Help Print this page 
Title and reference
Construire une Europe plus forte et plus sûre

Summaries of EU legislation: direct access to the main summaries page.
Languages and formats available
BG ES CS DA DE ET EL EN FR GA HR IT LV LT HU MT NL PL PT RO SK SL FI SV
HTML html ES html CS html DE html EN html FR html IT html HU html PL html RO
Multilingual display
Text

Construire une Europe plus forte et plus sûre

La stratégie de cybersécurité de l’UE vise à relever les défis qui se posent en ligne. Elle promeut les valeurs essentielles de l’UE et aspire à une croissance saine de l’économie numérique, avec l’aide de la proposition de directive relative à la sécurité des réseaux et de l'information (SRI).

ACTE

Communication conjointe au Parlement européen, au Conseil, au Comité économique et social européen et au Comité des régions - Stratégie de cybersécurité de l’Union européenne: un cyberespace ouvert, sûr et sécurisé [JOIN(2013) 1 final du 7.2.2013].

SYNTHÈSE

La stratégie de cybersécurité de l’Union européenne, Un cyberespace ouvert, sûr et sécurisé, reconnaît les nombreux avantages du cyberespace dans le quotidien des citoyens, des entreprises et des gouvernements. Elle souligne qu’il est important de veiller à ce que le cyberespace reste libre et ouvert afin de promouvoir en ligne les valeurs qui sont chères à l’UE, à savoir les droits fondamentaux, la démocratie et les droits de l’homme.

La stratégie présente la vision globale de l’UE quant à la meilleure manière d’intervenir en cas de cyberincidents et cyberattaques, dont le nombre et la gravité se sont accrus au cours de ces dernières années et qui ont miné la confiance de la population à l’égard du monde en ligne. Selon le sondage Eurobaromètre de 2012 sur la cybersécurité,12 % des Européens ont déjà été victimes de fraudes en ligne et 90 % d’entre eux évitent de divulguer des informations personnelles en ligne.

Cinq grandes priorités de la stratégie de cybersécurité:

  • parvenir à la cyber-résilience;
  • faire reculer considérablement la cybercriminalité;
  • développer une politique et des moyens de cyberdéfense liés à la politique de sécurité et de défense commune (PSDC);
  • développer les ressources industrielles et technologiques en matière de cybersécurité;
  • instaurer une politique internationale de l’Union européenne cohérente en matière de cyberespace et promouvoir les valeurs essentielles de l’UE.

Ces priorités reposent sur une coopération étroite entre tous les partenaires des secteurs public et privé afin de renforcer le savoir-faire et créer des réseaux et des systèmes robustes et sûrs. La stratégie met également l’accent sur la sensibilisation à la cybersécurité, l’utilisation des meilleures technologies disponibles pour lutter contre la cybercriminalité et l’exploitation de l’expertise européenne éprouvée dans ce domaine.

La stratégie recommande d’appliquer la législation internationale existante dans le cyberespace. Elle relève également l’importance d’aider les pays tiers à renforcer leur cybersécurité et de promouvoir la coopération internationale sur ces questions.

Des progrès importants ont été réalisés afin de mieux protéger les citoyens européens contre la criminalité en ligne: création d’un Centre européen de lutte contre la cybercriminalité, proposition de loi sur les attaques visant les systèmes informatiques, lancement d’une alliance mondiale contre les abus sexuels commis contre des enfants via l'internet, etc. La stratégie vise également à créer et financer un réseau de centres nationaux d’excellence de lutte contre la cybercriminalité.

La stratégie porte en grande partie sur la proposition de directive relative à la sécurité des réseaux et de l’information (SRI). Rassemblant tous les principaux acteurs de l'internet et les exploitants d’infrastructures critiques, celle-ci aiderait les États membres à adopter une stratégie pour la SRI et à désigner des autorités nationales compétentes en la matière. Elle permettrait également de créer un mécanisme de coopération entre les États membres et la Commission européenne tout en encourageant les exploitants d’infrastructures critiques à adopter des méthodes de gestion des risques et à signaler les incidents de sécurité les plus graves.

Dernière modification le: 14.02.2014

Top