Help Print this page 
Title and reference
Rapport de la Commission - Rapport annuel du Fonds de Cohésion (2006)

/* COM/2007/0678 final */
Multilingual display
Text

52007DC0678

Rapport de la Commission - Rapport annuel du Fonds de Cohésion (2006) /* COM/2007/0678 final */


[pic] | COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES |

Bruxelles, le 6.11.2007

COM(2007) 678 final

RAPPORT DE LA COMMISSION

RAPPORT ANNUEL DU FONDS DE COHÉSION (2006)

TABLE DES MATIÈRES

RAPPORT ANNUEL DU FONDS DE COHÉSION ( 2006) 3

1. Exécution budgétaire 3

2. Environnement économique et conditionnalité 9

3. Coordination avec les politiques en matière de transports et d’environnement 10

3.1. Transports 10

3.2. Environnement 11

4. Inspections 12

5. Irrégularités et suspension de l’aide 13

6. Évaluation 14

7. Nouveau cadre réglementaire pour la période 2007-2013 14

8. Information et publicité 15

RAPPORT ANNUEL DU FONDS DE COHÉSION (2006)

Le présent rapport est établi conformément à l’article 14, paragraphe 1, du règlement (CE) n° 1164/94 instituant le Fonds de cohésion. Il couvre les activités du Fonds de cohésion au cours de l’année 2006.

1. EXÉCUTION BUDGÉTAIRE

En 2006, les disponibilités du Fonds de cohésion en crédits d’engagement s’élevaient à 6 032 082 110 euros (en prix courants) pour les 13 États membres bénéficiaires. Ce montant couvre également les crédits d’assistance technique (8 100 000 euros). Il convient de souligner que l’Irlande n’est plus éligible au Fonds de cohésion depuis le 1er janvier 2004 compte tenu de sa croissance économique. Le 1er janvier 2007, la Roumanie et la Bulgarie ont adhéré à l’Union européenne et sont, depuis lors, éligibles au Fonds de cohésion (le présent rapport ne porte toutefois pas sur ces deux pays pour l’année 2006).

Les crédits d’engagement ont été utilisés dans leur totalité et aucun crédit n’a été reporté sur l’exercice 2007.

Tableau 1: exécution des engagements en 2006 (en euros)

Crédits reportés de 2005 | - | - | - | - | - | - |

Crédits reconstitués | - | - | - | - | - | - |

Rembour-sements | - | - | - | - | - | - |

Crédits reportés de 2005 | - | - | - | - | - | - |

Crédits reconstitués | 60 776 | - | - | - | - | 60 776 |

Rembour-sements | - | - | - | - | - | - |

Grèce | 191 616 437 | 38,8 % | 298 556 462 | 60,4 % | 4 026 467 | 494 199 366 | 8,4 % |

Portugal | 273 923 751 | 55,4 % | 218 291 973 | 44,2 % | 1 983 642 | 494 199 366 | 8,2 % |

Chypre | 15 599 762 | 75,5 % | 5 058 456 | 24,5 % | - | 20 658 218 | 0,3 % |

République tchèque | 169 425 877 | 46,6 % | 192 728 948 | 53,0 % | 1 343 504 | 363 498 329 | 6,0 % |

Estonie | 51 641 255 | 45,3 % | 59 936 657 | 52,5 % | 2 505 460 | 114 083 372 | 1,9 % |

Hongrie | 210 331 313 | 49,3 % | 209 390 382 | 49,1 % | 6 910 457 | 426 632 152 | 7,1 % |

Lettonie | 84 648 355 | 50,3 % | 75 472 277 | 44,9 % | 8 112 593 | 168 233 225 | 2,8 % |

Lituanie | 121 403 548 | 53,7 % | 99 888 363 | 44,2 % | 4 807 152 | 226 099 063 | 3,7 % |

Malte | 4 305 250 | 51,0 % | 4 075 480 | 48,3 % | 65 171 | 8 445 901 | 0,1 % |

Pologne | 751 359 517 | 46,9 % | 828 944 996 | 51,7 % | 21 905 810 | 1 602 210 323 | 26,5 % |

Slovaquie | 79 712 721 | 36,4 % | 138 255 724 | 63,2 % | 826 055 | 218 794 500 | 3,6 % |

