22.12.2007   

FR

Journal officiel de l'Union européenne

C 314/46


Publication d'une demande au sens de l'article 6, paragraphe 2, du règlement (CE) no 510/2006 du Conseil relatif à la protection des indications géographiques et des appellations d'origine des produits agricoles et des denrées alimentaires

(2007/C 314/16)

La présente publication confère un droit d'opposition au sens de l'article 7 du règlement (CE) no 510/2006 du Conseil. Les déclarations d'opposition doivent parvenir à la Commission dans un délai de six mois à partir de la présente publication.

RÉSUMÉ

RÈGLEMENT (CE) No 510/2006 DU CONSEIL

«ARROZ DEL DELTA DEL EBRO» ou «ARRÒS DEL DELTA DE L'EBRE»

No CE: ES/PDO/005/0336/11.03.2004

AOP ( X ) IGP ( )

Ce résumé présente les principaux éléments du cahier des charges du produit à des fins d'information.

1.   Service compétent de l'État membre:

Nom:

Subdirección General de Sistemas de Calidad Diferenciada. Dirección General de Alimentación. Secretaría General de Agricultura, Pesca y Alimentación del Ministerio de Agricultura, Pesca y Alimentación

Adresse:

Paseo Infanta Isabel, 1

E-28071 Madrid

Tél.:

(34) 913 47 53 94

Fax:

(34) 913 47 54 10

E-mail:

sgcaproagro@mapya.es

2.   Groupement:

Nom:

Consejo Regulador de la Indicación Geográfica Protegida «Arroz del Delta del Ebro»

Adresse:

C/Prim 92 de Amposta

E-43870 Amposta (Tarragona)

Tél.:

(34) 977 70 10 20 — 977 48 77 77

Fax:

(34) 977 70 01 90 — 977 48 77 78

E-mail:

info@arrossaires.com

Composition:

Producteurs/transformateurs ( X ) Autres ( )

3.   Type de produit:

Classe: 1.6 — Céréales

4.   Cahier des charges:

[résumé des conditions visées à l'article 4, paragraphe 2, du règlement (CE) no 510/2006]

4.1.   Nom: «Arroz del Delta del Ebro» ou «Arròs del Delta de l'Ebre»

4.2.   Description: Riz blanc du type Oryza sativa L., provenant des variétés «Bahía», «Tebre», «Sénia», «Fonsa», «Bomba» et «Montsianell», correspondant à la catégorie commerciale «Extra».

Les variétés les plus cultivées sont «Bahía», «Sénia» et «Tebre». Leurs caractéristiques sont très similaires d'une variété à l'autre.

Caractéristiques spécifiques du grain de riz de la variété principale (Bahía):

Caractéristiques fondamentales des différentes variétés:

Toutes ces variétés se distinguent par l'uniformité de leur cuisson et l'homogénéité de leur grain. Elles s'adaptent à la gastronomie locale, à base de riz, grâce à la grande capacité d'absorption d'arômes du grain, contrairement à d'autres types de riz comme les riz longs.

Ces variétés présentent une concentration élevée en amidon au cœur du grain appelé «perlé». Cet amidon est responsable de l'absorption des arômes des autres ingrédients qui accompagnent le riz, ainsi que de sa coloration.

Au moment de l'expédition, toutes les variétés qui font l'objet de cette demande de protection sous l'AOP Arroz del Delta del Ebro réuniront les caractéristiques propres à la catégorie «extra» et les grains devront être présentés: sains; sans champignon, pourriture, insecte ni parasite; propres; exempts d'odeurs et/ou d'arômes étrangers; secs: le taux d'humidité ne devra pas être supérieur à 15 %, et sans reste de cuticules du péricarpe.

4.3.   Aire géographique: La zone de production et d'élaboration de l'AOP Arroz del Delta del Ebro correspond au territoire du delta de l'Èbre se trouvant sur les communes de Baix Ebre et de Montsià, dans la province de Tarragone.

La zone de production comprend les terres situées sur les communes de Deltebre et de Sant Jaume d'Enveja et par les terres du delta de l'Èbre appartenant aux communes de L'Aldea, Amposta, L'Ampolla, Camarles et Sant Carles de la Ràpita considérés comme adaptés à la culture du riz.

