Accept Refuse

EUR-Lex Access to European Union law

Back to EUR-Lex homepage

This document is an excerpt from the EUR-Lex website

Document 52008XC1203(05)

Publication d'une demande au titre de l'article 6, paragraphe 2, du règlement (CE) n o  510/2006 du Conseil relatif à la protection des indications géographiques et des appellations d'origine des produits agricoles et des denrées alimentaires

OJ C 308, 3.12.2008, p. 19–22 (BG, ES, CS, DA, DE, ET, EL, EN, FR, IT, LV, LT, HU, MT, NL, PL, PT, RO, SK, SL, FI, SV)

3.12.2008   

FR

Journal officiel de l'Union européenne

C 308/19


Publication d'une demande au titre de l'article 6, paragraphe 2, du règlement (CE) no 510/2006 du Conseil relatif à la protection des indications géographiques et des appellations d'origine des produits agricoles et des denrées alimentaires

(2008/C 308/08)

La présente publication confère un droit d'opposition conformément à l'article 7 du règlement (CE) no 510/2006 du Conseil (1). Les déclarations d'opposition doivent parvenir à la Commission dans un délai de six mois à compter de la date de la présente publication.

DOCUMENT UNIQUE

RÈGLEMENT (CE) No 510/2006

«NOCCIOLA ROMANA»

No CE: IT-PDO-005-0573-28.11.2006

IGP ( ) AOP ( X )

1.   Dénomination

«Nocciola Romana»

2.   État membre ou pays tiers

Italie

3.   Description du produit agricole ou alimentaire

3.1.   Type de produit (annexe III)

Classe 1.6.: Fruits, légumes et céréales en l'état ou transformés

3.2.   Description du produit portant la dénomination visée au point 1

La «Nocciola Romana» désigne les fruits provenant de l'espèce Corylus avellana, variétés «Tonda Gentile Romana», «Nocchione» et leurs éventuelles sélections, lesquelles doivent être présentes à au moins 90 % dans l'exploitation. Les variétés «Tonda di Giffoni» et «Barrettona» sont autorisées dans une proportion maximale de 10 %. La «Nocciola Romana» doit présenter les caractéristiques suivantes:

«Tonda gentile romana»: forme de la noisette dans sa coque: sous-sphéroïdale avec l'apex légèrement en pointe; dimension d'un calibre variant de 14 à 25 mm; coque d'épaisseur moyenne, de couleur noisette, au brillant modéré, avec duvet fourni à l'apex et de nombreuses veines apparentes; graine moyenne à petite, de forme variable sous-sphéroïdale, d'une couleur comparable à celle de la coque, le plus souvent recouverte de fibres, surface cannelée et sillons plus ou moins apparents, dimensions moins régulières par rapport à la noisette en coque; périsperme d'épaisseur moyenne non complètement détachable à la torréfaction; texture compacte et croquante; saveur et arôme extrêmement fins et persistants.

«Nocchione»: forme de la noisette dans sa coque: sphéroïdale, sous-ellipsoïdale; dimensions comprises entre 14 et 25 mm; coque épaisse: de couleur noisette clair, striée, peu pubescente; graine: moyenne à petite, avec fibres en présence moyenne à élevée; périsperme: moyennement détachable à la torréfaction; saveur et arôme: extrêmement fins et persistants. Dans les deux cas, le rendement au décorticage est compris entre 28 et 50 %. Les noisettes doivent être exemptes d'odeurs et de saveurs d'huile rance, de moisissure et d'herbacées. À la mastication, elles doivent être croquantes, c'est-à-dire qu'elles doivent se briser au premier coup de dents sans être molles et elles doivent avoir une texture compacte et ne pas avoir l'intérieur creux. Les noisettes conservées doivent également présenter ces caractéristiques.

3.3.   Matières premières (uniquement pour les produits transformés)

3.4.   Aliments pour animaux (uniquement pour les produits d'origine animale)

3.5.   Étapes spécifiques de la production qui doivent avoir lieu dans l'aire géographique délimitée

Les opérations de récolte, de stockage, de tri et de calibrage doivent avoir lieu à l'intérieur de l'aire de production.

3.6.   Règles spécifiques applicables au tranchage, râpage, conditionnement, etc.

La mise à la consommation de la Nocciola Romana et le conditionnement du produit doivent avoir lieu dans le respect des modalités suivantes:

Pour le produit en coque: en sacs ou en emballages de jute et de raphia adaptés aux différents niveaux de commercialisation, d'un poids de 25, 50, 250 et 500 g et de 1, 5, 10, 25, 50, 500, 800 et 1 000 kg.

Pour le produit décortiqué en emballages ou conteneurs de jute, raphia, boîtes combivac, boîtes combivac-alu et cartons convenant aux aliments d'un poids de 10, 15, 20, 25, 50, 100, 150, 250 et 500 g et de 1, 2, 4, 5, 10, 25, 50, 500, 800 et 1 000 kg.