Slovénie | 27 925 173 | 38,6 % | 44 270 658 | 61,2 % | 165 000 | 72 360 831 | 1,2 % |

Tableau 4: crédits de paiement pour 2006 (en euros) – assistance technique incluse

Pour les nouveaux États membres, les chiffres ne reflètent que les paiements exécutés pour les projets adoptés au titre du Fonds de cohésion à partir du 1er mai 2004 (ils ne tiennent donc pas compte des aides de préadhésion pour les projets ISPA). Le tableau 5 illustre les paiements effectués en 2006 dans le cadre des projets ISPA adoptés avant l’adhésion.

État membre | Environnement | Transports | Assistance technique | Total |

Grèce | 194 069 922 | 40,2 % | 289 132 091 | 59,8 % | - | 483 202 013 | 17,7 % |

Irlande | 27 991 936 | 70,8 % | 11 521 393 | 29,2 % | - | 39 513 329 | 1,4 % |

Portugal | 148 750 484 | 73,1 % | 53 874 121 | 26,5 % | 899 853 | 203 524 458 | 7,5 % |

Chypre | - | 0,0 % | 6 001 512 | 100,0 % | - | 6 001 512 | 0,2 % |

République tchèque | 32 982 124 | 26,2 % | 92 544 105 | 73,6 % | 278 460 | 125 804 689 | 4,6 % |

Estonie | 6 769 474 | 17,0 % | 32 972 870 | 82,9 % | 23 322 | 39 765 666 | 1,5 % |

Hongrie | 82 157 579 | 70,9 % | 33 767 249 | 29,1 % | - | 115 924 828 | 4,2 % |

Lettonie | 14 060 182 | 23,4 % | 42 930 570 | 71,5 % | 3 075 450 | 60 066 202 | 2,2 % |

Lituanie | 17 587 842 | 36,0 % | 31 243 260 | 64,0 % | - | 48 831 102 | 1,8 % |

Malte | - | 0,0 % | 2 591 637 | 100,0 % | - | 2 591 637 | 0,1 % |

Pologne | 15 601 766 | 6,1 % | 239 697 120 | 93,7 % | 589 292 | 255 888 178 | 9,4 % |

Slovaquie | 18 811 566 | 58,7 % | 13 218 768 | 41,3 % | - | 32 030 334 | 1,2 % |

Slovénie | 7 502 018 | 24,1 % | 23 651 860 | 75,9 % | - | 31 153 878 | 1,1 % |

Non défini | - | 0,0 % | - | 0,0 % | 965 686 | 965 686 | 0,0 % |

Tableau 5: nouveaux États membres – paiements exécutés en 2006 au titre d’anciens projets ISPA

État membre | Environnement | Transports | Assistance technique | Total |

Estonie | 17 872 983 | 55,6 % | 13 213 810 | 41,1 % | 1 036 078 | 32 122 871 | 4,7 % |

Hongrie | 42 045 203 | 54,0 % | 34 943 145 | 44,9 % | 856 649 | 77 844 997 | 11,4 % |

Lettonie | 12 195 774 | 24,8 % | 33 083 549 | 67,3 % | 3 890 083 | 49 169 406 | 7,2 % |

Lituanie | 21 227 151 | 55,0 % | 15 421 582 | 39,9 % | 1 955 102 | 38 603 835 | 5,7 % |

Pologne | 136 381 574 | 51,4 % | 126 946 209 | 47,9 % | 1 872 421 | 265 200 204 | 38,9 % |

Slovaquie | 33 197 820 | 43,6 % | 40 809 790 | 53,6 % | 2 120 189 | 76 127 799 | 11,2 % |

Slovénie | 5 176 729 | 73,4 % | 1 875 000 | 26,6 % | 0 | 7 051 729 | 1,0 % |

Grèce | 3 307 420 974 | 435 532 521 | 467 400 382 | 335 157 938 | 529 459 151 | 535 843 689 | 438 083 755 | 494 199 366 | 3 235 676 802 |

