Help Print this page 
Title and reference
Rapport de la Commission - Rapport annuel du Fonds de cohésion (2004) {SEC(2005)1396}

/* COM/2005/0544 final */
Multilingual display
Text

52005DC0544

Rapport de la Commission - Rapport annuel du Fonds de cohésion (2004) {SEC(2005)1396} /* COM/2005/0544 final */


[pic] | COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES |

Bruxelles, le 7.11.2005

COM(2005) 544 final

RAPPORT DE LA COMMISSION

RAPPORT ANNUEL DU FONDS DE COHÉSION (2004) {SEC(2005)1396}

TABLE DES MATIÈRES

RAPPORT DE LA COMMISSIONRAPPORT ANNUEL DU FONDS DE COHÉSION (2004) 3

1. Exécution budgétaire 3

2. Environnement économique et conditionnalité 7

3. Adhésion des dix pays candidats 8

4. Coordination avec les politiques en matière de transport et d'environnement 9

4.1. Transports 9

4.2. Environnement 9

5. Missions de contrôle et conclusions 10

6. Irrégularités et suspension de l'aide 10

7. Évaluation 11

8. Information et publicité 12

RAPPORT DE LA COMMISSION

RAPPORT ANNUEL DU FONDS DE COHÉSION (2004)

Le présent rapport est présenté conformément à l'article 14, paragraphe 1, du règlement (CE) n° 1164/1994 instituant le Fonds de cohésion. Il couvre les activités du Fonds de cohésion au cours de l'année 2004.

1. Exécution budgétaire

En 2004, les dotations du Fonds de cohésion disponibles pour l'engagement s'élevaient à 2 723 606 000 EUR (prix de 1999) pour trois États membres de l'UE-15 (Portugal, Espagne et Grèce) et à 2 897 000 000 EUR (prix de 1999) pour les dix nouveaux États membres. Du fait de sa croissance exprimée en PNB par habitant, l'Irlande n'a plus droit au soutien du Fonds de cohésion depuis le 1er janvier 2004. Les montants susmentionnés comprennent les crédits d'assistance technique (1 001 118 EUR pour les trois «anciens» États membres et 1 500 000 EUR pour les dix nouveaux).

Les crédits d'engagement ont été presque intégralement utilisés (99,96 %): sur le montant total disponible, seuls 2 084 326 EUR sont reportés sur l'exercice 2005.

Exécution des engagements en 2004 (EUR)

Crédits d'engagement | Crédits | Mouvements | Dotation finale | Exécution | Annulés | Reports sur 2005 |

Budget 2004 | 2 784 500 000 | 2 835 258 341 | 5 619 758 341 | 5 619 403 018 | 355 322 | 2 084 326 |

Crédits reportés de 2003 | 3 377 996 | 0 | 3 377 996 | 3 377 996 | 0 | 0 |

Crédits reconstitués | 7 413 307 | 0 | 7 413 307 | 7 413 307 | 0 | 0 |

Remboursements | 0 | 0 | 0 | 0 | 0 | 0 |

Totaux | 2 795 291 303 | 2 835 258 341 | 5 630 549 644 | 5 630 194 321 | 355 322 | 2 084 326 |

Des crédits de paiement d'un montant total de 134,8 millions EUR ont été transférés au Fonds de cohésion. Compte tenu de ce transfert, ce sont 95,16 % des crédits de paiement qui ont été exécutés en 2004.

