EUR-Lex Access to European Union law

Back to EUR-Lex homepage

This document is an excerpt from the EUR-Lex website

Document 52000PC0138

Proposition de décision du Conseil concernant la conclusion de l'accord sous forme d'échange de lettres entre la Communauté européenne et la république de Chili ajoutant à l'accord-cadre de coopération entre la Communauté européenne et les États membres, d'une part, et la république de Chili, de l'autre, un protocole additionnel relatif à l'assistance administrative mutuelle en matière douanière

/* COM/2000/0138 final - ACC 2000/0053 */

52000PC0138

Proposition de décision du Conseil concernant la conclusion de l'accord sous forme d'échange de lettres entre la Communauté européenne et la république de Chili ajoutant à l'accord-cadre de coopération entre la Communauté européenne et les États membres, d'une part, et la république de Chili, de l'autre, un protocole additionnel relatif à l'assistance administrative mutuelle en matière douanière /* COM/2000/0138 final - ACC 2000/0053 */


Proposition de DÉCISION DU CONSEIL concernant la conclusion de l'accord sous forme d'échange de lettres entre la Communauté européenne et la République de Chili ajoutant à l'accord-cadre de coopération entre la Communauté européenne et les Etats membres, d'une part, et la République de Chili, de l'autre, un protocole additionnel relatif à l'assistance administrative mutuelle en matière douanière

(présentée par la Commission)

EXPOSÉ DES MOTIFS

1. L'accord-cadre de coopération entre la Communauté et le Chili du 21 juin 1996 [1], dont les directives de négociation furent approuvées par le Conseil le 21 décembre 1995, a comme un de ses objectifs l'établissement d'une coopération renforcée et étendue en vue d'intensifier et de diversifier les échanges commerciaux, ainsi que de libéraliser progressivement et réciproquement ces échanges.

[1] JO L 209 du 19.8.1996.

2. Dans le cadre de la coopération douanière prévue à l'article 7 de l'accord en question, en vue d'améliorer et de consolider le cadre juridique de leurs relations commerciales, il est expressément indiqué que les parties affirment leur intérêt à considérer la conclusion d'un protocole d'assistance administrative mutuelle en matière douanière.

3. C'est sur cette base que des négociations ont eu lieu entre la Commission et le Chili, qui ont abouti au protocole qui a été paraphé à Bruxelles, avec l'accord sous forme d'échange de lettres, le 13 juillet 1999.

4. Le but du protocole est de prévenir, rechercher et réprimer, par le biais de l'assistance entre les autorités compétentes des parties concernées, les opérations qui sont contraires à la législation douanière. Cette assistance consiste essentiellement à transmettre des informations ou des documents comme résultat des enquêtes réalisées ou à mener une surveillance spéciale sur des personnes, marchandises, lieux ou moyens de transport.

5. Le contenu du protocole est quasiment identique à celui du protocole type mis au point en 1997 par le Groupe des Questions Economiques du Conseil. Les seules exceptions concernent la référence explicite au cadre légal et réglementaire où l'assistance est prêtée, ainsi qu'à la fixation de délais pour la confirmation écrite des demandes formulées oralement et pour la réponse aux demandes d'assistance.

6. Le protocole contient aussi, en annexe, une déclaration qui prévoit la création, par la Commission mixte établie à l'article 35 de l'accord-cadre, d'un groupe de travail chargé de l'assister dans la gestion du protocole.

7. Il est donc nécessaire de procéder à la signature et à la conclusion dudit accord. Le Conseil est donc invité à:

-approuver, au nom de la Communauté, l'accord sous forme d'échange de lettres entre la Communauté et le Chili ajoutant un protocole relatif à l'assistance administrative mutuelle en matière douanière.

-nommer une personne habilitée à signer l'accord.