Grèce | 2 815 806 760 | 1 236 273 691 | 1 579 533 069 |

Irlande | 575 411 134 | 517 830 136 | 57 580 998 |

Portugal | 3 128 862 926 | 1 467 756 462 | 1 661 106 465 |

Espagne | 11 773 161 809 | 7 383 381 713 | 4 389 780 096 |

Total EU-4 | 18 293 242 629 | 10 605 242 001 | 7 688 000 628 |

Chypre | 54 014 695 | 11 059 968 | 42 954 727 |

République tchèque | 748 976 735 | 141 131 405 | 607 845 330 |

Estonie | 242 449 651 | 39 765 666 | 202 683 985 |

Hongrie | 812 924 360 | 185 512 701 | 627 411 659 |

Lettonie | 376 863 199 | 79 841 253 | 297 021 946 |

Lituanie | 517 642 688 | 97 697 349 | 419 945 339 |

Malte | 21 966 289 | 2 591 637 | 19 374 652 |

Pologne | 3 191 270 327 | 255 730 261 | 2 935 540 066 |

Slovaquie | 264 254 882 | 32030 334 | 232 224 548 |

Slovénie | 172 654 702 | 39 651 472 | 133 003 230 |

Total EU-10 | 6 403 017 528 | 885 012 045 | 5 518 005 483 |

Total | 24 696 260 157 | 11 490 254 046 | 13 206 006 111 |

Tableau 7.2: montants approuvés pour les anciens projets ISPA au cours de la période 2000-2006 (RAL)

Pays | Engagements nets | Paiements | RAL |

République tchèque | 479 117 990 | 351 044 435 | 128 073 555 |

Estonie | 185 251 384 | 121 573 113 | 63 678 271 |

Hongrie | 669 677 980 | 307 713 993 | 361 963 987 |

Lettonie | 333 856 759 | 183 662 936 | 150 193 823 |

Lituanie | 307 765 169 | 161 019 456 | 146 745 712 |

Pologne | 2 444 163 012 | 1 093 425 990 | 1 349 686 751 |

Slovaquie | 501 995 906 | 263 375 354 | 238 620 552 |

Slovénie | 83 499 178 | 45 820 204 | 37 678 974 |

Total | 5 005 327 377 | 2 527 635 482 | 2 476 641 625 |

Exécution du budget pour la période 1993-1999

En 2006, l’évolution des crédits de la période 1993-1999 restant à liquider (RAL) se présentait comme suit:

Tableau 8: liquidation en 2006 des engagements de la période 1993-1999 (en euros)

État membre | RAL initial | Dégagements | Paiements | RAL final |

Espagne | 204 299 149 | 17 163 676 | 99 864 092 | 87 271 381 |

Grèce | 82 165 494 | 52 585 827 | 3 476 269 | 26 103 398 |

Irlande | 29 637 545 | 19 003 | 17 387 263 | 12 231 279 |

Portugal | 29 514 596 | 1 555 707 | 15 998 198 | 11 960 691 |

Total | 345 616 784 | 71 324 213 | 136 725 822 | 137 566 749 |

Les engagements du Fonds de cohésion sont effectués sur des crédits dissociés. En d’autres termes, les paiements suivent les engagements initiaux de ressources. Si les projets sont tous exécutés conformément aux décisions, il existe un RAL «automatique» en raison du décalage entre la date de la décision et la date de paiement du solde (en général 4 à 5 ans).

Afin d’améliorer le niveau de paiements effectués au titre d’engagements passés, l’effort important de liquidation des crédits restants au titre des actions entamées en 2000 s’est poursuivi. Quelque 40 % des crédits restant à liquider au début de l’année ont été soit payés, soit dégagés en 2006. À la fin de l’année 2006, les crédits restant à liquider ne représentaient plus que 2,7 % du budget annuel du Fonds de cohésion (contre environ 50 % fin 2002, 39 % fin 2003, 15 % fin 2004 et 6,7 % fin 2005). Cet effort de réduction des crédits restant à liquider s’est poursuivi en 2007, en partenariat avec les autorités nationales responsables de la réalisation des projets et des demandes de paiements correspondantes.

Les projets adoptés en 2006 pour chaque État membre sont présentés en détail dans l’annexe.

