ISSN 1725-2423

Official Journal

of the European Union

C 228

European flag  

English edition

Information and Notices

Volume 48
17 September 2005


Notice No

Contents

page

 

I   Information

 

Council

2005/C 228/1

Council opinion of 12 July 2005 on the updated stability programme of Portugal, 2005-2009

1

 

Commission

2005/C 228/2

Euro exchange rates

5

2005/C 228/3

Notice of initiation of an examination procedure concerning obstacles to trade within the meaning of Council Regulation (EC) No 3286/94, consisting of measures imposed and practices followed by India affecting trade in wines and spirits

6

2005/C 228/4

Authorisation for State aid pursuant to Articles 87 and 88 of the EC Treaty — Cases where the Commission raises no objections ( 1 )

9

2005/C 228/5

Authorisation for State aid pursuant to Articles 87 and 88 of the EC Treaty — Cases where the Commission raises no objections

11

2005/C 228/6

State aid — France — State Aid No C 23/2005 (ex NN 8/2004, ex N 515/2003) — Aid to the rendering sector in 2003 — Invitation to submit comments pursuant to Article 88(2) of the EC Treaty

13

2005/C 228/7

Prior notification of a concentration (Case COMP/M.3884 — ADM Poland/Cefetra/BTZ) — Candidate case for simplified procedure ( 1 )

20

 


 

(1)   Text with EEA relevance

EN

 


I Information

Council

17.9.2005   

EN

Official Journal of the European Union

C 228/1


COUNCIL OPINION

of 12 July 2005

on the updated stability programme of Portugal, 2005-2009

(2005/C 228/01)

THE COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION,

Having regard to the Treaty establishing the European Community,

Having regard to Council Regulation (EC) No 1466/97 of 7 July 1997 on the strengthening of the surveillance of budgetary positions and the surveillance and coordination of economic policies (1), and in particular Article 5(3) thereof,

Having regard to the recommendation of the Commission,

After consulting the Economic and Financial Committee,

HAS DELIVERED THIS OPINION:

(1)

On 12 July 2005, the Council examined the updated stability programme of Portugal, which covers the period 2005 to 2009. The programme complies with the data requirements of the ‘code of conduct on the content and format of stability and convergence programmes’ (2). However, the programme does not provide projections on the long-term sustainability of public finances. Accordingly, Portugal is invited to achieve full compliance with the data requirements of the code of conduct.

(2)

The update of the stability programme is built around the need to correct a government deficit which at 6,2 % of GDP in 2005 is planned to be well in excess of 3 % of GDP. This figure follows a deficit of 2,9 % of GDP in years 2002 to 2004 (3), as recently reported by the Portuguese authorities reflecting discussions with Eurostat, and is considerably worse compared with the target of 2,2 % of GDP for 2005 in the previous programme update. This deterioration is explained by weaker-than-expected growth, a reassessment of expenditure growth, over-runs compared to the budget and the non-introduction of one-off measures planned in the previous programme, as well by a corrective package of some 0,6 % of GDP adopted by the new government in June 2005. For the reduction of the deficit, the update outlines a strategy that envisages the implementation of structural measures rather than the extensive reliance on one-off and temporary measures, which indicates a change with respect to the budgetary strategy outlined in the previous updates. The government deficit is expected to continuously improve over the coming years, but will exceed the 3 % of GDP reference value until 2007.

(3)

The macroeconomic scenario underlying the programme envisages that real GDP growth will progressively pick up from 0,8 % in 2005 to 3,0 % in 2009, with growth rates of successively 1,4 %, 2,2 % and 2,6 % in the intermediate years. On the basis of current information, the growth projections for the first part of the programme period are plausible, while there are more risks to the programme's outer years. Structural measures addressing productivity and competitiveness and restoring confidence are essential if the projected growth path is to be realised.

(4)

The programme aims at reaching a government deficit below the 3 % of GDP reference value by 2008. The government deficit ratio is expected to decline from 6,2 % of GDP in 2005 to 4,8 % in 2006, 3,9 % in 2007, 2,8 % in 2008 and 1,6 % in 2009. Calculations by the Commission services applying the commonly agreed methodology to the information in the programme show that the cyclically-adjusted deficit, after widening to 5,3 % of GDP in 2005, will decline progressively to 1,4 % in 2009. The consolidation effort will extend over the entire programme period with front-loading, since a substantial consolidation will take place in 2006. In the early part of the programme period, consolidation is relying mainly on increasing revenues, through higher tax rates (notably an increase in the standard VAT rate from 19 % to 21 %), lower tax credits and improved tax collection, which partly offset the one-off revenues foregone. In the outer years, the increased contribution from expenditure restraint is foreseen to come from measures of a permanent nature, such as the reform of the public administration, containment of the wage bill and changes in the social security retirement schemes, whose budgetary effects will be significant mainly in the medium term. The share of investment in total government expenditure is to decline only slightly over the programme period.

(5)

The budgetary outcome as projected in the programme is subject to several risks. First, the acceleration in economic activity may be slower than expected, depending on the effective impact of the fiscal consolidation measures and given the expected increase in international competition in the Portuguese export markets. Second, the revenue-raising and expenditure-restraining measures may be less effective than projected or take longer to produce the desired results. The higher tax rates heighten the risk of tax evasion, notwithstanding the significant measures being taken to increase tax compliance, including closer administrative cooperation focused on cross-border VAT fraud. Moreover, most of the announced restraint on expenditure still needs to be legally implemented. In view of this assessment, the government might be called to fulfil its commitment to take additional measures in order to avoid the deficit exceeding 3 % of GDP for longer than planned. Moreover, even if the projected path is adhered to, the budgetary stance in the programme does not provide a sufficient safety margin against breaching the deficit ceiling with normal macroeconomic fluctuations until at least 2009. It is also insufficient to ensure that the Stability and Growth Pact's medium-term objective of a budgetary position of close to balance is achieved within the programme horizon, in spite of a reduction in the underlying deficit from 2005 to 2009 of around 4 percentage points of GDP. A sensitivity analysis shows that the deficit would still be at 3 %, or very close to it, in 2009, in the event of unfavourable macroeconomic developments.

(6)

The debt-to-GDP ratio breached the 60 % of GDP reference value of the Treaty in 2003, moving up to 61,9 % in 2004. According to the update, after reaching 66,5 % of GDP in 2005, it will peak at 67,8 % of GDP, declining thereafter until it reaches 64,5 % in 2009. The evolution of the gross debt ratio may also turn out less favourable than projected, given the risks to economic activity, the budgetary targets and the possible occurrence, as in the past, of debt-increasing stock-flow adjustments, in particular the accumulation of financial assets.

(7)

With regard to the long-term sustainability of the public finances, Portugal appears to be at risk on grounds of the projected budgetary cost of an ageing population. The structural reform measures enacted to date, in particular in the areas of pension and health care, should ease the budgetary impact of ageing. However, these reforms do not appear sufficient to ensure sustainability. The reforms outlined in the update, notably on retirement provisions for the civil service, could contribute to this end if implemented thoroughly. The government has commissioned a report to assess the long-term sustainability of the social security system.

(8)

Overall, the economic policies outlined in the update are partly consistent with the country-specific Broad Economic Policy Guidelines in the area of public finances. As recommended, the programme projects the consolidation of public finances to take place to a large extent from the expenditure side and does not rely on one-off or temporary measures. Its projections, if adhered to, also imply an improvement in the cyclically-adjusted primary balance (net of one-off and temporary measures) by more than 0,5 % of GDP each year. However, it does not plan to reduce the deficit below 3 % of GDP before 2008, and the planned expenditure restraint will be insufficient to achieve the medium-term objective of the Stability and Growth Pact of a budgetary position of close to balance by the end of the programme period.

(9)

In the light of the deficit and debt figures for 2005 and following years presented in the updated stability programme, the Commission initiated the excessive deficit procedure for Portugal on 22 June. The Council, when deciding on the existence of an excessive deficit in Portugal, will also issue a recommendation for the correction of the excessive deficit; such recommendation will include, inter alia, a deadline for the correction of the excessive deficit.

In view of the above assessment, the Council is of the opinion that Portugal should:

(i)

limit the deterioration of the fiscal position in 2005, by ensuring rigorous implementation of the announced corrective measures;

(ii)

achieve a sustained correction of the excessive deficit as soon as possible, taking a substantial step in 2006 followed by a significant decrease each year, and enacting decisively the planned measures to reduce government expenditure; seize any opportunity to accelerate the reduction of the budget deficit, in particular to create margins to deal with the budgetary impact of possible lower-than-projected growth;

(iii)

bring the gross debt ratio onto a firm downward path, by ensuring that debt developments reflect progress in the reduction of the deficit and avoiding debt-increasing financial transactions;

(iv)

control the evolution of expenditure, possibly through the announcement of binding ceilings for specific expenditure categories, within a comprehensive reform programme improving the quality and ensuring the long-term sustainability of public finances;

(v)

further improve the processing of general government data.