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL concernant la conclusion de l'accord sous forme d'échange de lettres entre la Communauté européenne et la République de Chili ajoutant à l'accord-cadre de coopération entre la Communauté européenne et les Etats membres, d'une part, et la République de Chili, de l'autre, un protocole additionnel relatif à l'assistance administrative mutuelle en matière douanière

LE CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE,

vu le traité instituant la Communauté européenne, et notamment son article 133 en liaison avec l'article 300, paragraphe 2, première phrase,

vu la proposition de la Commission [2],

[2] JO C

considérant ce qui suit:

(1) Afin de permettre l'assistance administrative mutuelle dans le domaine douanier entre les deux parties, tel que prévu à l'article 7, paragraphe 3, de l'accord cadre de coopération, destiné à préparer, comme objectif final, une association à caractère politique et économique entre la Communauté européenne et ses Etats membres, d'une part, et la République de Chili, de l'autre [3], il apparaît nécessaire d'ajouter un protocole à cet accord.

[3] JO L 42 du 16.2.1999, p. 46.

(2) Des négociations ont eu lieu à cet effet avec le Chili et ont abouti à un accord sous forme d'échange de lettres qu'il est dans l'intérêt de la Communauté d'approuver,

DÉCIDE:

Article premier

L'accord sous forme d'échange de lettres entre la Communauté européenne et la République de Chili ajoutant à l'accord-cadre de coopération destiné à préparer, comme objectif final, une association à caractère politique et économique entre la Communauté européenne et les Etats membres d'une part et la République de Chili de l'autre, un protocole additionnel relatif à l'assistance administrative mutuelle en matière douanière est approuvé au nom de la Communauté.

Le texte de l'accord sous forme d'échange de lettres est joint à la présente décision.

Article 2

Le président du Conseil est autorisé à désigner les personnes habilitées à signer l'accord sous forme d'échange de lettres [4] visé à l'article 1er.

[4] La date d'entrée en vigueur du protocole sera publiée au Journal Officiel des Communautés européennes par les services du Secrétariat général du Conseil.

Article 3

Le président du Conseil procède, au nom de la Communauté, à la notification prévue par l'accord sous forme d'échange de lettres.

Fait à Bruxelles, le

Par le Conseil

Le président

ANNEXE

ACCORD SOUS FORME D'ÉCHANGE DE LETTRES

entre la Communauté européenne et la République de Chili ajoutant à l'accord cadre de coopération un protocole relatif à l'assistance administrative mutuelle en matière douanière

A. Lettre de la Communauté européenne

Bruxelles, le

Monsieur,

J'ai l'honneur de me référer aux négociations antre les représentants de la Communauté européenne et de la République de Chili en vue de conclure un accord sur l'assistance administrative mutuelle en matière douanière ajoutant un protocole y relatif à l'accord-cadre de coopération du 21 juin 1996, dont l'entrée en vigueur a eu lieu le 1er février 1999.

Ce protocole, dont le texte est joint à la présente lettre, fera partie intégrante de l'accord du 21 juin 1996 et entrera en vigueur le premier jour du second mois suivant la date à laquelle l'accomplissement des procédures nécessaires à cet effet aura été notifié.

Je vous serais reconnaissant de bien vouloir confirmer l'accord de la République de Chili sur ce qui précède.

Veuillez agréer, Monsieur, l'assurance de ma très haute considération.

Au nom de la Communauté européenne

B. Lettre de la République de Chili

Santiago, le

Monsieur,

J'ai l'honneur d'accuser réception de votre lettre de ce jour dont le contenu est le suivant:

«J'ai l'honneur de me référer aux négociations entre représentants de la Communauté européenne et de la République de Chili en vue de conclure un accord sur l'assistance administrative mutuelle en matière douanière ajoutant un protocole à l'accord cadre de coopération du 21 juin 1996, dont l'entrée en vigueur a eu lieu le 1er février 1999.

Ce protocole, dont le texte est joint à la présente lettre, fera partie intégrante de l'accord du 21 juin 1996 et entrera en vigueur le premier jour du second mois suivant la date à laquelle l'accomplissement des procédures nécessaires à cet effet aura été notifié.

Je vous serais reconnaissant de bien vouloir confirmer l'accord de la République de Chili sur ce qui précède.»

Je suis en mesure de vous confirmer l'accord de la République de Chili sur ce qui précède.

Veuillez agréer, Monsieur, l'assurance de ma très haute considération.

Au nom de la République de Chili.

Hecho en ...... ...... ........., el

Udfærdiget i ...... ...... ........, den

Geschehen zu ...... ...... .......... am

¸ãéíå, ............................