Exécution des paiements en 2004 (EUR)

Crédits de paiement | Crédits | Mouvements | Dotation finale | Exécution | Annulés | Reports sur 2005 |

Budget 2004 | 2 641 600 000 | 134 811 585 | 2 776 411 585 | 2 642 101 718 | 134 309 867 | 0 |

Crédits reportés de 2003 | 0 | 0 | 0 | 0 | 0 | 0 |

Crédits reconstitués | 0 | 0 | 0 | 0 | 0 | 0 |

Remboursements | 0 | 0 | 0 | 0 | 0 | 0 |

Totaux | 2 641 600 000 | 134 811 585 | 2 776 411 585 | 2 642 101 718 | 134 309 867 | 0 |

Exécution budgétaire des crédits pour 2004, par État membre

Crédits d'engagement pour 2004 (EUR)

État membre | Environnement | Transports | Mixte | Total |

Montant | % Envir. | Montant | % Transp. | Montant | Montant | % |

España | 724 068 354 | 42,6 | 977 541 835 | 57,4 | 1 101 600 | 1 702 711 789 | 30,3 % |

Ellada | 296 658 028 | 55,4 | 239 009 533 | 44,6 | - | 535 667 561 | 9,5 % |

Portugal | 261 887 832 | 54,6 | 217 955 247 | 45,4 | - | 479 843 079 | 8,5 % |

Kypros | - | 0,0 | 18 257 000 | 100,0 | - | 18 257 000 | 0,3 % |

Ceska Republika | 171 710 713 | 54,2 | 144 816 038 | 45,8 | 371 280 | 316 898 031 | 5,6 % |

Eesti | 65 595 930 | 62,1 | 31 561 105 | 37,9 | 8 539 200 | 105 696 235 | 1,9 % |

Magyarország | 188 216 500 | 50,0 | 188 216 500 | 50,0 | - | 376 433 000 | 6,7 % |

Latvija | 80 196 588 | 42,2 | 102 876 822 | 57,8 | 6 892 365 | 189 965 775 | 3,4 % |

Lietuva | 45 991 729 | 21,9 | 148 920 771 | 78,1 | 14 659 500 | 209 572 000 | 3,7 % |

Malta | 7 418 000 | 100,0 | - | 0,0 | - | 7 418 000 | 0,1 % |

Polska | 698 528 072 | 49,4 | 707 162 832 | 50,6 | 8 947 500 | 1 414 368 404 | 25,2 % |

Slovensko | 125 556 724 | 65,1 | 67 417 276 | 34,9 | - | 192 974 000 | 3,4 % |

Slovenija | 19 295 525 | 29,7 | 45 605 942 | 69,3 | 45 000 | 64 946 467 | 1,2 % |

Assistance technique | - | - | - | - | 4 381 678 | 4 381 678 | 0,1 % |

Total | 2 685 123 995 | 48,2* | 2 889 340 901 | 51,8* | 44 938 123 | 5 619 403 018 | 100 % |

* montants mixtes non pris en compte

Crédits de paiement pour 2004 (EUR)

Les chiffres pour les nouveaux États membres ne concernent que les paiements exécutés pour les projets adoptés au titre du Fonds de cohésion à partir du 1er mai 2004 (ils ne tiennent donc pas compte des aides de préadhésion pour les projets ISPA). Le deuxième tableau présente les paiements effectués en 2004 dans le cadre des projets ISPA adoptés avant l'adhésion.

État membre | Environnement | Transports | Mixte | Total |

Montant | % Envir. | Montant | % Transp. | Montant | Montant | % |

España | 1 052 792 007 | 54,3 | 886 931 978 | 45,7 | 3 084 | 1 939 727 070 | 73,4 % |