Comparison of key macroeconomic and budgetary projections

 

2004

2005

2006

2007

2008

2009

Real GDP

(% change)

SP Jun 2005

1,0

0,8

1,4

2,2

2,6

3,0

COM April 2005

1,0

1,1

1,7

SP Jan 2004

1,0

2,5

2,8

3,0

HICP inflation

(%)

SP Jun 2005

2,5

2,5

2,9

2,5

2,5

2,4

COM April 2005

2,5

2,3

2,1

SP Jan 2004

2,0

2,0

2,0

2,0

General government balance

(% of GDP)

SP Jun 2005

– 2,9

– 6,2

– 4,8

– 3,9

– 2,8

– 1,6

COM April 2005

– 2,9

– 4,9

– 4,7

SP Jan 2004 (5)

– 2,8

– 2,2

– 1,6

– 1,1

Primary balance

(% of GDP)

SP Jun 2005

– 0,1

– 3,3

– 1,6

– 0,5

0,7

1,8

COM April 2005

– 0,1

– 2,0

– 1,6

SP Jan 2004

0,1

0,9

1,5

2,0

Cyclically-adjusted balance

(% of GDP)

SP Jun 2005 (4)

– 2,2

– 5,3

– 3,8

– 3,1

– 2,3

– 1,4

COM April 2005

– 2,0

– 3,9

– 3,7

SP Jan 2004 (4)

– 1,7

– 1,3

– 0,9

– 0,7

One-off measures

(% of GDP)

SP Jun 2005

2,3

0,2

0

0

0

0

COM April 2005

2,3

0,3

0

Cyclically-adjusted balance net of one-off measures

(% of GDP)

SP Jun 2005 (4)

– 4,5

– 5,5

– 3,8

– 3,1

– 2,3

– 1,4

COM April 2005

– 4,3

– 4,2

– 3,7

Government gross debt

(% of GDP)

SP Jun 2005

61,9

66,5

67,5

67,8

66,8

64,5

COM April 2005

61,9

66,2

68,5

SP Jan 2004 (5)

60,0

59,7

58,6

57,0

Sources:

Stability programmes (SP); Commission services spring 2005 economic forecasts (COM); Commission services calculations.


(1)  OJ L 209, 2.8.1997, p. 1.

(2)  The Portuguese authorities had submitted an updated programme in December 2004, thereby complying with the formally required date of submission. However, in view of the upcoming general elections in Portugal, it was at the time decided not to assess that programme, but to wait for the update to be presented by the new government.

(3)  The deficits were 4,1 %, 5,4 % and 5,2 % of GDP, respectively in 2002, 2003 and 2004, when excluding major one-off and temporary measures.

(4)  Commission services calculations on the basis of the information in the programme.

(5)  Including one-off and temporary measures.

Sources:

Stability programmes (SP); Commission services spring 2005 economic forecasts (COM); Commission services calculations.


Commission

17.9.2005   

EN

Official Journal of the European Union

C 228/5


Euro exchange rates (1)

16 September 2005

(2005/C 228/02)

1 euro=

 

Currency

Exchange rate

USD

US dollar

1,2243

JPY

Japanese yen

135,78

DKK

Danish krone

7,4574

GBP

Pound sterling

0,67650

SEK

Swedish krona

9,3305

CHF

Swiss franc

1,5510

ISK

Iceland króna

75,83

NOK

Norwegian krone

7,7945

BGN

Bulgarian lev

1,9558

CYP

Cyprus pound

0,5729

CZK

Czech koruna

29,073

EEK

Estonian kroon

15,6466

HUF

Hungarian forint

245,32

LTL

Lithuanian litas

3,4528

LVL

Latvian lats

0,6960

MTL

Maltese lira

0,4293

PLN

Polish zloty

3,8827

RON

Romanian leu

3,4754

SIT

Slovenian tolar

239,46

SKK

Slovak koruna

38,347

TRY

Turkish lira

1,6420

AUD

Australian dollar

1,5933

CAD

Canadian dollar

1,4487

HKD

Hong Kong dollar

9,5008

NZD

New Zealand dollar

1,7347

SGD

Singapore dollar

2,0553

KRW

South Korean won

1 257,97

ZAR

South African rand

7,7981

CNY

Chinese yuan renminbi

9,9010

HRK

Croatian kuna

7,4345

IDR

Indonesian rupiah

12 426,65

MYR

Malaysian ringgit

4,615

PHP

Philippine peso

68,775

RUB

Russian rouble

34,6980

THB

Thai baht

50,178


(1)  

Source: reference exchange rate published by the ECB.


17.9.2005   

EN

Official Journal of the European Union

C 228/6


Notice of initiation of an examination procedure concerning obstacles to trade within the meaning of Council Regulation (EC) No 3286/94, consisting of measures imposed and practices followed by India affecting trade in wines and spirits

(2005/C 228/03)

On 20 July 2005, the Commission received a complaint under Article 4 of Council Regulation (EC) No 3286/94 (1) (hereinafter ‘the Regulation’).

1.   The complainants

The complaint was lodged jointly by CEEV (Comité européen des enterprises vins) and CEPS (Confédération européenne des producteurs de spiritueux).

CEPS is the representative body in the EU for producers of spirit drinks. Its membership comprises 38 national associations representing the industry in 21 EU Member States. CEEV is the representative body in the EU for the national trade associations of the EC Member States that represent the industry and/or trade in wines, aromatised wines, sparkling wines, liqueur wines and other vine products. Its membership comprises 12 national associations plus Switzerland.

The CEEV and CEPS are associations acting on behalf of one or more Community enterprises within the meaning of Articles 4(1) and 2(6) of the Regulation.

2.   The product

The EU products affected by the Indian measures at issue are wines, vermouths, aromatised wines and spirits classified under HS headings 2204, 2205, 2206 and 2208. They include still and sparkling wines, vermouths and other fortified wines such as port and sherry, and spirit drinks distilled from raw materials of agricultural origin such as brandies and wine spirits, whiskies, gin, vodka, rum and liqueurs.

However, the examination which the Commission is initiating may also cover other products, particularly those which interested parties making themselves known within the time limits mentioned below (see Section 8), can show are affected by the alleged practices.

3.   Subject

The complaint focuses on three separate aspects of India's legal regime for imported wines and spirits:

(a)   Additional Duty

Under Indian law, jurisdiction to levy excise tax on alcoholic beverages lies with the 26 Indian State Governments. Excise tax is, in principle, levied only on products which have undergone a manufacturing process in India. Consequently, excise taxes are, in principle, not levied on imports of bottled wines and spirits. Only domestic production and bulk imports bottled in India are taxed (at rates that vary significantly among the 26 Indian State Governments).

In this context, on 1 April 2001, by means of Notification No 37/2001 under Section 3 of the Customs Tariff Act, India introduced a federal Additional Duty on imported wines and spirits to compensate for excise duties paid or payable at State level on domestically produced products. In accordance with Section 3 of the Customs Act, the federal AD should be ‘equal’ to the excise duty levied on domestic products. The Additional Duty is charged on an ad valorem basis at distinct rates. Pursuant to Customs Notification No 32/2003 of 1 March 2003, the current rates of the Additional Duty applicable to imported wine are at the three levels of 75 %, 50 % and 20 % (depending on the value of the imports) and to imported spirits at the four levels of 150 %, 100 %, 50 % and 25 % (again, depending on the value of the imports).

(b)   State excise duties and taxes

As explained, Indian states do not have jurisdiction to levy excise duty on imported bottled wines and spirits. However, the complainants allege that several states do nonetheless apply excise taxes or similar taxes — under different names and at varying levels — to the sale of imported wine and spirits. According to the complainants, some of these (excise and other) taxes are moreover applied only to imported products or applied at higher levels to imported products than to domestic products.

(c)   State import restrictions

The complainants maintain that seven Indian states have a policy of de facto prohibition on importation of wines and spirits.

4.   Allegations of obstacles to trade

The complainants consider that the measures and practices described in Section 3 constitute obstacles to trade within the meaning of Article 2(1) of the Regulation.

(a)   Additional Duty (AD)

The complainants contend, first, that the federal Additional Duty must be regarded as an import duty (or other duty and charge) which violates India's obligations under Article II of GATT 1994 read in conjunction with its tariff schedule. In this context, the complaint explains that India's WTO tariff bindings commit India to a maximum rate of duties and charges on wines and spirits of 150 %. All imported wines are spirits are subject to a Basic Customs Duty of 150 % (for spirits) and 100 % (for wines). The federal Additional Duty is applied in addition to these rates. Thus, in so far as the federal Additional Duty is to be regarded as an import duty (or other duty or charge), the total duty rate exceeds for all spirits and all wines (except the most expensive ones (2)) the bound duty rate of 150 %. Moreover, the complaints argue that the federal Additional Duty is not to be regarded as ‘equivalent to an internal tax’ within the meaning of Article II.2(a) and cannot therefore be justified under that provision.