Done at ...... ...... ........on the

Fait à ...... ...... ........ le

Fatto a ...... ...... ........ il

Gedaan te ...... ...... ........

Feito no ...... ...... ........

Tehty ...... ...... ........

Utfärdat i ...... ...... ........ den

En nombre de la Comunidad Europea

På vegne af Det Europæiske Fællesskab

Im Namen der Europäische Gemeinschaft

Åî ïíüìáôïò ôçò ÅõñùðáúêÞò Êïéíüôçôáò

On behalf of the European Community

Au nom de la Communauté européenne

A nome della Comunità europea

Namens de Europese Gemeenschap

Em nome da Comunidade Europeia

Euroopan yhteisön puolesta

På Europeiska gemenskapens vägnar

POR LA REPÚBLICA DE CHILE

POUR LA RÉPUBLIQUE DU CHILI

FOR THE REPUBLIC OF CHILE

FÜR DIE REPUBLIK CHILE

A REPÚBLICA DO CHILE

CHILEN TASAVALLALLE

TIL DEN CHILENSKE REPUBLIK

TILL DEN CHILENSKA REPUBLIKEN

PER LA REPUBBLICA DEL CILE

ÃÉÁ ÔÇ ÄÇÌÏÊÑÁÔÉÁ ÔÇÓ ×ÉËÇÓ

VOOR DE REPUBLIEK CHILI

PROTOCOLE

CONCERNANT

L'ASSISTANCE ADMINISTRATIVE MUTUELLE EN MATIERE DOUANIERE

ARTICLE premier

Définitions

Aux fins du présent protocole, on entend par :

"législation douanière" toute disposition légale ou réglementaire adoptée par la Communauté ou par Chili régissant l'importation, l'exportation, le transit des marchandises et leur placement sous tout autre régime ou procédure douaniers, y compris les mesures d'interdiction, de restriction et de contrôle;

"autorité requérante", une autorité administrative compétente qui a été désignée à cette fin par une Partie contractante et qui formule une demande d'assistance sur la base du présent protocole;

"autorité requise", une autorité administrative compétente qui a été désignée à cette fin par une Partie contractante et qui reçoit une demande d'assistance sur la base du présent protocole;

"données à caractère personnel", toutes les informations se rapportant à une personne physique identifiée ou identifiable;

"opération contraire à la législation douanière", toute violation ou tentative de violation de la législation douanière;

"information", toute donnée, documents, rapports certifiés conformes ou copies authentifiées s'y rapportant ou d'autres communications quel que soit son support.

ARTICLE 2

Portée

1. Les Parties contractantes se prêtent mutuellement assistance, dans les domaines relevant de leur compétence, selon les modalités et dans les conditions prévues par le présent protocole, pour garantir que la législation douanière est correctement appliquée, notamment en vue de prévenir, rechercher, et poursuivre les opérations contraires à la législation douanière.

2. L'assistance en matière douanière prévue par le présent protocole s'applique à toute autorité administrative des Parties contractantes compétente pour l'application du présent protocole. Elle ne préjuge pas des dispositions régissant l'assistance mutuelle en matière pénale. De même, elle ne s'applique pas aux renseignements recueillis en vertu de pouvoirs exercés à la demande d'une autorité judiciaire, sauf accord de celle-ci.

3. Sans préjudice des dispositions de l'article 10, toute assistance que les Parties contractantes se prêtent dans le cadre de ce protocole est apportée conformément à leurs dispositions légales et réglementaires respectives.

4. L'assistance en matière de recouvrement de droits, taxes ou contreventions n'est pas couverte par le présent protocole.

ARTICLE 3

Assistance sur demande

1. A la demande de l'autorité requérante, l'autorité requise communique à celle-ci tout renseignement utile lui permettant de veiller à ce que la législation douanière soit correctement appliquée, notamment les renseignements concernant les agissements constatés ou projetés qui constituent ou sont susceptibles de constituer des opérations contraires à la législation douanière

2. A la demande de l'autorité requérante, l'autorité requise informe celle-ci sur le point de savoir:

a) si des marchandises exportées du territoire d'une des Parties contractantes ont été régulièrement importées dans le territoire de l'autre Partie, en précisant, le cas échéant, le régime douanier sous lequel les marchandises ont été placées;

b) si des marchandises importées dans le territoire d'une des parties contractantes ont été régulièrement exportées du territoire de l'autre partie, en précisant, le cas échéant, le régime douanier appliqué aux marchandises.