Ellada | 85 219 745 | 24,3 | 265 538 804 | 75,7 | 1 100 | 350 759 649 | 13,3 % |

Ireland | 8 179 679 | 31,6 | 17 669 517 | 68,4 | 0 | 25 849 196 | 1,0 % |

Portugal | 123 130 259 | 38,9 | 193 354 445 | 61,1 | 0 | 316 484 704 | 12,0 % |

Kypros | 0 | - | 0 | - | 0 | 0 | - |

Ceska Republika | 0 | - | 0 | - | 0 | 0 | - |

Eesti | 0 | - | 0 | - | 0 | 0 | - |

Magyarország | 0 | - | 0 | - | 0 | 0 | - |

Latvija | 0 | - | 0 | - | 0 | 0 | - |

Lietuva | 0 | - | 3 719 306 | 100,0 | 0 | 3 719 306 | 0,1 % |

Malta | 0 | - | 0 | - | 0 | 0 | - |

Polska | 0 | - | 2 486 700 | 100,0 | 0 | 2 486 700 | 0,1 % |

Slovensko | 244 720 | 15,5 | 1 335 490 | 84,5 | 0 | 1 580 210 | 0,1 % |

Slovenija | 0 | - | 0 | - | 0 | 0 | - |

Assistance technique | 0 | - | 0 | - | 1 494 883 | 1 494 883 | 0,1 % |

Total | 1 269 566 410 | 48,1* | 1 371 036 240 | 51,9* | 1 499 067 | 2 642 101 718 | 100 % |

* montants mixtes non pris en compte

Pour la troisième année consécutive, les projets liés au secteur des transports tendent à être privilégiés, mais cette tendance est moins marquée que lors des deux exercices précédents.

Nouveaux États membres – Paiements exécutés en 2004 au titre d'anciens projets ISPA

État membre | Environnement | Transports | Total |

Montant | % Envir. | Montant | % Transp. | Montant |

Ceska Republika | 17 801 156 | 26,5 | 49 355 929 | 73,5 | 67 157 085 |

Eesti | 10 196 374 | 42,7 | 13 675 285 | 57,3 | 23 871 659 |

Latvija | 9 844 972 | 42,2 | 13 490 711 | 57,8 | 23 335 683 |

Lietuva | 3 948 533 | 27,5 | 10 395 195 | 72,4 | 14 343 728 |

Magyarorszàg | 25 960 588 | 71,9 | 10 122 098 | 28,1 | 36 082 686 |

Polska | 80 792 048 | 36,6 | 139 872 597 | 63,4 | 220 664 645 |

Slovenija | 6 024 627 | 78,9 | 1 611 175 | 21,1 | 7 635 802 |

Slovensko | 17 390 376 | 46,6 | 19 933 084 | 53,4 | 37 323 460 |

Assistance technique | 68 076 |

TOTAL | 171 958 668 | 40,0 | 258 456 071 | 60,0 | 430 482 824 |

L'important effort de liquidation des crédits restants au titre des actions entamées avant 2000 s'est poursuivi: au total, 50 projets ont été clôturés en 2004. Environ 33,4 % des crédits restant à liquider au début de l'année ont été payés ou dégagés en 2004. À la fin de l'année 2004, les crédits restant à liquider ne représentaient plus que 15 % du budget annuel du Fonds de cohésion (contre plus de la moitié fin 2002, et 39 % fin 2003). Cet effort de réduction des crédits restant à liquider continuera en 2005, en partenariat avec les autorités nationales responsables de la mise en œuvre des projets et des demandes de paiements correspondantes.

Liquidation en 2004 des engagements de la période 1993-1999 (EUR)

État membre | RAL initial | Dégagements | Paiements | RAL final |

España | 650 933 534 | 4 952 169 | 268 409 585 | 377 571 780 |

Ellada | 424 708 187 | 86 288 597 | 29 744 454 | 308 675 136 |

Ireland | 51 096 704 | 0 | 4 037 714 | 47 058 990 |

Portugal | 139 854 914 | 5 852 657 | 23 728 888 | 110 273 369 |

Total | 1 266 593 339 | 97 093 423 | 325 920 642 | 843 579 275 |

2. ENVIRONNEMENT ÉCONOMIQUE ET CONDITIONNALITÉ

Le règlement du Conseil instituant le Fonds de cohésion[1] établit des conditions permettant au Fonds d'assurer des financements axés sur la gestion macroéconomique. Aucun nouveau projet ni, dans le cas des projets d’envergure, aucune nouvelle phase, ne peuvent être financés si le Conseil estime qu’un État membre n’a pas mis en œuvre son programme de stabilité ou de convergence de manière à éviter tout déficit excessif.

