Help Print this page 
Title and reference
Échanges transfrontaliers d’électricité (à partir de 2011)

Summaries of EU legislation: direct access to the main summaries page.
Languages and formats available
BG ES CS DA DE ET EL EN FR GA HR IT LV LT HU MT NL PL PT RO SK SL FI SV
HTML html ES html DE html EN html FR html IT
Multilingual display
Text

Échanges transfrontaliers d’électricité (à partir de 2011)

Il subsiste encore des obstacles à la concurrence au sein du marché intérieur de l’électricité. Pour pallier ces dysfonctionnements, le présent règlement met en place des règles d’encadrement des échanges transfrontaliers d’électricité.

ACTE

Règlement (CE) no714/2009 du Parlement européen et du Conseil du 13 juillet 2009 sur les conditions d’accès au réseau pour les échanges transfrontaliers d’électricité et abrogeant le règlement (CE) no1228/2003 (Texte présentant de l’intérêt pour l’EEE).

SYNTHÈSE

Le présent règlement vise à mettre en place des règles relatives aux échanges transfrontaliers d’électricité dans le but d’améliorer la concurrence et l’harmonisation du marché intérieur de l’électricité.

Certification des gestionnaires de réseau de transport

Les autorités de régulation nationale font parvenir à la Commission européenne une notification de décision concernant la certification d’un gestionnaire de réseau de transport. La Commission dispose alors d’un délai de deux mois pour rendre son avis à l’autorité de régulation nationale. Cette dernière adopte ensuite la décision finale concernant la certification du gestionnaire de réseau de transport. Cette décision et l’avis de la Commission sont publiés.

Réseau européen des gestionnaires de réseau de transport (REGRT) pour l’électricité

Création du REGRT pour l’électricité

Le réseau européen des gestionnaires de réseau de transport (REGRT) pour l’électricité est chargé d’assurer la gestion du réseau de transport d’électricité et de permettre les échanges et la fourniture transfrontaliers d’électricité dans la Communauté.

Tâches du REGRT concernant les codes de réseaux

La Commission consulte l’agence de coopération des régulateurs de l’énergie et le REGRT pour l’électricité afin d’établir une liste annuelle des priorités qui vont contribuer à l’élaboration des codes de réseaux. Ces codes sont élaborés à l’aide d’une orientation-cadre non contraignante que l’Agence transmet à la Commission. Ils comprennent des règles et procédures relatives notamment:

  • à la sécurité et la fiabilité du réseau;
  • aux échanges de données;
  • aux échanges techniques et opérationnels;
  • aux règles de transparence;
  • aux structures tarifaires de transport harmonisées;
  • à l’efficacité énergétique.

Tâches du REGRT pour l’électricité

Le REGRT pour l’électricité est chargé d’adopter:

  • des outils communs de gestion de réseau;
  • un plan décennal de développement du réseau;
  • des recommandations relatives à la coordination de la coopération technique entre les gestionnaires de réseau de transport de la Communauté;
  • un programme de travail annuel;
  • un rapport annuel;
  • des perspectives annuelles estivales et hivernales sur l’adéquation des capacités de production.

Coûts et financements

Les coûts liés aux activités du REGRT pour l’électricité sont assurés par les gestionnaires du réseau de transport. Ils mettent en place une coopération régionale au sein du REGRT pour l’électricité et publient tous les deux ans un plan d’investissement régional sur la base duquel peuvent être réalisés des investissements.

Une compensation est accordée aux gestionnaires de réseaux de transport pour les coûts engendrés par l’accueil de flux d’électricité transfrontaliers sur leur réseau. Cette compensation provient des gestionnaires du réseau national de transport à l’origine des flux transfrontaliers. Les coûts sont établis sur la base des coûts prévisionnels.

Des redevances d’accès aux réseaux sont aussi appliquées par les gestionnaires.

Information et gestion de la congestion

Des mécanismes d’échanges d’informations sont mis en place par les gestionnaires de réseau de transport afin de sauvegarder la sécurité des réseaux dans le cadre de la gestion de la congestion.

Les problèmes de congestion sont traités grâce à des solutions non discriminatoires, basées sur les mécanismes du marché et qui donnent des signaux économiques aux acteurs du marché et aux gestionnaires de réseaux.

