Accept Refuse

EUR-Lex Access to European Union law

Back to EUR-Lex homepage

This document is an excerpt from the EUR-Lex website

Document 52012XC0216(04)

Publication d’une demande en application de l’article 6, paragraphe 2, du règlement (CE) n ° 510/2006 du Conseil relatif à la protection des indications géographiques et des appellations d’origine des produits agricoles et des denrées alimentaires

OJ C 44, 16.2.2012, p. 45–48 (BG, ES, CS, DA, DE, ET, EL, EN, FR, IT, LV, LT, HU, MT, NL, PL, PT, RO, SK, SL, FI, SV)

16.2.2012   

FR

Journal officiel de l'Union européenne

C 44/45


Publication d’une demande en application de l’article 6, paragraphe 2, du règlement (CE) no 510/2006 du Conseil relatif à la protection des indications géographiques et des appellations d’origine des produits agricoles et des denrées alimentaires

2012/C 44/10

La présente publication confère un droit d’opposition conformément à l’article 7 du règlement (CE) no 510/2006 du Conseil (1). Les déclarations d’opposition doivent parvenir à la Commission dans un délai de six mois à compter de la date de la présente publication.

DOCUMENT UNIQUE

RÈGLEMENT (CE) No 510/2006 DU CONSEIL

«FILDERKRAUT/FILDERSPITZKRAUT»

No CE: DE-PGI-0005-0822-09.09.2010

IGP ( X ) AOP ( )

1.   Dénomination:

«Filderkraut/Filderspitzkraut»

2.   État membre ou pays tiers:

Allemagne

3.   Description du produit agricole ou de la denrée alimentaire:

3.1.   Type de produit:

Classe 1.6.

Fruits, légumes et céréales en l’état ou transformés

3.2.   Description du produit portant la dénomination visée au point 1:

L’indication «Filderkraut» désigne, dans le commerce et dans le langage courant, la plante herbacée en forme de pointe cultivée dans la région des Filder, ou chou pointu. La langue courante utilise aussi le terme «Filderspitzkraut» comme synonyme de la dénomination «Filderkraut». Le «Filderkraut/Filderspitzkraut» (Brassica oleracea var. capitata for. alba subv. Conica) est une sous-variété du chou pommé blanc devenue rare, très goûteuse, à la pointe caractéristique. Il appartient à la famille des crucifères (Brassicaceae) et présente des nervures moins nombreuses et plus fines que le chou rond.

La forme du «Filderkraut/Filderspitzkraut» varie en fonction de l’exploitation agricole dans laquelle est effectuée la multiplication. Tous les choux ont en revanche en commun leur pomme conique si caractéristique. Les différentes formes vont de ce qui ressemble à un chou rond sur lequel on aurait posé une pointe au chou formant une pomme de belle taille se terminant en pointe très marquée. La forme du chou et ainsi, en partie, les différentes propriétés du trognon et de la pomme dépendent de l’exploitation agricole dans laquelle il est cultivé. La pomme du chou peut faire jusqu’à 50 cm et pèse souvent plus de 8 kg.

3.3.   Matières premières (uniquement pour les produits transformés):

3.4.   Aliments pour animaux (uniquement pour les produits d’origine animale):

3.5.   Étapes spécifiques de la production qui doivent avoir lieu dans l’aire géographique délimitée:

Afin de garantir au «Filderkraut/Filderspitzkraut» la réputation liée à son origine, la production de la sous-variété de chou blanc Brassica oleracea var. capitata for. alba subv. Conica doit avoir lieu dans l’aire géographique délimitée.

3.6.   Règles spécifiques applicables au tranchage, râpage, conditionnement, etc.:

3.7.   Règles spécifiques d’étiquetage:

4.   Description succincte de la délimitation de l’aire géographique:

Au sud de la ville de Stuttgart (Bade-Wurtemberg) s’étend un haut plateau d’une superficie de 22 000 hectares, appelé «die Filder», que la langue courante désigne aussi par le nom de «Filderebene» (plateau des Filder). Son sol de lœss argilo-limoneux lourd («Filderlehm») se prête particulièrement bien à la culture de diverses espèces de choux. Le plateau des Filder doit être considéré comme un seul et même ensemble sur les plans géologique et économique. L’aire géographique est délimitée au sud-est et au nord-est par la vallée du Neckar, au nord par les pentes escarpées menant au vallon encaissé où se situe Stuttgart, autrement dit, la vallée du Nesenbach, et à l’ouest et au sud-ouest par les hauteurs de la forêt de Schönbuch.