La zone d'usinage et de nettoyage du riz sera délimitée par les communes qui constituent la zone de production, sans dépasser le tracé de la route nationale 340, à l'exception de la commune d'Amposta, dont la limite pourra être matérialisée par l'autoroute A7. Le riz proviendra des plantations, situées sur la zone de production, inscrites dans le registre des plantations du Conseil régulateur et correspondra aux variétés autorisées.

4.4.   Preuve de l'origine: Le riz proviendra des plantations, situées sur la zone de production, inscrites dans le registre des plantations du Conseil régulateur et correspondra aux variétés autorisées. Le riz sera soumis à un système d'évaluation en accord avec les critères du cahier des charges. Il sera stocké et conditionné par les sites industriels inscrits aux registres de conditionneurs-distributeurs du Conseil régulateur. Le riz ainsi obtenu, ayant satisfait aux contrôles effectués au cours des processus de production et de conditionnement et aux analyses physicochimiques et sensorielles, sera mis sur le marché, sous couvert de l'appellation d'origine protégée, accompagné de l'étiquette, de la contre-étiquette ou, le cas échéant, du signe distinctif de qualité numéroté délivré par le Conseil régulateur.

4.5.   Méthode d'obtention: La culture du riz comprend plusieurs phases: semis, levée, tallage, montaison, épiaison, floraison et maturation du grain.

Le semis est réalisé entre mi-avril et début mai, avec une dose journalière de 35-38 kg (160-175 kg/ha) en cas de non-écrasement et de 45-50 kg (205-228 kg/ha) en cas d'écrasement. Selon les variétés, on procédera à l'inondation des champs avec une hauteur d'eau de 5 à 10 cm.

Quinze à vingt jours plus tard, on assiste à la levée, à la naissance de la plante et simultanément, à celle des mauvaises herbes, des algues et du riz sauvage. C'est alors que l'on procède à un traitement à l'aide d'herbicides sélectifs afin d'éliminer cette végétation indésirable qui concurrencerait la plante. Dans le cas de riz sauvage, si les conditions favorisent son apparition, on réalise un traitement avant le semis qui éliminera la plante parasite.

Outre l'apport en engrais de fond réalisé avant le semis, on procède en juin à un traitement de couverture par l'apport supplémentaire de nitrogène, complémentaire à celui réalisé précédemment.

Entre la mi-juin et la mi-juillet, époque du tallage, on élève le niveau de l'eau à 15-20 cm, en veillant à son renouvellement constant.

Début septembre, on abaisse le niveau de l'eau et on commence la récolte ou moisson qui peut durer jusqu'aux alentours du 10 octobre. On débute la moisson lorsque le grain présente un degré de maturité approprié, tel qu'indiqué par le Conseil régulateur. La période idéale pour la récolte correspond au moment où le degré d'humidité du riz oscille entre 18 et 21 %.

Une fois que le riz est entré dans l'usine et avant son stockage en silos, on procède au séchage du grain, à l'aide de séchoirs spéciaux, pour atteindre un degré d'humidité maximum de 14-15 %.

Pendant tout le temps de stockage du riz en silos, dans l'attente de son usinage, et afin de le conserver dans les meilleures conditions, on injecte de manière intermittente de l'air froid, de préférence à 5 °C (groupes réfrigérants), ou à température ambiante.

Pour l'usinage, il est extrait des silos. On procède tout d'abord à l'élimination des impuretés et à la séparation de la balle et de la tête à l'aide de meules de pierre ou de rouleaux de caoutchouc. Ensuite, le riz est acheminé vers des tables densimétriques où l'on sépare les grains qui ont encore une partie ou l'intégralité de leur balle, pour les renvoyer vers la décortiqueuse afin de répéter le processus.

Les grains entiers, une fois privés de leur balle, constituent ce que l'on appelle «riz décortiqué» ou «cargo», également connu sous le nom de riz intégral. Une fois débarrassé de la tête ou péricarpe, on réalise le blanchiment grâce à un procédé de polissage, par frottement à l'aide de pierres abrasives, afin d'obtenir le riz blanc.

Par la suite, on procède à la séparation des grains entiers et brisés (moyens), du germe ou des fragments de celui-ci et des autres sous-produits. On obtient alors le riz usiné.

La dernière opération est la séparation des grains défectueux (verts ou rouges) grâce à une classification par couleur. Plus tard, on peut encore réaliser un dernier tri (par injection d'air et vibration) avant de passer à l'étape de l'ensachage ou empaquetage.