2. ENVIRONNEMENT ÉCONOMIQUE ET CONDITIONNALITÉ

Le règlement du Conseil relatif au Fonds de cohésion[2] soumet l’utilisation de ce Fonds à des conditions macroéconomiques. Il indique qu’«aucun nouveau projet ou, dans le cas des projets importants, aucun nouveau stade de projet n’est financé par le Fonds dans le cas où le Conseil, statuant à la majorité qualifiée sur recommandation de la Commission, constate que l’État membre concerné n’a pas mis en œuvre [son programme de stabilité ou de convergence], de façon à éviter tout déficit public excessif». Cette disposition reflète le rôle du Fonds de cohésion en tant qu’instrument de soutien budgétaire au niveau national destiné à aider les États membres à maintenir une rigueur macroéconomique.

Quatre États membres bénéficiaires du Fonds de cohésion (Chypre, Hongrie, Pologne et Portugal) ont fait l’objet de nouvelles étapes dans la procédure liée aux déficits excessifs. Il n’a été nécessaire d’envisager la suspension des financements du Fonds pour aucun d’entre eux.

En juin 2006, le Conseil a décidé de mettre fin à la procédure pour Chypre, qui avait corrigé son déficit excessif en 2005. Pour ce qui est du Portugal, la Commission a publié une communication en juin 2006 indiquant que le pays était en voie de corriger son déficit excessif.

Depuis le lancement de la procédure pour déficit excessif en 2004, il a été établi à deux reprises, en janvier 2005 puis en novembre 2005, que la Hongrie n’avait pas pris de mesures efficaces en réponse aux recommandations du Conseil. Toutefois, à aucune de ces deux occasions la Commission n’a-t-elle recommandé au Conseil de suspendre les engagements du Fonds de cohésion. La Hongrie ne fait pas partie de la zone euro et bénéficie à ce titre d’une dérogation spécifique qui lui évite l’application de nouvelles étapes de la procédure pour déficit excessif. Ainsi, depuis la soumission de la version actualisée en septembre 2006 de son programme de convergence révisé pour 2006, le Conseil ne peut adresser de nouvelles recommandations à la Hongrie que sur la base d’une nouvelle décision conformément à l’article 104, paragraphe 7[3]. Dans l’éventualité ou le pays ne respecterait pas les dispositions d’une telle recommandation, l’article 104, paragraphe 8, serait appliqué. Il permet notamment la suspension des engagements du Fonds de cohésion.

En novembre 2006, la Pologne a fait l’objet d’une décision du Conseil conformément à l’article 104, paragraphe 8, établissant que l’action menée afin de corriger son déficit excessif en réponse à la recommandation du Conseil se révélait inadéquate. Cette décision a été adoptée sur la base des objectifs définis dans la version actualisée en 2005 de son programme de convergence et dans la notification budgétaire du printemps 2006. Néanmoins, selon la version actualisée en 2006 de son programme de convergence, la Pologne devrait corriger son déficit excessif dès 2007, en partie car elle remplit les conditions pour profiter des dispositions du Pacte de stabilité et de croissance révisé qui lui permettent de déduire une partie du coût de la réforme des retraites.

Il semble également que la Grèce soit en voie de corriger son déficit excessif: conformément à la décision du Conseil adoptée en février 2005 en vertu de l’article 104, paragraphe 9, elle a ramené son déficit sous la barre des 3 % du PIB en 2006. Pour trois des nouveaux États membres envers lesquels une procédure pour déficit excessif avait été ouverte en 2004 (République tchèque, Malte et Slovaquie), les évolutions budgétaires ont permis d’établir qu’il n’était pas nécessaire d’aller plus loin dans la procédure, la Commission ayant conclu en décembre 2004 que tous avaient adopté des mesures efficaces en réponse aux recommandations du Conseil. Toutefois, il n’a pas été mis fin à la procédure pour déficit excessif dans ces pays en 2006. Conformément aux recommandations du Conseil, Malte a corrigé son déficit excessif en 2006. La Slovaquie devrait ramener son déficit au-dessous de la barre des 3 % du PIB dès 2007, tandis que la République tchèque envisage d’atteindre cet objectif d’ici à 2010.