L’aire géographique englobe le territoire des villes et communes de Aichtal, Denkendorf, Filderstadt, Köngen, Leinfelden-Echterdingen, Neuhausen auf den Fildern, Ostfildern et Wolfschlugen, ainsi que les communes de l’agglomération de Stuttgart suivantes: Birkach, Degerloch, Möhringen, Plieningen, Sillenbuch et Vaihingen.

5.   Lien avec l’aire géographique:

5.1.   Spécificité de l’aire géographique:

La culture du «Filderkraut/Filderspitzkraut» est une tradition séculaire et l’histoire de la production du chou dans les Filder remonte à des temps anciens. Il y a 500 ans déjà, des moines du monastère de Denkendorf cultivaient le chou pointu, qui devait devenir une spécialité du plateau des Filder. La première mention de la culture du chou dans les Filder date de 1501 et figure dans un livre d’inventaire du monastère de Salem (d’après les archives municipales de Leinfelden-Echterdingen, 1995: Das Filderkraut. Stadt Filderstadt und Leinfelden- Echterdingen). C’est au pasteur Bischoff de Bernhaus que l’on doit la première référence écrite au «Filderkraut/Filderspitzkraut», en 1772. Il écrit à propos de la culture du chou dans les Filder: «Le chou pointu blanc est le seul [chou] que l’on plante ici» (d’après Grabinger, 1974: Bernhausen, Ortsgeschichte Bernhausen, p. 200).

Grâce à la structure unique du sol du plateau des Filder, consistant en une épaisse couche de lehm des Filder, mélange de lœss, de lehm lœssique et de lehm d’altération des formations bêta du Jura noir, à un apport important en substances nutritives, à une teneur en humidité constamment élevée, ainsi qu’au microclimat particulier de la région, le «Filderkraut/Filderspitzkraut» bénéficie d’excellentes conditions de croissance (http://www.leinfelden-echterdingen.de, Geschichte des Filderkrauts; Christine Metzger, Deutschland Spezialitätenküche, 1999, p. 293). Dès 1924, une thèse établit le lien entre l’approvisionnement en eau asssuré par les sols de lehm lœssique et la physiologie du rendement du «Filderkraut/Filderspitzkraut» (Frauendörfer, von Siegmund, 1924: Der Krautanbau auf den Fildern bei Stuttgart, thèse de l’Université de Hohenheim). Depuis très longtemps, la sous-variété de chou blanc Filderspitzkraut, en particulier, n’est cultivée que dans les Filder car on considère que cette production ne donnerait pas d’aussi bons résultats dans les autres régions (Steng, G. (1947): Das Filderkraut: Eine pflanzenbaul. u. pflanzenzüchter. Studie. Thèse de l’Université de Hohenheim, p. 3). Le sol de la région des Filder se distingue par sa capacité de rendement généralement élevée, par un pouvoir tampon et un pouvoir de filtrage importants, ainsi que par un potentiel de rétention généralement élevé (Université de Stuttgart, ILPÖ/IER (2001): Naturraum Nr. 106 Folder. Naturraumsteckbrief. Materialien zum Landschaftsrahmenprogramm. Institut für Landschaftsplanung und Ökologie, Université de Stuttgart.). Le plateau des Filder, qui est exposé aux vents et connaît des précipitations relativement peu abondantes, présente une certaine uniformité sur le plan climatique. Avec une température annuelle moyenne de 8,5 °C (– 0,5 °C en janvier; 17,5 °C en juillet; amplitude annuelle moyenne de 18 °C), la région est similaire au bassin du Neckar. Ainsi, la région des Filder est, malgré une altitude légèrement plus élevée, globalement un peu plus chaude que la zone des formations liasiques du Mittleres Albvorland, où l’advection d’air froid hivernal provenant des hauteurs de l’Alb (piémont des Alpes) se traduit par une baisse sensible de la température moyenne en janvier (– 1,5 °C). Riche en espaces verts et peu urbanisé, l’espace naturel «Die Filder» possède les caractéristiques d’un «climatope de cité-jardin», lesquelles influent sur les processus physiques à l’œuvre dans la couche d’air proche du sol [Stadt Ostfildern (ed.) (2008): Landschafts- und Umweltplan Ostfildern 2020. Ostfildern/Stuttgart. p. 36 et suiv.]. La température monte relativement peu par rapport à la zone environnante et on observe un refroidissement notable pendant la nuit. L’éloignement par rapport à la région de l’Alb se reflète également dans les précipitations, qui atteignent en moyenne 650 à 700 mm sur l’année, et sont réparties avantageusement durant la période de végétation principale: environ 65 % des précipitations annuelles sont enregistrées entre les mois de mai et octobre [Institut für Landeskunde (1967): Die naturräumliche Einheiten auf Blatt 170 Stuttgart. Bearb. F. Huttenlocher et H. Dongus. Bundesanstalt für Landeskunde und Raumforschung, Bad Godesberg. p. 23; LfU (1987): Methodik der Naturraumbewertung: dargestellt am Beispiel des Naturraums Filder. Landesanstalt für Umweltschutz Baden-Württemberg (LfU), Institut für Ökologie u. Naturschutz, Karlsruhe].

