Help Print this page 

Summaries of EU Legislation

Title and reference
Nutrition, surcharge pondérale et obésité — Stratégie de l’Union européenne

Summaries of EU legislation: direct access to the main summaries page.
Languages and formats available
Multilingual display
Text

Nutrition, surcharge pondérale et obésité — Stratégie de l’Union européenne

SYNTHÈSE DU DOCUMENT:

Livre blanc de la Commission européenne sur les problèmes de santé liés à la nutrition, la surcharge pondérale et l’obésité (COM(2007) 279 final)

SYNTHÈSE

QUEL EST L’OBJET DE CE LIVRE BLANC?

  • La Commission européenne définit une approche européenne intégrée qui permet de réduire les problèmes de santé dus à une alimentation déséquilibrée, à la surcharge pondérale et à l’obésité.
  • Le livre blanc commence par proposer des actions qui peuvent être entreprises aux niveaux local, régional, national et européen par différents partenaires afin de traiter ce problème de santé publique. Ces actions viennent compléter et soutenir les mesures déjà prises dans les pays de l’Union européenne (UE).
  • Il tient particulièrement compte de la dimension socio-économique du problème de l’obésité, en raison de son association avec les groupes les plus défavorisés de la société.

POINTS CLÉS

L’objectif premier du livre blanc est de réduire les comportements à risque, tels qu’une alimentation déséquilibrée et le manque d’exercice, qui mènent à la surcharge pondérale et à l’obésité.

Pour y parvenir, il met l’accent sur les actions qui:

  • permettent au consommateur de choisir en pleine connaissance de cause afin de faire en sorte que des choix alimentaires sains (par exemple des aliments plus nutritifs) soient disponibles dans les magasins et les cantines;
  • encouragent la participation du secteur privé:
    • l’industrie alimentaire pourrait reformuler ses recettes, notamment en réduisant les teneurs en sel, en sucres et en graisses,
    • les employeurs pourraient encourager les modes de vie sains (par exemple se rendre au travail à pied ou en vélo);
  • encourager les individus à faire davantage de sport en insistant sur les bénéfices de l’activité physique.

Partenariats

  • Le livre blanc souligne l’importance de créer des partenariats dans toute l’UE afin d’agir sur le terrain, c’est-à-dire aux niveaux local, régional et national, ainsi qu’au niveau de l’UE. Ces partenariats impliquent une collaboration entre le secteur privé (par exemple l’industrie alimentaire et l’industrie de la publicité), le secteur de la santé publique et les organisations de la société civile (comme les associations sportives et de consommateurs).
  • En s’appuyant sur la plateforme de l’UE relative à l’alimentation, l’activité physique et la santé, lancée en 2005, le livre blanc propose la création de plateformes similaires aux niveaux national et infranational dans les pays de l’UE. La participation des parties prenantes locales (telles que les associations et les petites entreprises) est cruciale pour la réussite de la stratégie, puisqu’elle crée une dynamique de groupe ainsi que des liens entre de nombreux acteurs de tous niveaux.
  • Les autorités des pays de l’UE sont chargées:
    • de veiller à la coordination pour s’assurer de la pertinence des mesures dans le domaine de la santé publique;
    • d’encourager la participation des médias à l’élaboration des messages communs et des campagnes.
  • Le groupe de haut niveau sur la santé, la nutrition et l’activité physique favorise l’échange de pratiques et l’amélioration de la liaison avec les gouvernements. Il vise à faire en sorte que les pays de l’UE (ainsi que la Norvège et la Suisse) échangent des idées et des bonnes pratiques dans l’ensemble de leurs politiques gouvernementales du domaine concerné.

Approche interdisciplinaire

  • Si la santé publique se trouve au cœur du problème, le livre blanc souligne également, outre l’importance qu’il donne aux partenariats à tous niveaux, le fait que la lutte contre la surcharge pondérale et l’obésité nécessite une approche concertée associant une série de secteurs politiques. Parmi ceux-ci figurent:
    • l’éducation: concevoir des campagnes d’information pour enfants et adultes;
    • la politique des consommateurs: fournir des informations claires et complètes sur les choix alimentaires, par exemple l’étiquetage nutritionnel;
    • le sport: rendre plus accessibles les activités sportives organisées et encourager la participation à l’activité physique;
    • l’aménagement urbain et le transport durable: encourager les «modes de déplacement actifs», comme se rendre au travail et à d’autres activités à pied ou à vélo;
    • la recherche: approfondir les connaissances au sujet des déterminants des choix alimentaires, notamment à travers le volet «Santé et alimentation» du programme Horizon 2020;
    • l’agriculture: améliorer l’accessibilité aux aliments sains en encourageant la distribution de la surproduction aux cantines scolaires et aux centres de vacances pour enfants afin de promouvoir une alimentation plus saine.

Coopération internationale

La Commission travaille en étroite collaboration avec l’Organisation mondiale de la santé sur la création d’un référentiel central sur la nutrition et l’activité physique, dans le cadre du suivi de la charte européenne pour contrer l’obésité, adoptée à Istanbul le 16 novembre 2006.

Suivi et évaluation des politiques

Les données sur l’obésité et la surcharge pondérale font l’objet d’un suivi:

  • au niveau macro pour obtenir des données cohérentes et comparable sur les indicateurs globaux de progrès, dans le cadre des indicateurs de santé de l’Union européenne liés au régime alimentaire et à l’activité physique;
  • au niveau des pays de l’UE, pour évaluer les actions en cours et leur impact;
  • au niveau des actions individuelles.

L’impact des activités est systématiquement évalué afin de détecter celles qui fonctionnent.

Suivi

En juillet 2014, le Conseil a adopté des conclusions sur la nutrition et l’activité physique. En observant que, chaque année, jusqu’à 7 % des budgets consacrés à la santé étaient directement dépensés pour des maladies liées à l’obésité et d’autres coûts indirects résultant de la perte de productivité et des décès prématurés, ces conclusions dressent la liste des mesures à prendre pour remédier à la situation.

CONTEXTE

La nécessité d’une action européenne dans ces deux domaines s’explique par le fait qu’une alimentation déséquilibrée et le manque d’exercice physique sont à l’origine de 6 des 7 principaux facteurs de risque de maladie en Europe. Les cas de surcharge pondérale et d’obésité se sont multipliés très sensiblement depuis les années 80. Dans la majorité des pays de l’UE, plus de la moitié des adultes souffrent à présent de surcharge pondérale ou d’obésité; qui plus est, le nombre d’enfants en surpoids est important et croissant.

Pour plus d'informations, veuillez consulter:

ACTE

Livre blanc intitulé «Une stratégie européenne pour les problèmes de santé liés à la nutrition, la surcharge pondérale et l’obésité» [ COM(2007) 279 final du 30.5.2007]

ACTES LIÉS

Conclusions du Conseil sur la nutrition et l’activité physique (2014/C 213/01) (JO C 213 du 8.7.2014, p. 1-6)

dernière modification 18.04.2016

Top