Accept Refuse

EUR-Lex Access to European Union law

This document is an excerpt from the EUR-Lex website

Document 52012XC0211(06)

Publication d’une demande en application de l’article 6, paragraphe 2, du règlement (CE) n ° 510/2006 du Conseil relatif à la protection des indications géographiques et des appellations d’origine des produits agricoles et des denrées alimentaires

OJ C 38, 11.2.2012, p. 32–36 (BG, ES, CS, DA, DE, ET, EL, EN, FR, IT, LV, LT, HU, MT, NL, PL, PT, RO, SK, SL, FI, SV)

11.2.2012   

FR

Journal officiel de l'Union européenne

C 38/32


Publication d’une demande en application de l’article 6, paragraphe 2, du règlement (CE) no 510/2006 du Conseil relatif à la protection des indications géographiques et des appellations d’origine des produits agricoles et des denrées alimentaires

2012/C 38/15

La présente publication confère un droit d’opposition conformément à l’article 7 du règlement (CE) no 510/2006 du Conseil (1). Les déclarations d’opposition doivent parvenir à la Commission dans un délai de six mois à compter de la date de la présente publication.

DOCUMENT UNIQUE

RÈGLEMENT (CE) No 510/2006 DU CONSEIL

«ISLE OF MAN QUEENIES»

No CE: UK-PDO-0005-0855-08.02.2011

IGP ( ) AOP ( X )

1.   Dénomination:

«Isle of Man Queenies»

2.   État membre ou pays tiers:

Royaume-Uni

3.   Description du produit agricole ou de la denrée alimentaire:

3.1.   Type de produit:

Classe 1.7:

Poissons, mollusques, crustacés frais et produits dérivés.

3.2.   Description du produit portant la dénomination visée au point 1:

On appelle «Isle of Man Queenies» les pétoncles récoltés dans les eaux de l'île de Man.

Le pétoncle blanc (Aequipecten opercularis), mollusque bivalve marin comestible de la famille des pectinidés, est une espèce de pétoncle de taille moyenne. Sa coquille est de couleur variable, allant du jaune à l'orange, au rouge, au brun et au violacé, et peut atteindre 90 mm de diamètre. Les deux valves de la coquille sont pourvues de 19 à 22 larges côtes en éventail et de nombreuses stries de croissance concentriques. La noix de l'«Isle of Man Queenie», qui correspond au muscle adducteur, est nettement plus petite que celle de la coquille Saint-Jacques. Il s'agit d'un muscle circulaire de forme cylindrique mesurant 20 mm de diamètre et 15 mm de haut. La noix, de couleur crème, est opaque; le corail, en forme de croissant, est constitué de deux parties, l'une orange et l'autre blanche. Il est attaché à la noix. Les «Isle of Man Queenies» peuvent être servis avec ou sans corail.

Les «Isle of Man Queenies» sont pêchés dans les eaux territoriales de l'île de Man, principalement par des navires immatriculés dans l'île. Cependant, d'autres navires titulaires d'une autorisation adéquate peuvent également les récolter et les débarquer sur l'île de Man s'ils le souhaitent. Les «Isle of Man Queenies» sont ensuite débarqués et transformés sur l'île de Man.

Ils sont proposés à la vente sous différentes formes:

sous emballage naturel «à sec» (sans trempage)

surgelés individuellement (IQF — Individually Quick Frozen)

en demi-coquilles (encore attachés à l'une des valves de la coquille), frais ou surgelés

en vrac ou sous vide — en fonction des exigences du client

la taille et le poids de commercialisation sont fonction des exigences du client.

3.3.   Matières premières (uniquement pour les produits transformés):

3.4.   Aliments pour animaux (uniquement pour les produits d’origine animale):

3.5.   Étapes spécifiques de la production qui doivent avoir lieu dans l’aire géographique délimitée:

Pêche/récolte des «Queenies»

Les «Isle of Man Queenies» ne peuvent être récoltés que durant la saison autorisée («Queenie season»), qui débute traditionnellement le 1er juin. Cette situation est entièrement due à la physiologie de l'animal ainsi qu'aux méthodes inhabituelles employées pour sa capture. La plupart des espèces apparentées à la coquille Saint-Jacques sont récoltées au moyen de dragues qui ratissent le fond de la mer pour dégager les coquilles qui y sont enfouies. Les «Isle of Man Queenies», eux, sont récoltés à l'aide d'un chalut à panneaux léger. Cette technique est fondée sur la réaction de fuite adoptée par les «Isle of Man Queenies» qui, lorsqu'ils sont heurtés par une chaîne légère traînée juste à l'avant du filet, se projettent vers le haut en claquant des valves, et se retrouvent ainsi dans le filet. La réaction de fuite étant très lente lorsque l'eau est froide, la pêche au chalut n'est rentable qu'entre juin et décembre, au moment où les températures de l'eau atteignent leur niveau maximal. Il peut arriver, les années où le printemps est particulièrement froid, que l'eau n'atteigne pas une température suffisante avant la mi-juin.

