes vertes (ortie, luzerne, …).

Durant la seconde phase d’élevage (jusqu’à 32 semaines), l’alimentation de base de la dinde de Zagorje se compose d’un pâturage vert auquel s’ajoutent du maïs et/ou un mélange de fourrages.

3.4.   Étapes spécifiques de la production qui doivent avoir lieu dans l’aire géographique délimitée

Les dindes de la race croate indigène «dinde de Zagorje» destinées à l’abattage et à la commercialisation sous la dénomination «Zagorski puran» doivent être logées, élevées et nourries dans l’aire géographique délimitée au point 4.

Phases de production:

 

Reproduction et élevage des dindonneaux

 

Logement des dindes de Zagorje

 

Alimentation des dindes de Zagorje

3.5.   Règles spécifiques applicables au tranchage, râpage, conditionnement, etc., du produit auquel la dénomination fait référence

3.6.   Règles spécifiques applicables à l’étiquetage du produit auquel la dénomination fait référence

Outre la dénomination «Zagorski puran», la description du produit emballé doit figurer plus clairement sur l’emballage. Dans le cas des carcasses entières emballées, il convient d’ajouter, pour les dindons (mâles) et les dindes (femelles), respectivement les mentions «meso purana» (viande de dindon) et «meso purice» (viande de dinde). Dans le cas d’une demi-carcasse emballée, les mentions «polovica» (demi-carcasse) et «sa iznutricama» (avec abats) ou «bez iznutrica» (sans abats) doivent être ajoutées aux mentions «meso purana» et «meso purice» précitées.

Sur l’emballage du produit, à la dénomination «Zagorski puran» ne peuvent être ajoutés aucuns autres termes tels que: «domaći» (local), «tradicionalni» (traditionnel), «pravi» (véritable), «autohtoni» (indigène), «izvorni» (d’origine), etc.

4.   Description succincte de la délimitation de l’aire géographique

L’aire géographique de la Zagorje croate (Hrvatsko Zagorje) comprend toute la županija (division administrative du territoire croate se rapprochant du «département» français) de Krapina-Zagorje, toute la županija de Varaždin, et une frange de la županija de Zagreb le long de la frontière avec la županija de Krapina-Zagorje et avec la županija de Varaždin, à savoir les communes de Brdovec, Marija Gorica, Pušća, Dubravica, Luka, Jakovlje, Bistra et Bedenica.

5.   Lien avec l’aire géographique

La «Zagorski puran» est un produit qui repose sur la réputation qu’a acquise la qualité de sa viande. De nombreux écrits anciens qui ont été conservés font état de sa réputation, et notamment de son exportation. Ils démontrent le lien qui existe entre la dénomination du produit (la qualité de sa viande dépendant des méthodes d’élevage en liberté en plein air) et son aire géographique de production, la Zagorje croate.

Du point de vue géographique, la Zagorje croate présente une vallée sinueuse et accidentée, couverte de collines et richement boisée. Sur le plan climatique, elle se caractérise par un climat continental et humide, avec des étés modérément chauds et des hivers pluvieux et froids. En grande partie accidenté, son terrain ne se prêtait ni à la culture intensive de cultures arables ni à l’élevage intensif de bétail. Il a, en revanche, été propice à l’élevage de la dinde de Zagorje. Parmi les céréales, la plus cultivée est le maïs, lequel sert à nourrir les dindes de la région. En raison de la surpopulation dans les zones d’habitation et du peu de surfaces arables disponibles, les exploitations agricoles de la Zagorje croate étaient traditionnellement de petite taille et le sont généralement restées.

Dans les petites exploitations agricoles, la dinde de Zagorje est élevée d’une manière traditionnelle selon des méthodes d’élevage en liberté. L’élevage traditionnel est fondé sur le fait que les dindes de Zagorje passent la plus grande partie de leur vie en plein air, où elles se nourrissent aussi, dans les prés, les vergers et les bosquets, en dehors du pâturage, d’insectes, de sauterelles et de vers de terre, qui représentent pour elles une source supplémentaire de protéines.