Le règlement relatif au Fonds de cohésion pour la période 2007-2013[4] a levé plusieurs incertitudes concernant l’application des règles de conditionnalité par le passé. Il prévoit que, lors de l’adoption d’une décision conformément à l’article 104, paragraphe 8, la Commission puisse proposer de suspendre le soutien du Fonds de cohésion. Le Conseil pourrait, quant à lui, décider de suspendre totalement ou en partie les engagements, avec effet au 1er janvier de l’année qui suit celle de l’adoption de la décision. Par la suite, si le Conseil constate, au cours de la procédure, que l’État membre concerné a pris les mesures correctives nécessaires, une décision sera alors automatiquement adoptée afin de lever la suspension des engagements du Fonds de cohésion. Des règles de rebudgétisation des engagements suspendus ont été définies à cette fin.

3. COORDINATION AVEC LES POLITIQUES EN MATIÈRE DE TRANSPORTS ET D’ENVIRONNEMENT

3.1. Transports

En 2006, le secteur des transports représentait un peu moins de la moitié (49,2 %) du total des engagements du Fonds de cohésion. Comme par le passé, la Commission a demandé aux États membres d’accorder la priorité aux projets ferroviaires. Les projets adoptés par chaque État membre en 2006 sont présentés à l’annexe.

Dans le secteur des transports, l’assistance communautaire est apportée de manière coordonnée au moyen d’un éventail d’instruments: le Fonds de cohésion, l’ISPA, le FEDER, les programmes relatifs aux réseaux transeuropéens et les prêts de la Banque européenne d’investissement (BEI). L’assistance financière provenant de ces instruments est essentiellement dirigée vers les réseaux transeuropéens de transport (RTE-T).

Conformément à l’article 3 du règlement (CE) n° 1164/94, modifié par le règlement (CE) n° 1264/1999, le Fonds de cohésion peut soutenir des projets d’intérêt commun en matière d’infrastructures de transport, soutenus par les États membres et identifiés dans le cadre des orientations pour le développement du RTE-T.

Les orientations communautaires pour le développement du RTE-T ont été établies par la décision n° 1692/96/CE, dans sa version modifiée. La décision indique trente projets déclarés d’intérêt européen auxquels elle appelle les États membres à donner la priorité. L’article 19 bis de la décision n° 1692/96/CE prévoit que les États membres, lors de la présentation de leurs projets au titre du Fonds de cohésion conformément à l’article 10 du règlement (CE) n° 1164/94, doivent donner une priorité appropriée aux projets déclarés d’intérêt européen.

3.2. Environnement

En 2006, le secteur de l’environnement représentait un peu plus de la moitié (50,8 %) du total des engagements du Fonds de cohésion. En général, les projets soutenus par le Fonds de cohésion tendent vers les objectifs globaux de la politique environnementale en matière de développement durable – et en particulier les domaines prioritaires du sixième programme d’action, notamment la gestion des ressources naturelles, la gestion des déchets et les investissements visant à limiter les conséquences du changement climatique. Les sept stratégies thématiques adoptées en 2005 et 2006, dans les domaines de la pollution atmosphérique, de l’utilisation des ressources, des déchets et du recyclage, de l’environnement urbain, des sols, du milieu marin et des pesticides, sont pertinentes aux fins des opérations cofinancées par le Fonds de cohésion. Les projets adoptés par chaque État membre en 2006 sont présentés à l’annexe.

En 2006, le Fonds de cohésion a de nouveau contribué à favoriser l’application des réglementations environnementales, non seulement par le financement direct d’infrastructures mais aussi par des mesures d’incitation à l’application des directives concernées, condition préalable à l’octroi des aides. Il a ainsi notamment soutenu des interventions thématiques à dimension territoriale, telles que la préservation de la nature, la gestion des déchets et des eaux usées et l’évaluation des incidences sur l’environnement (EIE).

Les actes d’adhésion des nouveaux États membres ont établi des objectifs intermédiaires pour les investissements relatifs à l’acquis dans le domaine de l’environnement. Ces derniers ont donc fait de la gestion des eaux usées et des déchets une de leurs priorités en matière de dépenses. Dans la plupart des cas, les besoins en matière d’investissements et d’infrastructures restent élevés en ce qui concerne les principales directives, notamment sur le plan de la gestion des déchets et des eaux usées (en particulier le traitement des eaux usées urbaines) mais aussi pour ce qui est de la qualité de l’air et des efforts de réduction de la pollution industrielle (prévention et réduction intégrées de la pollution). L’aide du Fonds de cohésion aux infrastructures environnementales est donc fondamentale pour les nouveaux États membres.