En 2004, sept États membres bénéficiaires des aides du Fonds de cohésion, dont six nouveaux États membres, présentaient un déficit jugé excessif.

En ce qui concerne les six nouveaux États membres en question (à savoir Chypre, la Hongrie, Malte, la Pologne, la République tchèque et la Slovaquie ), le Conseil a décidé le 5 juillet 2004 que leur déficit était excessif et leur a recommandé de le ramener aux normes au plus tard en 2005 (Chypre), 2006 (Malte), 2007 (Pologne et Slovaquie) ou 2008 (Hongrie et République tchèque). Le 22 décembre 2004, la Commission a constaté qu’à l’exception de la Hongrie tous avaient mené une action suivie d'effets en réponse aux recommandations du Conseil, et qu'il n'était donc plus nécessaire de prendre d'autres mesures prévues par la procédure concernant les déficits excessifs. En janvier 2005, le Conseil est parvenu aux mêmes conclusions. S’agissant de la Hongrie, le Conseil a estimé le 18 janvier 2005 qu’elle n’avait pas mené d’action suivie d’effets en réponse aux recommandations du Conseil, et a adopté le 8 mars une nouvelle recommandation par laquelle elle demande à la Hongrie de mener, pour le 8 juillet 2005 au plus tard, une action suivie d’effets comportant des mesures supplémentaires afin de parvenir au déficit souhaité pour 2005.

Le 5 juillet 2004, le Conseil a constaté que la Grèce présentait un déficit excessif et en a recommandé la correction en 2005 au plus tard. Il a constaté le 18 janvier 2005 que la Grèce n’avait pas mené d’action suivie d’effets en réponse à cette recommandation, et il a adopté le 17 février une décision enjoignant à la Grèce de prendre des mesures pour remédier à cette situation. Ladite décision recommande une exécution rigoureuse du budget 2005 ainsi qu’un ajustement supplémentaire représentant au moins 0,6 % du PIB en 2006, de même qu’une réactualisation du pacte de stabilité de la Grèce à remettre le 21 mars 2005; elle fixe au 21 mars l'expiration du délai imparti pour prendre les mesures supplémentaires demandées. Le Conseil a réexaminé la situation de la Grèce le 12 avril 2005 à la lumière de la communication de la Commission du 12 avril. Il a conclu que le gouvernement grec mène une action suivie d’effets en réponse à la mise en demeure du Conseil.

3. Adhésion des dix pays candidats

Lors de leur adhésion le 1er mai 2004, les huit nouveaux États membres bénéficiaires d'une aide au titre de l'ISPA, de même que Chypre et Malte, remplissaient les critères d'admissibilité au soutien du Fonds de cohésion.

Les projets acceptés dans le cadre de l'instrument financier de l'ISPA ont été convertis automatiquement en projets relevant du Fonds de cohésion et assujettis aux règles qui le régissent.

Pour la période 2004-2006, 24 milliards EUR (prix actuels) ont été réservés pour l'aide structurelle dans les dix nouveaux États membres de l'Union; plus du tiers de ce montant (8,5 milliards EUR) a été attribué au Fonds de cohésion.

Tableau : Concours du Fonds de cohésion pour les nouveaux adhérents, 2004-2006:

Pays | Concours moyen (millions EUR – prix de 2004) |

Kypros | 53,94* |

Ceska Republika | 936,05 |

Eesti | 309,03 |

Magyarország | 1 112,67 |

Latvija | 515,43 |

Lietuva | 608,17 |

Malta | 21,94 |

Polska | 4 178,60 |

Slovensko | 570,50 |

Slovenija | 188,71 |

Total | 8 495,04 |

* comprend la participation de l'Instrument financier d'orientation de la pêche (IFOP)

4. Coordination avec les politiques en matière de transport et d'environnement

4.1. Transports

En 2004, le secteur des transports représentait un peu plus de la moitié (51,8 %) de tous les engagements du Fonds de cohésion. Comme par le passé, la Commission a demandé aux États membres d'accorder la priorité aux projets ferroviaires. Les projets adoptés par chaque État membre en 2004 sont indiqués en annexe.

