Help Print this page 

Summaries of EU Legislation

Title and reference
Maladie d’Alzheimer et autres démences: initiatives de l’Union européenne

Summaries of EU legislation: direct access to the main summaries page.
Languages and formats available
Multilingual display
Text

Maladie d’Alzheimer et autres démences: initiatives de l’Union européenne

SYNTHÈSE DU DOCUMENT:

Communication de la Commission européenne concernant une initiative européenne sur la maladie d’Alzheimer et les autres démences [COM(2009) 380 final]

SYNTHÈSE

QUEL EST L’OBJET DE LA COMMUNICATION?

Elle pose les jalons pour une initiative européenne sur la démence*.

POINTS CLÉS

Dans cette communication, la Commission européenne met en évidence quatre domaines dans lesquels des mesures doivent être prises afin de lutter contre la maladie d’Alzheimer et d’autres formes de démence.

  • 1.

    Réduire le risque de démence et établir un diagnostic précoce: prévenir la maladie ou poser un diagnostic à un stade précoce peut permettre de retarder son développement. Toutefois, les facteurs de risque ne sont pas les mêmes pour les différentes formes de démence. Il est plus facile, par exemple, de prévenir la démence vasculaire que la maladie d’Alzheimer, car les facteurs de risque pour la démence vasculaire sont déjà bien connus, à savoir l’hypertension artérielle, des taux de cholestérol élevés et le tabagisme. La Commission recommande aux pays de l’Union européenne (UE) de mettre en place des mesures pour:

    • promouvoir la santé cardiovasculaire et l’activité physique;
    • rédiger des recommandations visant à informer le grand public;
    • inclure les personnes âgées dans un régime de retraite flexible pour leur permettre de rester actives.
  • 2.

    Comprendre la démence améliorer les connaissances et coordonner les recherches: il est essentiel que les pays de l’UE disposent de données fiables sur l’incidence et la prévalence des démences pour envisager la manière dont leurs services publics peuvent réagir au mieux à la démence et trouver de nouveaux critères d’établissement précoce d’un diagnostic. La Commission a lancé, parallèlement à la présente communication, une initiative pilote dans le but d’élaborer une stratégie de recherche dans le domaine des maladies neurodégénératives. Ce projet permettrait la mise en commun et la coordination des efforts accomplis dans ce domaine par les acteurs de la recherche fondamentale et clinique. Ces efforts ont donné naissance à l’action conjointe Alcove (Alzheimer Cooperative Valuation in Europe), qui a relevé ces quatre défis, entre 2011 et 2013, et à laquelle trente partenaires issus de l’Europe toute entière ont participé.

  • 3.

    Partager les bonnes pratiques: cela peut se faire en ayant recours à la méthode ouverte de coordination (MOC) pour la protection sociale, l’inclusion sociale et les soins de longue durée. La MOC peut aider à définir des structures et des normes de qualité en matière de soins médicaux et de santé pour les personnes touchées par cette maladie.

  • 4.

    Respecter le droit, l’autonomie et la dignité des patients: en raison de la régression de leurs facultés, les personnes atteintes de démence ont des difficultés à garder leur place dans la société et à y jouer un rôle actif. Les soignants peuvent également connaître l’exclusion sociale à cause de la démence d’un être cher. La Commission a proposé la création d’un réseau européen de protection des droits et de la dignité des personnes atteintes de démence. En 2009, l’organisation de patients Alzheimer Europe a créé le réseau européen d’éthique pour la démence.

En 2014, la Commission a publié un rapport sur la mise en œuvre de cette communication. Ce rapport expose toutes les activités qui ont eu lieu depuis 2009 et il met en lumière les résultats du projet Alcove. Il convient également de noter l’existence du partenariat européen d’innovation pour un vieillissement actif et en bonne santé et le fait que l’initiative de l’UE a incité plus de la moitié des pays européens à adopter des stratégies ou des plans nationaux sur la démence ou à démarrer un travail en ce sens.

En décembre 2015, le Conseil a adopté des conclusions soulignant la nécessité d’améliorer les politiques et pratiques en matière de soins dans le domaine de la démence.

CONTEXTE

L’une des conséquences du vieillissement de la population européenne est l’augmentation des maladies neurodégénératives comme la maladie d’Alzheimer et d’autres formes de démence. Ces maladies représentent de lourds frais pour la société, qui peuvent être réduits par une action coordonnée à l’échelon de l’UE.

Pour plus d’informations, veuillez consulter la page consacrée à la «Démence» sur le site internet de la Commission européenne.

TERMES CLÉS

* Démence: maladie dégénérative qui altère les capacités mentales telles que la mémoire, la pensée et le jugement et peut éventuellement entraîner une dégradation de la personnalité. Ses formes les plus répandues sont:

  • la maladie d’Alzheimer (50 à 70 % des cas);
  • la démence causée par des AVC successifs (30 % des cas);
  • la démence fronto-temporale;
  • la maladie de Pick;
  • la maladie de Binswanger;
  • la démence à corps de Lewy.

ACTE

Communication de la Commission au Parlement européen et au Conseil concernant une initiative européenne sur la maladie d’Alzheimer et les autres démences [COM(2009) 380 final du 22.7.2009]

ACTES LIÉS

Document de travail des services de la Commission: rapport sur la mise en œuvre de la communication de la Commission concernant une initiative européenne sur la maladie d’Alzheimer et les autres démences [SWD(2014) 321 final du 16.10.2014)

Conclusions du Conseil «Soutien des personnes atteintes de démence: améliorer les politiques et pratiques en matière de soins» (JO C 418 du 16.12.2015, p. 9-12)

dernière modification 24.05.2016

Top