5.2.   Spécificité du produit:

Le «Filderkraut/Filderspitzkraut» est une spécialité régionale connue et appréciée dans la région de Stuttgart et au-delà, dont la réputation repose en grande partie sur son lien étroit avec l’aire d’origine définie. Le «Filderkraut/Filderspitzkraut» traditionnel original se présente comme une pomme volumineuse et lourde, qui dépasse souvent les 8 kg et dont il n’est pas rare qu’elle atteigne les 50 cm. Un grand nombre d’exploitations agricoles de la région des Filder cultivent depuis des générations leur propre variété de chou pointu et multiplient elles-mêmes les semences de leur variété dite locale ou domestique (terra fusca Ingenieure 2003: Filderkraut- derzeitige Situation. Étude, février 2003. terra fusca Ingenieure, Stuttgart; Smolka, R.S. (2010): Bestandsanalyse und Erzeugererhebung zu den Perspektiven des Filderkrauts Brassica oleracea var. capitata for. alba subv. Conica. Hochschule für Wirtschaft und Umwelt Nürtingen-Geislingen). Le «Filderkraut/Filderspitzkraut» était et est encore utilisé aujourd’hui essentiellement pour fabriquer de la choucroute. Si la fabrication de la choucroute a lieu principalement dans de petites entreprises, la tradition de la fabrication maison selon la recette familiale est encore perpétuée dans certaines familles. Ces dernières années, les exploitations agricoles de la région des Filder ont également cultivé des choux destinés spécifiquement au marché du frais, qui ne sont plus si gros et sont aussi plus légers. Ils répondent ainsi aux exigences du marché du frais.

Chou pointu, chou blanc (nom latin: Brassica oleracea var. capitata for. alba subv. Conica):

Forme

:

pomme se terminant en pointe, subconique

Couleur

:

vert blanchâtre

Feuilles

:

finement nervurées

Trognon

:

court et lisse

Déjà au 19e siècle, le «Filderkraut/Filderspitzkraut» était connu bien au-delà des frontières régionales pour son goût excellent: «Il existe différentes variétés et l’on distingue chez nous le chou des Filder, savoureux, très blanc, à pomme pointue […]» (Martens von, K., 1864: Handbuch der Militärverpflegung im Frieden und Krieg. — Edt. 2 — Rioger’sche Verlagsbuchhandlung). A. von Lengerke (1841: Landwirtschaftliche Statistik der deutschen Bundesstaaten. — Tome 2 — Westermann) écrit: «Ce qui fait du Filderkraut un produit particulièrement apprécié, ce sont ses feuilles tendres, sa couleur blanche et surtout une saveur supérieure, qui le distingue des choux cultivés dans d’autres régions». Le «Filderkraut/Filderspitzkraut» est toujours aussi réputé et reste un emblème de la région des Filder (Stadt Filderstadt, Stadt Leinfelden-Echterdingen, Geschichtswerkstatt Filderstadt 1995, p. 5). Il est très prisé des fins gourmets pour sa sapidité, sa tendreté et la finesse de ses nervures (cf. Christine Metzger, Deutschland Spezialitätenküche, 1999, p. 293; Buroh, N., Schermer, B., 2007: Das Teubner Buch- deutsche Küche. — Westermann-Studios — Gräfe und Unzer, p. 77; Gorys, E., 2001: Das neue Küchen Lexikon. Von Aachener Printen bis Zwischenrippenstück. — 7e édition — Deutscher Taschenbuch Verlag, p. 547; Stitz, M. Swoboda, I., 2006: Kulinarisch Reisen Deutschland. — Mair Dumont Marco Polo, p. 254).