3. A la demande de l'autorité requérante, l'autorité requise prend les mesures nécessaires, dans le cadre de ses dispositions légales ou réglementaires, pour assurer qu'une surveillance est exercée sur:

a) les personnes physiques ou morales dont il y a lieu raisonnablement de croire qu'elles commettent ou ont commis des opérations contraires à la législation douanière;

b) les lieux où des dépôts de marchandises sont constitués ou sont susceptibles de l'être dans des conditions telles qu'il y a lieu raisonnablement de croire que ces marchandises ont pour but d'être utilisées dans des opérations contraires à la législation douanière;

c) les marchandises transportées ou susceptibles de l'être dans des conditions telles qu'il y a lieu raisonnablement de croire qu'elles ont pour but d'être utilisées dans des opérations contraires à la législation douanière;

d) les moyens de transport qui sont ou peuvent être utilisés dans des conditions telles qu'il y a lieu raisonnablement de croire qu'ils ont pour but d'être utilisés dans des opérations contraires à la législation douanière.

ARTICLE 4

Assistance spontanée

Les Parties contractantes se prêtent mutuellement assistance, de leur propre initiative, conformément à leurs dispositions légales ou réglementaires, si elles considèrent que cela est nécessaire à l'application correcte de la législation douanière, en particulier en fournissant les renseignements qu'elles obtiennent se rapportant:

-à des agissements qui sont ou qui leur paraissent être des opérations contraires à la législation douanière et qui peuvent intéresser l'autre Partie contractante ;

-aux nouveaux moyens ou méthodes utilisés pour effectuer les opérations contraires à la législation douanière;

-aux marchandises dont on sait qu'elles font l'objet d'opérations contraires à la législation douanière;

-aux personnes physiques ou morales dont il y a lieu raisonnablement de croire qu'elles sont ou ont été impliquées dans des opérations contraires à la législation douanière;

-aux moyens de transport dont il y a lieu raisonnablement de croire qu'ils ont été, sont ou peuvent être utilisés pour effectuer des opérations contraires à la législation douanière.

ARTICLE 5

Communication / notification

A la demande de l'autorité requérante, l'autorité requise prend, conformément aux dispositions légales ou réglementaires applicables à celle-ci, toutes les mesures nécessaires pour :

-communiquer tout document ou

-notifier toute décision,

émanant de l'autorité requérante et entrant dans le domaine d'application du présent protocole, à un destinataire résidant ou établi sur le territoire de l'autorité requise.

Les demandes de communication de documents et de notification de décisions doivent être établies par écrit dans une langue officielle de l'autorité requise ou dans une langue acceptable pour cette autorité.

ARTICLE 6

Forme et substance des demandes d'assistance

1. Les demandes formulées en vertu du présent protocole sont présentées par écrit. Elles sont accompagnées des documents jugés utiles pour permettre d'y répondre. Lorsque l'urgence de la situation l'exige, les demandes orales peuvent être acceptées, mais elles doivent être confirmées par écrit dans un délai de 7 jours, faute de quoi elles seront considérées comme nulles et non avenues.

2. Les demandes présentées conformément au paragraphe 1 comportent les renseignements suivants :

a) l'autorité requérante;

b) la mesure demandée;

c) l'objet et le motif de la demande;

d) les dispositions légales ou réglementaires et les autres éléments juridiques concernés ;

e) des indications aussi précises et complètes que possible sur les personnes physiques ou morales qui font l'objet des enquêtes;

f) un résumé des faits pertinents et des enquêtes déjà effectuées.

3. Les demandes sont établies dans une langue officielle de l'autorité requise ou dans une langue acceptable pour cette autorité. Cette exigence ne s'applique pas aux documents qui accompagnent la demande visée au paragraphe 1.

4. Si une demande ne répond pas aux conditions formelles exposées ci - avant, il est possible de demander qu'elle soit corrigée ou complétée; entre-temps des mesures conservatoires peuvent être ordonnées.