The complainants contend, secondly, and in the alternative that the federal Additional Duty accords treatment to imported wines and spirits that is clearly less favourable than that accorded to 'like' (or 'directly competitive or substitutable') products of national origin, in breach of Article III.2 of GATT 1994. In this regard, the complainants argue that while imported spirits are not, in general, subject to State excise taxes, the rate of the federal AD substantially exceeds the level of excise duty applied on the sale of domestic spirits in most Indian states. According to the complainants, imported wines and spirits also subject to excess taxation if a comparison is made of, on the one hand, the rate of the federal AD plus other indirect taxes applied at State level on the sale of imported wines and spirits and, on the other, the sum of excise duty and other indirect taxes applied at State level to domestic wines and spirits.

(b)   State excise duties and taxes

The complainants contend that, although Indian states do not have jurisdiction to levy excise duty on imported bottled wines and spirits, some States do nonetheless apply either excise taxes or similar taxes — under different names and at varying levels — to the sale of imported wine and spirits. Thus, it is argued that at least thirteen Indian States apply either excise duties or other taxes which could be considered as alternative means of collecting revenue from imported products as they are not entitled to levy excise duties. According to the complainants, some of these (excise and other) taxes are either applied only to imported products or applied at higher levels to imported products than to domestic products contrary to Article III.2 of GATT 1994.

(c)   State import restrictions

The complainants maintain that seven Indian states have a policy of de facto prohibition of importation of wines and spirits, contrary to Articles III.4 or XI.1 of GATT 1994.

In light of the factual information available and the evidence submitted, the Commission is satisfied that the complaint contains sufficient prima facie evidence of the existence of obstacles to trade within the meaning of Article 2(1) of the Regulation.

5.   Allegation of adverse trade effects

Consumption of branded western–style spirit drinks in India in 2004 was estimated by the International Wine & Spirits Record (IWSR) at 87 million nine litre cases, making it one of the largest spirits markets in the world. this estimate includes some 550 000 cases of imported spirits, the remainder (99,4 %) comprising domestically produced ‘Indian Made Foreign Liquor’ (IMFL). In 2004, the EU exported spirits with a value of some EUR 23 211 000 to India.

The Indian wine market has been growing steadily, albeit slowly, over the last decade. In 2004, it was estimated at 667 000 nine litre cases, of which 96 000 or 14 % were imported. In 2004, the EU exported wines with a value of some EUR 4 167 000 to India.

The complainants claim that the practices subject to the complaint impede meaningful access to the Indian market, place imported wines and spirits at a competitive disadvantage compared to domestically produces goods, and have prevented a natural growth in the consumption of imported wines and spirits in India.

In this regard, the complainants point out that following the elimination of Federal quantitative restrictions on importation in 2001 and their replacement with the measures set out in this complaint, the volume of spirits imports fell by some 60 — 70 % during the period April to August 2001, as compared to the same period in the previous year, because goods destined for the tourist trade became subject to a fiscal burden which effectively priced them out of the market. The complainants also point out that when certain tax concessions were subsequently granted for goods sold in certain classes of hotels and restaurants, the volume of wines and spirits imported increased substantially. This suggests that the tax measures subject of this complaint are preventing EU wines and spirits from achieving increased penetration of the Indian domestic market.

The complainants also refer to figures on the typical market penetration achieved by imported spirits in other developing countries broadly similar to India, which suggest that the barriers to trade confronting the EU spirits industry in India are particularly problematic.

The Commission considers that the complaint contains sufficient prima facie evidence of adverse trade effects, within the meaning of Article 2(4) of the Regulation.

6.   Community interest

The EU spirits industry, as represented by CEPS, exports each year goods estimated at a value in excess of EUR 5 billion to over 150 countries. The spirits sector directly employs about 50 000 people and indirectly a further 250 000. EU wine exports to third countries are valued at EUR 4,5 billion representing 12,5 billion hectolitres (hl) by volume.

The Commission considers it essential to ensure a level playing field in third country markets for our export industries, particularly with regard to internal taxes. Tariff protection should not be replaced with other protectionist barriers in breach of international commitments. This is especially important in the case of alcoholic beverages, as they typically bear a high tax burden through the combination of excise duties and value-added taxes.

In view of the above, it is considered to be in the Community's interest to initiate an examination procedure

7.   Procedure

Having decided, after due consultation of the Advisory Committee established by the Regulation, that there is sufficient evidence to justify initiating an examination procedure for the purpose of considering the legal and factual issues involved, and that this is in the interest of the Community, the Commission has commenced an examination in accordance with Article 8 of the Regulation.

Interested parties may make themselves known and make known their views in writing on specific issues raised by the complaint, providing supporting evidence.

Furthermore, the Commission will hear the parties who so request in writing when they make themselves known, provided that they are primarily concerned by the result of the procedure.

This notice is published in accordance with Article 8(1)(a) of the Regulation.

8.   Time limit

Any information relating to the matter and any request for a hearing should reach the Commission not later than 30 days following the date of publication of this notice and should be sent in writing to:

European Commission

Directorate-General for Trade

Mr. Jean-François Brakeland, Unit F.2

CHAR 9/74

B-1049 Brussels

Fax (32-2) 299 32 64


(1)  Council Regulation (EC) No 3286/94 of 22 December 1994 laying down Community procedures in the field of the common commercial policy in order to ensure the exercise of the Community's rights under international trade rules, in particular those established under the auspices of the World Trade Organisation (WTO) (OJ L 349, 31.12.1994, p. 71). Regulation last amended by Regulation (EC No 356/95 (OJ L 41, 23.02.1995, p. 3).

(2)  I.e., wines imported at cif prices above USD 100 per case (12 bottles) to which the lowest rate of (20 % ad valorem) AD is applicable.


17.9.2005   

EN

Official Journal of the European Union

C 228/9


Authorisation for State aid pursuant to Articles 87 and 88 of the EC Treaty

Cases where the Commission raises no objections

(2005/C 228/04)

(Text with EEA relevance)

Date of adoption of the decision:

Title: Gibraltar Exempt Companies

Objective: Offshore

Legal basis: Companies (Taxation and Concessions) Ordinance, 1967

Duration: Unlimited

Other information: Pursuant to Article 88(1) of the EC Treaty, the Commission has decided to propose appropriate measures in respect of aid scheme No E 7/2002 — United Kingdom: Gibraltar Exempt Companies.

The appropriate measures were accepted on 18.2.2005

The authentic text(s) of the decision, from which all confidential information has been removed, can be found at:

http://europa.eu.int/comm/secretariat_general/sgb/state_aids/

Date of decision:

Member State: Poland (the entire territory of Poland on the NUTS 2 level)

Aid No: N 20/2005

Title: Regional and horizontal aid scheme aiming at reduction of emission from fuel incineration sources

Objective(s): Regional and environmental aid. Comments: Aid for new investment. Aid for investments other than initial investments

Legal basis: Ustawa z dnia 20 kwietnia 2004 r. o Narodowym Planie Rozwoju, Art. 31 ust. 3, Dz. U. z 2004 r. Nr 116, poz. 1206;

Projekt rozporządzenia Ministra Gospodarki i Pracy w sprawie udzielania pomocy na wspieranie inwestycji służących redukcji emisji ze źródeł spalania paliw

Budget: PLZ 489,8 million from the means of the European Regional Development Fund and PZL 163,3 Million from the national contribution means;

EUR 102,3 million from the means of the European Regional Development Fund and EUR 34,1 million from the national contribution means

Aid intensity or amount: Aid for initial investment — up to 50 % NGE of eligible costs plus 15 percentage points gross bonus for SMEs;

Other investment — max. aid as in case of initial investment plus 10 % NGE (15 percentage points gross bonus for SMEs); up to 50 % NGE of eligible costs or up 40 % NGE (plus 10 %) and 10 percentage points gross bonus for SMEs

Duration: From 2005 to 31.12.2006

The authentic text(s) of the decision, from which all confidential information has been removed, can be found at:

http://europa.eu.int/comm/secretariat_general/sgb/state_aids/

Date of adoption:

Member State: The Netherlands

Aid No: N 85/2005

Title: ‘Soil rehabilitation for polluted industrial sites’.