Cette méthode inédite présente l'avantage, par rapport à la pêche à la drague, d'éviter la pénétration de sable dans la coquille au moment de la capture. De ce fait, la noix des «Isle of Man Queenies» est d'une qualité bien supérieure à celle des pétoncles pêchés à la drague. Le rendement en chair est plus avantageux et, de surcroît, les pétoncles sous-dimensionnés qui sont rejetés à la mer ont des taux de survie extrêmement favorables, contrairement aux pétoncles pêchés à la drague, dont la mortalité par rejet peut être très élevée.

Étapes de production

a)

les «Isle of Man Queenies» sont capturés au chalut au moyen de filets dont le maillage est compris entre 80 et 90 mm. Les captures sont lavées et triées à bord du navire;

b)

les «Isle of Man Queenies» sont conservés dans de la glace ou réfrigérés à bord du navire dans les deux heures suivant leur capture;

c)

les navires de pêche débarquent leurs captures dans les ports de Peel, Ramsey, Douglas et Port St Mary;

d)

dans les deux heures suivant leur débarquement, les «Isle of Man Queenies» sont transportés dans des camions bâchés vers une usine de transformation située sur l'île de Man, où ils sont réfrigérés durant la nuit;

e)

le jour suivant, les «Isle of Man Queenies» sont décoquillés à la main à l'aide d'un couteau métallique plat;

f)

la chair est prélevée et lavée à la main à deux reprises — le lavage est effectué très rapidement afin d'éviter l'absorption d'eau par la chair;

g)

le corail est laissé intact;

h)

la chair des «Isle of Man Queenies» est pesée; et

i)

conditionnée sous emballage naturel à sec (sans trempage) ou surgelée individuellement à – 35 °C.

Demi-coquille

Les étapes a) à c) sont identiques à celles indiquées ci-dessus.

d)

les pétoncles sont décoquillés à la main à l'aide d'un outil métallique plat. La demi-coquille est éliminée, de même que les branchies, l'estomac et le manteau;

e)

la noix et le corail sont laissés sur la coquille;

f)

les demi-coquilles sont surgelées individuellement ou vendues fraîches.

3.6.   Règles spécifiques applicables au tranchage, râpage, conditionnement, etc.:

3.7.   Règles spécifiques d’étiquetage:

4.   Description succincte de la délimitation de l'aire géographique:

Île de Man.

Les «Isle of Man Queenies» sont pêchés dans de grands gisements situés dans la mer territoriale de l'île de Man. Cette zone d'une superficie de 3 917 kilomètres carrés s'étend jusqu'à 12 milles marins à partir des lignes de base de l'île de Man, ou jusqu'à la ligne médiane.

5.   Lien avec l’aire géographique:

5.1.   Spécificité de l’aire géographique:

Environnement

Grâce aux effets régulateurs du Gulf Stream, qui réchauffe les températures, l'île de Man jouit d'un climat tempéré. L'été y est généralement frais et relativement ensoleillé, alors que l'hiver est doux et humide. Il ne gèle et ne neige que très rarement.

Les «Isle of Man Queenies» sont pêchés dans de vastes gisements situés dans la mer territoriale de l'île de Man. Les «Isle of Man Queenies» ont des préférences particulières en matière d'habitat et présentent une répartition agrégée (gisements) autour de l'île de Man. Du fait de l'immobilité relative des «Isle of Man Queenies», la situation géographique de leurs gisements varie peu. Les gisements peuvent être permanents, précisément localisés et séparés par des zones nettement démarquées ne convenant pas aux pétoncles.

L'existence de gisements de «Isle of Man Queenies» autour de l'île de Man est attestée depuis de nombreuses générations. Les premières références à la présence de populations abondantes de pétoncles autour de l'île de Man figurent dans l'ouvrage «Marine Fauna of the Isle of Man» (Moore, 1937). Ce n'est que dans certaines zones de l'aire de répartition géographique que les populations sont suffisamment abondantes pour permettre une exploitation commerciale. Ces zones sont le plus souvent séparées par des secteurs écologiquement inadaptés à l'espèce. Chacune des zones comprend généralement un certain nombre de gisements pouvant atteindre plusieurs kilomètres carrés, dans lesquels les pétoncles sont plus abondants qu'ailleurs.