ARTICLE 7

Exécution des demandes

1. Pour répondre à une demande d'assistance, l'autorité requise procède, dans les limites de sa compétence et de ses ressources, comme si elle agissait pour son propre compte ou à la demande d'autres autorités de la même Partie contractante, en fournissant les renseignements dont elle dispose déjà et en procédant ou faisant procéder aux enquêtes appropriées. Cette disposition s'applique également à toute autre autorité à laquelle la demande a été adressée par l'autorité requise en vertu du présent protocole lorsque celle-ci ne peut pas agir seule.

2. Les demandes d'assistance sont satisfaites conformément aux dispositions légales ou réglementaires de la Partie contractante requise.

3. Les fonctionnaires dûment autorisés d'une Partie contractante peuvent, avec l'accord de l'autre Partie contractante et dans les conditions prévues par celle-ci, être présents et recueillir, dans les bureaux de l'autorité requise ou de toute autre autorité concernée conformément au paragraphe 1, des renseignements relatifs à des agissements qui constituent ou sont susceptibles de constituer des opérations contraires à la législation douanière et dont l'autorité requérante a besoin aux fins du présent protocole.

4. Les fonctionnaires dûment autorisés d'une Partie contractante peuvent, avec l'accord de l'autre Partie contractante et dans les conditions prévues par celle-ci, être présents aux enquêtes effectuées sur le territoire de cette dernière.

5. La réponse à la demande d'assistance est donnée dans les 2 mois de sa réception. Lorsque l'autorité requise n'est pas en mesure de répondre à la demande au cours de cette période, elle informera l'autorité requérante en indiquant quand elle prévoit que pourra répondre à la demande.

ARTICLE 8

Forme sous laquelle les renseignements doivent être communiqués

1. L'autorité requise communique les résultats des enquêtes à l'autorité requérante par écrit et accompagnés de tout document, de toute copie certifiée ou de tout autre objet pertinent.

2. Cette information peut être fournie sous forme informatique.

3. Les originaux de documents ne sont transmis que sur demande et lorsque des copies certifiées s'avèrent insuffisantes. Ces copies sont restituées dès que possible.

ARTICLE 9

Dérogations à l'obligation de prêter assistance

1. L'assistance peut être refusée ou peut être soumise à la satisfaction de certaines conditions ou besoins, dans les cas où une partie estime que l'assistance dans le cadre du présent protocole:

a) est susceptible de porter atteinte à la souveraineté de Chili ou d'un Etat membre appelé à prêter assistance au titre du présent protocole; ou

b) est susceptible de porter atteinte à l'ordre public, à leur sécurité, ou à d'autres intérêts essentiels notamment dans les cas visés à l'article 10, paragraphe 2; ou

c) implique une violation d'un secret industriel, commercial ou professionnel.

2. L'assistance peut être reportée par l'autorité requise au motif qu'elle interférerait dans une enquête, une poursuite judiciaire ou une procédure en cours. En pareil cas, l'autorité requise consulte l'autorité requérante pour déterminer si l'assistance peut être donnée sous réserve des modalités ou conditions que l'autorité requise peut exiger.

3. Si l'autorité requérante sollicite une assistance qu'elle ne pourrait elle-même fournir si elle lui était demandée, elle attire l'attention sur ce fait dans sa demande. Il appartient alors à l'autorité requise de décider de la manière dont elle doit répondre à cette demande.

4. Dans les cas visés aux paragraphes 1 et 2, la décision de l'autorité requise et les raisons qui l'expliquent doivent être communiquées sans délai à l'autorité requérante.

ARTICLE 10

Echange d'information et confidentialité

1. Toute information communiquée, sous quelque forme que ce soit, en application du présent protocole revêt un caractère confidentiel ou restreint, selon les règles applicables dans chaque Partie contractante. Elle est couverte par l'obligation du secret professionnel et bénéficie de la protection accordée par les lois applicables en la matière sur le territoire de la Partie contractante qui l'a reçue, ainsi que par les dispositions correspondantes s'appliquant aux instances communautaires.