Prolongation and modification of the existing aid scheme N 520/2001

Objective: To subsidise the rehabilitation of industrial polluted sites

Legal basis: ‘Besluit financiële bepalingen bodemsanering’

Budget: EUR 1,13 billion grants

Intensity or amount: 15 % to 60 % (In the case of SME's 70 %)

Duration: Until 31.12.2007

The authentic text(s) of the decision, from which all confidential information has been removed, can be found at:

http://europa.eu.int/comm/secretariat_general/sgb/state_aids/

Date of adoption:

Member State: Spain

Aid No: N 252/2004

Title: Programme for the promotion of human resources in R&D

Objective: Research and Technological Development (All sectors)

Legal basis: Orden ministerial del Ministerio de Educación y Ciencia: ‘Orden CTE XXX, por la que se establecen las bases y se hace pública la convocatoria del Programa Torres Quevedo para facilitar la incorporación de personal de I+D (doctores y tecnólogos) a empresas, centros tecnológicos y asociaciones empresariales’

Budget: EUR 33 600 000

Intensity or amount: For industrial research, the maximum gross aid intensity is 50 %. For precompetitive development activities, the maximum gross aid intensity is 25 %. Extra 10 % bonus for SMEs. For feasibility studies previous to industrial research and precompetitive development activities the maximum gross aid intensities are respectively of 75 % and 50 %. Extra 10 % bonus for Article 87(3)(a) regions

Duration: From 1.7.2004 until 31.12.2007

The authentic text(s) of the decision, from which all confidential information has been removed, can be found at:

http://europa.eu.int/comm/secretariat_general/sgb/state_aids/

Date of adoption:

Member State: Netherlands

Aid No: N 253/2005

Title: No aid decision. Guarantee

Objective: Shipbuilding

Legal basis: Besluit houdende regels inzake de verstrekking van borgstellingen ter zake van kredieten voor scheepsnieuwbouw (gebaseerd op Kaderwet EZ subsidies)

The authentic text(s) of the decision, from which all confidential information has been removed, can be found at:

http://europa.eu.int/comm/secretariat_general/sgb/state_aids/

Date of adoption of the decision:

Member State: United Kingdom — Scotland

Aid No: N 317/2002

Title: Scottish Property Support — Bespoke Development Scheme

Objective: Supporting the development of premises and buildings for commercial purposes by the private sector

Legal basis: Enterprise and New Towns (Scotland) Act 1990, as amended on 1 April 2001 by Scottish Statutory Instrument 2001 No 126. Local Government Act 1973. Section 171 of Local Government Act etc (Scotland) Act 1994

Budget: GBP 20-23 millions annually

Aid intensity or amount: Maximum intensity in conformity with Regulation (EC) No 70/2001

Duration: Until 31.12.2006

The authentic text(s) of the decision, from which all confidential information has been removed, can be found at:

http://europa.eu.int/comm/secretariat_general/sgb/state_aids/

Date of adoption of the decision:

Member State: France

Aid No: N 359/2004

Title: Modification of the ‘Martinique 2000-06: Interest subsidies’ scheme

Legal basis: DOCUP 2000-2006 Martinique

Objective: The aim of the aid scheme is to improve the profitability of local SMEs by alleviating the financial burden associated with investment projects

Budget: EUR 3 260 000

Duration: Until end 2006

Other information: The modification involves extension of the scheme to all sectors except sensitive sectors, fishing and agriculture (Annex I), and reduction of the budget

The authentic text(s) of the decision, from which all confidential information has been removed, can be found at:

http://europa.eu.int/comm/secretariat_general/sgb/state_aids/


17.9.2005   

EN

Official Journal of the European Union

C 228/11


Authorisation for State aid pursuant to Articles 87 and 88 of the EC Treaty

Cases where the Commission raises no objections

(2005/C 228/05)

Date of decision:

Member State: Poland (Łódzkie)

Aid No: N 90/2005

Title: Regional aid scheme for entrepreneurs granted in the City of Łódź

Legal basis: Art. 18 ust. 2 pkt 8 ustawy z dnia 18 marca 1990 r. o samorządzie gminnym Dz.U. z 2001 r. nr 142 poz. 1591 z późn. zm.; Ustawa o podatkach i opłatach lokalnych z dnia 12 stycznia 1991 r., Dz.U. z 2002 r. nr 9, poz. 84 z późn. zm.; Program pomocy regionalnej dla przedsiębiorców udzielanej w mieście Łodzi

Objective(s): Regional aid.

Comments: Aid for new investment and job creation linked to the investment

Budget: PLZ 6 000 000 (EUR 1 500 000)

Aid intensity or amount: Gross: 50 %.

Comments: 15 % bonus for SMEs; 30 % of 50 % for investment in motor vehicle sector where aid amount > EUR 5 million

Duration: From 2005 to 31.12.2006

The authentic text(s) of the decision, from which all confidential information has been removed, can be found at:

http://europa.eu.int/comm/secretariat_general/sgb/state_aids/

Date of adoption of the decision:

Member State: Hungary

Aid No: N 92/2005

Title: Restructuring plan Hungarian Coal industry 2004-2010

Objective: Security of energy supply through coal production

Legal basis: A Kormány 2002. március 26-i 1028/2002. (III. 26.) Korm. határozata, és a 2002. december 29-i 56/2002. (XII. 29.) GKM rendelet

Budget: HUF 64,3 billion (EUR 255 million)

Aid intensity or amount: HUF 64,3 billion (EUR 255 million)

Duration: 7 years

Other information: annual notification for the years 2007 to 2010, and annual report. Report for 2004 due on 31 December 2005

The authentic text(s) of the decision, from which all confidential information has been removed, can be found at:

http://europa.eu.int/comm/secretariat_general/sgb/state_aids/

Date of adoption of the decision:

Member State: Slovak Republic

Aid No: N 168/2005

Title: State aid Hornonitrianske bane Prievidza

Objective: Inherited liabilities in the coal sector

Legal basis: Zákon SR č. 523/2004; smernica MH SR č. 10/2003; zákon SR č. 231/1999; výnos č. 1/2005 MH SR

Budget: SKK 24 000 000 (EUR 630 651)

Aid intensity or amount: SKK 24 000 000 (EUR 630 651)

Duration: 2004

The authentic text(s) of the decision, from which all confidential information has been removed, can be found at:

http://europa.eu.int/comm/secretariat_general/sgb/state_aids/

Date of adoption of the decision:

Member State: Germany

Aid No: N 320/2004

Title: Restructuring plan German Coal industry 2006-2010

Objective: Security of energy supply through coal production

Legal basis: Haushaltsgesetz 2004; Gesetz über die Bergmannsprämie von 1956

Budget: EUR 12 billion

Aid intensity or amount: EUR 12 billion

Duration: 5 years

Other information: annual notification and annual report

The authentic text(s) of the decision, from which all confidential information has been removed, can be found at:

http://europa.eu.int/comm/secretariat_general/sgb/state_aids/

Date of adoption of the decision:

Member State: Italy (Friuli-Venezia Giulia)

Aid No: N 433/2004

Title: Support for enterprises with regard to environmental protection

Objective: The aim of the scheme is to improve environmental protection by reducing pollution and sound emissions and by reducing industrial waste through its reuse in the production process

Legal basis: Deliberazione della Giunta regionale n. 1002 del 22 aprile 2004. ‘L.R. 18/2003, art.1. Regolamento concernente modalità e criteri per la concessione di contributi finalizzati alla tutela dell'ambiente’

Budget: EUR 0,761 million

Aid intensity or amount: 15 % of eligible costs for SMEs in order to comply with the new mandatory Community standards within three years after their adoption;

30 % of eligible costs for investments which exceed the Community standards (+ 5 % in Article 87(3)(c) areas and + 10 % for SMEs)

Duration:

The authentic text(s) of the decision, from which all confidential information has been removed, can be found at:

http://europa.eu.int/comm/secretariat_general/sgb/state_aids/

Date of adoption of the decision:

Member State: Austria

Aid No: N 622/2003

Title: Digitalisierungsfonds

Objective: To support and facilitate the introduction of digital transmission technologies for broadcasting and the switchover from analogue to digital television in Austria

Legal basis: KommAustria-Gesetz (KOG) BgBl. I, Nr.32/2001 idF BgBl. I, Nr. 71/2003, §§ 9a — 9e und Richtlinien über die Förderung von Projekten durch den Digitalisierungsfonds (Fassung vom 2.9.2004) in Verbindung mit § 21 Privatfernsehgesetz (PrTV-G). Die letzten Änderungen wurden durch das Bundesgesetz, mit dem das Privatradiogesetz, das Privatfernsehgesetz (PrTV-G), das KommAustria-Gesetz und das ORF-Gesetz geändert werden sowie das Fernsehsignalgesetz aufgehoben wird (veröffentlicht am 30.7.2004 unter BgBl. I Nr. 97/2004 und in Kraft getreten am 1.8.2004) eingeführt

Budget: EUR 7,5 million per year

Intensity or amount: 50 %

Duration: not determined, review after 2 years, funding of projects de facto limited in time

Other information: Form of aid: grants.

Final budgets and aid amounts depends on result of call for proposals and available state funds

The authentic text(s) of the decision, from which all confidential information has been removed, can be found at:

http://europa.eu.int/comm/secretariat_general/sgb/state_aids/


17.9.2005   

EN

Official Journal of the European Union

C 228/13


STATE AID — FRANCE

State Aid No C 23/2005 (ex NN 8/2004, ex N 515/2003) — Aid to the rendering sector in 2003

Invitation to submit comments pursuant to Article 88(2) of the EC Treaty

(2005/C 228/06)

By means of the letter dated 5 July 2005 and reproduced in the authentic language on the pages following this summary, the Commission notified France of its decision to initiate the procedure laid down in Article 88(2) of the EC Treaty concerning the abovementioned aid.

Interested parties may submit their comments on the aid in respect of which the Commission is initiating the procedure within one month of the date of publication of this summary and the following letter, to:

European Commission

Directorate-General for Agriculture and Rural Development

Directorate H.2

Office: Loi 130 5/128

B-1049 Brussels

Fax (32-2) 296 76 72.