L'ensachage et l'empaquetage dans les différents conditionnements homologués pour l'AOP s'effectuent sur des lignes automatisées. Chaque conditionnement contient la même variété de riz, de qualité «extra». Afin de garantir la traçabilité du produit, le conditionnement doit respecter l'ensemble des contrôles et des normes décrites dans le cahier des charges.

4.6.   Lien:

Historique:

Le riz trouve ses origines dans le Sud-Est asiatique, dans la Chine Antique. Sa culture s'est propagée il y a plus de trois mille ans dans le reste de l'Asie et du Moyen-Orient. Elle s'est ensuite répandue en Méditerranée. Le riz est apparu en Espagne vers le VIIIème siècle, sous la domination musulmane. Son nom actuel est d'ailleurs dérivé de l'étymologie arabe «al-ruzz».

La culture du riz dans la zone du delta de l'Èbre est une culture traditionnelle, très liée à la formation et à l'évolution physique et géologique du delta de l'Èbre. Les caractéristiques particulières de la zone du delta de l'Èbre ont permis l'identification et la diffusion de ce riz parmi les consommateurs, qui l'associent assez spontanément à son origine.

De nombreuses références écrites peuvent témoigner de ce lien existant entre la culture traditionnelle du riz et la zone du delta de l'Èbre. Parmi celles-ci, on peut retenir l'ouvrage Geografía de Catalunya (1958) de Lluís Solé y Sabaris, où l'on peut lire ceci: «au XVème siècle, on trouve quelques tentatives de culture du riz dans le delta de l'Èbre, mais cette culture ne se développera véritablement qu'au XIXème siècle». Plus loin, dans le même ouvrage, il fait observer: «… dans le delta, qui était utilisé pour faire paître les troupeaux transhumants, le Canal de la Derecha, créé à Xerta dans la seconde moitié du XIXème siècle, a permis l'inondation en eau douce et l'introduction de la culture du riz, qui a continuellement progressé, bénéficiant ainsi de terres saumâtres dessalées et, parallèlement, d'une bonne culture».

Une des premières références dont on dispose date de 1697. Les moines cisterciens du couvent de Benifassar, qui possédaient quelques propriétés dans cette région, firent une tentative de culture de riz, dans la zone de résurgences et de tourbières de la Carrova. Bien que de bons résultats aient été obtenus, personne ne donna suite à cette culture dans les années qui suivirent, faute de système de canaux d'irrigation, qui aurait rendu possible l'inondation des terres.

Vers 1857, l'eau du Canal de la Derecha arrive à Amposta et rend possible la culture du riz à plus grande échelle.

En 1872, le projet du Canal de la Izquierda est mis en œuvre. Il sera définitivement achevé le 5 mai 1912 En 1907, les propriétaires du delta du nord ou delta de gauche se constituent en «Comunidad de Regantes-Sindicato Agrícola del Ebro». Le fonctionnement des deux canaux permettra la transformation agricole de la zone, avec une forte augmentation de la superficie destinée à la culture du riz.

Naturel:

—   Orographie et facteurs édaphiques:

La culture du riz dans le delta de l'Èbre a pu se développer grâce aux caractéristiques climatiques et édaphiques, ainsi qu'à la salinité et au niveau élevé de la nappe phréatique. Dans le delta, on peut observer une orographie de plaine. 60 % de cette surface s'élève à moins d'un mètre (en certains points isolés, il est même possible de trouver des terres en dessous du niveau de la mer); 30 % des terres présentent une altitude comprise entre 1 et 2 mètres, et seulement 10 % des terres dépassent les deux mètres d'altitude.

Il s'agit de terres d'alluvion formées à la suite d'un phénomène de sédimentation. C'est pourquoi on observe une stratification très prononcée, d'où la difficulté à définir concrètement le type de sol de l'ensemble du delta. La strate superficielle du sol présente une texture de limon fluvial, de profondeur variable. Elle est particulièrement adaptée à la culture et sa formation est étroitement liée au remplissage des bassins d'irrigation. Les zones les plus élevées présentent un sous-sol à la texture plutôt fine.