2. Les données à caractère personnel ne peuvent être échangées que si la Partie contractante qui pourrait les recevoir s'engage à protéger ces données d'une façon au moins équivalente à celle applicable au cas particulier dans la Partie contractante susceptible de les fournir. A cette fin, les parties contractantes se communiquent des informations présentant les règles applicables dans les parties contractantes, y compris, le cas échéant, les règles de droit en vigueur dans les Etats membres de la Communauté.

3. L'utilisation, dans le cadre d'actions judiciaires ou administratives engagées suite à la constatation d'opérations contraires à la législation douanière, d'informations obtenues en vertu du présent protocole, est considérée comme étant aux fins du présent protocole. Dès lors, les Parties contractantes peuvent faire état, à titre de preuve, dans leurs procès-verbaux, rapports et témoignages ainsi qu'au cours des procédures et poursuites devant les tribunaux, des renseignements recueillis et des documents consultés conformément aux dispositions du présent protocole. L'autorité compétente qui a fourni ces informations ou a donné accès aux documents est avisée d'une telle utilisation.

4. Les informations recueillies sont utilisées uniquement aux fins du présent protocole. Lorsqu'une Partie contractante souhaite utiliser de telles informations à d'autres fins, elle doit obtenir l'accord écrit préalable de l'autorité qui les a fournies. Cette utilisation est alors soumise aux restrictions imposées par cette autorité.

ARTICLE 11

Experts et témoins

Un agent d'une autorité requise peut être autorisé à comparaître, dans les limites fixées par l'autorisation qui lui a été accordée, comme expert ou témoin dans le cadre d'actions judiciaires ou administratives engagées dans les domaines relevant du présent protocole, et à produire les objets, documents ou copies certifiées de ceux-ci qui peuvent être nécessaires à la procédure. La demande de comparution doit indiquer avec précision l'autorité judiciaire ou administrative devant laquelle cet agent doit comparaître, et dans quelle affaire, à quel titre et en quelle qualité l'agent sera entendu.

ARTICLE 12

Frais d'assistance

Les Parties contractantes renoncent de part et d'autre à toute réclamation portant sur le remboursement des frais résultant de l'application du présent protocole, sauf en ce qui concerne, le cas échéant, les dépenses concernant les experts et témoins, et celles concernant les interprètes et traducteurs qui ne dépendent pas des services publics.

ARTICLE 13

Mise en oeuvre

1. La mise en oeuvre du présent protocole est confiée d'une part aux autorités douanières du Chili et d'autre part aux services compétents de la Commission des Communautés européennes et, le cas échéant, aux autorités douanières des Etats membres. Ils décident de toutes les mesures et dispositions pratiques nécessaires pour son application, en tenant compte des règles en vigueur notamment dans le domaine de la protection des données. Ils peuvent proposer aux instances compétentes les modifications qui devraient, selon eux, être apportées au présent protocole.

2. Les Parties contractantes se consultent et s'informent mutuellement des modalités d'application qui sont adoptées conformément aux dispositions du présent protocole. En particulier, elles échangent annuellement la liste des autorités compétentes autorisées à intervenir conformément au présent protocole.

ARTICLE 14

Autres accords

1. Tenant compte des compétences respectives de la Communauté européenne et de ses Etats membres, les dispositions du présent protocole:

-n'affectent pas les obligations des Parties contractantes en vertu de tout autre accord ou convention international :

-sont considérées comme complémentaires à celles d'accords relatifs à l'assistance mutuelle qui ont ou qui pourront être conclus entre des Etats membres individuels et le Chili;

-n'affectent pas les dispositions communautaires relatives à la communication entre les services compétents de la Commission des Communautés européennes et les autorités douanières des Etats membres de toute information obtenue dans les domaines couverts par le présent protocole qui pourrait présenter un intérêt communautaire.

2. Nonobstant les dispositions du paragraphe 1, les dispositions du présent protocole priment sur celles de tout accord bilatéral en matière d'assistance mutuelle qui a ou qui pourrait être conclu entre des Etats membres individuels et le Chili dans la mesure où les dispositions de ces derniers sont incompatibles avec celles du présent protocole.

3. En ce qui concerne les questions se rapportant à l'application du présent protocole, les Parties contractantes se consultent afin de résoudre la question dans le cadre de la commission mixte établie par l'article 35 de l'accord-cadre de coopération.