These comments will be communicated to France. Confidential treatment of the identity of the interested party submitting the comments may be requested in writing, stating the reasons for the request.

SUMMARY

French Law No 96-1139 of 26 December 1996 on the collection and destruction of animal carcases and slaughterhouse waste provides for exemption for enterprises retailing meat whose annual turnover is less than FRF 5 million (1). The exemption refers to the overall turnover, not just the turnover on meat sales. According to the information available to the Commission, the exemption continued to operate in 2003; it is the subject of this decision to initiate the formal investigation procedure.

Evaluation

At this stage, it is questionable whether the aid is compatible with the common market for the following reasons:

The exemption from payment of rendering tax appears to imply a loss of resources for the State and does not appear to be justified by the nature and the general scheme of the tax system. According to the information available to the Commission, the exemption refers to the overall turnover, not just the turnover on meat sales. This exemption appears at this stage to be an advantage constituting state aid within the meaning of Article 87(1) of the Treaty.

The exemption in question does not appear to entail any incentive element or any compensation on the part of the beneficiaries. Unless exceptions are expressly provided for in Community legislation or in these guidelines, unilateral State aid measures which are simply intended to improve the financial situation of producers but which in no way contribute to the development of the sector, and in particular aids which are granted solely on the basis of price, quantity, unit of production or unit of the means of production are considered to constitute operating aids which are incompatible with the common market.

TEXT OF THE LETTER

«Par la présente, la Commission a l'honneur d'informer la France qu'après avoir examiné les informations fournies par vos autorités sur les mesures citées en objet, elle a décidé de ne pas soulever d'objections à l'encontre des mesures d'aide concernant l'enlèvement et destruction des animaux trouvés morts, ainsi que le stockage et la destruction des farines animale et des déchet d'abattoir et d'ouvrir la procédure prévue à l'article 88, paragraphe 2, du traité CE, pour la partie concernant l'exonération du payement de la taxe d'équarrissage.

I.   PROCÉDURE

1.

Par lettre du 7 novembre 2003, la représentation permanente de la France auprès de l'Union européenne a notifié à la Commission, au titre de l'article 88, paragraphe 3, la mesure citée en objet.

2.

La notification originale concernait, d'un côté, des aides octroyées en 2003 et, d'un autre côté, des aides envisagées à partir de 2004. Du fait qu'une partie des aides avait déjà été octroyée, la Commission a décidé à l'époque de scinder le dossier. Ainsi, seule l'aide concernant l'année 2003 fait l'objet d'examen dans le cadre de la présente décision.

3.

La taxe d'équarrissage a été supprimée à partir du 1er janvier 2004. Le financement du SPE est désormais garanti par le fruit d'une “taxe d'abattage”, vis-à-vis laquelle la Commission n'a pas soulevé d'objection (2).

4.

Dans le cadre de l'instruction de ce dossier, les autorités françaises ont envoyé à la Commission des informations relevantes aussi pour le cas d'espèce, notamment par lettre du 29 décembre 2003.

5.

Aucune aide en faveur des entreprises d'équarrissage réalisant le service public de l'équarrissage en France n'a été notifiée. La Commission n'examine pas, dans le cadre de la présente décision, les éventuelles aides qui pourraient exister en faveur des entreprises d'équarrissage

6.

Par lettre du 18 janvier 2002, les autorités françaises avaient notifié un régime d'aides d'État concernant le financement des déchets animaux, lequel a été enregistré sous le no d'aide N 16/2002, devenue par la suite NN 44/2002. Des informations actualisées sur ce régime d'aides ont été inclues dans la présente notification. Toutefois, ce régime fera l'objet d'un examen dans le cadre d'une autre décision.

7.

Par lettre du 7 avril 2005, enregistrée le 12 avril 2005, les autorités françaises ont soumis des informations complémentaires, demandées par la Commission par lettre du 4 mars 2005.

II.   DESCRIPTION

8.

Il s'agit du financement, pour l'année 2003, du service public de l'équarrissage (SPE) et de la destruction des farines de viande et d'os qui n'ont plus d'utilisation commerciale.

9.

Le SPE était financé par la taxe d'équarrissage, instituée par l'article 302 bis ZD du Code général des impôts français, issu de l'article 1er de la Loi française no 96-1139 du 26 décembre 1996, relative à la collecte et à l'élimination des cadavres d'animaux et des déchets d'abattoirs (par après: Loi de 1996).

10.

La taxe d'équarrissage porte sur les achats de viande et d'autres produits spécifiés par toute personne qui réalise des ventes au détail de ces produits La taxe est en principe due par toute personne qui réalise des ventes au détail. Son assiette est constituée par la valeur hors taxe sur la valeur ajoutée (TVA) des achats de toute provenance:

de viandes et abats, frais ou cuits, réfrigérés ou congelés, de volaille, de lapin, de gibier ou d'animaux des espèces bovine, ovine, caprine, porcine et des espèces chevaline, asine et de leurs croisements;

de salaisons, produits de charcuterie, saindoux, conserves de viandes et abats transformés;

d'aliments pour animaux à base de viandes et d'abats.

11.

Les entreprises dont le chiffre d'affaires de l'année civile précédente est inférieur à 2 500 000 francs français (FRF) (3) (381 122 euros) hors TVA sont exonérées de la taxe. Les taux d'imposition de la taxe sont fixés, par tranche d'achats mensuels hors TVA, à 0,5 % jusqu'à 125 000 FRF (19 056 euros) et à 0,9 % au-delà de 125 000 FRF. L'article 35 de la loi de finances rectificative pour 2000 (loi no 2000-1353 du 30 décembre 2000) a apporté certaines modifications au mécanisme de la taxe d'équarrissage, entrées en vigueur le 1er janvier 2001. Ces modifications viseraient à contrecarrer les effets de la crise de l'ESB, et les surcoûts qui en dérivent. Dès lors, l'assiette de la taxe a été aussi élargie aux “autres produits à base de viande”. Le taux de la taxe a été désormais fixé à 2,1 % pour la tranche d'achats mensuels jusqu'à 125 000 FRF (19 056 euros) et à 3,9 % au-delà de 125 000 FRF. En outre, toutes les entreprises dont le chiffre d'affaires de l'année civile précédente était inférieur à 5 000 000 FRF (762 245 euros) hors TVA ont été désormais exonérées de la taxe.

12.

Initialement, c'est à dire, à partir du 1er janvier 1997, le produit de la taxe a été affecté à un fonds spécialement créé à cet effet, ayant pour objet de financer le service de collecte et d'élimination des cadavres d'animaux et de saisies d'abattoirs reconnus impropres à la consommation humaine et animale, c'est à dire les activités définies comme mission de service public par l'article 264 du Code rural mentionné plus haut. Le fonds était géré par le Centre national pour l'aménagement des structures des exploitations agricoles (CNASEA).

13.

Depuis le 1er janvier 2001, le produit de la taxe d'équarrissage est directement affecté au budget général de l'État, et plus au fond créé à cet effet. Pour l'année 2003, les crédits ont été ouverts au ministère de l'agriculture, de l'alimentation, de la pêche et des affaires rurales par le décret no 2002-1580 du 30 décembre 2002 portant application de la loi de finances pour 2003. Ils sont inscrits en tant que dépenses ordinaires de ce ministère, au titre IV, Interventions publiques, 4ème partie, actions économique, encouragements et interventions. Pour l'année 2003, le produit de cette taxe a été évalué à 550 millions d'euros.

14.

La notification de 2003 prévoit des aides pour le stockage et la destruction des farines animales, ainsi que des aides pour le transport et la destruction d'animaux trouvés morts et des déchets d'abattoir. En plus, la loi de 1996 prévoit l'exonération des entreprises vendant de la viande au détail dont le chiffre d'affaires annuel est inférieur à 5 millions FRF (4). Cette exonération, selon les informations à disposition de la Commission, a continué à opérer en 2003; elle sera donc analysée dans le cadre de la présente décision.

II.a)   Farines animales et déchets d'abattoir

15.

Concernant les farines animales, l'indemnisation des entreprises productrices et destructrices de farines d'origine animale s'effectue en 2003 selon les modalités suivantes:

pour les entreprises expédiant de la farine d'origine animale à destination d'une entreprise autorisée pour l'incinération des déchets animaux: à compter du 1er janvier 2003, 185 EUR/tonne de farine; à compter du 1er mars 2003, 100 EUR; et à compter du 1er septembre 2003, jusqu'au 31 décembre 2003: 40 EUR;

pour les entreprises expédiant de la farine d'origine animale vers un lieu de stockage public (avec l'accord de l'État): à compter du 1er janvier 2003, 145 EUR/tonne de farine; du 1er mars au 31 août 2003, jusqu'au 31 décembre 2003: 60 EUR;

pour les entreprises détruisant les déchets sans produire de farines (incinération des déchets): à compter du 1er janvier 2003, jusqu'au 31 décembre 2003: 46 EUR/tonne de déchets et sous-produits;

pour les entreprises d'incinération de farines: à compter du 1er janvier 2003, 77 EUR/tonne de farine.

16.