3.7.   Règles spécifiques d'étiquetage

Les emballages, les conteneurs et les sacs dans lesquels le produit est commercialisé doivent être scellés de manière à empêcher que le contenu ne puisse en être retiré sans en briser le sceau. Sur ceux-ci devront figurer, en caractères d'imprimerie de la même taille, les mentions «NOCCIOLA ROMANA» et «DENOMINAZIONE DI ORIGINE PROTETTA», de même que les données nécessaires à l'identification de la raison sociale et de l'adresse de l'entreprise de conditionnement, de l'année de production des noisettes contenues dans le conditionnement, du poids brut et net à l'origine, et le logo. Il est interdit d'utiliser toute autre appellation ou tout autre qualificatif complémentaire.

Image

Le logo de l'appellation, de forme circulaire, possède les caractéristiques suivantes: fond de couleur havane paillé avec un bord marron et, en haut, en demi-cercle, l'inscription «Nocciola Romana» de couleur noire et, en bas, en demi-cercle, l'inscription «Denominazione Origine Protetta» de couleur noire avec trois feuilles disposées en éventail, la pointe vers le haut, de couleur verte avec un bord noir, sur lesquelles repose une noisette au contour noir et de couleur marron; le fond de la noisette est de couleur marron clair et, au centre de la noisette, figure le dessin du palais des papes de Viterbe, de couleur havane paillé. Les produits dans la préparation desquels entre la Nocciola Romana AOP, y compris à l'issue de processus de préparation et de transformation, peuvent être commercialisés dans des conditionnements portant la mention de l'AOP précitée sans arborer le logo communautaire, à condition que:

 

le produit d'appellation protégée, certifié comme tel, constitue le seul ingrédient appartenant à cette catégorie de produit;

 

les utilisateurs du produit d'appellation protégée aient obtenu l'autorisation du «consorzio» (coopérative) constitué par les producteurs de la Nocciola Romana AOP et chargé de sa protection par le ministère des politiques agricoles, alimentaires et forestières (MiPAAF), aux termes de la législation nationale (article 14 de la loi no 526/99 et décret législatif no 297/2004). Ce «consorzio» veille également à les inscrire dans les registres appropriés et à garantir l'utilisation correcte de l'appellation protégée. En l'absence d'un tel «consorzio» de protection, les fonctions susmentionnées sont assurées par le MIPAAF, en tant qu'autorité nationale chargée de la mise en œuvre du règlement (CE) no 510/2006.

4.   Délimitation concise de l'aire géographique

L'aire de production, de récolte, de stockage, de décortiquage, de tri et de calibrage de la «Nocciola Romana» est comprise dans les communes des provinces de Viterbe et de Rome énumérées ci-dessous:

a)

dans la province de Viterbe: Barbarano Romano, Bassano in Teverina, Bassano Romano, Blera, Bomarzo, Calcata, Canepina, Capranica, Caprarola, Carbognano, Castel Sant'Elia, Civita Castellana; Corchiano, Fabrica di Roma, Faleria, Gallese, Monterosi, Nepi, Oriolo Romano, Orte, Ronciglione, Soriano nel Cimino, Sutri, Vallerano, Vasanello, Vejano, Vetralla, Vignanello, Villa San Giovanni in Tuscia, Vitorchiano, Viterbe;

b)

dans la province de Rome: Bracciano, Canale Monterano, Manziana, Rignano Flaminio, Sant'Oreste, Trevignano.

5.   Lien avec l'aire géographique

5.1.   Spécificité de l'aire géographique

L'aire de production de la «Nocciola Romana» se caractérise par une situation pédoclimatique très favorable à la culture du noisetier; le sol des monts Cimini et Sabatini est constitué, en effet, de formations volcaniques, avec des tufs terreux riches en matières essentielles, des laves leucitiques et rachitiques, ainsi que des dépôts clastiques hétérogènes. Les sols, à la fois profonds et légers, présentent une faible teneur en calcium et en phosphore, mais sont riches en potassium et microéléments; la réaction est en général acide et/ou subacide. En ce qui concerne les conditions climatiques, les températures de la zone visée à l'article 3 présentent de valeurs moyennes minimales de 4 à 6 °C et maximales de 22 à 23 °C, avec des précipitations annuelles de 900 à 1 200 mm de pluie. La douceur de l'hiver joue un rôle particulier car, au cours des mois de janvier et février, le noisetier traverse la phase délicate de la floraison.

5.2.   Spécificité du produit

Les caractéristiques particulières qui font de la «Nocciola Romana» un produit spécial et unique en son genre sont le croquant, la texture compacte et la densité: à la mastication, ces noisettes très croquantes se brisent en effet au premier coup de dents sans être molles et elles conservent cette particularité à l'état frais ainsi qu'à l'état conservé.