Le Fonds de cohésion prévoit des ressources spécifiques pour les infrastructures de transport liés aux réseaux transeuropéens. Une coordination efficace entre les Fonds structurels et le Fonds de cohésion est essentielle pour assurer une certaine cohérence entre les régions centrales de la Communauté et celles qui présentent des handicaps structurels inhérents à leur caractère insulaire, enclavé ou périphérique.

La version modifiée de la décision sur les orientations communautaires pour le développement des réseaux transeuropéens de transport a été adoptée par le Parlement européen et le Conseil le 29 avril 2004. Cette décision spécifiait 30 projets prioritaires d'intérêt européen d'un coût global d'environ 225 milliards EUR. La décision invite les États membres à donner la priorité à ces projets. Elle demande aux États membres concernés d'être particulièrement attentifs aux projets visés par le Fonds de cohésion et plus généralement à ceux relevant des Fonds structurels.

À la suite de l'adhésion des nouveaux États membres le 1er mai 2004, la Commission a examiné la situation des infrastructures du réseau transeuropéen et notamment le coût et le financement des 30 projets prioritaires et de projets tels que les programmes ERTMS et SESAME[2]. [Dans ses perspectives financières pour la période 2007-2013, la Commission propose une augmentation du taux maximal de cofinancement, conformément à la publication, en juillet 2004, de son analyse approfondie du cadre financier des RTE [COM(2004) 475].]

4.2. Environnement

L'année 2004 a été une année importante pour les projets environnementaux, qui ont représenté un peu moins de la moitié (48,2 %) de tous les engagements du Fonds de cohésion. Dans ce secteur, les priorités restaient l'approvisionnement en eau potable et le traitement des eaux usées et des déchets solides. Le Fonds de cohésion contribue aux objectifs communautaires en matière de développement durable, en particulier dans le domaine de la gestion des ressources naturelles, des déchets et du changement climatique. Les projets et les activités adoptés par chaque État membre en 2004 sont indiqués en annexe.

Le Fonds de cohésion a contribué à accélérer la mise en œuvre des réglementations environnementales, non seulement grâce au financement direct des infrastructures, mais aussi grâce à des mesures d'incitation à l'application des directives, qui est une condition préalable à l'octroi des aides. Il s'agit d'interventions thématiques telles que la gestion des déchets solides et des eaux usées et l'évaluation des incidences environnementales (EIE).

Les nouveaux États membres ont fait de la gestion des eaux usées et des déchets solides une de leurs priorités en matière de dépenses. Les besoins en matière d'investissements et d'infrastructures restent élevés dans la plupart des cas en ce qui concerne tant les déchets solides que les eaux usées (notamment le traitement des eaux usées urbaines), mais aussi la qualité de l'air et les efforts de réduction de la pollution industrielle. L'aide du Fonds de cohésion aux infrastructures environnementales revêt donc une grande importance pour les nouveaux États membres.

5. MISSIONS DE CONTRÔLE ET CONCLUSIONS

En Irlande, en Espagne, en Grèce et au Portugal, 10 missions d'audit de projets et 6 missions d'audit des systèmes de gestion et de contrôle ont été effectuées.

Pour les projets, les principales déficiences observées concernaient les procédures de passation des marchés publics, mais la situation varie d'un État membre à l'autre. S'agissant des systèmes que les États membres ont mis en place pour se conformer aux exigences du règlement (CE) n° 1386/2002 de la Commission en ce qui concerne les systèmes de gestion et de contrôle, des progrès ont été réalisés en 2004, malgré certaines difficultés qui ont été relevées en 2003 en Grèce, en Espagne et au Portugal et signalées aux autorités nationales dans le cadre des partenariats.