Concernant les déchets d'abattoir, les coûts de stockage de ces déchets se sont élevés à 40,5 millions d'euros jusqu'à 2003. Ces dépenses incluent la location des entrepôts contenant des farines depuis la fin de l'année 2000. Elles ont fait l'objet de marchés publics ou de réquisitions, au niveau des départements. Ces coûts ont été pris en charge à 100 % par l'État.

17.

En 2003, les coûts totale de collecte, de transformation et d'incinération des déchets d'abattoirs se sont élevés à 359,5 millions d'euros. La prise en charge par l'État s'est élevée à 147,5 millions d'euros et la prise en charge par la filière à 212 millions d'euros, comme détaillé ci-dessous.

Part de l'État

Part des entreprises

service public de l'équarrissage (réquisitions)

74 millions EUR

sous-produits de catégories 1 et 2 du règlement (CE) no 1774/2002, non pris en charge dans le cadre du SPE, facturation directe: 210 000 tonnes × 180 EUR/t

38 millions EUR

farines bas risque produites et éliminées en 2003

66,5 millions EUR

élimination des déchets de catégorie 3 non valorisés (part prise en charge par les entreprises du fait de la dégressivité des indemnisations réduites à 0 en 2004)

150 millions EUR

farines bas risque produites et entreposées en 2003 éliminées ultérieurement

7 millions EUR

déchets d'abattoirs relevant du SPE pour le dernier trimestre 2003, non pris en charge par l'État en 2003 mais payé par la filière en 2004 selon le nouveau dispositif mis en place

24 millions EUR

Total Etat

147,5 millions EUR

Total entreprises

212 millions EUR

18.

Ces mesures sont financées par des crédits ouverts au ministère de l'agriculture, de l'alimentation, de la pêche et des affaires rurales au titre des dépenses ordinaires du budget de ce ministère.

19.

Il a été mis fin au versement de ces aides au plus tard à compter du 1er janvier 2004.

20.

Les autorités françaises ne versent pas d'aides à la prise en charge des tests ESB et EST qui sont assumés par les professionnels de la filière.

II.b)   Animaux trouvés morts

21.

Les sous-produits qui présentent les risques sanitaires les plus importants, particulièrement ceux qui relèvent de la catégorie 1 du règlement (CE) no 1774/2000, notamment les cadavres d'animaux et les déchets d'abattoirs, sont col- lectés et éliminés dans le cadre du service public de l'équarrissage (SPE) institué par la loi de 1996 (5).

22.

S'agissant des animaux trouvés morts dans les exploitations agricoles, le coût total de leur élimination s'est élevé à 137 millions d'euros en 2003. Il ne fait pas l'objet de facturation directe mais est pris en charge à 100 % par les pouvoirs publics dans le cadre du service public de l'équarrissage (SPE).

23.

Les autorités françaises ont précisé que certaines données chiffrées mentionnées dans leur lettre de réponse (concernant les déchets d'abattoir et les animaux trouvés morts) sont encore susceptibles d'être ajustées dans des proportions minimes qui ne remettront pas en cause les masses globales concernées.

II.c)   Aide pour le commerce exonéré du paiement de la taxe d'équarrissage

24.

La loi de 1996 prévoit l'exonération des entreprises vendant de la viande au détail dont le chiffre d'affaires annuel est inférieur à 2,5 millions FRF (ce seuil a ensuite été augmenté à 5 millions FRF en 2001). Cette exonération ne se réfère pas au chiffre d'affaires réalisé avec des ventes de viande, mais au chiffre global des ventes.

25.

D'après les informations en possession de la Commission, cette exonération du payement de la taxe d'équarrissage a continué à opérer encore en 2003.

III.   APPRÉCIATION

III.1.   Existence de l'aide

26.

Selon l'article 87, paragraphe 1, du traité, sauf dérogations prévues par ce traité, sont incompatibles avec le marché commun dans la mesure où elles affectent les échanges entre États membres, les aides accordées par les États ou au moyen de ressources d'État sous quelque forme que ce soit, qui faussent ou qui menacent de fausser la concurrence en favorisant certaines entreprises ou certaines productions.

27.

Il apparaît que les aides pour l'enlèvement et destruction des animaux trouvés morts, ainsi que pour la collecte et destruction des farines animales et des déchets d'abattoir ont été financé par le budget de l'État (comme spécifié au point III.2 c), elles apportent des bénéfices à certaines entreprises agricole qui auraient dû disposer de ces déchets et faussent au menace de fausser la concurrence. Ces aides sont susceptibles d'affecter les échanges entre États membres dans la mesure où elles favorisent la production nationale au détriment de la production des autres États membres. En effet, le secteur concerné est ouvert à la concurrence au niveau communautaire et, pourtant, sensible à toute mesure en faveur de la production dans l'un ou l'autre État membre. En 2003, en France on élevait 19 200 400 bovins, 15 250 700 porcs, 8 962 500 ovins et 1 228 800 caprins (6).

28.

Il s'agit donc des mesures qui relèvent de l'article 87, paragraphe 1, du traité (7).

29.

Les articles 87 à 89 du traité sont rendus applicables dans le secteur de la viande de porc par l'article 21 du règlement (CEE) no 2759/75 du Conseil (8) portant organisation commune des marchés pour ces produits. Ils sont rendus applicables dans le secteur de la viande bovine par l'article 40 du règlement (CE) no 1254/1999 du Conseil (9) portant organisation commune des marchés pour ces produits. Avant l'adoption de ce dernier, ils étaient rendus applica- bles dans le même secteur par l'article 24 du règlement (CEE) no 805/68 du Conseil (10). Ils sont rendus applicables dans le secteur de la viande de volaille par l'article 19 du règlement (CEE) no 2777/75 du Conseil (11) portant organisation commune des marchés pour ces produits.

30.

L'exonération du payement de la taxe d'équarrissage semble, à ce stade, impliquer une perte de ressources pour l'État et ne semble pas, à ce stade, justifiée par la nature et l'économie du système fiscal qui a comme objectif d'assurer les recettes de l'État. En effet, selon les informations dont dispose la Commission, l'exonération ne se réfère pas au chiffre d'affaires réalisé avec des ventes de viande, mais au chiffre global des ventes.

31.

Comme la taxe d'équarrissage est calculée sur la valeur des produits sur base de viande, il ne semble pas justifié d'exonérer du paiement de la taxe une entreprise avec un chiffre d'affaires plus élevé en termes de ventes de viande, tandis que son concurrent, qui réaliserait un chiffre d'affaires inférieur avec les produits à base de viande, serait soumis à la taxe.

32.

En conséquence, ladite exonération semble, à ce stade, constituer un avantage sélectif. Il s'agirait ainsi d'une aide en faveur des vendeurs exonérés qui trouvent leur charge fiscale allégée. Sur base des chiffres concernant le commerce de viande donnés ci-dessous, la Commission conclut, à ce stade, que l'exemption en 2003 de la taxe en faveur des commerçants réalisant un chiffre d'affaires inférieur à 5 millions FRF est un avantage susceptible de constituer une aide d'État au sens de l'article 87, paragraphe 1, du traité.

33.

À ce stade, la Commission ne peut pas exclure un impact de l'exonération de la taxe sur les échanges entre États membres, notamment dans des zones frontalières.

34.

L'exemption de la taxe des commerçants réalisant un chiffre d'affaires inférieur à 5 millions FRF semble donc constituer une aide d'État aux termes de l'article 87.1 du traité.

III.2.   Compatibilité de l'aide

35.

L'article 87, paragraphe 3, point c), prévoit que peuvent être considérées comme compatibles avec le marché commun les aides destinées à faciliter le développement de certaines activités ou de certaines régions économiques quand elles n'altèrent pas les conditions des échanges dans une mesure contraire à l'intérêt commun.

36.

La Commission, doit signaler, au préalable, que les aides d'État en question pour l'année 2003 ont été mises en exécution avant que la Commission ait pu se prononcer sur leur compatibilité avec les règles de concurrence applicables. Du fait que les mesures mises en exécution par la France contiennent des éléments d'aide d'État, il s'ensuit qu'il s'agit d'aides nouvelles, non notifiées à la Commission et, de ce fait, illégales au sens du traité.

37.

D'après le point 23.3 des lignes directrices agricoles (12), toute aide illégale au sens de l'article 1er (f), du règlement (CE) no 659/1999 doit être évaluée conformément aux règles et aux lignes directrices en vigueur au moment où l'aide est accordée.

38.

Les mesures financées par les autorités françaises sont: le stockage et élimination des farines animales, l'élimination des animaux trouvés morts dans les exploitations agricoles et la collecte, la transformation et l'élimination des déchets d'abattoir. En plus, l'exemption de la taxe des commerçants réalisant un chiffre d'affaires inférieur à 5 millions FRF doit, elle aussi, être évaluée à la lumière des règles sur les aides d'État dans le secteur agricole.

39.