Qualité et température de l'eau

Les gisements de «Isle of Man Queenies» situés dans les eaux territoriales de l'île de Man bénéficient d'eaux présentant un niveau de qualité élevé du point de vue tant des polluants organiques que des polluants inorganiques. C'est à l'île de Man qu'ont eu lieu, au tout début du XXe siècle, les premiers échantillonnages environnementaux concernant l'eau de mer réalisés dans les îles britanniques, de sorte que l'île de Man dispose des plus longues séries chronologiques à cet égard. L'éventail des paramètres environnementaux et biologiques faisant l'objet d'une surveillance s'est élargi avec le progrès scientifique et, à l'heure actuelle, les autorités de l'île de Man surveillent de nombreuses variables dont les matières nutritives, les bactéries, le phytoplancton et les toxines phytoplanctoniques.

Grâce aux activités de recherche scientifique menées depuis 1904, l'île de Man peut affirmer que ses eaux territoriales présentent de manière constante un niveau de qualité élevé.

L'amplitude des marées autour de l'île de Man est la plus grande d'Europe occidentale. Cette grande amplitude, conjuguée à la faible profondeur des fonds marins environnants, fait que l'île de Man bénéficie de marées extrêmement fortes. Ces marées, qui rendent la pêche au chalut léger extrêmement difficile, ont également pour effet d'assurer aux «Isle of Man Queenies» un apport constant de nourriture planctonique qui contribue à leur développement rapide et à leur répartition durant la phase larvaire planctonique.

Tradition

La pêche est une activité traditionnelle de l'île de Man. Ainsi, dès le XVIe siècle, la pêche du hareng y était bien établie et organisée. La pêche des «Isle of Man Queenies» a débuté vers le milieu du XIXe siècle. À l'époque, les pétoncles étaient utilisés comme appâts dans la pêche du cabillaud à la palangre de fond.

Les gisements de «Isle of Man Queenies» constituaient alors des aires d'alimentation abondantes pour le cabillaud. Dans les années 1960, les pêcheurs de l'île de Man ont commencé à envisager la possibilité de pêcher les «Isle of Man Queenies». C'est en 1969 que les premiers «Isle of Man Queenies» pêchés à des fins commerciales ont été débarqués à Peel. Ils ont rapidement été reconnus comme un mets de choix.

Les pêcheurs ont attribué un nom à chacun des gisements de «Isle of Man Queenies» situés autour de l'île de Man: Lower Chickens, Higher Chickens, Warts Bank, Burrow Head, etc.

La flotte de pêche de l'île de Man comptait 60 navires environ en 1971, date à laquelle la production a atteint son apogée, avec des captures avoisinant les 7 500 tonnes (poids vif), exportées en majorité directement vers l'Amérique.

5.2.   Spécificité du produit:

Le pétoncle blanc (Aequipecten opercularis), mollusque bivalve marin comestible de la famille des pectinidés, est une espèce de pétoncle de taille moyenne. Sa coquille est de couleur variable, allant du jaune à l'orange, au rouge, au brun et au violacé, et peut atteindre 90 mm de diamètre. La noix de l'«Isle of Man Queenie», c'est-à-dire le muscle adducteur, est nettement plus petite que celle de la coquille Saint-Jacques, qui est une espèce différente. Il s'agit d'un muscle circulaire de forme cylindrique mesurant 20 mm de diamètre et 15 mm de haut. La noix, de couleur crème, est opaque; le corail, en forme de croissant, est constitué de deux parties, l'une orange et l'autre blanche. Il est attaché à la noix. Lorsqu'ils sont cuits, les «Isle of Man Queenies» ont une consistance charnue, ferme et souple, et leur chair conserve tout son moelleux. Ils se distinguent des autres pétoncles par l'exceptionnelle douceur et la délicatesse de leur goût et par leur légère saveur marine. Les «Isle of Man Queenies» sont pêchés au chalut léger dans les eaux territoriales mannoises, principalement par des navires immatriculés dans l'île de Man; ils sont ensuite débarqués, transformés et conditionnés également sur l'île de Man.

L'«Isle of Man Queenie» est une espèce à croissance rapide et à longue durée de vie dont l'espérance de vie dépasse rarement cinq ans. Les «Isle of Man Queenies» atteignent la taille de commercialisation (55 mm) en deux ou trois ans, en fonction de la quantité de microalgues présente dans la colonne d'eau.