Les conditions climatiques continentales de la Zagorje croate, caractérisées par des saisons clairement définies, conviennent également au rythme de vie de la dinde de Zagorje, comme le montrent les différentes phases de son cycle annuel d’élevage. Durant la saison chaude, printemps-été, les conditions sont favorables à la reproduction et à l’éclosion des œufs. Ensuite intervient la phase la plus cruciale du cycle d’élevage, dénommée la «phase chaude», durant laquelle les dindonneaux sont gardés à l’intérieur jusqu’à ce qu’ils atteignent l’âge d’environ huit semaines. Lors de la «phase chaude», le nourrissage des dindonneaux est assuré exclusivement par les éleveurs. Parallèlement à l’élevage des dindonneaux en espace confiné, commence également, vers la fin de la «phase chaude», le processus dit de «bobanje», période au cours de laquelle une excroissance en forme de verrue (caroncule) apparaît sur la tête et le cou des dindonneaux, ce qui indique qu’ils acquièrent de la résistance. Le processus de «bobanje» est reconnu par les éleveurs sur la base de l’expérience acquise en matière de suivi de l’élevage des dindonneaux, c’est-à-dire d’âge des dindonneaux car après huit semaines environ, l’âge de ces derniers n’est plus suivi selon le calendrier mais en fonction des changements d’apparence mentionnés ci-dessus. Après la phase de «bobanje», les dindonneaux sont laissés au grand air de façon à pouvoir pâturer librement. C’est alors que commence la «phase froide» de l’élevage, pendant laquelle les dindonneaux pourvoient seuls à leurs besoins sans intervention des éleveurs.

La fin de la saison d’élevage correspond à l’approche des vacances de fin d’année (période de Noël et du Nouvel an), lorsque toutes les dindes arrivées à maturité, à l’exception des dindes de reproduction, sont abattues et mises sur le marché sous forme de carcasses parées entières ou de demi-carcasses parées. Cette approche traditionnelle de l’élevage, dans le cadre d’un cycle annuel, a été conservée jusqu’à aujourd’hui.

La dinde de Zagorje est élevée sur le territoire de la Zagorje croate depuis la seconde moitié du 16e siècle. D’après les archives des autorités municipales vénitiennes, citées par Georg Kodinetz, professeur à l’institut de production animale auprès de la faculté agronomique de l’université de Zagreb, elle aurait été rapportée d’Italie et la première dinde rôtie aurait été servie à la table des moines pauliniens de Lepoglava en 1561 à l’occasion de la fête de l’Assomption. C’est alors que l’élevage de dindes de Zagorje débuta.

L’essor de la production de «Zagorski puran» est étroitement lié à son exportation, qui a débuté à la fin du 19e siècle pour atteindre son apogée dans les années 1930.

La méthode d’élevage en liberté de la «Zagorski puran» signifie que sa croissance est relativement lente: il lui faut au moins six mois pour être prête à l’abattage, contre seulement trois mois d’engraissement pour les dindes hybrides (thèse Kerep, «Regresijske analize u opisivanju rasta pura» — analyses de régression dans la description de la croissance des dindes, 2014).

La «Zagorski puran» pâturant au grand air, la peau de la carcasse parée est de couleur blanche à jaune clair et les couches de graisse sous-cutanées sont bien visibles et de couleur jaune. La carcasse parée de la race hybride «Nicholas» a une peau pâle et claire, non pigmentée, et est quasiment dépourvue de couche de graisse sous-cutanée. Des analyses ont établi que la teneur en graisses, sur la partie pectorale, atteignait 10,32 % dans le cas de la «Zagorski puran», contre 6,91 % pour la race hybride commercialisée (rapports analytiques, Euroinspekt Croatiakontrola, 2014).

C’est précisément parce qu’elle pâture, se déplace librement en plein air et se développe à un rythme naturel que la «Zagorski puran» est de constitution physique plus forte et contient une plus grande quantité de graisse, laquelle est de couleur jaunâtre. Du fait de la présence plus marquée de tissus graisseux, la teneur en graisse dans ses muscles est plus élevée, de sorte que la viande de «Zagorski puran» traitée thermiquement est aussi plus juteuse et de texture plus tendre que celle de la race de dinde hybride (rapport analytique de la faculté des technologies de l’alimentation et des biotechnologies de Zagreb, 2015).