La Commission a adopté, en 2002, les Lignes directrices de la Communauté concernant les aides d'État liées aux tests EST, aux animaux trouvés morts et aux déchets d'abattoirs (13) (ci-après les lignes directrices EST). Ces lignes directrices sont applicables depuis le 1er janvier 2003. Les farines animales produites ainsi que les déchets d'abattoir et les animaux trouvés morts concernent l'année 2003. Le stockage des farines animales peut concerner aussi les coûts des farines accumulées depuis 2001. Au point 44 des lignes directrices EST il est prévu que, en dehors des cas relatifs notamment aux animaux trouvés morts et aux déchets d'abattoirs, les aides illégales au sens de l'article 1er, point f), du règlement (CE) no 659/1999 seront examinées conformément aux règles et lignes directrices EST applicables au moment où l'aide a été octroyée. Donc, pour ces types d'aide, ces lignes directrices et les lignes directrices pour les aides d'État dans le secteur agricole constituent l'encadrement à l'égard duquel les aides notifiées doivent être examinées.

40.

S'agissant des mesures partiellement financées au moyen d'une taxe parafiscale, tant la nature des aides que le financement de celles-ci doit, le cas échéant, être examiné.

III.2 a)   Animaux trouvés morts

41.

En France, les animaux trouvés morts entrent dans le champ d'application des dispositions relatives au service public de l'équarrissage. Ainsi qu'il a été indiqué précédemment, le coût total de l'élimination des animaux trouvés morts dans les exploitations agricoles s'élèvera, pour 2003, à 137 millions d'euros.

42.

Le point 28 et suivants des lignes directrices EST prévoit que, jusqu'au 31 décembre 2003, les États membres peuvent accorder des aides d'État pouvant aller jusqu'à 100 % des coûts d'enlèvement (collecte et transport) et de destruction (stockage, transformation, destruction et élimination finale) des animaux trouvés morts.

43.

Il se dégage des informations fournies que l'élimination d'animaux morts a été financée à un taux maximum de 100 % par l'État en 2003.

44.

Les autorités françaises ont spécifié que l'aide a été octroyée uniquement aux producteurs et que la définition d'animaux trouvés morts correspond à celle prévue au point 17 des Lignes directrices EST.

45.

En plus, aux termes des points 33 et 34 des Lignes directrices EST, en vue de faciliter l'administration de ces aides d'État, l'aide peut être versée aux opérateurs économiques travaillant en aval de l'agriculteur et offrant des services liés à l'enlèvement et/ou à la destruction des animaux trouvés morts, à la condition qu'il puisse être prouvé que le montant intégral de l'aide d'État versée est remis à l'agriculteur. À moins qu'il ne soit démontré que, par nature ou en application d'une disposition juridique concernant un service donné, un seul fournisseur est possible, lorsque le choix du fournisseur de ces services n'est pas laissé à l'agriculteur, ce fournisseur doit être choisi et rémunéré conformément aux principes du marché, de manière non discriminatoire, en ayant le cas échéant recours à une procédure d'appel d'offres conforme à la législation communautaire, et en toute hypothèse en recourant à un degré de publicité suffisant pour assurer au marché de services concerné une libre concurrence et pour permettre le contrôle de l'impartialité des règles d'appel d'offres.

46.

Dans ce cas, il résulte du décret no 96-1229 du 27 décembre 1996 modifié par le décret no 97-1005 du 30 octobre 1997 que le service public de l'équarrissage est soumis aux procédures de passation des marchés publics dans les conditions qui suivent. Le préfet est l'autorité chargée, dans chaque département, de l'exécution du service public de l'équarrissage. Il passe, à cet effet, les marchés nécessaires selon les procédures définies par le Code des marchés publics. Par dérogation, certains peuvent être passés à l'échelon national lorsque des considérations d'ordre technique ou économique justifient une coordination à un tel niveau.

47.

Pour l'année 2003, les procédures de marchés publics n'ont cependant pas permis d'assurer les prestations indispensables à la bonne marche du SPE. En effet, les appels d'offres lancés par les préfets de région sur les périodes 2002-2004 et 2005-2011 sont restés infructueux du fait soit de l'absence de réponse, soit de réponses incomplètes ou assorties de réserves contraires au cahier des clauses exigées. Dans ces conditions, les marchés ont été déclarés sans suite.

48.

En conséquence, les autorités françaises ont dû procéder à des réquisitions pour des motifs d'urgence, de salubrité et d'ordre public. Ces réquisitions ont été effectuées sur la base de l'ordonnance no 59-63 du 6 janvier 1959 relative aux réquisitions de biens et de services et du décret d'application no 62-367 du 26 mars 1962.

49.

Ces dispositions prévoient notamment que la rémunération des prestations requises est versée sous forme d'indemnités qui ne doivent compenser que la perte matérielle, directe et certaine que la réquisition a imposée au prestataire. Ces indemnités tiennent compte exclusivement de toutes les dépenses exposées d'une façon effective et nécessaire par le prestataire de la rémunération du travail, de l'amortissement et de la rémunération du capital, appréciées sur des bases normales. En revanche, aucune indemnisation n'est due pour la privation du profit qu'aurait pu procurer au prestataire la libre disposition du bien requis ou la poursuite en toute liberté de son activité professionnelle.

50.

En vue des spécifications fournies par les autorités françaises, la Commission considère que les conditions prévues dans les lignes directrices EST sont respectées et que, de ce fait, les aides en question sont compatibles avec le marché commun, sur la base de l'article 87. 3 c) du traité.

III.2 b)   Farines animales et déchets d'abattoir

51.

En ce qui concerne les déchets d'abattoir, le point 39 et suivants des lignes directrices ETS prévoient que la Commission autorisera des aides d'État pouvant aller jusqu'à 50 % des coûts générés par l'élimination sûre des matériels à risque spécifiés et des farines de viande et d'os qui n'ont plus d'utilisation commerciale et produits en 2003. La Commission autorise aussi des aides d'État pouvant aller jusqu'à 100 % des coûts liés à l'élimination des matériels à risque spécifiés et des farines de viande et d'os qui n'ont plus d'utilisations commerciales et produites avant la date de mise en application des présentes lignes directrices.

52.

En plus, et en vue de réduire le risque de stockage peu sûr de tels matériels, la Commission autorise des aides d'État pouvant aller jusqu'à 100 % des coûts liés au stockage sûr et approprié de matériels à risque spécifiés et de farines de viande et d'os en attente d'une élimination sûre, jusqu'à la fin 2004.

53.

Il se dégage des informations fournies, que les coûts de stockage de farines de viande ont été pris en charge depuis 2000 à un taux maximal de 100 % par l'État français et que cela était aussi le cas en 2003. Ces déchets ne feront plus l'objet d'une aide à compter du 1er janvier 2004. Les coûts de stockage des déchets d'abattoir ont été pris en charge à 100 % par l'État en 2003. Ils sont évalués à 40,5 millions d'euros incluant la location des entrepôts contenant des farines depuis la fin de l'année 2000. S'agissant des farines bas risque, les autorités françaises précisent qu'elles concernent les farines de viandes et d'os qui n'ont plus d'utilisation commerciale à la suite de la suspension de l'utilisation de ces sous-produits dans l'alimentation pour les animaux.

54.

Concernant les coûts de collecte, transformation et incinération des déchets d'abattoir la prise en charge par l'État s'est élevée à 147,5 millions d'euros et la prise en charge par la filière à 212 millions d'euros. Il en découle que les charges directement supportées par les entreprises productrices de déchets carnés sont supérieures à la moitié du coût d'élimination des déchets d'abattoirs en 2003.

55.

Sur base des faits exposés plus haut, la Commission est donc en mesure de conclure que les aides en l'espèce octroyées en France en 2003 répondent aux conditions des lignes directrices TSE.

III.2 c)   Le financement des aides sous a) et b)

56.

En France, tant l'aide à l'élimination des farines d'os et de viandes non commercialisables que le SPE sont financés sur le budget de l'État depuis le 1er janvier 2001.

57.

Comme déjà affirmé dans le cadre de la décision C 49/02 concernant la taxe sur les achats de viande (taxe d'équarrissage) (14), la Commission considère qu'en général, l'introduction du produit d'une taxe dans le système budgétaire national ne rendrait plus possible de retracer le lien entre ladite taxe et le financement d'un service déterminé fourni et financé par l'État. De ce fait, il ne serait plus possible d'affirmer qu'une taxe frappant aussi la viande des autres États membres revêt un caractère discriminatoire vis-à-vis les produits desdits États membres, parce que le produit de la taxe se confondrait avec le reste des revenus de l'État, sans que le financement des aides puisse lui être directement attribué.

58.

Dans ce cas, comme spécifié par les autorités françaises, depuis le 1er janvier 2001, il n'existe plus de fonds servant à financer le SPE et les crédits affectés au SPE sont inscrits au budget du ministère chargé de l'agriculture au même titre que d'autres dépenses. En outre, les montants afférents au produit de la taxe et au coût du SPE ne sont pas équivalents.

59.

La Commission a déjà conclut, dans le cadre de la Décision précitée, qu'il existe une déconnexion entre la taxe d'équarrissage et le financement du SPE depuis le 1er janvier 2001.

60.