Les nouvelles interconnexions peuvent, sur demande, bénéficier d’une dérogation à l’application des principes généraux régissant la gestion de la congestion à condition que:

  • leur installation accroisse la concurrence en fourniture d’électricité;
  • le degré de risque nécessite cette dérogation;
  • l’interconnexion soit la propriété d’une personne physique ou morale distincte;
  • des redevances soient perçues auprès des utilisateurs de cette interconnexion;
  • cette dérogation ne doit porter atteinte ni à la concurrence et au bon fonctionnement du marché intérieur, ni au bon fonctionnement du réseau règlementé auquel l'interconnexion est reliée.

Le règlement (UE) no 347/2013 établit des orientations pour le développement et l’interopérabilité des corridors et domaines prioritaires en matière d’infrastructures énergétiques transeuropéennes.

Il définit:

  • la liste de projets d’intérêt commun de l’Union: chacun des douze groupes régionaux adopte une liste régionale de projets d’intérêt commun. L’appartenance à un groupe est fondée sur chaque corridor et domaine prioritaire et leur couverture géographique respective. Sur la base des listes régionales, la Commission adopte la liste de projets d’intérêt commun de l’Union. La première liste a été adoptée le 30 septembre 2013. Une nouvelle liste de l’Union devrait être dressée tous les deux ans.
  • les critères applicables aux projets d’intérêt commun de l’Union: un projet d’intérêt commun doit satisfaire aux critères généraux suivants: (i) il est nécessaire au minimum à l’un des corridors ou domaines prioritaires en matière d’infrastructures énergétiques; (ii) ses avantages globaux potentiels l’emportent sur les coûts qu'il représente, y compris à long terme; (iii) il concerne au minimum deux États membres en traversant directement la frontière de deux ou plusieurs États membres.
  • les projets relatifs au transport et au stockage d’électricité relevant des catégories d’infrastructures énergétiques doivent contribuer de manière significative à la réalisation d’au moins l’un des critères spécifiques suivants: (i) intégration du marché en réduisant les goulets d’étranglement des infrastructures énergétiques; (ii) durabilité, entre autres au moyen de l’intégration des énergies renouvelables dans le réseau; (iii) sécurité de l’approvisionnement.

Lorsqu’un projet d’intérêt commun rencontre d’importantes difficultés de mise en œuvre, la Commission peut désigner, en accord avec les États membres concernés, un coordonnateur européen pour une période d’un an maximum, renouvelable deux fois. Le coordonnateur promeut le dialogue transfrontalier entre les promoteurs de projets et toutes les parties prenantes concernées.

Octroi des autorisations: le règlement 347/2013 facilite également la mise en œuvre des projets en rationalisant, en coordonnant de façon plus étroite et en accélérant les procédures d’octroi des autorisations.

RÉFÉRENCES

Acte

Entrée en vigueur

Délai de transposition dans les États membres

Journal officiel

Règlement (CE) no714/2009

3.9.2009

-

JO L211 du 14.8.2009

Acte(s) modificatif(s)

Entrée en vigueur

Délai de transposition dans les États membres

Journal officiel

Règlement (UE) no347/2013

15.5.2013

-

JO L 115 du 25.4.2013

Règlement (UE) no543/2013

5.7.2013 (5.1.2015 pour certaines dispositions)

-

JO L 163 du 15.6.2013

ACTE LIÉ

Règlement (UE) no838/2010 de la Commission du 23 septembre 2010 fixant des orientations relatives au mécanisme de compensation entre gestionnaires de réseau de transport et à une approche réglementaire commune pour la fixation des redevances de transport (Texte présentant de l'intérêt pour l'EEE).

Le présent règlement met en place un mécanisme de compensation entre gestionnaires de réseau de transport (mécanisme ITC) pour les coûts causés par l’accueil des flux transfrontaliers d’électricité. Les gestionnaires de réseaux de transport contribuent aux fonds ITC proportionnellement à la valeur absolue des flux nets entrants et sortants de l’ensemble des réseaux nationaux de transport.

Le présent règlement fixe par ailleurs la valeur des redevances annuelles moyennes versées pour le transport par les producteurs d’électricité.

Dernière modification le: 08.03.2014

Top