Dans sa dissertation, Zlatko Janječić cite les travaux scientifiques de R. Latinović (1987), qui distinguent quatre catégories de viande de dinde: I. (filet), II. (cuisse), III. (ailes) et IV. (dos). Conformément à cette classification et s’appuyant sur ses propres recherches, Zlatko Janječić affirme que la plus grande partie de la viande de «Zagorski puran» appartient aux catégories II, III et IV, tandis que la plus grande partie de la viande des races hybrides «Nicholas» et «Jonson» relève de la catégorie I. La proportion de filet dans la carcasse de «Zagorski puran» s’élevait en moyenne à 31,52 %, tandis que, dans le cas de la race hybride «Nicholas», elle atteignait 37,58 %. Bien que la viande de la catégorie I (filet) soit la plus appréciée des parties de la «Zagorski puran», qui se prépare traditionnellement entière et rôtie, indépendamment de la taille de la carcasse, la découpe et la catégorisation de la «Zagorski puran» ne présentaient aucun intérêt commercial, tandis que les dindes hybrides sont sélectionnées à des fins de production industrielle et commerciale en mettant l’accent sur la taille de la carcasse (dissertation de Zlatko Janječić, 2002, «Fenotipske i genotipske odlike Zagorskih purana»).

Le nom de produit «Zagorski puran» est apparu pour la première fois dans la littérature au début du 20e siècle. Bien que la «Zagorski puran» n’ait été inscrite dans le registre des espèces de la FAO comme race reconnue qu’en l’an 2000, cette dénomination a traditionnellement toujours été employée dans la langue courante, et ce encore aujourd’hui (Dokumentacija Zadruge PZ Puran zagorskih brega, Krapina, 2004-2014). Dans les brochures de recettes et les magazines spécialisés, c’est la dénomination «Zagorski puran» qui est le plus souvent utilisée pour les plats à base de dinde (brošura Gastroturizam, 2011. i Časopis «Meso» no 6, 2009).

Sur le marché, la «Zagorski puran» a toujours été reconnue comme une spécialité et une viande de grande qualité, et comme étant associée à la région de la Zagorje croate et à un mode d’élevage en liberté au grand air. La réputation et la qualité de la «Zagorski puran» sont confirmées par les citations suivantes:

Georg Kodinetz écrit au sujet de l’exportation: «D’après les exportateurs, les produits de meilleure qualité sont les dindes et dindonneaux de la Zagorje croate, portant la dénomination “Zagorski purani”» (Kodinetz, Beitrag zur Kenntnis der Rasse und der Entwicklung des Zagorianer Truthuhnes (Meleagris gallopavo) u C. Kronacher, Zeitschrift für Tierzüchtung and Züchtungsbiologie, Berlin, 1940).

D’après les revues slovènes «Slovenec» et «Domoljub», «En Croatie, il existe une spécialité particulière dénommée “Zagorski puran” qui est très connue sur tous les marchés internationaux. Elle est exportée en Angleterre, en Suisse, en Allemagne, en Italie, en Belgique et même en France qui, bien que possédant elle-même d’excellentes dindes et n’en manquant pas, apprécie la qualité de la “hrvatski puran”» (Slovenec, Gospodarstvo, 1941, Domoljub, Kaj je novega?, 1941).

Les résultats d’une enquête réalisée en 2010 démontrent la renommée de la «Zagorski puran» et le lien existant entre ce produit et son aire géographique de production. Interrogés sur les qualificatifs qui caractériseraient le mieux la «Zagorski puran», les consommateurs ont déclaré: une viande «saine» et «de qualité» (90 % des personnes interrogées). Interrogés sur la région croate qu’ils associent à la dinde, ils ont cité la Zagorje croate (61 % des personnes interrogées). À la question de savoir si elles avaient déjà entendu parler de la «Zagorski puran», 87 % des personnes interrogées ont répondu par l’affirmative (Anketa Valicon, Žnidar e.a., 2011).

Référence à la publication du cahier des charges

(article 6, paragraphe 1, deuxième alinéa, du présent règlement)

http://www.mps.hr/UserDocsImages/HRANA/PURANI/Izmijenjena%20Specifikacija%20proizvoda%20ZAGORSKI%20PURAN.pdf


(1)  JO L 343 du 14.12.2012, p. 1.


Top