5.3.   Lien causal entre l'aire géographique et la qualité ou les caractéristiques du produit (pour une AOP) ou une qualité spécifique, la réputation ou une autre caractéristique du produit (pour une IGP)

Les caractéristiques de la «Nocciola Romana» sont étroitement liées à l'environnement géographique de production. Cette espèce préfère, en effet, des sols essentiellement meubles à réaction neutre à acide, au contenu en calcaire actif inférieur à 8 %, un climat présentant une température moyenne annuelle oscillant entre 10 et 16 °C et des précipitations annuelles supérieures à 800 mm; autant de facteurs présents dans l'aire de production de la «Nocciola Romana».

Parmi les composants naturels, l'importance des éléments pédologiques est indéniable, surtout eu égard à la composition minéralogique. L'origine volcanique des terrains, qui sont riches en potassium et en microéléments, influe considérablement sur les caractéristiques qualitatives et organoleptiques du fruit et, partant, sur son croquant.

Les techniques de production et de conservation sont, elles aussi, déterminantes pour la qualité de ce produit agricole. Celles-ci ont évolué au fil des ans, accordant davantage d'importance aux aspects qualitatifs du fruit qu'à ses aspects quantitatifs. Les techniques de production actuelles respectent les principes de lutte intégrée contre les nuisibles et visent à produire un fruit qui présente le moins possible d'altérations dues à des attaques parasitaires et qui soit, en outre, sûr du point de vue alimentaire, du fait de l'absence de résidus et de toxines naturelles.

De même, la technique de récolte a évolué et veille désormais à ce que les efforts déployés durant tout le cycle de production ne soient pas vains.

Il convient de souligner que, la noisette étant récoltée à terre, ses caractéristiques de salubrité peuvent être totalement compromises si elle reste trop longtemps sur le sol. Au cours de ces dernières années, les producteurs se sont efforcés de réduire au minimum la durée de ce séjour au sol, en adoptant des techniques de récolte qui prévoient plusieurs passages répétés.

Les systèmes utilisés pour le premier traitement et la conservation des noisettes ont connu également une évolution continue. Alors que la dessiccation du produit s'effectuait autrefois par simple exposition à la chaleur du soleil (de sorte qu'il n'était pas rare de voir de vastes étendues de noisettes qui séchaient sur les aires des fermes et sur les places), les producteurs utilisent aujourd'hui des séchoirs appartenant aux exploitations et/ou aux coopératives. Les coques sont réutilisées comme combustible et le produit est conservé à l'intérieur d'entrepôts et/ou de silos à une température contrôlée; le produit décortiqué est conservé, quant à lui, dans des chambres froides.

La culture du noisetier dans l'aire géographique délimitée remonte à «… 1412 circa, mentre prima esisteva come pianta arbustiva da sottobosco e che tuttora lo troviamo in tale stato nei boschi specialmente di castagno» (1412 environ, l'arbre ayant jusque-là existé comme arbuste de sous-bois, et on le trouve aujourd'hui encore sous cette forme dans les forêts, notamment de châtaigniers — Martinelli, dans «Carbognano illustra»). En 1513, il semble que les «Nocchie» agrémentaient la table du pape Léon X («Storia del Carnevale Romano», Clementi). Le cadastre de 1870 indique que, cette année-là, on recensait déjà à Caprarola plusieurs dizaines d'hectares de noisetiers, désignés par l'expression «Bosco di Nocchie». En 1946, la superficie consacrée au noisetier était de 2 463 ha en culture spécialisée et de 1 300 ha en culture mixte. Aujourd'hui, cette superficie excède 16 000 ha et requiert le travail de plus de 3 500 personnes.

Au cours des siècles, le travail patient, obstiné et compétent de l'homme a contribué largement au maintien de cette culture traditionnelle, comme le démontrent également les nombreuses fêtes villageoises qui ont lieu chaque année et les nombreux plats réalisés traditionnellement à base de noisette, tels que: ragoût de lapin, tozzetti, cazzotti, gimblettes, ossetti da morto, mostaccioli, amaretti, brutti-buoni, duri-morbidi, meringues, crucchi di Vignanello, morette. Tout ce qui précède démontre le caractère traditionnel de la culture du noisetier et l'importance qu'elle revêt pour l'économie locale.

Référence à la publication du cahier des charges

La présente administration a ouvert la procédure nationale d'opposition en publiant la demande de reconnaissance de l'appellation d'origine protégée «Nocciola Romana» à la Gazzetta Ufficiale della Repubblica Italiana no 32 du 8 février 2006. Le texte consolidé du cahier des charges de production peut être consulté sur le site internet:

http://www.politicheagricole.it/NR/rdonlyres/er7i7w5jzndci2dha45yirip72ysqfhgcjyvsidwnxunmilg6znjv2mx2vtnskdxzgiwr7cc45634w2uvvw3rj64bvc/20061130_Disciplinare_esameUE_nocciola_romana.pdf


(1)  JO L 93 du 31.3.2006, p. 12.


Top