En plus, sur la base de la récente jurisprudence communautaire (15) pour que l'on puisse considérer une taxe, ou une partie d'une taxe, comme faisant partie intégrante d'une mesure d'aide, il doit nécessairement exister un lien d'affectation contraignant entre la taxe et l'aide en vertu de la réglementation nationale pertinente, en ce sens que le produit de la taxe est nécessairement affecté au financement de l'aide. Si un tel lien existe, le produit de la taxe influence directement l'importance de l'aide et, par voie de conséquence, l'appréciation de la compatibilité de cette aide avec le marché commun.

61.

Les mesures prises en 2003 et dont est question dans la présente décision, ont été financées par le budget de l'État, dans les mêmes conditions qu'en 2001 et 2002, comme indiqué dans la description. Le mode de financement n'a été modifié qu'à compter du 1er janvier 2004, date à partir de laquelle une taxe dite d'abattage a été instituée (16).

62.

Pour l'année 2003, le produit de la taxe d'équarrissage, qui a été évalué à 550 millions d'euros dans la loi no 2002-1575 du 30 décembre 2002, loi de finances pour 2003, est d'ailleurs, d'après les autorités françaises, sans commune mesure avec le crédit ouvert auprès du ministère compétent pour assurer le financement du coût de l'équarrissage.

63.

Dans le cas d'espèce, il n'existe donc aucun lien d'affectation contraignant entre la taxe et l'aide en vertu de la réglementation nationale pertinente et le produit de la taxe n'est pas affecté au financement de l'aide. De ce fait, aucun examen complémentaire concernant le financement des aides n'est requis, notamment à la lumière de l'article 90 du traité UE.

64.

La Commission n'a pas reçu des plaintes concernant les aides en cause, accordées en 2003. Or, le type de financement de l'aide en cause a fait l'objet des plaintes en ce qui concerne les années antérieures. La Commission s'est déjà exprimé sur la séparation entre taxe d'équarrissage et financement des aides en 2001 et 2002 dans le cadre de la Décision C 49/2002. Il s'agit du même dispositif pour l'année 2003.

III.2 d)   Exonération du payement de la taxe d'équarrissage

65.

S'agissant d'entreprises de commercialisation des produits agricoles, du fait que la Commission, à ce stade, considère que les échanges intra-communautaires sont affectés, la Commission considère, à ce stade, que l'aide tombe dans le champ d'application du point 3.5 des lignes directrices pour les aides d'État dans le secteur agricole. Celui-ci prévoit que, pour être considérée comme compatible avec le marché commun, toute mesure d'aide doit avoir un certain élément incitatif ou exiger une contrepartie du bénéficiaire. Ainsi, sauf exceptions expressément prévues dans la législation communautaire ou dans ces lignes directrices, les aides d'État unilatérales simplement destinées à améliorer la situation financière des producteurs, mais qui ne contribuent en aucune manière au développement du secteur, et notamment celles accordées sur la seule base du prix, de la quantité, de l'unité de production ou de l'unité de moyens de production sont assimilées à des aides au fonctionnement, incompatibles avec le marché commun.

66.

L'exonération en l'espèce semble consister en un allégement des charges dépourvues de tout élément incitatif et de toute contrepartie des bénéficiaires dont la compatibilité avec les règles de concurrence n'est pas, à ce stade, prouvée.

67.

Pour le commerce exonéré du payement de la taxe d'équarrissage la Commission ne saurait, donc, exclure que l'on soit en présence d'une aide d'État au sens de l'article 87, paragraphe 1, du traité et qu'il s'agisse d'une aide au fonctionnement, sur laquelle la Commission a des doutes quant à sa compatibilité avec le marché commun.

IV.   CONCLUSION

68.

La Commission regrette que la France ait mis à exécution les mesures d'aide décrites plus haut en violation de l'article 88, paragraphe 3, du traité.

69.

Vu tout ce qui précède, la Commission conclut que les mesures d'aide concernant l'enlèvement et destruction des animaux trouvés morts, ainsi que le stockage et la destruction des farines animale et des déchet d'abattoir ne risquent pas d'affecter les conditions des échanges dans une mesure contraire à l'intérêt commun. Elles peuvent donc bénéficier de la dérogation de l'article 87, paragraphe 3, point c), du traité en tant que mesure pouvant contribuer au développement du secteur.

70.

Pour les raisons exposées ci-dessus, la Commission considère à ce stade qu'en ce qui concerne les mesures en faveur du commerce exonéré du payement de la taxe d'équarrissage, elle ne saurait exclure que l'on soit en présence d'une aide d'État au sens de l'article 87, paragraphe 1, du traité.

71.

La Commission, après avoir examiné les informations fournies par les autorités françaises, a dès lors décidé d'ouvrir la procédure prévue à l'article 88, paragraphe 2, du traité CE en ce qui concerne l'existence et la compatibilité des aides en faveur du commerce exonéré du payement de la taxe d'équarrissage.

72.

Compte tenu des considérations qui précèdent, la Commission invite la France, dans le cadre de la procédure de l'article 88, paragraphe 2, du traité CE, à présenter ses observations et à fournir toute information utile pour l'évaluation des mesures en question dans un délai d'un mois à compter de la date de réception de la présente. Elle invite vos autorités à transmettre immédiatement une copie de cette lettre aux bénéficiaires potentiels de l'aide.»


(1)  This ceiling, which was originally FRF 2,5 million, was raised to FRF 5 million in 2001.

(2)  Aide d'État no N 515/2003, lettre aux autorités françaises no C(2004) 936 fin du 30 mars 2004.

(3)  Sur la base de 1 FRF = 0,15 euro.

(4)  Ce seuil, originairement de 2,5 millions FRF, a été augmenté à 5 millions FRF en 2001.

(5)  En effet, en application de l'article L.226-1 du code rural, “la collecte et l'élimination des cadavres d'animaux, celles des viandes, abats et sous-produits animaux saisis à l'abattoir reconnus impropres à la consommation humaine et animale, ainsi que celles des matériels présentant un risque spécifique au regard des encéphalopathies spongiformes subaiguës transmissibles, dénommés matériels à risque spécifié et dont la liste est arrêtée par le ministre chargé de l'agriculture, constituent une mission de service public qui relève de la compétence de l'État”.

(6)  Source Eurostat.

(7)  La Cour de justice a déjà eu à trancher sur le service public de l'équarrissage français dans le cadre de l'affaire GEMO.

(8)  JO L 282 du 1.11.1975.

(9)  JO L 160 du 26.6.1999.

(10)  JO L 148 du 28.6.1968.

(11)  JO L 282 du 1.11.1975.

(12)  JO C 232 du 12.8.2000, p. 17.

(13)  JO C 324 du 24.12.2002.

(14)  Décision SG D 2004 205908 du 17.12.2004.

(15)  Affaire CJE C-174/02, Streekgewest Westelijk Noord-Brabant — Staatssecretaris van Financiën, du 13.1.2005.

(16)  Cf.: Décision de la Commission N 515/A/2003 SG D 2004 201428 du 1.4.2004.


17.9.2005   

EN

Official Journal of the European Union

C 228/20


Prior notification of a concentration

(Case COMP/M.3884 — ADM Poland/Cefetra/BTZ)

Candidate case for simplified procedure

(2005/C 228/07)

(Text with EEA relevance)

1.

On 9 September 2005, the Commission received a notification of a proposed concentration pursuant to Article 4 of Council Regulation (EC) No 139/2004 (1) by which the undertakings Wielkopolskie Zakłady Tłuszczowe ADM Szamotuły Sp. z.o.o. (‘ADM Poland’, Poland) belonging to the group ADM and Cefetra B.V. (‘Cefetra’, The Netherlands) acquires within the meaning of Article 3(1)(b) of the Council Regulation joint control of the undertaking Bałtycki Terminal Zbożowy sp. z.o.o. (‘BTZ’, Poland), currently under control of the Gdynia Port Authority by way of purchase of shares.

2.

The business activities of the undertakings concerned are:

for ADM Poland: active in the production of oils, in particular rapeseed oil;

for Cefetra: active in trading of compound feed raw materials;

for BTZ: services provider terminal, including the loading, unloading and warehousing of agricultural commodities, in the port of Gdynia in Poland.

3.

On preliminary examination, the Commission finds that the notified transaction could fall within the scope of Regulation (EC) No 139/2004. However, the final decision on this point is reserved. Pursuant to the Commission Notice on a simplified procedure for treatment of certain concentrations under Council Regulation (EC) No 139/2004 (2) it should be noted that this case is a candidate for treatment under the procedure set out in the Notice.

4.

The Commission invites interested third parties to submit their possible observations on the proposed operation to the Commission.

Observations must reach the Commission not later than 10 days following the date of this publication. Observations can be sent to the Commission by fax (No (32-2) 296 43 01 or 296 72 44) or by post, under reference number COMP/M.3884 — ADM Poland/Cefetra/BTZ, to the following address:

European Commission

Directorate-General for Competition

Merger Registry

J-70

B-1049 Brussels


(1)  OJ L 24, 29.1.2004, p. 1.

(2)  OJ C 56, 5.3.2005, p. 32.