5.3.   Lien causal entre l’aire géographique et la qualité ou les caractéristiques du produit (pour les AOP), ou une qualité spécifique, la réputation ou une autre caractéristique du produit (pour les IGP):

Le lien qui existe entre le «Filderkraut/Filderspitzkraut» et son origine géographique et qui justifie sa protection découle de la réputation particulière dont jouit ce produit en raison même de son origine. La culture du «Filderkraut/Filderspitzkraut» est une tradition séculaire. Les spécificités de l’aire géographique délimitée, combinées à l’utilisation d’une variété autochtone et aux petites structures agricoles traditionnelles, influent sur la qualité du «Filderkraut/Filderspitzkraut». Une thèse de 1924 expose ainsi les conditions naturelles particulières inhérentes à la culture du chou dans la région des Filder (Frauendörfer von, S. (1924): Der Krautanbau auf den Fildern bei Stuttgart. Thèse de l’Université de Hohenheim). Le lien traditionnel des agriculteurs des Filder avec leur région transparaît également dans le fait que les semences du «Filderkraut/Filderspitzkraut» sont encore souvent multipliées par les exploitants eux-mêmes en tant que variété dite locale ou domestique propre à chaque exploitation. Ces conditions spécifiques à l’aire géographique délimitée ont nourri la tradition séculaire de la culture du «Filderkraut/Filderspitzkraut», à la forme et aux caractéristiques particulières, qui, grâce à sa sapidité, à sa tendreté et à la finesse de ses nervures, est encore aujourd’hui très apprécié, connu du consommateur comme une spécialité de la région et très réputé. En 1884, le journal Filder- Bote rapportait: «Notre cher Filderkraut, apprécié de tous, jusqu’à présent transporté par monts et par vaux en attelage ou par transport à vapeur, a trouvé un nouveau débouché: des milliers sont découpés en fines lamelles et conservés, puis conditionnés dans des tonneaux, prêts ainsi à traverser l’océan pour rejoindre l’Amérique» (Filder-Bote du 7 octobre 1884, no 118). La renommée actuelle et la réputation du «Filderkraut/Filderspitzkraut» sont également attestées par le fait qu’il fait partie intégrante de différentes manifestations et coutumes de la région. Chaque année depuis 1979, la ville de Leinfelden-Echterdingen célèbre la tradition de la culture du chou dans les Filder, vieille de plus de 400 ans, lors de la plus grande fête du chou d’Allemagne, qui réunit environ 50 000 personnes. Une décoration traditionnelle célébrant les récoltes rappelle aussi le produit phare de la région aux visiteurs de la principale fête agricole et de la foire de Cannstatt. De plus, le chou pointu est le symbole et le logo d’une association carnavalesque, portant le nom de «Filderer» (cf. http://www.leinfelden-echterdingen.de, Geschichte des Filderkrauts; http://www.schmeck-den-sueden.de). Enfin, la réputation du «Filderkraut/Filderspitzkraut» est également attestée dans des œuvres musicales et littéraires («Schwäbische Sauerkrautkantate», Emil Kübler 1939; œuvres de Frank Snyders, Johann Baptist Hofner et Otto Groß; Filderstädter Schriftenreihe, tome 10, 1995: Das Filderkraut, p. 70, p. 58, p. 157).

Référence à la publication du cahier des charges:

[article 5, paragraphe 7, du règlement (CE) no 510/2006]

Markenblatt, cahier no 11 du 19 mars 2010, partie 7a-aa, p. 4243.

(http://register.dpma.de/DPMAregister/geo/detail.pdfdownload/13250)


(1)  JO L 93 du 31.3.2006, p. 12.


Top