Help Print this page 
Title and reference
Balkans occidentaux: renforcer la perspective européenne

Summaries of EU legislation: direct access to the main summaries page.
Languages and formats available
BG ES CS DA DE ET EL EN FR GA HR IT LV LT HU MT NL PL PT RO SK SL FI SV
HTML html ES html CS html DA html DE html EL html EN html FR html IT html HU html NL html PL html PT html RO html FI html SV
Multilingual display
Text

Balkans occidentaux: renforcer la perspective européenne

Dans sa communication de 2008 intitulée Balkans occidentaux: renforcer la perspective européenne, la Commission réaffirme l’engagement de l’Union européenne en faveur des Balkans occidentaux. Elle se prononce notamment pour l’acquisition progressive du statut de pays candidat par la majeure partie des pays de la zone.

ACTE

Communication de la Commission au Parlement européen et au Conseil du 5 mars 2008 intitulée Balkans occidentaux: renforcer la perspective européenne [COM(2008) 127 - Non publiée au Journal officiel]

SYNTHÈSE

La communication propose un cadre d’actions pour renforcer l’engagement de l’Union européenne (UE) en faveur des Balkans occidentaux, c’est-à-dire l’Albanie, la Bosnie-Herzégovine, la Croatie, l’ancienne République yougoslave de Macédoine, le Monténégro, la Serbie et le Kosovo (selon le statut désigné par la résolution 1244 du Conseil de sécurité des Nations unies).

L’objectif est de rapprocher ces pays de l’UE et de rendre leur perspective européenne plus tangible.

RENFORCER LA COOPÉRATION RÉGIONALE

Pour contribuer à rapprocher ces pays de l’UE, la communication propose une série de mesures destinées à renforcer:

  • la coopération régionale;
  • les relations de bon voisinage entre pays des Balkans occidentaux;
  • la coopération avec le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY);
  • la réalisation des priorités fixées dans les partenariats pour l’adhésion;
  • la conclusion et la mise en œuvre des accords de stabilisation et d’association (ASA) avec chacun des pays concernés.

ŒUVRER POUR LA RÉCONCILIATION ET LA COOPÉRATION ENTRE LES PEUPLES

La stratégie proposée dans la communication vise également à promouvoir les contacts interpersonnels entre les populations de la région et à œuvrer pour la réconciliation entre les peuples. Il est également prévu de renforcer la familiarisation des pays concernés avec l’UE en encourageant une meilleure connaissance de celle-ci.

La coopération entre les pays de la région et l’UE porte sur une série de domaines dont la science, la recherche, la culture, l’éducation, la jeunesse ou les médias. Il est ainsi prévu que les pays des Balkans puissent participer à certains programmes et agences de l’UE, dont les programmes d’échanges d’étudiants tels qu’Erasmus.

De plus, le régime d’exemption des visas qui fait partie des préparatifs d’adhésion et de participation à l’espace Schengen vise à faciliter la mobilité. Avec les accords de réadmission, les accords visant à faciliter l’obtention de visas constituent la première étape vers la libéralisation totale des visas.

DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET AIDE DE L’UE

La région doit relever de multiples défis concernant son développement économique et social. Ces défis concernent la compétitivité, la lutte contre le chômage, la participation au marché du travail, les infrastructures ainsi que le développement humain et la cohésion sociale dans le respect du développement durable. La coopération se concentre sur trois domaines: les micro-entreprises et les petites et moyennes entreprises (PME), les infrastructures et l’efficacité énergétique.

La région bénéficie par ailleurs d’une aide financière directe de l’UE avec l’instrument d’aide de préadhésion (IAP). Ce programme aide les bénéficiaires à adopter et à mettre en œuvre les réformes nécessaires pour se conformer aux valeurs de l’UE et pour intégrer progressivement la législation de l’UE en vue de leur adhésion. La Banque européenne d’investissement (BEI) accorde également des prêts dans différents domaines (transports, énergie, PME, environnement, infrastructures municipales, éducation, santé).

L’IAP apporte par ailleurs des soutiens à la coopération transfrontalière.

BONNE GOUVERNANCE ET SOCIÉTÉ CIVILE

L’UE soutient le développement de la société civile au niveau local pour renforcer son rôle et la faire participer pleinement au processus de réformes.

La bonne gouvernance constitue en outre un aspect essentiel du rapprochement entre les pays des Balkans occidentaux et l’UE.

Progresser en matière de justice, de liberté et de sécurité revêt une importance particulière et concerne spécialement:

  • la lutte contre la criminalité organisée, la corruption et le terrorisme, la réforme du système judiciaire et de la police;
  • la gestion des frontières;
  • la coopération régionale et transfrontalière (Frontex);
  • les actions en matière de droit d’asile, d’immigration et de politiques de visas;
  • la coopération avec l’Office européen de police (Europol).

Contexte

Après l’éclatement de la Yougoslavie, l’UE a mis en place le pacte de stabilité pour l’Europe du Sud-Est afin d’encourager les réformes économiques et politiques, en particulier dans les Balkans occidentaux. Lors des Conseils européens de Feira en 2000 et de Thessalonique de juin 2003, tous les pays des Balkans occidentaux ont été considérés comme de futurs membres potentiels de l’UE. Depuis lors, ils se dirigent vers l’intégration à l’UE avec des progrès variables d’un pays à l’autre.

Informations complémentaires: Sur la voie de l’adhésion.

ACTES LIÉS

Règlement (CE) no1085/2006 du Conseil du 17 juillet 2006 établissant un instrument d’aide de préadhésion (IAP) (JO L 210 du 31.7.2006)

27.11.2014

Top