Déclaration commune

Les Parties conviennent qu'un Groupe de travail devra être créé par le Comité mixte afin de l'assister dans la gestion du protocole relatif à l'assistance administrative mutuelle en matière douanière.

Fiche Financière

concernant un protocole d'assistance administrative mutuelle en matière douanière avec le Chili

1. INTITULÉ DE L'ACTION

Signature et conclusion de l'accord entre la Communauté et le Chili, sous forme d'échange de lettres, ajoutant à l'accord-cadre de coopération un protocole d'assistance administrative mutuelle en matière douanière.

2. LIGNES BUDGÉTAIRES CONCERNÉES

A-7010

A-7031

3. BASE LÉGALE

Le protocole en question a été négocié sur la base des directives approuvées par le Conseil le 21 décembre 1995, autorisant la Commission à négocier un accord-cadre de coopération entre la Communauté européenne et le Chili. Cet accord-cadre a été signé le 21 juin 1996.

Conformément à l'article 7, paragraphe 3, de l'accord-cadre, les deux parties ont abouti à un protocole d'assistance administrative mutuelle en matière douanière, qui doit être ajouté, par le biais d'un accord sous forme d'échange de lettres, audit accord-cadre.

4. DESCRIPTION DE L'ACTION

Le but du protocole est de prévenir, rechercher et réprimer, au moyen de l'assistance entre les autorités compétentes des parties concernées, les opérations qui sont contraires à la législation douanière. Cette assistance consiste essentiellement à transmettre des informations ou des documents comme résultat des enquêtes réalisées ou à mener une surveillance spéciale sur des personnes, marchandises, lieux ou moyens de transport. L'action est prévue pour une période indeterminée sans nécessité d'être renouvellée.

La gestion du protocole sera assurée par un groupe de travail, qui devra être crée par la Commission mixte prévue à l'article 35 de l'accord-cadre.

5. CLASSIFICATION DE LA DÉPENSE/ RECETTE

DNO

6. TYPE DE LA DÉPENSE/RECETTE

-Dépenses pour couvrir les missions communautaires au Chili à effectuer tous les deux ans.

-Le cas échéant, dépenses liées à des réunions dans la mesure où elles ne sont pas couvertes par l'infrastructure existante

7. INCIDENCE FINANCIÈRE

7.1 Mode de calcul du coût total de l'action (lien entre les coûts individuels et le coût total)

7.2 Ventilation par éléments de l'action

CE en Mio EUR (prix courants)

>EMPLACEMENT TABLE>

7.3 Dépenses opérationnelles d'études, d'experts, etc, incluses en partie B du budget

CE en Mio EUR (prix courants)

>EMPLACEMENT TABLE>

7.4 Echéancier crédits d'engagement / crédits de paiement

CE en Mio EUR

>EMPLACEMENT TABLE>

8. DISPOSITIONS ANTI-FRAUDE PRÉVUES

Application de la réglementation communautaire

9. ELÉMENTS D'ANALYSE COÛT-EFFICACITÉ

Justification de l'action : elle a notamment pour but de défendre la correcte perception des ressources propres traditionnelles, mettant en place à ces fins un système de transmission d'informations, entre les autorités compétentes, sur des opérations contrairtes ou qui semblent être contraires à la législation douanière communataire.

10. DÉPENSES ADMINISTRATIVES (PARTIE A DE LA SECTION III DU BUDGET GENERAL)

La mobilisation effective des ressources administratives nécessaires résultera de la décision annuelle de la Commission relative à l'allocation des ressources, compte tenu notamment des effectifs et des montants supplémentaires qui auront été accordés par l'autorité budgétaire.

10.1 Incidence sur le nombre d'emplois

>EMPLACEMENT TABLE>

10.2 Incidence financière globale des ressources humaines supplémentaires

(euros)

>EMPLACEMENT TABLE>

10.3 Augmentation d'autres dépenses de fonctionnement découlant de l'action

>EMPLACEMENT TABLE>

Les montants indiquées correspondent aux dépenses sur 12 mois, l'action étant indeterminée.

N.B.: les ressources nécessaires aux missions des fonctionnaires de la Commission seront obtenues par le redéploiement des ressources existantes.

Top