4. INSPECTIONS

Dans les quatre États membres bénéficiaires d’origine, sept missions d’inspection ont été effectuées en Espagne, au Portugal et en Grèce en vue de vérifier l’application des plans d’action et d’assurer le suivi des projets relevant du Fonds de cohésion qui ont fait l’objet de contrôles en 2004-2005. En 2006, des contrôles ont également porté sur les travaux des organismes chargés de certifier la clôture des projets relevant du Fonds de cohésion.

Par ailleurs, la direction générale de la politique régionale a mis en place des procédures relatives à la clôture des projets relevant du Fonds de cohésion. Leur but est de veiller à ce que l’autorité de gestion et l’organisme de clôture fournissent les informations nécessaires à cette fin afin de garantir la légalité et la régularité des déclarations finales de dépenses, à défaut de quoi des corrections financières devraient être effectuées.

Pour les États membres qui ont adhéré à l’Union en 2004, l’activité de contrôle en 2006 a principalement consisté en un suivi visant à s’assurer de la bonne prise en compte des recommandations formulées à la suite des audits de systèmes réalisés en 2005 et des vérifications plus approfondies visant à évaluer les dépenses dans le cadre des projets. Une attention particulière a été accordée à l’évaluation des travaux des institutions nationales de contrôle, notamment le contrôle de la qualité des systèmes d’audit, les contrôles par sondage et d’autres points relatifs à la préparation des certificats de contrôle. En tout, treize missions de contrôle ont été effectuées, si l’on inclut les contrôles conjoints avec le FEDER.

Étant donné les risques particuliers liés à l’application de bonnes procédures en matière d’appels d’offres et de passation des marchés, une enquête thématique spécifique a été lancée en 2005 concernant les contrats octroyés après l’adhésion des nouveaux États membres, avec un double objectif préventif et correctif. En 2006, un suivi des recommandations formulées à la suite de ces contrôles a été réalisé dans le cadre des contrôles ultérieurs.

Pour ce qui est des systèmes de gestion et de contrôle, dans son rapport annuel d’activité pour 2006, la direction générale a émis un avis sans réserve pour les systèmes de cinq États membres (Chypre, Estonie, Grèce, Malte et Slovénie).

Pour les autres, un avis conditionnel a été émis en raison de lacunes importantes relevées dans certains éléments clefs des systèmes (République tchèque, Hongrie, Irlande, Lettonie, Lituanie, Pologne, Portugal, Slovaquie et Espagne). Aucun État membre ne s’est vu adresser un avis défavorable.

5. IRRÉGULARITÉS ET SUSPENSION DE L’AIDE

Conformément à l’article 3 du règlement (CE) n° 1831/94[5] concernant les irrégularités et le recouvrement des sommes indûment versées ainsi que l’organisation d’un système d’information dans ce domaine, huit États membres bénéficiaires ont signalé 228 cas d’irrégularités impliquant des contributions communautaires pour un montant de 186 604 797 euros. Ces cas ont fait l’objet d’un premier constat administratif ou judiciaire.

Il convient de souligner que la majorité de ces cas (183) ont été signalés par les quatre États membres bénéficiaires d’origine du Fonds de cohésion, en particulier par la Grèce (103 cas), impliquant des contributions communautaires d’un montant total de 117 856 924 euros, dont 12 698 144 euros doivent encore être recouvrés, le solde ayant été déduit des demandes de paiement final adressées à la Commission. En Espagne, des progrès ont été accomplis au cours de l’année dans l’application du règlement mentionné précédemment: 82 cas d’irrégularités y ont été signalés, impliquant des contributions communautaires d’un montant total de 44 472 847 euros, dont 30 179 534 euros doivent encore être recouvrés. Des 18 cas signalés par les autorités portugaises, impliquant des contributions communautaires d’un montant total de 23 747 904 euros, 14 850 306 euros restent encore à recouvrer.

Seuls cinq des nouveaux États membres (Pologne, République tchèque, Hongrie, Lettonie et Lituanie) ont rapporté à la Commission des cas d’irrégularités (respectivement 10, 6, 6, 2 et 1), portant sur des montants moindres que ceux précités. Les montants impliqués ont été partiellement déduits avant la présentation des demandes de paiement à la Commission.

