Help Print this page 
Title and reference
Lignes directrices de l'UE concernant la promotion du droit humanitaire international

Summaries of EU legislation: direct access to the main summaries page.
Languages and formats available
BG ES CS DA DE ET EL EN FR GA HR IT LV LT HU MT NL PL PT RO SK SL FI SV
HTML html ES html CS html DE html EN html FR html IT html HU html PL html RO
Multilingual display
Text

Lignes directrices de l'UE concernant la promotion du droit humanitaire international

L'Union européenne présente les principes qui fondent son action en faveur du respect du droit humanitaire international.

ACTE

Lignes directrices de l'Union européenne mises à jour concernant la promotion du droit humanitaire international [Journal officiel C 303 du 15.12.2009].

SYNTHÈSE

L’Union européenne (UE) promeut le respect du droit humanitaire international à travers ses relations avec le reste du monde.

En effet, l’UE est fondée sur un ensemble de valeurs qu’elle promeut dans le cadre de ses relations extérieures (article 3 du traité sur l’Union européenne). Il s’agit notamment des principes de liberté et de démocratie, du respect des droits de l’homme, des libertés fondamentales et de l’État de droit.

Les présentes lignes directrices sont destinées aux acteurs publics ou non étatiques (organisations non gouvernementales, etc.) qui interviennent dans le cadre de l’UE.

Réduire les effets des conflits armés

Le droit humanitaire international est également dénommé droit des conflits armés ou droit de la guerre. En effet, il règlemente les moyens et les méthodes de guerre, afin de réduire l’impact des conflits armés. Le respect de ces principes juridiques doit permettre de protéger les populations qui ne participent pas ou qui ne participent plus aux conflits (notamment les civils et les prisonniers de guerre).

Le droit humanitaire international s’applique:

  • aux conflits armés, qu’ils surviennent entre plusieurs pays ou au sein d’un même pays, et qu’elle que soit l’origine du conflit. Cependant les conflits armés internationaux et les conflits armés internes sont soumis à des régimes juridiques différents;
  • aux occupations de territoire liées à des conflits armés.

De plus, les règles internationales sur les droits de l’homme peuvent s’appliquer en temps de paix comme en temps de guerre. Elles complètent le droit humanitaire international.

Lignes directrices opérationnelles

L’UE s’engage en faveur d’une mise en application effective du droit humanitaire international. Dans un premier temps, les acteurs impliqués doivent recueillir des informations détaillées sur les conflits et d’établir des rapports, des évaluations et des recommandations d’action. Il s’agit:

  • des institutions européennes, en particulier les groupes de travail du Conseil, qui coopèrent avec les organisations internationales concernées, notamment le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), l’Organisation des Nations Unies (ONU) et la Commission internationale humanitaire d’établissement des faits (CIHEF).
  • des chefs de mission de l’UE et des représentants qualifiés de l’UE (chefs d’opérations civiles, commandants d’opérations militaires et représentants spéciaux). Ils doivent en particulier établir les cas de violation grave du droit humanitaire international;
  • le groupe «Droit international public» (COJUR) du Conseil et tous les groupes de travail du Conseil concernés.

L’UE dispose de plusieurs moyens d’action:

  • le dialogue politique avec les États extérieurs à l’UE, en cas de conflit comme en temps de paix;
  • les déclarations de politique générale, par lesquelles l’UE prend position pour le respect du droit humanitaire;
  • les démarches et les déclarations publiques, grâce auxquelles l’UE condamne des situations ou des actes particuliers;
  • les mesures restrictives et les sanctions qui peuvent être appliquées à des États ou à des individus impliqués dans un conflit. Ces mesures doivent être appropriées et conformes au droit international;
  • la coopération avec les organismes internationaux;
  • les opérations de gestion de crise qui peuvent comporter des missions de collecte d’information utiles à la Cour pénale internationale (CPI) ou pour des enquêtes sur les crimes de guerre;
  • la poursuite d’individus ayant une responsabilité dans la violation du droit humanitaire international;
  • la formation et l’éducation des populations, du personnel militaire et des forces de l’ordre;
  • le contrôle des ventes d’armes, en conformité avec la position commune 2008/944/PESC du Conseil du Conseil selon laquelle les licences d’exportation devraient être soumises au respect des droits de l’homme par les pays importateurs d’armes.

Responsabilité individuelle en cas de conflit

Certaines violations graves du droit humanitaire international sont qualifiées de crimes de guerre. Elles peuvent survenir dans les mêmes circonstances qu’un génocide ou qu’un crime contre l’humanité. Les pays de l’UE veillent à ce que les responsables de crimes de guerre soient traduits devant leurs tribunaux nationaux, devant les juridictions d’un autre État ou devant la CPI.

Dernière modification le: 26.03.2010

Top