Les zones de plus faible altitude se caractérisent par l'influence marine. Par mauvais temps, la mer dépose d'énormes quantités de sable sur les alluvions drainés par le fleuve. Suite aux prélèvements effectués, on a pu établir la présence, dans ces zones, de fines strates de limon, entre des strates de sable beaucoup plus importantes, dont la texture moyennement uniforme est saturée d'eau fortement salée, issue des nappes phréatiques. Dans les zones les moins bien drainées ou subissant des infiltrations latérales continues, on observe une accumulation de matière organique qui va jusqu'à former d'importantes quantités de tourbe. Entre les terres de basse et haute altitude et les tourbières, on observe d'autres terres qui représentent la surface la plus étendue. Leur sol est composé d'un mélange d'argiles, de limons et de sables. Leur proportion respective peut varier selon leur éloignement par rapport au fleuve et, par conséquent, leur rapprochement de la mer.

—   Climat:

Le delta est situé à l'intérieur d'une zone climatique sous totale influence méditerranéenne. Par conséquent, on peut qualifier la météorologie de cette zone de méditerranéenne et maritime. En effet, les températures — maritimes — y sont chaudes et l'hydrométrie — méditerranéenne — sèche. Les hivers sont tempérés, sans froid exagéré, peu pluvieux, et les mouvements d'air sont caractérisés par des vents secs de N/NO. Les étés sont chauds, avec des températures subtropicales, des conditions atmosphériques stables, une sécheresse extrême et des vents humides de S/SE. Les précipitations sont peu importantes, irrégulières, caractérisées par une tendance à la concentration durant les intersaisons (automne et printemps). L'humidité atmosphérique est appréciable à longueur d'année.

—   Hydrographie:

L'hydrographie de la zone se limite à l'Èbre. Les eaux d'irrigation ont toutes la même origine. C'est un facteur déterminant pour l'uniformité des productions obtenues et pour se différencier des productions situées dans d'autres zones. Les eaux d'irrigation se caractérisent par leur très bonne qualité, grâce à la faible concentration démographique et industrielle en bordure de l'Èbre. Les canaux et réseaux d'acheminement de l'eau sont gérés respectivement par les «Comunidades de Regantes» et les syndicats d'irrigation.

Pour conclure de manière succincte, et malgré l'existence d'une variété principale, on peut dire que les caractéristiques du produit sont uniformes en termes de qualité, puisque les autres variétés présentent des caractéristiques similaires en ce qui concerne le produit final. La variété n'est pas le seul facteur ou motif de variation. L'espace géographique qui les accueille exerce en réalité une influence marquée: le milieu, le climat, l'eau, les processus de maturation participent globalement à la grande uniformité qui caractérise la zone dans son ensemble.

Les particularités de l'environnement naturel se répercutent sur les caractéristiques du riz. Les caractéristiques climatiques et édaphiques, combinées à la salinité et au niveau élevé de la nappe phréatique, ont permis que la culture du riz devienne la monoculture de toute la zone protégée. Les rizières du delta présentent des caractéristiques excellentes pour cette culture et les rendements sont parmi les plus élevés du monde, en raison de leur situation sur le 40ème parallèle de latitude nord et sur la courbe isotherme de 19 °C.

Les riz de cette zone jouissent d'une forte renommée auprès des consommateurs en raison de leur couleur blanc perlé, de leur arôme et de leur texture, qui correspondent aux caractéristiques des variétés et de la zone géographique où ils sont cultivés. Leur comportement à la cuisson est aussi reconnu pour leur grain non collant (adhérence entre les grains: 7,3) et pour l'absorption d'eau (1,93 gramme d'eau par gramme de riz), d'où une bonne imprégnation des arômes dans les différents plats préparés avec ce produit.

4.7.   Structure de contrôle:

Nom:

Calitax

Adresse:

Tuset, 10

E-08006 Barcelona

Tél.:

(34) 932 17 27 03

Fax:

(34) 932 18 51 95

Fax:

L'organisme de contrôle remplie les exigences de la norme EN-45011, après avis de l'autorité compétente.

4.8.   Étiquetage: Les étiquettes ou contre-étiquettes ou, d'une manière générale, les signes distinctifs de qualité seront numérotés et délivrés par le Conseil régulateur. Ils seront apposés dans un établissement industriel habilité, de telle sorte qu'ils ne puissent être utilisés plusieurs fois.

L'étiquetage mentionnera obligatoirement l'appellation d'origine protégée «Arroz del Delta del Ebro» ou «Arròs del Delta de l'Ebre», le numéro de série, ainsi que les informations d'ordre général requises par la législation en vigueur.


(1)  (g. eau/g. riz)

(2)  ur l'échelle: 9 = très bon; 7 = bon; 5 = normal; 3 = médiocre