Le dernier nouvel État membre bénéficiaire a informé la Commission qu’aucune irrégularité n’avait été constatée au cours de l’année 2006. Un certain nombre de cas repérés au cours de missions nationales ou communautaires de contrôle n’ont pas encore été notifiés conformément au règlement concerné.

Dans la plupart des cas communiqués, les irrégularités portaient sur l’application des règles relatives aux marchés publics et, pour le reste, sur la présentation de dépenses inéligibles.

En 2006, le règlement (CE) n° 1828/2006 est entré en vigueur pour la nouvelle période de programmation 2007-2013. La section 4 dudit règlement, intitulée «Irrégularités», régit désormais la notification des irrégularités et s’applique également au Fonds de cohésion pour les projets adoptés au cours de la nouvelle période de programmation. Le règlement (CE) n° 1831/94 continue de s’appliquer pour les décisions adoptées en vertu du règlement (CE) n° 1164/94.

En 2006, l’Office européen de lutte antifraude (OLAF) a ouvert trois dossiers sur des informations reçues en relation avec le Fonds de cohésion. L’un d’entre eux a conduit à l’ouverture d’une «affaire de suivi»[6] et les deux autres ont été transférés sur l’année 2007 en attendant une évaluation. Aucune mission de contrôle en rapport avec le règlement (CE) n° 2185/96[7] n’a été effectuée.

6. ÉVALUATION

L’article 13 de la version révisée du règlement (CE) n° 1164/94 exige que la Commission et les États membres veillent à ce que la réalisation des projets au titre du Fonds de cohésion fasse effectivement l’objet de mesures de suivi et d’évaluation. Ces dispositions prévoient le recours à des mesures d’appréciation, de suivi et d’évaluation, en fonction desquelles les projets sont adaptés, si nécessaire.

La Commission et les États membres procèdent à une appréciation et à une évaluation de tous les projets cofinancés, en collaboration avec la Banque européenne d’investissement le cas échéant.

Les projets à financer au titre du Fonds sont arrêtés par la Commission en accord avec l’État membre bénéficiaire. En ce qui concerne l’appréciation des projets, chaque demande d’assistance est assortie d’une analyse coûts-avantages (ACA). Cette ACA doit démontrer que les avantages socioéconomiques à moyen terme sont proportionnels aux ressources financières mobilisées. La Commission examine cette évaluation à la lumière des principes définis dans le guide de l’analyse coûts-avantages[8], publié en 2003 et actuellement en cours d’actualisation.

Sur cette base, la Commission a fourni une aide méthodologique interne importante au cours de l’année 2006 et a assisté les États membres par des actions de développement des capacités destinées à renforcer la cohérence de l’analyse financière et économique ex ante des projets. En octobre 2006, la Commission a adopté un document d’orientation portant sur la méthodologie pour la réalisation de l’ACA[9]. Ce document présente quelques principes généraux de l’ACA et un ensemble de règles de travail et invite les États membres à élaborer leurs propres orientations en la matière.

Par ailleurs, la Commission réalise une évaluation ex post sur des échantillons de projets cofinancés par le Fonds de cohésion. L’évaluation la plus récente, publiée en 2005, visait un échantillon de 200 projets réalisés au cours de la période 1993-2002. La prochaine évaluation ex post est prévue pour 2009.

7. NOUVEAU CADRE RÉGLEMENTAIRE POUR LA PÉRIODE 2007-2013

LE RÈGLEMENT (CE) N° 1164/94 relatif au Fonds de cohésion établit les règles de fonctionnement du Fonds jusqu’au 31 décembre 2006. À l’approche de la nouvelle période de programmation (2007-2013), la Commission a élaboré un ensemble de nouveaux règlements relatifs au Fonds de cohésion, au Fonds européen de développement régional et au Fonds social européen.