Grâce aux effets régulateurs du Gulf Stream, qui réchauffe les températures, l'île de Man jouit d'un climat tempéré. Les «Isle of Man Queenies» ont des préférences particulières en matière d'habitat et présentent une répartition agrégée (gisements) autour de l'île de Man. Du fait de l'immobilité relative des «Isle of Man Queenies», la situation géographique de leurs gisements varie peu. Les gisements peuvent être permanents, précisément localisés et séparés par des zones nettement démarquées ne convenant pas à l'espèce.

5.3.   Lien causal entre l’aire géographique et la qualité ou les caractéristiques du produit (pour les AOP), ou une qualité spécifique, la réputation ou une autre caractéristique du produit (pour les IGP):

En raison des conditions environnementales — qualité et température de l'eau, puissance des courants de marée et présence de nourriture planctonique adéquate — qui règnent dans la mer territoriale de l'île de Man, les «Isle of Man Queenies» y sont toujours présents en abondance et la chair de ces pétoncles à croissance rapide est particulièrement succulente. En outre, les coquilles contiennent plus de chair que les pétoncles d'autres provenances. Le rendement en chair des «Isle of Man Queenies» atteint généralement 12 à 14 %, contre 6 à 8 % pour les autres pétoncles.

La pêche est une activité traditionnelle de l'île de Man. Ainsi, dès le XVIe siècle, la pêche du hareng y était bien établie et organisée. La pêche des «Isle of Man Queenies» a débuté vers le milieu du XIXe siècle. À l'époque, les pétoncles étaient utilisés comme appâts dans la pêche du cabillaud à la palangre de fond.

Les gisements de «Isle of Man Queenies» constituaient alors des aires d'alimentation abondantes pour le cabillaud. Dans les années 1960, avec la diminution des stocks halieutiques, les pêcheurs de l'île de Man ont commencé à envisager la possibilité de pêcher les «Isle of Man Queenies». C'est en 1969 que les premiers «Isle of Man Queenies» pêchés à des fins commerciales ont été débarqués à Peel. Ils ont rapidement été reconnus comme un mets de choix.

Au début des années 1980, l'île de Man a commencé à développer de nouveaux marchés en France et en Espagne. Les «Isle of Man Queenies» y étaient vendus avec leur corail. À l'heure actuelle, les «Isle of Man Queenies» sont commercialisés au Royaume-Uni, en France, en Italie et en Espagne. Les transformateurs cherchent constamment à s'implanter sur de nouveaux marchés de qualité, mais la production restera toujours limitée par la productivité naturelle des gisements et par la nécessité de garantir la viabilité des stocks pour les années à venir.

Les «Isle of Man Queenies» ont remporté en 2011 le Sustainable Seafood of the Year Award (prix du produit de la mer durable de l'année) lors de la manifestation annuelle organisée à Billingsgate (Londres) avec la participation de chroniqueurs culinaires, d'acheteurs de produits de la mer, de propriétaires de restaurants et d'ONG œuvrant pour la protection de l'environnement. Ce prix prestigieux est décerné à l'issue d'une présentation durant laquelle chacun des finalistes expose, en vingt minutes, le caractère durable de la pêcherie en question. Pour en savoir plus sur ce prix, voir le lien: http://www.seafoodtraining.org/celebrating_sustainable_seafood_at_billingsgate_school.htm

Si l'île de Man a remporté le prix, c'est parce qu'elle a été en mesure de démontrer, sur la base de travaux scientifiques réalisés par des experts extérieurs et dont les résultats ont été publiés, le bien-fondé de ses affirmations relatives au caractère durable du produit. Ces mêmes travaux scientifiques ont été utilisés dans le cadre de la procédure de certification des «Isle of Man Queenies» par le Marine Stewardship Council (Conseil d'intendance des mers), procédure qui touche à sa fin. Le 20 mai 2011, la pêcherie des «Isle of Man Queenies» a été officiellement certifiée par le Marine Stewardship Council. Il s'agit de la première pêcherie de pétoncles certifiée dans l'hémisphère nord, et de la deuxième seulement à l'échelle mondiale. Pour plus de détails concernant la certification et les conclusions des évaluateurs, voir: http://www.msc.org/track-a-fishery/in-assessment/north-east-atlantic/isle-of-man-queen-scallop

Référence à la publication du cahier des charges:

[article 5, paragraphe 7, du règlement (CE) no 510/2006]

http://archive.defra.gov.uk/foodfarm/food/industry/regional/foodname/products/documents/isle-of-man-queenie-pdo.pdf


(1)  JO L 93 du 31.3.2006, p. 12.


Top