Les dix nouveaux États membres ont tous transmis la description de leurs systèmes de gestion et de contrôle à la Commission, qui a établi leur conformité avec les normes exigées par la législation communautaire. Cela semble indiquer qu'un bon départ a été pris quant aux systèmes de mise en œuvre, systèmes que la Commission vérifiera à nouveau au cours des prochaines années. Ainsi, en 2005, conformément à la stratégie d'audit de la direction générale de la politique régionale, il sera procédé à des contrôles sur place et à des tests de conformité effectués de manière aléatoire sur un échantillon de projets sélectionnés. Ces tests seront réalisés dans chacun des dix nouveaux États membres.

Dix missions d'audit de projets ont été effectuées en Lettonie, en Hongrie, en Estonie, en Pologne, en République tchèque, en Slovaquie et en Slovénie. Ces audits visaient principalement l'examen des flux financiers des projets et leur conformité aux règles d'éligibilité des dépenses.

6. IRRÉGULARITÉS ET SUSPENSION DE L'AIDE

Conformément à l'article 3 du règlement (CE) n° 1831/94[3] de la Commission (concernant les irrégularités et le recouvrement des sommes indûment versées par le Fonds de cohésion, ainsi que l'organisation des systèmes d'information), les États membres bénéficiaires sont tenus d'informer la Commission de toute irrégularité ayant fait l'objet d'une première constatation administrative ou judiciaire.

Pour l'année 2004[4], trois des quatre anciens États membres, à savoir la Grèce, l'Espagne et le Portugal, ont fait part à la Commission d'un total de 275 cas présentant des irrégularités (respectivement 262 cas, 1 cas et 12 cas). L'Irlande, conformément au règlement susmentionné, a informé la Commission qu'elle n'avait relevé aucune irrégularité en 2004. Les cas communiqués par les autorités grecques concernaient des contributions communautaires d'un montant total de 126 058 589 EUR. Il s'agissait le plus souvent d'irrégularités liées au non-respect de certaines règles relatives à la passation de marchés publics; les autres irrégularités concernaient la soumission de dépenses non éligibles. Le cas rapporté par les autorités espagnoles portait sur des contributions communautaires d'un montant de 384 407 EUR et les autorités portugaises ont fait état d'un montant de 22 234 344 EUR pour les douze cas qu'elles ont rapportés. Par ailleurs, deux nouveaux États membres, à savoir la Pologne et la Lettonie, ont fait part à la Commission de six cas d'irrégularités (respectivement 5 cas et 1 cas). Les irrégularités rapportées par les autorités polonaises portaient sur des contributions communautaires d'un montant de 802 426 EUR, tandis que le cas rapporté par les autorités lettonnes portait sur 1 273 EUR. Les irrégularités décelées sont du même type que celles mentionnées plus haut.

7. ÉVALUATION

La DG Politique régionale a entamé fin 2004 un dialogue sur la «capacité de garantir la qualité» (QAC) avec tous les États membres bénéficiant du soutien du Fonds de cohésion. La Commission a donné, en suivant scrupuleusement les exigences du règlement, une description des étapes à suivre avant qu'une demande ne lui soit transmise. Les États membres ont été invités à effectuer une autoévaluation de l'efficacité des mécanismes en place dans leurs administrations, de manière à identifier tout obstacle pouvant entraver la préparation des projets. En fonction de ces autoévaluations, le cofinancement d’actions d’assistance technique pourrait être envisagé avant la fin de la période 2000-2006.