Ces règlements ont été adoptés au cours de l’année 2006. Les textes traitant du Fonds de cohésion sont les suivants:

- Règlement (CE) n° 1083/2006 du Conseil du 11 juillet 2006 portant dispositions générales sur le Fonds européen de développement régional, le Fonds social européen et le Fonds de cohésion, et abrogeant le règlement (CE) n° 1260/1999;

- Règlement (CE) n° 1084/2006 du Conseil du 11 juillet 2006 instituant le Fonds de cohésion et abrogeant le règlement (CE) n° 1164/94;

- Règlement (CE) n° 1828/2006 de la Commission du 8 décembre 2006 établissant les modalités d’exécution du règlement (CE) n° 1083/2006 du Conseil.

Tous les règlements concernant la période 2007-2013 sont disponibles sur le site Internet Inforegio à l’adresse suivante: http://ec.europa.eu/regional_policy/sources/docoffic/official/regulation/newregl0713_fr.htm.

8. INFORMATION ET PUBLICITÉ

Deux réunions d’information avec les 25 États membres ont eu lieu à Bruxelles, le 22 juin et le 20 décembre. Lors de la première réunion, la Commission a présenté les allocations définitives par État membre pour 2006. La période de programmation arrivant à son terme en 2006, il a été souligné que les crédits d’engagement restants devaient être utilisés avant le 31 décembre. Aucun transfert de crédit en provenance d’autres lignes budgétaires n’était prévu. Par ailleurs, une présentation de l’Alliance en matière d’assistance à la préparation de projets dans des régions d’Europe (initiative JASPERS) a été réalisée. Née de la coopération entre la Commission et la BEI, cette initiative est destinée à soutenir les États membres dans l’appréciation technique des futurs grands projets qui seront soumis à la Commission. L’entrée en vigueur de JASPERS est prévue pour 2007. Lors de la réunion de décembre, la Commission a présenté son projet de lignes directrices pour la clôture des projets relevant du Fonds de cohésion. La Commission a souligné les points suivants: (i) en matière de clôture, les projets sur le terrain doivent respecter les décisions correspondantes; (ii) la date finale d’éligibilité des projets pour la période 2000-2006 demeure le 31 décembre 2010; (iii) la règle selon laquelle une seule modification est autorisée s’applique. Enfin, la Commission a rappelé que cette réunion d’information était la dernière dans le cadre du règlement (CE) n° 1164/94. À compter du 1er janvier 2007, les question relatives au Fonds de cohésion seront traitées par le Comité de coordination des Fonds, conformément au nouveau règlement (CE) n° 1083/2006.

En 2006, la Commission a organisé deux réunions à destination des responsables de la communication du FEDER et du Fonds de cohésion. Elles ont eu lieu le 15 juin et le 5 décembre. À ces occasions, divers sujets dans le domaine de la communication ont été abordés, l’application des nouveaux règlements a été expliquée et plusieurs études de cas et échantillons ont été présentés. Ces réunions à l’intention des responsables de la communication se poursuivront en 2007.

[1] Les engagements sont inférieurs aux montants alloués (voir tableau 6) du fait du dégagement de crédits inutilisés et de clôtures.

[2] Sur la base de l’article 6 du règlement (CE) n° 1164/94 du Conseil, dans sa version codifiée présentée par la Commission.

[3] Article 104 du traité instituant la Communauté européenne, relatif aux déficits publics excessifs.

[4] Règlement (CE) n° 1084/2006 du Conseil du 11 juillet 2006 instituant le Fonds de cohésion et abrogeant le règlement (CE) n° 1164/94.

[5] JO L 191 du 27.7.1994, p. 9. Règlement modifié en dernier lieu par le règlement (CE) n° 2168/2005 (JO L 345 du 28.12.2005, p. 15).

[6] Les affaires de suivi sont des affaires pour lesquelles l’OLAF est compétent mais qui sont confiées à un autre organisme ou à l’autorité de l’État membre, qui mène sa propre enquête externe.

[7] JO L 292 du 15.11.1996, p. 2.

[8] http://ec.europa.eu/regional_policy/sources/docgener/guides/cost/guide02_fr.pdf.

[9] Commission européenne, DG de la politique régionale, Guide méthodologique pour la réalisation de l’analyse coûts-avantages , 2007-2013 - Document de travail n° 4 de l’unité «Évaluation», disponible à l’adresse http://ec.europa.eu/regional_policy/sources/docoffic/working/sf2000_fr.htm.

Top