En vertu des dispositions de l'article 13 du règlement (CE) n° 1164/94, la Commission et les États membres doivent assurer l'efficacité de l'aide communautaire lors de la mise en œuvre de projets cofinancés dans le cadre du Fonds de cohésion, ce qui nécessite des techniques de surveillance et d'évaluation. La Commission et les États membres peuvent procéder à une appréciation et à une évaluation des projets, en coopération le cas échéant avec la Banque européenne d'investissement.

Au niveau méthodologique, chaque demande de financement d'un projet est donc assortie d'une analyse coût/bénéfice (ACB). Cette ACB doit démontrer que les avantages socio-économiques à moyen terme sont proportionnés à l'aide financière accordée. La Commission est chargée d'examiner cette évaluation à l'aide du guide des analyses coût/bénéfice, publié en 2003[5], manuel de référence commun qui sert tant aux initiateurs du projet qu'à la Commission elle-même.

En janvier 2004, la DG Politique régionale a entamé l'évaluation ex-post d'un échantillon de 200 projets cofinancés entre 1993 et 2002 par le Fonds de cohésion en Grèce, en Espagne, en Irlande et au Portugal. Le rapport de synthèse et les quatre études par pays ont été finalisés en 2005 grâce à une collaboration étroite avec les services de la Commission directement concernés. Leurs principales conclusions sont présentées en annexe (point 5.4).

8. Information et publicité

Deux réunions d'information, qui rassemblaient les vingt-cinq États membres, se sont tenues à Bruxelles le 24 juin et le 24 novembre 2004. Lors d'une réunion en novembre 2003, plusieurs délégations avaient souhaité que les services de la Commission réexaminent la décision 96/455/CEE de la Commission du 25 juin 1996 relatives aux mesures d'information et de publicité en ce qui concerne le Fonds de cohésion. Elles ont affirmé que la mise en œuvre de certaines mesures s'était révélée trop complexe et que certaines dispositions étaient incompatibles avec les modifications apportées en 1999 au règlement n° 1164/94. Un règlement de la Commission a donc été adopté en avril 2004[6], en remplacement de la décision de la Commission de 1996.

Afin de faciliter la mise en œuvre de ce nouveau règlement, une fiche explicative a été publiée à l'adresse http://europa.eu.int/comm/regional_policy/sources/docoffic/official/regulation/regpub_fr.htm sur le site web Inforegio, qui dépend de la direction générale de la politique régionale. Dans le même ordre d'idées, le règlement a aussi été présenté dans le numéro 14 de septembre 2004 d'Inforegio Panorama, le magazine de la DG Politique régionale, qui consacrait une série d'articles au Fonds de cohésion.

En outre, pour fournir au grand public une information de base sur le Fonds de cohésion, la DG Politique régionale a mis à jour le site de référence du Fonds ( http://europa.eu.int/comm/regional_policy/funds/procf/cf_fr.htm ). En ligne depuis le printemps 2005, ce site propose actuellement des liens vers des documents législatifs, des données financières, des cartes et des exemples de projets dans dix-neuf langues de l'Union, ainsi qu'en bulgare et en roumain.

[1] Article 6 du règlement (CE) n° 1164/94 du Conseil, modifié par le règlement (CE) n° 1264/99 du Conseil.

[2] ERTMS: European Rail Traffic Management System («système européen de gestion du trafic ferroviaire»). SESAME: Single European Sky Air Traffic Management Modernisation Programme («programme “ciel unique européen” de modernisation de la gestion du trafic aérien»).

[3] JO L 191 du 27.7.94, p. 9.

[4] Situation au 14.03.05; ces chiffres ne comportent pas encore les rapports relatifs au quatrième trimestre 2004.

[5] http://europa.eu.int/comm/regional_policy/sources/docgener/guides/cost/guide02_fr.pdf

[6] Règlement (CE) n° 621/2004 de la Commission du 1er avril 2004 portant modalités d'application du règlement (CE) n° 1164/94 du Conseil en ce qui concerne les mesures d'information et de publicité relatives aux activités du Fonds de cohésion.

Top